Jeanne Bérangère (1887-1946)

actrice française (1887-1946)
Jeanne Bérangère
Description de cette image, également commentée ci-après
Jeanne Bérangère vers .
Nom de naissance Jeanne Céline Marie Châtelain
Naissance
Boulogne-Billancourt, France
Nationalité Drapeau de la France France
Décès (à 59 ans)
Suresnes, France
Profession Actrice

Jeanne Bérangère, née Jeanne Céline Marie Châtelain[1] le à Boulogne-Billancourt et morte le à Suresnes, est une actrice française.

BiographieModifier

Jeanne Bérangère, née Jeanne Châtelain, lauréate du Conservatoire de Paris et accessit de comédie et 2e prix de tragédie, débute à l’écran en 1909 en jouant d'abord des rôles d'ingénues.

En 1910, elle est dirigée par Albert Capellani dans Péché de jeunesse et La Vengeance de la morte, ce dernier film a pour scénariste André Mouëzy-Éon qui épousera Jeanne Bérangère en 1914[1].

La publicité de la firme Pathé frères célèbre « cette beauté calme et sereine empreinte d’une douceur, d’un charme ineffables et la grâce délicate » de Bérangère.

À partir de 1914, Mme Jeanne Mouézy-Eon se tiendra éloignée du cinéma muet. Elle poursuit une carrière théâtrale. Elle joue le rôle d'Andromaque de Jean Racine mise en scène par René Rocher au théâtre du Vieux-Colombier à Paris[2].

Cependant, elle réapparaîtra dans quelques films parlants comme Sans Famille de Marc Allégret en 1934 et dans le film Bibi-la-Purée de Léo Joannon d'après le vaudeville d'André Mouëzy-Éon déjà adapté en 1926 par Maurice Champreux[3].

HomonymieModifier

Une autre actrice porta également le pseudonyme, « Jeanne Bérangère », née Béraud en 1864 à Ainay-le-Château en Auvergne et morte à Paris en novembre 1928, qui fut également actrice de théâtre et de cinéma[4].

FilmographieModifier

ThéâtreModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Jacques Richard, Dictionnaire des acteurs du cinéma muet en France ; éditions de Fallois, Paris, 2011

Liens externesModifier