Ouvrir le menu principal

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moutier (homonymie).
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Moutiers.

Moutier
Moutier
Vue de Moutier.
Blason de Moutier
Blason
Drapeau de Moutier
Logo
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Berne Berne
Arrondissement administratif Jura bernois
Communes limitrophes Belprahon
Champoz
Châtillon (JU)
Court
Eschert
Haute-Sorne (JU)
Perrefitte
Roches
Maire Marcel Winistoerfer (PDC)
NPA 2740
N° OFS 0700
Démographie
Gentilé Prévôtois
Population
permanente
7 477 hab. (31 décembre 2017)
Densité 382 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 16′ 50″ nord, 7° 22′ 15″ est
Altitude 535 m
Max. 1 270 m
Superficie 19,58 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Localisation de Moutier
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.

Géolocalisation sur la carte : canton de Berne

Voir sur la carte administrative du Canton de Berne
City locator 14.svg
Moutier

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Moutier

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Moutier
Liens
Site web www.moutier.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Moutier (ancien nom allemand : Münster) est une commune suisse du canton de Berne, située dans l'arrondissement administratif du Jura bernois.

Sommaire

GéographieModifier

Moutier se trouve au milieu de l'arc jurassien entre les villes de Bienne et de Delémont. La ville se situe à l’intersection d’un synclinal (Petit-Val et Grand-Val) et de deux cluses (Gorges de Court et Gorges de Moutier). Le plus haut point de la commune culmine à 1 270 m, sur le Graitery. Les autres points les plus élevés se situent à 1037 m sur le Mont Girod, à 1 000 m sur le Mont Raimeux et à 1 158 m sur la montagne de Moutier. La commune a une superficie de 1 958 hectares.

La Birse qui traverse le Grand Val du sud au nord, perpendiculairement à la chaîne du Jura, forme d’importantes gorges en amont (Gorges de Court à travers les anticlinaux de Graitery) et en aval de Moutier (Gorges de Moutier à travers les anticlinaux de Mont Raimeux). Ces deux cluses montrent parfaitement les plissements du Jura. Ces gorges sont reconnues comme site géologique d'importance européenne alors que la forêt du Raimeux est considérée par les autorités du canton de Berne comme une réserve naturelle à protéger [3].

Moutier fait partie de la région Jura et Trois-Lacs, une destination touristique articulée autour de la chaîne du Jura et des lacs de Neuchâtel, Bienne et Morat.

HistoireModifier

Histoire généraleModifier

OriginesModifier

Durant l'époque romaine, on ne franchissait ni les Gorges de Moutier, ni celles de Court. La route romaine, venant de Pierre-Pertuis par la Vallée de Tavannes, passait donc par Champoz. Elle se dirigeait ensuite vers Crémines et Vermes pour rejoindre la Vallée de Delémont. Rien n’atteste la présence d'une agglomération romaine sur le site actuel de Moutier.

Moyen AgeModifier

Durant le haut Moyen Age, l’histoire de Moutier est étroitement liée à l’abbaye de Moutier-Grand Val. Selon le texte hagiographique relatant la vie de Saint Germain, premier abbé de la fondation colombanienne, la fondation de Moutier (qui signifie monastère en ancien français) remonte à l'an 640. La célèbre bible de Moutier-Grandval, document richement illustré et conservé à la Bibliothèque Nationale de Londres, témoigne sans ambages de l’importance du monastère prévôtois. Elle fut offerte aux moines de Moutier par Hugues de Tours vers 835 et porte en ses enluminures le style du scriptorium de la cité tourangelle. En l’an 999, l’abbaye de Moutier-Grand Val est donnée par Rodolphe III, roi de Bourgogne, à l'évêque de Bâle. Elle est à l'origine de la puissance temporelle du prince-évêque de Bâle. La souveraineté de l'abbaye de Moutier-Grand Val sur ses propriétés est confirmée par Charles le Gros dans un acte daté du 24 mars 878 et qui s’avère être également le plus ancien document des archives de l'État de Berne.

Aux environs de 1120, les moines sont supplantés par des chanoines séculiers et Moutier devient alors une Prévôté. Les chanoines, afin de se départir d’une trop forte puissance de princes-évêques de Bâle, cherchent des alliances du côté des Suisses. La Prévôté de Moutier devient « combourgeoise » des villes de Bâle en 1407, de Soleure en 1462 et de Berne en 1486.

Plusieurs changements de territoiresModifier

En 1792[Lien à corriger], les Prévôtois décident de se donner un gouvernement provisoire. Jusqu'en 1797, Moutier et les communes de la Prévôté vivront sous le régime d'une république autonome. Après la période française, de 1798 à 1814, suite aux décisions prises lors du Congrès de Vienne en 1815, Moutier devient bernoise, à l’instar de la presque totalité de l’ancien Evêché de Bâle, en compensation de la perte des actuels canton de Vaud et d’Argovie.

Ville bernoiseModifier

La première industrie à Moutier n’est autre que la verrerie, fondée en 1842 par un certain Auguste Célestin Châtelain. Cette entreprise perdurera jusqu’en 2017. La seconde plus ancienne industrie prévôtoise voit le jour en 1849 ; c’est la « Société Industrielle », manufacture d’horlogerie qui emploiera jusqu’à 500 personnes et ne produira pas moins de 40 000 montres par année dans les années 1870. Elle n’est bien entendu pas étrangère à l’implantation d’une fabrique de tours automatiques vers 1880 sous l’impulsion de Nicolas Junker. Par la suite, trois fabricants de machines-outils se livreront une saine concurrence, faisant de Moutier l’épicentre mondial de ce domaine : Tornos, Bechler et Pétermann.

Notons que le chemin de fer est présent à Moutier à partir de 1876 et que, s’il n’est pas à l’origine de l’industrialisation de la vallée toute entière, participe par son implantation tardive au développement d’une industrie légère à haute valeur ajoutée telle que l’horlogerie.

Question jurassienneModifier

 
Le cortège des pro-jurassiens lors du résultat du vote communaliste du 18 juin 2017, qui est favorable au canton du Jura.

Durant la deuxième partie du XXème siècle, la ville a été l’un des enjeux de la Question jurassienne.

Le 18 juin 2017 a lieu une votation sur le rattachement de la commune au canton du Jura. Le oui l'emporte avec 51,72 % des voix, avec 2 067 oui et 1 930 non, soit 137 voix d'écart. Le taux de participation a atteint 89,72 %. Un premier calendrier prévoyait initialement le changement de canton au plus tôt le 1er janvier 2021.

Le vote est invalidé par la préfecture de l’arrondissement administratif du Jura bernois le 5 novembre 2018. Contestée, cette décision fait l’objet de recours auprès du Tribunal administratif du canton de Berne.

Historique du territoireModifier

PolitiqueModifier

ExécutifModifier

 
Hôtel de ville de Moutier.

Le Conseil municipal de Moutier compte neuf membres élus pour quatre ans au suffrage universel. Le maire est élu au système majoritaire et les huit autres membres au système proportionnel. Les membres actuels sont en place pour la législature 2019-2022. De plus, la commune dispose d'un chancelier.

  • Marcel Winistoerfer (maire, PDC)
  • Pierre Sauvain (PSA)
  • Karim Bortolussi (PSA)
  • Jean-Jacques Clemençon (PLR)
  • Claire-Lise Coste (PDC)
  • Pascal Eschmann (PDC)
  • Suzanne Kohler (UDC)
  • Marc Tobler (UDC)
  • Valentin Zuber (PSA)

Historique des mairesModifier

Liste des maires successifs (depuis 1878)[4] :

  • 1878 - 1901 : Adolphe Joray (?)
  • 1902 - 1905 : Albert Joray (PRD)
  • 1906 - 1907 : Ernest Bon (?)
  • 1908 - 1916 : Edouard Delévaux (?)
  • 1917 - 1942 : Ferdinand Degoumois (?)
  • 1943 - 1957 : Henri Born (PRD)
  • 1957 - 1963 : Frédéric Graf (PS)
  • 1963 - 1966 : Roger Macquat (PS)
  • 1966 - 1970 : Werner Strasser (PS)
  • 1971 - 1976 : Albert Steullet (hors parti)
  • 1976 - 1977 : Jean-Alfred Robert (PRD)
  • 1977 - 1986 : Rémy Berdat (PS)
  • 1987 - 1994 : Jean-Rémy Chalverat (PSA)
  • 1995 - 2016 : Maxime Zuber (PSA)
  • Depuis 2016 : Marcel Winistoerfer (PDC)

LégislatifModifier

Le Conseil de Ville de Moutier compte quarante-et-un membres élus pour quatre ans au suffrage universel, selon le système proportionnel.

Pour la législature 2018-2021, le Conseil de Ville est composé de douze membres du Parti socialiste autonome (PSA), sept membres de l'Union démocratique du centre (UDC), cinq membres du Parti démocrate-chrétien (PDC), cinq membres du Parti libéral-radical (PLR), deux membres d'Interface (PSJB & PEV)[5], trois membres du Ralliement des Prévôtois jurassiens, quatre membres du Rauraque et un membre de Moutier à Venir.

Le Conseil de Ville a été institué en 1970. Avant cela, une Assemblée municipale réunissait régulièrement l'ensemble des citoyens de la commune.

IndustrieModifier

HorlogerieModifier

En 1849, la première manufacture d’horlogerie de la ville voit le jour, il s’agit de la Société industrielle de Moutier-Grandval. D’autres usines d’horlogerie apparaissent : Lévy et Frères, qui devient la Pierce en 1938, et la fabrique de réveils Swiza, fondée en 1904.

VerrerieModifier

En 1842, Auguste-Joseph-Célestin Châtelain construit la Verrerie de Moutier, sur l’emplacement d’une ancienne tannerie.

DécolletageModifier

En 1890, Nicolas Junker fabrique à Moutier les premières décolleteuses à poupée mobile. Il forme André Bechler, associé dès 1904 à Joseph Pétermann pour fonder l'usine Bechler et Cie, avant que les deux hommes se séparent en 1914, créant chacun leur propre usine : André Bechler SA et Pétermann.

Le nom de Tornos apparaît en 1915. Durant plusieurs années, les trois usines de Moutier (Bechler, Pétermann, Tornos) se livrent une féroce concurrence. En 1968, Tornos rachète Pétermann, et six ans plus tard Bechler et Tornos-Pétermann fusionnent pour devenir Moutier Machines Holding. La nouvelle entreprise reprend le nom de Tornos-Bechler, puis de Tornos.

PersonnalitésModifier

Naissance à MoutierModifier

Ayant habité à MoutierModifier

Vie localeModifier

École privéeModifier

ManifestationsModifier

  • Le Salon des industries de l'automation, des microtechniques et de la sous-traitance (SIAMS), se déroule tous les deux ans au mois de mai.
  • Le Festival Stand'été a lieu une fois tous les deux ans dans l'ancien stand de tir. La programmation de la première édition de 2005 était riche de 15 spectacles, dont le point fort fut l'opéra La flûte enchantée de Mozart
  • Festival jurassien de cinéma en plein air, chaque année au mois d'août dans la cour de l'école du Clos.
  • Faîtes la liberté (chaque année au mois de juin)
  • Le Graitricks (tous les deux ans courant août-septembre) démonstration de parapente et deltaplane au pied du Graitery.
  • La Braderie, fête populaire et inscrite dans la liste des traditions vivantes de Suisse, qui a lieu le dernier week-end d'août les années impaires.

SportsModifier

  • Club des patineurs de Moutier
  • Unihockey Club Moutier
  • Siège de la Fédération internationale de gymnastique (jusqu'en 2008)
  • FC Moutier
  • Club cycliste Moutier
  • HC Moutier
  • BC Moutier
  • CTT Moutier
  • Judo Club Moutier
  • Ski-Club Moutier
  • Société d'haltérophile prévôtoise
  • Société des pêcheurs Moutier et environs

MonumentsModifier

 
L'Hôtel de ville et le clocher de la Collégiale Saint-Germain.

Églises et chapellesModifier

  • Collégiale Saint-Germain : église réformée de langue française fondée au XIIe siècle, vitraux de Coghuf et d'Yves Voirol.
  • Église Notre-Dame de la Prévôté : église catholique romaine construite entre 1963 et 1967 par Hermann Baur avec des vitraux de Manessier. L'aménagement liturgique est de Henri-Georges Adam et Pierino Selmoni.
  • Chapelle de la Chalière : chapelle de construction romane avec des peintures murales datant du début XIe siècle. Restaurée en 1936.
  • Église réformée de langue allemande.

ChâteauModifier

  • Château de Moutier : reconstruit en 1738-1742, édifice très simple sous un toit Mansart, avec une belle cage d'escalier, mur d'enceinte avec deux tours rondes de la fin du Moyen Âge (reconstituées).

Vieille villeModifier

  • Hôtel de Ville : ancienne école construite vers 1830.
  • Divers bâtiments de styles néo-baroques et "Heimatstil" caractéristiques à la rue de l'Hôtel-de-Ville et à la rue Centrale.

Stand de tirModifier

  • Ancien stand de tir datant, de 1905, transformé en salle de spectacles.

MuséesModifier

  • Musée jurassien des arts : la collection du Musée jurassien des Arts de Moutier comporte plus de 3 000 œuvres rassemblées au fil de 50 ans d’expositions.
  • Musée du tour automatique et d'histoire de Moutier : musée consacré à l’histoire du tour automatique à décolleter suisse, à poupée mobile et à commande par cames. Moutier a été et reste, depuis 1880, le centre mondial de production de ce tour génial qui a révolutionné, à son origine, la fabrication de la montre.

TransportsModifier

BibliographieModifier

  • Jean Christe, Moutier cité industrielle, Genève, 1957
  • Vitraux du Jura, ouvrage publié à l'occasion du Centenaire de Pro Jura (1903-2003), Editions Pro Jura, Moutier, 2003 (préface de Francis Erard), 307 pages
  • Alfred Holzer et Walter Rougemont, De Moutier village à Moutier ville : rétrospective prévôtoise et régionale 1894-1950, Extraits de la presse locale, Moutier : Ed. Robert, 1970
  • Alfred Holzer, Walter Rougement et Max Robert, Après Moutier village, Moutier ville : rétrospective prévôtoise et régionale 1951-1966 : extraits de la presse locale, Moutier : Ed. Max Robert, 1974
  • Moutier chef-lieu de district : extraits de la presse locale, vol. 1 : Walter Rougemont et Max Robert, Rétrospective prévôtoise et régionale, 1967-1972, Moutier : Robert, 1975 ; vol. 2 : Max Robert, Rétrospective prévôtoise, 1973-1977, Moutier : Robert, 1978

Notes, sources et référencesModifier

  1. « Population résidente permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance », sur Office fédéral de la Statistique.
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. « Moutier - Wanderland », sur www.schweizmobil.ch (consulté le 13 avril 2019)
  4. « DIJU - Dictionnaire du Jura – Moutier (maires) », sur www.diju.ch (consulté le 13 avril 2019)
  5. « PSJB, PEV et candidats libres se retrouvent au sein d'Interface », sur interface-moutier.ch (consulté le 8 mai 2017)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internesModifier

Liens externesModifier

  1. Jean-Philippe Gobat, « Moschard, Auguste », sur HLS-DHS-DSS.CH (consulté le 21 avril 2019)