Histoire des Juifs au Royaume-Uni

aspect de l'histoire
Rosace à la synagogue de New West End de Londres

L'histoire des Juifs au Royaume-Uni commence avec l'arrivée des premiers Juifs après la conquête normande de l'Angleterre pour se poursuivre jusqu'à nos jours avec une interruption, comme dans d'autres pays d'Europe occidentale, liée à l'expulsion des Juifs du royaume du XIIIe au XVIIe siècle.

S'il n'est pas impossible que des Juifs aient vécu ou séjourné en Écosse au Moyen Âge, ce n'est qu'au XVIIe siècle que des Juifs sont attestés en Irlande du Nord (en) et en Écosse.

La communauté juive du Royaume-Uni est aujourd'hui la deuxième plus importante d'Europe après celle de France.

HistoireModifier

De l'arrivée des Juifs en Angleterre à leur expulsion en 1290Modifier

 
Carte de la juiverie de Norwich en 1144, lors de l'accusation de crime rituel

Il n'existe pas de mention de résidence des Juifs en Angleterre avant la conquête normande. C'est Guillaume le Conquérant qui fait venir des Juifs de Rouen à la fin du xie siècle pour leurs compétences commerciales et financières[1].

En 1144, l'affaire de Guillaume de Norwich est le premier cas connu d’accusation de meurtre rituel contre les Juifs. Durant les travaux de construction du centre commercial (en) Chapelfiled de la ville en 2004, dix-sept de leurs corps sont trouvés puis déplacés dans le carré juif du cimetière d'Earlham de Norwich.

Le massacre des Juifs de York a lieu en [2].

En 1218, le port de la rouelle par les Juifs devient obligatoire[3].

Affaibli par la guerre des Barons de 1215, Henri III s'appuie sur les riches marchands juifs pour collecter les impôts et relancer le système d'emprunt. Dans un dossier fiscal anglais de 1233, apparaît une dessin satirique représentant le prélèvement des impôts, où deux personnages (Mosse Mokke, un notable juif de Norwich et sa femme Avegaye) avec des nez crochus, dans ce qui ressemble au palais de Westminster, sont raillés par une armée de démons[4],[5].

Au cours des décennies qui suivent, les Juifs anglais sont taxées de plus en plus fortement, leurs biens sont confisqués, ils sont arrêtés et détenus à des fins de rançon et exécutés sur des charges inventées de toutes pièces[5].

 
Persécutions des Juifs à l'époque de leur expulsion, arborant la tabula imposée par Henry III, Rochester Chronicle, 1290

En 1244, le roi Henry III exigea le paiement de 40 000 livres et les deux tiers de cette somme furent rassemblés en cinq ans[6] ; ces mesures ruinèrent la communauté juive qui ne pouvait plus prêter de l'argent[7]. Le roi avait fait construire le Domus Conversorum à Londres en 1232 pour pousser à la conversion des Juifs au christianisme et ses efforts s'intensifièrent après 1239 ; près de 10 % des Juifs d'Angleterre s'étaient convertis à la fin des années 1250[7]. Henry III adopta en 1253 l'édit des Juifs destiné à les discriminer en les obligeant à porter un badge en forme de tables de la Loi (tabula) ; ainsi, le motif apparaît encore des décennies plus tard dans l'iconographie médiévale[8].

Les récits antisémites (antijudaïsme d'alors) impliquant des allégations d'infanticide et « meurtres rituels » se répandirent à partir de 1255 avec l'affaire du jeune Hugh de Lincoln, où incité par le juge (en) John de Lexinton[9], Henry III fit emprisonner 99 Juifs et pendre 18 d'entre eux - les rescapés devant probablement leur salut à l'intercession des franciscains ou de Richard de Cornouailles, frère du roi[10].

En 1275, le statut de la juiverie leur interdit l'usure[3].

Toute la communauté juive du Royaume Uni est expulsée en 1290 par le roi Édouard Ier d'Angleterre.

Depuis leur réadmission en 1656Modifier

 
Benjamin Disraeli, 1st comte de Beaconsfield

En 1656, Oliver Cromwell met un terme définitif à l'interdiction des Juifs.

En 2006, la communauté juive britannique célèbre le 350e anniversaire de son retour au Royaume-Uni[11].

GalerieModifier

DémographieModifier

La population juive au Royaume-Uni est estimée à environ 300 000 personnes en 2014. Environ les deux tiers des Juifs britanniques vivent dans la région de Londres. Les communautés les plus importantes en dehors de Londres sont dans les régions de Manchester (environ 40 000) puis de Leeds, Glasgow, et Brighton.

D'après une étude publiée en 2014, les Juifs du Royaume-Uni s'identifient de la manière suivante[12] :

  • Traditionaliste (pratique religieuse partielle) : 26 %
  • Laïque (peu ou pas intéressé par la religion) : 24 %
  • Réformé/Progressiste : 18 %
  • Orthodoxe (pratique religieuse stricte, mais immersion dans le monde moderne) : 12 %
  • Haredim (pratique religieuse stricte, volonté de séparatisme social fort) : 4 %

Judaïsme ultra-orthodoxeModifier

 
Commémoration pour la mort de Myer Cash tué dans un bombardement, Grande synagogue de (en) South Hackney, Londres, 1941

La communauté juive ultra-orthodoxe du Royaume-Uni est la plus importante d'Europe. D'ici 2050, la majorité des Juifs du Royaume-Uni devrait être ultra-orthodoxe (contre 17 % aujourd'hui)[13]. Les Haredim vivent principalement à Stamford Hill, Salford, Barnet et Gateshead.

AntisémitismeModifier

L'antisémitisme réapparaît dans la vie britannique dans les années 2010 : de nombreuses accusations d'antisémitisme touchent le parti travailliste pour des déclarations ou publications de vidéos antisémites par des membres du parti qui ne sont pas sanctionnés et son leader Jeremy Corbyn pour avoir dîné avec Khaled Mechaal en 2010, puis qualifié le Hamas et le Hezbollah de partis amis[14]. Dans une tribune parue en novembre 2019 dans le Times, le grand rabbin du Royaume-Uni Ephraim Marvis déclare : « Que vont devenir les juifs et le judaïsme en Grande-Bretagne si le Parti travailliste compose le prochain gouvernement »[14]. Selon The Sunday Times, plusieurs membres du Parti travailliste, qui avaient tenu des propos violemment antisémites, sont restés dans le parti pendant des mois et même plus d’un an et ont reçu une sanction clémente ou même aucune[15]. La défaite des travaillistes dans cette élection est accueillie avec soulagement par la communauté juive britannique[16].

Organisation de la communautéModifier

La plupart des personnes qui se définissent comme juives appartiennent à l'un des mouvements suivants :

  • le United Synagogue : organisation de Juifs londoniens créée en 1870 et qui rassemble aujourd'hui la plus grande partie de la communauté juive britannique sous l'autorité d'un "chief Rabbi" ;
  • le Movement for Reform Judaism (connu jusqu'en en tant que "Reform Synagogues of Great Britain") et le regroupement indépendant Liberal Judaism,
  • le rassemblement des synagogues massorti.

Plusieurs organisations privées ont été fondées pour soutenir la communauté juive britannique:

  • le Board of Deputies of British Jews, fondé en 1760, contient des membres de chaque synagogue du Royaume-Uni ;
  • le Jewish Leadership Council rassemble les leaders de chaque organisation de la vie communautaire, ainsi que des personnalités importantes de la communauté juive ;
  • le Community Security Trust existe depuis les années 1930 pour lutter contre les menaces sur la sécurité de la communauté juive[17]. Il propose des formations de sécurité et tient un registre des incidents antisémites au Royaume-Uni ;
  • la Union of Jewish Students apporte son aide aux étudiants juifs dans les universités.

Le Limmoud est une session de conférences annuelles organisées par la communauté juive britannique et rassemblant des intervenants internationaux.

Le Jewish Chronicle est le plus ancien journal juif du monde encore édité, paru régulièrement depuis 1841.

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. Joseph Jacobs, « England », sur Jewish Encyclopedia, 1905-1906
  2. (en) « The 1190 Massacre », York Museums Trust (consulté le 27 septembre 2015)
  3. a et b Pierre Savy, Histoire du peuple juif dans l'Occident médiéval, MOOC à l'UNEEJ, leçon 5, séquence 3, 2016
  4. « La première caricature des Juifs était-elle une satire politique du XIIIe siècle? », sur Slate.fr, (consulté le 11 janvier 2020)
  5. a et b (en) Sara Lipton, « The First Anti-Jewish Caricature? », sur The New York Review of Books, (consulté le 11 janvier 2020)
  6. Par comparaison, 66 livres représentaient à l'époque les revenus annuels d'un baron pauvre tandis que 6 666 livres correspondaient à près d'un quart des revenus annuels de la Couronne.
  7. a et b Robert C. Stacey, « The English Jews Under Henry III: Historical, Literary and Archaeological Perspectives », dans Jews in Medieval Britain, Woodbridge, Boydell Press, 2003 (ISBN 978-1-84383-733-6). pp. 49-52
  8. Stacey 2003, p. 51-52.
  9. (en)Gavin I. Langmuir, "The Knight's Tale of Young Hugh of Lincoln", Speculum, Vol. 47, No. 3 (July 1972), pp. 459–482.
  10. (en) Joseph Jacobs, Jewish ideals :and other essays /, London, D. Nutt, (lire en ligne), p. 192-224.
  11. 350 ans d'histoire juive au Royaume-Uni, European Jewish Press, .
  12. JPR - Jews in the United Kingdom in 2013
  13. (en)'Majority of Jews will be Ultra-Orthodox by 2050'
  14. a et b Jean-Marc Gonin, « Au Royaume-Uni, le Labour accusé d'antisémitisme », Le Figaro Magazine,‎ 6, 7 novembre 2019 (lire en ligne)
  15. « Des preuves que l’affirmation du Labour qu’il combat l’antisémitisme est fausse », sur The Times of Israel,
  16. « Les Juifs britanniques et les Israéliens soulagés par la défaite de Corbyn », sur The Times of Israel,
  17. Bulkacz, Vanessa. "UK Jews stress security year after bombings", Jewish Standard, 13 juillet 2006.