Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cousin.
Gilbert Cousin
Gilbertus-Cognatus.jpg
Portrait gravé de Gilbert Cousin.
Fonction
Chanoine
Nozeroy
Biographie
Naissance
Décès
Surnom
Gilbertus Cognatus Nozerenus
Formation
Activités
Famille
Fratrie
Hugues Cousin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Mouvement
Genres artistiques
Distinctions
anobli en 1555 avec ses frères par lettres patentes de Charles Quint.
Œuvres principales

Description de la Haute-Bourgogne, 1552

Narrationum Sylva 1567

Gilbert Cousin (dit Gilbertus Cognatus Nozerenus)[1], né le à Nozeroy et mort le dans la prison de l'officialité à Besançon, est un humaniste et théologien franc-comtois, notamment connu en tant que secrétaire particulier d'Érasme. Il est également l'auteur de fables, dont certaines inspireront La Fontaine, mais aussi d'ouvrages divers, notamment géographique, historique et généalogique.

BiographieModifier

Premières années et contexte familialModifier

Article connexe : Famille Cousin (Nozeroy).

Lucien Febvre écrit : « Gilbert Cousin était par ses origines, un petit bourgeois franc-comtois. Né à Nozeroy, en 1506, d’une famille honorable et bien apparentée »[2]. Son grand-père Guillaume Cousin, bourgeois de Nozeroy fut chambrier d'Hugues de Chalon,seigneur de Nozeroy[3],[4].

Achille Chéreau, dans la préface de sa traduction de Description de la Franche-Comté par Gilbert Cousin écrit sur sa naissance : « Enfant du noble comté de Bourgogne »[5] Gilbert Cousin est né « dans une modeste maison de Nozeroy, où Jeanne Daguet, d’Orgelet, femme de Claude Cousin, donnait naissance à un fils »[6]. « Le nouveau hôte arrivait assez mal à propos car, quoique Claude Cousin, tint à Nozeroy un poste important dans la magistrature et qu’il put s’enorgueillir d’un écusson armorié, la fortune lui avait peu souri (…) Les nombreux enfants que la Providence lui avait envoyée avaient apporté dans le foyer domestique, sinon la pauvreté, du moins une gêne continuelle »[7]. Il est l’aîné de 10 enfants dont 7 garçons où il est le seul à ne pas choisir la carrière des armes où certains de ses frères comme Hugues le vieux, s'y illustreront[8].

Selon Achille Chéreau Gilbert Cousin eut pour précepteurs « Louis de Vers, abbé du Mont-Sainte-Marie, Guy de Vers, magistrat, seigneur de Tez ; Henri Colin, membre du Parlement de Dole ; Didier Morel, official de l’archidiacre de Besançon, tous oncles maternels »[7], mais André Pidoux de la Maduère écrit qu’il n’y a aucun document à l’appui de cela et que Gilbert Cousin fut sans doute fut instruit à Nozeroy « par quelque religieux, ou parmi les enfants de chœur du chapitre ». Il corrige que les personnages cités n’étaient pas des « oncles maternels » mais des parents au 3e et 4e degré[9]. Gilbert Cousin est décrit comme quelqu'un de timide et de frêle, mais de droit, de pieux et surtout doué de belles qualités d'esprit[10]. Il intègre ensuite l'Université de Dole, ou il commence des études de médecine et de droit avant de s'orienter définitivement vers la théologie. En 1526, il est envoyé à Fribourg-en-Brisgau, étudier chez le célèbre humaniste Ulrich Zasius[11].

Auprès d’ÉrasmeModifier

 
Gilbert Cousin dans une scène des Effigies Erasmi où il est représenté en face d'Érasme.

À la fin de ses études, vers 1529, il obtient, par l'appui de son oncle Louis de Vers, d'entrer au service du grand humaniste Érasme de Rotterdam. Celui ci vivait alors à Fribourg. D'abord simple domestique, il se fait remarquer par ses qualités et devient rapidement son secrétaire puis son ami, ainsi que son confident[12]. Il prendra également soin du vieil homme à la santé alors déclinante. De nombreuses correspondances échangées entre les deux hommes, parvenus jusqu’à nous, démontrent l'amitié sincère et l'estime réciproque qu'il y avait entre eux. Érasme et Cousin passent leurs journées à travailler ensemble, assis au même bureau, face à face, comme on peut le voir sur la gravure d'époque Des effigies Erasmi et Cognati. Le célèbre humaniste songe même à lui confier la rédaction de certaines de ses œuvres[10] mais le départ de Cousin mettra un terme a ce projet. C'est lui qui fut chargé en août 1535, de trouver un domicile pour son maître dans la ville de Bâle ou ce dernier avait décidé d'y finir sa vie. Il restera son secrétaire particulier jusqu'en octobre où Guillaume de Nassau, prince d'Orange, qui vient de succéder comme seigneur de Nozeroy à Philibert de Chalon, l'appelle à remplacer un certain Galtier au chapitre collégial de Saint-Antoine de Nozeroy. Cette séparation brutale déteindra sur leur relation ou Érasme reprochera à Cousin son départ[13].

Chanoine de NozeroyModifier

Il est ordonné prêtre et entre au chapitre de l'église collégiale Saint-Antoine de Nozeroy en qualité de chanoine le 5 janvier 1536. Il habite alors une maison (toujours visible aujourd'hui) avec une grande bibliothèque, située sur la place principale de la ville; il vit aussi périodiquement dans le village voisin de Sirod. Par la suite, il fonde une école qui acquiert une certaine renommée et dans laquelle les enfants des grandes familles de la région et même de Suisse, viennent s'y instruire. Commence aussi la période la plus prolifique de son activité littéraire. Il traduit des auteurs grecs anciens comme Ésope. Si certaines sources font de lui également un graveur, c'est en fait Claude Luc, de Poligny, qui réalise pour lui de nombreuses gravures d'illustration, montrant diverses cités du comté de bourgogne[14],[15] destinées à illustrer ses œuvres et leurs donner une plus grande portée, comme dans dans son Multifarii opera argumenti. Avec l'aide de sa mère et de sa sœur Artaude, il rédige des commentaires de la Bible en français et non en latin, pour la rendre plus claire et plus accessible, au plus grand nombre[10]. Il publie successivement un grand nombre d'ouvrages, traitant de nombreux sujets, notamment son recueil de fables Fabulae sive narrationes en 1547, réédité en 1567 sous le titre Narrationum Sylva, et sa Description de la Haute-Bourgogne (ou Franche comté), ouvrage majeure, parue en 1552, qu'il dédit à son ami Hugues Babet. Il aborde tout au long de sa carrière et avec succès, de nombreuses disciplines comme l'histoire, la géographie, la philosophie, la grammaire, la poésie, le droit, la médecine... Mais est également l'auteur de traités sur des sujets très divers comme la morale ou la domesticité[16]. En 1555, il obtient la reconnaissance de Charles Quint et est anobli ainsi que ses frères par lettres patentes[17]. En 1558, il est chargé de l'éducation du jeune Claude de La Baume, archevêque élu de Besançon. Il entreprend alors un long voyage en Italie et visite avec son jeune élève, Rome, Venise, Padoue et rentre en Franche-Comté vers .

Dernières années et emprisonnementModifier

Si Gilbert Cousin a toujours gardé ses distances avec la réforme, il restera cependant en contact avec certains responsables réformés comme Bonifacius Amerbach ou Henri Bullinger, et leur conservera un respect voir une amitié. Il garda également un esprit très critique envers sa propre religion, conscient de ses abus et dysfonctionnements. Il prône un vrai retour aux sources et au respect de la vérité[10]. A travers ses écrits,l’humaniste comtois avait plusieurs fois remis en question le pape et les élites catholique (Annotationes in Dialogos Charontis ), mais aussi la façon dont certains dogmes étaient appliqués, comme la confession (Apologeticus pro) ou l'eucharistie. En réaction, le concile de Trente, en 1554, mis à l'index une grande partie de ses œuvres[18]; la Franche-Comté étant de plus en proie à une farouche contre-réforme[19]. Ces prises de positon lui valurent donc des ennemis, comme le duc d'Albe, et certains s'autorisent de ses relations amicales avec les Bâlois pour le dénoncer comme hérétique au Parlement de Dole. Le pape Pie V en personne, ordonne son arrestation dans son bref du 8 juillet 1567[20]. Incarcéré la même année, il voit instruire son procès, mais il est traité avec beaucoup d'égards, celui ci ayant encore des amis et soutiens au sein du parlement. Ne parvenant pas à prendre une décision, le Parlement s'en débarrasse en remettant le prisonnier à son ancien élève, l'archevêque Claude de La Baume, le . L'archevêque préside alors lui-même le tribunal. La première audience a lieu le . Cependant, transféré de Dole à la prison de l’officialité de Besançon, Gilbert Cousin tombe malade, et meurt . Il est inhumé le lendemain dans l'église de Jussan-Mouthier.

Postérité et hommagesModifier

Conrad Gesner dans sa Bibliotheca universalis (1545) écrit : « Gilbert Cousin a bien mérité et mérite encore tous les jours des Belles-Lettres, car il a préservé des injures du temps de bons auteurs qu'il a livrés aux impressions. Le premier parmi les bourguignons, il à osé mettre quelque chose à la lumière. »[21]

André Pidoux de La Maduère écrit en 1909 : « son nom est presque tombé dans l’oubli, et, s’il n’avait été secrétaire d’Erasme, on ne le mentionnerait plus guère que dans les bibliographies franc-comtois, en raison de sa Burgoniea superioris descriptio. Cousin méritait mieux; son érudition était profonde; ses travaux prouvent un savoir très étendu et très varié, et dénotent un esprit curieux et à la fois judicieux en même temps qu’un écrivain de valeur. »[22]

Son portrait est gravé dans son Multifarii opera en 1562, et dans une scène des Effigies Erasmi où il est représenté en face de son maître.

Jean de La Fontaine s'inspira de Narrationum Sylva de Gilbert Cousin pour certaines de ses fables[23] comme Le trésor et les deux hommes emprunté entre autres pour le plan à Gibert Cousin[24]

Le sculpteur J.B. Maire lui consacre, en 1836, une médaille dans sa collection des personnalités comtoises.

Charles Quint « Ayant reconnu les mérites personnels, la science sublime, la doctrine entière, la sagesse sincère et irréprochable, les qualités surnaturelles » attachées à Gilbert Cousin, Hugues le vieux, Hugues le jeune, Antoine et Jean Cousin, anoblit les cinq frères par lettres patentes du [17].

Le collège et une rue de Nozeroy portent son nom.

Critiques de l'oeuvre de CousinModifier

Achille Chéreau, auteur en 1863 de la première traduction en français de Burgoniea superioris descriptio écrit : « Ce n’est pas une mince faveur pour une province d’avoir eu un historien d’un talent aussi remarquable, et écrivant précisément dans ce beau milieu du XVIe siècle. Peu de pays peuvent revendiquer un tel honneur. Gilbert Cousin n’a pas eu, il est vrai, dans cet opuscule, la prétention d’écrire une histoire complète de la Franche-Comté (…) Tel qu’il est, avec sa forme épistolaire, ce petit livre n’en est pas moins un chef d’œuvre de grâce, de détails pleins d’intérêt et de renseignements historiques. »[25]. Il ajoute : « L’Europe littéraire applaudit-elle aux travaux de Franc-Comtois (…) L’ex domestique d’Erasme put établir un commerce littéraire avec les hommes les plus estimés, non seulement du Comté de Bourgogne, mais encore de la France et de l’Allemagne. »[26].

Emile Monot, auteur en 1907 de la seconde traduction en français de Burgoniea superioris descriptio écrit: « Voici donc l'œuvre de Cousin. Le lecteur va y trouver bien du bavardage, une érudition ridiculement déplacée et des étymologies enfantines. Il sera peut-être agacé, comme je l'ai été plus d'une fois moi-même, par ces éternels superlatifs à la Cicéron, par ces gentillesses de style et ces fioritures, et par cette banalité dans l'éloge qui ne sait pas distinguer les degrés du mérite (…) Mais quoi! Si Cousin manquait de goût, il a fait une œuvre bien utile et qui reste fort intéressante. Et puis il aimait sa petite patrie, il en a dit la beauté et la gloire d'un cœur pénétré, et il faut, pour ce motif, lui pardonner bien des choses .»[27]

Lucien Febvre écrit à propos de Gilbert Cousin : « Quelle ironie que d’accabler, comme on le fait parfois, cette mémoire humble et triste du poids ridicule d’éloges démesurées? Cousin n’a pas été le jeune et radieux encyclopédiste, les favoris des muses, l’auteur glorieux de plus de cent ouvrages que l’ardeur naïve d’un de ses biographes s’est plu jadis à nous dépeindre. Il a été simplement un bon ouvrier des lettres salutaires, un doux intellectuel d’âme pieuse et sincère, le héros aussi et la victime d’une de ces crises de conscience qui, de son temps déchirèrent tant d’âmes scrupuleuses. »[28]

L'historien Charles Duvernoy qualifie sa Description de la Haute-Bourgogne comme un « ouvrage utile et curieux, bien que l'auteur soit tombé quelquefois dans des erreurs assez graves. »[29]. Un auteur de biographies franc-comtoises qualifie plus sévèrement Gilbert Cousin d’ « érudit laborieux et insipide » [30].

GalerieModifier

PublicationsModifier

  • Oiketes sive de officio famulorum, 1535
  • Opuscula queadam, 1535, opuscule de théologie
  • Paraemirum sylloge, 1543, explications de 530 proverbes et adages grecs et latins
  • Syntaxeos, tabulae et prosodiae, 1543, ouvrage d'orthographe,d'étymologie et de syntaxe
  • Poematorium libri IV, 1546, recueil de poésies dédiées en partie à Érasme
  • Quaedam Opuscula perquam erudita & lepida, 1547, compilation d’œuvres diverses (Lire en ligne)
  • Orationes duae de Christi, 1551, Théologie
  • Sylva narrationum, 1552, recueil de fables ([1])
  • Généalogie de la famille de Nassau, 1552
  • Brevis ac dilucida Burgundiae superioris, quae Comitatus nomine censetur, descriptio, (Description de la Haute-Bourgogne ou Franche Comté) 1552 (Gallica)
  • Illustrations de Brevis ac dilucida Burgundiae superioris...1552, (Gallica)
  • Brevis ad modum totius Galliae descriptio per eudem,(Histoire de la Gaule), livre d'histoire, 1552
  • insignum medicinae sententiarum collectanea, 1554, ouvrage de médecine
  • De legali studio, Gilberti Cognati Nozereni epistolae : una ad Ioan. Metellum: altera ad Anatolium Frontinum, 1560 ([2])
  • Epistolae, 1560, recueil épistolaire
  • Aucunes œuvres de Gilbert Cousin, de Nozereth : tresutiles à chacun : Nouvellement imprimées, 1561 (Lire en ligne) ([3])
  • Intellectus, 1561, traité théologique
  • Opéra multifarii argumenti, 1562 compilation d'ouvrages de Cousin avec illustrations

Notes et référencesModifier

  1. Gilbert Cousin, Description de la Franche-Comté par Gilbert Cousin, traduit pour la première fois et accompagnée de notes par M. Achille Chéreau, Lons-le-Saunier, (lire en ligne), préface page XXIX.
  2. Lucien Febvre, Bulletin historique et littéraire de la Société de l'histoire du protestantisme français : Un secrétaire d'Erasme, Gilbert Cousin et la Réforme en Franche-Comté, vol. 56, Société de l'histoire du protestantisme français, (lire en ligne), p. 98.
  3. Georges Blondeau, Mémoires de la Société d'émulation du Jura : La famille Cousin de Nozeroy, ses lettres d'anoblissement, ses alliances, Société d'émulation du Jura, (lire en ligne), p. 252.
  4. André Pidoux de La Maduère, Un humaniste comtois: Gilbert Cousin, Slatkine Reprints, (lire en ligne), p. 41.
  5. Gilbert Cousin, Description de la Franche-Comté par Gilbert Cousin, traduit pour la première fois et accompagnée de notes par M. Achille Chéreau, Lons-le-Saunier, (lire en ligne), préface page VII.
  6. Gilbert Cousin, Description de la Franche-Comté par Gilbert Cousin, traduit pour la première fois et accompagnée de notes par M. Achille Chéreau, Lons-le-Saunier, (lire en ligne), préface page VIII.
  7. a et b Gilbert Cousin, Description de la Franche-Comté par Gilbert Cousin, traduit pour la première fois et accompagnée de notes par M. Achille Chéreau, Lons-le-Saunier, (lire en ligne), préface page IX.
  8. Georges Blondeau, Mémoires de la Société d'émulation du Jura : La famille Cousin de Nozeroy, ses lettres d'anoblissement, ses alliances, Société d'émulation du Jura, (lire en ligne), p. 255.
  9. André Pidoux de La Maduère, Un humaniste comtois: Gilbert Cousin, chanoine de Nozeroy, Mémoires de la Société d'émulation du Jura, (lire en ligne), p. 48.
  10. a b c et d Henri Bullinger, Slatkine, (lire en ligne)
  11. Gilbert Cousin, Slatkine (lire en ligne)
  12. Pierre Bayle, Dictionaire historique et critique, P. Brunel, (lire en ligne)
  13. (la) Erasme, Lettre d’Érasme à Gilbert Cousin, Bâle,
  14. Société d'agriculture, sciences et arts de Poligny, Bulletin, (lire en ligne)
  15. Arnold Preneel, Hommes d'armes et gens de guerre, du Moyen Age au XVIIe siècle: Franche-Comté de Bourgogne et comté de Montbéliard, Presses Univ. Franche-Comté, (ISBN 9782848671802, lire en ligne)
  16. « UB Basel / Aucunes oeuvres de... [8] », sur www.e-rara.ch (consulté le 16 août 2019)
  17. a et b Georges Blondeau, Mémoires de la Société d'émulation du Jura : La famille Cousin de Nozeroy, ses lettres d'anoblissement, ses alliances, Société d'émulation du Jura, (lire en ligne), p. 261.
  18. Gilbert Cousin, Description de la Franche-Comté par Gilbert Cousin, traduit pour la première fois et accompagnée de notes par M. Achille Chéreau, Lons-le-Saunier, (lire en ligne), préface page XXXIX.
  19. Bernard Dompnier et Marie-Hélène Froeschlé-Chopard, Les religieux et leurs livres à l'époque moderne: actes du colloque de Marseille, EHESS, 2 et 3 avril 1997, Presses Univ Blaise Pascal, (ISBN 9782845161382, lire en ligne)
  20. Jean Pierre Niceron, Memoires pour servir a l'histoire des hommes illustres dans la république des lettres avec un catalogue raisonné de leurs ouvrages, Briasson, (lire en ligne)
  21. Gilbert Cousin, Description de la Franche-Comté par Gilbert Cousin, traduit pour la première fois et accompagnée de notes par M. Achille Chéreau, Lons-le-Saunier, (lire en ligne), préface page XXXI.
  22. André Pidoux de La Maduère, Un humaniste comtois: Gilbert Cousin, chanoine de Nozeroy, Mémoires de la Société d'émulation du Jura, (lire en ligne), p. 37.
  23. Océane says, « Origine des fables de Jean de la Fontaine », sur RuedesFables.net, (consulté le 11 août 2019)
  24. « fable Jean de La Fontaine : Le trésor et les deux hommes », sur www.la-fontaine-ch-thierry.net (consulté le 11 août 2019)
  25. Achille Chéreau, Description de la Franche-Comté par Gilbert Cousin, traduit pour la première fois et accompagnée de notes par M. Achille Chéreau, Lons-le-Saunier, (lire en ligne), préface page LXIII.
  26. Achille Chéreau, Description de la Franche-Comté par Gilbert Cousin, traduit pour la première fois et accompagnée de notes par M. Achille Chéreau, Lons-le-Saunier, (lire en ligne), préface page XXX.
  27. Emile Monot, La Franche-Comté au milieu du XVIe siècle: ou Description de la Haute-Bourgogne connue sous le nom de Comté, par Gilbert Cousin, Lons-Le-Saulnier, Imprimerie er lithographie Lucien Declume, (lire en ligne), préface VI.
  28. Lucien Febvre, Bulletin historique et littéraire de la Société de l'histoire du protestantisme français : Un secrétaire d'Erasme, Gilbert Cousin et la Réforme en Franche-Comté, vol. 56, Société de l'histoire du protestantisme français, (lire en ligne), p. 147.
  29. Charles Duvernoy, Congrès scientifique de France, Besançon, (lire en ligne), p. 120.
  30. Jean Defrasne, Franche-Comté et francs-comtois, Editions Camponovo, (lire en ligne), p. 114.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Traductions en français de son ouvrage Burgoniea superioris descriptio (1552):

  • Achille Chéreau, Description de la Franche-Comté par Gilbert Cousin, traduit pour la première fois et accompagnée de notes par M. Achille Chéreau, Lons-le-Saunier, (lire en ligne);
  • Emile Monot, La Franche-Comté au milieu du XVIe siècle: ou Description de la Haute-Bourgogne connue sous le nom de Comté, par Gilbert Cousin traduit par M Emile Monot, Lons-Le-Saulnier, Imprimerie er lithographie Lucien Declume, (lire en ligne).

Sur Gilbert Cousin :

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :