Brest Bretagne Handball

club français de handball
Brest Bretagne Handball
Logo du Brest Bretagne Handball
Généralités
Nom complet Brest Bretagne Handball
Surnoms Les rebelles
Noms précédents HBF Arvor 29 (2004-2009)
Arvor 29 - Pays de Brest (2009-2012)
Brest Penn Ar Bed (2012-2014)
Fondation 2004
Couleurs
Salle Brest Arena
(4 077 places)
Siège Brest Arena
140 boulevard de Plymouth, 29200 Brest
Championnat actuel 1re division féminine
Ligue des champions
Président Drapeau : France Gérard et Denis Le Saint
Entraîneur Drapeau : France Laurent Bezeau
Site web brest-bretagnehandball.fr
Palmarès principal
National[1] Championnat de France (1)
Coupe de la Ligue (1)
Coupe de France (2)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe


Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe


Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2020-2021 du Brest Bretagne Handball
0

Dernière mise à jour : 27 juin 2020.

Le Brest Bretagne Handball (couramment abrégé BBH) est un club français de handball , basé à Brest et évoluant en Ligue Féminine, soit le plus haut niveau de compétition français.

Le club est fondé en 2004 sous le nom d'Arvor 29, suite à la fusion du Brest Penn-ar-Bed et de Lesneven-Le Folgoët. Champion de France en 2012, le club est relégué administrativement en troisième division et change de nom pour devenir le HBC Brest Penn ar Bed jusqu'en 2014, date à laquelle il adopte l’appellation Brest Bretagne Handball[2]. En 2016, le BBH devient la première équipe de seconde division à remporter la coupe de France.

Le club comporte également un pôle amateur mixte mais néanmoins spécialisé féminin.

HistoireModifier

Arvor 29 (2004-2012)Modifier

2004-2008 : genèse du club et ascension rapideModifier

Fin 2003 naît l'idée de regrouper deux clubs de Nationale 1, le HBC Brest Penn-ar-Bad et l'entente Lesneven-Le Folgoët HB, afin de développer la pratique du handball féminin de haut-niveau dans le Finistère[3],[4]. Un groupe de travail, réunissant les collectivités et les principaux acteurs du handball, est créé pour réfléchir au projet et répondre aux contraintes techniques[5]. Après accords des différentes instances sportives, l'entente est fondée en juin 2004 sous le nom de HBF Arvor 29, comme association loi de 1901[6],[7]. Les entraînements et les matches se déroulent alternativement à Brest ou à Lesneven[8].

Pour la première saison (2004-2005), l'équipe fanion, en blanc et noir, évolue en Nationale 1 et surclasse ses adversaires[7]. Après une excellente saison (une seule défaite en 22 matches), elle devient championne de France de Nationale 1 et championne de Bretagne[9],[10]. L'objectif d'accéder dès 2005 à la Division 2 étant atteint[7], les dirigeants souhaitent une montée en Division 1 d'ici deux ans car « la D2 est un niveau transitoire risqué sur les plans sportifs, économiques et médiatiques »[11].

La suite est plus difficile. Malgré le renforcement de l'équipe et du staff technique[11], HBF Arvor 29 réalise deux saisons mitigées mais se maintient. Son parcours en Coupe de France est stoppé en 16e de finale d'abord par le Havre AC Handball (19-40)[12], qui remporte le trophée en 2006, puis par CJF Fleury Loiret Handball (19-29)[13], quart de finaliste en 2007. Les Finistériennes restent néanmoins à chaque fois championnes de Bretagne[14],[15]. À l'issue de la saison 2006-2007, marquée par le changement de président et d’entraîneur[16], la structure sous forme d'entente est reconduite[17].

HBF Arvor 29 entame la saison 2007-2008 avec un collectif renouvelé, avec « des qualités explosives » et capable de « proposer plusieurs types de jeu »[18]. Au terme d'une lutte acharnée avec Toulon Saint-Cyr Var Handball et ESC Yutz, l'équipe termine à la première place du championnat[19]. Pendant près de deux mois, la montée dans l'élite est mise en suspens en raison du poids de la dette et d'un budget incomplet[20]. Une souscription volontaire est même organisée pour trouver l'argent manquant[21]. La décision est finalement validée début juillet[22].

2008-2012 : premiers faits d'armes en division 1Modifier

En 2008, l'entente est finalement abandonnée pour créer le club Arvor 29[20]. Accédant à la première division française pour la première fois de son histoire, l'équipe se professionnalise et recrute notamment l'internationale Véronique Démonière[22],[23].

La première saison dans l'élite est compliquée pour l'Arvor qui ne remporte que deux de ses vingt matches disputés et termine à la onzième et dernière place du classement. Toutefois, profitant des relégations administratives d'Issy-les-Moulineaux et de Besançon, le club est repêché et se maintient en première division[24]. À l'été 2009, la structure change de nom et devient l'Arvor 29-Pays de Brest ; elle est composée d'un club professionnel et d'une section amateur après avoir absorbé Brest Penn-ar-Bad[24]. Cette même année, Thierry Guégan, entraîneur depuis 2006, laisse sa place à Laurent Bezeau, qui « vise l'Europe d'ici trois-quatre ans »[25].

Pour éviter le même scénario catastrophe de l'année passée, l'équipe enregistre l'arrivée de jeunes joueuses prometteuses (Awa Diop, Marie Prudhomme) et d'internationales (Szabina Tápai, Mayssa Pessoa, Julija Nikolić, Aurèle Itoua-Atsono) pour la saison 2009-2010[26]. Les Finistériennes terminent à la septième place du classement et se maintiennent, invaincues lors des playdowns[27]. Le club place quatre joueuses dans les Top 10 de la saison régulière : deux buteuses (Julija Nikolić, 3e ; Aurèle Itoua-Atsono, 10e), une passeuse (Aurèle Itoua-Atsono, 3e) et une gardienne (Mayssa Pessoa, 3e)[28].

Ce n'est que la saison suivante que l'équipe réalise ses premières performances sportives sur la scène nationale, avec Alexandra Lacrabère, Biljana Filipović, Maëva Guillerme, Monika Stachowska et Nicky Houba, arrivées en 2010[28]. Les Bretonnes échouent tout d'abord en finale de la coupe de la Ligue contre Metz Handball (29-27) au Parc des expositions de Penfeld à Brest, après avoir notamment écraséesToulon Saint-Cyr, champion de France en titre, en demi-finale (35-26)[29]. Les Toulonnaises prennent toutefois leur revanche quelques mois plus tard en éliminant les Finistériennes en demi-finale de la coupe de France (24-26)[30]. En championnat, avec un bilan de quinze victoires, trois nuls et deux défaites, l'Arvor 29 termine vice-champion de France derrière Metz Handball qui remporte son dix-septième titre. Quatre joueuses de l'Arvor 29 sont distinguées lors de la Nuit des Étoiles 2011[29]. Le club est cependant privé de Coupe de l'EHF en 2011 en raison de problèmes financiers[31].

La saison 2011-2012 est dans la continuité de la précédente. Le club remporte le premier titre majeur de sa jeune histoire le en dominant Mios-Biganos en finale de la coupe de la Ligue aux Docks Océane du Havre. En championnat, des playoffs à l'issue de la saison régulière sont instaurés, devant désigner le champion de France et attribuer les places pour les compétitions européennes. Vainqueur de Mios-Biganos en quarts de finale, l'Arvor 29, troisième de la saison régulière, domine Metz lors de la demi-finale aller (32-18), assez largement pour se qualifier en finale malgré la lourde défaite au match retour aux Arènes de Metz (13-23). En finale, sans l'avantage du terrain, les Finistériennes dominent par deux fois Issy Paris, premier de la saison régulière, 23 à 16 à Lesneven puis 28 à 25 à Issy-les-Moulineaux, glanant ainsi le premier titre de champion de France de l'histoire du club. Les distinctions individuelles de fin de saison pour les bretonnes sont multiples : Alexandra Lacrabère est désignée meilleure joueuse du championnat, meilleure arrière droite et meilleure buteuse avec 125 réalisations en dix-huit matches, Cléopâtre Darleux est élue meilleure gardienne, Julija Nikolić meilleure demi-centre, Julie Goiorani meilleure pivot et Laurent Bezeau meilleur entraîneur pour la deuxième fois consécutive.

Été 2012 : la descente aux enfersModifier

Après avoir remporté le match aller de la finale des playoffs contre Issy Paris[32] et deux jours avant le match retour, l'Arvor 29 apprend sa relégation en division 2 et son interdiction de participer à la ligue des Champions 2012-2013 pour raisons financières[33].

Cette décision est confirmée une première fois le 6 juin par la FFHB malgré la création d'une SASP avec le Stade brestois 29 dont la solidité financière n'a pas pu être prouvée[34] et est validée définitivement le 21 juin par le CNOSF[35].

La participation du Stade brestois 29 dans le plan de reprise du club est finalement abandonnée et, fin juin 2012, le club annonce déposer le bilan avec plus de 800 000 euros de dettes[36]. Une nouvelle entité est créée sous le nom de Brest Penn-Ar-Bed.

Brest Bretagne Handball (depuis 2012)Modifier

2012-2014 : la reconstructionModifier

En 2012-2013, le club devient le Brest Penn Ar Bed et prend part au championnat de France de Nationale 1. Deuxième de son groupe derrière Aunis HB La Rochelle-Périgny, le club manque de peu la montée en 2e division.

A l'intersaison Laurent Bezeau prend de nouveau place sur le banc brestois après l'avoir quitté à l'été 2012. Le club remporte le titre de champion de Nationale 1 sans concéder la moindre défaite (20 victoires et 2 matchs nuls) et est ainsi promu en deuxième division.

2014-2016 : l'antichambre et la première coupe de FranceModifier

La saison 2014-2015 voit le retour du club en Division 2. Cette saison est marquée par l'inauguration de la Brest Arena (4 077 places), qui avec 3 300 spectateurs de moyenne connait l'une des plus grosses affluences d'Europe. Le club, avec un bilan de seize victoires, deux nuls et quatre défaites, termine second du championnat derrière l'ES Besançon, mais n'accède pas à la première division.

La saison 2015-2016 du Brest Bretagne Handball est le premier fait d'armes du club sous sa nouvelle appellation. Au sortir d'un été marqué, entre autres, par la signature de l'internationale espagnole Marta Mangué pour deux saisons[37], le BBH affirme ses ambitions de retrouver l'élite du championnat français. Avec vingt victoires en vingt-deux rencontres de championnat et seulement deux matches nuls contre Chambray, le BBH remporte le titre de seconde division pour la seconde fois de son histoire, après le succès de l'Arvor 29 en 2008, et est ainsi promu en Ligue Féminine quatre ans après sa relégation administrative[38]. Marta Mangué est élue meilleure joueuse de la compétition. Parallèlement, Brest remporte également la coupe de France et devient ainsi, non seulement la première équipe de seconde division de l'histoire de la compétition à atteindre la finale, mais également la première à remporter le trophée et à s'imposer en finale par neuf buts d'écarts ou plus. Entrées en lice au troisième tour de la compétition, les brestoises éliminent trois formations de Ligue féminine : Fleury en huitième de finale (28-26), pourtant champion de France en titre, Metz Handball en demi-finale (21-18), futur champion de France, et enfin Toulon Saint-Cyr en finale à l'AccorHotels Arena (25-16). En vingt-neuf rencontres disputées toutes compétitions confondues, Brest ne concède que deux matchs nuls en division 2 et remporte ses vingt-sept autres matches, un record. A cheval sur la saison 2014-2015, Brest établit une série d'invincibilité de trente-sept rencontres officielles consécutives entre le et le , date du premier match et de la première défaite du club en première division[39].

2016-2017 : les premières joutes européennesModifier

 
Une partie de l'équipe 2016-2017 en compagnie du maire de Brest François Cuillandre et du ministre des sports Patrick Kanner.

Vainqueur de la coupe de France 2016, le BBH participe pour la toute première fois à une compétition européenne, la Coupe de l'EHF[40]. Brest passe les trois tours de qualification puis termine à la deuxième place du groupe B derrière le Kouban Krasnodar avant d'être éliminé en quart de finale par les russes de Rostov-Don, futures vainqueurs de la compétition.

Dans le cadre du championnat de France de première division, Brest termine la saison régulière à la troisième place sur onze clubs engagés. A trois jours des playoffs, le club est éliminé en demi-finale de la coupe de France par Issy Paris, trophée dont il était le tenant du titre. Brest prend sa revanche sur le club francilien quelques jours plus tard en demi-finale des playoffs mais s'incline en finale contre le Metz et remporte le titre honorifique de vice-championn de France.

2017-2018 : les débuts en Ligue des championsModifier

Supposé jouer la coupe de l'EHF, Brest voit sa demande de wild-card pour la saison 2017-2018 de Ligue des Champions acceptée. Versé dans le groupe B, le BBH perd les six rencontres du premier tour et est reversé en coupe de l'EHF, avant d'être éliminé pour la deuxième saison consécutive en quart de finale par les norvégiennes de Vipers Kristiansand.

En France, Brest accroche la deuxième place de la saison régulière et s'incline pour la deuxième fois consécutive en finale contre Metz (25*-29, 26-24*). A titre anecdotique, Brest remporte le match retour aux Arènes de Metz et est la première équipe à s'imposer dans cette salle depuis le (soit 35 matches). Individuellement, Cléopâtre Darleux est élue meilleure gardienne et meilleure joueuse du championnat de France. Allison Pineau, Pauline Coatanea et Laurent Bezeau sont également récompensés.

L'unique titre de la saison du BBH est la coupe de France remportée contre Toulon Saint-Cyr (30-21). Le parcours des brestoises est marqué par le succès aux tirs au but et les 25 arrêts de Cléopâtre Darleux contre Metz en demi-finale (19-19, 4-3 t. a. b.) mais également par le déplacement de 1 500 à 2 000 supporters à l'AccorHotels Arena lors de la finale.

2018-2019 : une saison turbulenteModifier

Résultats sportifsModifier

PalmarèsModifier

CollectifModifier

Palmarès officiel de l'équipe première féminine de Brest Bretagne Handball
Compétitions internationales Championnats nationaux Coupes nationales

Récompenses individuellesModifier

Récompenses individuelles et collectives du Brest Bretagne Handball
Championnat de France Coupes d'Europe



Bilan saison par saisonModifier

Saison Div. Saison régulière Playoffs Coupe de France Coupe de la Ligue Coupes d'Europe Entraîneur
2004-2005 3 Nationale 1 1er 21 - 0 - 1 Champion Ne participe pas - -   Pierre-Yves Bouchon
2005-2006 2 Division 2 9e 8 - 3 - 11 - 16e de finale - -
2006-2007 2 Division 2 8e 9 - 3 - 10 - 16e de finale - -   Thierry Guégan
2007-2008 2 Division 2 1er 16 - 3 - 3 - Pas de compétition - -
2008-2009 1 Division 1 11e* 2 - 2 - 16 - 8e de finale 1er tour -
2009-2010 1 Division 1 9e 5 - 0 - 13 Playdowns : 1er 8e de finale Quart de finale -   Laurent Bezeau
2010-2011 1 Division 1 2e 15 - 3 - 2 - Demi-finale Finaliste -
2011-2012 1 Division 1 3e 13 - 1 - 4 Champion Demi-finale Vainqueur -
Relégation administrative
2012-2013 3 Nationale 1 2e 14 - 1 - 4 - 4e tour - -   Damien Nédélec
  Cathy Colleter[42]
2013-2014 3 Nationale 1 1er 20 - 2 - 0 - 8e de finale - -   Laurent Bezeau
2014-2015 2 Division 2 2e 16 - 2 - 4 - Quart de finale - -
2015-2016 2 Division 2 1er 20 - 2 - 0 - Vainqueur - -
2016-2017 1 Division 1 3e 13 - 0 - 7 Finaliste Demi-finale Compétition
supprimée
2 Coupe de l'EHF : quart de finale
2017-2018 1 Division 1 2e 15 - 3 - 4 Finaliste Vainqueur 1 Ligue des champions : phase de groupes
2 Coupe de l'EHF : quart de finale
2018-2019 1 Division 1 2e 18 - 1 - 3 3e place Finaliste 1 Ligue des champions : tour principal
2019-2020 1 Division 1 1er** 15 - 2 - 2** Non disputés** Demi-finale** 1 Ligue des champions : quart de finale**
2020-2021 1 Division 1 - - 1 Ligue des champions

Légende : * : repêché, 1 à 3 : échelon de la compétition, ** : compétition arrêtée en raison de la pandémie de maladie à coronavirus de 2019-2020

Résultats et parcours en coupes d'EuropeModifier

Compétition Saisons MJ Vic. Nuls Déf. Premier match Plus large victoire Plus large défaite Meilleure performance
Ligue des
champions
3 30 12 4 14
à   Rostov, D 24-26
37 – 24 (+13)
vs.   Vâlcea, le
26 – 39 (-13)
à   Metz, le
Quart de finale
(2020)
Coupe de l'EHF 2 22 14 2 6
vs.   Madère, V 30-16
35 – 16 (+19)
à   Leipzig, le
19 – 28 (-9)
à   Rostov, le
Quart de finale
(2017 et 2018)
Global 4 52 26 6 20

InfrastructuresModifier

 
Spectateurs à la Brest Arena.

SalleModifier

Jusqu'en 2012, l'Arvor 29 évolue à Lesneven dans la salle Kerjezequel, dotée de 866 places assises[43], soit l'une des plus petites capacités de la ligue lorsque le club remporte le titre de champion de France en 2012. Après avoir successivement investi le gymnase Jean Guéguéniat et la salle Marcel-Cerdan à Brest, l'équipe première évolue à partir de la saison 2014-2015 dans la Brest Arena, une salle d'une capacité de 4 077 places. L'enceinte dans sa configuration handball est inaugurée le 27 septembre 2014 lors de la quatrième journée du championnat de France de seconde division contre le Mérignac Handball, devant près de 4 000 spectateurs, établissant jusqu'alors le record d'affluence pour un match de seconde division[44].

Lors de la saison 2016-2017, le Brest Bretagne Handball présente la meilleure affluence moyenne et le record d'affluence des matches de groupe de la Coupe de l'EHF avec 3 630 spectateurs de moyenne dont 4 077 contre le Kouban Krasnodar[45], ainsi que la meilleure affluence moyenne du championnat de France avec 3 642 spectateurs par match[46].

Cet engouement est récompensé à trois reprises entre 2017 et 2019 par le titre non-officiel de meilleur public de France décerné par la Ligue Féminine de Handball[47].

Centre de formationModifier

À la fin de la saison 2006-2007, la direction annonce la création d'un centre de formation dès la saison suivante, en complément du pôle espoirs de Brest[17],[48]. Dirigé par Jean-Luc Béghin, le centre voit le jour en septembre 2007 et accueille six joueuses. Il est labellisé deux mois plus tard[49].

Personnalités liées au clubModifier

Entraîneurs, présidents et capitaines successifsModifier

Joueuses emblématiquesModifier

Voici une liste non-exhaustive de joueuses ayant marqué l'histoire de l'Arvor 29 et du Brest Bretagne Handball :

Effectif actuelModifier

Effectif de la saison 2020-2021 (au )
Joueuses Encadrement technique
No  P. Nat. Nom Date de naissance Taille Sélection Au club depuis
Gardiennes de but
01 GB   Quiniou, AgatheAgathe Quiniou 7 300  (19 ans) 1,78 m   France junior centre de formation
16 GB   Darleux, CléopâtreCléopâtre Darleux 11 440  (31 ans) 1,76 m   France 2016
89 GB   Toft, SandraSandra Toft 11 331  (31 ans) 1,76 m   Danemark 2019
Ailières
03 ALD   Toublanc, AliciaAlicia Toublanc 8 942  (24 ans) 1,68 m   France junior centre de formation
55 ALD   Coatanea, PaulinePauline Coatanea 9 974  (27 ans) 1,65 m   France 2017
02 ALG   Mauny, ConstanceConstance Mauny 7 984  (21 ans) 1,72 m   France 2018
11 ALG   Lagathu, AmandineAmandine Lagathu 7 929  (21 ans) 1,68 m - centre de formation
10 ALG   Lassource, CoralieCoralie Lassource   10 282  (28 ans) 1,70 m   France 2019
Arrières
06 ARD   Gros, AnaAna Gros 10 871  (29 ans) 1,86 m   Slovénie 2018
08 ARD   Kobylińska, MonikaMonika Kobylińska 9 332  (25 ans) 1,78 m   Pologne 2019
15 ARG   Niakaté, KalidiatouKalidiatou Niakaté 9 357  (25 ans) 1,77 m   France 2019
NA ARG   Jauković, ĐurđinaĐurđina Jauković 8 645  (23 ans) 1,86 m   Monténégro 2020
NA ARG   Løseth, TonjeTonje Løseth 10 891  (29 ans) 1,83 m - 2020
Demi-centre
04 DC   Tissier, AmandineAmandine Tissier 9 908  (27 ans) 1,79 m 2015
09 DC   Gulldén, IsabelleIsabelle Gulldén 11 442  (31 ans) 1,77 m   Suède 2018
NA DC   Catani, LaurèneLaurène Catani 10 794  (29 ans) 1,66 m - 2020
Pivots
20 P   Pop-Lazić, SlađanaSlađana Pop-Lazić 11 780  (32 ans) 1,78 m   Serbie 2017
22 P   Foppa, PaulettaPauletta Foppa 7 248  (19 ans) 1,77 m   France 2018
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
  •   Romain Corre
  •   Mathieu Kreiss (entraîneur des gardiennes)
  •   Damien Nédélec
Préparateur(s) physique(s)
  •   Tanguy Favé
  •   Fabien Renouf

Autres membres


Légende
  • P. : Poste
  • Nat. : Nationalité
  •   : Capitaine
  •   : Joueuse prêtée par un autre club
  •   : Joueuse au centre de formation
———

Dernière mise à jour : 1er septembre 2019  

Autre équipeModifier

Équipe réserveModifier

À la création de HBF Arvor 29 en 2004, une équipe réserve, tenue bleue et verte, joue en Nationale 3[7]. Entraînée par Jean-François Cillard, elle accède au Nationale 2 après une saison excellente mais inattendue[58]. L'aventure ne dure qu'une année et les Finistériennes redescendent en 2006 au niveau inférieur[59]. Pendant deux ans, l'équipe rate de peu la montée mais elle revient en 2009 en Nationale 2 au terme d'une saison exceptionnelle (22 victoires en autant de matches en championnat et une coupe de Bretagne)[60],[61]. Malgré cette réussite, l'entraîneur Jean-François Cillard n'est pas reconduit pour des raisons d'orientation. Le président Philippe Manach souhaite en effet que « cette équipe soit plus un groupe espoirs qu'une réserve, avec tout ce que cela connote. La N2 doit servir de tremplin à nos jeunes pour accéder à la D1. »[62]. Avec une performance trop inégale, les Finistériennes de Luc Laurencery, le nouvel entraîneur, terminent à un point du premier non relégable. Clarisse Opondzo, alors joueuse de l'équipe réserve, est nommée entraîneuse et vise pour la saison 2010-2011 le maintien en Nationale 3 avec un collectif « en pleine reconstruction »[63]. L'équipe termine finalement première de sa poule et accède à la Nationale 2 avec Damien Nédélec comme entraîneur[64],[65].

Culture populaireModifier

SupportersModifier

L'association « Les Supporters du Bout du Monde » soutient le Brest Bretagne Handball à domicile et en déplacement. Lors des matches à domicile à la Brest Arena, ils prennent place derrière le but dans la tribune dénommée "S3M Sécurité".

AffluenceModifier


Moyenne de spectateurs par saison en championnat de France
Saison 2008-2009 2009-2010 2010-2011 2011-2012 2012-2013 2013-2014 2014-2015 2015-2016 2016-2017 2017-2018 2018-2019 2019-2020
Division D1 N1 D2 D1
Affluence 980[29] 916[66] 975[67] - - - - - 3 642[46] 3 639[68] 3 762[68]
Remplissage 98 % 91,6 % 97,5 % - - - - - 89,3 % 90,0 % 92,3 %


Moyenne de spectateurs par saison en coupe d'Europe
Saison 2016-2017 2017-2018 2018-2019 2019-2020
Compétition Coupe EHF LDC et EHF LDC
Affluence 3 748 3 361 3 447
Remplissage 91,9 % 82,4 % 84,6 %

Relations avec les médiasModifier

Logos successifsModifier


Notes et référencesModifier

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. « Handball : le HBC Brest Penn ar Bed n'est plus ! », sur www.cotebrest.fr,
  3. « Histoire du Club » [archive], sur arvor29-paysdebrest.com (consulté le 4 janvier 2020)
  4. « Le HBF Arvor 29 du hand féminin de haut niveau », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  5. « Regroupement des joueuses de Brest et de Lesneven-Le Folgoët. », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  6. « Création de HBF.Arvor.29 », sur journal-officiel.gouv.fr, (consulté le 4 janvier 2020)
  7. a b c et d « Handball : coopérer pour la performance », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  8. « Le HBF Arvor 29 lance une équipe en Nationale 3 », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  9. « n1f. L'Arvor 29 devient champion de france en battant Plan-de-Cuques (37-28) Cerise sur le gâteau », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  10. « COUPE DE BRETAGNE FEMMES (FINALE). ARVOR 29 (N1) - LANESTER (PN) : 39-29 Arvor 29 achève sa razzia », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  11. a et b « ARVOR 29 (D2 FÉMININE) Objectif : la D1 d'ici deux ans », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  12. « COUPE DE FRANCE FÉMININE (16 e s DE FINALE). ARVOR 29 (D2) - LE HAVRE (D1) : 19-40 Trop fort pour l'Arvor », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  13. « Arvor 29 - Fleury-les-Aubrais : 19-29. Un mur, Fleury », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  14. « Handball féminin : l'Arvor remporte la coupe de Bretagne », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  15. « FINALE DE LA COUPE DE BRETAGNE FÉMININE HBF ARVOR 29 (D2) - HB LANESTER (N3) : 43-21 Arvor 29 sans souci », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  16. « D2F. HBF ARVOR 29 Pas de précipitation », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  17. a et b « DIVISION 2 ET NATIONALE 3 FÉMININE L'entente Arvor 29 repart pour une saison », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  18. « D2F. HBF ARVOR 29 Un collectif à former », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  19. « D2F. Celles-sur-Belle - Arvor 29 : 19-28 Elles l'ont fait ! », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  20. a et b « Division 2 féminine Arvor 29 : D2 ou LFH ? », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  21. « Souscriptions Arvor 29 en D1 Les Sud-Finistériens au soutien », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  22. a et b « Arvor 29. Enfin en D1 ! », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  23. « L'internationale française jouera à Arvor 29 Demonière : « J'avais envie de participer à cet élan » », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  24. a et b « Le club nord-finistérien repêché parmi l'élite féminine Arvor 29 jouera bien en D1 », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  25. « D1F. Arvor 29 Laurent Bezeau : «Viser l'Europe d'ici trois ans» », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  26. « Division 1 féminine. Arvor 29-Pays de Brest Lutter pour se sauver », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  27. « D1F (Play-downs). Arvor 29 - Angoulême(30-21) Un bilan constructif », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  28. a et b Fédération française de handball, Média guide 2010-2011, 63 p. (lire en ligne), p. 16.
  29. a b et c Ligue féminine de handball, Rapport d'activité 2010-2011, 12 p. (lire en ligne).
  30. « Coupe de France (demi-finale) . Arvor 29 - Toulon : 24-26. L'Arvor trop crispé par l'enjeu », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  31. « Division 1 féminine. L'Arvor toujours interdit de coupe d'Europe », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  32. « Finale : Arvor 29 - Issy-Paris : 23-16 », sur letelegramme.fr, (consulté le 26 août 2019)/
  33. « LFH - L'Arvor 29 rétrogradé en 2e division », sur letelegramme.fr, (consulté le 26 août 2019)/
  34. « LFH - Les filles de l'Arvor rétrogradées », sur handnews.fr, (consulté le 26 août 2019)
  35. « LFH - L'Arvor 29 relégué en 2ème division », sur handnews.fr, (consulté le 26 août 2019)
  36. « LFH - Arvor 29 vers le dépôt de bilan », sur handnews.fr, (consulté le 26 août 2019)
  37. « Marta Mangué signe deux ans à Brest », sur lequipe.fr, L'Équipe,
  38. « Brest, champion incontesté en deuxième division », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,
  39. Pierre Manjot, « LFH : Nice gâche la fête à Brest », sur handzone.net, (consulté le 8 octobre 2016)
  40. « Breizh Power ! », sur handnews.fr, (consulté le 12 mai 2017)
  41. Titre décerné à deux joueuses à l'époque : récompensé avec Siraba Dembélé
  42. a b et c « Brest PAB. Cathy Colleter remplace Damien Nédélec », (consulté le 26 août 2019)
  43. « Espace multifonction de Kerjezequel », sur sportenfrance.fr (consulté le 7 mai 2017)
  44. Philippe Riou, « Un nouveau record d’affluence en Bretagne ! », sur handzone.net, (consulté le 7 mai 2017)
  45. (en) « 4 nations, 1 former winner still in women's EHF Cup », sur europeancup.eurohandball.com, (consulté le 30 avril 2017)
  46. a et b « LFH – DES AFFLUENCES EN HAUSSE LORS DE LA SAISON 2016-17 », sur handlfh.org, (consulté le 6 janvier 2020).
  47. « All-Star LFH - Les lauréates de la saison 2016-17 », sur handlfh.org, (consulté le 1er septembre 2017)
  48. « Centre de formation : en bonne voie », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  49. « Le centre d'entraînement aura son label dimanche », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  50. a et b « N1F. HBF Arvor 29 - Porte Normande : 36-27 Le leader continue », sur letelegramme.fr, (consulté le 26 août 2019)
  51. a b c et d « Division 2 et Nationale 3 Féminine. Arvor 29 a repris l'entraâinement. Objectifs : maintien et montée », sur letelegramme.fr, (consulté le 26 août 2019)
  52. a et b « Handball : Thierry Guégan : « Un petit pincement au coeur... » », (consulté le 26 août 2019)
  53. « N1F. Brest Penn-Ar-Bed. Ambitieux... déjà ! », (consulté le 26 août 2019)
  54. « N1F. Arvor 29 - Toulouse : 35-21. L'Arvor 29 au top », sur letelegramme.fr, (consulté le 26 août 2019)
  55. « D1. Metz - Arvor (36-20) Bosser, encore et toujours », sur letelegramme.fr, (consulté le 26 août 2019)
  56. « D1F. Arvor 29-Pays de Brest - Mios Biganos, ce soir (20h30) Une première dans l'inconnu », sur letelegramme.fr, (consulté le 26 août 2019)
  57. Pierre Le Gall, « Le tour d'honneur de Gladys Boudan », sur ouest-france.fr, (consulté le 26 août 2019)
  58. « N2F. ARVOR 29 B La réserve monte d'un cran », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  59. « DIVISION 2 ET NATIONALE 3 FÉMININE. ARVOR 29 A REPRIS L'ENTRAÎNEMENT Objectifs : maintien et montée », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  60. « N3F. Arvor 29 monte en Nationale 2 L'Arvor récolte les fruits de son travail », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  61. « Coupe de Bretagne féminine à Plouagat Brest conserve son titre », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  62. « Handball : N2F : Luc Laurencery remplace Jean-François Cillard à l'Arvor », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  63. « N3F/ Arvor 29 (B). Une année de transition », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  64. « N3F/ Arvor 29 - Joué-lès-Tours, annulé. », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  65. « N2F/ Arvor 29 (B) - Issy (29-16). Une victoire encourageante », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  66. Ligue féminine de handball, Rapport d'activité 2009-2010, 12 p. (lire en ligne).
  67. Ligue féminine de handball, Rapport d'activité 2010-2011, 12 p. (lire en ligne)
  68. a et b « Affluences – Ligue Féminine de Handball », sur surlatouche.fr, (consulté le 15 février 2020)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :