Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Jean Amadou

chansonnier, romancier
Jean Amadou
Description de l'image defaut.svg.
Nom de naissance Marius Amadou
Naissance
Lons-le-Saunier (Jura)
Décès (à 82 ans)
Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine)
Nationalité Drapeau : France Française
Pays de résidence France
Profession

Jean Amadou est un humoriste, journaliste et écrivain français, né le à Lons-le-Saunier (Jura) et mort le à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine)[1].

Chroniqueur radio, pamphlétaire, parfois acteur et de son propre aveu « cabot », il est également connu pour sa grande taille (1,93 m), occasion de jeux de mots pour les chansonniers des Deux-Ânes qui le qualifiaient de « Maître 93 ».

Sommaire

BiographieModifier

Enfance et débutsModifier

De son vrai nom Marius Amadou, il naît dans une famille radicale-socialiste originaire de l’Hérault[2].

Après avoir débuté à Lyon au théâtre des Célestins, il monte à Paris espérant faire une carrière dramatique mais échoue au troisième tour du concours du Conservatoire. Il devient chansonnier — un mot qu'il n'aimait pas, se considérant plutôt comme « quelqu'un qui fait sourire », voire un « saltimbanque », « adepte de la mauvaise foi »[réf. nécessaire] - en 1958 au théâtre de Dix-Heures, puis au Don Camilo et à Bobino, tout en faisant du doublage de films comme Pain, amour, ainsi soit-il (1955).

CarrièreModifier

En 1965, Jean Amadou présente avec Maurice Horgues l'émission Ce soir, on égratigne sur la première chaîne de l'ORTF. Avec Philippe Bouvard, il coproduit Samedi soir en 1972.

Entre 1976 et 1981, il anime l'émission dominicale du début d'après-midi C'est pas sérieux sur TF1 en compagnie de Jean Bertho, Anne-Marie Carrière, Guy Piérauld, Jacques Mailhot, etc. Un différend l'oppose à Jean Bertho — il n'est pas d'accord avec ses prises de position publiques en faveur du candidat François Mitterrand avant l'élection présidentielle de 1981 - ce qui lui vaut d'être privé un temps de télévision peu après l'élection.

En 1983, il crée Le Bébête Show avec Stéphane Collaro et Jean Roucas sur TF1. Il y participera jusqu'à la fin, en septembre 1995. En 1985, il fait partie de l'équipe de l'émission Tournez manège !, émission produite par Jacques Antoine dans laquelle il interviewe des couples célèbres.

Jean Amadou participe parallèlement à différentes émissions radiophoniques, notamment sur France Inter où il anime à partir de 1973 la tranche horaire du dimanche matin de L'Oreille en coin aux côtés de Maurice Horgues, Anne-Marie Carrière, [[Jacques Mailhot, Jean Bertho, etc.

Il est aussi commentateur pour France Inter et le quotidien L'Équipe du Tour de France, du tournoi des Cinq Nations et de la Coupe d'Europe de football.

De 1995 à juin 2003, il tient une chronique matinale, d'abord quotidienne puis hebdomadaire, de deux à quatre minutes, sur Europe 1 aux côtés de Maryse Gildas.

Également à partir de 1995, il présente sur la scène du théâtre des Deux-Ânes un tour d'horizon politique satirique aux côtés notamment de ses complices Jacques Mailhot et Jean Bertho. Il participe également épisodiquement à La Revue de presse sur Paris Première.

De 2003 à 2010, il est « sociétaire » des Grosses têtes de Philippe Bouvard sur RTL, émission à laquelle il avait déjà participé épisodiquement, en tant qu'invité lorsque l'un de ses livres paraissait.

Il meurt le 23 octobre 2011 et ses obsèques sont célébrées le 27 octobre au crématorium du Père-Lachaise.

Amateur éclairé d'histoire contemporaine, il connaissait tous les ministres et sous-secrétaires d'État de la IIIe et de la IVe République et était également un grand érudit de la guerre 1914-1918[réf. nécessaire]. Son humour, parfois grinçant, était teinté d'une grande culture ancrée à droite[réf. nécessaire].

ThéâtreModifier

CinémaModifier

TélévisionModifier

PublicitésModifier

DoublageModifier

CinémaModifier

TélévisionModifier

ÉcritsModifier

  • Il était une mauvaise foi, Robert Laffont, 1978[5].
  • Les Yeux au fond de la France, Robert Laffont, 1984
  • Heureux les convaincus, Robert Laffont, 1986
  • De quoi je me mêle, Robert Laffont, 1998
  • Vous n'êtes pas obligés de me croire, Robert Laffont, 1999
  • Je m'en souviendrai, de ce siècle, Robert Laffont, 2000
  • Journal d'un bouffon, Robert Laffont, 2002
  • Les Pensées, Le Cherche midi, 2003
  • Et puis encore… que sais-je ?, Robert Laffont, 2004
  • Les Français, mode d'emploi, Robert Laffont, 2008
  • Je vous parle d'un temps…, Robert Laffont, 2010

DistinctionsModifier

RéférencesModifier

Voir aussiModifier