Ouvrir le menu principal

Belges (nationalité)

peuple, nationalité
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Belges.
Belges
Description de cette image, également commentée ci-après
Étudiants belges lors d'un événement.

Populations significatives par région
Drapeau de la Belgique Belgique 11 358 357 (2018)[1]
Drapeau des États-Unis États-Unis 356 405 (2015)[2]
Drapeau du Canada Canada 176 615 (2011)[3]
Drapeau de la France France 133 066 (2013)
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 118 725 (2018)[4]
Autres
Régions d’origine Gaule belgique
Langues Langues en Belgique
Religions Religion en Belgique
Ethnies liées Gaulois belges

Les Belges (néerlandais : Belgen, allemand : Belgier) sont les citoyens et les natifs du Royaume de Belgique, État fédéral d'Europe de l'Ouest.

Sommaire

EthnonymieModifier

Les Belges sont une nation relativement « nouvelle ». La révolution de 1830 a conduit à la création d'un pays indépendant sous un gouvernement provisoire et d'un congrès national[5],[6]. Les Belges sont les descendants des Celtes belges et des peuples germaniques tels que les Frisons, les Francs et les Saxons. Le nom « Belgique » a été adopté pour le pays, le mot étant dérivé de Gallia Belgica, une province romaine dans la partie la plus septentrionale de la Gaule, qui, avant l'invasion romaine en 100 av. J.-C., était habitée par les Belges, un mélange de peuples celtes et germains[7],[8].

Le nom latin a été ranimé en 1790 par l'éphémère États belgiques unis qui a été créé après la révolution contre la domination autrichienne qui a eu lieu en 1789. Puisque aucun adjectif équivalant à « belge » n'existait à l'époque, les Français nomment « Belgique » à la fois comme nom et adjectif ; un phénomène emprunté du latin, qui était encore couramment utilisé à cette époque[9]. À partir du XVIe siècle, les Pays-Bas ou « Pays-Bas », ont été désignées par « Belgica » en latin, comme ce le fut pour les Provinces-Unies.

Les relations entre les communautés linguistiques belgesModifier

Article détaillé : Communautés de Belgique.

Les Belges sont avant tout un groupe de nationalités ou de citoyens, par le droit du sol (en latin : « jus soli »)[10], aussi connu comme la citoyenneté du droit d'aînesse et ne sont pas un groupe ethnique homogène[11],[12],[13]. Les Belges sont composés de deux principaux groupes linguistiques et ethniques : les néerlandophones (appelé les Flamands) et les francophones (pour la plupart des Wallons). Un troisième groupe plus restreint mais reconnu par la constitution, les germanophones. Ces priorités ethniques et linguistiques, parfois rivales, sont gouvernées par « les régions ou les communautés » désignées par la constitution, selon le domaine constitutionnel du sujet, une construction politique belge unique et complexe. Comme beaucoup de belges sont au moins bilingues, voire trilingues, il est courant pour les réseaux professionnels, sociaux et familiaux d'inclure des membres des divers groupes ethniques qui composent la Belgique.

La Région de Bruxelles-Capitale occupe une position politique et culturelle unique puisque géographiquement et linguistiquement, elle est une enclave bilingue au sein de l'unilingue région Flamande. Depuis la fondation du Royaume de Belgique en 1830, la ville de Bruxelles est passée de ville entièrement néerlandophone en ville multi-linguistique dont le Français constitue la langue principale et la langue véhiculaire, un processus qui a été nommé la Francisation de Bruxelles[14].

Depuis l'indépendance de la Belgique en 1830, le titre constitutionnel du chef de l'État belge est le « roi des Belges » plutôt que le « roi de Belgique »[15],[16].

Flamand (néerlandophone)Modifier

 
Carte du Comté de Flandre médiéval.

Dans la première moitié du XIXe siècle, les habitants des Flandres (Orientale et Occidentale), du Brabant, d'Anvers et du Limbourg rappellent les qualités et les défauts de l'ethnie germanique dont ils sont issus : flegmatiques, sérieux, lents à concevoir et à s'exprimer, un peu égoïstes et peut-être trop dévotieusement attachés à leurs coutumes. Ils se distinguent à cette époque par un grand bon sens pratique, par leur patience et par un sage esprit d'ordre et d'économie[17].

Au sein de la Belgique les Flamands, environ 60 % de la population au début du XXIe siècle, forme un groupe clairement distinguable, mis à part par leur langue et leurs coutumes. Cependant, comparativement aux Pays-Bas, la plupart de ses frontières culturelles et linguistiques ont disparu, comme les Flamands partagent la même langue, des coutumes similaires ou identiques et (mais seulement avec la partie sud de l'actuel Pays-Bas) la religion traditionnelle et les Néerlandais[18].

Cependant, la perception populaire d'être un seul État varie considérablement, en fonction de la matière, de la localité et des antécédents personnels. Généralement, les Flamands vont rarement s'identifier comme étant Néerlandais et vice versa, en particulier au niveau national[19].

Wallon (francophone)Modifier

 
Foule en liesse saluant les troupes britanniques entrant dans Bruxelles, 1944.

Dans la première moitié du XIXe siècle, les habitants du pays wallon et plus précisément ceux du pays de Liège, de Namur et de Hainaut, sont des descendants des Gallo-Romains qui sont gais, vifs, passionnés, inventifs, entreprenants, industrieux et façonnés aux affaires ; ils ont aussi peu de sympathie pour les Flamands[17].

Les Wallons sont un peuple francophone qui vit en Belgique, principalement en Wallonie. Les Wallons sont une communauté distinctive au sein de Belgique[20], ayant un lien historique et anthropologique fort (religion, langue, traditions, folklore) avec le peuple français[21],[22]. Plus généralement, le terme désigne également les habitants de la Région wallonne. Ils peuvent parler des langues régionales comme le wallon (avec le picard à l'Ouest et le gaumais dans le Sud).

Bien que près des trois quarts des francophones belges vivent en Wallonie, il est important de noter que les habitants francophones de Bruxelles ont tendance à ne pas s'identifier comme des Wallons.

Communauté germanophoneModifier

La communauté germanophone de Belgique est l'une des trois communautés fédérales reconnues par la constitution de la Belgique[23]. Couvrant une superficie de moins de 1 000 km2 dans la province de Liège en Wallonie, il comprend neuf des onze communes des soi-disant cantons de l'Est et la population locale nombre plus de 73 000 habitants — moins de 1 % du total national. En bordure des Pays-Bas, de l’Allemagne et du Luxembourg, la région dispose de son propre parlement et gouvernement à Eupen.

La communauté germanophone est composée de germanophones sur la partie du pays qui fut annexée de l'Allemagne en 1920. En outre, dans la Belgique actuelle, il y a aussi quelques autres régions germanophones qui appartenaient à la Belgique, même avant 1920, mais ne sont pas actuellement considérées comme faisant officiellement partie de la communauté germanophone en Belgique : Plombières-Welkenraedt-Baelen dans le nord-est de la province de Liège et dans le Pays d'Arlon (ville d'Arlon et certains de ses villages voisins, dans le sud-est de la province du Luxembourg belge). Cependant, dans ces localités, la langue allemande est très menacée en raison de l'adoption du français[24].

Anthropologie et ethnologieModifier

Les Belges, dit M. Huot, jouissent en paix des libertés qu'ils ont conquises ; ils se livrent entièrement à la propagation de l'instruction, à développer leur agriculture, à exciter l'essor de leur industrie et de leur commerce, à mettre leurs lois en harmonie avec leurs besoins moraux et matériels. L'établissement des chemins de fer prouve qu'ils comprennent l'importance de leur commerce et le mérite de leur fabrication[17]. M. Wahlen ajoute qu'un bel avenir est réservé à ce peuple, s'il se décide à marcher dans la voie du progrès qu'il s'est ouverte lui-même. Mais il faut l'avouer, dit-il, entiché d'une vanité déplacée et ne comprenant pas les avantages d'une grande union sociale, il reste divisé et sans force[17].

Le Belge du XIXe siècle ne vit point frugalement ; le bien-être qui est répandu dans les classes inférieures par suite de leur esprit laborieux et industrieux — et souvent de leur économie — leur permet de se procurer beaucoup de jouissances inconnues à la population des mêmes classes dans bien d'autres pays. Il se fait une consommation énorme de bière, qui est la boisson la plus générale et dont le prix est très modique en 1844[17].

L'esprit des Belges du XIXe siècle est spécialement dirigé vers la pratique des affaires et le travail qu'exige l'agriculture et l'industrie ; en général on connait peu dans ce pays le prix d'une bonne éducation au milieu de ce siècle. Il est cependant conçu qu'il y ait à cette règle de nombreuses exceptions ; mais les jeunes gens, surtout ceux des classes élevées, sont ignorants. La plupart des artistes de cette époque, même des plus célèbres, ont l'esprit peu cultivé et sont privés des connaissances indispensables que donne une éducation ordinaire[17].

Le peuple belge a le sentiment des beaux-arts : les Rubens, Van Dyck, Teniers, les Orlando Lasso, les Grétry et tant d'autres artistes morts ou vivants, que la Belgique a produits, suffisent pour prouver la supériorité qu'elle s'est acquise sous ce rapport[17]. Aussi, la musique est devenue en Belgique au XIXe siècle un besoin impérieux pour toutes les classes. Un grand nombre de sociétés particulières où les habitants des villes et des campagnes se réunissent le soir après le travail et les affaires, prennent le titre de « Grande-Harmonie » et exécutent souvent de la musique[17].

ReligionModifier

Article détaillé : Religion en Belgique.

Le catholicisme a toujours été la religion principale de Belgique avec environ 65 % des Belges qui déclarent être catholiques[25]. Toutefois, en 2004, à l'échelle nationale la fréquentation de l'église le dimanche n'était que d'environ 4 % à 8 % (9 % pour la Flandre). En 2006, une enquête en Flandre, longtemps considérée comme plus religieuse que Bruxelles ou que la Wallonie, a montré que 55 % de ses habitants se disent religieux, tandis que 36 % ont dit qu'ils croyaient que Dieu créa le monde[26]. Il existe également une minorité protestante en Belgique qui date du temps de Guy de Brès, époque où la Belgique fut passée à la réforme mais l'inquisition les réprima sauvagement et les protestants belges qui, un moment était la majorité du pays du se reconvertir au catholicisme ou s'exila notamment aux Pays-Bas (il existe beaucoup d'églises wallonnes aux Pays-Bas), en Scandinavie ou en Afrique du sud et en Amérique également. Actuellement on observe une nette montée des églises évangéliques en Belgique.

StatistiquesModifier

Article connexe : Démographie de la Belgique.

Diaspora BelgeModifier

Belges notablesModifier

RéférencesModifier

  1. http://www.ibz.rrn.fgov.be/fileadmin/user_upload/fr/pop/statistiques/population-bevolking-20180101.pdf
  2. (en) U.S. Census Bureau, « American FactFinder - Results », sur factfinder.census.gov.
  3. http://www12.statcan.gc.ca/nhs-enm/2011/dp-pd/dt-td/Rp-eng.cfm?LANG=E&APATH=3&DETAIL=0&DIM=0&FL=A&FREE=0&GC=0&GID=0&GK=0&GRP=0&PID=105396&PRID=0&PTYPE=105277&S=0&SHOWALL=0&SUB=0&Temporal=2013&THEME=95&VID=0&VNAMEE=&VNAMEF=
  4. http://statline.cbs.nl/StatWeb/publication/?DM=SLNL&PA=37325&D1=0&D2=a&D3=0&D4=0&D5=a&D6=l&HDR=G2,G3&STB=G1,G5,T,G4&VW=T
  5. (en) Karel Dobbelaere et Liliane Voyé, « From Pillar to Postmodernity: The Changing Situation of Religion in Belgium », Sociology of Religion, vol. 51,‎ , S1–S13 (ISSN 1069-4404 et 1759-8818, DOI 10.2307/3711670, lire en ligne, consulté le 27 juin 2016)
  6. (en) Gooch, Brison Dowling, Belgium and the February Revolution, Martinus Nijhoff Publishers, La Haye, Pays-Bas, (lire en ligne), p. 112
  7. (en) Bunson, Matthew, Encyclopedia of the Roman Empire (en), Facts on File, New York, (ISBN 978-0-8160-4562-4), p. 169
  8. Footnote: The Celtic and/or Germanic influences on and origin(s) of the Belgae remains disputed.
  9. « un peu d'histoire : la révolution belgique », Canaris1790.be
  10. jus soli, definition from merriam-webster.com.
  11. Hobsbawm and Ranger (1983), The Invention of Tradition, Sider 1993 Lumbee Indian Histories
  12. Seidner, (1982), Ethnicity, Language, and Power from a Psycholinguistic Perspective, p. 2-3
  13. Smith 1987 p. 21-22
  14. (en) David Levinson, Ethnic Groups Worldwide: A Ready Reference Handbook, Phoenix, AZ, Oryx Press, (ISBN 1-57356-019-7, lire en ligne), p. 14
  15. Ramon Arango, Leopold III and the Belgian Royal Question, p. 9.
  16. Raymond Fusilier in Les Monarchies parlementaires en Europe, Éditions ouvrières, Paris, 1960, p. 350, wrote the Belgian regime of 1830 was also inspired by the French Constitution of the Kingdom of France (1791-1792), the United States Declaration of Independence of 1776 and the old political traditions of both Walloon and Flemish provinces.
  17. a b c d e f g et h Auguste Wahlen, Mœurs, usages et costumes de tous les peuples du monde : Europe, Bruxelles, librairie Historique-Artistique, 1844
  18. National minorities in Europe, W. Braumüller, 2003, page 20.
  19. Nederlandse en Vlaamse identiteit, Civis Mundi 2006 by S.W. Couwenberg.
  20. David Levinson, Ethnic Groups Worldwide, a ready reference Handbook, ORYX Press, (ISBN 1-57356-019-7), p. 13 : Walloons are identified through their residence in Wallonia and by speaking dialects of French.
  21. David Levinson, Ethnic Groups Worldwide, a ready reference Handbook, ORYX Press, (ISBN 1-57356-019-7), p. 13 : « Walloon culture was heavely influenced by the French »
  22. The Encyclopedia of the Peoples of the World, A Henri Holt Reference Book, p. 645 : « Culturally there is continuity between the French and the Walloons, Wallon culture consisting mainly of dialect literary productions.
  23. The German-speaking Community
  24. (de) Société pour les peuples menacés, Über die Lage der Sprachminderheiten in der EU. Ein Überblick der GfbV-Südtirol, .
  25. Discrimination in the EU in 2012, Union européenne, Commission européenne, coll. « 383 », (lire en ligne), p. 233 The question asked was "Do you consider yourself to be.
  26. Inquiry by 'Vepec', 'Vereniging voor Promotie en Communicatie' (Organisation for Promotion and Communication), published in Knack 22 November 2006 p. 14 (The Dutch language term 'gelovig' was translated in the text as 'religious', more precisely it is a very common word for believing in particular in any kind of god in a monotheistic sense, and/or in some afterlife.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Thomas Beaufils, Les Belges, éd. Le Cavalier Bleu, 2004 (ISBN 2846700729)
  • Prosper de Haulleville, La nationalité belge ou Flamands et Wallons, Gand, H. Hoste, 1870
  • Armand Varlez, Les Belges en exil, Bruxelles, Librairie moderne, 1917

Articles connexesModifier

Liens externesModifier