Ouvrir le menu principal

North American T-6 Texan

avion militaire
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir T-6, SNJ et AT-6.

North American T-6 Texan
Vue de l'avion.
Un T-6 Texan en vol

Constructeur Drapeau : États-Unis North American
Rôle Avion d'entraînement
Statut Retiré du service
Premier vol
Mise en service
Nombre construits 15 495[1]
Équipage
2
Motorisation
Moteur Pratt & Whitney R-1340-AN-1 Wasp
Nombre 1
Type Moteur en étoile
Puissance unitaire 550 ch (NA-16-1E)
Dimensions
vue en plan de l’avion
Envergure 12,81 m
Longueur 8,84 m
Hauteur 3,57 m
Masses
Avec armement 2 548 kg
Performances
Vitesse maximale 335 km/h
Plafond 7 400 m
Rayon d'action 1 175 km
Armement
Interne Possibilité de montage d'une mitrailleuse Browning 1919 de 7,62 mm

Le North American T-6 Texan est l'appareil d'entraînement standard des pilotes de chasse des nations alliées pendant la Seconde Guerre mondiale. Il fut connu sous les noms de SNJ au sein de l'US Navy, de AT-6 dans l'USAAC et de Harvard dans les forces aériennes du Commonwealth. Il remporta un gigantesque succès commercial : il fut produit à 15 495 exemplaires, toutes versions confondues.

HistoireModifier

 
Chaîne de montage des BT-9 en 1936.
 
North American AT-6G Texan N6593D

Le T-6 descend du prototype NA-16, qui vola pour la première fois, le . Le NA-26 en fut dérivé pour répondre à la compétition Basic Combat, de , qu'il remporta. L'USAAC en commanda alors 180 exemplaires sous la désignation BC-1, l'US Navy se porta elle acquéreur de 16 SNJ-1, puis de 61 SNJ-2, dotés d'un moteur plus puissant, mais la plus grosse commande fut passée par la Royal Air Force, qui en acheta pas moins de 400 exemplaires.

Par la suite, 92 BC-1A et 3 BC-2 furent encore produits avant que la désignation de l'appareil ne change pour AT-6 (avanced trainer). L'AT-6 se distinguait de son ancêtre par la forme carrée de ses saumons d'ailes et de son gouvernail. Désigné par les britanniques, Harvard II, il fut employé en très grand nombre (1 173 exemplaires) par la RAF et la RCAF, dans le cadre du prêt-bail.

Le NA-77, produit sous le nom d'AT-6A, lui succéda, il était propulsé par un Pratt & Whitney R-1340-49 Wasp. L'USAAF en utilisa 1 549 et l'US Navy, 270 sous le nom de SNJ-3. Il fut suivi, par le AT-6B, destiné à l'entraînement au tir aérien des mitrailleurs, avec poste arrière doté d'une mitrailleuse de calibre .30, qui introduisait aussi le moteur R-1340-AN-1. Au Canada, Noorduyn Aviation (en) produisit alors une version de l'AT-6A, équipée de ce moteur, l'USAAF, la commanda à 1 500 exemplaires sous le nom d'AT-16 et la RAF, à 2 485 exemplaires sous la désignation d'Harvard IIB.

Dans le même temps, North American sortit le NA-88 qui fut le prototype de 2 970 AT-6C, 2 400 SNJ-4. Il fut suivi par 3 713 AT-6D, 1 357 SNJ-5. La RAF reçut 726 Harvard IIA (AT-6C) et 351 Harvard III (AT-6D) et la Fleet Air Arm reçut 564 Harvard III. Le NA-121 fut la dernière évolution américaine du modèle, 25 AT-6F et 931 SNJ-5 en dérivèrent. Au cours des années 1950, Canada Car and Foundry sortit une ultime version le Harvard 4, qui entra en service au sein de la RCAF, l'USAF et la Bundeswehr.

Une usine aéronautique à Lagoa Santa au Brésil produisit 81 NA-119, soit 61 avions en pièces détachées et 20 fabriqués sous licence, avec une incorporation croissante de pièces locales. Ils entrèrent en service dans la Force aérienne brésilienne entre mars 1946 et juillet 1951[2].

En serviceModifier

D'innombrables forces aériennes ont utilisé le T-6 comme avion d'entraînement de début, mais aussi comme avion d'appui feu léger.

Durant la guerre de Corée et même celle du Viêt Nam, les T-6 furent utilisés comme avion de contrôle aérien avancé, pour guider les chasseurs-bombardiers sur leurs objectifs au sol :

« Modifiés afin d’emporter douze roquettes fumigènes pour le marquage des cibles, leur tâche consistait à patrouiller au-dessus du front afin d’identifier les activités et les points stratégiques des Nord-Coréens et Chinois. Une fois l’objectif identifié, les LT-6G appelaient les chasseurs-bombardiers, et effectuaient le marquage au sol grâce aux roquettes fumigènes afin que les avions d’assaut puissent accomplir leur mission avec le maximum d’efficacité.

À l’instar des Soviétiques durant la Seconde Guerre mondiale, les Nord-Coréens utilisèrent d’antiques biplans Polikarpov Po-2. Ces avions lents étaient armés de bombes légères et attaquaient les aérodromes américains, peu protégés de nuit, occasionnant ainsi des dommages sérieux aux précieux avions à réaction parqués au sol. Quelques LT-6G du 6147th TCG furent armés d’une paire de mitrailleuses .30 pour interdire aux Po-2 toute tentative de harcèlement nocturne[3]. »

Il faut noter que le biplan PO-2 se révélait un adversaire paradoxalement dur à abattre, car sa vitesse maximale (130 km/h) était bien inférieure à celle de décrochage des chasseurs qui tentaient de l'intercepter et aussi par le fait qu'il volait à très basse altitude. Les T6 armés étaient donc une réponse adéquate à ces incursions.

Ils furent aussi abondamment utilisés par l'Armée de l'air française comme avions de lutte contre la guérilla, pendant la guerre d'Algérie et pour la formation au pilotage élémentaire (par exemple à Cognac en 63/64). L'Aéronavale française a aussi employé le T-6 comme avion école avancé.

Au cinéma, des T-6 maquillés servent souvent à simuler des appareils ennemis à moteur en étoile de la Seconde Guerre mondiale, notamment les chasseurs japonais Mitsubishi A6M et allemands Focke-Wulf 190 (film Quand les aigles attaquent).

VariantesModifier

 
Moteur Pratt & Whitney R-1340 Wasp d'un T-6G Texan.
  • NA-16 : prototype de la série, train fixe non caréné moteur de 225 ch.
  • NA-19 : 42 exemplaires commandés par l'USAAC, sous la désignation BT-9 (basic training).
  • NA-56 : 50 exemplaires BT-9B pour la Chine nationaliste.
  • NA-57 : 230 BT-9B pour la France.
  • NA-41 : 35 BT-9C pour l'USAAC.
  • NA-58 : fuselage entièrement métallique, désigné BT-14 par l'USAAC.
  • NA-64 : 230 BT-14 destiné à la France.
  • NA-16-1E : version à train rétractable du NA-16, moteur de 550 ch.
  • NA-26 ou BC-1.
  • NA-49 ou Harvard I : 400 exemplaires du NA-26 destinés à la RAF.
  • NA-59 ou BC-1A : version à train rétractable du NA-58.
  • BC-2
  • AT-6A
  • AT-6B
  • AT-6C
  • AT-6D
  • AT-6F
  • T-6G : modernisation de 2068 T-6, commencée en 1949.
  • SNJ-1
  • SNJ-2
  • SNJ-3
  • SNJ-4
  • SNJ-5
  • CAC Wirraway ou NA-33 : version de reconnaissance armée, produite à 757 exemplaires, jusqu'en juin 1946 par Commonwealth Aircraft Corporation, en Australie.
  • Harvard I
  • Harvard II
  • Harvard III
  • Harvard : 4 555 exemplaires produits par Canadian Car and Foundry, jusqu'en 1954.

UtilisateursModifier

 
WAVES nettoyant un SNJ à NAS Jacksonville, FL.
 
Harvard IIA de la South African Air Force (équivalent au AT-6C) avec marquage de la 2e Guerre mondiale.
  Afrique du Sud
 
T-6D restauré avec les marquages de la Luftwaffe.
 
Formation volant pendant le Commemorative Air Force de l'Airsho [sic] 2008.
 
War Dog, un SNJ-5 peint aux couleurs du MCAS El Toro colors, vu durant l'Airsho [sic] 2004 .
  Allemagne
  Argentine
  Autriche
 
T-6G de la force aérienne belge.
  Belgique
  Biafra
 
Harvard II canadien restauré pendant le Royal International Air Tattoo 2005.
  Bolivie
  Brésil
  Canada
  Chili
  Taïwan
  Colombie
  République du Congo
  Corée du Sud
  Cuba
  Danemark
 
Harvard II danois.
  République dominicaine
  Espagne
 
T-6G Texan en 2010 à l'AirShow Hillsboro en Oregon.
  États-Unis
  France
  Gabon
  Grèce
  Haïti
  Honduras
  Hong Kong
  Inde
  Indonésie
  Iran
  Israël
  Italie
  Japon
  Katanga
  Laos
  Liban
  Maroc
  Mexique
  Mozambique
  Nicaragua
  Norvège
 
RNZAF Harvards à Aerodrome Onerahi (en), près de Whangarei, Nouvelle-Zélande en 1961.
  Nouvelle-Zélande
  Pakistan
  Paraguay
  Pays-Bas
  Philippines
 
T-6G au musée de la Force aérienne portugaise.
  Portugal
  Rhodésie du Sud
 
Restored Harvard II de la RAF avec couleurs de camouflage désert.
  Royaume-Uni
  Salvador
  Suède
  Suisse
 
Un AT-6 de l'Armée de l'air syrienne dans les années 1950.
  Syrie
  Thaïlande
  Tunisie
  Turquie
  URSS
  Uruguay
  Venezuela
  Viêt Nam du Sud
  Yougoslavie
  Zaïre

Notes et référencesModifier

  1. « Ces aéronefs militaires produits à plus de 10000 exemplaires ! », sur AvionsLégendaires.net,
  2. (pt) Roberto Pereira de Andrade, A construção aeronáutica no Brasil, 1910-1976, Editora Brasiliense, , 302 p.
  3. Mister Kit et Jean-Pierre De Cock, Le T-6 dans la guerre d’Algérie, Atlas, , p. 20-22.

BibliographieModifier

  • Enzo Angelucci et Paolo Matricardi, Les avions, t. 4 : La Seconde Guerre mondiale - U.S.A., Japon, U.R.S.S., etc..., Elsevier Sequoia, coll. « Multiguide aviation », (ISBN 2-8003-0277-1), p. 40-41.
  • Becker, Dave et Brent, Winston. AT-6 Harvard in South African Service (African Aviation Series No.1). Nelspruit, Afrique du Sud, Freeworld Publications CC, 2000. (ISBN 0-9583880-2-4).
  • Bergése, Francis. North American T-6 (en français). Rennes, France : Ouest-France, 1979. (ISBN 2-85882-183-6).
  • Davis, Larry. T-6 Texan in Action (Aircraft Number 94). Carrollton, TX: Squadron/Signal Publications, Inc., 1989. (ISBN 0-89747-224-1).
  • Donald, David. American Warplanes of World War II. Londres, Aerospace Publishing, 1995. (ISBN 1-874023-72-7).
  • Fletcher, David C. et MacPhail, Doug. Harvard! the North American Trainers in Canada. San Josef, BC/Dundee, Ont: DCF Flying Books, 1990. (ISBN 0-9693825-0-2).
  • Hagedorn, Dan. North American NA-16/AT-6/SNJ (WarbirdTech vol. 11). North Branch, MN: Speciality Press, 1997. (ISBN 0-933424-76-0).
  • Hamlin, John F. The Harvard File. Tonbridge, Kent, Royaume-Uni: Air-Britain (Historians) Ltd., 1988. (ISBN 0-85130-160-6).
  • Jesse. William. T-6 Texan, the Immortal Pilot Trainer. London: Osprey Publishing Ltd., 1991. (ISBN 1-85532-154-8).
  • Kohn, Leo J. The Story of the Texan (American Flight Manuals). Aviation Publications Co., 1975. (ISBN 0-87994-034-4).
  • MacPhail, Doug et Östberg, Mikael. Triple Crown BT-9: The ASJA/Saab Sk 14, A Pictorial Essay (en anglais/suédois). San Josef, BC/Dundee, Ont: DCF Flying Books, 2003.
  • Marchand, Patrick et Takamori, Junko. North American T-6 et derives (en français). Le Muy, France : Éd. d’Along, 2004. (ISBN 2-914403-21-6).
  • Morgan, Len. Famous Aircraft Series: The AT-6 Harvard. New York: Arco Publishing Co., Inc., 1965.
  • Olrich, Walter et Ethell, Jeffrey L. Pilot maker; the Incredible T-6. North Branch, MN: Specialty Press, 1982. (ISBN 0-933424-34-5).
  • Smith, Peter Charles. North American T-6: SNJ, Harvard and Wirraway. Ramsbury, Marlborough, Wiltshire, Royaume-Uni: The Crowood Press Ltd., 2000. (ISBN 1-86126-382-1).
  • Smith, Peter Charles. T-6: The Harvard, Texan & Wirraway - A Pictorial Record. North Branch, MN: Speciality Press, 1995. (ISBN 0-7603-0191-3).
  • Spring, Ivan et Rivers, Reg. Colour schemes and special markings of the North American "Harvard" in service with the SAAF 1940 to 1995. Pretoria, Afrique du Sud: Spring Air Publishers, 1996. (ISBN 0-9583977-3-2).
  • Starkings, Peter. From American Acorn to Japanese Oak - The tale of an unsung Japanese training aircraft with roots extending across the Pacific Ocean. Arawasi International, Asahi Process, septembre-décembre 2007, issue 7.
  • Swanborough, Gordon et Bowers, Peter M. United States Military Aircraft since 1909. Londres, Putnam, 1963.
  • Wache, Siegfried. CCF Harvard Mk. IV (T-6) (series F-40 - Die Flugzeuge der Bundeswehr Nr.09) (en allemand). Buchholz, Allemagne: Buchholz Medien Verlag, 1989. (ISBN 3-935761-09-0).