Hortense Montefiore-Bischoffsheim

philanthrope belge
Hortense Montefiore-Bischoffsheim
Portrait d'Hortense Montefiore-Bischoffsheim.
Biographie
Naissance
Décès
(à 58 ans)
EsneuxVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Hortense Henriette Bischoffsheim[1]
Nationalité
Domicile
Activité
Famille
Père
Mère
Henriette Goldschmidt (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Conjoint

Hortense Montefiore-Bischoffsheim, née le à Bruxelles et morte le à Esneux[2], est une philanthrope belge.

Biographie modifier

 
Hortense Montefiore dans sa jeunesse.

Fille de Jonathan-Raphaël Bischoffsheim, banquier à Bruxelles, et de Henriette Goldschmidt, Hortense Bischoffsheim est la sœur de Ferdinand Bischoffsheim (1837-1909).

Elle perd l'usage de ses jambes, à la suite d'une chute du berceau.

Elle épouse en 1866 Georges Montefiore-Levi, ingénieur et homme d'affaires actif dans la région liégeoise. Le couple s'installe à Esneux, dans la région de Liège, où ils acquièrent en 1882 le château du Rond-Chêne.

À partir de 1887, Georges et Hortense Montefiore-Levi élèvent au château du Rond-Chêne Lucienne Premelic Hirsch, la fille adoptive de Maurice de Hirsch et de Clara Bischoffsheim (1833-1899), la sœur aînée d'Hortense.

À l'ouverture de son testament en 1901, on découvre la conversion d'Hortense Bischoffsheim au catholicisme ; l'affaire est relatée dans toute la presse européenne et contraint son mari Georges Montefiore-Levi à abandonner son mandat de sénateur libéral.

Action philanthropique modifier

 
Monument à Hortense Montefiore-Bischoffsheim à Esneux.

À l'instar de la plupart des membres de sa famille, Hortense Bischoffsheim est à la base de nombreuses actions philanthropiques.

  • Création à Esneux d'un asile pour enfants chétifs et convalescents, destiné aux enfants liégeois sans distinction de confession. Les bâtiments ont servi jusqu'en 1975, à l'usage de l'ONE (Office de la naissance et de l'enfance).
  • 1888 et 1891 : don de vingt fontaines-abreuvoirs à la ville de Liège, destinées aux passants, aux chevaux, aux chiens et aux oiseaux, connus sous le nom de « fontaines Montefiore ».

Hommages modifier

  • 1908 : Monument à Hortense Montefiore-Bischoffsheim, par le sculpteur Oscar Berchmans, avenue Montefiore, à Esneux.

Bibliographie modifier

  • François Stockmans, « Georges Montefiore-Levi », dans la Biographie nationale de Belgique, tome 38, supplément tome X, fascicule 1er, Bruxelles, Émile Bruylant, 1973, colonnes 596-616.

Références modifier

  1. Acte de décès de George Montefiore Levi, Bruxelles, 25 avril 1906.
  2. Relevé généalogique sur Geneanet