Anderlecht

commune de Bruxelles-Capitale, Belgique

Anderlecht
Anderlecht
Hôtel communal d'Anderlecht.
Blason de Anderlecht
Héraldique
Drapeau de Anderlecht
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région de Bruxelles-Capitale Région de Bruxelles-Capitale
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Drapeau de la Flandre Communauté flamande
Arrondissement Bruxelles-Capitale
Bourgmestre Fabrice Cumps (PS)
Majorité PS-sp.a-cdH - ECOLO-GROEN - DéFI
Sièges
ECOLO-GROEN
DéFI
PS-sp.a-cdH
N-VA
PTB-PvdA
MR-Open Vld-IC
47
8
3
16
1
7
12
Section Code postal
Anderlecht 1070
Code INS 21001
Zone téléphonique 02
Démographie
Gentilé Anderlechtois(e)[1]
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
118 382 ()
49,71 %
50,29 %
6 672 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
()
23,86 %
60,30 %
15,84 %
Étrangers 24,46 % ()
Taux de chômage 25,44 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 10 570 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 50′ 00″ nord, 4° 18′ 00″ est
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
17,74 km2 (2005)
20,78 %
0,21 %
76,44 %
2,57 %
Localisation
Localisation de Anderlecht
Situation de la commune au sein de la région de Bruxelles-Capitale
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Anderlecht
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Anderlecht
Liens
Site officiel www.anderlecht.be

Anderlecht (/ɑ̃.dœʁ.lɛkt/) est l'une des 581 communes de Belgique et une des 19 communes de la Région de Bruxelles-Capitale. Comme toutes les communes de Bruxelles, elle est officiellement bilingue.

Le , elle comptait 121 019 habitants (7e commune la plus peuplée de Belgique)[2] (60 384 hommes et 60 635 femmes), appelés Anderlechtois en français et Anderlechtenaars en néerlandais, pour une superficie de 17,74 km2 soit une densité de 6 821,82 hab./km2.

Elle est située dans le sud-ouest de l'agglomération bruxelloise et limitrophe des communes de Bruxelles-ville, Dilbeek, Drogenbos, Forest, Molenbeek-Saint-Jean, Leeuw-Saint-Pierre et Saint-Gilles.

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune est située dans le centre de la Belgique, c'est aussi la commune la plus occidentale de la région de Bruxelles-Capitale et est un point de passage important pour le canal Charleroi-Bruxelles, qui coupe la commune en deux d'ouest en est ainsi que la route européenne 19 qui coupe la commune en deux du nord au sud.

En distance orthodromique, elle se situe à 1,8 km de Bruxelles-Ville, chef-lieu de la région et capitale de la Belgique (de la maison communale d'Anderlecht à l'hôtel de ville de Bruxelles-Ville).

Avec une superficie de 17,74 km2, Anderlecht est la troisième commune la plus étendue de la région mais reste une commune assez petite en comparaison des communes de situant en dehors de la région de Bruxelles-Capitale. Par exemple, Tournai s'étend sur 213,8 km2 et Namur sur 175,7 km2 ; concernant les communes limitrophes d'Anderlecht situées en dehors de la région de Bruxelles-Capitale, Dilbeek s'étend sur 41,18 km2 et Leeuw-Saint-Pierre sur 40,38 km2.

 
Carte OpenStreetMap d'Anderlecht.

Communes limitrophesModifier

Géologie et reliefModifier

Une partie du centre d'Anderlecht appartient au groupe géologique du quaternaire avec ce que l'on nomme une alluvion moderne des vallées faisant partie du système quaternaire supérieur ou moderne[3].

Le reste de la géologie de la commune fait partie du système éocène composé en plusieurs étages géologiques ; par exemple, le nord-ouest de la commune fait partie de l'assise inférieure de l'étage paniselien, appartenant à l'éocène inférieur, dont les sols sont composés d'argiles ou d'argilites sableuses, glauconifères, avec des grès argileux fossilifères ; des sables avec des plaquettes de grès lustrés et des grès divers, fossilifères vers le bas ; et de l'argile grise, schistoïde, plastique, très rarement glauconifère, lagunaire ou polderienne. Toujours dans l'éocène inférieur, on retrouve un étage yprésien composé de sable à Nummulites planulata, avec des lentilles d'argile mais aussi de l'argile plastique ou sableuse[3].

Outre ces différents étages géologiques qui composent le territoire de la commune, on retrouve à l'ouest de la commune, en continuité avec la région flamande, la Pajottenland, un mélange de collines et de vallées dont le sol est constitué de loam[4].

En 2018, le Service Géologique belge creuse un forage de 120 mètres de profondeur à Anderlecht pour analyser la faisabilité d'une exploitation du sol anderlechtois pour la géothermie[5].

Concernant le relief de la commune, celui-ci est relativement plat mis à part l'ouest de la commune qui est un peu plus élevé. C'est une commune qui reste assez plate contrairement à d'autres communes bruxelloises comme Saint-Gilles[6].

Voies de communication et transportsModifier

Réseau routierModifier

Une autoroute, la route européenne 19 (E19), correspondant à une partie du ring 0 (R0)[7] entourant la région de Bruxelles-Capitale, coupe la commune du nord au sud avec à l'ouest le parc régional de la Pede et le cimetière du Chant d'Oiseaux et à l'est, le bâti d'Anderlecht. Une sortie au nord de la commune permet de rejoindre Dilbeek et le quartier de Broeck, une autre le parc des Etangs, une troisième est un échangeur avec la bretelle 201 (B201) ; une quatrième, assez complexe, permet de rejoindre la route nationale 6 (N6) tandis qu'une dernière sortie, qui peut être confondu avec une portion d'autoroute (en réalité, la bretelle 202 ou B202)[8], permet de rejoindre le quartier industrielle d'Anderlecht.

La bretelle 201 (B201)[8] coupe la partie ouest en deux, d'ouest en est, enclavant au nord le parc régional de la Pede entre le boulevard et l'autoroute et au sud, un campus de l'université libre de Bruxelles et le cimetière du Chant d'Oiseaux. Nommée Bretelle d'Erasme, elle est longue d'un 1,678 km[9].

En ce qui concerne les routes nationales, on en compte plusieurs traversant la commune:

  • la route nationale 6 (N6) est une nationale importante de Belgique (comme quelques autres nationales belges débutant leur parcours depuis la petite ceinture de Bruxelles). Elle débute donc sur le ring 20 (R20), qui est une frontière entre Anderlecht et Bruxelles-Ville ; elle relie le centre-ville à Paris (elle passe la frontière belge pour continuer en France en tant que route nationale 2) en passant par Hal, Tubize, Soignies, Mons ; et en France, par Maubeuge, Laon et Soissons. Elle traverse Anderlecht du nord-est au sud, c'est un axe principal de la commune.
  • la route nationale 8 (N8), débutant à quelques centaines de mètres à l'est d'Anderlecht, sur le ring 20 (R20), permet de rejoindre Bruxelles-Ville à Saint-Idesbald, entre Coxyde et La Panne, à la mer du Nord, en passant par Dilbeek, Ninove, Brakel, Audenarde, Courtrai, Menin, Ypres et Furnes. Elle traverse Anderlecht que dans l'extrémité nord de la commune.
  • la route nationale 215 (N215)[10], commençant son tracé à l'est du quartier Heyvaert, permet une liaison direct vers le sud du Parc de Forestier, longeant les quais le long du canal, dans sa partie nord. Elle prend fin au niveau du CPAS d'Anderlecht.
  • la route nationale 219 (N219)[10] est une courte nationale reliant la route nationale 290 (N290) à la route européenne 19 (E19).
  • la route nationale 220 (N220)[10] est une route reliant le Parc Régional de la Pede à la sortie 14 du ring 0 (R0). Elle est coupée en deux par la bretelle 201 (B201) pour reprendre sa route jusqu'à l'Institut Saint Nicolas, au niveau de l'échangeur complexe entre la route européenne 19 (E19) et la routa nationale 6 (N6).
  • la route nationale 266 (N266)[11] est une route démarrant à une intersection de la route nationale 265 (N265) à Saint-Gilles et traversant entièrement le quartier industriel de la commune pour continuer jusqu'à Drogenbos.
  • la route nationale 274 (N274)[11] longe dans la partie nord de la commune la route nationale 215 (N215) et prend fin presque au même endroit.
  • la route nationale 282 (N282)[11] débute à une intersection avec la route nationale 6 (N6) et l'Avenue Frans van Kalken. Elle traverse Anderlecht jusqu'à l'Université libre de Bruxelles pour continuer en direction de Lennik.
  • la route nationale 290 (N290)[12], débutant au nord de Jette, permet la liaison entre cette commune bruxelloise, le Parc Elisabeth avant d'arriver à Anderlecht entre Moortebeek et Scheut et rejoint le Parc Astrid où la route terminera son trajet quelques centaines de mètres plus loin, rejoignant la route nationale 282 (N282).

En dehors des routes nationales, il existe d'autres axes importants comme le Boulevard Prince de Liège, le Boulevard Félix Paulson, l'Avenue d'Itterbeek, le Boulevard Paepsem et la rue de Fiennes.

La commune est devenue, comme l'ensemble des communes bruxelloises, une commune zone 30, c'est-à-dire que rouler à 30 km/h à Bruxelles est devenue une règle et obligatoire depuis le 1er janvier 2021 et ce pour la sécurité de tous les usagers, pour l'apaisement de la circulation et la réduction des nuisances sonores[13],[Notes 1].

Une étude en 2007 a été menée concernant les accidents de roulage avec lésions corporelles, abrégé en AccRLC. Selon un document paru dans Le moniteur de la mobilité[14], il y avait en 2007 trois rues ayant enregistrées plus de 10 AccRLC : le Boulevard Industriel en a compté entre 10 à 14, la Chaussée de Ninove entre 20 à 24 et la Chaussée de Mons, plus de 25 ; cette dernière est donc l'une des plus accidentogènes de la région de Bruxelles-Capitale avec la Chaussée de Waterloo et la Chaussée de Gand. Sur la Chaussée de Mons, quatre AccRLC ont été enregistrés sur le seul carrefour entre la Chaussée et la Rue de Zuen. Toujours à Anderlecht, le Boulevard Sylvain Dupuis fut équipé en 2006 d'une caméra automatique qui a enregistré plus de 11 AccRLC.

PontsModifier

Traversée par le canal Charleroi-Bruxelles, par une autoroute et des voies ferrées, Anderlecht est de fait parsemée de ponts routiers et ferroviaires.

Dans l'ordre, après l'écluse No 10, on trouve le pont Écluse d'Anderlecht, le pont Paepsem, les ponts de la Petite Île (seront quant à eux réhabilités car ils sont en très mauvais états. Les travaux devraient être terminés vers 2023[15]. L'un des ponts sera haubané avec une piste cyclable et un trottoir de chaque côté[16]), le pont de Cureghem, les pont rails (les deux ponts Vierendeel d'Anderlecht qui sont deux pont-rail franchissant le canal ; ce sont des ponts de type Vierendeel), le pont-métro Delacroix (toujours en service, c'est un pont en poutre utilisé pour le transport du métro bruxellois[17]).

En 2021, deux pont-rail ont été remplacés car ils étaient trop bruyant, avant métalliques, ils sont maintenant en béton[18]. Un autre pont, le pont Marchant, devrait être rénové au cours de l'année 2021[19].

Depuis la Porte d'Anderlecht, siège du Musée des Égouts à Bruxelles, on peut accéder à la rivière de la Senne[20].

Réseau ferroviaireModifier

Anderlecht est muni d'une gare située sur la ligne 50C, c'est la Gare d'Anderlecht. Elle est mise en service depuis le 13 décembre 2020[21] et constitue l'une des gares du projet du RER bruxellois ; elle aura coûtée 3,7 millions d'euros. Cette gare est la 144e du réseau suburbain de Bruxelles et la 35e gare située dans la Région de Bruxelles-Capitale. Elle est desservie par le train S3 durant toute la journée[22]. C'est une gare intermodale permettant une connexion rapide au reste du réseau de la STIB[23].

D'autres gares se situent non loin de la commune comme la Gare de Bruxelles-Midi et la gare de Bruxelles-Ouest.

Réseau fluvialModifier

Anderlecht est sur le parcours du deuxième plus grand axe du réseau belge des voies navigables, c'est-à-dire l'axe Anvers-Bruxelles-Charleroi par l'Escaut maritime, le canal maritime et le canal Charleroi-Bruxelles. On trouve une écluse sur ce canal à Anderlecht[24],[25], la No 10[20]. On trouve à Anderlecht une partie de la Senne à ciel ouvert, à côté du canal. Ainsi, grâce au canal, l'eau excédentaire de la Senne peut se verser dans le canal pour éviter des inondations dans Bruxelles[26],[20].

Le Territoire du canal traverse les quartiers suivants d'Anderlecht : Cureghem Rosee, Cureghem Bara, Industrie Birmingham, Cureghem Vétérinaire, Anderlecht centre Wayez, Veeweyde Aurore, Industrie Sud, Bizet Roue Ceria et Vogelenzang - Érasme[20].

ÉtymologieModifier

La première mention du nom « Anderlecht » figure dans le diplôme de l’an 1046 de Gerard premier, évêque de Cambrai[27]. Il semble être composé d’un mot celtique dont la signification s’est perdue (And ou ander que l’on retrouve dans Andenne, Anderlues, Andernach), et d'un mot allemand « lach » ou cours d’eau[27]. Anderlecht s'écrit Anrelech (acte de 1047), Andrelet (1111), Andreler (1148) ou Anderlech (1186). Les étymologistes ont émis au sujet de l’origine de ce nom diverses hypothèses. Il est en tout cas difficile de rapprocher ce nom de « lake », fossé rempli d’eau. Quant à Ander, on y a vu « andor » du néerlandais « andoren », marube (sorte de labiée). On a proposé « la basse terre » avec les gens qui habitent près de l’eau car on y voit « legede » (dépression) et ahan-warja, de aha « eau », en pensant à Aa[27].

HistoireModifier

Premières occupations connuesModifier

Dès l'âge de pierre, des hommes choisissent pour s'y fixer la rive droite de la Senne, c'est-à-dire la parcelle du territoire d'Anderlecht incluse dans l'éperon de sable situé entre la Senne et le Maelbeek[réf. nécessaire]. C'est à la présence des eaux qu'il faut attribuer l'établissement d’habitations humaines, des huttes en bois sur pilotis (palaffites), à cet endroit.

La mise au jour de fragments de vases et de poteries attestent de l'occupation d'Anderlecht à l'âge du bronze.

Pour ce qui concerne l'âge du fer, on peut citer la découverte de vases et d'une crémaillère articulée.

AntiquitéModifier

À la fin du Ier siècle de notre ère, une villa, siège d'une importante exploitation agricole, fut construite à Anderlecht sur l'emplacement du Champ de Sainte-Anne. Une chaussée romaine secondaire (diverticulum) s'étendait alors sur la crête de partage des vallées de la Vlese[Quoi ?] et de la Pède ; la villa romaine se trouvait non loin de cette voie. Les fouilles mirent au jour des murailles enduites de plâtras multicolore, des débris de tuiles (tegulae), des carreaux céramiques, des poteries et des objets métalliques.

Au milieu du Ve siècle, la région est occupée par les Francs. Au VIe siècle, ils y établissent un cimetière sur les rives de la Senne à l’emplacement des ruines de la villa romaine, sur les ruines des vaincus, selon leurs usages. Cette nécropole comprenait plus de 400 sépultures contenant des armes, des bijoux et des instruments de travail.

XIe siècleModifier

C'est du XIe siècle que date l'essor d'Anderlecht[27], en particulier autour de la vie religieuse. À l'époque, quatre villages occupent le territoire de l'actuelle commune : Anderlecht et Aa, liées à deux puissantes seigneuries foncières des bords de la Senne, Cureghem et Neerpede.

  • En 1046, Reinelde d’Aa fonde un chapitre canonial au sein de la paroisse de l’église Saint-Pierre, alors église principale d’Anderlecht qui acquiert ainsi le titre de collégiale. La communauté formera bientôt un noyau culturel, particulièrement rayonnant aux XVe et XVIe siècles.
  • Une église romane est également construite - qui deviendra la collégiale Saints-Pierre-et-Guidon.
  • La mort de Saint Guidon est située vers 1012. La collégiale prit le nom de Saints Pierre-et-Guidon lorsque, un siècle après la mort du saint, une Vita Guidonis écrite par un des chanoines le fit mieux connaître. Son tombeau commença à attirer un grand nombre de pèlerins.

Bas Moyen ÂgeModifier

En 1252 est fondé le béguinage d'Anderlecht.

Dès la fin du XIIIe siècle, la Famille d'Aa perd de son influence ; une partie de leur seigneurie passe aux mains de la famille de Walcourt, une autre à Sweder d'Abcoude au début du XVe.

De 1350 à 1527, la modeste église romane est agrandie et acquiert un style gothique brabançon. Elle prend alors son apparence actuelle, mais elle sera encore fortement restaurée et transformée au XIXe siècle.

En 1356, la plaine de Scheut fut le théâtre de la Bataille de Scheut.

En 1393, Jeanne de Brabant incorpore Anderlecht à la Cuve de Bruxelles. Ce rattachement marqua de manière indélébile la vie sociale, politique et économique du village pendant quatre siècles.

XVe siècleModifier

Des miracles et une appartition de la Vierge font affluer les pèlerins et permettent le développement d'un nouveau centre religieux : les fondations d'une chapelle sont jetées en 1450 à Scheut, bientôt complétées par un monastère chartreux (1453), une église et un grand cloître (1469).

RenaissanceModifier

En 1521, Érasme passe quelques mois à Anderlecht, dans ce qui deviendra la Maison d'Erasme. En 1525, la population d'Anderlecht est évaluée à 970 habitants[28]. En 1576 puis en 1579, la chartreuse de Scheut, à son apogée, est envahie, pillée et brûlée. Le couvent détruit, les Chartreux s'aménagent un refuge à Bruxelles intra muros en 1585.

XVIIe siècleModifier

Les archiducs Albert et Isabelle, gouverneurs des Pays-Bas espagnols, autorisent les Minimes à venir s'installer à Bruxelles en 1616. À partir de 1624, et avant de s'installer au centre de Bruxelles, l'ordre fait donc bâtir un premier couvent, avec le soutien du duc d'Aumale - alors en exil au château d’Aumale.

JoséphismeModifier

Les mesures prises par Joseph II contre les institutions religieuses frappent directement Anderlecht. En 1783, les chartreux doivent définitivement quitter la chartreuse de Scheut. Douze ans plus tard, la chapelle et la ferme (le Scheuthof), sont vendus comme biens nationaux. La chapelle résistera jusqu'en 1794, avant d'être détruite en toute illégalité. Le collège de chanoines fut dissout en 1796.

Période françaiseModifier

Le , la commune est le théâtre du combat d'Anderlecht qui voit s'opposer la France et le Saint-Empire germanique.

Canton d'AnderlechtModifier

Le décret du [29], fait d'Anderlecht le chef-lieu du 24e canton du département de la Dyle. Ce canton d'Anderlecht regroupait 11 municipalités - Anderlecht (chef-lieu), Berchem-Sainte-Agathe, Jette, Laeken, Dilbeek, Meulebeek (sic), Grand-Bigard, Itterbeek, Sint-Martens-Bodegem, Vlezenbeek et Wambeek et comptait 11 400 âmes. La Cuve de Bruxelles est supprimée par l'administration française.

La situation avantageuse de ces communes en rend les productions principales abondantes en grains tels que froment, seigle, orge, avoine, et colza. Les prairies et pâturages y sont d'une grande étendue, surtout à Anderlecht, Meulebeek et Laeken où ils sont fertilisés par les fréquentes inondations de la Senne. On a donc l'avantage d'y faire deux récoltes par an et celui d'y entretenir quantité de bestiaux de toutes espèces. Il se cultive à Grand-Bigard et Saint-Martin beaucoup de houblon et à Meulebeek les fruits et les légumes sont également abondants. Il résulte de ces productions auxquelles il faut ajouter les bois, quoique peu considérables, que possédaient les abbayes d'Affligem et Grand-Bigard, que ce canton est l'un des plus fertiles du département.

Les objets d'industrie et commerce dans ce canton sont les manufactures et imprimeries de coton, manufactures de faïence, fabriques de tabac, potasse, salins, blanc de céruse et poudre à tirer, avec deux tanneries, le tout sur les communes d'Anderlecht, Meulebeek et Koekelberg - alors une dépendance de Berchem-Sainte-Agathe. Il y a aussi une fonderie de fer à Jette et deux tanneries à Laeken.

La qualité du beurre d'Anderlecht, que lui donne la nature des pâturages qui alimentent les bestiaux, fait qu'il a la préférence sur tout autre des environs. Le canton compte environ quinze brasseries et dix genièvreries.

Le canton d'Anderlercht comptait, avant la suppression du clergé, dix paroisses et deux annexes avec une collégiale au chef-lieu, le couvent des Minimes, le béguinage d'Anderlecht, l'abbaye de Dieleghem (Prémontrés) à Jette, l'abbaye Sainte-Wivine à Grand-Bigard.

La commune à la fin du XVIIIe siècleModifier

Sa population est d'environ 2 000 âmes, y compris ses dépendances, qui s'étendaient jusqu'aux remparts de Bruxelles, à savoir : les hameaux de Cureghem, Veeweyde, Aa (où il y a un moulin à eau[30]), Biestebrock, Neerpede[31], Vlaesendael, Broeck, Mylenmeersch et Moortebeek en partie, les fermes isolées de Scheut, Elishout, Vlest et le moulin à eau de Speekaert[32] et quelques maisons isolées de cultivateurs, qui ne sont connues que par les noms de ceux qui les habitent. Près de la ferme de Scheut, à l'emplacement de l'église du couvent des Chartreux, se trouvait une chapelle nommée Notre-Dame de Scheut dont la situation agréable, au milieu d'un bocage, rendait ce lieu très fréquenté. Les productions principales d'Anderlecht sont le froment, le seigle, le colza, les fruits et légumes de toutes espèces. Les prairies et pâturages y sont très abondants. On y trouve également quatre imprimeries de coton, deux moulins à huile, deux fabriques d'amidon, une foulerie en laines, un moulin à tan et une genièvrerie. C'est à cette importante tradition maraichère et horticole que la commune doit l'Institut Redouté-Peiffer, héritier de l'école provinciale d'horticulture[33].

XIXe siècleModifier

UrbanisationModifier

 
Quartier Veeweyde.

Au XIXe siècle la commune s'urbanise et se peuple, en réponse à l'industrialisation des abords du canal ; la chaussée de Ninove est tracée en 1828, à travers l’ancienne propriété des chartreux.

La population est multipliée par 10 entre 1830 et 1890 et encore doublée entre 1890 et 1910. Le long de la chaussée de Mons, une série de quartiers industriels et ouvriers rejoignent d'abord le centre d'Anderlecht par Cureghem, puis s'étendent au-delà, avec notamment l'établissement, au début du XXe siècle, de la cité ouvrière de La Roue.

Gestion de l'eauModifier

Anderlecht est traversée par la Senne et, à partir de 1832, par le canal, sillonnée de cours d'eau (dont la Pede et le Vogelenzang) et ponctuée de moulins à eau et de marais. L'hydrographie naturelle des lieux et ses fréquents débordements[34] deviennent donc rapidement une entrave à son urbanisation qui ne manque pas, depuis, d'interpeler les pouvoirs publics[35],[36].

XXe siècleModifier

Le Parc du MeirModifier

FootballModifier

Le Sporting Club Anderlechtois est fondé le . En 1917, il investit le Parc Astrid — alors parc du Meir — inauguré en 1911, et y installe une première tribune en 1920. Le club intègre l'élite du football belge dès 1935. En 1980, le club de football rénove et agrandit ses installations sportives dans le parc — il en occupe actuellement près d'un quart. En , la commune d'Anderlecht signe un accord cadre avec le RSCA qui vise à soutenir les projets d’agrandissement du stade et à limiter les futures taxes communales qui seront dues par le club. En 2018[37], et plus que jamais, les incertitudes concernant l'avenir du RSCA dans l'actuel Lotto Park (anciennement stade Constant Vanden Stock) vont bon train. En effet, le Sporting pense peut-être migrer de ce stade mythique de la place De Linde pour trouver refuge dans le possible nouveau stade de Grimbergen. Les autorités communales d'Anderlecht ont pris le taureau par les cornes et ont commandé une étude sur une éventuelle deuxième vie du stade Vanden Stock.

DémographieModifier

Évolution de la populationModifier

Année 1830 1846 1856 1866 1876 1880 1890 1900 1910 1920 1930 1947 1961 1970 1980 1990 2000 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020
Habitants 3 426 5 966 7 465 11 580 18 615 22 812 32 311 47 929 64 137 67 038 80 046 86 412 94 677 103 796 95 969 89 231 87 812 104 647 107 912 111 279 113 462 115 178 116 332 117 412 117 597 118 382 118 920 120 009
Index 100 174 218 338 543 666 943 1 399 1 872 1 957 2 336 2 522 2 763 3 030 2 801 2 605 2 563 3 054 3 150 3 248 3 312 33 362 3 396 3 427 3 432 3 455 3 471 3 503
chiffres INS - 1830 = Index 100

Graphe de l'évolution de la population de la commune.

  • Source:INS - De:1806 à 1970=recensement de la population au ; depuis 1981= population au 1er janvier
  • Source : DGS - Remarque: 1806 jusqu'à 1970=recensement; depuis 1971=nombre d'habitants chaque 1er janvier[38]

Population étrangèreModifier

Nationalité Population[39]
  Roumanie 6 537
  Maroc 5 249
  Italie 3 064
  Pologne 2 871
  Espagne 2 670
  Portugal 2 604
  France 2 516
  Syrie 1 371
  République démocratique du Congo 793
  Bulgarie 748
  Algérie 694
Source : IBSA Brussels, chiffres au 1er janvier 2018.

HéraldiqueModifier

 
La commune possède des armoiries qui lui ont été octroyées officiellement le . La ville en usait depuis la décision du Grand Conseil héraldique du .

Elles montrent un Saint Guidon à genoux. Ce saint est originaire de la commune et s'est rendu en pèlerinage en Terre Sainte en 1042. Depuis lors il est le saint-patron de la commune. Il est inhumé dans l'église de la paroisse.

Le personnage représenté sur le blason lève une main vers le ciel et tient de l’autre un bâton orné d’une petite bannière; derrière lui on voit une charrue et deux chevaux attelés : les chevaux et le personnage sont d’or sur fond d’azur. Ce n’est point un hasard si le sceau communal témoigne officiellement de la continuité folklorique d’Anderlecht et rappelle que ce vaste territoire de 1 784 ha de superficie constituait l’un des centres agricoles les plus anciens du pays. Actuellement la continuité est assurée par l’organisation, depuis 1825, du marché annuel.

Les couleurs sont les couleurs nationales hollandaises. Quand au XIXe siècle le conseil adopta ces armoiries, aucune couleur n'était précisée. Toutes les armoiries dont les couleurs n'étaient pas précisées étaient octroyées dans les couleurs nationales. Après l'indépendance de la Belgique en 1830, les armoiries ont été confirmées et les couleurs n'ont pas été changées.
Blasonnement : D'azur à saint Guidon d'or.



Quartiers d'AnderlechtModifier

 
Plan d'Anderlecht (20 quartiers)

Le quartier d'Aa s'étend à cheval sur le Zoning industriel et le quartier de La Roue et correspond à l'ancien hameau du même nom. Le Zoning industriel est parfois divisé en deux : Aa et Paepsem.

MobilitéModifier

Anderlecht est desservi par de nombreuses lignes de transport public

Réseau STIB

Ligne Station Quartier(s) desservis
  Jacques Brel Birmingham / Scheut
  Aumale Centre
  Saint-Guidon Centre
  Veeweyde Veeweyde
  Bizet La Roue
  La Roue La Roue
  CERIA La Roue
  Eddy Merckx Vogelenzang
  Erasme Vogelenzang
   Clemenceau Cureghem
   Delacroix Birmingham
Ligne Nombres d'arrêts Quartier(s) desservis
  19 Porte d'Anderlecht, Cureghem, Meir, Scherdemael, Neerpede, Moortebeek
  35 Gare du midi, Orban, Saint-Guidon, Peterbos, Bastogne, Bockstael
  13 Bon Air, Broeck, Scherdemael, Meir, Veeweyde, La Roue
  10 Cureghem, Petite Île, Zoning industriel
  20 Birmingham, Scheut, Scheutveld, Broeck
  12 Zoning industriel, La Roue
Ligne Nombres d'arrêts Quartier(s) desservis
  14 Cureghem, Centre, Meir, Quartier des étangs

Réseau De Lijn  

Ligne Départ Destination ---
116 Bruxelles-Midi Ternat
117 Bruxelles-Midi Dilbeek (Rondenbos)
118 Bruxelles-Midi Schepdaal
126 Bruxelles-Nord Ninove centre
127 Bruxelles-Nord Ninove centre
128 Bruxelles-Nord Ninove centre
129 Bruxelles-Nord Dilbeek (Zuurweide)
136 Bruxelles-Nord Alsemberg
137 Bruxelles-Nord Alsemberg
140 Bruxelles-Midi Gooik (Leerbeek stelplaats)
141 Bruxelles-Midi Gooik (Leerbeek stelplaats)
142 Bruxelles-Midi Gooik (Leerbeek stelplaats)
144 Bruxelles-Midi Gooik (Leerbeek stelplaats)
145 Bruxelles-Midi Gooik (Leerbeek stelplaats)
153 Anderlecht (La Roue) Ninove via Alsemberg
154 Anderlecht (La Roue) Halle AZ St-Maria ziekenhuis
155 Anderlecht (La Roue) Halle AZ St-Maria ziekenhuis
170 Bruxelles-Midi Halle station
171 Bruxelles-Midi Halle station
610 Erasme Zaventem aéroport bus de nuit
810 Dilbeek (Moermanslaan) Halle station

Vie politiqueModifier

Élections communales de 2018Modifier

Conseil communal de 2018Modifier

 
Parti Voix % +/- Sièges +/-
PS-sp.a-cdH 14 023 29,73   7,04 %
16  /  47
  5
MR-Open VLD-IC 10 628 22,53   3,61 %
12  /  47
  2
Ecolo-Groen 7 320 15,52   4,17 %
8  /  47
  3
PTB-PVDA 6 891 14,61   12,92 %
7  /  47
  7
DéFI 3 581 7,59   0,26 %
3  /  47
  0
N-VA 1 950 4,13   0,94 %
1  /  47
  1
VB 1 006 2,13   1,53 %
0  /  47
  1
CD&V Plus 716 1,52 Nv.
0  /  47
  1
Autres 1 059 2,25 Nv.
0  /  47
  0
Total 44 561 100   5,22 % 47   0

Collège du bourgmestre et des échevins en 2018Modifier

Fonction Titulaire Parti
Bourgmestre

Echevin de la Police, Affaires générales, Affaires juridiques, Protocole, Accueil de la population, Musées, Monuments et sites, Tourisme, Patrimoine, Finances, Culture francophone, Bibliothèque francophone, Tutelle CPAS, Beaux-Arts, Projets subsidiés.

Fabrice Cumps PS
Premier Echevin

Modernisation de l'administration, Participation, Information, Centrale d'achat, GRH, Informatique, Égalité des chances, Contrôle interne, SIPPT, Médecine du travail.

Jérémie Drouart Ecolo
Développement urbain, Travaux publics, Mobilité, Politique de stationnement, Aménagement de l'espace public, Réseaux. Susanne Müller-Hübsch Groen
État civil, Population, Cimetière, Politique des séniors, Pensions, Politique du handicap, Affaires sociales. Fabienne Miroir Défi
Enseignement néerlandophone, Crèches néerlandophones, Culture néerlandophone, Jeunesse néerlandophone, Bibliothèque néerlandophone, Vie associative néerlandophone, Économie, Classes moyennes, Emploi, Commerce, Marchés hebdomadaires. Elke Roex Vooruit
Logements communaux, Bâtiments communaux, Terrains communaux, Jeunesse francophone, Unité Sociale Logement. Fatiha El Ikdimi cdH
Prévention, Sécurité urbaine, Articulation des politiques de prévention et de sécurité, Contrôle et lutte contre les chancres et les marchands de sommeil, Politique des SAC, Permis d'urbanisme, Permis d'environnement. Alain Kestemont Défi
Rénovation urbaine, Contrats de quartier durables, Bien-être animal, Hygiène. Nadia Kammachi Ecolo
Transition écologique, Développement durable, Entretien de l'Espace public (Propreté - Espaces verts - Transports), Occupation du domaine public. Allan Neuzy Ecolo
Solidarité internationale, Sports, Cultes, Cohésion sociale. Julien Milquet cdH
Enseignement francophone, Crèches francophones, Évènements, Santé. Guy Wilmart PS

Résultats des élections communales depuis 1976Modifier

Partis 10-10-1976[40] 10-10-1982 9-10-1988 9-10-1994 8-10-2000 8-10-2006[41] 14-10-2012[42],[43] 14-10-2018[44]
Votes / Sièges % 47 % 45 % 45 % 43 % 43 % 63 % 47 % 47
PS-SP 44,79 25 36,46 22 - - 27,67 14 - - -
PS-Sp.a-cdH - - - - - 33,44 17 36,77 21 29,73 16
PSC 4,5 1 - 8,24 3 7,91 3 4,29 1 - - -
PSD - - 2,23 0 - - - - -
LB/MR-OpenVLD-IC2 - - 37,29 20 23,31 13 - 34,86 18 26,14 14 22,532 12
ECOLO/Ecolo-Groen2 - 6,3 2 10,87 5 8,39 4 16,16 7 10,68 4 11,352 5 15,522 8
PRL 12,4 6 15,63 8 - 14,61 7 - - - -
PRL-FDF - - 25,69 14 - 30,02 15 - - -
FDF/Défi2 18,09 9 13,86 7 - 11,18 5 - - 7,85 3 7,592 3
UDRT-RAD - 4,63 1 - - - - - -
Vlaams Blok1/Vlaams Belang2 - - 2,551 0 4,471 1 7,871 3 7,942 3 3,662 1 2,132 0
PCB-KPB/KP 3,57 1 1,78 0 - - - - - -
PTB-PVDA 0,58 0 0,41 0 0,44 0 0,52 0 0,49 0 - 1,69 0 14,61 7
Divers 76 2,43 0 - - - - - - -
VL Belang 6,6 2 - - - - - - -
FNK - 2 0 - - - - - -
SC - 3,42 1 - - - - - -
CVP-SC/CVP2/CD&V+3 7,06 3 7,12 3 - - - - - 1,523 0
N-VA - - - - - - 5,07 2 4,13 1
VU - 4,2 1 - 1,39 0 - - - -
KARTEL - - 7,73 3 - - - - -
PVV - 2,35 0 - - - - - -
FN NFN/FN2 - - 3,05 0 13,22 6 3,312 0 3,922 1 - -
ANDERL - - - 8,94 4 7,42 3 - - -
AC-AK - - - 3,17 0 - - - -
LLD - - - 2,59 0 - - - -
Anderl'2007 - - - - - 6,07 2 - -
PJM - - - - - 2,7 0 - -
ISLAM - - - - - - 4,13 1 -
Autres(*) - 1,86 1,91 0,32 1,84 0,38 3,34 2,25
Total des votes 62663 55010 49615 45425 43792 49038 48509 50903
Participation % 84,28 86,31 84,23 86,57 82,23 83,62
Votes blancs ou nuls % 5,6 7,54 8,28 6,46 5,39 6,02 8,14 7,33

(*) 1982: ICC, MIRZA, PNP-NPG, UDB 1988: EVA, PFN 1994: PCN-NCP 2000: EUR,COLOR 2006: UNIE 2012: Belg-Unie, Egalite, Gauches Communes 2018 : La Droite, nation

Lieux culturels, tourisme et curiositésModifier

 
Page de Galerie de Traitres publié par L'Insoumis au sujet de Georges Remy (sic ; en fait Georges Remi, alias Hergé) au musée de la Résistance à Anderlecht.
 
Bâtiment des Archives de l'État à Bruxelles (Anderlecht).

ÉconomieModifier

  • Abattoirs d'Anderlecht
  • La confiserie Leonidas SA a son siège au Boulevard Jules Graindor, no 43 (en face de la Clinique Sainte-Anne Saint-Rémi)
  • Coca-Cola Benelux[47] a son siège au 1424, Chaussée de Mons. Distribution pour le Benelux et deuxième plus grand centre d’innovation de Coca-Cola.
  • Play It Again, Sam, aussi connu sous le nom de Pias, a eu son siège au 100, rue de Veeweyde, avant qu'il ne déménage au Royaume-Uni en 2016.
  • Radionomy, leader mondial de la radio en ligne [48], est basé au 55, boulevard international.

Commerces et établissements anciensModifier

 
La tour Tondeur Diffusion, ancien siège des imprimeries ASAR.
  • Droguerie Wotquenne (rue Edmond Delcourt, 30)
  • Le Chapeau blanc, restaurant (rue Wayez, 200)
  • Au flan renommé, boulangerie (rue Wayez, 21)
  • Friture René, restaurant (place de la Résistance, 14)
  • In den Appelboom, restaurant (rue du Pommier, 401)

SantéModifier

  • Hôpital Érasme[49]
  • Hôpital Joseph Bracops[50]
  • Clinique Sainte-Anne Saint-Rémi[51]

JumelagesModifier

La ville d'Anderlecht est jumelée avec [52] :

D’autre part la commune d’Anderlecht a signé un pacte d’amitié avec [52]:

SportModifier

La commune d'Anderlecht est renommée principalement pour ses équipes de football, de rugby et d'aviron qui sont les équipes les plus titrées en Belgique dans leurs disciplines respectives.

  • Adeps : la commune propose un Centre Adeps[53]
  • Athlétisme : RSC Anderlech-Athlétisme[54] qui occupe la piste Jesse Owens à Neerpede
  • Football : le RSC Anderlecht est l'équipe belge la plus titrée au niveau national
  • Football américain : les Brussels Black Angels s'entrainent sur le terrain synthétique du Vogelenzang et jouent leurs matches sur le terrain central du stade Jesse Owens
  • Golf : le Royal Amicale Golf Club d'Anderlecht[55] est le seul club de la région Bruxelles-Capitale à proposer un parcours 18 trous
  • Hippisme : la commune abrite différents manèges dont le Pony Paradise[56] et l'Amazone.
  • Hockey : le Royal Sporting Hockey Club d'Anderlecht[57] est issu de la fusion (en 1974) entre l'ancienne section Hockey du RSCA et le l'Amicale
  • Korfbal: le Royal Olympia Anderlecht Korfbal[58] est le seul club de la région de Bruxelles-Capitale à pratiquer ce sport mixte.
  • Nautisme : le Cercle des Régates de Bruxelles[59] a été créé en 1878
  • Rugby : le RSC Anderlecht-Rugby est le doyen des clubs Belges et fut aussi un des quatre membres fondateurs de la Fédération belge de rugby à XV.
  • Ski : le Yéti Ski[60] propose une piste de ski synthétique de 140 mètres
  • Tennis de table : le Royal Cercle de Tennis de Table Anderlechtois[61]
  • Tir à l'arc : société Royale de Tir à l'Arc la Flêche d'Or d'Anderlecht[62]
  • Volley-Ball : le Best Friends Volley Club[63]

Personnalités de la communeModifier

Voir aussi le pierres tombales présentes à la Collégiale Saints-Pierre-et-Guidon d'Anderlecht.

ArtsModifier

  • Abel et Gordon, artistes et coréalisateur du film Rumba (2008), vécut à Anderlecht.
  • Dick Annegarn, auteur-compositeur-interprète, habitant d'Anderlecht.
  • Jacques Brel, chanteur. Il a vécu de 1942 à 1951 au 7, rue Jacques Manne, et a travaillé de 1946 à 1953 dans la cartonnerie familiale Vanneste & Brel (aujourd'hui SCA Packaging) au 18, rue Verheyden.
  • Maurice Carême, poète, habitant d'Anderlecht.
  • Joseph De Gryse, architecte-paysagiste et urbaniste, Président de l'Association Belge des Architectes de Jardins et du Paysage, vécut à Anderlecht.
  • Hippolyte De Kempeneer (1876-1944), producteur et réalisateur, grande figure des premiers temps du cinéma belge, né à Anderlecht.
  • Gos, scénariste et dessinateur de bande dessinée (Le Scrameustache), vécut à Anderlecht.
  • Jean Hayet, acteur et professeur de diction à l'académie d'Anderlecht, vécut à Anderlecht.
  • Albert Huybrechts, musicien, vécut à Anderlecht.
  • André Jacqmain (1921-2014), architecte, né à Anderlecht.
  • Kid Noize, compositeur et DJ, né à Anderlecht. De son vrai nom, Greg Avau, membre fondateur du groupe Joshua et membre du jury 2012 de The Voice Belgique.
  • N'Faly Kouyaté, koraïste guinéen (Afro Celt Sound System), vécut à Anderlecht.
  • Ivan Paduart (né en 1966), jazzman, né à Anderlecht.
  • Régine (née en 1929), chanteuse, née à Anderlecht.
  • Marcel Spittael (1899-1981), architecte né à Anderlecht.
  • William Vance (1935-2018), dessinateur et scénariste de bande dessinée, né à Anderlecht.
  • Guy Vandevoorde, illustrateur, vécut à Anderlecht.
  • Toots Thielemans, musicien de Jazz, vécut à Anderlecht.
  • Henri Vergé-Sarrat (1880-1966), artiste peintre et graveur né à Anderlecht.
  • Guy Verstraeten (né en 1981), humoriste, chroniqueur, journaliste, plus connu sous le pseudonyme de Guillermo Guiz, né à Anderlecht.
  • Zidrou (né en 1962), scénariste de bande dessinée, né à Anderlecht.

ReligieuxModifier

PolitiquesModifier

  • Élisabeth de Belgique, les princes Gabriel et Emmanuel, la princesse Éléonore, respectivement 1er, 2e, 3e et 4e dans l'ordre de succession au trône de Belgique (en 2015), sont nés à Anderlecht.
  • Xavier Mabille (1933-2012), politologue né à Anderlecht.
  • Joseph Bracops, bourgmestre de la commune, vécut à Anderlecht.
  • Henri Simonet bourgmestre de la commune, ancien ministre des affaires étrangères et vice-président de la commission européenne, vécut à Anderlecht.
  • Jacques Simonet bourgmestre de la commune, ancien ministre-président de la région bruxelloise et secrétaire d'État aux affaires européennes et étrangères, vécut à Anderlecht.

SportifsModifier

  • Jean Bourgeois, alpiniste (himalayiste et membre du GHM), ethnographe et astronome belge, vécut à Anderlecht.
  • Désiré Keteleer (1920-1970), cycliste professionnel, né à Anderlecht.
  • Philippe Thys (1890-1971), cycliste, né à Anderlecht.
  • Félix Week, ancien joueur du RSC Anderlecht, tenait un café rue de Veeweyde.

Autres personnalitésModifier

  • Herman Dedapper, restaurateur[64], Premier Sommelier de Belgique (1981) et médaillé de bronze au concours mondial, vécut à Anderlecht.

IconographieModifier

L'iconographie de la commune très nourrie et de longue date, retrace l'histoire et l'évolution de la commune.

XVIIe siècleModifier

Remigio Cantagallina est l'auteur de plusieurs dessins représentant des vues ou des bâtiments bruxellois[65] et d'Anderlecht en particulier, qui se trouvent dans les collections des Musées royaux des Beaux-arts de Belgique.

  • Les ruines de la Vieille Tour à Anderlecht (Hof ter Biest[66])[67].
  • Anderlecht - (Verso) Esquisse d'un arbre[68].
  • Tobie et l'ange, devant les remparts de la ville et la porte d'Anderlecht[69].
  • Vue du nord-est de Bruxelles et de l'église Sainte-Gudule à droite[70].
  • L'artiste au travail devant Anderlecht[71].

Fin XIXe - début XXe siècleModifier

C'est l'âge d'or de la carte postale et des témoignages photographies d'Anderlecht, rural, dans les environs de Bruxelles[72].

L’œuvre d'Henri DethierModifier

Le peintre belge Henri Dethier (1939–2009), auteur de nombreuses représentations de transports ferrés a peint Anderlecht dans plusieurs tableaux[73].

  • Tram 56 à son terminus de Neerpede-Anderlecht
  • Trams 56 et 45 au Rond-Point du Meir avec le Parc d’Anderlecht à l’arrière-plan
  • Tram 22 dans la neige. Place Ministre Wauters.
  • Tram 46 à l’angle du Boulevard Poincaré et de la chaussée de Mons. Carrefour de la Porte d'Anderlecht
  • Tram 76 place de la Vaillance avec l’église Saint Guidon à l’arrière-plan.

Anderlecht au cinémaModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon les données de Bruxelles Environnement :« Bruit - Données de base pour le plan » concernant le cadastre du bruit du trafic routier en Région de Bruxelles-Capitale, d'après un indicateur Lden sur l'année 2016, Anderlecht est, avec la commune de Forest, l'une des communes bruxelloises les plus bruyantes au niveau du trafic routier et ce à cause de son parc industriel et du ring 0 (R0) qui passe dans la commune, l'un des seuls endroits de la région où ce ring s'introduit (en effet, il est généralement situé à l'extérieur de la région). Selon ces chiffres, la majorité des grands axes de la communes et les alentours sont compris dans une nuisance sonore comprise entre 55 et plus de 75 dB(A).

RéférencesModifier

  1. Jean Germain, Guide des gentilés : les noms des habitants en Communauté française de Belgique, Bruxelles, Ministère de la Communauté française, (lire en ligne), p. 20.
  2. SPF Interieur - Population - Vérifié le 18 février 2020
  3. a et b Aimé (1847-1933) Rutot, « Carte géologique de la Belgique. 87, Assche - Anderlecht », oldmaps,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. « Ballade: la géologie du pajottenland à Bruxelles | Anderlecht », sur www.anderlecht.be (consulté le ).
  5. « A Anderlecht, le Service Géologique a creusé un forage de 120 m dans le cadre du projet BRUGEO - Vidéo Dailymotion », sur Dailymotion (consulté le ).
  6. « Carte topographique Anderlecht, altitude, relief », sur topographic-map.com (consulté le ).
  7. Numérotation du réseau routier, p. 1, sur www.inforoutes.be.
  8. a et b Numérotation du réseau routier, p. 3 sur www.inforoutes.be.
  9. « Longueur du réseau routier régional belge », sur WikiSara (consulté le ).
  10. a b et c Numérotation du réseau routier, p. 16 sur www.inforoutes.be
  11. a b et c Numérotation du réseau routier, p. 18 sur www.inforoutes.be
  12. Numérotation du réseau routier, p. 19 sur www.inforoutes.be.
  13. « Bruxelles ville 30 | Anderlecht », sur www.anderlecht.be (consulté le ).
  14. Le Moniteur de la mobilité, Focus : Analyse des accidents de roulage avec lésions corporelles, trimestriel N° 25, été 2009.
  15. « Bureau Greisch - Réhabilitation des ponts de la Petite Ile à Anderlecht », sur Bureau Greisch (consulté le ).
  16. « Bureau Greisch - Pont de la Petite-Ile à Anderlecht - projet de reconstruction », sur Bureau Greisch (consulté le )
  17. « Pont-métro d'Anderlecht (Anderlecht) », sur Structurae (consulté le ).
  18. « Infrabel renouvelle 20 km de voies et remplace deux ponts métalliques datant de 1928 », sur BX1, (consulté le ).
  19. « Anderlecht : la rénovation du pont Marchant ne démarrera pas avant 2021 », sur BX1, (consulté le ).
  20. a b c et d https://perspective.brussels/sites/default/files/AtlasCanal_FR_WEB.pdf.
  21. « Une nouvelle gare à Anderlecht dès le 13 décembre », sur RTBF Info, (consulté le ).
  22. « Ouverture de la gare d’Anderlecht, la 35e gare dans la Région de Bruxelles-Capitale », sur press.sncb.be (consulté le )
  23. « Inauguration d'une nouvelle gare intermodale à Anderlecht », sur RTBF Info, (consulté le ).
  24. « Le réseau belge des voies navigables et ses gestionnaires | SPF Mobilité », sur mobilit.belgium.be (consulté le ).
  25. A. Delmer, Atlas de Belgique. Planche 45. Les voies navigables, Académie Royale de Belgique, Comité national de géographie, commission de l'atlas national, 1962, p. 35.
  26. https://www.coordinationsenne.be/mailer/JournaldelaSenne_18/CoS-fiche-JdlS18_OK.pdf.
  27. a b c et d Ameeuw, Bruxelles au fil des jours et des saisons La Ville- La Région : La Périphérie., LASNE, Édition de l'ARC, , 30e éd., 404 p.
  28. A. Hubert, 'Anderlecht : 'ssai d'histoire populaire, 1927.
  29. Histoire d'une maison communale, Bulletin du Crédit communal, janvier 1977, no 119.
  30. Encore signalé dans Inondations de la vallée de la Senne, aux abords de Bruxelles, Bruxelles, 1840, p. 15.
  31. Les quartiers homonymes actuels d'Anderlecht ne recouvrent pas nécessairement le même territoire que ces hameaux.
  32. « Nous nous sommes rendus ensuite au moulin dit de Speeckaert à Cureghem. Ce moulin n a pas de déversoir et sa ventillerie n'offre qu'une ouverture d'un mètre 65, dont les vannes ne peuvent s'élever au-dessus du niveau des eaux ordinaires. Cette ventillerie devra être nécessairement modifiée. Ce moulin est établi sur une branche de la Senne de beaucoup moins d'importance que la 1ere qui alimente le moulin qui se trouve près de la route. », Inondations de la vallée de la Senne, aux abords de Bruxelles, Bruxelles, 1840, p. 15.
  33. Reflexcity, en ligne.
  34. Agence de presse Mondial Photo-Presse. Agence photographique, « Les inondations de Belgique : une ferme d'Anderlecht inondée par la Senne : [photographie de presse] / Agence Mondial », Europeana (consulté le ) ; Anne-Cécile Huwart, Pluies et inondations Boulevard Industriel : grosses files sur le ring, L'Avenir, , en ligne ; 2000. A.-C. H., Deux zones de calamité naturelle [dont Neerpede] : les victimes des pluies indemnisées, Le Soir, , p. 19.
  35. Le sol et l'eau, in : Daniel Van Damme, Promenades archéologiques à Anderlecht, préface de Joseph Bracops, illustrations d’Eugène Narcisse, Bruxelles 1958, p. 81-90 (en ligne).
  36. Ministère des travaux publics, Inondations de la vallée de la Senne, aux abords de Bruxelles, Bruxelles, Rémy, 1840.
  37. « Si le RSCA quitte Anderlecht, voilà ce que pourrait devenir le stade », L'Écho,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  38. http://www.ibz.rrn.fgov.be/fileadmin/user_upload/fr/pop/statistiques/population-bevolking-20190101.pdf.
  39. http://ibsa.brussels/themes/population#.XPAZSdMzbUb.
  40. 1976-2000:Verkiezingsdatabase Binnenlandse Zaken.
  41. Gegevens 2006: www.bruxelleselections2006.irisnet.be
  42. (nl) « Gegevens 2012 », (consulté le ).
  43. « Resultats des élections communales de 2012 », (consulté le )
  44. Résultats officiels des élections communales 2018.
  45. Brasserie Cantillon.
  46. Musée de la Médecine.
  47. Coca-Cola Benelux
  48. Article du soir.be sur Radionomy.
  49. Hôpital Érasme
  50. Hôpital Joseph Bracops
  51. Clinique Sainte-Anne Saint-Rémi.
  52. a et b Projets européens
  53. Centre Adeps.
  54. RSC Anderlecht-Athlétisme.
  55. Royal Amicale Golf Club d'Anderlecht.
  56. Pony Paradise.
  57. Royal Sporting Hockey Club d'Anderlecht.
  58. Royal Olympia Anderlecht Korfbal.
  59. Cercle des Régates de Bruxelles.
  60. Yéti Ski.
  61. Royal Cercle de Tennis de Table Anderlechtois.
  62. Flêche d'Or d'Anderlecht.
  63. Best Friends Volley Club.
  64. « Home », sur La Brouette (consulté le ).
  65. Voir en ligne.
  66. [1] ; [2]
  67. Inv. 2994/64.
  68. Inv. 2994/66.
  69. Inv. 2994/67.
  70. Inv. 2994/47.
  71. Inv. 2994/1.
  72. Cartes postales anciennes, Anderlechtensia (cercle d'histoire locale).
  73. Visibles en ligne sur ce site monographique consacré au peintre.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Jean Van Audenhove, Anderlecht au fil des siècles et Les rues d'Anderlecht, Cercle d'Archéologie, Folklore et Histoire d'Anderlecht, 1996-1997, 2 vol. (668 p.).
  • Michel de Waha, Recherches sur la vie rurale à Anderlecht au Moyen Âge, Crédit Communal de Belgique, 1979.
  • Josse et Jean-Claude Haenen, Anderlecht, un regard vers le passé, Ed. Het Streekboek, 2004-2007. Quatre tomes.
    • I, Le Centre et le quartier du Broeck
    • II, Quartiers Veeweyde, de la Petite île, de l'Aa, de la Roue et de Paepsem)
    • III, Bon Air, Neerpede, Biestebroeck)
    • IV, Cureghem et Scheut.
  • Marcel Jacobs, Anderlecht au passé et au présent, éd. Het Streekboek, 1999.
  • Daniel Van Damme, Promenades archéologiques à Anderlecht, Presses de Willy Godenne, 1958, 98 pages.
  • Bruxelles, Ville d'Art et d'Histoire. Anderlecht, la Collégiale, le Béguinage, la Maison d'Erasme, Région de Bruxelles-Capitale, 1999, 32 p.

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier