Ouvrir le menu principal
Judaïsme en Belgique
`
Religion Judaïsme
Pays Belgique
Représentation Consistoire central israélite de Belgique
Président de la représentation Philippe Markiewicz
Autre représentation Comité de coordination des organisations juives de Belgique
Grand rabbin Albert Guigui
Langue(s) Néerlandais, français, hébreu, yiddish
Nombre de synagogues 45 (dont 30 à Anvers)
Population juive 30 000 (2010)[1]
Localité significative Bruxelles, Anvers
Groupes Séfarade, Ashkénaze
Histoire
1261 Le duc Henri III ordonne l'expulsion des Juifs
1832 Fondation du Consistoire central israélite de Belgique
1863 Inauguration de la Synagogue d'Arlon
1940 à 1945 Shoah en Belgique
26 mars 1969 Fondation du Comité de coordination des organisations juives de Belgique.
1981 Attentat de 1981 contre une synagogue d'Anvers
2005 Ouverture du musée juif de Belgique
24 mai 2014 Tuerie du Musée juif de Belgique

Voir aussi

Histoire du judaïsme par pays

L'histoire des Juifs en Belgique, ou sur le territoire lui correspondant actuellement, est attestée de façon continue, depuis le Ier siècle et se poursuit jusqu’à nos jours, ce qui en fait l’une des plus anciennes communautés juives d’Europe occidentale.

La population juive atteignit un pic à 100 000 membres à la veille de la Seconde Guerre mondiale et de la Shoah, mais est descendue actuellement à moins de la moitié de ce nombre, soit 30 000.

Sommaire

HistoireModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Les premiers Juifs sont arrivés avec les Romains sur le territoire de l'actuelle Belgique entre 50 et 60 ap. J.C.. Il en est fait mention vers 1200 dans le Brabant (le duc Henri III ordonne l'expulsion des Juifs et des usuriers de cette principauté en 1261). La communauté juive fut éprouvée lors des Croisades, lorsque de nombreux juifs refusant le baptême furent mis à mort. Cette présence juive se réduisit très fortement après la Peste noire[2]. Il en reste quelques noms de rues principalement en Belgique francophone.

L'immigration sépharadeModifier

Au XVIe siècle, beaucoup de Juifs séfarades expulsés d'Espagne s'installèrent aux Pays-Bas et en Belgique. De nombreux marranes crypto-juifs, qui se revendiquaient officiellement du christianisme, s'installèrent également à Anvers à la fin du XVe siècle. Parmi ces derniers, certains y prospèreront au point d'intégrer complètement l'aristocratie flamande, tels les Rodriguez d'Evora.

L'immigration ashkénazeModifier

À partir de 1713, la situation des Juifs en Belgique s'améliore sous l'influence autrichienne. Des Juifs ashkénazes rejoignent les communautés présentes. Le statut des Juifs s'améliore encore avec les influences française et hollandaise.

La ShoahModifier

Article détaillé : Shoah en Belgique.

Avant la Seconde Guerre mondiale, la communauté juive en Belgique s'élève à 100 000 personnes (dont 55 000 à Anvers et 35 000 à Bruxelles). 20 000 d'entre eux étaient des réfugiés juifs allemands. La Belgique étant occupée par les Nazis pendant la plus grande partie de la guerre, des lois antisémites furent adoptées. Entre autres l'étoile jaune fut distribuée par les communes, principalement dans le Grand Anvers. La police communale d'Anvers prit part à l'arrestation de nombreux Juifs à leur domicile et de leur envoi à la Caserne Général Dossin à Malines en vue de leur déportation, vers Auschwitz.

Le plus important mouvement juif de défense en Belgique pendant la guerre fut le Comité de défense des Juifs, qui participa au mouvement national de Résistance.

Quelque 25 000 Juifs de Belgique périrent entre août 1942 et juillet 1944.

 
Carte d'identité de Perla Lewkowicz, marquée de la mention Jood-Juif en lettres rouges


De nos joursModifier

En 2014, il y aurait environ 30 000 Juifs en Belgique selon Sergio DellaPergola[3]. De nombreux survivants juifs à la Shoah trouvèrent refuge en Belgique ou y transitèrent en route vers les États-Unis d'Amérique. Le 26 mars 1969 fut fondée la CCOJB. La communauté orthodoxe d'Anvers (environ 15 000 personnes) est l'une des plus importantes d'Europe et l'un des rares centres au monde où le yiddish est toujours la première langue d'une communauté juive nombreuse (à la façon de certaines communautés orthodoxes et hassidiques de New York ou d'Israël). De plus, une large majorité (95 %) des enfants juifs d'Anvers reçoivent une éducation juive. Cinq journaux juifs sont édités et il y a plus de 45 synagogues actives (dont 30 à Anvers) dans l'ensemble du pays. Les villes d’Anvers et de Bruxelles abritent plus de 95 % de la communauté juive de Belgique.

Attentats antisémitesModifier

Depuis les années 1980, plusieurs attentats antisémites ont frappé la communauté juive belge[4].

En 1980, des grenades sont lancés à Anvers sur un groupe d'enfants juifs dont l'un est tué[4].

Le 20 octobre 1981, une voiture piégée explose devant une synagogue d'Anvers située Hovenierstraat faisant trois morts et soixante blessés[5].

En 1982, un homme armé ouvre le feu à l'entrée de la grande synagogue de Bruxelles et blesse quatre personnes[4].

En 1989, le Dr Joseph Wybran, président du Comité de coordination des organisations juives de Belgique est assassiné[4].

Plusieurs lieux de culte à Bruxelles, Charleroi et Anvers sont attaqués en 2002[4].

En juin 2003, une personne tente de faire exploser la synagogue de Charleroi[6].

Le 24 mai 2014, un individu fait irruption dans le musée juif de Belgique à Bruxelles et ouvre le feu sur deux touristes, une bénévole française, Dominique Sabrier[7] et le préposé à l'accueil. Les trois premiers meurent sur le coup, le quatrième est très grièvement blessé et meurt quelques jours plus tard.

Article détaillé : Tuerie du Musée juif de Belgique.

Le 16 septembre 2014, la synagogue d'Anderlecht est visée par un incendie criminel[8].

Liste des rabbinsModifier

Rabbins historiques:

Rabbins actuels:

  • N. Alfred, Rabbin International Jewish Center, Communauté Libérale anglophone, Uccle
  • Chalom Benizri, Grand Rabbin de Bruxelles Sépharade
  • Floriane Chinsky, première femme Rabbin de Belgique, Rabbin Chir Hadach, communauté Massorti de Bruxelles (Fondatrice)[9],[10]
  • Albert Guigui, Grand-Rabbin de Bruxelles depuis 1987[11]
  • E. Honig, Rabbin Machsiké Hadas, Anvers
  • S. Lasker, Rabbin Communauté Waterloo-Brabant Sud
  • D.M. Lieberman Grand Rabbin Shomre Hadas, Anvers
  • M. Neiger, Rabbin Beth Hillel, Communauté Israélite Libérale de Belgique, Forest
  • Joshua Nejman, Rabbin de Liège
  • S. Olivier, Rabbin Chaaré Tzion, Uccle
  • S. Pinson, Rabbin Maalé, Uccle-Forest
  • E. Pollak Grand Rabbin Machsike Hadas, Anvers
  • D. Schmahl, Rabbin Shomre Hadas, Anvers

Les synagogues et autres lieux d'importanceModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

RéférencesModifier

  1. American Jewish Year Book, « The Jewish Population of the World (2010) », Jewish Virtual Library (consulté le 3 août 2014)
  2. Abrégé de Jean-Philippe Schreiber, « Un panorama : sept siècles de présence juive en Belgique », sur Fondation de la Mémoire Contemporaine
  3. (en) Sergio DellaPergola, « World Jewish Population, 2014 », North American Jewish Data Bank
  4. a b c d et e Jean-Pierre Stroobants, « Une longue série d'attentats antisémites depuis trente-cinq ans en Belgique », sur Le Monde,
  5. « Anvers se souvient de l'attentat à la bombe qui a frappé une synagogue il y a 30 ans », sur RTL Info (Belgique) (consulté le 25 mai 2014)
  6. F.D., « «J'ai agi au nom d'Allah» », La Dernière Heure,‎ (lire en ligne, consulté le 6 février 2016)
  7. « Communiqué de presse - Fusillade mortelle au Musée Juif de Belgique », sur Musée juif de Belgique (consulté le 25 mai 2014)
  8. « Les juifs de Belgique demandent une protection spéciale », sur La Vie,
  9. Blog Libertejuive
  10. Akadem ici
  11. « Grand rabbin Guigui : "En Europe, on a peur de la différence" », sur Le Vif,

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Emile Ouverleaux, Notes et documents sur les Juifs de Belgique sous l'Ancien Régime, Revue des Études Juives t. VIII et IX, Paris, 1885,
  • Jean Stengers, Les Juifs dans les Pays-Bas au Moyen Âge, Bruxelles, 1950, 190 p
  • Jean-Philippe Schreiber, « L'Immigration juive en Belgique, du Moyen Âge à nos jours », dans Anne Morelli, et alii, Histoire des étrangers et de l'immigration en Belgique de la Préhistoire à nos jours, Bruxelles, 1992, p. 207-254
  • Philippe Pierret, Mémoires, mentalités religieuses, art funéraire. La partie juive du cimetière du Dieweg à Bruxelles (XIXe-XXe siècles), Paris-Louvain, 2005, 336 p. + cd-rom; avec Gérard Silvain, Une mémoire de papier. Images de la vie juive en Belgique, Bruxelles, 2009, 272 p. ; Le livre des petits. Répertoire des familles juives à Bruxelles (1785-1885), tome I, Éditions du MJB, Bruxelles, 2015, 512 p., +CD-Rom; La profanation des hosties de Bruxelles de 1370. Présence, récurrence et persistance d’un mythe, Bruxelles, 2010, Les amis de la Chapelle, Bruxelles, 2010, 36 p.
  • Vincent Vagman, Présence juive à Charleroi : Histoire et mémoire, Jambes, Communauté israélite de Charleroi, , 385 p. (ISBN 978-2-930856-00-1)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier