Jean-François Stévenin

acteur, réalisateur et scénariste français

Jean-François Stévenin est un acteur et réalisateur français, né le à Lons-le-Saunier (Jura) et mort le à Neuilly-sur-Seine.

Jean-François Stévenin
Image dans Infobox.
Jean-François Stévenin en 2008.
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Jean-François Pol Guy StéveninVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Enfants
Autres informations
Distinctions

Assistant de réalisation à ses débuts, il a réalisé par la suite trois films considérés comme « cultes »[1], Passe montagne (1978), Double messieurs (1986) et Mischka (2002).

BiographieModifier

ÉtudesModifier

Après des études à HEC Paris (promotion Pâquerettes, 1967)[2], il rédige une thèse sur l'économie du cinéma. Parti en stage à Cuba sur un tournage sur la production laitière[1], il apprend sur le tas et effectue tous les métiers, de technicien à assistant-réalisateur, en passant par second assistant, notamment sur le film d'Alain Cavalier La Chamade en 1968.

Débuts professionnelsModifier

Parallèlement à sa fonction d'assistant-réalisateur auprès de Jacques Rivette ou Peter Fleischmann, il devient acteur[1] : on l'aperçoit notamment dans Out 1 : Noli me tangere (1970) de Jacques Rivette ou encore dans L'Enfant sauvage (1970), Une belle fille comme moi (1972) et La Nuit américaine (1973), trois films de François Truffaut. Mais c'est son interprétation de Monsieur Richet, du même réalisateur, dans L'Argent de poche, en 1976, qui donne un élan à sa carrière. Il tourne à plusieurs reprises avec les grands noms du cinéma français : Truffaut, Rivette, mais aussi André Téchiné, Jean-Pierre Mocky, Bertrand Blier, Robert Enrico, Laetitia Masson.

En 1978, l'acteur passe pour la première fois derrière la caméra, et réalise son premier long métrage, Passe montagne, dans lequel il se met en scène, donnant la réplique à Jacques Villeret. En 1980, il s'envole vers les États-Unis pour les besoins du film Les Chiens de guerre de John Irvin. Il est également à l'affiche du film de John Huston À nous la victoire en 1981, avec Michael Caine et Sylvester Stallone.

ConsécrationModifier

Il devient une figure incontournable du cinéma français dans les années 1980, se consacrant particulièrement aux films d'auteur : Une chambre en ville de Jacques Demy, Passion de Jean-Luc Godard, Notre histoire de Bertrand Blier et 36 Fillette de Catherine Breillat. En 1986, il passe pour la seconde fois derrière la caméra et met en scène le film policier Double messieurs, avec Carole Bouquet. Deux ans plus tard, il tient le rôle principal du drame Peaux de vaches, de Patricia Mazuy et partage pour la toute première fois l'affiche avec sa fille, Salomé Stévenin, qui tient là son premier rôle.

Acteur inclassable, il alterne dans les années 1990 polar avec Le Grand Pardon 2 d'Alexandre Arcady, film intimiste avec Les Aveux de l'innocent de Jean-Pierre Améris, et films plus populaires avec Les Bidochons de Serge Korber et Le Bossu. En 2002, il réalise son troisième long métrage, la comédie dramatique Mischka, dans lequel il dirige ses enfants Salomé et Robinson.

Souvent confiné dans les seconds rôles, il est, les années suivantes, à l'affiche de nombreux films grand public, dont Le Pacte des loups, où il joue avec Vincent Cassel et Samuel Le Bihan, De l'amour aux côtés de Virginie Ledoyen, L'Homme du train réalisé par Patrice Leconte, Pas si grave de Bernard Rapp, ou bien La Chambre des morts d'Alfred Lot.

Pour son travail de cinéaste, il reçoit en 2018 un prix Jean-Vigo d’honneur, remis par Agnès Varda[1].

MortModifier

Il meurt le à l'hôpital à Neuilly-sur-Seine à l'âge de 77 ans[3]. Ses obsèques ont lieu le au cimetière du Père-Lachaise, en présence de sa compagne Claire Stévenin, leurs trois enfants et Jackie Berroyer[4].

Vie privéeModifier

Jean-François Stévenin a quatre enfants, tous acteurs :

  • Sagamore (né en 1974) avec Jacqueline Monnier, dite Florence Stévenin, psychanalyste, morte en  ;
  • Robinson (né en 1981), Salomé (née en 1985) et Pierre (né en 1995), avec Claire Stévenin, également actrice.

HommagesModifier

L'écrivain Marc-Édouard Nabe en a fait un des personnages principaux de son roman Lucette, qui retrace la vie de Lucette Destouches, veuve de l'écrivain français Louis-Ferdinand Céline. Nabe y dépeint un Stévenin acteur-cinéaste, qui cherche à adapter au cinéma le roman Nord de Céline.

ThéâtreModifier

FilmographieModifier

ActeurModifier

Réalisateur

TélévisionModifier

DoublageModifier

CinémaModifier

FilmsModifier

 
Jean-François Stévenin au Festival de Cannes 1997.

Livre audioModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d « L’acteur et réalisateur Jean-François Stévenin est mort », Le Monde avec AFP du .
  2. « HEC Alumni », sur hecalumni.fr (consulté le ).
  3. « Décès de l'acteur et réalisateur Jean-François Stévenin », sur Le Figaro, (consulté le ).
  4. Émilie Meunier, « Obsèques de Jean-François Stévenin : les enfants et l'épouse de l’acteur et réalisateur réunis pour un ultime hommage (PHOTOS) », sur www.programme-tv.net, (consulté le ).
  5. Un coffret DVD regroupant les trois films est sorti le chez le Pacte[1].

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Liens externesModifier