Ouvrir le menu principal

Crémant-du-jura

région viticole
(Redirigé depuis Crémant du Jura)

Crémant du Jura
Image illustrative de l’article Crémant-du-jura
Bouteille de crémant-du-jura.

Désignation(s) Crémant du Jura
Appellation(s) principale(s) crémant du Jura
Type d'appellation(s) AOC-AOP
Reconnue depuis 1995
Pays Drapeau de la France France
Région parente vignoble du Jura
Localisation Jura
Climat tempéré continental avec influence montagnarde
Superficie plantée ha[1]
Cépages dominants savagnin B, chardonnay B, trousseau N, poulsard N, pinot noir N et pinot gris G[N 1]
Vins produits mousseux
Production 17 500 hectolitres[1]
Pieds à l'hectare minimum 5 000 pieds à l'hectare
Rendement moyen à l'hectare maximum 74 à 80 hectolitres par hectare[2]

Le crémant du Jura est un mousseux d'appellation d'origine contrôlée produit dans le vignoble du Jura, issu des cépages poulsard, pinot noir, trousseau, chardonnay et savagnin.

C'est en 1995 que l'AOC crémant du Jura a été officialisé par décret.

HistoireModifier

ÉtymologieModifier

Situation géographiqueModifier

Le crémant du Jura a une aire délimitée propre depuis 2009. Toutes les parcelles AOC sont aptes à l'élaboration de cet effervescent local.

La géologie, l'orographie et la climatologie de cette appellation sont intégrées à la page vignoble du jura.

VignobleModifier

PrésentationModifier

Aire d'appellationModifier

Abergement-le-Grand, Abergement-le-Petit, Aiglepierre, Arbois, Arlay, Les Arsures, L'Aubépin, Augea, Aumont, Balanod, Baume-les-Messieurs, Beaufort, Bersaillin, Blois-sur-Seille, Brainans, Bréry, Buvilly, Césancey, Champagne-sur-Loue, La Chapelle-sur-Furieuse, Château-Chalon, Chazelles, Chevreaux, Chille, Chilly-le-Vignoble, Conliège, Courbouzon, Cousance, Cramans, Cuisia, Darbonnay, Digna, Domblans, L'Etoile, Frébuans, Frontenay, Gevingey, Gizia, Grange-de-Vaivre, Grozon, Grusse, Ladoye-sur-Seille, Lavigny, Lons-le-Saunier, Le Louverot, Macornay, Mantry, Marnoz, Mathenay, Maynal, Menétru-le-Vignoble, Mesnay, Messia-sur-Sorne, Miéry, Moiron, Molamboz, Monay, Montagna-le-Reconduit, Montaigu, Montain, Montholier, Montigny-lès-Arsures, Montmorot, Mouchard, Nanc-lès-Saint-Amour, Nevy-sur-Seille, Orbagna, Pagnoz, Pannessières, Passenans, Perrigny, Le Pin, Plainoiseau, Les Planches-près-Arbois, Poligny, Port-Lesney, Pretin, Pupillin, Quintigny, Revigny, Rotalier, Ruffey-sur-Seille, Saint-Amour, Saint-Cyr-Montmalin, Saint-Didier, Saint-Germain-lès-Arlay, Saint-Jean-d'Etreux, Saint-Lamain, Saint-Laurent-la-Roche, Saint-Lothain, Sainte-Agnès, Salins-les-Bains, Sellières, Toulouse-le-Château, Tourmont, Trenal, Vadans, Vaux-sur-Poligny, Vercia, Vernantois, Le Vernois, Villeneuve-sous-Pymont, Villette-lès-Arbois, Vincelles, Voiteur.

EncépagementModifier

Cépages poulsard, pinot noir, trousseau, chardonnay et savagnin.

FabricationModifier

La vinification des crémants relève d’un processus complexe et demande un véritable savoir-faire. En effet après la fermentation traditionnelle en cuve (ou en tonneau), elle consiste à effectuer une seconde fermentation. Pour ce faire, les vignerons rajoutent au vin blanc tranquille (de base) du sucre et des levures. Cette fermentation, qui s’effectue en bouteille, produit du dioxyde de carbone. Celui-ci, emprisonné, rend le vin mousseux (d’où le nom de l’étape : « prise de mousse »). Parallèlement, le sucre disparaît pour former l’alcool. Après une période de vieillissement sur lattes actuellement fixé à 9 mois (il est prévus de passer à 12 mois), les bouteilles sont tournées sur leur pointe afin que le dépôt se dépose dans le col en attendant l'heure du dégorgement. Le dépôt est alors évacué par refroidissement avant de poser le bouchon et le muselet.

ConsommationModifier

Le crémant du Jura doit être servi dans des flûtes entre 5 et 7 °C. Il constitue un apéritif pour les cocktails, les réceptions, les fêtes ou tout au long d'un repas. Il accompagne les plats aux fruits de mer ou le fromage.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

Issue d'un cépage que l'on retrouve dans les grands champagnes (le chardonnay), il est le seul à apporter un goût de terroir que l'on ne retrouve pas dans les champagnes de grande consommation... Ce qui pour certains grands connaisseurs, est le gage d'un vin du niveau des très bons champagnes.[réf. nécessaire]

RéférencesModifier

  1. a et b Le guide Hachette des vins 2010, , 1402 p. (ISBN 978-2-01-237514-7), page 679
  2. Décret du 19 octobre 2009
  1. Le code international d'écriture des cépages mentionne de signaler la couleur du raisin : B = blanc, N = noir, Rs = rose, G = gris.

Voir aussiModifier