Pilatus PC-21

avion militaire

Pilatus PC-21
Vue de l'avion.
PC-21 de démonstration

Constructeur Drapeau : Suisse Pilatus Aircraft
Rôle Avion d'entraînement militaire avancé
Statut En service
Premier vol
Nombre construits 178+ (juillet 2018)
Équipage
Un pilote et un instructeur
Motorisation
Moteur Pratt & Whitney Canada PT6A-68B
Nombre 1
Type Turbopropulseur
Puissance unitaire 1 622 ch
Dimensions
Envergure 9,11 m
Longueur 11,23 m
Hauteur 4,05 m
Masses
À vide 2 270 kg
Avec armement 3 420 kg
Maximale 4 250 kg
Performances
Vitesse maximale 685 km/h
Plafond 11 600 m
Vitesse ascensionnelle 1 219 m/min
Rayon d'action 1 295 km
Armement
Externe 4 points d'attache pour de l'armement conventionnel en mode avion d'attaque au sol

Le Pilatus PC-21 est un avion d'entraînement militaire avancé construit par l’avionneur suisse Pilatus Aircraft.

ConceptionModifier

Le PC-21 est, comme son prédécesseur le Pilatus PC-7 et le moins connu PC-9, un avion d'entraînement destiné à la formation avancée des pilotes et leur perfectionnement. Beaucoup moins coûteux que les avions à réaction, il présente néanmoins de nombreuses qualités aéronautiques, ainsi qu'un cockpit moderne. Selon la Royal Australian Air Force, le PC-21 est l'avion d'entrainement le plus avancé au monde[1].

DispositifsModifier

Le PC-21 est équipé d'un habitacle ultra-moderne. Il est pressurisé, son cockpit affiche 3 écrans à cristaux liquides pour les informations des systèmes standards. Il dispose également d'un afficheur tête haute (HUD). L'appareil est également doté d'un système anti-g, d'un système embarqué de génération d'oxygène, de deux sièges éjectables et d'une verrière résistante aux collisions de volatiles[2].

DéveloppementModifier

 
Le premier prototype Pilatus PC-21 (s/n P01 HB-HZA) au meeting aérien de Payerne en 2004

Le développement du PC-21 a officiellement commencé en , lorsque Pilatus a fait voler pour la première fois son PC-7 Mk II évolution du PC-7 Turbo Trainer. Ce modèle comportait de nombreuses améliorations pouvant présager d'un prochain avion d'entraînement à turbopropulseur. Le premier prototype est sorti d'usine en et effectue son premier vol le 1er juillet de la même année. Le second prototype a volé le . Le second prototype s'est écrasé le à Buochs à la suite d'une erreur de pilotage lors d'un entraînement en vue d'une démonstration aérienne. Le pilote d'essai est décédé et une personne au sol a été blessée[3].

CaractéristiquesModifier

 
Pilatus PC-21 des Forces aériennes suisses en 2011
  • Masse
    • Masse maximale au roulage : 3 120 kg
    • Masse maximale au décollage : 3 100 kg
    • Masse maximale à l’atterrissage : 3 100 kg
    • Emport maximal de carburant interne : 2 750 kg
  • Altitude maximale d’exploitation : 25 000 ft - 7 620 m
  • Vitesse
    • Vitesse maximale d’exploitation : 370 nœuds - 689 km/h - 0,72 Mach
    • Vitesse de décrochage en configuration d’atterrissage : 81 nœuds
  • Température d'exploitation
    • Minimum : –55 °C (–40 °C température de l’huile pour le démarrage)
    • Maximum : +55 °C
  • Facteur de charge
    • Maximum positive : + 8,0 Gz
    • Maximum négative : – 4,0 Gz
  • Performance
    • Distance maximale franchissable : 1 300 km
    • Temps de vol en croisière : env. 2 h 20
    • Montée (niveau de la mer) : 1 295 m/min
    • Décollage : 490 m
    • Atterrissage : 600 m

ProductionModifier

Le , le 100e PC-21 est sorti de la chaine d’assemblage finale de Pilatus. Cet appareil, destiné à la force aérienne saoudienne, est également le 1000e Turbopop Trainer produit par Pilatus[4].

CommandesModifier

Le PC-21 ayant reçu les autorisations nécessaires, les Forces aériennes suisses ont reçu et réceptionné les 4 premiers exemplaires en avril 2008[5]. La Suisse a commandé 8 appareils, la république de Singapour en a commandé 19, les Émirats arabes unis 25[6].

Le , l'Arabie saoudite passe commande de 55 PC-21. Les six premiers appareils sont livrés en .

Le le Qatar commande 25 appareils. Le contrat comprend également la fourniture de systèmes de formation au sol, d’un simulateur et du matériel associé, ainsi que des services de maintenance. Les premiers sont livrés en .

En 2013, l'armée de l'Air indique vouloir acquérir une vingtaine d'appareils à l'horizon 2016 pour former ses pilotes[7]. La commande est officialisée le pour un total de dix-sept exemplaires[8].

Le , Saab et Pilatus signent un mémorandum d'entente en vue de fournir à la Force aérienne suédoise une vingtaine de PC-21[9] pour le remplacement des avions écoles à réaction Saab 105 (SK 60).

 
Deux PC-21 de la RAAF à la base aérienne de Wagga en septembre 2018.

En septembre 2015, en vue du remplacement des Pilatus PC-9 et des PAC CT/4 Airtrainer et dans le cadre du projet AIR 5428, la Royal Australian Air Force, pour qui le PC-21 est l'avion d'entrainement le plus avancé au monde, a passé commande de 49 appareils. Son concurrent était le Beechcraft T-6 Texan II. Afin que le système de formation du PC-21 soit spécifiquement adapté à la transition des pilotes sur le futur avion de combat de la RAAF, le Lockheed Martin F-35 Lightning II, Lockheed Martin travaillera en tant que soumissionnaire avec Pilatus Aircraft[10]. Ils seront basés à la RAAF Base East Sale (en) et à la RAAF Base Pearce (en). Les deux premiers doivent être livrés en 2017[1]. Un avion de démonstration Pilatus PC-21 (HB-HZD/ s/n 102) avait effectué un voyage en Australie en février et [11]. Le vol inaugural du premier PC-21 australien se déroule en . Le dernier appareil est livré en [12]

En 2016, la Force aérienne royale jordanienne a commandé 8 PC-21 ainsi qu'un simulateur, du matériel de formation et un ensemble de soutien logistique. Cet achat remplace la commande de PC-9M faite en [13].

Le , Babcock Mission Critical Services France (BMCSF) signe pour 17 PC-21, qui les mettra à la disposition de l'École d’Aviation de Chasse de l’Armée de l'air française. Les avions sont aux couleurs de l'Armée de l'air et ont une livrée bleu nuit[14]. Le contrat comprend également le matériel de formation, dont deux simulateurs, et la logistique, qui est assurée par Pilatus. Le Pilatus était en concurrence avec le Leonardo-Finmeccanica M-345 HET et le Aero Vodochody L-39 Albatros[15]. Ils sont stationnés sur la base aérienne 709 de Cognac et remplacent les Alpha Jet de Tours pour la formation des pilotes, son avionique et son cockpit permettant de passer directement au Dassault Rafale[16]. En juillet 2018 des pilotes de Pilatus et de l'Armée de l'air ont testés les quatre premiers PC-21 à Buochs[17]. Fin août, Babcock réceptionna les premiers appareils, et dès mi-septembre, ils furent livrés à l'Armée de l'air. L'arrivée du PC-21 et des nouveaux outils de formation fut officiellée le lors d'une cérémonie à Cognac[18].

Le , le ministère de la Défense espagneol annonce avoir choisi le Pilatus PC-21 pour remplacer, à partir de , les 60 monoréacteurs CASA C-101 Aviojet de l'armée de l'air espagnole encore en service, entrés en service en 1980 et rénovés au début des années 1990[19]. Le contrat, signé [20], porte sur un système intégré comprenant 24 Pilatus PC-21, quatre simulateurs de vol, dont deux de missions (vol en réseau), toute la logistique associée pour un montant de 204 millions d’Euros. Les six premiers appareils devraient être livrés dès mars 2020 et porteront la désignation locale E.27. Ces concurrents étaient les aéronefs avec turbopropulseur PZL-130 Orlik Turbo, KAI KT-1 (en), Super Tucano EMB-314 d'Embraer et T-6C Texan II de Textron Aviation, et les avions à turboréacteur Aermacchi M-345 HET et l'Aero-Vodochody L-39NG.

Galerie photosModifier

Pays utilisateursModifier

 
PC-21 de la Force aérienne royale saoudienne avec son immatriculation de livraison en août 2014
 
PC-21 de l'Armée de l'air française en 2019
 
PC-21 de l'Empire Test Pilots' School au Royal International Air Tattoo 2018.
 
PC-21 de la Republic of Singapore Air Force
  •   Arabie saoudite. Force aérienne royale saoudienne : 55. Immatriculation des appareils livrés : 901 à 922 (c/n 155 à 176), 2201 à 2220 (c/n 177 à 196), 7701 à 7711 (c/n 199 à 209). Les six premiers appareils ont été livrés en .
  •   Qatar. Qatar Emiri Air Force : 22 en service. 24 livrés entre 2014 et , immatriculation QA350 à QA373 (c/n 210 à 233). Une partie sert à la nouvelle patrouille acrobatique. Le deux PC-21 entre en collision en vol, les pilotes parviennes à s’éjecter.

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en)PC-21, airforce.gov.au.
  2. a et b Samantha Lille, « Pilatus, le futur avion pour la formation des chasseurs », Armées d'aujourd'hui, no 425,‎ , p. 40-41 (lire en ligne).
  3. (en) « PC-21 flight ban lifted – Series production under way », Pilatus Aircraft (consulté le 20 décembre 2007).
  4. (en) Saudi's PC-21 trainer is a milestone model for Pilatus, 20 février 2015.
  5. Kaj-Gunnar Sievert, « Réception des quatre premiers Pilatus PC-21 par armasuisse », sur Administration fédérale, Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports, (consulté le 19 novembre 2015).
  6. « De nouveaux avions d’entraînement pour les forces aériennes saoudiennes », sur opex360.com, .
  7. Jean-Dominique Merchet, « L'armée de l'Air souhaite acquérir une vingtaine de Pilatus PC-21 », sur lopinion.fr, (consulté le 21 juin 2013).
  8. « L'armée de l'Air sélectionne l'avion-école Pilatus PC-21 ! - avionslegendaires.net », sur avionslegendaires.net, (consulté le 21 août 2020).
  9. Saab, Pilatus to pitch PC-21 trainer to Sweden, 31 mars 2014, flightglobal.com.
  10. L’Australie a choisi le Pilatus PC-21!, avia news, 7 septembre 2015.
  11. a et b (de)RAAF A54 Pilatus PC-21, ADF-Serials, Australian & New Zealand Military Aircraft Serials & History
  12. a et b RAAF : Les Pilatus PC-21 au complet !, 6 décembre 2019, avia news.
  13. La Jordanie opte pour le Pilatus PC-21 !, avia news, 6 avril 2015.
  14. PHOTO - Le premier Pilatus PC-21 de l'Armée de l'Air française, defens-aero.com, mai 2017.
  15. La France commande 17 Pilatus PC-21, aerobuzz.fr.
  16. La France commande 17 Pilatus PC-21 !, psk.blog.24heures.ch avia news.
  17. L'Armée de l'air française teste ses futurs PC21 en Suisse, 28 juillet 2018, actu-aero.fr.
  18. Arrivée officielle du PC-21, 3 octobre 2018, air-cosmos.com.
  19. L’Espagne opte pour le PC-21, 21 novembre 2019, aerobuzz.fr.
  20. a et b « L'Armée de l'Air espagnole commande le Pilatus PC-21 ! », sur avia news, (consulté le 1er février 2020).
  21. « La France commande 17 Pilatus PC-21 - Aerobuzz », Aerobuzz,‎ (lire en ligne, consulté le 4 janvier 2017).
  22. « La BA 709 de Cognac à l’heure suisse », (consulté le 2 octobre 2018).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Lien externeModifier

  • (en)PC-21, pilatus-aircraft.com