Histoire des Juifs en Ukraine

histoire de la diaspora juive

L’histoire des Juifs en Ukraine est la partie de l’histoire du peuple juif qui se déroule dans les territoires de l’actuelle Ukraine et la succession des manifestations du judaïsme dans le paysage religieux ukrainien.

Juifs de Galicie (Ukraine de l'ouest) en vêtements traditionnels, 1821

Tout débute dans le Sud-Est où une implantation précoce est attestée dès l’Antiquité (Royaume du Bosphore, Crimée, royaume Khazar, Tmoutarakan, Boudjak, Odessa) et où les populations juives sont très diverses (Romaniotes, Karaïtes, Séfarades, Mizrahites, Ashkénazes), puis dans le Nord-Ouest où leur histoire commence au Xe siècle avec un apogée au XVIe siècle (Union polono-lituanienne, Galicie, Bucovine) et où la population juive est quasi entièrement ashkénaze, et enfin dans toute l’actuelle Ukraine (incluse dans la « zone de Résidence ») où se développent les dynasties hassidiques et où des pogroms se déroulent sous la domination russe, notamment à partir de l’assassinat du tzar Alexandre II en 1881, qui sert de prétexte à un déchaînement d’antisémitisme (1881-1916).

Durant la Seconde Guerre mondiale, les pertes ukrainiennes civiles totales sont estimées à sept millions dont plus d'un million de Juifs assassinés. Pendant la Guerre froide, la population juive d'Ukraine diminue considérablement. Pendant et après l'effondrement du communisme (années 1990), la majorité des Juifs ukrainiens quittent le pays pour se rendre en Israël ou ailleurs.

Groupes ethniquesModifier

Population juive ukrainienne
AnnéePop.±%
165040 000—    
1765300 000+650.0%
18972 680 000+793.3%
19262 720 000+1.5%
19412 700 000−0.7%
1959840 446−68.9%
1970777 406−7.5%
1979634 420−18.4%
1989487 555−23.1%
2002100 000−79.5%
201071 500−28.5%
201467 000−6.3%
Source :
  • [1]
  • [2]
  • [3]
  • [4]
  • [5]
  • [6]
  • [7]
  • The Jewish population data includes Mountain Jews, Georgian Jews, Bukharan Jews (or Central Asian Jews), Krymchaks (all per the 1959 Soviet census), and Tat people (Caucasus)[8].
  • [9]
  • 360,000–400,000 (2014)[10]

Les Juifs ukrainiens se composent d'un certain nombre de sous-groupes ethniques, notamment les Juifs ashkénazes, les Juifs des montagnes, les Juifs de Boukhara, les Karaïmes de Crimée, les Juifs de Krymchaks et les Juifs géorgiens.

Débuts de la communauté juiveModifier

L’histoire des Juifs en Ukraine remonte au Royaume du Bosphore (438-110 AEC), dans l’Antiquité. Des témoignages archéologiques des commerces grecs, puis romains et byzantins sur le littoral de la mer Noire, attestent la présence de communautés romaniotes de langue yévanique depuis les derniers siècles avant l’ère commune jusqu’au Moyen Âge.

En Crimée, ils sont attestés dans le thème byzantin de Cherson et dans la principauté de Théodoros. Les parties méridionales et orientales de l’actuelle Ukraine, font, au VIIe siècle, partie de l’Empire bulgare puis, au VIIIe siècle, du royaume Khazar, et passent ensuite sous les dominations des Pétchénègues et des Polovtses. Cependant, la population juive n’est plus signalée dans ces territoires après la grande invasion mongole et tatare du XIIIe siècle. En revanche, la population juive laisse une empreinte importante à Kiev, ville qui avait à la fois un quartier juif et une porte juive dès le XIe siècle et où un talmudiste, Moshe de Kiev, est mentionné au XIIe siècle. Les Juifs de ces régions suivaient encore le Talmud de Jérusalem et non le Talmud babylonien. Ils commerçaient avec l’Empire byzantin.

Expulsion de KievModifier

 
Synagogue forteresse du XVIe siècle à Sataniv.

La migration des Juifs d’Europe occidentale, en particulier de la région de Rhénanie, appelés ashkénazes (« allemands ») et suivant le Talmud de Babylone, commence au XIIIe siècle et a un grand impact sur la communauté juive ruthène (comme on appelait alors les Ukrainiens) qui atteint son apogée d’abord avec le renforcement de la principauté de Galicie-Volhynie puis avec le rattachement de cet état ukrainien à la couronne polonaise et ainsi à l’Union polono-lituanienne. Les Juifs de Kiev, expulsés à la fin du XVe siècle, viennent alors rejoindre la communauté juive ouest-ukrainienne, qui regroupe à ce moment la majorité du peuple juif.

Après 1569, les Juifs sont fréquemment utilisés par l’aristocratie polonaise pour gérer le système d’affermage des propriétés nobiliaires nommé arenda, en vertu duquel ils administrent les grandes propriétés foncières appelées latifundia. Dans de tels cas, les Juifs obtiennent le droit exclusif de collecter les taxes, les péages, et autres impôts de la paysannerie ukrainienne. Beaucoup plus souvent, le contrat porte sur le droit local de propination, le privilège exclusif de la distillation et de la vente d’alcool, commerce qui s’intègre naturellement avec l’activité d’aubergiste et de prêt avec intérêt.

Pogroms de 1648-1649Modifier

En 1648-1649, les émeutes qui accompagnent la révolte cosaque dirigée par Bogdan Khmelnitski déciment les communautés juives d'Ukraine, réduisent en cendres des centres importants de Volhynie, Lituanie et Pologne.

Le nombre de Juifs tués durant cette période varie selon les sources : 50 000 à 60 000 selon l'historien Henri Minczeles, de 80 à 100 000[11], selon l'historien Ilia Tcherikover[12].

Lors du soulèvement de Khmelnytsky entre 1648 et 1657, une armée de cosaques et de Tatars de Crimée massacre et emmène en captivité un grand nombre de Juifs, de catholiques romains et de chrétiens uniates. Des estimations récentes vont de 15 000 à 30 000 Juifs tués ou faits prisonniers, et 300 communautés juives complètement détruites[13].

Zone de résidenceModifier

 
Carte montrant le pourcentage de Juifs dans la « zone de peuplement » et de congrès de Pologne (v. 1905)

La Zone de résidence (russe : черта оседлости , tcherta osédlosti ; yiddish : דער תּחום-המושבֿ, der tkhum-ha-moyshəv ; hébreu : ְְְּּּוּם הַַּוָָֹֹ , t'ẖum Hammosháv), créée par l'impératrice Catherine II de Russie, était une région occidentale de l'Empire russe avec des frontières variables, qui a existé de 1791 à 1917.

 
« Juif et soldat retraité à Borispol » en Ukraine (Gouvernement de Poltava - Staroste) (1880)

Le terme anglais archaïque Pale of Settlement est dérivé du mot latin palus, un « pieu », pour signifier une zone délimitée par une clôture ou une frontière[14].

 
Juifs de Galice (à gauche) et de Mongatz (1821)

Ce territoire figurait la résidence permanente autorisée des Juifs et au-delà de laquelle, celle permanente ou temporaire était le plus souvent interdite[15]. La plupart des Juifs étaient également exclus de cette zone dans un certain nombre de villes de la Zone de peuplement.

Ceux qui sont autorisés à vivre en dehors de la Zone comprend les personnes qui ont fait des études universitaires, les anoblis, les membres des guildes marchandes les plus aisées, les artisans particuliers , certains militaires ; des services leur sont associés, y compris à leurs familles et parfois à leurs serviteurs. Les quotas de Juifs existent dans l'enseignement depuis 1886 : le pourcentage d'étudiants juifs ne peut dépasser 10 % dans la zone de résidence, 5 % en dehors de la zone et seulement 3 % dans les capitales (Moscou, Saint-Pétersbourg et Kiev). Les quotas dans les capitales seront légèrement augmentés en 1908 et 1915.

La Zone de peuplement comprenait toute la Biélorussie, la Lituanie et la Moldavie d'aujourd'hui, une grande partie de l'Ukraine et du centre-est de la Pologne ainsi que des parties relativement réduites de la Lettonie et de l'ouest de la fédération de Russie . Elle s'étendait de la frontière orientale, ou ligne de démarcation à l'intérieur du pays, vers l'ouest jusqu'à la frontière impériale russe avec le royaume de Prusse (plus tard l'Empire allemand) et l'Autriche-Hongrie. En outre, il composait environ 20 % du territoire de la Russie européenne et correspondait en grande partie aux terres historiques de l'ancien Commonwealth polono-lituanien, Cosaque Hetmanat, l'Empire ottoman (avec Yedisan ), le Khanat de Crimée et la Principauté orientale de Moldavie (Bessarabie).

 
Melamed (enseignant juif) et ses jeunes élèves en Podolie (XIXe siècle)

En 1915, des milliers de Juifs habitent des zones frontalières de l'Empire, correspondant à la Zone de peuplement[16].

La vie dans la Zone de résidence était pour beaucoup économiquement sombre. La plupart des gens comptaient sur de petits travaux, des services ou de l'artisanat qui ne pouvaient pas subvenir aux besoins du nombre d'habitants, ce qui a entraîné l'émigration, surtout à la fin du XIXe siècle.

Malgré tout, la culture juive, notamment en yiddish, s'est développée dans les shtetls (petits villages), et la culture intellectuelle s'est développée dans les yechivot (écoles religieuses) et s'est également propagée à l'étranger, également à travers la musique klezmer ou la littérature.

HassidismeModifier

Au XVIIIe siècle, l'Ukraine estle centre névralgique du mouvement hassidique, et à partir de là, le hassidisme se répand dans toute l'Europe de l'Est. Dans le nord de l'Ukraine, les hassidim de Tchernobyl mènent une activité importante, et dans l'ouest de l'Ukraine, ce sont les hassidim de Roujyn.

Au XIXe siècleModifier

Attentat contre Alexandre IIModifier

 
Juifs d'Odessa (1876)

Les pogroms qui se dérouleront après l'assassinat du tsar Alexandre II de Russie, de à , feraient presque oublier les trois tragédies qui ont lieu à Odessa en 1821, en 1859 et en 1871. Une première vague de deux cent cinquante-neuf pogroms frappent Odessa, Kiev et également Varsovie. Des écrivains témoignèrent de la violence, des incendies, des pillages, des viols.

 
Représentation du héros folklorique ukrainien Cosaque Mamaï  : un joueur de bandoura est représenté au premier plan, tandis qu'à l'arrière-plan, les Haidamakas tuent deux juifs usuriers dans la forêt : l'un est suspendu par les talons à un arbre, tandis que l'autre est tiré de force par sa barbe et frappé à la tête. Le deuxième prêteur juif, qui est capturé dans la forêt par Haidamakas, dit au bandouriste : « Pitié, M. Mamay, je n'ai pas sou vaillant », auquel le bandouriste répond : « Je n'ai besoin d'aucun argent de toi, pour ceux comme vous, le seul salut est le ciel ! » (XIXe)

Un tournant majeur dans l’histoire juive d'Ukraine se produit donc en , quand le tzar russe Alexandre II est assassiné par une grenade lancée par un membre d'un petit cercle socialiste. Des rumeurs circulent dans tout l’empire russe affirmant que le nouveau tzar, Alexandre III, a donné au peuple le droit de « battre les Juifs » en guise de représailles[17]. La première vague de massacres désignés comme pogroms commence et dure jusqu’en 1884, les plus nombreux survenant dans la zone de Résidence, correspondant aux actuelles Biélorussie et Ukraine, où les Juifs étaient les plus nombreux et où, cent ans plus tôt, ils affermaient les grands domaines fonciers de l’aristocratie polonaise catholique, domaines où travaillaient les serfs ukrainiens orthodoxes, que les popes excitaient contre les « tueurs du Christ » et dont les cosaques s’auto-proclament « défenseurs et vengeurs » (захисники та месники - zakhisniki ta miesniki). Au cours de ces deux années, on rapporte des actes de violence contre les Juifs dans plus de 200 localités[18].

Haïm Nahman Bialik, témoin oculaire des vagues de violence à Odessa le , crie son horreur et son dégoût :

« Lève-toi, va-t-en dans la ville du massacre, viens dans les cours
Voir de tes yeux et palper de tes mains sur les barrières
Et sur les arbres, sur les pierres et le crépi des murs
Le sang coagulé et la cervelle durcie des victimes (...)
Demain la pluie tombera, le charriera dans un fossé, vers les champs
Le sang ne criera plus des puisards ni des haumiers,
Car il sera perdu dans l'abîme ou abreuvera le chardon
Et tout sera comme avant, comme si de rien n'était. »

— Extrait du poème be'ir haharegah (en fr. Dans la ville du massacre)


L’ambiance d’anarchie, l’apparente incapacité ou la réelle réticence des autorités russes à contrôler la violence des cosaques ou des civils, ont un impact majeur sur les Juifs ukrainiens : certains se replient sur la religion et leurs communautés, d’autres se tournent vers le socialisme qui promet l’émancipation et l’égalité, articulé par le Bund général et le Bund juif[19] et d’autres encore incarnent les premiers frémissements du sionisme moderne, articulé par le mouvement Bilou qui envoie, en 1882, ses premiers émigrants fonder des communautés en Palestine[20].

Plus tard, la Jewish Colonization Association prendra le relais, pas seulement vers la Palestine mais vers d’autres destinations[21],[22],[23].

Au XXe siècleModifier

 
Membres du Bund derrière le corps de leurs camarades tués à Odessa durant la révolution de 1905.

Durant la Révolution russe de 1905, des Juifs sont massacrés : l'extrême droite crée les Centuries noires, plus ou moins soutenues par le gouvernement, pour lutter contre les libéraux, les intellectuels, les socialistes et les Juifs, notamment par l'organisation de pogroms comme ceux de Kichinev.

De mars à mai 1915, face à l'armée allemande, le gouvernement expulse des milliers de Juifs des zones frontalières de l'Empire, qui coïncident avec la Zone de résidence[16],[24].

Pendant la Révolution russe et la guerre civile russe qui a suivie, environ 31 071 juifs sont tués entre 1918 et 1920. Pendant l'établissement de la République populaire ukrainienne (1917–1921)[25], outre les accusations de « crimes rituels », des pogroms continuent à être perpétrés sur le territoire ukrainien[26].

Pogroms au début du siècleModifier

 
Tableau de distribution des personnes tuées par les pogromistes entre 1918 et 1921[27].

Les deux républiques populaires ukrainiennes proclamées en 1918, celle de l’ancien Empire austro-hongrois et celle de l’ancien Empire russe, n’affichent pas de politique contre les Juifs, mais la guerre civile russe et la guerre soviéto-polonaise servent de prétexte à des pogroms extrêmement sanglants : selon Nicolas Werth, on estime à 125 000 le nombre de victimes juives de pogroms en Ukraine, entre 1918 et 1924.

La pire année fut sans conteste 1919. Les pogroms furent commis par les unités armées les plus diverses : troupes débandées russes ou allemandes vivant de brigandage, Russes blancs, atamans ukrainiens agissant pour leur propre compte, détachements de « Verts » (paysans affamés et insurgés) et unités de l’Armée rouge vivant elles aussi de réquisitions[28].

C’est dans ce contexte que prend naissance, chez les ennemis des bolcheviks, le mythe du « judéo-bolchevisme » selon lequel tout Juif est un bolchevik en puissance, un « homme au couteau entre les dents »[29],[30].

Après son annexion par l’URSS en 1924, l’Ukraine héberge la moitié de la population juive soviétique[31]. De nombreux dignitaires soviétiques d’origine juive ukrainienne apparaissent, comme Léon Trotski fondateur de l'Armée rouge ou Grigori Zinoviev président du soviet de Leningrad.

Culture et langue au début du siècleModifier

Dans la République populaire ukrainienne (1917-1921), le yiddish est une langue d'État avec l'ukrainien et le russe. À cette époque, l'Union nationale juive est créée et la communauté obtient un statut autonome[32]. Le yiddish est également utilisé sur la monnaie ukrainienne entre 1917 et 1920[33].

Seconde Guerre mondialeModifier

 
Carte de la Shoah en Ukraine : camps d'extermination nazis (ou « camps de la mort »), la plupart des principaux camps de concentration, camps de travail, camps de prisonniers, ghettos, principaux itinéraires de déportation et principaux sites de massacre.

Avant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), l'ancienne « Zone » abolie vingt-quatre ans auparavant compte environ cinq millions de Juifs, soit la plus grande concentration de Juifs au monde. Pendant l'occupation par l'Allemagne nazie s'y déroule la plus grande opération planifiée d'assassinats systématiques de Juifs, qui extermine la plus grande partie d'entre eux.

La Seconde Guerre mondiale est particulièrement sanglante en Ukraine. Les Juifs sont spécialement ciblés par les Einsatzgruppen et leurs supplétifs locaux durant la « Shoah par balles » (exécutions sommaires en masse) : le nombre des victimes est estimé à 1,5 million de personnes[34],[35]. Babi Yar (Babyn Yar) à Kiev est le théâtre d'exécutions massives de 1941 jusqu'en 1943 ; jusqu'à 100 000 personnes y sont tuées, parmi lesquelles une majorité de Juifs (34 000 personnes) mais également des Roms, des résistants et des prisonniers soviétiques[36]. Pour de nombreux historiens, le nombre de victimes est sans doute beaucoup plus important que les 1,5 million de personnes estimées, car les recensements depuis 1913 étaient approximatifs, ou pas du tout réalistes, depuis la révolution de 1917 et ses nombreuses crises, dont l'Holodomor.[réf. nécessaire]

En Ukraine encore, sont installés la plupart des centres d’extermination nazis. Enfin plusieurs millions de personnes périssent de faim, de froid et d'épidémies dans les ghettos - la ghettoïsation forcée de tous les Juifs ayant été ordonnée par Heydrich, le chef de la police de sécurité SS, dès le 21 septembre 1939. Les rares survivants se trouvent parmi les partisans ayant pris les armes, ou parmi ceux qui ont pu s'enfuir à temps.

ExodeModifier

 
Lillian R. Lieber, mathématicienne née à Mykolaïv, émigrée aux États-Unis

Le « judéo-bolchevisme » n’étant qu’un mythe, un grand nombre de Juifs d’Ukraine a fui le « paradis communiste », dès le lendemain de la Première Guerre mondiale (étant accueillis en Europe centrale et occidentale par l’Office Nansen)[37] et également après la Seconde. Beaucoup de Juifs d’origine ukrainienne émigrent ainsi vers les États-Unis (où un quartier de New York à Brighton Beach est surnommé Little Odessa tant ils y sont nombreux) ou vers la Palestine mandataire et ensuite en Israël (où on les appelle מסורבים - mesuravim).

Divers dignitaires israéliens ont des origines juives ukrainiennes : c’est le cas de Zeev Jabotinsky, fondateur de la Légion juive, d’Yitzhak Ben-Zvi, second président d’Israël, du général Moshe Dayan, vainqueur de la guerre des Six Jours et de Golda Meir, premier ministre israélienne. Le Rabbi du mouvement Loubavitch, Menachem Mendel Schneerson est un des héritiers spirituel d’Yisroel ben Eliezer (le Baal Shem Tov).

L'Ukraine comptait 840 000 juifs en 1959, soit une diminution de près de 70 % par rapport à 1941 (à l'intérieur des frontières actuelles de l'Ukraine). La population juive d'Ukraine diminue considérablement pendant la Guerre froide.

En 1989, la population juive d'Ukraine ne représentait qu'un peu plus de la moitié de ce qu'elle était trente ans plus tôt.

Après la dislocation de l'URSS, au début des années 1990, environ 250 000 Juifs profitent de leur nouvelle liberté de circulation pour s’installer à leur tour en Israël ou ailleurs[38].

Au XXIe siècleModifier

En Ukraine au XXIe siècle, la commémoration de ces crimes est difficile, car les nazis ont utilisé, pour exterminer les Juifs, des milices ukrainiennes anticommunistes, alliées à eux par rejet du stalinisme. Après la dislocation de l'URSS, la doctrine soviétique officielle selon laquelle les nazis et les collaborateurs ont commis des crimes contre « des citoyens soviétiques » en tant que bons communistes et pas en fonction de leurs religions ou origines ethniques, s’est effondrée. À sa place, une « concurrence des mémoires » s’est instaurée entre la « Shoah par balles » et les crimes soviétiques subis par l’Ukraine au XXe siècle, comme la terreur rouge, les grandes purges et les famines soviétiques. Dans ce contexte délétère, une partie des Ukrainiens voient leurs nationalistes, y compris les collaborateurs, comme des héros qui ont osé s’opposer à Staline, en occultant « pudiquement » les massacres auxquels ils ont pu participer, réduits au statut de « dégâts collatéraux », quand ils ne sont pas simplement et purement « justifiés » par le mythe du « judéo-bolchevisme » remis « au goût du jour »[39].

Depuis 2001, la population juive d'Ukraine ne cesse de baisser. Elle était estimée cette année-là entre 56 000 et 140 000 personnes. En novembre 2007, environ 700 rouleaux de la Torah précédemment confisqués aux communautés juives pendant le régime communiste de l'Union soviétique sont restitués aux communes juives d'Ukraine par les autorités de l'État[40].

En 2010, selon le Rapport sur la population juive mondiale, l'Ukraine ne compte plus que 71 500 Juifs, devenant la onzième plus grande communauté juive du monde. La majorité des Juifs ukrainiens vit dans les plus grandes villes d'Ukraine : Kiev, Dnipro, Odessa et Kharkiv[41]. À cette époque, des graffitis antisémites et la violence contre les Juifs restent toujours un problème en Ukraine[42].

Lors des élections parlementaires ukrainiennes de 2012, l'Union panukrainienne "Svoboda" remporte ses premiers sièges au Parlement ukrainien, recueillant 10,44% du vote populaire et le quatrième plus grand nombre de sièges parmi les partis politiques nationaux[43]. Cela suscite des inquiétudes parmi les organisations juives tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'Ukraine qui ont accusé Svoboda de sympathies ouvertement nazies et d'antisémitisme[44]. La même année, le journaliste et député (en)Igor Miroshnichenko, membre de ce parti, traite l'actrice Mila Kunis, d'origine ukrainienne, de « sale juive » (« zhydovka », terme à consonance nazie) après qu'elle a évoqué l'antisémitisme qui a fait fuir sa famille d'Ukraine[45],[46],[44]. En mai 2013, le Congrès juif mondial répertorie le parti comme néo-nazi bien que Svoboda lui-même ait nié être antisémite.

La même année, le Menorah Center ouvre ses portes à Dnepropetrovsk ; cet établissement de 22 étages et sept tours comprend un hôtel, une salle de banquet, des salons, des bureaux et un musée juif.

 
Façade du vieil hôpital juif de Lviv avec ses étoiles de David, en 2016

En 2014, l'Ukraine tente de se dégager de l'emprise russe avec le renversement du président Viktor Ianoukovytch. Les médias israéliens ou juifs ont constaté l'implication dans ces actions de quelques Juifs ukrainiens, parfois anciens de Tsahal[47],[48]. La Russie réagit en soulevant les russophones d'Ukraine : c'est la guerre du Donbass. Pendant ce conflit, il n'y a pas d'exactions contre les Juifs, mais de nombreux Juifs fuient les zones de combats ou l'antisémitisme ambiant[49] et envisagent de s'installer en Israël pour effectuer leur alya[50],[51]. Cependant, le grand rabbin et émissaire de Chabad à Kiev, le rabbin Jonathan Markovitch, affirme en avril 2014 : « Aujourd'hui, vous pouvez venir à Kiev, Dnipro ou Odessa et marcher dans les rues ouvertement habillé en juif, sans rien avoir à craindre »[52]. Le , ce sont environ 250 Juifs ukrainiens qui y émigrent[53].

Le , après la démission d'Arseni Iatseniouk, Volodymyr Hroïsman est désigné Premier ministre par le président Petro Porochenko[54]. Le , sa nomination est approuvée par la Rada[55]. Volodymyr Hroïsman est la première personne ouvertement juive à être Premier ministre ukrainien. Il est aussi le plus jeune Premier ministre ukrainien de l'histoire[56].

Le , Volodymyr Zelensky, autre juif russophone, est élu président de l'Ukraine[57], ce qui inquiète certains membres de la communauté juive ukrainienne : « il ne devrait pas se présenter car nous aurons à nouveau des pogroms ici si les choses tournent mal »[58].

Lors de l'invasion russe de l'Ukraine de février 2022 - dont l'une des raisons serait de « dénazifier » l’Ukraine, notamment de son chef d'État (Juif lui-même)[59] -, la tour de télévision à Kiev, mitoyenne du site mémorial de Babi Yar, est touchée par une frappe russe[36]. Le centre Menorah de Dnepropetrovsk devient un centre d'aide humanitaire pour de nombreux réfugiés venus des zones de combat[60]. Des milliers de Juifs fuient le pays[59],[61].

Juifs d'Ukraine célèbresModifier

Juifs ukrainiensModifier

Juifs américains d'origine ukrainienneModifier

Juifs américains descendant d'UkrainiensModifier

Notes et référencesModifier

  1. [1]. Yivoencyclopedia.org. Retrieved on 2013-04-14.
  2. http://www.berdichev.org/imagens/Jews_Table1.jpg Modèle:Bare URL inline
  3. http://www.berdichev.org/imagens/Jews_Table2.jpg Modèle:Bare URL inline
  4. Greg Dawson, Judgment Before Nuremberg: The Holocaust in the Ukraine and the First Nazi, Open Road Media, (ISBN 9781453226339, lire en ligne)
  5. « Приложение Демоскопа Weekly » [archive du ], Demoscope.ru,‎ (consulté le )
  6. « World Jewish Population, 2002 »
  7. « Powered by Google Docs » (consulté le )
  8. YIVO | Population and Migration: Population since World War I. Yivoencyclopedia.org. Retrieved on 2013-04-14.
  9. American Jewish Year Book 2012, Springer Publishing, (ISBN 9789400752047, lire en ligne), p. 225
  10. The Jewish Community of Ukraine European Jewish Congress
  11. (en) Chanes, Jerome A., Antisemitism : a reference handbook, ABC-CLIO, (ISBN 978-1-85109-497-4, 1-85109-497-0 et 1-280-72846-9, OCLC 270457318, lire en ligne), p. 56.
  12. Histoire de la Lituanie. Un millénaire, sous la direction d'Yves Plasseraud, Édition Armeline, Crozon, 2009, p. 194.
  13. (en)Paul Magocsi, Une histoire de l'Ukraine, Presses de l'Université de Washington, 1996, p. 350.
  14. (en) « pale », n.1., OED Online. Oxford University Press, September 2016. Retrieved October 24, 2016. « The Pale was the part of medieval Ireland controlled by the English government. »
  15. (ru) Редакция, « черта оседлости », sur Электронная еврейская энциклопедия ОРТ (consulté le )
  16. a et b Pinkus 1988, op. cit., p. 31
  17. PotichnyjAster 1988, p. 76.
  18. PotichnyjAster 1988, p. 77.
  19. Baron 1964, p. 169-170.
  20. PotichnyjAster 1988, p. 103.
  21. (en) Michael R. Fischbach, Records of dispossession : Palestinian refugee property and the Arab-Israeli conflict, Columbia University Press, (ISBN 0-231-50340-7 et 978-0-231-50340-2, OCLC 213305968, lire en ligne), p. 163-164
  22. (en-US) « Jewish Colonization Association Decides to Extend Its Work », sur Jewish Telegraphic Agency, (consulté le )
  23. (en) « JEWISH COLONIZATION ASSOCIATION - JewishEncyclopedia.com », sur www.jewishencyclopedia.com, retrieved 8 september 2018 (consulté le )
  24. Baron 1964, op. cit., pp. 188–91.
  25. Serhy Yekelchyk, Ukraine : birth of a modern nation, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-530545-6, 0-19-530545-0 et 978-0-19-530546-3, OCLC 71173938, lire en ligne)
  26. Henry Abramson, « Jewish Representation in the Independent Ukrainian Governments of 1917-1920 », Slavic Review, vol. 50, no 3,‎ , p. 542–550 (ISSN 0037-6779, DOI 10.2307/2499851, lire en ligne, consulté le )
  27. in « The Pogroms In the Ukraine 1918-21», p. 248 de l'article de Nahum Gergel publié dans YIVO Annual Of Jewish Social Science, New York, 1951. Publié à l'origine dans Shriftn Far Ekonomik Un Statistik, 1928.
  28. Nicolas Werth, https://www.sciencespo.fr/mass-violence-war-massacre-resistance/fr/document/crimes-et-violences-de-masse-des-guerres-civiles-russes-1918-1921.
  29. Sophie Cœuré et Sabine Dullin, Frontières du communisme : mythologies et réalités de la division de l'Europe de la révolution d'octobre au mur de Berlin, La Découverte, Paris 2007, page 133.
  30. Henry Rousso, Nicolas Werth, Stalinisme et nazisme : histoire et mémoire comparées, Complexe, Paris 1999, page 237.
  31. Les Juifs en Ukraine.
  32. (ru) « 13. Національна політика центральної ради в умовах незалежності УНР (січень -квітень 1918 р.) - Історичні записки (збірка наукових праць) - Електронна бібліотека », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  33. (ru) Vaad d'Ukraine, « Деньги с надписью на идиш », sur web.archive.org,‎ (archives 2008) 2014-11-21 (consulté le )
  34. La Shoah par balles, fusillades en Ukraine - Mémorial de la Shoah.
  35. (ru) « Демоскоп Weekly - Приложение. Справочник статистических показателей. », sur www.demoscope.ru (consulté le )
  36. a et b « Guerre en Ukraine : sur le site du massacre de Babi Yar, une frappe russe qui remue les symboles », sur TV5MONDE, (consulté le )
  37. Diane Afoumado, Indésirables : 1938 : La conférence d’Evian et les réfugiés juifs, Calmann-Lévy & Mémorial de la Shoah, , 372 p. (ISBN 978-2-7021-6192-0, lire en ligne).
  38. lefigaro.fr Conflit ukrainien : Israël affirme sa neutralité.
  39. Les traces enfouies de la Shoah par balles.
  40. (en)"Le président ukrainien ordonne la restitution de 700 rouleaux de la Torah confisqués par le gouvernement communiste", Service d'information religieuse d'Ukraine News, novembre 2007.
  41. (en) Sergio DellaPergola, « Ukraine », sur worldjewishcongress.org, (consulté le ).
  42. (en) United Nations High Commissioner for Refugees, « Refworld | Ukraine: Treatment of ethnic minorities, including Roma; state protection », sur Refworld, (consulté le )
  43. - https://www.bbc.co.uk/news/world-europe-20113616 - http://www.kyivpost.com/content/ukraine/extreme-choices-svoboda-plays-nationalist-card-314617.html - http://www.wiesenthal.com/site/apps/nlnet/content2.aspx?c=lsKWLbPJLnF&b=7929811&ct=12697485 - http://www.timesofisrael.com/ukraine-okays-slur-zhyd-for-jews/ - https://www.bbc.co.uk/news/magazine-20824693
  44. a et b « « La guerre hybride de l’OTAN en Ukraine » (2/4) I Reportage de Lucien Cerise (2016) », sur www.cultureetracines.com (consulté le )
  45. « Mila Kunis visée par des attaques antisémites - Elle », sur elle.fr, (consulté le )
  46. (uk) « Міла Куніс образила Чернівці розповідями про переслідування євреїв » [« Mila Kunis a offensé Tchernivtsi avec des histoires sur la persécution des Juifs »], sur ТСН.ua,‎ (consulté le )
  47. L’ex-soldat de Tsahal devenu révolutionnaire ukrainien.
  48. Ukraine : le combat des « juifs de Maïdan ».
  49. En avril 2014, des tracts sont distribués par des hommes masqués alors que les gens sortaient d'une synagogue à Donetsk, ordonnant aux Juifs de s'enregistrer pour éviter de perdre leurs biens et leur citoyenneté « étant donné que les dirigeants de la communauté juive d'Ukraine soutiennent les Banderites, junte militaire à Kiev, et sont hostiles à la République orthodoxe de Donetsk et à ses citoyens ». Alors que beaucoup parlent d'un canular (concernant la paternité des tracts) qui a pris des proportions internationales, le fait que ces tracts aient été distribués reste incontesté. Lire en ligne
  50. Reporter's Notebook: Still homeless in Ukraine.
  51. Le « nouvel exode » des Juifs, une réalité ?.
  52. (en) Dovid Margolin, « In Dnepropetrovsk, a Stylish Passover Despite Ukraine's Rumblings », sur chabad.org,
  53. Gavin rabinowitz, « 250 nouveaux immigrants ukrainiens arrivés en Israël », sur The Times of Israel, .
  54. Le Point, magazine, « Le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk annonce sa démission », sur Le Point (consulté le ).
  55. « Ukraine : le président du Parlement, Volodymyr Groïsman, nommé premier ministre », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  56. « Pour la première fois, le Premier ministre ukrainien est Juif », sur The times of Israel, .
  57. « Ukraine : Volodymyr Zelensky remporte la présidentielle, le pays fait un saut dans l’inconnu », sur Le Monde, .
  58. (en) Andrew Higgins. Ukraine’s Newly Elected President Is Jewish. So Is Its Prime Minister. Not All Jews There Are Pleased. The New York Times, April 24, 2019. La version imprimée dans The New York Times est datée Thursday, April 25, 2019, p. A4.
  59. a et b « Guerre en Ukraine : à Kiev, la « douleur insondable » des juifs poussés à l’exode par l’offensive russe », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  60. (en-US) Sarare, « After Fleeing Bombed-Out Kharkiv: "I Want A Bris Milah!" », sur The Yeshiva World, (consulté le )
  61. Cnaan Lipschiz, « Comment la Russie a défait 30 ans de construction de vie juive en Ukraine », sur The Times of Israel,

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • (en) Peter J. Potichnyj et Howard Aster, Ukrainian-Jewish Relations in Historical Perspective, Ontario, Canadian Inst.of Ukrainian Studs., , 2e éd., 531 p. (ISBN 978-0-920862-53-7).
  • (en) Salo W. Baron, Russian Jews under Tsars and Soviets, New York, Macmillan, , 427 p..

Articles connexesModifier

Liens externesModifier