Ouvrir le menu principal

Siège de Lons-le-Saunier (1637)

Siège de Lons
Description de l'image Rue des arcades.jpg.
Informations générales
Date 25 juin - 14 juillet 1637
Lieu Lons le Saunier (Comté de Bourgogne)
Issue Victoire tactique Française
Belligérants
Flag of Franche-Comté.svg Comté de BourgogneDrapeau du royaume de France Royaume de France
Commandants
Flag of Franche-Comté.svg Christophe de RaincourtRoyal Standard of the King of France.svg Henri d'Orléans-Longueville
Forces en présence
Environ 700 hommes
Quelques pièces d'artillerie
Environ 9 000 hommes
Pertes
Militaires: inconnues, Civiles: 200inconnues

Guerre de Trente Ans

Batailles

Cette boîte : voir • disc. • mod.
Coordonnées 46° 40′ 31″ nord, 5° 33′ 16″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Siège de Lons

Géolocalisation sur la carte : Franche-Comté

(Voir situation sur carte : Franche-Comté)
Siège de Lons

Le siège de Lons le Saunier est une bataille qui eu lieu du 25 juin au 14 juillet 1637 durant l'épisode comtois de la guerre de trente ans. Elle oppose les troupes françaises du duc de Longueville, au régiment de Christophe Louis de Raincourt.

La batailleModifier

Au début de l'été 1637 le Comté de Bourgogne et plus particulièrement le jura, est traversée par l'armée du Duc de Longueville qui à déja prit Saint-Amour, Moirans, Saint-Claude et Savigny. L'armée comtoise disséminée dans la plupart des villes et places fortes est incapable de s'y opposer. Longueville avait déjà songé en mars, à prendre Lons mais une forte armée comtoise y avait prit position[1]. Cette fois ci la ville n'est défendue que par un régiment commandé par le mestre de camp Christophe de Raincourt qui s'est illustré lors de la retraite de la bataille de Cornod. Ce dernier à reçu de Poligny plusieurs pièces d'artillerie.[1] Mais devant la démesure des forces ennemis il comprend rapidement qu'il ne pourra pas tenir la ville. Le 25 juin les troupes françaises mettent le siège devant la ville. Raincourt va tenir bon jusqu'au 6 juillet, où les français réussissent à ouvrir une brèche dans les murs. Le commandant comtois met alors le feu à la ville qui en détruira une très grande partie et tuera plus de 200 habitants[2]. Ses troupes et lui se retirent dans le vieux château de Lons, qui ne possède plus ni plancher ni toiture[3]. Ces derniers vont tenir encore 8 jours avant de se rendre, faute de vivres et de munitions.

BibliographieModifier

  • Louis-Augustin Vayssière, Le siège et l'incendie de Lons-Le-Saunier en 1637, 1881

Notes et référencesModifier

  1. a et b Jean-Baptiste Perrin, Notes historiques sur la ville de Lons-le-Saunier, imprimerie et lithographie de F. Gauthier, (lire en ligne)
  2. Denis Louis Marital Avenel, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d'état, recueillis et publiés: 1635-1637, Impr. impériale, (lire en ligne)
  3. Jean Girardot de Noseroy, Histoire de dix ans de la Franche-Comté de Bourgogne: 1632-1642, imprimerie d'Outhenin-Chalandre fils, (lire en ligne)