Amandine Leynaud

handballeuse française

Amandine Leynaud, née le à Aubenas, est une handballeuse internationale française, évoluant au poste de gardienne de but. Gardienne n°1 de l'équipe de France après l'arrêt de Valérie Nicolas aux JO de 2008, elle est notamment sacrée championne du monde en 2017, d'Europe en 2018 et olympique en 2021 pour sa dernière sélection[2].

Amandine Leynaud
Image illustrative de l’article Amandine Leynaud
Fiche d’identité
Nationalité Française
Naissance (36 ans)
Lieu Aubenas (Ardèche)
Taille 1,78 m
Poste gardienne de but
Surnom(s) Doudou
Situation en club
Club actuel Győri ETO KC
Numéro 12
Parcours junior
Saisons Club
0000-2003 Aubenas
2003-2004 UGAP Bourg-de-Péage
Parcours professionnel *
SaisonsClub M. (B.)
2004-2012 Metz Handball
2012-2013 Oltchim Râmnicu Vâlcea
2013-2018 Vardar Skopje
2018-2022 Győri ETO KC
*Statistiques en compétitions nationales et continentales.
Sélections en équipe nationale
Année(s)Équipe M. (B.)
2005-2021 France 254 (3)[1]
Équipes entraînées
Année(s)Équipe Stat
2020-2022 Győri ETO KC (GB)
2022 Bourg-de-Péage (GB)

En club, elle est révélée au Metz Handball avant de rejoindre deux grands clubs européens, le Vardar Skopje puis le Győri ETO KC, cumulant une vingtaine de titres nationaux.

BiographieModifier

Parcours de joueuseModifier

Amandine Leynaud commence le handball à l'Entente Saint-Étienne Aubenas Handball. Après les championnats de France -18 ans avec l'UGAP Bourg-de-Péage, elle est recrutée à seulement 18 ans par le Metz Handball. Dans le club le plus titré du handball féminin français, elle s'impose rapidement comme la titulaire indiscutable à son poste. Au cours des huit saisons passées en Lorraine, elle remporte six titres de championne de France, sept Coupes de la Ligue et une Coupe de France.

En , elle annonce son départ pour le club roumain d'Oltchim Râmnicu Vâlcea[3]. À peine arrivée dans son nouveau club, elle se blesse sévèrement au genou[4] et se retrouve éloigné des terrains pendant 6 mois, ratant notamment le Championnat d'Europe 2012 en Serbie.

En , du fait de difficultés financières du club roumain, elle fait valoir une clause de son contrat qui lui permet de rompre son engagement[5]. Elle quitte donc Vâlcea sans avoir joué le moindre match officiel et rejoint pour une année le club macédonien du ŽRK Vardar Skopje, club ambitieux mais alors sans joueuse internationale[6]. Le , son club annonce la prolongation de son contrat jusqu'en 2016, tout comme celui de ses compatriotes Allison Pineau et Siraba Dembélé.

Lors de la saison 2018-2019, elle s'engage avec le club hongrois de Györ, vainqueur de la Ligue des champions en 2017[7]. En fin d'année, elle devient championne d'Europe avec l'équipe de France lors de l'Euro de handball organisé en France. Elle partage alors les cages de l'équipe de France avec Laura Glauser.

En , elle remporte le premier titre avec son club de Györ, la coupe de Hongrie[8].

A l'issue de la saison 2019-2020, elle est élue meilleure gardienne de la Ligue des champions et est nommée dans l'équipe all-star pour la première fois de sa carrière[9].

Parcours en équipe de FranceModifier

Sélectionnée en équipe de France pour la première fois en 2005 à seulement 19 ans, elle est peu à peu devenue gardienne de but numéro 1 après la retraite internationale de Valérie Nicolas en 2008. Elle remporte deux médailles d'argent aux championnats du monde, en 2009 puis en 2011.

Elle a également participé aux Jeux olympiques en 2008, en 2012 et en 2016, année où la France décroche une médaille d'argent. Elle est la gardienne titulaire de l'équipe de France qui remporte le championnat du monde 2017, avec une victoire en finale sur la Norvège (23-21) où elle réalise plusieurs arrêts décisifs[10].

Puis elle est sacrée championne olympique avec l'équipe de France lors des Jeux de Tokyo de 2020[11], compétition à l'issue de laquelle elle prend sa retraite internationale.

Vie privéeModifier

Le , elle devient maman, sa femme Annabelle ayant accouché de jumeaux (une fille, Mila, et un garçon, Marcel)[12].

PalmarèsModifier

En clubModifier

compétitions internationales
compétitions nationales

En sélection nationaleModifier

  • 1re sélection le face à l'Allemagne
Jeux olympiques
championnats du monde
championnats d'Europe
championnat d'Europe junior

Distinctions individuellesModifier

DécorationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Fiche d'Amandine Leynaud », sur Site officiel de la FFHB, Fédération française de handball (consulté le )
  2. « JO : Amandine Leynaud, de l'or pour le plus bel au revoir ? », Le Figaro, (consulté le )
  3. « Amandine Leynaud : « Je pars à Valcea » », sur republicain-lorrain.fr (consulté le )
  4. « Grave blessure pour Amandine Leynaud », sur Site officiel EDF féminine (consulté le )
  5. « Leynaud s’engage au Vardar Skopje », sur Handnews.fr, (consulté le )
  6. « L'Entretien du Lundi : Amandine Leynaud : "J’ai donné toute ma vie au handball" », sur femmesdedefis.com (consulté le )
  7. « Transferts (F) - Györ enrôle Leynaud, Kristiansen et Brattset », sur handnews.fr,
  8. « Amandine Leynaud remporte la Coupe de Hongrie avec Györ », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,
  9. a et b « Mayonnade et Leynaud dans l’équipe All-Star », sur HandNews, (consulté le )
  10. Cédric Callier, « Les notes des Bleues : Amandine Leynaud et Allison Pineau sur le toit du monde », sur Sport24, (consulté le )
  11. « Les Bleues remportent leur premier titre olympique en battant la Russie en finale des JO de Tokyo », sur www.lequipe.fr, (consulté le )
  12. « Entretien du Lundi - Amandine Leynaud : « les plus beaux du monde » », sur Site de l'équipe de France féminine de handball, (consulté le )
  13. « La All-Star Team de l'EHF EURO 2018 dévoilée », sur fra2018.ehf-euro.com, Fédération européenne de handball,
  14. a et b « Nuit des Étoiles 2009 », Ligue féminine de handball, (consulté le )
  15. a et b [PDF] « Nuit des Étoiles 2010 », Fédération française de handball (consulté le ), p. 4
  16. Décret du 30 novembre 2016 portant promotion et nomination

Liens externesModifier