Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Suard.
Pierre Suard
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités

Pierre Suard, né le 9 novembre 1934 à Lons-le-Saunier, est un ingénieur, haut fonctionnaire français, dirigeant de sociétés nationales. Ancien élève de l'École polytechnique (X54) et de l'ENPC.

Sommaire

CarrièreModifier

Polytechnicien et membre du corps des Ponts-et-chaussées, Suard entre en 1973 à la Compagnie Générale d’Électricité. Après avoir été PDG de la filiale Les Câbles de Lyon qu'il porta en 3 années de la 5e à la 1re place mondiale. En 1986, il est nommé comme PDG du groupe par le Premier ministre Édouard Balladur pour privatiser la CGE, qui devient en 1991 Alcatel Alsthom puis en 1998 Alcatel.

C'est sous son impulsion que seront développés les premiers centraux téléphoniques numériques, que l'activité des câbles de fibres optiques sera développée et qu'ITT sera rachetée. Il aura transformé une compagnie française, surtout renommée pour ses bonnes relations avec l'administration, en une société internationale en suivant une logique industrielle.

En 1993, il obtient le contrat du TGV en Corée, s'impose comme numéro un mondial du câble et des télécoms et s'intéresse aux médias, en contrôlant notamment Le Point et L'Express.

Poursuites judiciairesModifier

Le 4 juillet 1994, Jean-Marie d'Huy, juge d'instruction auprès du Tribunal de grande instance d'Evry, met Pierre Suard en examen pour un prétendu "abus de biens sociaux" pour avoir, craignant d'être pris pour cible par les terroristes d'Action directe, fait installer par des filiales de construction de son groupe pour 3 millions de francs de systèmes de sécurité dans ses logements successifs.

Le 10 mars 1995, sur les accusations de Denis Gazeau, ancien cadre d’Alcatel licencié pour « incompétence », le juge le met en examen pour « recel d’escroquerie » dans une affaire de « surfacturation » pour un montant de 6,75 millions de francs, au détriment de France Télécom, son principal client.

Il le place sous contrôle judiciaire, ce qui lui interdit de continuer à diriger le groupe, qu'il est obligé de quitter en juin. Serge Tchuruk lui succède ; Pierre Suard l'accusera de l'avoir poussé vers la porte et d'avoir précipité la prise en compte de certaines provisions pour déconsidérer sa gestion, et obtenir par la suite des résultats comptables artificiellement améliorés. Quoi qu'il en soit, l'interdiction d'exercer du juge fait immédiatement perdre à l'entreprise 4 % de sa valeur en Bourse : elle inflige donc à ses actionnaires une perte infiniment plus importante que les 3 millions qui étaient des dépenses de sécurité (engagées à la demande du Ministre de la Police de 1986, à la suite de l'assassinat de George Besse et d'attentats contre d'autres dirigeants) que le juge accuse le dirigeant de l'entreprise de les avoir "spoliés".

Le 6 mai 1997, Pierre Suard est condamné en première instance à trois ans de prison avec sursis et à deux millions de francs d’amende par le Tribunal correctionnel d'Evry[1].

Non-lieux pour toutes les chargesModifier

Le 4 juin 2006, il bénéficie d'un non-lieu devant le Tribunal d'Evry, pour les surfacturations au détriment de France Télécom[2],[3].

Défendu en appel par MM° Jean-Denis Bredin et Eric Dezeuze, il bénéficie en mars 2008 d'un deuxième non-lieu, au titre du prétendu abus de biens sociaux.

Sans plus d'explications, la Cour d'Appel de Versailles a ordonné la réhabilitation de Pierre Suard, le 4 novembre 2009[réf. nécessaire].

PublicationsModifier

Pierre Suard a publié en février 2002 L'envol saboté d'Alcatel-Alsthom aux éditions France-Empire.

Pierre Suard a publié, en octobre 2009, EN TOUTE IMPUNITE La scandaleuse destruction d’Alcatel Alsthom, (ISBN 9782748044829), à la Société des Ecrivains.

L'action du juge d'instruction est décrite en détail dans ces ouvrages publiés par l'ancien mis en examen: il appartient aux lecteurs d'apprécier s'il s'agit d'ouvrages à charge ou de témoignages sur les méthodes de certains juges. Le contenu de ces livres n'a en tout cas, à fin 2017, fait l'objet d'aucune contestation publique ou judiciaire de la part du juge d'Huy.

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Pierre Suard condamné à trois ans de prison avec sursis pour abus de biens sociaux », sur lesechos.fr (consulté le 13 mars 2019)
  2. « Non-lieu pour l`ex-PDGd`Alcatel Pierre Suard », sur Challenges (consulté le 6 décembre 2018)
  3. « Après 12 ans d'instruction, l'ex-PDG d'Alcatel Alsthom, Pierre Suard, bénéficie d'un non-lieu », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 6 décembre 2018)