Ouvrir le menu principal

Jean-Baptiste Michaud

homme politique français

Jean-Baptiste Michaud (, Pontarlier - , Monthey), est un homme politique français.

BiographieModifier

Appartenait à une famille qui possédait la seigneurie du Doubs, il est le fils du maire de Pontarlier. Jean-Baptiste Michaud fait ses études au collège de sa ville natale, puis suit son droit de l'Université de Besançon.

Reçu avocat au parlement le 24 juillet 1777, il exerce la profession d'homme de loi et devient administrateur du département du Doubs après 1789.

Partisan des idées nouvelles, il est élu député du Doubs à l'Assemblée législative le 30 août et opine avec la majorité réformatrice.

Réélu, le 4 septembre 1792, membre de la Convention, Michaud vote, dans le procès du roi, pour la mort sans appel ni sursis, devient secrétaire de l'assemblée, et applaudit à la journée du 9 thermidor.

En mai 1795, il est un des commissaires chargés d'examiner la conduite de Joseph Le Bon à Arras.

Le 4 brumaire an IV, Michaud est désigné par ses collègues de la convention pour siéger au Conseil des Cinq-Cents, d'où il passe à celui des Anciens 24 germinal an VI. Il est ensuite président du tribunal criminel du Doubs, et refuse tout emploi après le coup d'État du 18 brumaire.

Ayant adhéré à l'Acte additionnel en 1815, « sous la pression, écrivait-il depuis, des troupes françaises qui occupaient ma maison », il est atteint, l'année suivante, par la loi contre les régicides, et se retire en Suisse, à Monthey, où il vécut ignoré avec deux de ses anciens collègues, Descamps et Montaut, exilés comme lui.

SourcesModifier