Ouvrir le menu principal

Elizabeth Deignan

coureuse cycliste britannique
Elizabeth Deignan
2018 Women's Tour de Yorkshire - Lizzie Deignan.jpg
Deignan en 2018
Informations
Noms officiels
Elizabeth Armitstead
Elizabeth Deignan
Лиззи Армитстед
Лиззи ДейгнанVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom court
Lizzie DeignanVoir et modifier les données sur Wikidata
Naissance
Nationalité
Équipe actuelle
Spécialité
polyvalente
Équipes UCI
Principales victoires

Elizabeth Mary "Lizzie" Deignan, née Elizabeth Armitstead le à Beverley, est une coureuse cycliste britannique, membre de l'équipe Trek-Segafredo. Au début de sa carrière, elle pratique essentiellement des épreuves sur piste. Elle remporte un total de cinq médailles aux championnats du monde sur piste en 2009 et 2010, avant de choisir de se concentrer sur les courses sur route. Aux Jeux olympiques de 2012, elle remporte la médaille d'argent lors de la course en ligne et termine dixième du contre-la-montre. Elle devient championne du monde sur route en 2015 et remporte la Coupe du monde sur route en 2014 et 2015.

BiographieModifier

Enfance et débutsModifier

Elizabeth Armitstead est née dans la bourgade d'Otley dans le Yorkshire de l'Ouest, où elle étudie au Lycée du Prince Henry (Prince Henry's Grammar School), une école polyvalente. Elle commence le cyclisme en 2004 après une visite dans son école du programme « British Cycling's Olympic Talent Team »[1]. Elle fait partie de l'« Olympic Podium Programme »[2].

Armitstead est végétarienne depuis l’âge de 10 ans[3].

Carrière sur pisteModifier

 
Podium des championnats d'Europe de course aux points 2008

Elizabeth Armitstead remporte une médaille d'argent dans la course scratch des championnats du monde sur piste juniors en 2005. Il s'agit de son premier résultat au niveau international.

En 2007 et 2008, elle est championne d'Europe du scratch espoirs et termine à chaque fois deuxième de la course aux points. Elle est également championne d'Europe de poursuite par équipes espoirs en 2008 (avec Katie Colclough et Joanna Rowsell).

En 2009, avec l'équipe britannique, elle devient championne du monde de poursuite par équipes (associée à Wendy Houvenaghel et Joanna Rowsell). Elle participe également à la course scratch, où elle accroche la médaille d'argent. Elle termine ces championnats en complétant sa collection de médailles, avec une médaille de bronze lors de la course aux points, malgré une blessure à son poignet droit qui l'empêche de bouger son pouce et l'index. L'année suivante, elle remporte deux nouvelles médailles d'argent aux championnats du monde sur piste : en poursuite par équipes et sur l'omnium.

Carrière sur routeModifier

2009-2013 : premières victoiresModifier

En 2009, Armitstead rejoint l'équipe cycliste Lotto-Belisol Ladies où elle participe à plusieurs grandes courses de haut niveau sur route. Elle gagne le championnat de Grande-Bretagne sur route espoirs et termine deuxième de la course élites.

En 2010, elle rejoint Cervélo TestTeam, qui devient Garmin-Cervélo au cours de l'année 2011.

À la suite de l'arrêt de l'équipe féminine de Garmin Cervélo, Armitstead roule en 2012 pour l'équipe AA Drink-Leontien.nl. En mars, elle gagne l'Omloop van het Hageland en devançant Pauline Ferrand-Prévot et Elisa Longo Borghini parties en échappée avec elle[4]. Elle gagne ensuite Gand-Wevelgem échappée seule[5]. Aux Jeux olympiques d'été, elle remporte la médaille d'argent lors de la course en ligne. Battue au sprint par Marianne Vos, elle devient la première Britannique médaillée de ces Jeux olympiques.

En 2013, Armitstead signe chez Boels Dolmans. Sa saison est affectée par une maladie à l'estomac qui est finalement diagnostiquée comme un symptôme d'une hernie hiatale[6].

Elle réside à Monaco durant la saison[7].

2014 : victoire en Coupe du mondeModifier

 
Lizzie Armitstead dans l'échappée décisive des Jeux olympiques de Londres

Sur la première classique de la saison : le circuit Het Nieuwsblad, Armitstead part en échappée avec Amy Pieters et Emma Johansson. Elle se fait battre au sprint et termine troisième[8]. En avril 2014, elle renouvelle son contrat avec Boels Dolmans jusqu'à la fin d'année 2016[9]. Le Omloop van het Hageland permet à l'équipe d'obtenir sa première victoire de la saison. Armitstead part en échappée avec Emma Johansson et la domine au sprint. Cette victoire met également fin à une disette durant depuis son titre de championne de Grande-Bretagne 2013 obtenu en juin pour Armitstead. Sa dernière victoire UCI remontait au Omloop van het Hageland 2012[10]. Le 13 mars, elle termine troisième du Drentse 8 van Dwingeloo. Deux jours plus tard, l'équipe participe à la première manche de coupe du monde : le Tour de Drenthe. La sélection se fait dans le premier passage de la côte dite du VAM. À son sommet, un groupe de quinze coureuses s'extirpe, parmi elles on compte Ellen van Dijk et Lizzie Armitstead. Anna van der Breggen et Iris Slappendel s'échappent du groupe, mais grâce au travail d'Ellen van Dijk le groupe de poursuite revient à quelques encablures. Lizzie Armitstead bouche alors le trou et rejoint van der Breggen, Slappendel ayant laché. Elle la bat finalement au sprint. Armitstead se montre très satisfaite et remercie van Dijk pour son travail[11],[12]. Lors du Trofeo Alfredo Binda-Comune di Cittiglio, elle fait partie du groupe de tête et termine deuxième du sprint derrière Johansson[13]. Le 7 avril, au Tour des Flandres, elle gagne le sprint du groupe des poursuivants devant Johansson et termine donc deuxième de l'épreuve[14]. À l'Energiewacht Tour, l'équipe fait plusieurs podiums sans parvenir à obtenir la victoire : Armitstead est deuxième de la première étape et troisième des deuxième et quatrième étapes. Dans le contre-la-montre par équipe de l'étape 3b, Boels Dolmans est deuxième derrière l'équipe Specialized-Lululemon. Sur la Flèche wallonne, Lizzie Armitstead n'est battue que par Pauline Ferrand-Prévot dans l'ascension du mur de Huy. Elle est donc trois fois d'affilée deuxième d'une manche de coupe du monde[15].

L'équipe effectue en juin une reconnaissance du circuit du mondial à Ponferrada puis participe à la Durango-Durango Emakumeen Saria. Lizzie Armitstead passe les côtes avec le groupe de tête et dispute le sprint pour la victoire. Elle se fait battre par Marianne Vos et termine deuxième[16]. Quelques jours après débute la Emakumeen Euskal Bira dans la même région. Armitstead est respectivement quatrième et deuxième des deux premières étapes[17]. Lizzie Armitstead termine troisième du championnat de Grande-Bretagne sur route. Elle participe ensuite au Tour de Thuringe et gagne la première étape en devançant sur la ligne ses compagnons d'échappée Lisa Brennauer et Evelyn Stevens, toutes deux de l'équipe Specialized-Lululemon[18]. Armitstead prend la troisième place de la deuxième étape. Sur l'étape suivante, elle s'échappe de nouveau avec Evelyn Stevens mais est cette fois battue dans le sprint. Le lendemain, la Britannique gagne le sprint du peloton derrière les deux échappées. Elle finit le Tour à la deuxième place derrière l'Américaine. Elle remporte également le classement par points, celui de la montagne[19].

 
Podium final du Tour de Thuringe 2014

Elle participe à l'inauguration de La course by Le Tour de France à Paris le 27 juillet 2014, mais chute à un kilomètre de l'arrivée avec Ferrand-Prevot[20]. Une semaine plus tard, elle remporte la course en ligne des Jeux du Commonwealth. À l'issue du GP de Plouay, elle remporte le classement final de la Coupe du monde devant Emma Johansson et Marianne Vos[21]. Elle met fin au règne des coureuses néerlandaises vainqueur des cinq dernières éditions[22].

Sur la course en ligne des championnats du monde, seules Marianne Vos, Lizzie Armitstead et Elisa Longo Borghini parviennent à suivre l'attaque d'Emma Johansson dans la dernière ascension. Elles effectuent la descente ensemble, mais ne coopèrent pas sur le plat. Emma Johansson part mais est prise en chasse par Marianne Vos. Elisa Longo Borghini place un contre, mais la Néerlandaise réagit aussitôt. Les quatre échappées tergiversent au passage de la flamme rouge. Elles sont reprises par le groupe de poursuivantes. Lizzie Armitstead se classe septième[23].

2015 : doublé mondiaux et Coupe du mondeModifier

La saison sur route débute au Tour du Qatar. La deuxième étape est venteuse et une course de bordure se déclenche immédiatement. Ellen van Dijk et Lizzie Armitstead sont présentes dans le groupe de tête. Lizzie Armitstead termine troisième de l'étape au sprint, Ellen van Dijk gagnant avec quelques mètres d'avances. Le lendemain, la Britannique remporte l'étape au sprint et s'empare de la tête du classement général. Elle gagne encore la dernière étape dans l'emballage final et inscrit son nom au palmarès de l'épreuve[24]. Lors de la première classique de printemps, le Circuit Het Nieuwsblad, Lizzie Armistead gagne le sprint du groupe de poursuivantes, derrière van Dijk et Anna van der Breggen. Elle est donc troisième[25].

Aux Strade Bianche, un groupe de leaders se détache au bout de 58 km, puis se scinde en deux dans les derniers secteurs en terre. Les cinq coureuses à l'avant sont : Megan Guarnier, Elizabeth Armitstead, Elisa Longo Borghini, Ashleigh Moolman-Pasio et Anna van der Breggen. Profitant de la supériorité numérique de l'équipe, la Britannique et l'Américaine attaquent tour à tour dans le final. Guarnier parvient à se détacher et s'impose en solitaire. Armitstead règle le groupe de poursuite, l'équipe réalise donc le doublet[26]. Au Tour de Drenthe, Elizabeth Armitstead attaque dans le mont VAM et est suivie par Lisa Brennauer, mais elles se font reprendre. Elle est finalement septième du sprint massif[27]. Lors du Trofeo Alfredo Binda-Comune di Cittiglio, deuxième manche de la Coupe du monde, elle s'impose au sprint[28].

Après une coupure, elle remporte la Boels Rental Hills Classic au sprint[29]. Elle participe à la Philadelphia Cycling Classic (sixième manche de la Coupe du monde) et compte y aider Evelyn Stevens. Elles se perdent cependant dans le final, Lizzie Armitstead se montre la plus rapide dans la dernière ascension du mur de Manayunk et remporte l'épreuve[30] et prend la tête du classement général de la Coupe du monde. Lors de The Women's Tour, Lizzie Armitstead s'impose lors du sprint inaugural, puis percute un photographe une fois passée la ligne. La chute est violente, et la Britannique perd connaissance. Les examens médicaux ne révèlent cependant pas de fracture[31].

À l'Open de Suède, l'équipe Boels Dolmans contrôle la course jusqu'au bout. Cependant, Lizzie passe le dernier virage en dixième position et est fortement gênée par la chute de Carmen Small. Elle se classe finalement dix-neuvième et perd de précieux points face à Anna van der Breggen pour le gain de la Coupe du monde. La semaine suivante, à Plouay, elle prend ses responsabilités et attaque dans la côte de Ty Marrec dans l'avant dernier passage. Elle est marquée par Anna van der Breggen et le groupe de tête se reforme. Elle y est assistée de ses coéquipières Megan Guarnier et Evelyn Stevens. La course se conclut par un sprint, où la Britannique se montre la plus véloce. La Néerlandaise n'étant que sixième, Lizzie Armitstead s'adjuge le classement final de la Coupe du monde par la même occasion[32].

Aux championnats du monde, elle participe au contre-la-montre par équipes avec sa formation. Celle-ci termine deuxième au terme d'une épreuve très serrée face à l'équipe Velocio-SRAM. Lizzie devient ensuite championne du monde sur route après avoir attaqué dans la dernière ascension puis dominé le sprint du groupe des leaders[33].

Début de saison extraordinaire puis affaire des no-show (2016)Modifier

 
Au circuit Het Nieuwsblad 2016

Au circuit Het Nieuwsblad, l'équipe durcit la course dans les ascensions. Dix kilomètres après la Paddestraat, Lizzie Armitstead se détache du peloton grâce à une légère accélération, elle déclare après la course ne pas avoir eu l'intention d'attaquer. Elle est suivie par Gracie Elvin, qui ne coopère pas. Après un moment de surplace, la Britannique attaque de nouveau et se retrouve seule en tête. Elle conserve son avance jusqu'à la ligne[34]. Aux Strade Bianche, à une trentaine de kilomètres de l'arrivée, Anna van der Breggen puis Katarzyna Niewiadoma, toutes deux de la formation Rabo Liv, attaquent tour à tour. Lizzie Armitstead suit les deux accélérations, la dernière s'avérant décisive. Emma Johansson rejoint les deux coureuses. La victoire se joue dans l'ascension finale dans les rues de Sienne. La Britannique se montre la plus rapide et prend donc la tête de l'UCI World Tour féminin. Elle est donc la dernière athlète à avoir endossée le maillot de leader de la Coupe du monde et la première à mener la nouvelle compétition[35]. Au Trofeo Alfredo Binda-Comune di Cittiglio, à vingt-cinq kilomètres de l'arrivée, dans la montée vers Orino, un groupe de huit coureuses dont Lizzie Armitstead se détache. Il prend rapidement un avantage de plus d'une minute sur ses poursuivantes. Jolanda Neff attaque ensuite à Cuvio. Dans l'ultime ascension vers Orino, Elizabeth Armitstead a du mal à suivre et perd du terrain. Elle revient sur le groupe au sommet et profite de l'effet de surprise pour attaquer aussitôt. Elle reprend la Suissesse à trois kilomètres de l'arrivée et la surclasse au sprint[36].

Au Tour des Flandres, sur le replat du vieux Quaremont Emma Johansson place une accélération décisive suivie seulement par Elizabeth Armitstead. La Britannique réalise la majorité des relais jusqu'à l'arrivée où elle devance néanmoins la Suédoise d'une demi-roue[37].

Au Women's Tour, sur la troisième étape, Chantal Blaak fait partie du groupe de onze échappées qui compte jusqu'à deux minutes d'avance. Dans le deuxième prix de la montagne trois favorites accélèrent : Lizzie Armitstead, Ashleigh Moolman et Elisa Longo Borghini. Elles reviennent immédiatement sur la tête de la course. À quinze kilomètres de l'arrivée, la championne du monde attaque de nouveau, suivie par la Sud-Africaine. Elisa Longo Borghini et Amanda Spratt partent à leur chasse et les rejoignent. Dans le sprint sur secteur pavé, Lizzie Armitstead devance Ashleigh Moolman et Elisa Longo Borghini. Marianne Vos arrive trente-six secondes plus tard et perd son maillot jaune au profit de la Britannique[38]. Le lendemain, Lizzie Armitstead, Ashleigh Moolman et Elisa Longo Borghini attaquent dans la deuxième ascension de la journée. Elles sont bientôt rejointes par Emma Johansson. La coopération n'est pas bonne et Lizzie Armitstead accélère puis attaque seule mais se fait reprendre. Derrière, un groupe de poursuite de douze coureuses dont Marianne Vos et Lisa Brennauer revient à une vingtaine de secondes de la tête de course. La jonction s'opère finalement à cinq cents mètres de l'arrivée. Au sprint, la Britannique est sixième[39]. La dernière étape n'apporte pas de modification au classement général. Lizzie Armitstead remporte donc l'épreuve ainsi que le classement de la meilleure Britannique[40].

Considérée comme la favorite pour l'épreuve en ligne des Jeux olympiques de Rio, elle risque une suspension pour avoir manqué trois contrôles anti-dopage lors des douze derniers mois. Elle n'est finalement pas sanctionnée après avoir démontré que le contrôleur était responsable du premier contrôle manqué[41].

Lors de la course en ligne olympique, elle ne parvient pas à suivre le rythme imprimé par Mara Abbott dans l'ascension de la Vista Chinesa. Après la descente, elle fait partie d'un petit groupe constitué de Katarzyna Niewiadoma, Flávia Oliveira et Jolanda Neff. Elles ont en ligne de mire le groupe d'Elisa Longo Borghini, Emma Johansson et Anna van der Breggen, mais n'arrivent pas à faire la jonction. Lizzie Armitstead est la plus rapide au sprint et se classe ainsi cinquième[42].

Trois fois deuxième dans les Ardennes (2017)Modifier

Aux Strade Bianche, Anna van der Breggen malade ne prend pas le départ. Megan Guarnier, souffrant de maux de tête doit abandonner après quelques kilomètres. À dix-huit kilomètres de la ligne, Christine Majerus et Elizabeth Deignan mène le peloton dans l'avant dernier secteur gravier. Une sélection s'opère et seules cinq coureuses sont en tête : Elisa Longo Borghini, Elizabeth Deignan, Katarzyna Niewiadoma rejointes immédiatement par Annemiek van Vleuten et Katrin Garfoot. Dans la montée finale, Elisa Longo Borghini accélère dans la partie la plus difficile. Seule Katarzyna Niewiadoma peut la suivre, Elizabeth Deignan complète le podium[43]. À l'Amstel Gold Race, dans la deuxième ascension du Cauberg, un groupe de huit coureuses s'échappent avec Elizabeth Armitstead. Il est rapidement repris. Dans la troisième montée du Cauberg, Elizabeth Deignan accélère de nouveau, cette fois accompagnée d'Elisa Longo Borghini et Katarzyna Niewiadoma. Dans la dernière ascension du Bemelerberg, Annemiek van Vleuten attaque suivie par Anna van der Breggen et Coryn Rivera. Elles reviennent immédiatement sur la tête de course. Quelques centaines de mètres plus loin, Anna van der Breggen part seule et n'est plus rejointe. Elizabeth Deignan gagne le sprint pour la deuxième place[44],[45],[46]. Sur la Flèche wallonne, Katarzyna Niewiadoma attaque dans la côte de Cherave et est suivie par Anna van der Breggen et Elizabeth Deignan. À trois kilomètres de l'arrivée, la Néerlandaise accélère et finit seule. Elizabeth Deignan est deuxième[47],[48]. À Liège-Bastogne-Liège, le peloton mené par la Boels Dolmans opère la jonction dans la Roche aux faucons. Katarzyna Niewiadoma y attaque. Elle est suivie par Elizabeth Deignan, Anna van der Breggen, Ashleigh Moolman et Elisa Longo Borghini. L'écart atteint quarante secondes au bout de trois kilomètres. Dans la côte de Saint-Nicolas, Katarzyna Niewiadoma accélère mais c'est Anna van der Breggen qui part seule au sommet. Derrière Elizabeth Deignan se trouve avec Katarzyna Niewiadoma. La Britannique prend la deuxième place devant la Polonaise[49],[50]. Lizzie Deignan est trois fois deuxième sur les classiques ardennaises.

À domicile sur le Tour de Yorkshire, elle revient sur le groupe de tête au kilomètre soixante avant de provoquer une nouvelle sélection. Elles sont trois en tête : Anna van der Breggen, Danielle King et donc Elizabeth Armitstead. Cette dernière multiplie les attaques pour décramponner Danielle King. Elle y parvient à quatorze kilomètres de l'arrivée et s'impose seule[51],[52].

Aux championnats de Grande-Bretagne, Elinor Barker ouvre longtemps la route. Un groupe de chasse formé de Katie Archibald, Hannah Barnes et Elizabeth Deignan la reprend à deux kilomètres de l'arrivée. Cette dernière contre immédiatement et s'impose seule[53]. À La course by Le Tour de France, Elizabeth Deignan monte le pied l'Izoard en tête, mais ne peut suivre Annemiek van Vleuten. La Britannique se classe deuxième. Lors de l'étape de Marseille, elle conserve cette place[54].

Au Grand Prix de Plouay, lors de l'avant dernier passage de la côte de Ty-Marrec, Pauline Ferrand-Prévot accélère. Elle est suivie par Elizabeth Deignan, Ashleigh Moolman, Anna van der Breggen et Elisa Longo Borghini. Alors que ce groupe semblait destiner à se disputer la victoire, la mauvaise entente et les efforts des équipes Orica-Scott et Sunweb provoquent le regroupement au pied de la côte de Lezot. Tout se joue dans la dernière montée de Ty-Marrec. Au plus dur de la côte, Elizabeth Deignan surgit accompagnée seulement par Pauline Ferrand-Prévot. Leur avance grandit rapidement. Au sprint, Elizabeth Deignan s'impose facilement devant la Française[55]. Alors qu'elle fait logiquement partie des favorites pour les championnats du monde, elle doit être opérée de l'appendicite le 31 août[56]. Elle prend cependant le départ de course en ligne. Dans l'avant-dernière montée de Salmon Hill, elle fait partie du groupe de favorites qui ouvre la route. Le groupe ne coopère pas et un regroupement général a lieu. Dans le dernier tour, elle ne parvient cependant pas à suivre les meilleures[57],[58],[59].

Pause (2018) et reprise de la compétition (2019)Modifier

 
Elizabeth Deignan (en mai 2018) lors de son année de pause.

Mi-mars, elle annonce être enceinte et donc ne pas participer à la saison 2018. Elle compte néanmoins revenir dès 2019 pour les championnats du monde sur route qui se déroule chez elle, dans le Yorkshire[60].

 
Lizzie Deignan au Women's Tour

En septembre 2018, elle devient la mère d'une petite fille. En avril 2019, elle participe à sa première course après sa grossesse lors de l'Amstel Gold Race[61]. Elle se montre active et se classe septième de Liège-Bastogne-Liège[62]. Au Women's Tour, sur la deuxième étape, Lizzie Deignan est deuxième du sprint en côte derrière Marianne Vos[63]. Elle est troisième de la quatrième étape[64]. Lors de la cinquième étape, la principale difficulté de la journée se trouve à vingt-quatre kilomètres de la ligne. Dans le dernier kilomètre d'ascension, Katarzyna Niewiadoma, Elisa Longo Borghini et Lizzie Deignan attaquent. Elisa Longo Borghini lance le sprint pour Deignan qui devance Niewiadoma. La Britannique s'empare de la tête du classement général et le conserve le lendemain[65].

Au Boels Ladies Tour, elle se montre active toute la semaine. Elle est troisième de la troisième étape, après une échappée à quatre[66].

Vie privéeModifier

Le , elle se marie avec Philip Deignan à Otley. Tiffany Cromwell est une de ses deux témoins[67]. Le , elle donne naissance à une fille nommée Orla[68].

Palmarès sur pisteModifier

 
Lizzie Armitstead sur piste

Championnats du mondeModifier

Championnats du monde juniorsModifier

  • Vienne 2005

Coupe du mondeModifier

  • 2008-2009
    • Classement général du scratch
    • 1re du scratch à Manchester
    • 1re du scratch à Melbourne
    • 1re du scratch à Copenhague
    • 1re de la poursuite par équipes à Manchester
    • 1re de la poursuite par équipes à Melbourne
    • 1re de la poursuite par équipes à Copenhague
    • 1re de la course aux points à Manchester
  • 2009-2010

Championnats d'EuropeModifier

Championnats de Grande-BretagneModifier

Course de Six joursModifier

Palmarès sur routeModifier

Palmarès par annéesModifier

Classements mondiauxModifier

Année 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019
Classement UCI[69] 58e 15e 9e 14e 17e 3e 2e 6e 9e - 44e
Coupe du monde 53e - 7e 107e 14e 1re 1re - - - -
UCI World Tour - - - - - - - 3e 7e - 21e

Notes et référencesModifier

  1. Il s'agit d'un programme régional qui vise à trouver des jeunes talents (en général âgés de 14 à 16 ans) et de les préparer à la transition vers le sport de haut niveau.
  2. Les coureurs de ce programme sont considérés comme des potentiels médaillables et font l'objet d'un suivi personnalisé
  3. (en) « Olympic vegetarians: the elite athletes who shun meat », The World of mouth blog, sur guardian.co.uk
  4. « Tielt-Winge (Belgique) », la Gazette du cyclisme féminin, no 106,‎ , p. 12
  5. « Gand Wevelgem », la Gazette du cyclisme féminin, no 106,‎ , p. 20
  6. (en) « Lizzie Armitstead blog: I've finally got to the bottom of the stomach illness that has blighted my 2013 season », sur skysport (consulté le 13 novembre 2014)
  7. (en) « Lizzie Armitstead », sur rouleur (consulté le 31 mars 2015)
  8. (en) « Pieters wins elite women's Omloop Het Nieuwsblad », sur cycling news (consulté le 12 septembre 2014)
  9. (en) « Lizzie Armitstead renews with Boels-Dolmans », sur cycling news (consulté le 13 novembre 2014)
  10. (en) « Lizzie Armitstead wins Omloop van het Hageland one-day race in Belgium », sur Sky Sports (consulté le 12 septembre 2014)
  11. (en) « Help from van Dijk elevates Armitstead », Yorkshire Post,‎ (lire en ligne)
  12. (en) « Lizzie Armitstead wins the 2014 Ronde van Drenthe », sur podium cafe (consulté le 12 mai 2014)
  13. (en) « Trofeo Alfredo Binda », sur site officiel d'Ellen van Dijk (consulté le 12 septembre 2014)
  14. (en) « Ellen van Dijk solos to victory in women’s Tour of Flanders », sur velonews.com (consulté le 12 septembre 2014)
  15. (en) « La Flèche Wallonne Féminine 2014: Lizzie Armitstead extends World Cup lead with second place », sur The telegraph (consulté le 12 mai 2014)
  16. (nl) « Lizzie Armitstead tweede in Durango-Durango », sur cyclingonline.nl (consulté le 13 septembre 2014)
  17. (nl) « Lizzie Armitstead’s strong start in Emakumeen Euskal Bira », sur Cycling Weekly (consulté le 13 septembre 2014)
  18. (nl) « Kasper boekt thuiszege in Thuringen Rundfahrt », sur boelsdolmanscyclingteam.com (consulté le 13 septembre 2014)
  19. (en) « Internationale Thüringen Rundfahrt der Frauen 2014 », sur cycling news (consulté le 15 juillet 2014)
  20. (en) « Vos wins La Course with perfect sprint », sur cyclingnews.com (consulté le 13 septembre 2014)
  21. « Coupe du Monde Route Femmes UCI : Magistrale Rabo Liv Women Cycling Team », sur uci.ch (consulté le 13 novembre 2014)
  22. « Lizzie Armitstead, digne héritière de Nicole Cooke ? », sur pcmfrance.com (consulté le 13 novembre 2014)
  23. (en) « Worlds: Ferrand-Prevot secures the gold medal », sur cycling news (consulté le 28 décembre 2016)
  24. (en) « Ladies Tour of Qatar 2015 », sur cycling news (consulté le 1er mars 2015)
  25. (en) « Anna van der Breggen bests Ellen van Dijk in European opener », cyclingtips.com.au,‎ (lire en ligne)
  26. (en) « Guarnier wins Strade Bianche 2015 », sur cycling news (consulté le 14 mars 2015)
  27. (en) « D'Hoore wins Boels Rentals Ronde van Drenthe », sur cycling news (consulté le 15 mars 2015)
  28. Trophée Alfredo Binda, Lizzie Armitstead devant Pauline Ferrand Prevot ! sur lederailleur.fr
  29. (en) « Armitstead wins in Netherlands », sur football 365 (consulté le 30 mai 2015)
  30. (en) « UCI Women Road World Cup: Armitstead delivers in Philadelphia », sur UCI (consulté le 8 juin 2015)
  31. (en) « Brennauer wins Aviva Women's Tour », sur cycling news (consulté le 21 juin 2015)
  32. (en) « Armitstead wins GP de Plouay World Cup », sur cycling news (consulté le 30 août 2015)
  33. (en) « Armitstead wins women's World Championship road race », sur cycling news (consulté le 27 septembre 2015)
  34. (en) « World champion Armitstead wins Omloop Het Nieuwsblad Elite Women », sur cycling news (consulté le 28 février 2016)
  35. (en) « Lizzie Armitstead wins Strade Bianche Women », sur cycling news (consulté le 6 mars 2016)
  36. (en) « Armitstead wins Trofeo Alfredo Binda », sur Cycling news (consulté le 22 mars 2016)
  37. (en) « Lizzie Armitstead wins Women's Tour of Flanders », sur Cycling news (consulté le 4 avril 2016)
  38. « Coup double pour Elizabeth Armitstead ! », sur le dérailleur (consulté le 18 juin 2016)
  39. (en) « Aviva Women's Tour: Vos wins stage 4 in Stoke-on-Trent », sur cycling news (consulté le 19 juin 2016)
  40. (en) « Armitstead wins Aviva Women's Tour », sur cycling news (consulté le 19 juin 2016)
  41. Malgré 3 contrôles manqués, Lizzie Armitstead ira à Rio
  42. (en) « Olympic Games: Van der Breggen wins gold in women's road race », sur cycling news (consulté le 10 août 2016)
  43. (en) « Longo Borghini wins Strade Bianche Women », sur cycling news (consulté le 5 mars 2017)
  44. (en) « Van der Breggen wins women's Amstel Gold Race », sur cycling news (consulté le 17 avril 2017)
  45. « Anna van der Breggen lance sa saison ! », sur le dérailleur (consulté le 17 avril 2017)
  46. « Amstel Gold Race Ladies — Van Der Breggen incisive », sur vélo 101 (consulté le 17 avril 2017)
  47. (en) « Van der Breggen makes it three out of three in la Fleche Wallonne », sur cycling news (consulté le 19 avril 2017)
  48. « Flèche Wallonne — Van Der Breggen imbattable », sur vélo 101 (consulté le 19 avril 2017)
  49. (en) « Van der Breggen wins the first ever Liege-Bastogne-Liege Femmes », sur cycling news (consulté le 25 avril 2017)
  50. « Liège-Bastogne-Liège. Anna Van Der Breggen signe le triplé Amstel-Flèche-Liège en remportant cette 1ère édition femmes devant Deignan et Niewiadoma. », sur vélo 101 (consulté le 25 avril 2017)
  51. (en) « Deignan wins women's Tour de Yorkshire », sur cycling news (consulté le 30 avril 2017)
  52. « Tour de Yorkshire — La Queen Lizzie Deignan », sur vélo 101 (consulté le 30 avril 2017)
  53. (en) « Lizzie Deignan wins fourth British road race title », sur cycling news (consulté le 30 juillet 2017)
  54. « La Course by Le Tour — Van Vleuten s'offre l'Izoard », sur vélo 101 (consulté le 21 juillet 2017)
  55. « GP de Plouay — Deignan devant Ferrand-Prévot », sur vélo 101 (consulté le 27 août 2017)
  56. « Championnats du monde : Lizzie Deignan absente ? », sur l'Equipe (consulté le 3 septembre 2017)
  57. « Rainbow is the new Blaak », sur le dérailleur (consulté le 24 septembre 2017)
  58. (en) « World Championships: Blaak solos to women's road race title », sur cycling news (consulté le 24 septembre 2017)
  59. « Mondiaux — Chantal Blaak au nom des Oranges », sur vélo 101 (consulté le 24 septembre 2017)
  60. (en) « Lizzie Deignan pregnancy puts cycling career on hold », sur cycling news (consulté le 18 mars 2018)
  61. (en) Lizzie Deignan returns from maternity leave to race Ardennes Classics
  62. (en) « Annemiek van Vleuten wins Liège-Bastogne-Liège Femmes », sur cycling news (consulté le 28 avril 2019)
  63. (en) « Deignan second and Roy third, Vos takes overall lead », sur cycling news (consulté le 11 juin 2019)
  64. (en) « OVO Energy Women's Tour: Niewiadoma wins stage 4 », sur cycling news (consulté le 14 juin 2019)
  65. (en) « OVO Energy Women's Tour: Lizzie Deignan wins stage 5 », sur cycling news (consulté le 14 juin 2019)
  66. (en) « Boels Ladies Tour: Lisa Klein wins stage 3 », sur cycling news (consulté le 9 septembre 2019)
  67. (en) « Olympic cyclist Lizzie Armitstead late for her wedding after bridal coach gets stuck behind lone bike rider », sur Telegraph (consulté le 19 septembre 2016)
  68. (en) « Lizzie Deignan announces daughter's birth on Twitter », sur BBC (consulté le 3 novembre 2018)
  69. (en) « World Cup - Results - Cycling - Road 2012 », sur UCI (consulté le 29 septembre 2014)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :