Forces aériennes suisses

Forces aériennes suisses
Schweizer Luftwaffe
Forze aeree svizzere
Image illustrative de l’article Forces aériennes suisses

Création
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Allégeance Suisse
Type Force aérienne
Effectif 1 600 (Personnel professionnel militaire)
24 000 (Milice)
Fait partie de Armée suisse
Ancienne dénomination Troupes d'aviation et de DCA
Couleurs Roundel of Switzerland.svg
Commandant Divisionnaire Bernhard Müller (de)

Les Forces aériennes suisses (en allemand Schweizer Luftwaffe, en italien Forze aeree svizzere et en romanche Aviatica militare svizra[1],[2]) sont, avec les forces terrestres, l'une des deux branches des forces armées suisses.

HistoireModifier

 
Une escadrille sur l'aérodrome de Dübendorf durant la Première Guerre mondiale.

Cette force est créée le au sein de l'armée et devient un service séparé à partir du . Les Troupes d’aviation et de DCA sont placées alors sous la responsabilité d’un Commandant et Chef d’arme, avec rang de divisionnaire. Le premier titulaire est Hans Bandi, qui occupe ce poste de 1936 à 1943. Parallèlement, le Service de l’aviation et de la défense contre avions est mis sur pied, et placé sous la direction du Chef d’arme. Ce nouveau service est destiné à gérer les activités d’instruction et les tâches administratives des Troupes d’aviation et de DCA ; il conservera ce nom jusqu’en 1979.

En 1940, durant la bataille de France, elle mena des combats aérien avec la Luftwaffe au-dessus du Jura du au , les appareils allemands essayant de passer par la Suisse pour rentrer en Allemagne après leurs missions au-dessus de la France.

Durant la guerre froide, les forces aériennes se modernisent. Elles comprennent aujourd'hui principalement des F/A-18 Hornet, des F-5E Tiger II, des NCPC-7, des PC-9, des PC-21, des hélicoptères AS532 Cougar, AS332 Super Puma, EC635 et des drones ADS 95. L'essentiel de ce matériel est construit localement, seuls les F/A-18 Hornet proviennent des États-Unis et ont été assemblés à la Fabrique fédérale d'avions (de) (aujourd'hui Ruag) à Emmen.

Les forces aériennes sont indépendantes de la structure militaire terrestre depuis le .

Le projet « Ilana », actuellement en cours de développement, vise à redonner à la Suisse, à l'horizon 2020, la capacité de police aérienne 24h/24h[3]. Au même titre que l'Autriche, la Suisse a signé des accords de coopération de police aérienne avec les pays voisins.

Le , le peuple suisse a refusé en votation, par 53,4 %, le mode de financement de l'achat de vingt-deux avions de combat suédois Gripen NG, pour un coût de 3,126 milliards de francs suisses, pour remplacer les F-5E/F Tiger II[4].

Le 6 juillet 2018, le département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) a lancé un appel d'offres pour le remplacement de ses F/A-18 C/D Hornet, et des quelques F-5E/FTiger II encore en service. L'appel d'offres concerne 30 ou 40 avions (le nombre n'a pas encore été décidé). Les concurrents sont les américains F-35 Lightning II de Lockheed Martin et F/A-18 E/F de McDonnell Douglas (Boeing), le Rafale français de Dassault, l'Eurofighter Typhoon européen et le Gripen suédois de Saab[5],[6].

MissionsModifier

Les missions des Forces aériennes suisses sont la sauvegarde de la souveraineté sur l’espace aérien (service de police aérienne et défense aérienne), le transport aérien et la reconnaissance aérienne.

OrganisationModifier

 
Organisation de l'Armée suisse en 2018

La Centrale des opérations des Forces aériennes réunit les commandements des cinq bases aériennes, la brigade d’instruction et d’entraînement des Forces aériennes (br IE FA) et la formation d’application de la défense contre avions 33 (FOAP DCA 33).

La Centrale des opérations assure la disponibilité opérationnelle des Forces aériennes et mène des opérations en Suisse et à l'étranger.

FormationsModifier

 
Centre des opérations des Forces aériennes
État-major des Forces aériennes
  • fraction état-major du remplaçant du commandant (rempl cdt FA)
  • fraction d’état-major du chef de l’État-major des Forces aériennes (CEM FA)
    • A1 : Personnel de la troupe; A2: Renseignement; A3/5 : Opérations/Planification; A4 : Logistique; A6 : Aide au commandement; A7 : Formation; A9 : Coopération entre organes civils et militaires
    • Service de commandement FA
Base aérienne Dübendorf
  • Commandement
    • Centre des opérations de défense aérienne (Air Operations Center, AOC)
  • Skyguide (services de la navigation aérienne militaires et civils)
 
Escadrille Transport Aérien 8
 
Escadrille Transport Aérien 3
 
Escadrille Transport Aérien 4
Commandement d’aérodrome 2 / Flugplatzkommando 2 (Cdmt BA ALP/ DUB) basé à Alpnach
Commandement base aérienne de Locarno (en) 4 / Flugplatzkommando 4 (Cdmt BA LOC)
  • entrainement (PC-6, PC-7 et PC-9), transport aérien léger, Compagnie d’éclaireurs parachutistes 17 intégrée au Commandement des forces spéciales
  • État-major commandement base aérienne (EM Cdmt BA)
  • Support Service de vol
 
Escadron cible 12
 
Escadrille d'aviation 19
Commandement Base aérienne Emmen (en) (base aérienne 7 / Flugplatzkommando 7 (Cdmt BA EMM)
 
Escadrille d'aviation 19
 
Escadrille d'aviation 6
Commandement de la base aérienne Payerne (base aérienne 11) / Flugplatzkommando 11 (Cdmt BA PAY/BA 11)
  • État-major commandement base aérienne (EM Cdmt BA)
  • Formation d'engagement aviation 11 (Cdt Fo av 11)
  • Formation d'engagement TA 1 (Cdt Fo TA 1)
  • Formation d'engagement aviation 14 (Cdt Fo av 14)
    • Escadre d'aviation 14 (esca av 14) : F-5E/F Tiger II
    • Groupe aérodrome 14 (Gr aérod 14)
    • Compagnie de sûreté Base aérienne 14 (Cp sûr BA 14)
  • Support Service de vol (SSV) : fonctions et ateliers liés au service de vol et à la maintenance des aéronefs (jets de combat, avions à hélices et hélicoptères), piquet de sauvetage (pompier d'aéronefs). Les centres de compétence d'exploitation "F/A-18" et "Munition aéronefs" sont subordonnés au SSV. Leurs spécialistes en ingénierie appuient les domaines de l‘engagement, de la maintenance et de l'instruction de la bases aériennes et de l'école de recrues.
  • Support Simulation et Formation (SSF) : simulateurs de vol F/A-18, simulateurs de maintenance Simulated Aircraft Maintenance Trainer (SAMT), systèmes de planification et de débriefing des missions et centre de formation des apprentis (16 polymécaniciens et 16 électroniciens), centre de formation des apprentis polymécaniciens de Sion (32 apprentis).
  • Emplacement extérieur Sion
 
Escadrille d'aviation 8
 
Escadrille d'aviation 11
Commandement de la base aérienne de Meiringen (en)/Bern-Belp 13 / Flugplatzkommando 13 (Cdmt BA MEI/BRN)
Autres

Brigade d'instruction et d'entraînement des Forces aériennesModifier

La brigade d'instruction et d'entraînement des Forces aériennes (br IE FA) est responsable de la formation de l'ensemble des troupes d'aviation des Forces aériennes[7]. Directement subordonnée au commandant des Forces aériennes, elle est partie intégrante du commandement des Opérations, chargé de la planification et de la conduite des opérations et engagements de l’armée.

  • formation de la milice dans les fonctions de l'aviation au sol;
  • formation de base des pilotes militaires professionnels;
  • maintien du savoir-faire opérationnel dans le domaine des drones;
  • maintien des compétences dans le domaine du parachutisme militaire (service de saut) pour l'armée;
  • conduite et instruction des militaires de milice en service long pour ses propres besoins ainsi que pour les besoins du commandement des Opérations;
  • soutien à SPHAIR (sélection des pilotes et parachutistes)[8].

La br IE FA est également active dans le domaine du renseignement:

  • formation de base des cadres et de la troupe des formations de renseignement des Forces aériennes;
  • acquisition de renseignements et aide à la conduite au profit de l'Engagement des Forces aériennes;
  • surveillance de l'espace aérien attribué;
  • soutien à la mise à disposition des données radar des Forces aériennes.

StructureModifier

  • Brigade d'instruction et d'entraînement des Forces aériennes br IE FA, Pa Capona
    • État-major de la br IE FA, base aérienne de Payerne
      • École d'aviation 81 (E av 81), Payerne : instruction de la grande majorité des spécialistes dans les domaines des avions de combat, du transport aérien ainsi que dans le domaine aérodrome.
      • Commandement d'entraînement des Forces aériennes 82 (cdmt ent FA 82) situé à la base aérienne de Dübendorf : formation des miliciens sur les systèmes d’acquisition de renseignements, de communication et de conduite. Ces systèmes soutiennent entre autres les pilotes des Forces aériennes dans leurs engagements au quotidien.
      • Commandement drones 84 (cdmt dro 84), base aérienne d'Emmen : maintien du savoir-faire opérationnel dans le domaine des drones.
      • École de pilotes des Forces aériennes 85 (E pil FA 85), Emmen : assure la sélection des futurs pilotes ainsi que la formation de base et continue des pilotes jusqu’à l’obtention du brevet de pilote militaire.
    • État-major de milice
      • Groupes de renseignement des Forces aériennes 1 et 2 (gr rens FA 1 et 2, 5 compagnies chacun), Dübendorf : assurent l’acquisition de renseignements ainsi que l’aide à la conduite pour l’engagement des Forces aériennes. Ils opèrent des postes météo et de renseignement, des systèmes radio et de conduite afin d’assurer la conduite des formations subordonnées, et soutiennent l’exploration radio pour les Forces aériennes.
      • Groupe radar mobile des Forces aériennes 2 (gr radar mob FA 2), Dübendorf : assure la surveillance de l’espace aérien qui lui est attribué et soutient la mise à disposition des données radar des Forces aériennes. Ils opèrent des systèmes radar mobile TAFLIR permettant notamment de couvrir les ombres radar dans les vallées.

Formation d'application DCA 33Modifier

La Formation d’application de la défense contre avions 33 (Lehrverband Fliegerabwehr 33) réunit l’ensemble des moyens de DCA de l’Armée suisse. La mission de la FOAP DCA 33 consiste à préparer des formations à la défense sol-air (DSA).

La FOAP DCA 33 élabore la doctrine d’engagement et d’instruction de la défense sol-air, en collaboration avec les Forces aériennes et les Forces terrestres. L’engagement de protection aérienne de troupes, d’objets et de secteurs est effectué sous forme de missions dans un dispositif mixte de DCA constitué de plusieurs systèmes et formations et dirigé par un état-major.

La FOAP DCA 33 est chargée de l’instruction de base générale (IBG), de l’instruction de base spécifique à la fonction (IBF) et de l’instruction en formation (IFO) de la DCA tout temps et de la DCA à vue. Elle instruit les groupes d’engins guidés de défense contre avions mobile (Rapier) et léger (FIM-92 Stinger), les groupes de défense contre avions moyen (Oerlikon 35 mm avec système de conduite de tir Oerlikon Skyguard) et se charge du service d’instruction des formations (SIF)[9].

  • Cdt FOAP DCA 33
  • EM FOAP DCA 33
    • Cdmt DEV DSA : projet
    • Cdmt IBP DSA 33
      • Écoles de recrue (ER)
      • École de sous-officer (ESO)
    • Cdmt entr DSA 33 : SIF, engagements, doctrine, perfectionnement
      • 3 groupes de défense contre avions moyenne : M Flab Abt 32, 34 et 45
      • 2 groupes de défense contre avions mobile avec engins guidés : Mob Flab Lwf Abt 4 et 11
      • 3 groupes de défense contre avions légère avec engins guidés : Groupe engins guidé de défense contre avions légère (DCA Gr eg L DCA/L Flab Lwf Abt) 1, 5 et 7

Anciennes formationsModifier

EffectifModifier

Le personnel professionnel militaire comprend 1 600 personnes. Les forces aériennes peuvent faire appel à 24 000 miliciens en temps de guerre. Elles disposaient d'environ 250 aéronefs en 2009 et d'environ 200 aéronefs en 2014 [réf. nécessaire].

BasesModifier

Les bases aériennes des forces aériennes suisses sont :

ÉquipementsModifier

AéronefsModifier

Les appareils en service en 2020 sont les suivants[10]:

Aéronefs Origine Type Versions En service Image Remarques
Avion de chasse
McDonnell Douglas F/A-18 Hornet États-Unis/
Suisse (licence)
Chasseur multirôle F/A-18C
F/A-18D
25
5[11]
  Escadrille d'aviation 11 (en) (Meiringen), 17 (en) (Payerne) et 18 (en) (Payerne)
Northrop F-5E/F Tiger II États-Unis/
Suisse (licence)
Interception F-5E
F-5F
21
4
  Escadrille d'aviation 6 (en) (Payerne), 8 (Emmen), Escadrille d'aviation 19 (en) et patrouille Suisse.
Avion d'entraînement
Pilatus PC-7 Turbo-Trainer Suisse Entraînement PC-7 27   École de pilote et PC-7 Team (Locarno), modernisé avec une planche de bord tout écran, utilisé pour l'instruction de base, l'entraînement au IFR (vol sans visibilité) et à la voltige aérienne
Pilatus PC-9 Turbo-Trainer Suisse Entraînement PC-9/F 4   Zielflugstaffel 12 (en)/Escadrille vol de pointage 12 et (Emmen), principalement utilisé pour le remorquage de cibles d’exercice en faveur de la DCA, entraînement du brouillage (conduite de la guerre électronique)
Pilatus PC-21 Suisse Entraînement avancé PC-21 8 (A-101 - A-108)   École de pilotes des Forces aériennes 8 (Emmen), instruction de base et avancée pour pilotes de jet, instruction au combat aérien, instruction au vol sans visibilité et à la voltige aérienne
Avion de transport
Pilatus PC-6 Suisse Transport léger B2-H2M-1 15   Escadrille Transport Aérien 7 (en) Escadrille Transport aérien 7 et compagnie d'Éclaireurs-parachutistes 17 (Locarno), HB-FCF de Armasuisse (Emmen)
Falcon 900 France Transport à usage gouvernemental Falcon 900Ex EASy 1 (T-785)   Service de transport aérien de la Confédération (STAC) (en) (Berne-Belp)
Cessna Citation Excel États-Unis Transport à usage gouvernemental e-560XL 1 (T-784)   STAC (Berne-Belp)
Pilatus PC-24 Suisse Transport à usage gouvernemental PC-24 1 (T-786)   STAC (Berne-Belp)
Bombardier Challenger 604 Canada Transport et évacuation sanitaire CL-604 2 (T-751, T-752)   STAC (Berne-Belp)
Beechcraft 1900 États-Unis Transport 1900D 1 (T-729)   STAC (Berne-Belp)
Beech 350C Super King Air États-Unis Cartographie et transport 350C 1 (T-721)   STAC (Dübendorf)
Twin Otter Canada Transport et cartographie DHC-6 1 (T-741)   STAC (Dübendorf)
Pilatus PC-12 Suisse Transport et essais PC-12 1 (HB-FOG)   (Emmen) - Appartient à Armasuisse, immatriculation militaire.
Diamond DA42 Centaur OPA Autriche/
États-Unis
Expérimental DA42 1 (R-711)   (Emmen) - Appartient à Armasuisse (en), immatriculation militaire.
Hélicoptère
Aérospatiale AS332 Super Puma France Hélicoptère de transport AS332M1 15   Escadrille Transport Aérien 1 (en) et LT St 5 (en) (Payerne), LT St 3 (en) et (Dübendorf), LT St 6 (en) et LT St 3 (en) (Alpnach)
Aerospatiale AS532 Cougar France Hélicoptère de transport AS532UL 11   Escadrille Transport Aérien 3 (en) et LT St 4 (en) (Dübendorf), LT St 4 (en) (Payerne), LT St 6 (en) et LT St 8 (en) (Alpnach)
Eurocopter EC635 Union européenne Hélicoptère léger EC-635 18
2 VIP
  Escadrille Transport Aérien 1 (en) et LT St 5 (en) (Payerne), LT St 3 (en) et LT St 4 (en) (Dübendorf), LT St 6 (en) et LT St 8 (en) (Alpnach), STAC (en) (Berne-Belp)
Drone
ADS-15 Hermes 900 HFE Israël Drone d'exploration ADS-15 0 (6)   6 en 2019 [12]
ADS 95 Ruag Ranger Suisse
Israël
Drone d'exploration ADS 95 14   Escadrille drones 7 (en) (Emmen)
KZD-85 (en) Suisse Drone-cible KZD-85 30  

Systèmes de surveillance radarModifier

Image Radar Origine Type Remarques
  FLORAKO États-Unis/
France
Système de surveillance de l’espace aérien et de Conduite d’engagement longue portée
  TAFLIR États-Unis Radar tactique d’aviation courte portée
  Appareil de conduite du tir 75/10 Skyguard Suisse Système de conduite de tir pour le guidage des unités de feu de canons DCA 35 mm 63/12
  Système d'alarme ALERT États-Unis Radar portable de recherche et d'acquisition de cible pour le missile antiaérien STINGER

Défense anti-aérienneModifier

Image Armement Origine Type En service Remarques
  Canons de défense contre avions 35 mm 63/12 Suisse canon 35 mm bitube Oerlikon 45 avec Appareil de conduite du tir 75/10 Skyguard Oerlikon
  Système mobile d'engins guidés de défense contre avions RAPIER Royaume-Uni système sol-air de missile guidé 54 -
  Système léger d'engins guidés de défense contre avions STINGER États-Unis
Suisse (licence)
missile à guidage infrarouge 288 avec système d’alarme (radar ALERT)

Le programme d'armement Bodluv 2020 vise à renouveler les armes antiaériennes de l'armée suisse à l'horizon 2020, pour la moyenne et longue portée surtout, le Bristol Bloodhound n'ayant pas été remplacé.

Armes emportéesModifier

Image Armement Origine Type Remarques
  AIM-9 Sidewinder X États-Unis missiles air-air courte-portée guidés par infrarouge de type tire et oublie -
  AIM-120 AMRAAM États-Unis missiles air-air moyenne-portée guidés par radar de type tire et oublie -

Equipements et infrstructures historiquesModifier

Equipements historiquesModifier

AéronefsModifier

Image Aéronef Origine Mission Version Nombre d'exemplaires Entrée en service Retrait du service Immatriculation Remarques
  Dufaux 4   Suisse Expérimental 1 1910 1910 -
  Dufaux 5   Suisse Expérimental 1 1911 1911 -
  Farman HF.20 (en)   France Reconnaissance, école de pilotage 2 1914 1918 21, 47
  Blériot XI   France Entraînement et reconnaissance b 2 1914 1919 22, 23
  Morane-Saulnier H (en)   France Entraînement H 1 1914 1919 24 Surnommé « Héléne », acquis auprès du pilote E.Audemars en août 1914.
  Grandjean L   Suisse Reconnaissance, entraînement 1 1914 1915 25
Aviatik B.I   Allemagne École de pilotage, reconnaissance P.14 1 1914 1916 26
LVG B.I   Allemagne École de pilotage, reconnaissance 1 1914 1916 27 et 28
Aviatik-Hanriot H-1   France École de pilotage, reconnaissance 1 1914 1915 29 Construit en 1912, en service le 29 janvier 1915, radié le 1er mai pour cause de vieillissement.
Farman MF.11   France Entraînement, reconnaissance 2 1915 1916 30, 61
Morane-Saulnier Type L « Parasol » (MoS.3)   France Reconnaissance, bombardier léger 1 1915 1919 31
  Voisin III III LA B2   France Reconnaissance, bombardier léger 1 1915 1919 32
  Wild W.S.   Suisse École de pilotage WTS 2 1915 1921 133, 140 N ° W1 (prototype d'une série de 6 avions) et W8
Moteur Mercedes D-1
W.S. = Wild-Schulflugzeug = Avion école à double commande Wild
Reconnaissance, entraînement, écolage Wild W.T.S 6 1917 1934 141 à 146 N ° 13 à 18, double commande, 1re série construite sous licence par A+C Thoune.
Moteur Mercedes D-1
W.T.S. = Avion école à double commande Wild / A + C Thoune
  Wild W-1   Suisse Reconnaissance, entraînement W-1 5 1916 1922 134, 135, 137 à 139 N ° W2, W3, W5 à W7
W-1 = Wild-Beobachtungsflugzeug= Avion d'observation Wild avec moteur Argus As II (licence SLM / Bühler).
Wild W   Suisse Reconnaissance, entraînement W 1 1916 1922 136 N ° W4
W = Avion d'observation Wild avec moteur Mercedes D-1
Wild W.T   Suisse Reconnaissance, entraînement, écolage WT 3 1917 1934 147, 148, 150 Construit sous licence par A+C Thoune, 1re série. Travail. N ° 21, moteur Argus As II (licence SLM / Bühler). W. T. = Wild / A + C Thoune. 2 W.T. sont restés en service pour les vols de contrôle pilote jusqu'en 1934.
Wild W-T   Suisse Reconnaissance, entraînement W-T 10 1918 ? 151 à 160 4e série construit sous licence par A+C Thoune[13].
Wild W-TS   Suisse Reconnaissance, entraînement W-TS 12 1923 ? 161 à 171 5e série construit sous licence par A+C Thoune[13].
Wild W-TS   Suisse Reconnaissance, entraînement W-TS 3 1926 ? 173 à 175 6e série construit sous licence par A+C Thoune. Ces trois biplans, construits en 1924, ont été commandés à l'origine par la Chine mais ne purent être livrés faute de payement[14],[13].
Farman HF.22 (en)   France 1 1916 1918 47
  Häfeli DH-1   Suisse reconnaissance M I 6 1916 1919 241 à 246
Fokker D.II   Allemagne Monoplace de chasse M 17Z 1 1916 1921 62 CH-55 dès 1922
  Häfeli DH-2   Suisse Reconnaissance M II 6 1916 1922 348 à 353 s/n 47 à 52
Wild Spezial   Suisse Entraînement, reconnaissance 1 1917 1917 401 Prototype
Nieuport 23   France Entraînement 23 C.1 5 1917 1921 601 à 605 601 et 602 ont apparemment été attribués deux fois (voir Morane-Saulnier MS 406H)
  Häfeli DH-3
(K + W D.H.3)
  Suisse Reconnaissance, entraînement M III 24 1917 1923 501 à 512, 519 à 530 1re série
M IIIa 3 1918 1922 513 à 515 1re série
M IIIb 3 1918 1922 516 à 518 1re série
M IIIa 30 1919 1939 531 à 560 2e série
M IIIa 39 1925 1939 531 à 560 3e série
M IIIa 10 1927 1922 501 à 510 4e série, reprise des immatriculations des DH-3 MIII
Aviatik C.III   Allemagne École de pilotage, entraînement, reconnaissance C.III 1 1917 1919 63 Interné, retrait en raison de manque de pièces de rechange.
Albatros D.III Oe   Allemagne Chasseur D.V 1 1920 1921 611 Interné en 1918, retrait en raison d'un défaut de structure.
DFW C.V (Av)   Allemagne Reconnaissance C.V 2 1918 1922 64 et 703 No 64 : interné, uniquement quelques vol d'essais, rendu à la France le 6 décembre 1919.
No 703 : acquis en mars 1920 via la CMIC, retiré en raison de problèmes techniques insolvables.
  Nieuport 28   France Entraînement chasse N-28 C.1 « Bébé » 1 1918 1925 607 Atterrissage forcé en été 2018, remis en état. Exposé au Flieger Flab Museum.
Acrobatie, entraînement N-28 C.1 14 1923 1930 685 à 698 Acquis des surplus français
Häfeli DH-4   Suisse Chasseur DH-4 M IV 1 1918 1918 701 Prototype
Siemens-Schuckert SSW D-II   Allemagne Chasseur D.II 1 1918 1922 606 Interné
  SWS C-1   Suisse Reconnaissance, entraînement C.III 1 1919 1938 401 Prototype
  Fokker D.VII   Allemagne/  Pays-Bas Chasseur D.VII 2 1920 1938 608, 609 Acquis pour des essais.
D.VII 7 1922 1938 616 à 622 8 D.VII et 2 D.VII F acquis en 1921 via la CMIC, remise en état approfondie par A+C Thoune.
D.VII F 2 1922 1938 623, 624
D.VII S 1 1923 1938 615 D.VII monté avec un moteur Hispano-Suiza de 300CV, puis un Mercedes D III en 1932.
D.VII 6 1925 1938 625 à 630 Acquis en 1925 via la CMIC par la firme Alfred Comte qui les remis dans un état pratiquement neuf.
D.VII 8 1929 1938 632 à 639 Construit sous licence par la firme Alfred Comte avec des moteurs Mercedes D III.
LVG C.VI   Allemagne Reconnaissance, arpentage C.VI 2 1920 1929 701, 707 707 en 1922.
Rumpler C.VII (en) (DFW)   Allemagne Reconnaissance C.VII 1 1920 1920 702
Halberstadt C.V (DFW)   Allemagne Reconnaissance photographique C.V 2 1920 1922 703, 704 Retiré en raison de manque de pièce de rechange
Rumpler C.IV   Allemagne Reconnaissance C.IV 1 1920 1921 705 Acquis en mars 1920 via la CMIC, retiré en raison du vieillissement de la cellule.
  De Havilland DH-9 « Airco »   Royaume-Uni Bombardier moyen DH-9A 1 1920 1929 706
Transport, reconnaissance DH-9 3 1922 1929 709 à 711 CH-81 à CH-83 de 1920 à 1922
  Zepp LZ C-II 2   Allemagne Reconnaissance C-II 2 19 1920 1927 801 à 812 et 814 à 820 20 avions de la production de guerre de 1918 acquis par une firme suisse, 1 appareil est cédé à la France.
Arpentage C-II 2 V 2 1924 1927 816 et 820 Le 816 tomba en octobre 1927 en raison de la fatigue de l'appareil, tous furent réformés.
Fokker D.VII   Allemagne Entraînement D.VII 1 (1920), 1926 1936 631 CH-46 de 1920 à 1926, pour l'acrobatie.
  Hanriot HD 1   France Entraînement HD-1 16 1921 1930 651 à 666 Chasseur acquis auprès des surplus italiens et entièrement révisés.
Entraînement au combat aérien et au vol en formation
Le 635 est exposé au Flieger Flab Museum
  Häfeli DH-5   Suisse Reconnaissance, entraînement DH-5 (MV) 1 1921 610 Prototype
DH-5 (MV) 26 1922 1938 402 à 427 1re série
DH-5 (MV) 12 1923 1940 428 à 439 2e série
DH-5 (MV) 21 1924 1940 440 à 460 3e série
DH-5 X (M V x) 1 1924 1933 461
DH-5A (M Va) 20 1929 1940 462 à 481
DH-5A (MV-1) 42 1930 1940 Entre 406 et 460 Entre 406 et 440 (24 DH-5), entre 441 et 460. DH-5 (MV) modifiés.
Sablatnig P.III (en)   Allemagne Liaison SAB P-IIIMb 1 1922 1929 708 CH-54 (1921-1922)
Fokker D.XI (en) « Wildsau »   Pays-Bas Chasseur D.XI 2 1925 1939 641, 642
  Dewoitine D.1   France Chasseur, entraînement D.1 C-1 2 1925 1939 671, 672 Désigné D.1ter selon certaines sources
Dewoitine D.19 (en)   France Chasseur, entraînement D.19 C-1 3 1926 1940 673 à 675 674 et 675 construit sous licence par A+C Thoune.
  Militär-Apparat MA-7   Suisse Chasseur MA-7 1 1926 1926 670 Prototype
   Fokker C.V   Pays-Bas Reconnaissance à longue distance C.V E 2 1927 1945 821, 822 Acquis pour des essais.
C.V D 1 1927 1945 823 Acquis pour des essais.
CV-E 4 1931 1954 302 à 305 C-302 à C-305 depuis 1934. Nouveau moteur de 650 CV
  Pays-Bas
  Suisse
Combat CV-E 49 1933 1942 311 à 359 C-311 à C-369 depuis 1934. 24 avions construits par les A+C Thoune et 24 par Doflug Altenrhein, le 359 est assemblé en 1939 avec des pièces de rechange par la Direction des aérodromes militaires (DAM) à Dübendorf.
Entraînement, liaison CV-E Tr 5 1934 1951 C-801 à C-803, C-805, C-808 C-801 devient HB-FAM en 1936. A+C Thoune
Reconnaissance, liaison CV-E Tr-1 1 1934 1951 C-804 A+C Thoune
École de pilotage sans visibilité, entraînement CV-E Tr-2 2 1934 1951 C-806, C-807 A+C Thoune
Reconnaissance à longue distance, bombardier CV-E-1 1 1933 1951 333 C-332 depuis 1934. Transformation d'un CV-E par A+C Thoune pour essais.
Remorquage de cible CV-E « Schlepp » 1 1932/1934 1947 302 C-302 depuis 1936. Modifié en avion remorqueur (DAM) pour cible de pointage « Udet » (air-air et sol-air) en 1934.
CV-E « Schlepp » 2 1932/1943 1954 C-303, C-305 Modifiés en avion remorqueur (DAM) pour cible de pointage avec un nouveau treuil permettant de sortir 6 cibles de l'appareil sans atterrir, série pilote en essais auprès de la troupe.
  Potez 25[15]   France Reconnaissance à longue distance, bombardier léger L-25 A-2 Jupiter 6 1927 1940 851 à 854, 859, 860
6 1930 1940 861, 862, 864 à 867
L-25 A-2 HS 5 1927 1940 855 à 858, 863 863 en 1931
Dewoitine D.9   France Chasse, entraînement D.9 C-1 3 1928 1940 676 à 678 En partie construit sous licence par A+C Thoune.
  Comte AC-1[16]   Suisse Chasseur AC-1 1 1928 1939 680 CH-174, prototype
  Dewoitine D.27   France Chasseur D.27 1 1928 1936 200 J-200 depuis 1934, acquis pour essais.
  France
  Suisse
D-27 III 20 1931 1944 201 à 220 dès 1934 J-201 à J-220, utilisé pour l'entraînement à partir de 1940.
A+C Thoune (licence).
D-27 III 45 1932 1944 221 à 265 J-221 à J265 depuis 1934, utilisé pour l'entraînement à partir de 1939.
A+C Thoune (licence).
Intercepteur D-27 III-R 15 1932 1944 216 à 230 J-221 à J-230 depuis 1938. A+C Thoune, appareils converti comme intercepteur (essais).
  Dewoitine D.26 (en)   France
  Suisse
Entraînement D.26 1 1931 1948 280 U-280 depuis 1934. Prototype de A+C Thoune : cellule du D-27 (260) équipée d'un moteur radial Wright R-975A de 250CV, premier vol le 04 décembre 1929.
D.26 6 1931 1948 281 à 286 U-281 à U-286 depuis 1934. Série 1, équipés du moteur Wright 9 Qa radial construit sous licence par Hispano-Suiza.
D.26 4 1931 1948 287 à 290 U-287 à U-290 depuis 1934. Série 2.
D-26-1 2 1931 1948 280, 290 U-280, U-290 à depuis 1934. A+C Thoune (licence), équipé de moteurs de 300 CV et d'une mitrailleuse photographique pour l'entraînement au combat aérien.
  BFW M.18 (en)[17]   Allemagne Arpentage M.18c 1 1929 1951 712 CH-144 depuis 1929, C-712 depuis 1935. Équipé des plus récents appareils de prise de vue et de levée topographique.
Arpentage et mensurations cadastrales M 18d 3 1935 1954 C-713, C-714 Acquis en commun avec le Service topographique fédéral et la Direction des mensurations cadastrales.
  Morane-Saulnier MS.229   France Instruction MS.229 Et2 2 1931 1939 643, 644 Pour l'instruction au combat aérien avec moniteur de vol.
MS-229 E t2-1 1 1932 1939 643 Équipé d'un moteur Wright 9 Qa refroidi par air.
Comte AC-4 « Gentleman »[18]   Suisse École de pilotage, liaison AC-4 1 1931 1938 CH-265 HB-EPE depuis 1936
Fokker C.XI (en)[18]   Pays-Bas/  Suisse Reconnaissance à longue distance C.XI Prototyp 1 1932 1947 301 CH-301 depuis 1934. Prototype de Fokker et les A+C Thoune selon les améliorations ont amené au Fokker CV.-E après essais.
Fairey Fox[19]   Royaume-Uni Reconnaissance, biplace de chasse, bombardier léger VI.R 2 1935 1945 871, 872 C-871 et C-872 depuis 1937.
   EKW C-35[20],[21]   Suisse Reconnaissance, combat, appui tactique au sol C-35 90 1937 1954 C-101 à C-190 2 prototypes (1936), 80 de série et 8 construits de pièces détachées (1941/1942).
Reconnaissance, combat, appui tactique au sol, missions nocturnes C-35-1 65 1943 1954 Entre C-103 et C-190 Le 180 est exposé au Flieger Flab Museum.
Hawker Hind   Royaume-Uni Reconnaissance à longue distance, bombardier léger 1 1936 1945 873 C-873 dès 1938, en essais auprès de la troupe.
  Bücker Bü 131 Jungmann   Allemagne
  Suisse (licence)
École de pilotage de base et d'acrobatie, liaison Bü 131 B 6 1936 1971 A-1 à A-6
94 1938 1971 A-7 à A-84 Construit sous licence par Doflug Altenrhein
10 1938 1971 A-85 à A-94 Réquisitionnés auprès des Aéro-Clubs en 1942.
  Bücker Bü 133 Jungmeister   Allemagne
  Suisse (licence)
Instruction supérieure, acrobatie, entraînement au combat aérien Bü 133 C 6 1937 1968 U-51 à U-56 Acquis en Allemagne
46 1937 1971 U-49, U-50, U-57 à U-100 Construit sous licence par Doflug Altenrhein, U-49 et 50 en 1943.
  Potez 630[22]   France Reconnaissance à longue distance, bombardier léger 633 B2 et 630 C3 2 1938 1944 B-1/HB-HAS et B-2/HB-HAT Prélevés sur les appareils destinés à l'Armée de l'air française pour des essais.
  Messerschmitt Bf 108 Taifun   Allemagne Liaison, école de pilotage BF 108 B 18 1938 1959 A-201 à A-218 Pour l'instruction des pilotes au Bf-109.
  Messerschmitt Bf 109   Allemagne Combat, transition et entraînement Bf-109 D-1 « David » 10 1939 1949 J-301 à J310 sn 2301 à 2310, série pilote commandées avec les Bf-108, destinés à l'adaptation des pilotes.
Combat Bf-109 E-1 et E-3 « Emil » 89 1939 1948 J-311 à J-399 J-391 assemblé à l'aide de pièces de réserve, J-392 à J-399 construit sous licence.
Chasseur Bf-109 F-4/Z « Fritz » 2 1946 1947 J-715 et J-716 Internés en 1942, cédés à la Suisse après la guerre, immatriculés en 1946, soumis chacun à un vol d'essai et remis à F+W à Emmen. Les Troupes d'aviation n'en voulant pas, ils sont liquidés en 1947.
Chasseur Bf-109 G-6 « Gustav » 14 1944 1947 J-701 à J-714 12 achetés en échange d'un Me-110, équipé d'un nouveau type de radar, qui s'était posé à Dübendorf, J-713 et J-714 ont été internés.
   Morane-Saulnier MS.406 [23]   France Avion de combat polyvalent MS.406H C-1 2 1939 1954 601, 602 J-1 et J-2 dès 1940. Acquis en vue d'essais auprès de la troupe. 601 et 602 ont apparemment été attribués deux fois (voir Nieuport 23 C-1)
  France
  Suisse (licence)
EKW D-3800 MS.406 C-1 8 1939 1954 J-3 à J-10 Série pilote
EKW D-3800 MS.406 C-1 74 1940 1954 J-11 à J-84 Série sous licence (F+W Emmen, Doflug Altenrhein et SWS à Schlieren), plus 2 appareils à partir de pièces détachées (1942), 84 D-3800 en tout. Servant à l'instruction après leur retrait des escadrilles de front.
EKW D-3801 MS.412 ou MS. 506 C1? 207 1941 1959 J-91 à J-297 Série sous licence (F+W Emmen, Doflug Altenrhein et SWS à Schlieren). Servant à l'instruction et comme avion de pointage pour la DCA après leur retrait des escadrilles de front.
Doflug D-3802 MS-540 1 1947 1956 J-401 Prototype.
Doflug D-3802A (MS-540) 11 1947 1956 J-403, J-404, J-406 à J-414 Série pilote.
Dornier-Werke D-3803 1 1947 1956 J-405 Prototype construit par FFA AltenRhein.
  Junkers Ju 52   Allemagne Instruction, transport Ju-52/3 m g 4 e 3 1939 1981 A-701 à A-703
  Fieseler Fi 156   Allemagne Transport, observation
et sauvetage
C-3 Trop 5 1940 1962 A-96 à A-100 A-96 est réquisitionné, A-97 et A-98 se sont posés en mars 1943 à Samedan par suite de mauvais temps, A-99 est acquis neuf en 1948 en France et A-100 a atterrit le 8 mai 1945 à Coire en provenance de Hongrie. Modifiés (skis) pour les premiers atterrissages sur glacier.
   F+W C-36 (en)   Suisse Prototype C-3602 1 1940 1940 C-2 Second prototype en essais au printemps 1940, renvoyé à l’usine pour la préparation de la série zéro et d'autres essais.
Reconnaissance à longue distance et appui tactique au sol C-3603 10 1942 1952 C-401 à C-410 Série zéro
C-3603-1 148 1942 1952 C-411 à 552, C-555 à C-560 142 de série, puis C-555 à C-560 construits en 1948 avec des pièces de rechange.
École de pilotage et essais de parachute C-3603-1 Tr 2 1945 1974 C-553, C-554
Remorquage de cibles C-3603-1 « Schlepp » 21 1946 1987 Entre C-411 et C-560 C-3603-1 convertis, prototype (C-501) en 1945
Remorquage de cibles pour tir sol-air de jour et de nuit C-3603-1 « Schlepp-Leucht » 1 1946 1973 C-447 Prototype d'un C-3603-1 remorqueur de cible (1946), équipé d'éclairage pour pointage nocturne en 1949.
Reconnaissance et appui tactique au sol C-3604-1 12 1947 1956 C-601 à C-613 Série pilote, C-601 prototype non acquis par la troupe.
Remorquage de cibles pour tir sol-air de jour et de nuit C-3603-1 « Schlepp » 40 1953 1970 C-3603-1 convertis
Entraînement et service de sauvetage C-3603-1 « Lastenträger » 20 1953 1973 Entre C-482 à C-530 C-3603-1 aménagés pour le largage de conteneurs (avec ou sans parachute). Ils furent engagés à de multiples reprises, surtout en hiver après des chutes de neiges abondantes et dans les régions touchées par les avalanches. La tâche fut reprise plus tard par les hélicoptères des escadrilles légères.
Remorquage de cibles pour tir sol-air de jour et de nuit C-3603-1 « Firefly » 1 1953 1955 C-489 Essais avec un treuil britannique Firefly. L'appareil est normalisé en 1955.
  Remorquage de cibles C-3605 24 1970 1987 C-464 à C-558 dont un prototype
de Havilland Mosquito[24]   Royaume-Uni Bombardier et reconnaissance PR.4 et FB.6 2 1943 1953 B-4, B-5 B-4 (P3-T, bombardier) et B-5 (G-LY, reconnaissance). Internés en 1942 (G-LY) et 1944 (P3-T) et mis en service après un accord avec le gouvernement britannique. Le B-5 a été utilisé comme banc d'essais moteur pour le EFW N-20 (en).
Comte AC-11-V (en)[25]   Suisse Arpentage AC-11-V 1 1943 1945 C-715 HB-KIM (CH-285) réquisitionné de 1943 à mai 1945 à la section de Lausanne de l'Aéro-club de Suisse.
  Bücker Bü 181 Bestmann   Suisse Liaison Bü-181B 7 1944 1956 A-250 à A-256 A-250 est réquisitionné comme avion-école en automne 1944 et rendu en novembre 1945, A-251 à A-256 sont des appareils internés et acquis en 1945. Un Bü 181 exposé au Flieger Flab Museum porte le numéro A-251.
  North American P-51 Mustang[26]   États-Unis Chasseur, chasseur-bombardier P-51B-10 NA 1 1944 1945 J-900 USAF= 2106438, U-WD, appareil interné le 19 juillet et immatriculé le 1er août 1944, rendu le 20 octobre 1945.
Chasseur, chasseur-bombardier, reconnaissance P-51D 113 1948 1957 J-2001 à J-2130 Achetés des surplus de l'USAF en Europe en automne 1947, au prix de 4 000 dollars l'unité[27].
Entraînement TP-51D 2 1948 1957 J-2105, J-2115
Chasseur F-6 15 1948 1957 J-2050 à J-2128
Nardi FN.315 (en)   Italie Instruction supérieure FN.315 2 1944 1948 A-290, A-291 Acquis pour des essais au début de 1940. Le A-291 tomba lors du vol de réception. Le second appareil n'entra en service qu'en 1944 en raison de l'enquête consécutive à l'accident et des modifications et des vols d'essais qui s'ensuivirent.
Stinson L-5 Sentinel   États-Unis Liaison L-5 1 1944 1945 A-96 US = 42-99186, interné après un atterrissage forcé et remis en état, immatriculé le 12 décembre 1944 et rendu le 22 octobre 1945.
Focke-Wulf Fw 44   Allemagne Entraînement Fw 44F 1 1945 1953 A-95 Interné.
Siebel Si 204   Allemagne Transport D-1 1 1946 1955 B-3 DL+NT, interné, acheté au printemps 1946.
   Pilatus P-2[28]   Suisse Instruction, liaison et entraînement P2-01 Prototyp 1 1945 1981 A-101 1945 = HB-GAB, dès 1946 = A-101, dès 1968 = U-101. Prototype.
P2-05 26 1947 1981 A-103 à A-128 U-103 à U-128 dès 1965
Instruction P2-03 1 1947 1957 A-102 Prototype.
Entraînement P2-04 1 1949 1961 U-101 Dès 1949 U-131
Exercice, liaison, entraînement et école de pilotage sans visibilité P2-06 26 1949 1981 U-103 à U-128 Dès 1962 U-132 à U-157. Avion de combat armé pour l'exercice, modifié pour l'instruction au vol sans visibilité en 1952 (U-139 à U-150) puis en 1965.
    de Havilland Vampire DH-100   Royaume-Uni Chasseur F.1 4 1946 1961 J-1001 à J-1004 Premier avion à réaction pour évaluation.
Chasse et appui tactique au sol DH-100 F.6 75 1949 1971 J-1005 à J-1079
  Royaume-Uni
  Suisse
Chasse et appui tactique au sol DH-100 F.6 103 1951 1990 J-1101 à J-1200
J-1080 à J-1082
J-1101 à J-1200, série construite sous licence par F+W Emmen, Doflug Altenrhein et Pilatus à Stans. J-1080 à J-1082 montés par F+W Emmen en 1960 avec des pièces détachées.
  Royaume-Uni Entraînement, chasse nocturne, essais DH-113 NF.10 1 1958 1961 U-1301 Plus tard J-1301. Utilisé à partir de 1956 pour les testes courants des instruments et des installations lors de la construction de la série Venom. Il est ensuite remis aux troupes d'aviation pour des engagements particuliers. Ne pouvant recevoir le siège éjectable en montage sur les autres Venom il fut liquidé.
  Royaume-Uni
  Suisse
Entraînement DH-115 T.55 39 1953 1990 U-1201 à U-1239 Biplace pour l'entrainement, 30 construits par F+W Emmen et 9 autres acquis des surplus de la RAF en 1967.
  Beechcraft Expeditor (en)   États-Unis Mesure topographique et surveillance de la sécurité aérienne C-45F
C18S
3 1948 1967 B-6 à B-8 B-6 (HB-GAI), B-7, B-8 (HB-GAC). 2 C-45F (B-6 et B-7) acquis des surplus de l'USAF en Europe et 1 C-18S (B-8) acquis en Écosse, modifiés par Pilatus pour la prise de vue aérienne. L'Office fédéral de l'air a participé pour 50 % de cet achat pour pouvoir les utiliser comme réserve pour le contrôle des installations de sécurité sur les aérodromes civils, d’où leur immatriculation civile.
  Nord 1203 Norécrin   France liaison 1201 1 1948 1954 V-653 HB-HOK, l'un des deux Nord 1203 acquis par le Service technique militaire et immatriculé civilement pour des vols à l'étranger, rendu au STM.
  North American AT-6 Harvard
(Noorduyn AT-16ND Harvard IIB)[29]
  Canada Écolage de pilotage sans visibilité, liaison Mk.IIB 40 1949 1968 U-301 à U-340 De surplus de la RCAF, construit au Canada.
Nord NC.850   France liaison NC.850 1 1949 1950 KAB-103 Évalué par le Service technique militaire (STM) (de), retourné à Nord.
  EFW N-20 (en)   Suisse Experimental N-20.2 Arbalète 1 1949 1952 Premier jet de combat conçu en Suisse, 1 exemplaire construit
Weber-Landolf-Münch WLM-1   Suisse Planeur WLM-1 2 1951 inconnue U-1, U-2
Piper Super Cub PA-18[30]   États-Unis Reconnaissance, observation du champ de bataille et liaison d'artillerie PA-18-125 « Custom » 2 1952 1964 V-651, V-652 KAB-101 et KAB-102 avant 1954. Acquis pour les formations légères d'aviation destinées à l'observation du champ de bataille et la liaison d'artillerie (OCLA).
  Hiller UH-12 Raven[31]   États-Unis Liaison, sauvetage et reconnaissance B 3 1952 1962 V-10 à V-12 KAB-201 à KAB-203 avant 1954, acquis pour l'OCLA.
  EFW N-20 (en)   Suisse Interception et appui tactique au sol N-20.10 Aiguillon 1 1952 1952 X-N-20 Prototype. Modification du N-20.02 Arbalète
   de Havilland Venom   Royaume-Uni
  Suisse
Chasse et appui tactique au sol FB.50 126 1954 1984 J-1501 à J-1625 Version améliorée du Vampire avec de nouvelles ailes.
FB.50 suisse = RAF FB.1, FB.54 = FB.5. Construit sous licence par F+W Emmen, Doflug Altenrhein et Pilatus à Stans.
Reconnaissance FB.50R 24 1956 1975 J-1626 à J-1649
Chasse et appui tactique au sol FB.54 100 1956 1983 J-1701 à J-1800
  FFA P-16   Suisse Chasseur multirôle P-16.04 et P-16 Mk.II 5 1955 1960 Prototypes. 100 commandés, annulé après 2 crash
  Pilatus P-3[32]   Suisse Liaison, école de pilotage de base, de vol sans visibilité et d'acrobatie P-3.02 / 03 13 1956 1991 A-801 à A-813 Série pilote du P-3.03 construit par Pilatus à Stans et FFA Altenrhein. A-801 est le prototype P-3.02.
P-3.05 60 1958 1995 A-814 à A-873 Constructeurs : F+W Emmen, Pilatus à Stans et FFA Altenrhein.
  Beechcraft E-50 Twin Bonanza[33]   États-Unis Transport de passager E50 3 1957 1989 A-711 à A-713 HB-HOU, HB-HOV et HB-HOW avant 1959.
  Sud-Aviation SE.3130 Alouette II[34]   France Observation, liaison, transport et sauvetage II 30 1958 1992 V-41 à V-70 10 acquis en 1958, et 20 en 1964.
  Sud-Aviation SO.1221 Djinn[35]   France École de pilotage et entraînement à l'autorotation S.O.1221 4 1958 1963 V-21 à V-24 Retournés au fabricant en raison de problèmes de pales de rotor.
   Hawker Hunter   Royaume-Uni Interception et appui tactique au sol F Mk 58 100 1958 1994 J-4001 - J-4100 Swiss F.58=RAF F.6, FB.58A=FGA.9, T.68=T.66.
Assemblage à Emmen
3 séries, certains sont des ex-RAF F.6s. convertis.
Mk58A 52 1971 1994 J-4101 - J-4152
Entraînement T Mk68 8 1974 1994 J-4201 à J-4208
  Dornier Do 27   Allemagne Liaison et école de pilotage Do 27H2 7 1958 2005 V-601 à V-607
  Sud-Aviation SA316 Alouette III[36]   France Liaison, transport, sauvetage et entraînement III 84 1964 2010 V-201 à V-284 Construction en partie sous licence par F+W Emmen, 4 unités en 1964, 15 en 1966 et 60 en 1972.
  Piper Super Cub PA-18[30]   États-Unis Reconnaissance, observation du champ de bataille et liaison d'artillerie PA-18-150 « Custom » 4 1964 1976 V-653 à V-656 Acquis pour les formations légères d'aviation destinées à l'observation du champ de bataille et la liaison d'artillerie (OCLA).
     Dassault Mirage III   France Essais IIIC 1 1964 1999 J-2201
Entraînement IIIBS 4 1964 2003 U-2001 à U-2004 plus tard J-2001, J-2004. Construction sous licence par F+W Emmen, Pilatus à Stans et FFA à Altenrhein.
  France
  Suisse
Reconnaissance IIIRS 18 1965 2003 R-2101 à R-2118 Construction sous licence par F+W Emmen, Pilatus à Stans et FFA à Altenrhein.
Chasseur d'interception IIIS 36 1966 1999 J-2301 à J-2336 IIIC suisse, mise à niveau par SF Emmen en 1988.
  France Entraînement IIIDS 2 1983 2003 J-2011 et J-2012 Remplacent 2 Mirage IIIBS perdu.
Rockwell Grand Commander   États-Unis Relevé topographique 680FL 1 1976 1993 HB-GCP Appartenait à l'Office fédéral de topographie
  Sud-Aviation SA365 Dauphin 2[37]   France Transport VIP SA.365N 1 1985 2009 T-771 Utilisé pour le gouvernement, HB-XPE avant 2005
  BAe Hawk   Royaume-Uni Entraînement T.66 20 1987 2002 U-1251 à U-1270 1 perdu en 1990. 18 vendu à la Force aérienne finlandaise en 2008.
  Learjet 35   États-Unis Transport passager A 2 1987 2006 T-781, T-782
  F+W Ranger ADS 90   Suisse Drone d'exploration ADS 90 6 1991 1999 D-101 à D-106 Remplacé par l'ADS 95
  Dassault Falcon   France Transport passager/VIP 50 1 1996 2013 T-783 Remplacé par un Dassault Falcon 900EX.

Armes emportées historiquesModifier

Image Armement Origine Type En service Remarques
  Roquettes SNORA et SURA-D (en)   Suisse Roquette
BL755   Royaume-Uni bombe à sous-munitions
  AGM-65 Maverick   missile air-sol

Armes historiques de défense anti-aérienneModifier

Image Système Origine Nombres Entrée en
service
Retrait Remarques
  Mitrailleuse 11 7,5 mm (de) sur affût DCA   Suisse Aussi en version jumelée
  Canon 7,5 cm 1903 L 30 (de) sur affût DCA   Suisse 1916 1919 360°, élévation 60–70°. 1918 : 10 batteries à 4 canons
Mitrailleuse sur affût double 13 mm 90 1936
  Canon DCA 20 mm 37 Oerlikon   Suisse 363[38],
436 (acquis de 1937 à 1939)[39]
ou 756[40]?
1937 1957
  Canon DCA 7,5 cm 38 L49 K+W Thun   Suisse 250 ou 274? 1939 1967 licence de Schneider (France), équipait la DCA lourde
  Canon DCA 34 mm 38 Waffenfabrik Bern   Suisse 278 ou 397? 1938 1950 Commandes : 99 unités en 1938, 100 unités en 1940. Modifié en 1950 en Can DCA 34 mm 42, utilisé jusqu'en 1968
  Mitrailleuse DCA double 38 7,5 mm (en)   Suisse 1939 1955 Flab-D-Mg 38 W+F Bern, dont 756 exemplaires refroidis à eau produits entre 1941 et 1945.
  Canon DCA 20 mm 38 Oerlikon   Suisse 1475 1940 1970 ou 1974 920 W+F produits entre 1939 et 1942
  Canon DCA 20 mm 43   Suisse 940 1943 1957 ou 1960? Hispano Suiza Genève, versions Can DCA 20 mm 43 et 43/44
Canon DCA tritubes 20 mm 43   Suisse 110 1950 1953 Hispano Suiza Genève, DCA d'infanterie
  Mitrailleuse 51/80 7,5 mm (de) sur affût DCA   Suisse
  Canon DCA léger 20 mm 54 Oerlikon   Suisse 1540 1954 1998 (L Flab Kan 54 Oe), 1300 canons acquis entre 1953 et 1961, 240 autres en 1986 (ou 250 en 1983?) pour le remplacement du canon DCA 20 mm 38 W + F des batteries de forteresse et du canon DCA tritubes 20 mm 43/57 de la DCA d'aérodrome.
  Canon DCA tritubes 20 mm 43/57   Suisse 225 1958 1987 Hispano Suiza Genève, transformation par E+W Bern, DCA d'aérodrome de 1958 à 1964, formation de DCA légère de 1970 à 1987
  Canon DCA 35 mm 63 (jumelé)   Suisse 264 1961 1999 versions GDF-001/002, guidé par radar DCA. Modernisé en Can DCA 35 63/75, 188 unités modernisées en Can DCA 35 mm 63/90 (GDF-007) en service à partir de 1991, puis 45? unités modernisé en Can DCA 35 mm 63/12, en service avec l'Appareil de conduite du tir 75/10
  Canon DCA 54 20 mm bitubes (en)   Suisse 1967 2003? Hispano Suiza Genève HS 666A (Oerlikon GAI-DO1)
  Missile sol-air BL-64 MK 2 Bloodhound   Royaume-Uni 1964 1999 Flab Lwf BL 64 Bloodhound, 6 sites de lancement (jusqu'à 16 missiles par sites), régiment d'engins guidés DCA 7

Systèmes de surveillance radar historiquesModifier

Image Système Origine Entrée en
service
Retrait Remarques
  LGR-1 Radar (en)   États-Unis 1948 1955 Le système a été utilisé par les alliés lors de l'invasion en Normandie pendant la Seconde Guerre mondiale. En Suisse il n'y avait pas d'utilisation tactique. Le système fut utilisé seulement pour la définition des emplacements du systèmes de surveillance de l'espace aérien SFR. Fabricant : Bendix.
  SRF Airspace monitoring and management system (en)   France 1955 1970 De 1955 à 1966, une station d'instruction à Dübendorf et trois installations d'altitude étaient en service comme première surveillance par radar de l'espace aérien Suisse (remplacés par le système FLORIDA au alentour de 1969). Fabricant : SFR
  Fire control radar Mark VII (en)   Royaume-Uni 1958 1967 Le radar de conduite de tir MK VII livre en mode de poursuite les éléments du point de mesure angle de dérive, angle de site et distance des buts pour le calcul par l'appareil directeur 43/50R des éléments de tir dérive, élévation et tempage nécessaires pour le tir de la DCA lourde. Dans la cabine-remorque climatisée à deux essieux sont installés le radar, le pupitre de commande avec deux écrans radar, les servos pour commande de l'antenne parabolique, le calculateur de parallaxe META, la station radio SE-411 et un téléphone de campagne. Fabriquant : British Thomson Houston (BTH), Leicester
  Target allocation radar TPS-1E (en) (ZZR)   États-Unis
(licence)  Italie
1958 1989 Le radar de recherche à impulsions rotatif fut acquis à la fin des années cinquante pour les groupes de DCA lourdes. Les données du but étaient transmises par soit par téléphone ou radio aux batteries de pièces, soit aux radars de conduite de tir MK VII avec transformation en coordonnées locales par le calculateur de parallaxe Meta, ou pour acquisition optique direct dans le cas des batteries sans radar. Pour la DCA moyenne, les ZZR furent utilisés dès 1963 avec la nouvelle centrale d'engagement 63 dans, le même rôle. Après l'introduction des appareils de conduite de tir 73 Skyguard, les appareils et les servants furent transférés dans les nouvelles compagnies de radar d'aviation mobiles jusqu'à l'introduction des systèmes TAFLIR en 1989. Fabriquant : Microlamda SpA, Neapel, licence de Raytheon (États-Unis)
  Radar de conduite de tir 63 Super Fledermaus (en)   Suisse 1965 1977 Le Flt Gt 63 (Super Fledermaus) commande simultanément deux pièces, il surveille l'espace aérien avec le radar, suit avec le radar ou optiquement le but à combattre et transmet instantanément les données de tir aux pièces raccordées. L'acquisition du but venant du ZZR se fait par l'intermédiaire du calculateur de parallaxe. Avec l'appareil d'acquisition optique (OZ) des buts peuvent être attribués directement à l'appareil de pointage. Fabriquant Contraves AG, Zürich.
  Système de surveillance FLORIDA   États-Unis 1970 2003 première surveillance par radar de l'espace aérien Suisse 24h, 365 jours par an. Remplacés en 2003 par le système FLORAKO. Fabricants : Hughes Aircraft Company, Fullerton Californie.

Systèmes d'armes antiaériennes testésModifier

Image Système Origine Entrée en
service
Retrait Remarques
  Can DCA 7,5 cm 37 L49 (en) Vickers (7,5 cm Pak 37 L49)   Royaume-Uni 1935 4 ou 7 pièces acquises, avec 1 dispositif de commande (Sperry, USA), 2 télémètres 3 m Basis (Barr and Strout, GB) et 1 projecteur avec dispositif d'écoute Elaskop (Siemens, All)
  Can DCA 7,5 cm Schneider (en)   France 1936 4 ou 5 pièces acquises
  Missile RSA (en)   Suisse 1946 1958
  Missile RSD 58 (en)   Suisse 1952 1958
  Char DCA 35 mm B22L (en),   Suisse 1958 1964 char antiaérien basé sur le char 68 (Panzer 68) armé de deux canon Oerlinkon de 35 mm
  Missile RSE Kriens (en)   Suisse 1958 1966
  Mowag Shark (en)   Suisse 1981 1983 un véhicule de transport de troupes Mowag Shark armé du missile français Crotale ou du canon bitube de 30 mm britannique wildcat

Infrastructures historiquesModifier

Aérodromes militaires fermés depuis 1996Modifier

Cette liste regroupe les aérodromes fermés entre 1996 et 2005.

  • Ambrì-Piotta (en) TI (LSPM) : 1941 - 1996
  • Domat/Ems GR : 1943 - 2004, aérodrome durant la seconde Guerre mondiale, puis place de ravitaillement carburants et hangar hélicoptères
  • Frutigen (de) BE (LSFR) : 1943 - 1997, réactivé lors des avalanches de l'hiver 1999 (de)
  • Interlaken (de) BE (LSMI) : 1941 - 2003, champ d'aviation dès 1919, utilisation civile dès 1965
  • Kägiswil OW (LSPG) : 1943 - 1996, utilisation civile dès 1956
  • Lodrino (en) TI (LSML) : 1941 - 2004 ;
  • Mollis (de) GL (LSMF) : 1941 - 2005, utilisation civile dès 1956
  • Münster (de) VS (LSPU) : 10 décembre 1942 - 1996, utilisation civile dès 1956, fermeture en 1994
  • Rarogne VS (LSTA) : 23 octobre 1942 - 1997, utilisation civile dès 1977, fermeture en 1994
  • Reichenbach (de) BE (LSGR) : 1943 - 1997, utilisation civile dès 1961
  • Saanen BE (LSGK) : 1943 - 1996, utilisation civile dès 1946
  • Samedan GR (LSZS)
  • San Vittore (de) GR (LSXV) : 1941 - après 2005
  • St. Stephan (de) BE (LSTS) : 1942 - 1997, caverne pour avions en 1964, utilisation civile depuis 1998
  • Tourtemagne (de) VS (LSMJ) : 24 octobre 1942 - 2003, puis cavernes pour avions utilisés pour le stockage de véhicules
  • Ulrichen VS (LSMC) : 30 octobre 1942 - 1999
  • Zweisimmen BE (LSTZ) : 1943 - 1997, utilisation civile dès 1963

Champs d'aviationsModifier

Cette liste non exhaustive regroupe les aérodromes avec piste en herbe abandonnés pour la pluspart en 1945. Les autres aérodromes ont vus la construction de piste en dur (sauf Elms). Une partie des champs d'aviation existaient déjà comme aérodrome civil, parmi eux la plupart demeure aujourd'hui et certains sont devenus des aéroports.

Aérodrome Période d'utilisation Remarques Image
Altenrhein (LSZR)  
Avenches - Le 1er octobre 1910 voit l'inauguration de l'aérodrome et la fondation d'une école de pilotage. Le lendemain est organisé le 1er meeting d’aviation en Suisse.
Berne 1914 - 1929 Utilisation depuis le 3 août 1914, transféré en 1929 à Berne Belpmoos.
Bellinzone
Bex (LSGB) 1925 - 1935 Le 31 mai 1924 un contrat est signé entre le DMF et commune de Bex : surface de 25'000 m2, droit de construire un hangar (démonté à Dübendorf) et deux réservoirs à benzine. Le 23 avril 1925 la place d’aviation militaire de Bex est officiellement ouverte. Le 31 mai 1935 le contrat liant l’armée à la commune est résilié, mais le hangar est provisoirement maintenu. En 1948, avant d’être mis à la disposition de l’aviation sportive, le hangar est vidé de 700 tonnes de munition et d’explosifs[41].  
Bleienbach 1939 - 1942 Actuelle aérodrome de Langenthal (LSPL): l'aérodrome est occupé par des escadrilles à partir de 1939. En 1940, la piste a été prolongée vers l'est afin que des avions un peu plus rapides puissent décoller de Bleienbach. En 1942, les Troupes d'aviation quittent l'aérodrome devenu insuffisant pour les avions encore plus rapides[42].
Boujean (Bienne) 1941 - 1947 (Biel-Bözingen) Fliegerstaffel 15 (Messerschmitt Me 109D/E)
Coire
Courtelary 1940 - première visite militaire en 1931, création en 1940
Ems 1943 - 2004 piste en herbe de 1 200 mètres de long et 300 mètres de large, utilisation dès la fin de la Première Guerre Mondiale, aérodrome durant la 2e Guerre Mondiale, puis de 1973 à 2003, place de ravitaillement carburants et

hangar hélicoptères, héliport civil durant quelles années puis abandon.

Domdidier
Genève-Cointrin (LSGG) 1922 - 1945 Aucune exploitation militaire dès la fin de la 2e Guerre mondiale,  
Gland VD
Grandcour
Granges (LSZG)
La Tourangelle (Gland) 1934 - 1934 Le 17 août 1930 le capitaine vaudois William Tardy pose son biplan Häfeli à la Tourangelle. En 1934, une escadrille des Troupes d'aviation manœuvre sur le terrain de la fin août à début septembre. En 1939 les militaires surveillent ce terrain, alors définitivement fermé à l’aviation[43].
Les Éplatures (LSGC)
Lausanne-Blécherette (LSGL) 1925 - 1945 construction d'un hangar à avions en 1923, aérodrome civil  
Lignières 1940 -
Kloten (LSZH) construction d'un hangar à avions après 1923
Kriens
Littau
Lucerne
Marsens
Riaz (de) 1939 - 1944 Escadrille 2 mobilisée à Riaz du 2 au 8 septembre 1939 (Dewoitine D.27 et EKW C-35) et de novembre 1943 à août 1944 (notamment EKW C-3603).  
Seedorf 1924 - Escadrille 1 (Häfeli DH-5 et Fokker D.VII).
Littau
Spreitenbach
Thoune (de) (LSZW) 1914 - 1955 Construction d'un hangar à avions en 1923
Triengen (de) (LSPN) 1964? - 1973 La Leicht Fliegerstaffel 2 y exploitait 9 Alouette II et 4 Piper Super Cup
Utzenstorf BE

AutoroutesModifier

Des sections d'autoroutes suisses ont été aménagées pour servir de piste (en) en cas de besoin. Certaines d'entre elles se trouvent à proximité d'une base aérienne et servent alors de piste d'envol de secours (NOLA : atterrissages d'urgence, NOSTA : décollages d’urgence). Plusieurs de ces pistes d'envol de fortune sur des autoroutes ont été supprimées, certaines n'ont jamais vu d'exercice.

Sections d'autoroutes et exercices[44],[45].
Lieu Autoroute et semi-autoroute Exercices
Oensingen N1
  • 16 septembre 1970 : exercice STRADA du groupe d’aérodrome 9 Flpl Abt 9 (Alpnach (de)) principalement avec la compagnie avion 18 Fl Kp 18, avec 12 Venom
    (de) [vidéo] 1970: Autobahn Landung
Münsingen N6
  • 26 septembre 1974 : exercice STRADA des groupes d’aérodrome 12 Flpl Abt 12 (Interlaken (de)) avec des Venom, et 13 Flpl Abt 13 (Meiringen (de)) avec des Hunter. Également participation de Pilatus P-3
  • 24 mars 1982 : exercice TAUTO du régiment d’aérodrome 2 Flpl Rgt 2 (Oberland bernois) avec des Hunter de Meiringen et d'Interlaken? et des Tiger de Meiringen.
Flums N13
Alpnach N8 (NOLA), relié à la base aérienne d'Alpnach (en)
  • 1er juin 1978 : exercice NOLA du groupe d’aérodrome 9 Flpl Abt 9 (Alpnach), tractage de 6 Hunter depuis la base et décollage depuis la semi-autoroute.
  • 29 septembre 1988 : exercice TUTTI (avec ex. INTERUPA) du groupe aérodrome 9 Flpl Abt 9 (Alpnach), tractage de 12 Tiger depuis la base et décollage depuis l'autoroute.
Aigle-Bex N9
  • 06 mai 1980 : exercice ABEX (NOLA, aterrissage 6.5. de secours) du régiment d'aérodrome 1 (Valais) composé des groupes aérodrome 4 (Sion), (Rarogne) et (Tourtemagne (de)), atterrissage de secours avec 36 Hunter.
Sion N6, relié à la base aérienne de Sion
Lodrino N2

Abris et cavernesModifier

AbrisModifier
U-43
 
Un abri U-43 à Rarogne
 
L'intérieur d'un abri 43 à Rarogne
  • Années de construction : 1943 - 1945
  • Nombre d'abris construits : 152 (156 planifié en 1943)
  • Type de construction : 1 halle en béton armé avec revêtement de terre, portails en acier, volume simple sans cantonnement ni issue de secours
  • Planifié pour type d’avions : 1 C-36, 3 Me-109 ou 3 Morane D-8001. Aussi utilisé pour P-51 Mustang, 1 Vampire DH-100, 1 Venom DH-112, 1 Hunter.
  • Emploi actuel : remise pour véhicules, appareils, le cas échéant pour avions légers
  • Aérodromes :
    • Alpnach : 8
    • Ambri : 7 prêts en 1945, avions : Morane (compagnia av 12), Me-109?, Mustang?, Vampire
    • Buochs : 14
    • Frutigen : 8 en 1943, avions : Morane, Vampire (pour essais?), Alouette II et III
    • Interlaken : 18 en 1944
    • Kägiswil : 8
    • Lodrino : 4 en 1944
    • Meiringen : 8 en 1943
    • Mollis : 3 en 1942
    • Münster : 8
    • Raron : 8 (1990 : Alouette III, LFlStff 1)
    • Reichenbach : 8 en 1943
    • Saanen : 7 en 1944, avions : C-36 (1943), Morane (1945), Vampire (1950 - 1967), Venom (1968)
    • San Vittore : 3
    • Sion : 9, avions : Venom
    • St. Stephan : 5 en 1944, avions : Vampire (1947 - ?), Venom (1947 - 1979)
    • Turtmann : 9 en 1943[46], avions : C-3603, Morane, Vampire, Venom (1954 - 1955)
    • Ulrichen : 8 (1945 : Me-109E, 1952 - 1953 : D-3801, 1957 - 1983 : Venom DH-112)
    • Zweisimmen : 8
    • Total : 151 (1 abri manquant)
  • Remarques : Jusqu’en 1995, 53 U-43 étaient encore exploité pour les escadrilles légères Alouette II et III sur les aérodromes de Frutigen (8), Kägiswil (8), Lodrino (4), Münster (8), Reichenbach (8), Saanen (7), San Vittore (2), Zweisimmen (8).
U-43/68
 
Un abri U-68 à Mollis
  • Années de construction : 1968 - 1970
  • Nombre d'abris construits : 26
  • Type de construction : analogue au U-43, béton armé avec revêtement de terre, partie de l’entrée agrandie avec portails en acier, volume simple sans cantonnement, avec issue de secours
  • Planifié pour type d’avions : 1 Hunter, aussi utilisé pour 1 F-5E/F Tiger II
  • Aérodromes :
    • Ambri : 4 U-43 transformés en 1972 (un autre est transformé comme entrepôt local), avions : Venom, Hunter
    • Interlaken : 9
    • Mollis : 3
    • St-Stephan : 2 en 1973, avions : Venom (1973 - 1979), Hunter (1980 - 1994?)
    • Sion : 3
    • Ulrichen : 3
  • Remarques : souvent également abri de réparation.
U-69
 
Un abri U-69 à Mollis
  • Années de construction : - 1975
  • Nombre d'abris construits :
  • Type de construction : 2 halles (2 avions par halle)
  • Planifié pour type d’avions : 4 Hunter, aussi utilisé pour Mirage IIIS? et F-5E/F Tiger II
  • Aérodromes :
    • St-Stephan : 2 en 1972, avions : Venom (1972 - 1979), Hunter (1980 - 1994?)
    • Sion : 3
    • Ulrichen : 1 en service en 1972
    • Mollis : 2 en service en 1975
  • Remarques :
U-72
 
Un abri U-72 à Mollis
  • Années de construction :
  • Nombre d'abris construits : 17?
  • Type de construction : 2 halles (2 avions par halle)
  • Planifié pour type d’avions : Hunter, Mirage IIIS, F-5E/F Tiger II
  • Aérodromes :
    • Mollis : 1 en service en 1979 (Hunter)
    • Payerne : 8 exploités dès 1976, avions : Mirage IIIS (1976 - 1999), Mirage IIIRS (1976 - 199?), Tiger (depuis 1979), F/A-18 (depuis 1999?)
    • St-Stephan : 1 en 1978, avions : Venom (1978 - 1979), Hunter (1980 - 1994?)
  • Remarques :
U-77
  • Années de construction : 1977
  • Type de construction : 1 halle en béton armé avec revêtement de terre engazonné, portails d’acier, volume simple sans cantonnement. Planifié en tant qu’abri pour avion et volume pour assurer la mise en œuvre; ouverture à l’arrière permettant d’évacuer les gaz d’échappement des réacteurs.
  • Planifié pour type d’avions : Hunter, Mirage IIIS, F-5E/F Tiger II, aussi pour PC-6
  • Aérodromes :
    • Dübendorf : 4
    • Emmen : 4
  • Remarques : Abris alarmes situés en bout de piste
U-80
 
Un abri alarme U-80 à Alpnach
  • Années de construction : 1980 - 1988 ou 1989 (Turtmann)?
  • Type de construction : analogue U-77, 2 halles (2 abris juxtaposés) béton armé avec revêtement de terre engazonne
  • Planifié pour type d’avions : F-5E/F Tiger II, Mirage IIIS (un avion par halle)
  • Aérodromes :
    • Alpnach : 2 en 1982/83
    • Buochs : 1 ou 2?
    • Ulrichen : 1 en 1986
    • Interlaken : 1 en service en 1985
    • Meiringen : 2 en 1984
    • Sion : 2 en service en 1996
    • Turtmann : 2 en 1989[47], avions : Tiger (1990 - 2003)
  • Remarques : Abris alarmes situés en bout de piste
U-83
  • Années de construction :
  • Type de construction : 2 halles
  • Planifié pour type d’avions : Hunter, F-5E/F Tiger II, Mirage IIIS (deux avion par halle)
  • Aérodromes :
    • Interlaken : 1 en 1986 (Hunter)
    • Ulrichen : 1 en 1986 (Hunter)
CavernesModifier
Caverne de rétablissement
  • Années de construction : 1943 - 1945
  • Type de construction : simple tunnel avec entrée séparée pour le personnel
  • Nombre de tunnels construits : 7
  • Planifié pour type d’avions : C-36, Me-109. Aussi utilisé pour P-51 Mustang, Vampire DH-100 et Venom DH-112?
  • Aérodromes :
    • Alpnach : 2 tunnels
    • Buochs
    • Meiringen : 1943/44
    • Raron?
    • St. Stephan
    • Saanen
  • Pour les travaux de réparation et de maintenance sous protection (Flugzeugstollen/Retablier stollen). Ceux de St. Stephan et Meiringen ont ensuite été transformées en magasin local (Ortsmagazin).
Caverne d'aviation
 
Mirage IIIRS sortant d'une cavern epour avions à Buochs dans les années 1990
 
Un Mirage IIIRS devant l'entrée d'une caverne à Buochs dans les années 1990

Un aérodrome à cavernes dispose d’un poste de commandement protégé (sous roc) et de deux cavernes sous roc pour la protection des avions de deux escadrilles d’aviation.

  • Années de construction : 195x -
  • Type de construction :
  • Nombre de tunnels construits : 7
  • Planifié pour type d’avions : Venom DH-112, Hunter, Mirage IIIS/RS, F-5E/F Tiger II, (F/A-18)
  • Aérodromes :
    • Alpnach : construction 1952 - , 1973 : conversion pour Hunter, 1978 : transformation pour Tiger; avions : Venom (1960 - 1972), Hunter (1973 - 1979), Tiger (1980 - 2003?)
    • Ambri (caverne prototype en T) : construction 1949 - ; avions : Venom ( - 1972), Hunter (1973 - 199x)
    • Buochs : construction ; avions : Venom ( - 1979), Hunter Trainer (1980), Hunter (1981 - 1994?)
    • Meiringen : construction 1952 - 1957; avions : Venom? (- ) : Hunter ( - 1984), Tiger (1979 - )
    • Mollis : construction ; avions : Venom ( - 1978), Hunter (1978 - 1994?), Tiger (1994? - 1999)
    • Raron : construction ; avion : Hunter (196x - 199x?), stockage de Hunter jusqu'en septembre 2006
    • Turtmann : construction 1951 - 1958[47]; avions : Venom (1958 - 1960), Hunter (1960 - 1994?), Mirage IIIS (1968 - 1975), Tiger (1983 - 2003), stockage des Hawk?
  • Remarques : (Flugzeugkaverne)

MuséesModifier

Plusieurs musées en Suisse et à l'étranger exposent du matériel des Forces aériennes suisses (liste non exhaustive):

Opérations des Forces aériennesModifier

Liste non exhaustive des engagements humanitaires et de maintien de la paix des Forces aériennes suisses à l'étranger
Date Lieu Événement Opération Aéronefs engagés Personnels engagés Remarques
Avril - juillet 1999   Albanie Guerre du Kosovo Task Force ALBA (en) 3 Super Puma Transport de matériel d'assistance et de personnes, en coopération avec le Corps suisse d'aide en cas de catastrophe (ASC)
1999 - présent   Kosovo Maintien de la paix après la guerre du Kosovo KFOR Swisscoy 3 Super Puma/Cougar 235 au max en tout Transport de personnes et de fret.
Été 2004   Portugal Feux de forêt de l'été 2004 PORTUGAL 04 ? Super Puma/Cougar lutte contre les feux de forêt
Janvier - février 2005 Sumatra,   Indonésie Tsunami de 2004 Task force SUMA 3 Super Puma/Cougar 119 au total (avec relève) Transport sur mandat du Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), 368 tonnes de matériel d'assistance et 2267 personnes transportés, en 477 heures de vol
2005 - 1er octobre 2009   Bosnie-Herzégovine Accords de Dayton après la guerre de Bosnie-Herzégovine EUFOR Althea 2 Super Puma/Cougar 27 au max en tout Transport de personnes et de fret : 2635 heures de vol depuis les bases de Sarajevo et de Banja Luka et transportés ainsi 12'900 passagers. En 2020, l'armée suisse poursuit son engagement avec des Liaison and Observation Teams (LOT) et une Mobile Training Team (MTT).
Décembre 2010   Israël Incendie du Carmel de 2010 3 Cougar lutte contre les feux de forêt, action conjointe avec le Corps suisse d'aide humanitaire (CSA)
27 août au 5 septembre 2007 Péninsule du Péloponnèse   Grèce Feux de forêt de l'été 2007 Task Force PELO 3 Super Puma 23 militaires et 2 spécialistes de la DDC lutte contre les feux de forêt (500 vols d'extinction, soit plus d'un million de litres d'eau larguée)[48]
Juillet 2017   Monténégro Feux de forêt de l'été 2017 1? Super Puma de la KFOR lutte contre les feux de forêt, action conjointe de l’Aide humanitaire de la DDC et de l’Armée suisse[49]
Aout 2017 Monte Real,   Portugal Feux de forêt de l'été 2017 3 Super Puma environ 30 personnes lutte contre les feux de forêt, action conjointe de l’Aide humanitaire de la DDC et de l’Armée suisse[49]
Automne 2017 Lombardie,   Italie Feux de forêt de 2017 2 Super Puma plus de 50 militaires et collaborateurs du DDPS lutte contre les feux de forêt, base d'engagement : aérodrome militaire de Locarno, sur mandat de la DDC[50]

Coopération internationaleModifier

Le 25 novembre 1996 le Conseil fédéral a adopté un «Memorandum of Understanding» (MOU) entre la Suisse et les Pays-Bas, signé par signé par le Commandant de corps Fernand Carrel, commandant des Forces aériennes. Il fixe les règles de l'engagement d'instructeurs de vol militaires, lors de l'introduction d'hélicoptères Cougar aux Pays-Bas et pour l'entraînement au combat aérien sur avions F-16 à deux places. Le programme destiné au pilotes débuta le 2 décembre 1996[51]. Dans le cadre de ce MOU, un pilote suisse est actuellement engagé comme instructeur de vol aux Pays-Bas. Un premier «Memorandum of Understanding» a été conclu avec les Pays-Bas concernant la campagne de la Mer du Nord « NORKA »[52].

Le 28 mai 1999, la Suisse et la Belgique ont conclu un accord permettant la coopération dans le domaine de l'entraînement[53].

En 2003, la Suisse et l’Allemagne ont conclu un accord-cadre de coopération dans le domaine de la formation. Dans le cadre de ces formations, les équipages allemands d'hélicoptères s'entraînent en vol alpin environ dix semaines par an en Suisse. En retour, les équipages suisses bénéficient d'opportunités de formation en Allemagne[54].

Le 1er novembre 2004, la Suisse et le Royaume-Uni signe un Memorandum of Understanding (MOU)[55].

Exercices des Forces aériennes suisses à l'étrangerModifier

Forces aériennes étrangères en SuisseModifier

Équipes de présentationModifier

Nom Aéronefs Nombre d’aéronefs Base Image Remarques
Patrouille acrobatique
Patrouille suisse F-5E Tiger II 6 Emmen   [105]
PC-7 Team Pilatus PC-7 9 Payerne   [106]
Equipe de démonstration
F/A-18 Swiss Hornet Solo Display Team F/A-18C Hornet 1 Payerne   Nicolas «Vincent» Rossier est pilote de l'escadrille 17 depuis 2008, il a également volé durant 3 années en tant que pilote en échange au sein de l’Armée de l’Air française sur Mirage 2000-5. Il est également instructeur de vol[107].
Super Puma Display Team AS332 Super Puma 1 Alpnach   6 pilotes composent l'équipe de démonstration[108].

Accidents d'aéronefsModifier

Le taux d'attrition, mesure le nombre d'avions perdus pour 100 000 heures de vol. En Europe sur la période 1994-2003, ce taux s'élève en moyenne entre 1 et 3 accidents pour 100 000 heures de vol, soit un taux historiquement bas par rapport aux décennies précédentes. L'US Air Force (en Europe), ainsi que la Force aérienne royale danoise et les Forces aériennes suisses pour les avions de combat, ont les taux d'attrition les plus bas d'Europe[109].

Hawker Hunter

En tout 160 Hawker Hunter, un avion d'interception et d'appui tactique au sol, ont été en service dans les Troupes d'aviation et de DCA à partir de 1958 jusqu'à 1994[110]. Parmi les 22 utilisateurs militaires du Hawker Hunter, les Troupes d'aviation, l'un des plus importants utilisateurs de l'appareil, ont l'un des taux d'accident le plus bas. Le taux d'attrition du Hawker Hunter en Suisse est de 10,5 pour 100 000 heures de vol, soit 33 accidents en 312 900 heures de vol[111] (approximativement 483'000 engagements). Ces accidents (panne, collision avec le sol, collision en vol avec un autre appareil ou des oiseaux, etc.) entrainèrent la perte de 30 Hunter (29 Mk 58/58A et 1 T Mk 68), 15 pilotes y trouvèrent la mort et 13 furent sauvés par leur siège éjectable. Un autre appareil fut détruit au sol par un incendie lors de travaux de réparation[112].

Au niveau mondial le taux d'attrition du Hawker Hunter est estimé à 32,5 accidents pour 100 000 heures de vol, soit 650 accidents de classe A en 2 000 000 d'heure de vol. Il est de 15,9 accidents pour 100 000 heures de vol pour la force aérienne royale néerlandaise, 20 pour la force aérienne suédoise, 33 pour la force aérienne Indienne, 40 pour la force aérienne chilienne (chiffres de 1968-1977), plus de 50 pour la Force aérienne de la République de Singapour et 87 pour la Force aérienne belge. Dans la Royal Air Force, de 1971 à 1980, le Hunter accumula 202 486 heures de vol. Pendant cette période il eut 26 éjections, ce qui donne un taux d'attrition de 12,8 pour 100 000 heures de vol. Mais ce chiffre n'inclut pas les accidents n'ayant pas mené à une perte de l'avion ou à une éjection. Selon une estimation, ce taux serait en réalité de 17 accidents pour 100 000 heures de vol durant cette période. Dans la Royal Navy (Fleet Air Arm), le taux d'attrition du T8 est de 17,7 accidents pour 100 000 heures de vol en ne prenant en compte que les avions détruits[111].

Dassault Mirage III

En tout 61 Dassault Mirage III équipèrent les Forces aériennes suisses[113] à partir de 1964 jusqu'en 1999 pour les Mirage IIIS (chasseur) et 2003 pour les Mirage IIIRS (reconnaissance) et les Mirage IIIBS et DS (biplace). Durant cette période d’activité, ces appareils totalisèrent quelques 155'000 heures de vol. 7 Mirage III S, 2 III RS et 2 III BS ont été perdus par accident, entraînant la mort de trois pilotes[114]. Le taux d'attrition du Mirage III dans les Forces aériennes suisses est donc de 7 accidents pour 100 000 heures de vol.

L'Armée de l'air française a perdu 55 Mirage IIIC (chasseur), détruit en vol ou accidentés et réformés, sur les 95 d’origines sur une période d’environ 25 ans[115]. Rapporté au nombre d'heures de vol, le taux d'attrition est de 14,5 accidents pour 100 000 heures de vol pour le Mirage IIIC. Il est de 9,1 pour l'ensemble des Mirage III français, tout type confondu[116]. La Force aérienne royale australienne perdit 40 Mirage IIIO dans des accidents sur le 114 reçus sur une période s’étalant de 1965 à février 1989[117],[118].

Northrop F-5 Tiger II

En tout 110 Northrop F-5 Tiger II ont équipé les Forces aériennes suisses depuis 1978[119] et 27 sont en service en 2019. En janvier 2010, la flotte de Tiger suisses avait atteint les 250'000 heures de vols[120]. De 1978 à 2010, 9 appareils ont été perdus (entre 1981 et 1996) et un pilote a perdu la vie. Le taux d'attrition du F-5 Tiger II dans les Forces aériennes suisses est donc de 3,6 accidents pour 100 000 heures de vol sur la période 1978 - 2010.

AnnexeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • (de) Alber Wüst, Die Schweizerische Fliegerabwehr : 75 Jahre Flab 1936 - 2011, , 378 p. (ISBN 978-3-905616-20-0)

Liens externesModifier

Notes et références