Coire

commune suisse et chef-lieu du canton des Grisons

Coire
(de) Chur
Coire
Blason de Coire
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton des Grisons Grisons
Région Plessur
Maire Christian Boner
NPA 7000-7007 Coire
7026 Maladers
No OFS 3901
Démographie
Population
permanente
36 560 hab. (31 décembre 2019)
Densité 674 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 51′ 00″ nord, 9° 32′ 00″ est
Altitude 593 m
Superficie 54,24 km2
Divers
Langue Allemand
Localisation
Localisation de Coire
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Géolocalisation sur la carte : canton des Grisons
Voir sur la carte administrative du Canton des Grisons
City locator 14.svg
Coire
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Coire
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Coire
Liens
Site web www.chur.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Coire (en allemand : Chur ; en romanche : Cuira ; en italien : Coira) est une commune et une ville suisse, chef-lieu du canton des Grisons et de la région de Plessur.

Coire se trouve sur la rive droite du Rhin alpin et est aussi le siège du diocèse de Coire.

GéographieModifier

SituationModifier

La ville de Coire est située dans la vallée du Rhin alpin, au point de rencontre des influences latines et germaniques (alémaniques).

Elle s'est construite, légèrement à l'écart du fleuve, sur un cône de déjections engendré par le torrent affluent de la Plessur.

Selon l'Office fédéral de la statistique, Coire mesure 54,24 km2[2].

ClimatModifier

Relevé météorologique de Coire - altitude : 555 m (période 1961-1990)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −3,9 −2,4 0,4 3,4 7,2 10,2 12,1 11,8 9,3 5,3 0,3 −3,3 4,2
Température moyenne (°C) −0,5 1,3 4,8 8,3 12,7 15,6 17,7 16,9 14,2 9,7 3,9 −0,1 8,7
Température maximale moyenne (°C) 4,1 6,3 10,3 14 18,6 21,5 23,5 22,7 19,9 15,5 8,8 4,1 14,1
Précipitations (mm) 52 51 47 51 75 91 96 103 77 51 65 58 814
Nombre de jours avec précipitations 8 7 8 9 11 11 10 12 8 6 8 8 106
Source : MétéoSuisse www.meteosuisse.ch


DémographieModifier

Selon l'Office fédéral de la statistique, Coire compte 36 560 habitants en 2019[1]. Sa densité de population atteint 674 hab./km2.

HistoireModifier

 
Photo aérienne prise à 300 m par Walter Mittelholzer (1925)

L'établissement attesté le plus ancien remonte au Néolithique, vers 2500 av. J.-C.

À l'époque romaine, Coire (Curia) devint le chef-lieu de la Rhétie Première. À la fin du IVe siècle, Coire abrita un évêché. Au Ve siècle, la Rhétie (ou une partie) passa sous domination ostrogothique et Coire fut peut-être renommée Theodoricopolis, puis passa au royaume des Francs au VIe siècle. Sous Charlemagne, vers 800, la Coire rhétique devint partie du Saint-Empire. Avec l'arrivée de bourgeois venus des régions alémaniques et plus tard des Walser dans les vallées en-amont de Coire, la langue germanique fit son apparition dans une région jusque-là rhéto-romane.

L'histoire de Coire est dès le haut Moyen Âge liée à celle de la principauté épiscopale de Coire, puis du canton des Grisons, dont la ville devint le chef-lieu en entrant dans la Confédération suisse.

La ville connut un développement important avec l'aménagement des cols alpestres et la construction du chemin de fer.

MédiasModifier

ÉcolesModifier

CuriositésModifier

ÉvêchéModifier

TransportsModifier

La gare CFF de Coire est également le départ de la route cycliste nationale appelée Route des Grisons qui conduit à Bellinzone.

SportsModifier

JumelagesModifier

La ville de Coire est jumelée avec[4] :

AnnexesModifier

PersonnalitésModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Bilan démographique selon le niveau géographique institutionnel », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le ).
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le )
  3. Ernst Bollinger, « Bündner Tagblatt » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  4. Partnerstädte

Articles connexesModifier

Liens externesModifier