Équipe de France féminine de handball

équipe nationale de handball représentant la France
France
Description de l'image Equipe de France de handball féminin logo 2016.svg.
Information
Fédération Fédération française de handball
Entraîneur Olivier Krumbholz
Surnom « Les Battantes » depuis 2017 ou « Les Bleues », « Femmes de défis »
Capitaine Coralie Lassource[1]
Meilleure marqueuse Véronique Pecqueux-Rolland (917)
Plus capée Isabelle Wendling (338)
Jeux olympiques
Participations 6 (1re participation en 2000)
Meilleur résultat Médaille d'or, Jeux olympiques en 2020
Championnat du monde
Participations 14 (1re participation en 1986)
Meilleur résultat Médaille d'or, monde Médaille d'or, monde en 2003 et 2017
Championnat d'Europe
Participation 11 (1re participation en 2000)
Meilleur résultat Médaille d'or, Europe en 2018

Maillots

Kit left arm FranceWomen21h.png
Team colours
Kit body FranceWomen21h.png
Team colours
Kit right arm FranceWomen21h.png
Team colours
Kit shorts FranceWomen21h.png
Team colours

Domicile

Kit left arm FranceWomen21a.png
Team colours
Kit body FranceWomen21a.png
Team colours
Kit right arm FranceWomen21a.png
Team colours
Kit shorts France21a.png
Team colours

Extérieur

Dernière mise à jour : 6 avril 2021.

L'équipe de France féminine de handball représente la Fédération française de handball dans les trois compétitions internationales majeures : les Jeux olympiques d'été, le Championnat du monde et le Championnat d'Europe, qu'elle a par ailleurs toutes remportées.

L'équipe de France au Tournoi de Paris Île-de-France, le 29 novembre 2015.

Avec le même entraîneur, Olivier Krumbholz, cette sélection remporte à partir de 1999, douze médailles dans les grands événements internationaux, dont un premier titre au Championnat du monde 2003 en Croatie et un deuxième, quatorze ans plus tard, au Championnat du monde 2017 en Allemagne, plus d'un an après avoir enlevé la médaille d'argent aux Jeux olympiques d'été de 2016 à Rio de Janeiro, au Brésil. Exceptionnellement, les équipes nationales de handball masculine et féminine sont championnes du monde la même année. Comme leurs homologues français en 2010 et 2015, les Bleues détiennent simultanément en 2018 les titres mondial et européen, après leur première victoire sur la scène continentale, à domicile à Bercy le en finale face à la Russie. Cette victoire leur permet de se qualifier directement pour les Jeux olympiques de Tokyo 2020, où elles atteignent leur deuxième finale consécutive, avant de remporter leur premier titre olympique face aux joueuses du comité olympique de Russie le 8 août 2021, sur le score de 30-25. Elles deviennent par la même occasion la première sélection féminine française de sport collectif championne olympique.

HistoireModifier

Les débuts des Bleues dans les années 1970Modifier

Pour sa première compétition internationale, l'équipe de France est éliminée en déclarant forfait contre la Norvège en barrage de la zone Europe qualificatif pour le Championnat du monde 1973 en Yougoslavie.

Les Bleues sont largement battues et éliminées par la Hongrie en barrage de la zone Europe qualificatif pour le Championnat du monde 1975 en URSS et pour les Jeux olympiques d'été de 1976 à Montréal (Canada).

L'équipe de France progresse et termine à la 8e place au Championnat du monde B 1977 en RFA, mais ce résultat ne lui permet pas de se qualifier pour le Championnat du monde 1978 en Tchécoslovaquie et pour les Jeux olympiques d'été de 1980 à Moscou (URSS).

La décennie 1980Modifier

Au Championnat du monde B 1981 au Danemark, l'équipe de France termine à la dixième place et ne se qualifie pas pour le Championnat du monde 1982 en Hongrie.

Les Bleues déclarent forfait au Championnat du monde B 1983 en Pologne et sont éliminées de la course à la qualification pour les Jeux olympiques d'été de 1984 à Los Angeles aux États-Unis d'Amérique.

L'équipe de France réussit son premier coup d'éclat en terminant à la 9e place au Championnat du monde B 1985 en RFA après une victoire acquise dans les dernières secondes (22-21) contre la Bulgarie ; elle se qualifie ainsi pour la première fois à un Championnat du monde.

Lors du Championnat du monde 1986 aux Pays-Bas, elle finit à la quatrième et dernière place de la poule D au tour préliminaire (trois défaites) et se classe finalement à la quinzième place de cette compétition, synonyme de relégation en Championnat du monde B.

Les Bleues se manquent complètement lors du Championnat du monde B 1987 en Bulgarie qualificatif pour les Jeux olympiques d'été de 1988 à Séoul (Corée du Sud) en terminant à la douzième place et se retrouvent reléguées à l'étage inférieur en Championnat du monde C.

Lors du Championnat du monde C 1988 organisé en France, l'équipe de France réalise une bonne prestation puisqu'elle n'est battue en finale que d'un but (18-19) par la Suède, ce qui lui permet de remonter au niveau supérieur (Championnat du monde B).

Au Championnat du monde B 1989 au Danemark, comme quatre ans plus tôt, les Bleues jouent le match pour la neuvième place : tandis que le vainqueur obtient sa qualification pour le Championnat du monde 1990 en Corée du Sud, le vaincu est relégué en championnat du monde C. Dans un match très disputé face à la Tchécoslovaquie, vice-championne du monde en 1986, les Françaises s’imposent 5 à 4 à l’issue des tirs au but, les deux équipes n’ayant pu se départager à l’issue de deux prolongations (20-20, 23-23, 25-25)[2].

Les années 1990Modifier

Au Championnat du monde 1990 en Corée du Sud, l'équipe de France termine à la 4e et dernière place de la poule A du tour préliminaire (trois défaites). Cette 14e place ne lui permet pas de se qualifier pour les Jeux olympiques d'été de 1992 à Barcelone (Espagne).

Lors du Championnat du monde B 1992 en Lituanie, les Bleues sont décevantes en terminant à la 8e place et ne parviennent pas à se qualifier pour le Championnat du monde 1993 en Norvège. L'équipe de France finit ensuite à la 3e place de son groupe de qualification pour le Championnat d'Europe 1994 en Allemagne et voit une occasion manquée de s’aguerrir lors de cette nouvelle compétition continentale. En conséquence de cette élimination, les Bleues ne participent pas non plus au Championnat du monde 1995 en Autriche et en Hongrie ni aux Jeux olympiques d'été de 1996 à Atlanta (États-Unis).

Pendant ces trois années, les Bleues vont se structurer et se préparer sous la direction de la sélectionneuse nationale Carole Martin dans le but d'atteindre le haut niveau mondial et de participer régulièrement aux grandes compétitions internationales. L'équipe de France échoue cependant une nouvelle fois en terminant à la 4e et dernière place de son groupe de qualification pour le Championnat d'Europe 1996 au Danemark. Les Bleues ne se découragent pas et lors de la campagne suivante, elles parviennent à se qualifier pour le Championnat du monde 1997 en Allemagne en terminant 1re de leur groupe de qualification devant l'Ukraine. Lors de cette compétition, les Bleues se qualifient pour la phase finale après deux courtes défaites encourageantes pour l'avenir contre la Croatie et la Norvège et trois victoires face aux modestes équipes de Biélorussie, du Canada et d'Ouzbékistan. Après une lourde défaite contre la Pologne en huitième de finale (20-30), les Bleues terminent ce Championnat du monde 1997 à la 10e place.

Les joueuses de l'équipe de France souhaitent alors un changement d'encadrement afin d'améliorer les méthodes d'entraînement et de préparation dans le but d'atteindre le très haut niveau international. La FFHB valide la demande des joueuses de l'équipe de France et décide d'écarter la sélectionneuse Carole Martin au profit d'Olivier Krumbholz. Cet ancien international avait auparavant entraîné l'ASPTT Metz pendant neuf ans (1986-1995) et avait amené le club au plus haut sommet du handball féminin français. Il était également depuis 1992 entraîneur de l'équipe de France féminine junior.

Le nouveau sélectionneur prend sa fonction en et joue ses premiers matchs officiels de février à mai 1998 lors des matchs de qualification pour le Championnat d'Europe. Malgré un niveau de jeu plus abouti et une défense plus efficace, l'équipe de France termine troisième de son groupe derrière la Norvège et l'Espagne et devant la Lituanie (trois victoires et trois défaites).

Toutefois, le changement apporté par le nouveau sélectionneur porte rapidement ses fruits avec un changement dans les mentalités des Bleues qui leur permet de prendre confiance en elles et de se sentir capables de rivaliser avec les meilleures nations mondiales du handball féminin. Lors des qualifications pour le Championnat du monde 1999 au Danemark et en Norvège, les Bleues écartent l'Ukraine et la Turquie (trois victoires et un match nul en Ukraine). Pour sa deuxième compétition internationale sous les ordres d'Olivier Krumbholz, l'équipe de France termine deuxième de sa poule du tour préliminaire (quatre victoires et une défaite) et prend facilement sa revanche sur la Pologne en huitième de finale (28-21). Elle affronte en quart de finale, le Danemark qui n'est d'autre que le dernier champion olympique, le tenant du titre mondial et le dernier finaliste européen. Et pourtant les Bleues déjouent tous les pronostics et s'imposent dans la douleur après prolongations (19-17). En demi-finale, dans un match à nouveau très serré, les Française s'imposent 18 à 17 face à la Roumanie et sont désormais certaines de remporter leur première médaille internationale. La Norvège, championne d'Europe en titre et pays hôte, est l'adversaire de cette finale retransmise sur France Télévisions, ce qui permet de faire découvrir au grand public une courageuse et valeureuse équipe de France qui échoue d'un but dans la quête de l'or mondial après une rencontre à suspense et deux prolongations insoutenables (18-18, 21-21, 24-25).

Les années 2000Modifier

Cette 2e place octroie à l'équipe de France, le droit de participer aux Jeux olympiques d'été de 2000 à Sydney (Australie). C'est la première participation de l'équipe de France féminine aux Jeux olympiques d'été où les Bleues font bonne figure et terminent troisièmes de la poule A au tour préliminaire (deux victoires et deux défaites) et perdent de peu contre le futur champion olympique, le Danemark en quart de finale (26-28). L'équipe de France termine la compétition à la 6e place et prouve qu'elle fait bien partie de l'élite du handball féminin mondial. Cette compétition restera néanmoins le pire souvenir pour de nombreuses joueuses de l'équipe de France à cause de nombreux conflits internes.

L'équipe de France élimine la Slovénie lors des barrages de qualification pour le Championnat d'Europe 2000 en Roumanie où elle termine à la 5e place après une belle victoire sur la Norvège (23-19). Les Bleues confirment leur nouveau statut lors du Championnat du monde 2001 en Italie en finissant à la 5e place après une élimination honorable en quart de finale devant la Norvège (26-29).

Les Bleues remportent la médaille de bronze lors du Championnat d'Europe 2002 au Danemark face à la Russie (27-22) après une défaite logique contre la Norvège en demi-finale (16-21).

Avec l'expérience accumulée lors des compétitions internationales précédentes, les Bleues font partie des favorites pour le Championnat du monde 2003 en Croatie et terminent premières de la poule A au tour préliminaire (cinq victoires) puis encore première de la poule 1 au tour principal (deux victoires et une défaite). L'équipe de France élimine difficilement l'Ukraine en demi-finale après prolongations (28-26 a.p.). La finale est bien mal engagée car la Hongrie mène de sept buts à seulement sept minutes de la fin de la rencontre; mais une défense haute orchestrée autour de Véronique Pecqueux-Rolland permet aux Bleues de revenir et d'égaliser sur un jet de sept mètres transformé par Leila Lejeune dans les dernières secondes du temps règlementaire après une grossière faute de la meilleure joueuse hongroise Anita Görbicz qui lui vaut l'exclusion définitive de la finale. L'équipe de France qui dispute une partie des prolongations en supériorité numérique, finit par remporter la rencontre (32-29 a.p.) et devient championne du monde pour la première fois de son histoire. Et le premier titre mondial pour une équipe de sport collectif féminin.

L'équipe de France échoue dans la quête d'une médaille olympique lors des Jeux olympiques d'été de 2004 à Athènes (Grèce) où elle est battue de justesse par la Corée du Sud en demi-finale (31-32) et par l'Ukraine lors de la petite finale pour la médaille de bronze (18-21). Cette compétition est également la dernière pour certaines championnes du monde 2003, dont Sandrine Mariot-Delerce et Nodjialem Myaro.

Le Championnat d'Europe 2004 en Hongrie où les Bleues terminent à la 11e place et le Championnat du monde 2005 en Russie où elles finissent à la 12e place sont deux compétitions considérées comme des fiascos pour l'équipe de France à cause d'une restructuration de son effectif et de problèmes générationnels liés à celle-ci.

Le retour des cadres comme Valérie Nicolas après une rupture du ligament croisé antérieur du genou gauche, de Véronique Pecqueux-Rolland qui a donné naissance à son premier enfant et de l'ancienne capitaine Stéphanie Cano qui avait mis sa carrière internationale en sommeil pour terminer ses études de kinésithérapeute, permet à l'équipe de France de se qualifier pour le Championnat d'Europe 2006 en Suède après avoir éliminé la Turquie lors d'un barrage aller-retour. Lors de cette compétition, les Bleues réalisent un bon parcours et remportent la médaille de bronze contre l'Allemagne (29-25) après une défaite logique contre la Norvège en demi-finale (24-28).

La France organise brillamment le Championnat du monde 2007 qui devient un vrai succès populaire. Malgré le soutien du public, les Bleues échouent contre la Roumanie en quart de finale après prolongations (31-34 a.p.). L'équipe de France remporte cependant ses deux dernières rencontres face à la Hongrie (32-27) et à la Corée du Sud (26-25) pour obtenir une 5e place lui permettant d'organiser un des trois tournois de qualification olympique.

L'équipe de France se qualifie pour les Jeux olympiques d'été de 2008 à Pékin (Chine) en terminant première du tournoi 3 de qualification olympique organisé en à Nîmes (France) avec un bilan positif de deux victoires contre le Congo (36-19) et la Côte d'Ivoire (34-10) et d'un match nul contre la Corée du Sud (25-25).

Figurant parmi les prétendantes à une médaille olympique, L'équipe de France réalise un tour préliminaire très décevant puisqu'elle termine quatrième de la poule A avec un bilan de deux victoires et de trois défaites dont une contre-performance notoire contre le pays hôte, la Chine. Les Bleues retrouvent les doubles championnes du monde en titre, la Russie en quart de finale. Les russes sont les grandes favorites de la compétition et elles ont les faveurs des pronostics; mais l'équipe de France retrouve de sa superbe et domine les russes pendant une bonne partie de la rencontre avant de craquer et de se laisser rejoindre à la fin du temps réglementaire. Les Bleues s'inclinent injustement après deux prolongations (31-32 a.2p.). L'arbitrage de cette rencontre a été vivement critiqué dans les rangs français et la FFHB posera une réclamation officielle pour deux décisions litigieuses des arbitres chinoises[3]. Après l'élimination de la course à la médaille olympique, les Bleues peuvent se satisfaire de leur fin de tournoi olympique car elles prennent la 5e place avec deux victoires consécutives synonymes de revanche contre la Roumanie (36-34 a.2p.) et contre la Chine (31-23). Cette compétition marque la fin d'une époque pour certaines joueuses de l'équipe de France telles que Valérie Nicolas, Isabelle Wendling et Véronique Pecqueux-Rolland qui mettent fin à leur carrière internationale; mais la relève est opérationnelle avec des joueuses prometteuses et talentueuses telles qu'Amandine Leynaud, Camille Ayglon, Mariama Signate et Alexandra Lacrabère.

L'équipe de France participe au Championnat d'Europe 2008 en Macédoine où elle est éliminée sans gloire dans une très difficile poule A au tour préliminaire (trois défaites) et finit à la 14e place.

Les Bleues éliminent difficilement la Croatie lors des barrages de la zone Europe et se qualifient pour le Championnat du monde 2009 en Chine. Lors de cette compétition, l'équipe de France retrouve son statut en finissant deuxième de la poule A au tour préliminaire (trois victoires et deux défaites) puis première de la poule 1 au tour principal (trois victoires). L'équipe de France élimine l'Espagne en demi-finale (27-23) avant d'échouer en finale contre la Russie (22-25).

Années 2010-2020Modifier

Après cette surprenante médaille d'argent, les Bleues terminent à la troisième place de la World cup 2010[4] et finissent premières du groupe 3 de qualification pour le Championnat d'Europe 2010 au Danemark et en Norvège. Lors de cette compétition, l'équipe de France finit difficilement troisième de la poule D au tour préliminaire (une victoire et deux défaites)[5]. Les Bleues ne parviennent pas à inverser la tendance malgré un sans-faute et terminent troisièmes de la poule 2 au tour principal (trois victoires). L'équipe de France finit à la cinquième place en battant le Monténégro (23-19)[6].

Les Bleues se qualifient pour le Championnat du monde 2011 au Brésil, en éliminant facilement lors des barrages de la zone Europe, la Slovénie grâce à deux victoires (28-19) à domicile et (28-20) à l'extérieur. Lors de cette compétition (voir Équipe de France féminine de handball au championnat du monde 2011), l'équipe de France termine deuxième dans une poule C très abordable au tour préliminaire[7] avec quatre larges victoires contre le Japon (41-22), la Tunisie (25-17), Cuba (38-18) et la Roumanie (39-20); mais avec une défaite après une deuxième période catastrophique contre le pays hôte à São Paulo, le Brésil (22-26). Au cours d'un entraînement avant les phases finales, les Bleues perdent Mariama Signate sur blessure pour le reste de la compétition. Malgré cet incident, elles gagnent difficilement la Suède en huitième de finale (26-23). Les Bleues réalisent un superbe exploit en quart de finale en éliminant le triple tenant du titre mondial, la Russie (25-23). Le Danemark est largement dominé en demi-finale (28-23) malgré la grave blessure d'Allison Pineau. L'équipe de France est trop affaiblie et n'a plus toutes les armes nécessaires pour inquiéter la Norvège en finale et elle s'incline lourdement et logiquement (24-32).

Cette médaille d'argent mondiale permet à l'équipe de France d'organiser l'un des trois tournois de qualification olympique. Les Bleues terminent à la deuxième place du tournoi mondial de qualification olympique organisé en à Lyon et se qualifient pour les Jeux olympiques de 2012 à Londres au Royaume-Uni. Les Bleues remportent deux victoires contre la Roumanie (24-19) et le Japon (30-17) mais concèdent une défaite contrariante contre le Monténégro (20-22).

 
Entrée des joueuses de l'équipe de France lors du match face à la Suède lors des Jeux olympiques 2012.

Lors de cette compétition, l'équipe de France termine première (et invaincue) d'une très difficile poule B au tour préliminaire avec quatre victoires convaincantes contre la Norvège (24-23), la Suède (29-17), la Corée du Sud (24-21) et le Danemark (30-24) ; et avec un match nul contre l'Espagne (18-18). Après un début de compétition fort impressionnant, les Bleues deviennent les candidates principales pour la médaille d'or olympique et partent favorites du quart de finale contre le Monténégro. Mais tétanisées par l'enjeu, elles s'inclinent à la dernière seconde sur un jet de sept mètres transformé par la meilleure joueuse monténégrine Katarina Bulatović (22-23) et terminent finalement à la cinquième place.

L'équipe de France se qualifie et termine facilement première du groupe 4 de qualification pour le Championnat d'Europe 2012 en Serbie. Les Bleues comptent cinq victoires contre la Macédoine, la Lituanie et la Turquie mais avec une défaite concédée à l'extérieur contre la Macédoine. L'équipe de France évolue alors dans la poule B au tour préliminaire à Niš, où elle bat facilement la Macédoine (29-16) puis elle déçoit et concède une courte mais handicapante défaite pour la suite de la compétition contre le Danemark (27-28) avant de finir sur une bonne note en gagnant confortablement la Suède (24-17). Les Bleues sont transférées dans la poule 1 au tour principal à Belgrade, elles sont largement battues par la Norvège (19-30) et s'imposent de peu contre la République Tchèque (24-22). Lors de la dernière rencontre du tour principal, l'équipe de France est éliminée de la compétition en perdant contre la Serbie (17-18) et se classe à la neuvième place.

Au mois de , l'équipe de France élimine difficilement la Croatie en barrage de la zone Europe pour le Championnat du monde 2013 en Serbie; après avoir fait match nul à domicile lors du match aller (18 partout), les Bleues s'imposent à l'extérieur lors du match retour (30-26) et se qualifient pour le Mondial. Il s'agissait aussi de la 413e rencontre à la tête de l'équipe de France pour le sélectionneur Olivier Krumbholz qui est remplacé par Alain Portes à compter du .

Lors du Championnat du monde 2013, l'équipe de France termine première et invaincue de la poule A au tour préliminaire à Belgrade après cinq victoires acquises successivement contre la République Démocratique du Congo (31-13), la République dominicaine (27-10), les Pays-Bas (23-19), le Monténégro (17-16) et la Corée du Sud (27-22). Les Bleues se qualifient contre le Japon (27-19) en huitième de finale à Belgrade et sont éliminées par la Pologne (21-22) en quart de finale à Novi Sad.

Pour le Championnat d'Europe 2014 en Croatie et en Hongrie, l'équipe de France obtient sa qualification en terminant facilement première de son groupe de qualification avec cinq victoires contre la Finlande, l'Islande et la Slovaquie, ainsi qu'un résultat nul concédé à l'extérieur contre la Slovaquie. Lors du tour préliminaire disputé à Osijek (Croatie), l'équipe de France termine première d'une difficile poule D où elle bat successivement la Slovaquie (21-18), la Serbie (27-16) et surtout le Monténégro (24-20). Au tour principal disputé à Zagreb (Croatie), elle s'incline contre la Suède (26-29), concède le match nul contre l'Allemagne (24-24) et gagne contre les Pays-Bas (20-18). Si elle n'est pas qualifiée pour les demi-finales de la compétition, les Bleues finissent malgré tout par une victoire de prestige contre la Hongrie (26-25) lors du match de classement pour la cinquième place à Budapest (Hongrie).

L'équipe de France se qualifie facilement pour le Championnat du monde 2015 au Danemark, en gagnant la Slovénie à domicile (27-20), puis à l'extérieur (27-21). Les Bleues se classent deuxièmes de la poule C au tour préliminaire disputé à Kolding; après trois victoires acquises contre l'Allemagne (30-20), l'Argentine (20-12) et la République Démocratique du Congo (29-16), une égalité contre la Corée du Sud (22-22), puis une courte défaite contre le Brésil (20-21). À Kolding, l'équipe de France s'impose de justesse contre l'Espagne (22-21) en huitième de finale, puis s'incline logiquement contre les Pays-Bas (25-28) en quart de finale. Les Bleues terminent alors à la septième place après une défaite initiale contre la Russie (25-31) et une victoire finale contre le Monténégro (34-23) lors des rencontres de classement disputées à Herning.

  Médaille d'argent aux Jeux olympiques 2016 à Rio de Janeiro (Brésil)Modifier

 
Les Françaises lors de la finale des Jeux olympiques d'été de 2016.

L'équipe de France termine à la deuxième place du tournoi mondial 1 de qualification pour les Jeux olympiques d'été de 2016 disputé à Metz avec un bilan de deux victoires contre la Tunisie (33-15) et le Japon (25-17), ainsi que d'une lourde défaite contre les Pays-Bas (17-24), sans conséquence. Aux Jeux olympiques d'été de 2016 à Rio de Janeiro (Brésil), les Bleues se classent à la deuxième place de la poule B au tour préliminaire avec un bilan de quatre victoires contre les Pays-Bas (18-14), l'Argentine (27-11), la Corée du Sud (21-17) et la Suède (27-25), ainsi qu'une courte défaite contre la Russie (25-26). Les Bleues éliminent successivement l'Espagne (27-26 a.p.) en quart de finale puis les Pays-Bas (24-23) en demi-finale, avant de s'incliner contre la Russie (19-22) en finale. L'équipe de France décroche ainsi sa première médaille aux Jeux olympiques d'été, l'argent, en terminant à la deuxième place.

À l'issue de la compétition, Allison Pineau dénonce l'absence de soutien des autres entraîneurs français et exprime sa colère en pressentant l'hypocrisie du monde du handball au vu du résultat de l'équipe de France[8].

  Médaille de bronze au Championnat d'Europe 2016Modifier

L'équipe de France termine première du groupe 7 de qualification pour le Championnat d'Europe 2016 en Suède avec un score parfait de six victoires en six rencontres contre l'Allemagne, l'Islande et la Suisse. Les Bleues se classent deuxièmes de la poule B au tour préliminaire, disputé à Kristianstad; avec un bilan de deux victoires contre la Pologne (31-22) et l'Allemagne (22-20), ainsi qu'une courte défaite contre les Pays-Bas (17-18). Grâce aux trois victoires acquises contre l'Espagne (23-22), la Suède (21-19) et la Serbie (28-21), les Françaises terminent à la 2e place de la poule 1 au tour principal disputé à Göteborg et se qualifie pour les demi-finale de la compétition et obtient également sa qualification directe pour le Championnat du monde 2017 en Allemagne. À Göteborg, les Bleues sont éliminées par la Norvège (16-20) en demi-finale puis décrochent une troisième médaille de bronze au Championnat d'Europe en dominant le Danemark (25-22) au cours du match de classement pour la troisième place.

  Médaille d'or au Championnat du monde 2017Modifier

Grâce à la médaille de bronze remportée lors du Championnat d'Europe 2016, la France est directement qualifiée pour le Championnat du monde 2017 en Allemagne.

Lors du tour préliminaire disputé à Trèves, l'équipe de France termine deuxième de la poule A avec un bilan de trois victoires contre l'Angola (26-19), le Paraguay (35-13) et la Roumanie (26-17), une égalité contre l'Espagne (25-25), ainsi qu'une courte défaite contre la Slovénie (23-24).

En huitième de finale puis en quart de finale à Leipzig, les Bleues éliminent successivement la Hongrie (29-26) et le Monténégro (25-22).

Opposée à la Suède en demi-finale à Hambourg, l'équipe de France gagne la rencontre 24 à 22 et se qualifie pour la finale 6 ans après celle de 2011. Face à la Norvège, grand favori, les Françaises parviennent à faire la différence en fin de match pour s'imposer 23 à 21. Les Bleues remportent ainsi un deuxième titre mondial après celui de 2003 et se qualifient directement pour le Championnat du monde 2019 au Japon.

  Médaille d'or au Championnat d'Europe 2018Modifier

Qualifiées d'office en tant que pays hôte, les Bleues se classent deuxièmes de la poule B au tour préliminaire, disputé à Nancy; avec un bilan de deux victoires contre la Slovénie (30-21) et le Monténégro (25-20), ainsi qu'une défaite lors du match d'ouverture contre la Russie (23-26).

Les Françaises se qualifient pour les demi-finales de la compétition continentale en terminant à la 2e place de la poule 1 au tour principal disputé à Nantes grâce à deux victoires acquises contre le Danemark (29-23) et la Serbie (38-28), ainsi qu'un score de parité contre la Suède (21-21).

Lors du Final 4 à Paris, les Bleues dominent les Pays-Bas (27-21) en demi-finale et remportent ensuite leur premier titre européen en prenant leur revanche sur la Russie (24-21) en finale. Cette énorme performance permet à l'équipe de France de se qualifier directement pour les Jeux olympiques 2020 à Tokyo (Japon).

  Médaille d'argent au Championnat d'Europe 2020Modifier

Les Françaises sont qualifiées d'office grâce à leur victoire au Championnat d'Europe 2018, les pays hôtes de la compétition étant le Danemark et la Norvège.

Elles se classent premières devant le Danemark lors du tour préliminaire et également lors du tour principal avec 9 points, ce qui les qualifie pour les demi-finales.

Elles battent lors de celles-ci l'équipe de Croatie (30-19) ce qui leur permet d'atteindre la finale où elles sont battues par les favorites de la compétition, la Norvège (20-22).

  Médaille d'or aux Jeux olympiques 2020 à Tokyo (Japon)Modifier

L'équipe de France féminine démarre le tournoi des Jeux olympiques 2020 à Tokyo (Japon) avec une victoire face à la Hongrie (30-29), mais se retrouve au bord de l'élimination dès le premier tour en perdant contre l'Espagne (25-28), en faisant match nul face à la Suède (28-28) et en étant battues par les « joueuses du Comité Olympique Russe » (27-28). Avant d'affronter le Brésil dans leur dernier match de poule qui conditionne pour elles le retour en France ou la suite de leur tournoi, elles se réunissent pour une importante discussion où elle se disent ce qui ne va pas, se « mettent à nu » et décident de croire en elles[9]. Elle trouvent aussi un « cri de guerre » défensif prononcé à chaque temps-mort : Grâce Zaadi lance « Fèmé boutik ! » (fermer la boutique en créole) et les joueuses répondent « Fèmé ! »[10]. Comme libérées, les joueuses d'Olivier Krumbholz battent facilement le Brésil (29-22) et accèdent aux quarts de finale où elles dominent les Pays-Bas de bout en bout, s'imposant 32-22 dans un match où la gardienne Amandine Leynaud se distingue avec un total de 22 arrêts[11]. Le 6 août 2021, l'équipe de France féminine de handball se qualifie pour sa deuxième finale olympique consécutive en battant la Suède 29-27 en demi-finale, après s'être détachée dans les derniers instants du match avec une avance de quatre buts à trois minutes de la fin[12].

Le 8 août, au dernier jour des Jeux de Tokyo, face aux joueuses du Comité olympique Russe qui les avaient battues en 2016, les Bleues s'imposent 30-25, et remportent leur premier titre olympique. La France atteint la mi-temps avec un avantage de deux buts (15-13). Encore à égalité 16-16 à la 39e minute, elle se détache au cours de la deuxième période grâce aux arrêts de Cléopatre Darleux, une défense bien en place, et une belle efficacité en attaque, notamment celle de Pauletta Foppa (100 % de réussite au tir à 7/7)[13], se ménageant un avantage de quatre buts (20-16 à la 43e minute) que les joueuses russes ne parviendront pas à réduire jusqu'à la fin du match, l'écart montant même à + 6 à plusieurs reprises[14]. Les trois dernières minutes du match voient les joueuses sur le banc et sur le terrain, ainsi que les joueurs de l'équipe de France masculine présents dans les tribunes, exulter tant la victoire est acquise[14]. Les équipes de France masculine et féminine sont sacrées championnes olympiques à Tokyo à 24 heures d'écart[14]. Les bleues deviennent la 7e sélection de l'histoire à remporter la médaille d'or.

PalmarèsModifier

Titres et trophéesModifier

Le , l'équipe de France devient la première sélection féminine française de sport collectif championne olympique (la 6e au total). Elle devient également la quatrième sélection après la Corée du Sud (en 1995), le Danemark (en 1997) et la Norvège (en 2008) à avoir remporté les trois trophées majeurs.

  Jeux olympiques

(*) Record

Championnat du monde

Championnat d'Europe

Jeux méditerranéens*


Diverses victoiresModifier

  • Tournoi de Paris :
    •   en 2001, 2003, 2009, 2011 et 2015
    •   en 2004 et 2007
    •   en 2002 et 2008

DistinctionsModifier

L'Équipe de France féminine de handball a obtenu le Prix Emmanuel Rodocanachi de l'Académie des sports en 2004, comme Meilleure équipe française de l'année 2003 à la suite de son premier titre mondial.

Elle est de nouveau championne du monde en 2017.

Parcours détailléModifier

  Jeux olympiques
Année Rang J G N P BP BC D
  1976 non qualifiée
  1980 non qualifiée
  1984 non qualifiée
  1988 non qualifiée
  1992 non qualifiée
  1996 non qualifiée
  2000 6e place 7 3 0 4 180 177 +3
  2004 4e place 7 3 0 4 179 182 -3
  2008 5e place 8 4 0 4 219 217 +2
  2012 5e place 6 4 1 1 147 126 +21
  2016   8 6 0 2 188 164 +24
  2020   8 5 1 2 230 209 +21
  2024 qualifiée (pays hôte)
Total 6/12 44 25 2 17 1143 1075 +68
Championnats d'Europe
Année Rang J G N P BP BC D
  1994 non qualifiée
  1996 non qualifiée
  1998 non qualifiée
  2000 5e place 6 4 0 2 150 125 +25
  2002   8 5 0 3 189 191 -2
  2004 11e place 6 1 0 5 153 177 -24
  2006   8 5 0 3 203 196 +7
  2008 14e place 3 0 0 3 74 83 -9
 /  2010 5e place 7 5 0 2 168 153 +15
  2012 9e place 6 3 0 3 140 131 +9
 /  2014 5e place 7 5 1 1 168 150 +18
  2016   8 6 0 2 183 164 +19
  2018   8 6 1 1 217 181 +36
  2020   8 6 1 1 209 179 +30
Total 11/14 75 46 3 26 1854 1730 +124

Légende :    : Compétition jouée à domicile.

Jeux méditerranéens
Championnats du monde
Année Rang J G N P BP BC D
  1957 non qualifiée
  1962 non qualifiée
  1965 non qualifiée
  1971 non qualifiée
  1973 non qualifiée
  1975 non qualifiée
  1978 non qualifiée
  1982 non qualifiée
  1986 15e place 6 1 0 5 89 121 -32
  1990 14e place 6 2 0 4 114 137 -23
  1993 non qualifiée
 /  1995 non qualifiée
  1997 10e place 6 3 0 3 160 125 +35
 /  1999   9 7 0 2 213 178 +35
  2001 5e place 9 7 0 2 246 207 +39
  2003   10 9 0 1 282 224 +58
  2005 12e place 8 3 0 5 212 199 +13
  2007 5e place 10 7 0 3 287 251 +36
  2009   10 7 0 3 258 219 +39
  2011   9 7 0 2 268 204 +64
  2013 6e place 7 6 0 1 173 121 +52
  2015 7e place 9 5 1 3 227 194 +33
  2017   9 7 1 1 236 189 +47
  2019 13e place 7 4 1 2 191 138 +53
  2021 qualifiée (vice-championne d'Europe 2020)
Total 14/24 115 75 3 37 2956 2507 +449
Championnats du monde B
Championnats du monde C
Championnats du monde à onze

Effectif actuelModifier

Effectif des 18 joueuses retenues pour le Mondial 2021[15],[16],[17]
Joueuses Encadrement technique
No  P. Nom Date de naissance Taille Poids Sél. Buts Club
1 GB Laura Glauser (28 ans) 1,80 m 70 kg 87 1   Győri ETO KC
2 DC Méline Nocandy (23 ans) 1,75 m 65 kg 40 83   Metz Handball
3 ARD Alicia Toublanc (25 ans) 1,68 m 63 kg 3 12   Brest Bretagne Handball
6 ALG Chloé Valentini (26 ans) 1,65 m 63 kg 41 82   Metz Handball
7 DC Allison Pineau (32 ans) 1,80 m 70 kg 264 673   RK Krim
8 ALG Coralie Lassource   (29 ans) 1,70 m 62 kg 44 59   Brest Bretagne Handball
10 DC Grâce Zaadi (28 ans) 1,71 m 66 kg 142 261   Rostov-Don
15 ARG Kalidiatou Niakaté (26 ans) 1,77 m 72 kg 56 75   Brest Bretagne Handball
16 GB Cléopâtre Darleux (32 ans) 1,75 m 69 kg 178 4   Brest Bretagne Handball
18 ARD Orlane Ahanda (23 ans) 1,78 m 64 kg 2 1   Neptunes de Nantes
19 ARD Océane Sercien-Ugolin (23 ans) 1,75 m 69 kg 33 55   RK Krim
20 ARD Laura Flippes (26 ans) 1,71 m 66 kg 92 174   Paris 92
22 DC Tamara Horacek (26 ans) 1,78 m 80 kg 37 34   Metz Handball
24 P Béatrice Edwige (33 ans) 1,82 m 71 kg 130 96   Rostov-Don
26 P Pauletta Foppa (20 ans) 1,77 m 73 kg 45 100   Brest Bretagne Handball
27 ARG Estelle Nze Minko (30 ans) 1,78 m 65 kg 140 322   Győri ETO KC
31 ALD Lucie Granier (22 ans) 1,67 m 64 kg 3 9   ES Besançon
94 GB Catherine Gabriel (27 ans) 1,72 m 65 kg 25 0   Paris 92
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
Préparateur(s) physique(s)
  •   Pierre Terzi
Kinésithérapeute
  •   Célestin Dailly
  •   Pierre Gillet
  •   Cezare Cocuzza
Médecin(s)
  •   Cindy Conort



Légende
———

Dernière mise à jour :  

Autres joueuses de la liste des 35 joueurs déposée à l'IHF le 22 novembre[17]
Joueuses Encadrement technique
No  P. Nom Date de naissance Taille Poids Sél. Buts Club
Joueuses ayant participé à la phase de préparation
4 ALD Pauline Coatanea (28 ans) 1,64 m 62 kg 58 95   Brest Bretagne Handball
29 P Oriane Ondono (25 ans) 1,80 m 74 kg 1 0   Neptunes de Nantes
Autres joueuses
6 DC Clarisse Mairot (20 ans) 1,70 m 65 kg 0 0   ES Besançon
11 ARD Aïssatou Kouyaté (26 ans) 1,83 m 73 kg 15 25   Brest Bretagne Handball
13 ALG Manon Houette (29 ans) 1,68 m 62 kg 104 248   Bourg-de-Péage DH
25 ARD Emma Jacques (20 ans) 1,90 m 85 kg 0 0   Metz Handball
28 ARG Claire Vautier (22 ans) 1,79 m 67 kg 2 2   JDA Dijon
32 P Adja Ouattara (20 ans) 1,78 m 86 kg 0 0   Paris 92
33 ARG Orlane Kanor (24 ans) 1,79 m 66 kg 34 54   Metz Handball
42 DC Perrine Petiot (26 ans) 1,84 m 72 kg 0 0   HBC Celles-sur-Belle
44 ALG Laura Kanor (24 ans) 1,75 m 65 kg 34 54   Metz Handball
48 DC Déborah Lassource (22 ans) 1,72 m 65 kg 0 0   Paris 92
55 DC Léna Grandveau (18 ans) 1,70 m 62 kg 0 0   Bourg-de-Péage DH
66 GB Floriane André (21 ans) 1,84 m 70 kg 0 0   Neptunes de Nantes
71 GB Camille Depuiset (23 ans) 1,78 m 72 kg 0 0   Bourg-de-Péage DH
77 P Aminata Sow (27 ans) 1,87 m 75 kg 0 0   Bourg-de-Péage DH
91 ALD Marie Prouvensier (27 ans) 1,67 m 60 kg 0 0   OGC Nice CA HB
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)



Légende
———

Dernière mise à jour :  

À noter que Alexandra Lacrabère, Amandine Leynaud et Siraba Dembélé-Pavlović ont mis un terme à leur carrière internationale.

Statistiques de l'Équipe de France en phase finale des compétitions internationalesModifier

Cette section traite de toutes les statistiques concernant l'équipe de France en phase finale des compétitions internationales au  :

Statistiques Jeux olympiques Championnats du monde Championnat d'Europe
Nombre de participations (première-dernière) 6 (2000-2020) 14 (1986-2019) 11 (2000-2020)
Meilleur résultat 1re place (2020) 1re place (2003 et 2017) 1re place (2018)
Plus mauvais résultat 6e place (2000) 15e place (1986) 14e place (2008)
Médailles remportées                        
Matches joués (dont rencontres éliminatoires) 44 (11) 115 (24) 75 (7)
Victoires (dont rencontres éliminatoires) 25 (6) 75 (16) 46 (3)
Égalités (dont rencontres éliminatoires) 2 (0) 3 (0) 3 (0)
Défaites (dont rencontres éliminatoires) 17 (5) 37 (8) 26 (4)
Plus grand nombre de victoires 6 (2016) 9 (2003) 6 (plusieurs fois[stat 1])
Plus petit nombre de victoires 3 (plusieurs fois[stat 2]) 1 (1986) 0 (2008)
Plus grand nombre de défaites 4 (plusieurs fois[stat 3]) 5 (plusieurs fois[stat 4]) 5 (2004)
Plus petit nombre de défaites 1 (2012) 1 (plusieurs fois[stat 5]) 1 (plusieurs fois[stat 6])
Nombre total de buts inscrits 1143 2956 1854
Nombre total de buts concédés 1075 2507 1730
Différence de buts totale +68 +449 +124
Plus grand nombre de buts inscrits 230 (2020) 287 (2007) 217 (2018)
Plus petit nombre de buts inscrits 147 (2012) 89 (1986) 74 (2008)
Plus grand nombre de buts concédés 217 (2008) 251 (2007) 196 (2006)
Plus petit nombre de buts concédés 126 (2012) 121 (1986) 83 (2008)
Meilleure différence de buts +24 (2016) +64 (2011) +36 (2018)
Plus mauvaise différence de buts -3 (2004) -32 (1986) -24 (2004)
Plus large victoire acquise +16[stat 7] +39[stat 8] +13[stat 9]
Plus large défaite concédée -10[stat 10] -19[stat 11] -11[stat 12]
  1. dont la dernière en 2020
  2. dont la dernière en 2004
  3. dont la dernière en 2008
  4. dont la dernière en 2005
  5. dont la dernière en 2017
  6. dont la dernière en 2020
  7. 27 à 11 face à l'Argentine en 2016.
  8. 46 à 7 face à l'Australie en 2019.
  9. 29 à 16 face à la Macédoine en 2012.
  10. 24 à 34 face à la Norvège en 2008.
  11. 8 à 27 face à la Roumanie en 1986.
  12. Plusieurs fois dont la dernière avec un résultat de 19 à 30 face à la Norvège en 2012.

Résultats en compétitions internationalesModifier

Cette section traite de tous les résultats de l'équipe de France en compétitions internationales (Jeux olympiques, Championnats du monde, Championnats d'Europe, qualifications continentales et mondiales).

Résultats et statistiques en compétitions internationalesModifier

Au , les statistiques concernant les résultats de l'équipe de France en compétitions internationales (Jeux olympiques, Championnats du monde, Championnats d'Europe, qualifications continentales et mondiales) par adversaire sont :

Principaux résultats en compétitions internationalesModifier

Les principaux résultats concernant l'équipe de France en compétitions internationales du au sont :

Légende :

  • Victoire
  • Égalité
  • Défaite
Date Lieu Adversaire Score Match Commentaires
Saint-Maur,   France   Hongrie 6 - 16 Barrage aller de qualification pour le Championnat du monde 1975 1re rencontre en compétition internationale
Budapest,   Hongrie   Hongrie 17 - 9 Barrage retour de qualification pour le Championnat du monde 1975 Non qualification pour le Championnat du monde 1975 et pour les Jeux olympiques de 1976
Neunkirchen,   RFA   Pays-Bas 9 - 20 Poule 1 du tour principal au Championnat du monde B 1977 Non qualification pour le Championnat du monde 1978 et pour les Jeux olympiques de 1980
Viborg,   Danemark   Norvège 10 - 18 Poule A du tour préliminaire au Championnat du monde B 1981 Non qualification pour le Championnat du monde 1982 et pour les Jeux olympiques de 1984
Wilhelmshaven,   RFA   Bulgarie 22 - 21 Match pour la 9e place au Championnat du monde B 1985 Qualification pour le Championnat du monde 1986
Leeuwarden,   Pays-Bas   RFA 17 - 21 Poule D du tour préliminaire du Championnat du monde 1986 1re rencontre au Championnat du monde
Groningue,   Pays-Bas   Corée du Sud 11 - 27 Poule D du tour préliminaire du Championnat du monde 1986 Élimination au Championnat du monde 1986
Bourgas,   Bulgarie   Roumanie 17 - 28 Poule 2 du tour principal du Championnat du monde B 1987 Non qualification pour les Jeux olympiques de 1988
  Bulgarie 22 - 19 Poule 2 du tour principal du Championnat du monde B 1987 Relégation en Championnat du monde C 1988
Dreux,   France   Espagne 16 - 12 Poule A du tour principal du Championnat du monde C 1988 Promotion en Championnat du monde B 1989
  Suède 18 - 19 Finale du Championnat du monde C 1988
Randers,   Danemark   Tchécoslovaquie 25 - 25a2p
5 - 4 tab
Match pour la 9e place au Championnat du monde B 1989 Qualification pour le Championnat du monde 1990
Séoul,   Corée du Sud   Pologne 19 - 29 Poule A du tour préliminaire du Championnat du monde 1990 Élimination au Championnat du monde 1990 et non qualification pour les Jeux olympiques de 1992
Kaunas,   Lituanie   Bulgarie 18 - 22 Poule A du tour principal du Championnat du monde B 1992 Non qualification pour le Championnat du monde 1993
Lille,   France   Norvège 14 - 17 Groupe 5 de qualification pour le Championnat d'Europe 1994 Non qualification pour le Championnat d'Europe 1994, pour le Championnat du monde 1995 et pour les Jeux olympiques de 1996
Dijon,   France   Pologne 21 - 23 Groupe 2 de qualification pour le Championnat d'Europe 1996 Non qualification pour le Championnat d'Europe 1996
Metz,   France   Ukraine 26 - 24 Groupe 6 de qualification pour le Championnat du monde 1997 Qualification pour le Championnat du monde 1997
Hanovre,   Allemagne   Pologne 20 - 30 Huitième de finale du Championnat du monde 1997 Élimination au Championnat du monde 1997
Alta,   Norvège   Norvège 23 - 21 Groupe 3 de qualification pour le Championnat d'Europe 1998 Non qualification pour le Championnat d'Europe 1998
Kiev,   Ukraine   Ukraine 19 - 19 Groupe 6 de qualification pour le Championnat du monde 1999 Qualification pour le Championnat du monde 1999
Hamar,   Norvège   Danemark 19 - 17 ap Quart de finale du Championnat du monde 1999 Qualification pour les Jeux olympiques de 2000
Lillehammer,   Norvège   Roumanie 18 - 17 Demi-finale du Championnat du monde 1999 -
  Norvège 25 - 24a2p Finale du Championnat du monde 1999 1re médaille au Championnat du monde:  
Limoges,   France   Slovénie 23 - 20 Barrage retour de qualification pour le Championnat d'Europe 2000 Qualification pour le Championnat d'Europe 2000
Sydney,   Australie   Corée du Sud 18 - 25 Poule A du tour préliminaire des Jeux olympiques de 2000 1re rencontre aux Jeux olympiques
  Danemark 26 - 28ap Quart de finale des Jeux olympiques de 2000 Élimination aux Jeux olympiques de 2000
Râmnicu Vâlcea,   Roumanie   Russie 21 - 22 Poule A du tour principal du Championnat d'Europe 2000 1re rencontre au Championnat d'Europe
Râmnicu Vâlcea,   Roumanie   Hongrie 29 - 32 Poule A du tour principal du Championnat d'Europe 2000 Élimination au Championnat d'Europe 2000
Râmnicu Vâlcea,   Roumanie   Autriche 26 - 14 Poule A du tour principal du Championnat d'Europe 2000 Qualification pour le Championnat du monde 2001
Râmnicu Vâlcea,   Roumanie   Norvège 23 - 19 Match pour la 5e place au Championnat d'Europe 2000 Qualification pour le Championnat d'Europe 2002
Bressanone,   Italie   Espagne 32 - 25 Huitième de finale du Championnat du monde 2001
Bolzano,   Italie   Norvège 26 - 29 Quart de finale du Championnat du monde 2001 Élimination au Championnat du monde 2001
Aarhus,   Danemark   Roumanie 29 - 26 Poule 1 du tour principal du Championnat d'Europe 2002 Qualifications pour le Championnat du monde 2003 et pour le Championnat d'Europe 2004
  Norvège 16 - 21 Demi-finale du Championnat d'Europe 2002 Élimination au Championnat d'Europe 2002
  Russie 27 - 22 Match pour la 3e place au Championnat d'Europe 2002 1re médaille au Championnat d'Europe:  
Zagreb,   Croatie   Russie 20 - 19 Poule 1 du tour principal du Championnat du monde 2003 Qualification pour les Jeux olympiques de 2004
  Ukraine 28 - 26 ap Demi-finale du Championnat du monde 2003
  Hongrie 32 - 29 ap Finale du Championnat du monde 2003 1er titre et 2e médaille au Championnat du monde:  , qualification pour le Championnat du monde 2005
Athènes,   Grèce   Hongrie 25 - 23 Quart de finale des Jeux olympiques de 2004
  Corée du Sud 31 - 32 Demi-finale des Jeux olympiques de 2004 Élimination aux Jeux olympiques de 2000
  Ukraine 18 - 21 Match pour la 3e place aux Jeux olympiques de 2004
Debrecen,   Hongrie   Danemark 20 - 22 Poule 2 du tour principal du Championnat d'Europe 2004 Élimination au Championnat d'Europe 2004
Saint-Pétersbourg,   Russie   Allemagne 26 - 32 Poule 2 du tour principal du Championnat du monde 2005 Élimination au Championnat du monde 2005
Adana,   Turquie   Turquie 24 - 35 Barrage retour de qualification pour le Championnat d'Europe 2006 Qualification pour le Championnat d'Europe 2006
Stockholm,   Suède   Suède 23 - 28 Poule 2 du tour principal du Championnat d'Europe 2006 Qualification pour le Championnat d'Europe 2008
  Norvège 24 - 28 Demi-finale du Championnat d'Europe 2006 Élimination au Championnat d'Europe 2006
  Allemagne 29 - 25 Match pour la 3e place au Championnat d'Europe 2006 2e médaille au Championnat d'Europe:  
Pau,   France   Argentine 37 - 12 Poule A du tour préliminaire du Championnat du monde 2007 1re rencontre du Championnat du monde organisé en France
Paris,   France   Roumanie 31 - 34a2p Quart de finale du Championnat du monde 2007 Élimination au Championnat du monde 2007
Nîmes,   France   Congo 36 - 19 Tournoi mondial 3 de qualification pour les Jeux olympiques de 2008 Qualification pour les Jeux olympiques de 2008
Pékin,   Chine   Russie 31 - 32a2p Quart de finale des Jeux olympiques de 2008 Élimination aux Jeux olympiques de 2008
Skopje,   Macédoine   Hongrie 26 - 29 Poule A du tour préliminaire du Championnat d'Europe 2008 Élimination au Championnat d'Europe 2008
Lyon,   France   Croatie 32 - 24 Barrage retour de qualification pour le Championnat du monde 2009 Qualification pour le Championnat du monde 2009
Nankin,   Chine   Espagne 27 - 23 Demi-finale du Championnat du monde 2009
  Russie 22 - 25 Finale du Championnat du monde 2009 3e médaille au Championnat du monde  
Pau,   France   Autriche 29 - 22 Groupe 3 de qualification pour le Championnat d'Europe 2010 Qualification pour le Championnat d'Europe 2010
Lillehammer,   Norvège   Hongrie 18 - 21 Poule D du tour préliminaire du Championnat d'Europe 2010 Élimination au Championnat d'Europe 2010
Ljubljana,   Slovénie   Slovénie 20 - 28 Barrage retour de qualification pour le Championnat du monde 2011 Qualification pour le Championnat du monde 2011
São Paulo,   Brésil   Suède 26 - 23 Huitième de finale du Championnat du monde 2011
  Russie 25 - 23 Quart de finale du Championnat du monde 2011
  Danemark 28 - 23 Demi-finale du Championnat du monde 2011
  Norvège 24 - 32 Finale du Championnat du monde 2011 4e médaille au Championnat du monde;  
Lyon,   France   Japon 30 - 17 Tournoi mondial 1 de qualification pour les Jeux olympiques de 2012 Qualification pour les Jeux olympiques de 2012
Antalya,   Turquie   Turquie 23 - 36 Groupe 4 de qualification pour le Championnat d'Europe 2012 Qualification pour le Championnat d'Europe 2012
Londres,   Royaume-Uni   Monténégro 22 - 23 Quart de finale des Jeux olympiques de 2012 Élimination aux Jeux olympiques de 2012
Belgrade,   Serbie   Serbie 18 - 17 Poule du tour principal du Championnat d'Europe 2012 Élimination au Championnat d'Europe 2012
Umag,   Croatie   Croatie 26 - 30 Barrage retour de qualification pour le Championnat du monde 2013 Qualification pour le Championnat du monde 2013
Novi Sad,   Serbie   Pologne 21 - 22 Quart de finale du Championnat du monde 2013 Élimination au Championnat du monde 2013
Limoges,   France   Islande 24 - 19 Groupe 2 de qualification pour le Championnat d'Europe 2014 Qualification pour le Championnat d'Europe 2014
Zagreb,   Croatie   Allemagne 24 - 24 Poule 2 du tour principal du Championnat d'Europe 2014 Élimination au Championnat d'Europe 2014
Velenje,   Slovénie   Slovénie 21 - 27 Barrage retour de qualification pour le Championnat du monde 2015 Qualification pour le Championnat du monde 2015
Kolding,   Danemark   Espagne 22 - 21 Huitième de finale du Championnat du monde 2015
Kolding,   Danemark   Pays-Bas 25 - 28 Quart de finale du Championnat du monde 2015 Élimination au Championnat du monde 2015
Nîmes,   France   Allemagne 25 - 19 Groupe 7 de qualification pour le Championnat d'Europe 2016 Qualification pour le Championnat d'Europe 2016
Metz,   France   Japon 25 - 17 Tournoi mondial 1 de qualification pour les Jeux olympiques de 2016 Qualification pour les Jeux olympiques de 2016
Rio de Janeiro,   Brésil   Espagne 27 - 26 ap Quart de finale des Jeux olympiques de 2016
  Pays-Bas 24 - 23 Demi-finale des Jeux olympiques de 2016
  Russie 19 - 22 Finale des Jeux olympiques de 2016 1re médaille aux Jeux olympiques:  
Göteborg,   Suède   Serbie 28 - 21 Poule 1 du tour principal du Championnat d'Europe 2016 Qualification pour le Championnat du monde 2017
  Norvège 16 - 20 Demi-finale du Championnat d'Europe 2016 -
  Danemark 25 - 22 Match pour la 3e place au Championnat d'Europe 2016 3e médaille au Championnat d'Europe:  
Leipzig,   Allemagne   Hongrie 29 - 26 Huitième de finale du Championnat du monde 2017
  Monténégro 25 - 22 Quart de finale du Championnat du monde 2017
Hambourg,   Allemagne   Suède 24 - 22 Demi-finale du Championnat du monde 2017
  Norvège 23 - 21 Finale du Championnat du monde 2017 2e titre et 5e médaille au Championnat du monde:  , qualification pour le Championnat du monde 2019
Paris,   France   Pays-Bas 27 - 21 Demi-finale du Championnat d'Europe 2018
  Russie 24 - 21 Finale du Championnat d'Europe 2018 1er titre et 4e médaille au Championnat d'Europe:  , qualification pour les Jeux olympiques 2020
Kumamoto,   Japon   Danemark 18 - 20 Poule B du tour préliminaire du Championnat du monde 2019 Élimination au Championnat du monde 2019
Hafnarfjörður,   Islande   Islande 17 - 23 Groupe 6 de qualification pour le Championnat d'Europe 2020 Qualification pour le Championnat d'Europe 2020
Herning,   Danemark   Suède 31 - 25 Poule 1 du tour principal du Championnat d'Europe 2020 Qualification pour le Championnat du monde 2021
  Croatie 30 - 19 Demi-finale du Championnat d'Europe 2020
  Norvège 20 - 22 Finale du Championnat d'Europe 2020 5e médaille au Championnat d'Europe:  
Tokyo,   Japon   Pays-Bas 32 - 22 Quart de finale des Jeux olympiques de 2020
  Suède 29 - 27 Demi-finale des Jeux olympiques de 2020
  Russie 30 - 25 Finale des Jeux olympiques de 2020 1er titre et 2e médaille aux Jeux olympiques:  

Remarques concernant le score :

  • le score de l'équipe de France apparaît en gras,
  • lors que le match est joué sur terrain neutre, le score commence par le résultat de l'équipe de France.

Résultats de l’équipe de France en 2019Modifier

Le palmarès de l'équipe de France en 2019 est le suivant :

Les résultats des 14 rencontres disputées en 2019 par l'équipe de France sont les suivants :

  • 10 victoires dont 6 en compétitions internationales (Qualifications pour le Championnat d'Europe 2020 & Championnat du monde 2019).
  • 1 égalité dont 1 en compétitions internationales (Qualifications pour le Championnat d'Europe 2020 & Championnat du monde 2019).
  • 4 défaites dont 2 en compétitions internationales (Qualifications pour le Championnat d'Europe 2020 & Championnat du monde 2019).
Date Lieu Rencontre Événement
Clermont-Ferrand,   France   France 28 - 18 Roumanie   3e étape de la Golden League 2018-2019 (Tournoi amical)
Boulazac,   France   France 22 - 25 Danemark  
  France 22 - 24 Norvège  
Amiens,   France   France 38 - 17 Turquie   Groupe 6 de qualification pour le championnat d'Europe 2020
Hafnarfjörður,   Islande   Islande 17 - 23 France  
Tokyo,   Japon   France 33 - 22 Brésil   Japan Cup 2019 (Tournoi amical)
  Japon 23 - 28 France  
  France 33 - 21 Slovénie  
Yamaga,   Japon   Corée du Sud 29 - 27 France   Poule B du tour préliminaire du Championnat du monde 2019
  Brésil 19 - 19 France  
  France 46 - 7 Australie  
  France 27 - 25 Allemagne  
Kumamoto,   Japon   Danemark 20 - 18 France  
  France 28 - 17 Angola   Match de classement pour la 13e place à la 16e place au Championnat du monde 2019
  France 26 - 21 Hongrie   Match de classement pour la 13e place au Championnat du monde 2019

Légende :

  • Victoire
  • Égalité
  • Défaite

Résultats de l’équipe de France en 2020Modifier

Le palmarès de l'équipe de France en 2020 est le suivant :

Les résultats des 11 rencontres disputées en 2020 par l'équipe de France sont les suivants :

  • 8 victoires dont 6 en compétition internationale (Championnat d'Europe 2020).
  • 1 égalité dont 1 en compétition internationale (Championnat d'Europe 2020).
  • 2 défaites dont 1 en compétition internationale (Championnat d'Europe 2020).
Date Lieu Rencontre Événement
Horsens,   Danemark   France 29 - 13 Monténégro   1re étape de la Golden League 2020-2021 (Tournoi amical)
Randers,   Danemark   Norvège 29 - 28 France  
Viborg,   Danemark   Danemark 23 - 27 France  
Herning,   Danemark   France 24 - 23 Monténégro   Poule A du tour préliminaire du Championnat d'Europe 2020
  France 27 - 17 Slovénie  
  Danemark 20 - 23 France  
  France 26 - 25 Espagne   Poule 1 du tour principal du Championnat d'Europe 2020
  Russie 28 - 28 France  
  France 31 - 25 Suède  
  France 30 - 19 Croatie   Demi-finale du Championnat d'Europe 2020
  Norvège 22 - 20 France   Finale du Championnat d'Europe 2020  

Légende :

  • Victoire
  • Égalité
  • Défaite

Résultats de l’équipe de France en 2021Modifier

Le palmarès de l'équipe de France en 2021 est le suivant :

Les résultats des 18 rencontres disputées en 2021 par l'équipe de France sont les suivants :

  • 13 victoires dont 7 en compétitions internationales (Jeux olympiques de 2020, qualifications pour le Championnat d'Europe 2022 et Championnat du monde 2021).
  • 2 égalités dont 1 en compétitions internationales (Jeux olympiques de 2020, qualifications pour le Championnat d'Europe 2022 et Championnat du monde 2021).
  • 3 défaites dont 2 en compétitions internationales (Jeux olympiques de 2020, qualifications pour le Championnat d'Europe 2022 et Championnat du monde 2021).
Date Lieu Rencontre Événement
Créteil,   France   France 26 - 22 Danemark   Préparation aux Jeux olympiques de 2020
(Rencontres amicales)
  France 24 - 23 Danemark  
Bayonne,   France   France 21 - 30 Norvège  
  France 28 - 28 Norvège  
Kōshū,   Japon   Japon 20 - 41 France  
Tokyo,   Japon   France 32 - 31 Monténégro  
Tokyo,   Japon   France 30 - 29 Hongrie   Poule B du tour préliminaire des Jeux olympiques de 2020
  Espagne 28 - 25 France  
  Suède 28 - 28 France  
  Russie 28 - 27 France  
  France 29 - 22 Brésil  
  France 32 - 22 Pays-Bas   Quart de finale des Jeux olympiques fr 2020
  France 29 - 27 Suède   Demi-finale des Jeux olympiques de 2020
  France 30 - 25 Russie   Finale des Jeux olympiques de 2020  
Besançon,   France   France 38 – 22 Tchéquie   Groupe 4 de qualification
pour le Championnat d'Europe 2022
Soumy,   Ukraine   Ukraine 25 - 28 France  
Paris,   France   France 33 - 28 Hongrie   Préparation au Championnat du monde 2021
(Rencontres amicales)
  France 29 - 28 Hongrie  
Granollers,   Espagne   France – XX Angola   Poule A du tour préliminaire du Championnat du monde 2021
  France – XX Slovénie  
  France – XX Monténégro  

Légende :

  • Victoire
  • Égalité
  • Défaite

PersonnalitésModifier

Sélectionneurs et sélectionneusesModifier

Statistiques individuellesModifier

Isabelle Wendling est la joueuse la plus capée avec 338 sélections[21] et Véronique Pecqueux-Rolland la meilleure buteuse avec 917 buts[22].

Une liste non exhaustive, au , des joueuses à plus de 100 sélections est :

Joueuse Matches Buts Période
Isabelle Wendling 338 543 1993-2008
Véronique Pecqueux-Rolland 301 917 1993-2008
Siraba Dembélé-Pavlović 291 848 2006-2021
Camille Ayglon-Saurina 270 550 2007-2019
Allison Pineau 264 673 depuis 2007
Alexandra Lacrabère 256 833 2006-2021
Amandine Leynaud 254 3 2005-2021
Raphaëlle Tervel 249 372 1998-2012
Valérie Nicolas 244 0 1995-2008
Stéphanie Cano 231 462 1993-2008
Anne Loaëc 219[23] - 1983-1998
Nina Kanto 214 401 2002-2016
Carole Martin 208 ? 1972-1987
Paule Baudouin 197 605 2004-?
Sophie Herbrecht 193 569 2001-2012
Leila Lejeune 183 763 1995-2004
Florence Sauval 183 >300 1985-1997
Cléopatre Darleux 178 4 depuis 2008
Sandrine Delerce 168 381 1994-2004
Sylvie Lagarrigue 167 ? 1981-199x
Myriam Borg-Korfanty 165 261 1997-2008
Stéphanie Ludwig 153 320 1995-200x
Nodjialem Myaro 150 499 1996-200x
Mariama Signaté 147 424 2004-2013 ?
Stéphanie Moreau 143 230 1992-2003
Pascale Jacques 142 ? 1975-198x
Grâce Zaadi 140 255 depuis 2013
Estelle Nze Minko 138 312 depuis 2014
Béatrice Edwige 128 92 depuis 2013
Catherine Pibarot 119 ? 1989-199x
Marie-Thérèse Bourasseau 118+ 0 1973-1987
Blandine Dancette 115 147 2009-2021
Audrey Deroin 112 172 2008-2014
Estelle Vogein 105 151 1993-2006
Nathalie Selambarom 105 138 199x-200x
Claudine Mendy 102 203 2009-2013 ?
Amélie Goudjo 101 123 2005-2014
  • Les joueuses faisant partie de l'actuel effectif élargi sont surlignées en bleu

Distinctions individuellesModifier

Plusieurs joueuses ont élue dans l'équipe-type d'une compétition internationale :

AnnexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Romain Houeix, « Tokyo 2021 : Coralie Lassource, une capitaine providentielle pour les Bleues du handball », sur france24.com, (consulté le )
  2. Fédération française de handball, « Mondial B 1989 : Elles iront toutes au paradis », Hand-ball : bulletin fédéral, no 255,‎ , p. 5 à 11 (lire en ligne, consulté le )
  3. La Fédération Française de Handball porte réclamation, sur le site de RMC
  4. « World Cup: Les Françaises s'adjugent la 3e place face au Danemark », sur opl.fr, 26 septembre 2010.
  5. « La France assure sa qualification pour le tour principal de l'Euro », sur opl.fr, 10 décembre 2010
  6. « Les Françaises terminent 5e de l'Euro », sur opl.fr, 18 décembre 2010.
  7. « Mondial de handball dames: tirage au sort clément pour la France », sur opl.fr, 3 juillet 2011.
  8. Cédric Callier, « Le coup de gueule inattendu d’Allison Pineau », sur sport24.lefigaro.fr,
  9. Pierre Menjot, « Chez les Bleues, un moment de communion a tout changé », sur lequipe.fr, (consulté le )
  10. Angélique Le Bouter, « JO 2021 : les handballeuses françaises championnes olympiques, elles ont "fèmé boutik"! », sur la1ere.francetvinfo.fr, (consulté le )
  11. « Les Bleues en demi-finales des JO de Tokyo après un succès étincelant contre les Pays-Bas », sur lequipe.fr, (consulté le )
  12. Maxence Venot, « L'équipe de France féminine en finale après sa victoire sur la Suède (29-27) », sur eurosport.fr, (consulté le )
  13. Maxence Venot, « Jeux olympiques - Tokyo 2020 - les Bleues championnes olympiques après leur large succès sur la Russie », sur eurosport.fr, (consulté le )
  14. a b et c « France-Russie, le film du match », sur lequipe.fr, (consulté le )
  15. « Dossier de presse sur l'IHF Mondial 2021 », sur Dossier de presse de la FFHandball, Fédération française de handball, (consulté le )
  16. « Les Bleues en Espagne sans Coatanéa ni Ahanda », sur HandNews, (consulté le )
  17. a et b (en) « Liste provisionnelle des 35 joueuses sélectionnables » [PDF], Fédération internationale de handball, (consulté le )
  18. Simone Bernoville, « Les débuts du handball féminin en France », Revue EP&S, no 327,‎ (lire en ligne, consulté le )
  19. « Marguerite Viala, cette grande dame du handb féminin », Hand-ball : bulletin fédéral, Fédération française de handball, no 240,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. « Carole Martin : « trouver une identité » », Hand-ball : bulletin fédéral, Fédération française de handball, no 265,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. « Salle des légendes, Isabelle Wendling », sur Site officiel de la FFHB, Fédération française de handball (consulté le )
  22. « Salle des légendes, Véronique Pecqueux-Rolland », sur Site officiel de la FFHB, Fédération française de handball (consulté le )
  23. « Anne Loaec, raconte-nous ton handball : Son record tient toujours », Hand mag, Fédération française de handball, no 63,‎ (lire en ligne, consulté le )

Articles connexesModifier

Liens externesModifier