Jodoigne

ville de Wallonie (Belgique)

Jodoigne (prononcé [ʒɔdɔɲ] Écouter[1] ; en néerlandais Geldenaken, en wallon Djodogne) est une ville francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province du Brabant wallon.

Jodoigne
Jodoigne
La Place du marché.
Blason de Jodoigne
Héraldique
Drapeau de Jodoigne
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province du Brabant wallon Province du Brabant wallon
Arrondissement Nivelles
Bourgmestre Jean-Luc Meurice (MR)
Majorité Union Communale
Sièges
ECOLO
J'M
Union Communale
23
4
5
14
Section Code postal
Dongelberg
Jauchelette
Jodoigne
Jodoigne-Souveraine
Lathuy
Mélin
Piétrain
Saint-Jean-Geest
Saint-Remy-Geest
Zétrud-Lumay
1370
1370
1370
1370
1370
1370
1370
1370
1370
1370
Code INS 25048
Zone téléphonique 010
Démographie
Gentilé Jodoignois, Jodoignoise
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
14 558 ()
48,83 %
51,17 %
197,44 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
()
22,78 %
61,06 %
16,16 %
Étrangers 6,94 % ()
Taux de chômage 11,88 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 21 971 €/hab. (2021)
Géographie
Coordonnées 50° 43,45′ nord, 4° 52,09′ est
Superficie
– Terr. non-bâtis
– Terrains bâtis
– Divers
73,73 km2 (2021)
85,5 %
7,17 %
7,33 %
Localisation
Localisation de Jodoigne
Situation de la ville au sein de la province du Brabant wallon
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
Jodoigne
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
Jodoigne
Géolocalisation sur la carte : Région wallonne
Voir sur la carte administrative de la Région wallonne
Jodoigne
Géolocalisation sur la carte : Brabant wallon
Voir sur la carte administrative du Brabant wallon
Jodoigne
Liens
Site officiel jodoigne.be

Géographie

modifier

Situation générale

modifier

Jodoigne est située en Moyenne-Belgique, aux confins du Brabant et de la Hesbaye. La ville se trouve à quelque 38 kilomètres au sud-est de Bruxelles, à 50 km au nord-ouest de Liège et 20 km au sud de Louvain (à vol d'oiseau)[2].

Sections

modifier

Depuis la fusion des communes de 1977, l'entité regroupe trois villages.

# Nom Superf.
(km²)[3]
Habitants
(2020)[3]
Habitants
par km²
Code INS
1 Jodoigne 15,38 6.052 393 25048A
2 Jodoigne-Souveraine 5,41 826 153 25048B
3 Jauchelette 3,10 415 134 25048C
4 Dongelberg 4,82 597 124 25048D
5 Lathuy 6,88 767 111 25048E
6 Mélin 11,59 1.374 119 25048F
7 Saint-Remy-Geest 5,30 564 106 25048G
8 Zetrud-Lumay 6,23 1.158 186 25048H
9 Saint-Jean-Geest 7,56 957 127 25048G
10 Piétrain 7,45 1.646 221 25048H

Autres villages et hameaux

modifier

Communes limitrophes

modifier
Communes limitrophes de Jodoigne
Beauvechain Hoegaarden
Incourt   Hélécine
Orp-Jauche
Ramillies

Toponymie

modifier

Jodoigne vient du latin Geldonia de Geldenaken[4].

  • Gelden : bas-franc : endroit où rien ne pousse (stérile)
  • Aken : épine, pointe
  • Geldenaken : rocher stérile, éperon schisteux entouré de marécages

Hydrographie

modifier

La ville de Jodoigne est traversée par la Grande Gette.

Géologie

modifier

Le système gédinnien du terrain rhénan est représenté dans toute la vallée de la Gette par son étage inférieur, qui y affleure depuis la route de Wavre-Hannut jusqu'à la limite de Saint-Jean-Geest. Cette bande se compose de quartzite et de phyllade gris-bleuâtre. On nous a signalé, du soufre et de l'argent natif au lieu-dit Cricales. Du schiste ferrugineux et de la pechblende sont signalés à Gobiery. Vers le château de Jodoigne, le quartzite forme des bancs massifs d'un noir bleuâtre à cassure conchoïdale subluisante à peine pailletés qui atteignent plus d'un mètre d'épaisseur, on retrouve ces bancs, sous la chaussée de Tirlemont, jusque la rue de Piétrain. Le limon hesbayen du système diluvien recouvre une grande partie du territoire de Jodoigne.

Histoire

modifier

Préhistoire

modifier

De nombreux outils en silex furent trouvés aux Blanches Fontaines et le long de la Chaussée de Charleroi. Une hache en silex a été découverte dans la campagne jodoignoise au lieu-dit « Champs des oiseaux ». Cette hache paléolithique est remarquable car le tranchant n'est pas ébréché, marquant peut-être l'apanage d'un chef. (in Jadis - C Havart. Orp-le-Grand / Dalcq jm[Quoi ?])

Antiquité

modifier

La découverte de plusieurs villas gallo-romaines dans les environs de Jodoigne atteste la présence des Gallo-romains dans la région durant l'Antiquité. Citons, entre autres, la villa romaine de la Campagne de Bronne, à Saint-Jean-Geest, partiellement fouillée par Jacques Breuer et l'abbé Robert Hanon de Louvet en 1915 et 1916[5]. Un tumulus romain et des poteries furent également découverts près de l'actuel cimetière ainsi que dans la ruelle des Gotteaux et au Chasselon, respectivement[6].

Moyen Âge

modifier

Des découvertes de la période mérovingienne ont été réalisées dans de nombreux endroits, attestant une présence germanique dans la région.

La tradition attribue à Jodoigne une haute antiquité, les campagnes environnantes recèlent de nombreux débris de construction. Jodoigne comme presque toutes les localités possède une histoire légendaire, qui ne repose que sur des documents erronés ou falsifiés et sur des conjectures sans fondement. Les ducs de Brabant n'acquirent Jodoigne que vers 1180 après l'avoir enlevé au comte de Duras. Dès le premier tiers du XIe siècle Jodoigne appartenait à une dame nommée Erlende, qui devenue veuve fonda dans l'église Saint-Médard une messe quotidienne pour les trépassés.

Erlende laissa trois fils, Adalbéron primicier de la cathédrale de Metz. qui fut enseveli le , le comte de Godefroid et Gislebert. Godefroid n'ayant pas laissé d'enfants, son patrimoine passa à Gislebert, dont la fille unique, nommée Ode, épousa Othon, de la maison des comtes de Looz. Othon et ses successeurs portèrent le titre de comte de Duras et occupèrent les importantes fonctions de sous-avoué de l'abbaye de Saint-Trond[7].

Période contemporaine

modifier

Héraldique

modifier
 
La ville possède des armoiries qui lui ont été octroyées le 15 septembre 1841. Elles sont inspirées du sceau de la ville au XVIe siècle. Elles sont mentionnées dans des manuscrits de la même époque. Elles sont aussi représentées sur un rouleau d'armoiries de 1666.
Blasonnement : D'argent, au lion de sable armé et lampassé de gueules, accompagné en chef de deux tourcelles de même.
Source du blasonnement : Heraldy of the World[8].



Démographie

modifier

Démographie: Avant la fusion des communes

modifier
  • Source: DGS recensements population

Démographie : Commune fusionnée

modifier

Elle comptait, au , 15 360 habitants (7 619 hommes et 7 741 femmes), soit une densité de 208,33 habitants/km²[9] pour une superficie de 73,73 km².

En tenant compte des anciennes communes entraînées dans la fusion de communes de 1977, on peut dresser l'évolution suivante[10]:

Les chiffres des années 1831 à 1970 tiennent compte des chiffres des anciennes communes fusionnées.

  • Source: DGS , de 1831 à 1981=recensements population; à partir de 1990 = nombre d'habitants chaque 1 janvier

Culture et patrimoine

modifier

Patrimoine religieux

modifier

Patrimoine civil

modifier
  • Le Château de l’Ardoisière - ancienne résidence secondaire d’une importante famille jodoignoise qui doit son nom au fait qu’on y a recherché des ardoises. Le lieu disposait et dispose à nouveau d’une installation hydro-électrique sur la Gette. De 2010 à 2013, le Château de l’Ardoisière a été complètement rénové et sert de lieu de séminaires et de mariages. Le domaine jouit d’un parc et d’un étang.

Gastronomie locale

modifier

Les spécialités culinaires de Jodoigne sont :

  • le porc de Piétrain ;
  • le boudin vert ;
  • la tarte au fromage "blanke doréye de Djodogne".

La Royale harmonie de Jodoigne

modifier

Le , une poignée de Jodoignois, désirant ranimer le goût de la musique dans la ville de Jodoigne fonde une nouvelle Société de musique. Cet ensemble portera successivement le nom de " Société d’Harmonie ", " Société de musique de Jodoigne " en 1903.

La révolution de 1830 et les différentes guerres en Europe mettront à chaque fois la société en veilleuse mais s’est toujours sentir grandie afin que l’harmonie redémarre ses activités. Au fil des ans et même des siècles, le patrimoine de la " Royale harmonie de Jodoigne " s’enrichit de nombreux instruments et d’une bibliothèque de partitions inestimable.

L'harmonie, actuellement composée d'une trentaine de musiciens, propose tout au long de l'année divers concerts au travers d'un répertoire varié reprenant des œuvres classiques, des musiques de films et des compositions pour harmonie.

Personnalités liées à la commune

modifier
  • Louis Michel (°1947), homme politique. Après avoir été Echevin (1977-1982), il devint à la suite des élections communales de 1982, Bourgmestre de la ville à partir du 1er janvier 1983 et le restera jusqu'en 2004. À la suite des élections législatives de juin 1999, il devient vice-Premier ministre et Ministre des Affaires étrangères et de la réforme institutionnelle en Belgique de 1999 à 2004 puis Commissaire européen à la recherche puis au Développement et à l'Aide humanitaire dans la Commission Barroso de 2004 à 2009.
  • Charles Michel (°1975), homme politique, fils du précédent. Premier ministre belge entre 2014 et 2019 avant de devenir Président du Conseil européen la même année. Il passe son enfance à Jodoigne où il commence sa carrière politique.
  • Léon-Clément Pastur (°1845 - 1918), Député entre 1884 et 1894 puis Sénateur, Parti Catholique, entre 1894 à 1900 puis entre 1908 à 1912.
  • Maximilien Pastur (°1878 - 1930), Conseiller communal entre 1912 et 1921; Député puis Sénateur à partir de 1921 et le restera jusqu'en 1925.
  • Jacques Pastur (°1911 - 1969), attaché de l'air.
  • Jean-Pierre de Beaulieu (1725 Lathuy - 1819 Linz), général wallon de l'armée impériale du Saint-Empire.
  • Marc Wilmots (°1969), footballeur puis entraîneur de football. Sélectionné en équipe nationale entre 1990 et 2002 et sélectionneur de celle-ci de 2012 à 2016.

Médias

modifier

La commune fait partie de la zone de couverture d'UpRadio. En termes de télévision locale, les Jodoignois reçoivent TV Com.

Galerie

modifier
Wikimedia Commons présente d’autres illustrations sur Jodoigne.

Jumelage

modifier

Notes et références

modifier
  1. Jean-Marie Pierret, Phonétique historique du français et notions de phonétique générale, Louvain-la-Neuve, Peeters, (lire en ligne), p. 105.
  2. « Calcul de distance à vol d'oiseau », sur coordonnees-gps.fr (consulté le ).
  3. a et b https://statbel.fgov.be/fr/open-data/population-par-secteur-statistique-10
  4. Sources : Origine des noms de lieux, Éditions F.
  5. Remy, H. 1977. Les villas romaines de Jodoigne et Saint-Jean-Geest (Fouilles de J. Breuer en 1915-1916). Archaeologia Belgica Bruxelles (195): 5–19.
  6. De Louvet, R. H. 1941. Histoire de la ville de Jodoigne. Imprimerie J. Duculot, Gembloux, 946pp
  7. Tarlier, J. and Wauters, A. 2011. La Belgique ancienne et moderne. Géographie et histoire des communes belges. British Library, Historical Print Éditions, 384pp
  8. (en) « Jodoigne : Wapen - Armoiries - coat of arms - crest », sur heraldry-wiki.com, Heraldry of the World, (consulté le ).
  9. http://www.ibz.rrn.fgov.be/fileadmin/user_upload/fr/pop/statistiques/stat-1-1_f.pdf
  10. https://www.ibz.rrn.fgov.be/fr/population/statistiques-de-population/
  11. https://view.officeapps.live.com/op/view.aspx?src=https%3A%2F%2Fstatbel.fgov.be%2Fsites%2Fdefault%2Ffiles%2Ffiles%2Fdocuments%2Fbevolking%2F5.1%2520Structuur%2520van%2520de%2520bevolking%2FPopulation_par_commune.xlsx&wdOrigin=BROWSELINK
  12. www.grsentiers.org Sentier Saint-Jacques de Compostelle

Liens externes

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :