Jean-Paul Martinet
Image illustrative de l’article Jean-Paul Martinet
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance (71 ans)
Lieu Saint-Germain-en-Laye
Taille 1,84 m (6 0)[1]
Poste ailier
Surnom(s) Paulo
Parcours junior
Saisons Club
196x-1969 ASE Vernouillet
1969-1971 ÉS Colombes
Parcours professionnel *
SaisonsClub M. (B.)
1971-1976 ÉS Colombes
1973 Bataillon de Joinville
1976-1980 Stella Saint-Maur
*Statistiques en compétitions nationales et continentales.
Sélections en équipe nationale
Année(s)Équipe M. (B.)
1974-1981 Équipe de France 70 (?)[2]
Équipes entraînées
Année(s)Équipe Com.
1979-1980 Stella Saint-Maur masculin
1981-04/1986 Stade français féminin
1981-12/1986 Équipe de France féminin
1987-1991 USAM Nîmes 30 masculin
1992-1994 USAM Nîmes 30 masculin
1996-1998 AL Bouillargues féminin

Jean-Paul Martinet, né le à Saint-Germain-en-Laye[réf. nécessaire], est un ancien joueur international français de handball. Reconverti entraîneur, il remporte sept titres de Champion de France entre 1980 et 1994. Il a également occupé le poste de sélectionneur de l'Équipe de France féminine entre 1981 et 1986.

Biographie modifier

Jean-Paul Martinet grandit puis s'éveille au handball à Vernouillet[3],[4]. En 1969, il signe à l'Étoile sportive colombienne et connaît sa première sélection en équipe de France junior[4]. En 1974, à l'occasion d'un France-Autriche, il connait la première de ses 70 sélections équipe de France A[2]. En 1976, après avoir remporté la finale de Nationale II avec Colombes face à Nîmes, il rejoint la Stella Saint-Maur avec, à la clé, trois titres (1978, 1979, 1980) dont un (1980) comme entraîneur-joueur[4].

Le , Jean-Paul Martinet est nommé entraîneur national et depuis 1981, il est officiellement entraîneur de l'équipe de France féminine[4]. Parallèlement, il est l'entraîneur des féminines du Stade français avec lequel il remporte le Championnat de France de Nationale II en 1983 puis le Championnat de France dès sa première saison en 1984[4]. En 1986, il quitte le Stade français à Pâques[5], ce qui n'empêche pas le club de remporter le titre de Champion de France puis la Coupe de France. Il se consacre alors uniquement à l'équipe de France féminine mais la quitte après l'échec au Championnat du monde 1986 où la crise survenue au sein d'une équipe de France les a conduites à une quinzième et avant-dernière place[6].

En juin 1987, les dirigeants de l'USAM Nîmes, à la recherche d'un entraîneur de haut niveau, sollicitent Jean-Paul Martinet... qui est en contact avec d'autres clubs mais choisit finalement Nîmes[4]. Il en fait le meilleur club du tournant des années 1990 avec 4 titres de champion de France (1988, 1990, 1991 et 1993), une coupe de France (1994) et une 3e place en de Ligue des champions en 1994. Mais au terme de la saison, le club est rétrogradé en deuxième division et placé en liquidation judiciaire car criblé de dettes.

Martinet rebondit ensuite en entrainant le club féminin de l'AL Bouillargues de 1996[7] à fin 1998[3].

Palmarès modifier

Joueur modifier

Entraîneur de club modifier

Notes et références modifier

  1. « L'équipe du BJ », Hand-ball : bulletin fédéral n°91, Fédération française de handball, (consulté le ), p. 26
  2. a et b « Liste des internationaux français jusqu'en 2002 » (consulté le )
  3. a et b « Fiche de Jean-Paul Martinet », sur Copains d'avant (consulté le )
  4. a b c d e et f « Martinet : « Mon bonheur ? Intense, mais pas excessif » », Hand-ball : bulletin fédéral, Fédération française de handball, no 234,‎ , p. 11 (lire en ligne, consulté le )
  5. « Présentation de la saison 86/87 », Hand-ball : bulletin fédéral, Fédération française de handball, no 222,‎ , p. 19 (lire en ligne, consulté le )
  6. « Les raisons d'une crise... ou comment la juguler », Hand-ball : bulletin fédéral, Fédération française de handball, no 225,‎ , p. 39 à 44 (lire en ligne, consulté le )
  7. « Bouillargues : l'invité surprise », Hand mag, Fédération française de handball, no 16,‎ , p. 22 (lire en ligne, consulté le )