Ouvrir le menu principal

Elisa Longo Borghini

cycliste italienne
Elisa Longo Borghini
Elisa Longo Borghini - 2018 UEC European Road Cycling Championships (Women's road race).jpg
Elisa Longo Borghini en 2018
Informations
Naissance
Nationalité
Équipe actuelle
Équipes UCI
Principales victoires

Elisa Longo Borghini, née le à Ornavasso, est une coureuse cycliste italienne, membre de l'équipe Trek-Segafredo. Son frère aîné, Paolo Longo Borghini, est également cycliste professionnel. Coureuse polyvalente, elle a remporté les classiques suivantes : Tour des Flandres 2015, Trofeo Alfredo Binda-Comune di Cittiglio 2013 et les Strade Bianche 2017. Elle affiche également de bonnes performances sur les courses à étapes avec la victoire lors sur la Route de France 2015 ou une deuxième place au Tour d'Italie 2017.

Lors du Tour de Thuringe 2012

Sommaire

BiographieModifier

Elisa Longo Borghini est la fille de la skieuse de fond Guidina Dal Sasso et de l'entraîneur de la même discipline Ferdinando Longo Borghini. En parallèle de sa carrière cycliste, elle fait partie du programme « fiamme oro » de la police italienne qui lui permettra de se reconvertir une fois sa carrière achevée[1].

En 2012, au Grand Prix de Plouay, elle est la seule avec Tiffany Cromwell à parvenir à suivre Marianne Vos. Elle y termine troisième[2].

Révélation et Trofeo Aldredo Binda (2013)Modifier

En 2013, le Trofeo Alfredo Binda se dispute dans des conditions météorologiques difficiles : pluie et froid accompagnent la course. Dans la deuxième ascension de la côte du circuit, trois coureuses attaquent. Elisa Longo Borghini part à leur poursuite puis les double. Elle gagne la course en solitaire avec presque deux minutes d'avance sur ses poursuivantes[3].

Durant le championnat d'Italie sur route, elle reprend les deux échappées que sont Silvia Valsecchi et Dalia Muccioli. Elle attaque et n'est suivie que par cette dernière. Elle chute cependant dans une descente et doit abandonner[4].

Régulière (2014)Modifier

Sur la course en ligne des championnats du monde, seules Marianne Vos, Lizzie Armitstead et Elisa Longo Borghini parviennent à suivre l'attaque d'Emma Johansson dans la dernière ascension. Elles effectuent la descente ensemble, mais ne coopèrent pas sur le plat. Emma Johansson part mais est prise en chasse par Marianne Vos. Elisa Longo Borghini place un contre, mais la Néerlandaise réagit aussitôt. Les quatre échappées tergiversent au passage de la flamme rouge. Elles sont reprises par le groupe de poursuivantes. Elisa Longo Borghini se classe quatorzième[5].

Tour des Flandres (2015)Modifier

En 2015, aux Strade Bianche, un groupe de leaders se détache au bout de 58 km, puis se scinde en deux dans les derniers secteurs en terre. Les cinq coureuses à l'avant sont : Megan Guarnier, Elizabeth Armitstead, Elisa Longo Borghini, Ashleigh Moolman-Pasio et Anna van der Breggen. Profitant de la supériorité numérique de l'équipe, l'Américaine attaque dans le final et s'impose en solitaire. Longo Borghini est deuxième du groupe de poursuite[6].

Au Tour de Drenthe, Elisa Longo Borghini part dans une échappée de quatre à dix kilomètres de l'arrivée, qui de par sa composition semble destinée à aller au bout. Le manque de coopération dans le groupe provoque pourtant un regroupement général dans le final[7]. Au Trofeo Alfredo Binda-Comune di Cittiglio, Elisa Longo Borghini fait partie du groupe de six coureuses qui se dispute la victoire au sprint. Elle termine quatrième[8]. Au Tour des Flandres, à vingt kilomètres de la ligne, Elisa Longo Borghini attaque avec Trixi Worrack. Elle la lâche rapidement dans le Kruisberg puis s'impose en solitaire[9],[10]. La Philadelphia Cycling Classic se joue dans la dernière ascension du mur de Manayunk. Elle y est seulement battue par Lizzie Armitstead[11].

 
Elisa Longo Borghini à l'Aviva Women's Tour 2015

Aux championnats d'Italie sur route, Elisa Longo Borghini finit deuxième derrière Elena Cecchini partie seule[12].

Au Tour d'Italie, Elisa Longo Borghini se trouve dans le groupe de leaders lors de la deuxième étape et termine quatrième. Elle est septième de la sixième étape, puis cinquième le lendemain. Elle termine la course à la huitième place du classement général[13]. À la Route de France féminine 2015, elle est huitième du prologue. Sur la troisième étape, elle gagne seule et s'empare également du maillot de leader du classement général. Lors de l'étape reine qui se conclut à La Planche des Belles Filles, elle attaque à cinq cent mètres du sommet du col des Chevrères. Elle gère son effort jusqu'à l'arrivée et s'impose seule. Elle conforte ainsi sa place au classement général et remporte le lendemain l'épreuve[14]. Au Grand Prix de Plouay, elle suit les meilleures et se classe neuvième[15].

Lors de l'Holland Ladies Tour, elle se classe deuxième de l'étape finale qui se conclut dans la montée du Cauberg[16]. Sur l'épreuve en ligne des championnats du monde, elle suit Lizzie Armitstead dans la dernière ascension avant de finir quatrième du sprint[17]. En octobre, Elisa Longo Borghini met un point final à sa saison au Tour d'Émilie sous les couleurs italiennes. Elle s'impose sous la pluie devant Asleigh Moolman et Amber Neben[18].

Médaillée de bronze olympique (2016)Modifier

 
Au Tour d'Italie

Aux Strade Bianche, Elisa Longo Borghini se classe quatrième, soit première des poursuivantes[19]. Au Tour des Flandres, Elisa Longo Borghini tente une attaque sur les pentes du vieux Quaremont mais est suivie par les autres favorites. Elle est finalement cinquième[20].

L'équipe participe à l'Emakumeen Saria et à l'Emakumeen Euskal Bira dans le Pays basque. Sur la première épreuve, Megan Guarnier s'échappe avec Elisa Longo Borghini, puis la devance au sprint[21]. Sur la deuxième, après un prologue et une première étape où elle finit onzième, Elisa Longo Borghini termine troisième de la difficile deuxième étape et remonte à la même place au classement général. Sur la dernière étape, un groupe d'échappée dangereux au classement général se forme sur la fin du parcours. La formation Wiggle High5 doit donc mener la poursuite pour permettre à Emma Johansson et Elisa Longo Borghini de faire le saut vers le groupe. L'Italienne finit quatrième de l'étape mais perd sa troisième place au classement général au profit d'Ashleigh Moolman qui encaisse les bonifications de la troisième place d'étape[22]. À la Flèche wallonne, sept athlètes se détachent dans la côte de Cherave : Anna van der Breggen, Katarzyna Niewiadoma, Evelyn Stevens, Megan Guarnier, Alena Amialiusik Katrin Garfoot et Elisa Longo Borghini. Cette dernière se classe cinquième[23],[24].

Au championnat d'Italie sur route, Elisa Longo Borghini s'impose sur l'épreuve contre-la-montre. Sur la course en ligne, elle attaque à une vingtaine de kilomètres de la ligne. Derrière un groupe de poursuite de six coureuses s'organise. Il est constitué de : Elena Cecchini, Tatiana Guderzo, Rossella Ratto, Soraya Paladin, Anna Zita Maria Stricker, Giorgia Bronzini et Maria Giulia Confalonieri. À dix kilomètres de l'arrivée, Elisa Longo Borghini est reprise et Elena Cecchini contre immédiatement. Elle n'est plus reprise et Elisa Longo Borghini doit se contenter de la seconde place[25].

Au Tour d'Italie, Elisa Longo Borghini prend le départ de la course avec le statut d'outsider[26],[27]. Elle est douzième du prologue [28]. Le lendemain, Elisa Longo Borghini attaque avec de Katarzyna Niewiadoma, Evelyn Stevens et Megan Guarnier bientôt rejointe par cinq autres coureuses dont Mara Abbott et Giorgia Bronzini. Celle-ci s'impose dans ce sprint limité. Elisa Longo Borghini porte une première fois le maillot de la meilleure grimpeuse. Le final escarpé de la deuxième étape est mis à profit par Elisa Longo Borghini, qui se fait néanmoins doubler juste avant la ligne par Megan Guarnier[29]. La cinquième étape comporte l'ascension du col du Mortirolo. Dans ses pentes, Mara Abbott accélère. Elisa Longo Borghini reste avec les autres favorites. Elle finit deuxième de l'étape derrière sa coéquipière. L'Italienne pointe à la troisième place du classement général avec quinze secondes de retard[30],[31]. Le lendemain, elle victime de la chaleur, perd plus de seize minutes durant l'étape et ainsi toute chance au classement général[32],[33],[34]. Sur le contre-la-montre, elle se reprend et finit troisième à quatre secondes d'Evelyn Stevens[35],[36],[37],[38]. Au moment du bilan, Elisa Longo Borghini remporte le classement de la meilleure grimpeuse[39].

Lors de la course en ligne olympique, elle est une des rares à parvenir à suivre le rythme imprimé par Mara Abbott dans l'ascension de la Vista Chinesa. À mi-côte, elles ne sont plus que quatre en tête : Elisa Longo Borghini, Mara Abbott, Anna van der Breggen et Annemiek van Vleuten. Emma Johansson est quelques mètres derrière. Jouant le surnombre, Annemiek van Vleuten attaque sur un replat. Mara Abbott est la seule à suivre. Elle tente de décrocher la Néerlandaise sans succès. Au sommet, Annemiek van Vleuten et Mara Abbott comptent vingt-deux secondes d'avance sur Elisa Longo Borghini, Anna van der Breggen et Emma Johansson. Annemiek van Vleuten mène la descente et distance rapidement Mara Abbott qui se montre très prudente. Dans un virage, la Néerlandaise perd le contrôle de son vélo et tombe sur une des énormes bordures de béton longeant la route. Mara Abbott est donc seule en tête à la fin de la descente et possède trente-huit secondes d'avance sur ses poursuivantes. Celles-ci coopèrent, en partie pour revenir sur l'Américaine, et en partie pour éviter un retour du groupe de Lizzie Armitstead qui les talonne. Finalement, Elisa Longo Borghini, Anna van der Breggen et Emma Johansson rejoignent Mara Abbott dans les ultimes mètres de l'épreuve. Anna van der Breggen lance le sprint et distance Emma Johansson. Elisa Longo Borghini, qui a mené dans le dernier kilomètre est troisième[40]. Sur le contre-la-montre, elle effectue un départ rapide qui lui permet d'avoir longtemps le meilleur temps au premier intermédiaire. Elle faiblit cependant dans le final et termine cinquième[41].

Mi-septembre, elle participe aux championnats d'Europe sur route. Elle se classe septième du contre-la-montre. Sur la course en ligne, elle se préserve pour le final. Dans la dernière ascension de la côte de Cadoudal, elle suit l'accélération de Katarzyna Niewiadoma avec Anna van der Breggen, Alena Amialiusik et Rasa Leleivytė. Elle se classe troisième au sprint[42].

Strade Bianche et deuxième du Tour d'Italie (2017)Modifier

 
Avec le maillot de championne d'Italie en 2017

Au Circuit Het Nieuwsblad, Ellen van Dijk et Elisa Longo Borghini s'échappent après le Paterberg. Les deux coureuses de tête comptent jusqu'à une minute et demi d'avance. Le Molenberg permet à un nouveau groupe de poursuite de prendre le large. La jonction avec la tête s'opère à seize kilomètres de l'arrivée. Elisa Longo Borghini se classe finalement cinquième[43].

Aux Strade Bianche, Elisa Longo Borghini est victime d'une chute dans le secteur gravier cinq, mais revient dans le peloton. Une sélection s'opère dans l'avant dernier secteur et seules cinq coureuses sont en tête : Elisa Longo Borghini, Elizabeth Deignan, Katarzyna Niewiadoma rejointes immédiatement par Annemiek van Vleuten et Katrin Garfoot. Dans la montée finale, Elisa Longo Borghini accélère dans la partie la plus difficile, reprenant au passage Lucinda Brand et Shara Gillow qui comptaient quelques secondes d'avance, puis s'impose[44]. Au Tour de Drenthe, Elisa Longo Borghini est présente dans l'échappée décisive avec Amalie Dideriksen, Lucinda Brand et Elena Cecchini. Elle attaque dans le final sans succès et se classe quatrième[45]. Au Trofeo Alfredo Binda-Comune di Cittiglio, Elisa Longo Borghini fait partie du groupe de tête lors de la dernière ascension de la course. Le groupe se fait néanmoins reprendre. Elisa Longo Borghini se classe tout de même neuvième du sprint qui conclut la course[46],[47]. Au Tour des Flandres, elle fait partie du groupe de tête au sommet du Kanarieberg. Le peloton les reprend rapidement. Dans le Kruisberg, Anna van der Breggen place ensuite une attaque suivie par Katarzyna Niewiadoma, Elisa Longo Borghini et Annemiek van Vleuten. Elles sont finalement reprises sous la flamme rouge, suite aux consignes de la formation Boels Dolmans. Elisa Longo Borghini se classe dixième[48],[49].

Elle est cinquième de l'Amstel Gold Race, mais tombe malade et doit renoncer à la Flèche wallonne. De retour à Liège-Bastogne-Liège, elle s'y classe neuvième. Lors des championnats nationaux, Elisa Longo Borghini conserve son titre en contre-la-montre, surtout elle obtient pour la première fois le titre sur route. Elle a profité de la montée de la Serra pour s'échapper seule. Elle gagne en solitaire[50].

Au Tour d'Italie, la formation Wiggle High5 est quatrième du contre-la-montre par équipes inaugural. Le lendemain, elle part avec Anna van der Breggen et Annemiek van Vleuten dans l'ascension de la Forcella. Elles se disputent la victoire au sprint, Elisa Longo Borghini est troisième. Le peloton arrive deux minutes plus tard[51],[52],[53]. Lors du contre-la-montre, Elisa Longo Borghini se classe troisième derrière ses deux rivales au classement général[54],[55],[56]. Sur l'ultime étape, les favorites s'isolent en tête dans la montée du Vésuve. Elisa Longo Borghini prend la sixième place et conserve ainsi sa deuxième place au classement général. Elle est également meilleure Italienne. À La course by Le Tour de France arrive au sommet du col de l'Izoard. À cinq kilomètres de l'arrivée, Annemiek van Vleuten place une attaque. Elle est suivie par Elizabeth Deignan, Elisa Longo Borghini et Shara Gillow. Elle accélère une nouvelle fois cinq cents mètres plus loin et creuse cette fois un écart. Elisa Longo Borghini se classe finalement troisième[57]. Sur la deuxième étape dans Marseille, les places ne sont pas changées. Elle est troisième du classement général.

Aux championnats d'Europe sur route, elle fait partie de l'échappée décisive de sept coureuses et se met pleinement au service de Giorgia Bronzini[58]. Au Grand Prix de Plouay, elle se montre active en début de course et suit les meilleures dans l'avant dernière ascension de Ty Marrec. Cependant un regroupement général s'opère et tout se joue dans la dernière montée, où elle ne peut suivre Elizabeth Deignan et Pauline Ferrand-Prévot[59]. Sur la course en ligne des championnats du monde, Elisa Longo Borghini n'est pas dans un bon jour et est lâchée avant l'explication finale.

Saison difficile (2018)Modifier

Aux Strade Bianche, au kilomètre soixante-quinze, sur le plus long secteur pavé, l'équipe Boels Dolmans se place en tête. Elisa Longo Borghini est alors victime d'une crevaison. Elle revient dans le peloton par la suite. Dans le septième secteur, dit colle Pinzuto, Katarzyna Niewiadoma et Elisa Longo Borghini passent à l'offensive. Anna van der Breggen réagit immédiatement. Sur la fin de ce secteur, les deux dernières comptent environ vingt secondes d'avance sur le peloton. L'Italienne est cependant victime d'un nouvel incident mécanique trois kilomètres plus loin et perd quelques mètres sur Anna van der Breggen. Celle-ci file alors vers la victoire. Derrière, dans le dernier secteur, Katarzyna Niewiadoma sort seule du groupe de huit poursuivantes. Elle revient sur Elisa Longo Borghini et la distance dans l'ascension finale. L'Italienne finit troisième[60],[61]. Au Trofeo Alfredo Binda-Comune di Cittiglio, Elisa Longo Borghini fait partie du groupe des favorites à l'amorce du dernier tour. Dans la dernière ascension de la côte de Casale, elle sort avec Katarzyna Niewiadoma et Chantal Blaak pour revenir sur les échappées. Le groupe de tête se reforme néanmoins avec douze unités. Dans la côte d'Orino, elle cherche en vain à suivre l'attaque de Katarzyna Niewiadoma. Elle se classe finalement dixième[62],[63]. En fin de mois, il est annoncé qu'Elisa Longo Borghini est forfait pour le Tour des Flandres.

En mai, elle est cinquième de l'Emakumeen Euskal Bira. Elle est ensuite sixième du Women's Tour, après en avoir été une des principales animatrices. Elle s'impose sur la course en ligne des Jeux méditerranéens.

Sur le Tour d'Italie, sur la première arrivée au sommet, Elisa Longo Borghini est victime d'une crevaison au pied de l'ultime ascension et connait une journée sans. Elle perd trois minutes sur la tête de course[64],[65]. Sur le contre-la-montre en côte, elle se classe sixième et remonte à la neuvième place du classement général[66],[67]. Lors de la huitième étape, un groupe de neuf se forme, mais le peloton ne laisse pas l'écart se creuser, Elisa Longo Borghini étant présente à l'avant. Dans la dernière côte, placée à neuf kilomètres de l'arrivée, Elisa Longo Borghini accélère. Dans la descente, elle est rejointe par les descendeuses Marianne Vos et Lucinda Brand. Elisa Longo Borghini est troisième de l'étape[68],[69]. Dans le Zoncolan, Elisa Longo Borghini est treizième. Au terme de l'épreuve, Elisa Longo Borghini est treizième et meilleure Italienne.

Elle est douzième à Plouay. Aux championnats du monde, elle est quatrième du contre-la-montre par équipes avec Wiggle High5. Elle est ensuite neuvième du contre-la-montre individuel[70],[23]. Sur la course en ligne, elle participe à la bonne prestation d'ensemble de l'équipe d'Italie et se classe treizième.

StyleModifier

Elisa Longo Borghini est une sprinteuse médiocre, cela l'oblige à adopter une tactique de course très agressive. Comme elle le déclarait après le Tour des Flandres 2015 : « Je suis toujours la plus lente dans une échappée, j'avais donc à partir seule »[9],[71].

PalmarèsModifier

Par annéesModifier

Classements mondiauxModifier

Année 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018
Classement UCI[72] 98e 16e 6e 10e 5e 5e 10e 17e
Coupe du monde 51e 25e 5e 8e 4e - - -
UCI World Tour - - - - - 5e 5e 11e

DistinctionsModifier

RéférencesModifier

  1. (en) « Cycling as a second career: a look at the other lives of cycling pros », sur cycling tips (consulté le 10 septembre 2017)
  2. Alfred North, Tour le cyclisme féminin performances 2012, , p. 245
  3. (en) « Longo Borghini wins Trofeo Alfredo Binda World Cup », sur Cycling news (consulté le 22 octobre 2016)
  4. (it) « L'intervista: L'ascesa di Dalia, gioiello d'Italia - Muccioli: «Che emozione il tricolore! Sogno Olimpiadi, Giro e Freccia» », sur cicloweb (consulté le 22 février 2016)
  5. (en) « Worlds: Ferrand-Prevot secures the gold medal », sur cycling news (consulté le 28 décembre 2016)
  6. (en) « Guarnier wins Strade Bianche 2015 », sur cycling news (consulté le 14 mars 2015)
  7. (en) « D'Hoore wins Boels Rentals Ronde van Drenthe », sur cycling news (consulté le 15 mars 2015)
  8. « Trophée Alfredo Binda, Lizzie Armitstead devant Pauline Ferrand Prevot ! », sur lederailleur.fr (consulté le 22 avril 2015)
  9. a et b (en) « Longo Borghini wins Tour of Flanders World Cup », sur cycling news (consulté le 16 avril 2015)
  10. « Film du Tour des Flandres 2015 », la Gazette du cyclisme féminin, no 134,‎ , p. 18
  11. (en) « UCI Women Road World Cup: Armitstead delivers in Philadelphia », sur UCI (consulté le 8 juin 2015)
  12. (it) « Tricolore donne: Cecchini bis, Longo Borghini seconda. Juniores, c’è Beggin », sur gazzetta.it (consulté le 13 décembre 2015)
  13. (en) « Giro Rosa: World champion Ferrand-Prévot wins mountaintop finish in Aprica », sur cycling news (consulté le 8 juillet 2015)
  14. (en) « La Route de France », sur cycling news (consulté le 22 août 2015)
  15. (en) « Armitstead wins GP de Plouay World Cup », sur cycling news (consulté le 30 août 2015)
  16. (en) « D'Hoore wins Boels Rentals Ladies Tour opener », sur cycling news (consulté le 17 septembre 2015)
  17. (en) « Armitstead wins women's World Championship road race », sur cycling news (consulté le 27 septembre 2015)
  18. (it) « Giro dell'Emilia donne: Longo Borghini regina sul San Luca », sur gazzetta.it (consulté le 13 décembre 2015)
  19. (en) « Lizzie Armitstead wins Strade Bianche Women », sur cycling news (consulté le 6 mars 2016)
  20. (en) « Lizzie Armitstead wins Women's Tour of Flanders », sur Cycling news (consulté le 4 avril 2016)
  21. (en) « Guarnier wins Durango-Durango Emakumeen Saria », sur cycling news (consulté le 23 avril 2016)
  22. (en) « Guarnier wins final stage, Johansson overall at Euskal Emakumeen XXIX Bira », sur cycling news (consulté le 23 avril 2016)
  23. a et b (en) « Van der Breggen wins La Fleche Wallonne Feminine », sur cycling news (consulté le 21 avril 2016) Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « cn » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  24. « Anna Van der Breggen s’offre une nouvelle Flèche », sur le dérailleur (consulté le 22 avril 2016)
  25. (it) « Ciclismo, Campionato italiano femminile: Elena Cecchini fa tris », sur Sport face (consulté le 4 octobre 2016)
  26. (en) « Giro d'Italia Internazionale Femminile - Preview », sur cycling news (consulté le 5 juillet 2016)
  27. (it) « Giro Rosa 2016, Armitstead e Longo Borghini al via », sur Gazzetta (consulté le 9 juillet 2016)
  28. (en) « Giro Rosa: Kirchmann claims prologue victory », sur cycling news (consulté le 3 juillet 2016)
  29. (it) « Giro Rosa, 2ª tappa: Stevens vittoria e maglia. Longo Borghini seconda », sur Gazzetta (consulté le 9 juillet 2016)
  30. « Mara Abbott dompte la Cima Coppi », sur le dérailleur (consulté le 6 juillet 2016)
  31. (it) « Giro Rosa, il Mortirolo lancia Mara Abbott », sur Gazzetta (consulté le 9 juillet 2016)
  32. (en) « Giro Rosa: Stevens wins stage 6 summit finish to Madonna della Guardia », sur cycling news (consulté le 8 juillet 2016)
  33. « Giro Rosa - L'étape reine pour Stevens, Guarnier en rose », sur cyclism actu (consulté le 9 juillet 2016)
  34. « Giro Rosa - Longo Borghini "ne voulait pas y aller à fond" », sur cyclism actu (consulté le 9 juillet 2016)
  35. (en) « Stevens wins Giro Rosa time trial », sur cycling news (consulté le 8 juillet 2016)
  36. (it) « Giro Rosa, Stevens vince la crono », sur Gazzetta (consulté le 9 juillet 2016)
  37. « Giro Rosa - Megan Guarnier : "Ce n'est pas terminé" », sur cyclism actu (consulté le 9 juillet 2016)
  38. « Giro Rosa - Evelyn Stevens : "Je n'avais aucune ambition" », sur cyclism actu (consulté le 9 juillet 2016)
  39. (en) « Guarnier wins 2016 Giro Rosa », sur cycling news (consulté le 12 juillet 2016)
  40. (en) « Olympic Games: Van der Breggen wins gold in women's road race », sur cycling news (consulté le 10 août 2016)
  41. (en) « Olympic Games: Kristin Armstrong wins gold in women's time trial », sur cycling news (consulté le 13 août 2016)
  42. (nl) « EK 2016: Anna van der Breggen pakt Europese titel », sur Wielerflits (consulté le 18 septembre 2016)
  43. « Lucinda Brand remporte le Het Nieuwsblad », sur le dérailleur (consulté le 26 février 2017)
  44. (en) « Longo Borghini wins Strade Bianche Women », sur cycling news (consulté le 5 mars 2017)
  45. (en) « World champion Dideriksen wins Ronde van Drenthe », sur cycling news (consulté le 14 mars 2017)
  46. (en) « Rivera wins Trofeo Alfredo Binda », sur cycling news (consulté le 21 mars 2017)
  47. « Coryn Rivera surpuissante ! », sur Le dérailleur (consulté le 26 mars 2017)
  48. (en) « Rivera wins Tour of Flanders Women », sur cycling news (consulté le 3 avril 2017)
  49. « Coryn Rivera remporte le Ronde », sur Le dérailleur (consulté le 3 avril 2017)
  50. (it) « Ciclismo femminile, Campionati italiani: Elisa Longo Borghini firma il bis! », sur Oa sport (consulté le 5 août 2017)
  51. « Giro Rosa # 2. Annemiek Van Vleuten s'impose devant Anna Van Der Breggen (nouveau maillot rose) et Elisa Longo Borghini. Les trois femmes ont frappé fort. », sur vélo 101 (consulté le 2 juillet 2017)
  52. « Annemiek van Vleuten l’emporte, van der Breggen en rose », sur le dérailleur (consulté le 3 juillet 2017)
  53. (en) « Van Vleuten claims second stage of Giro Rosa », sur cycling news (consulté le 17 juillet 2017)
  54. « Giro Rosa — AVV supersonique », sur vélo 101 (consulté le 5 juillet 2017)
  55. (en) « Giro Rosa: Van Vleuten wins stage 5 time trial in Sant'elpidio a Mare », sur cycling news (consulté le 17 juillet 2017)
  56. « Annemiek van Vleuten se relance ! », sur le dérailleur (consulté le 17 juillet 2017)
  57. « La Course by Le Tour — Van Vleuten s'offre l'Izoard », sur vélo 101 (consulté le 21 juillet 2017)
  58. « Championnats d'Europe Elites — Une nouvelle couronne pour Vos », sur vélo 101 (consulté le 6 août 2017)
  59. « GP de Plouay — Deignan devant Ferrand-Prévot », sur vélo 101 (consulté le 27 août 2017)
  60. « Strade Bianche — Van Der Breggen et les éléments », sur vélo 101 (consulté le 4 mars 2018)
  61. (en) « Anna van der Breggen wins Strade Bianche in heroic solo », sur cycling news (consulté le 4 mars 2018)
  62. (en) « Niewiadoma solos to victory in rainy Trofeo Alfredo Binda », sur cycling news (consulté le 18 mars 2018)
  63. « Trofeo Binda — Niewiadoma l'aura méritée », sur vélo 101 (consulté le 18 mars 2018)
  64. « Giro Rosa — La MTS prend de l'altitude », sur vélo 101 (consulté le 12 juillet 2018)
  65. (en) « Giro Rosa: Spratt wins stage 6 atop Gerola Alta, takes overall lead », sur cycling news (consulté le 12 juillet 2018)
  66. « Giro Rosa — La bombe Van Vleuten », sur vélo 101 (consulté le 12 juillet 2018)
  67. (en) « Giro Rosa: Van Vleuten wins stage 7 mountain time trial », sur cycling news (consulté le 12 juillet 2018)
  68. « Giro Rosa — Marianne Vos toujours là », sur vélo 101 (consulté le 13 juillet 2018)
  69. (en) « Giro Rosa: Vos wins stage 8 in Breganze », sur cycling news (consulté le 13 juillet 2018)
  70. « Mondiaux CLM Innsbruck — Les Hollandaises annoncent la couleur », sur vélo 101 (consulté le 1er octobre 2018)
  71. « I am always the slowest in a break, so I had to go alone »
  72. (en) « World Cup - Results - Cycling - Road 2012 », sur UCI (consulté le 29 septembre 2014)

Liens externesModifier