Ouvrir le menu principal

Megan Guarnier

coureuse cycliste américaine
Megan Guarnier
2018 Women's Tour de Yorkshire - Megan Guarnier (stage).jpg
Megan Guarnier en 2018
Informations
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (34 ans)
Glens FallsVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Équipes UCI
Principales victoires

Megan Guarnier (née le à Glens Falls (État de New York) est une ancienne coureuse cycliste américaine. Elle est championne des États-Unis sur route à trois reprises : en 2012, 2015 et 2016. En 2016, elle remporte le Tour d'Italie, la course par étapes références du circuit féminin. La même année, elle est lauréate de la première édition de l'UCI World Tour. Elle remporte également les Strade Bianche en 2015 et se classe à trois reprises troisième de la Flèche wallonne.

BiographieModifier

Durant sa jeunesse, Megan Guarnier pratique la natation pendant 13 ans, jusqu'au niveau national. Elle est contrainte d'arrêter ce sport à cause de blessures récurrentes à l'épaule. Elle passe alors au triathlon, puis au cyclisme. De 2004 à 2007, elle court au sein de l'équipe du Middlebury College, où elle fréquente Ted King, futur cycliste professionnel, et les vététistes Lea Davison et Spencer Paxson. Elle en sort lauréate summa cum laude d'un diplôme de premier cycle en neuroscience[1].

En 2008, Megan Guarnier court pour l'équipe ProMan, avec l'équipe nationale des moins de 23 ans. En 2009, elle rejoint l'équipe française Bourgogne Cyclisme Féminin et réside à Limoux. Avec celle-ci, elle gagne le Grand Prix d’Amancey et se classe deuxième de Cholet-Pays de Loire. Elle souffre cependant de l'éloignement et de la barrière de la langue[1].

 
Au Nature Valley Grand Prix 2012

En 2010, elle est appelée par Linda Jackson pour intégrer l'équipe américaine Tibco, évoluant au niveau international[1]. Avec cette équipe, elle gagne en 2011 le Tour de Toscane féminin-Mémorial Michela Fanini, sa principale victoire sur le circuit international. Durant l'année 2012, Megan Guarnier gagne Redlands Bicycle Classic avec Tibco-To the Top. Au printemps, elle est septième de la Flèche wallonne, une manche de la Coupe du monde[1]. Elle court en Europe avec l'équipe des États-Unis, qu'elle aide à obtenir des points permettant d'accroître le nombre de qualifiées aux Jeux olympiques de Londres[2]. Malgré une victoire au championnat des États-Unis sur route, elle n'est pas sélectionnée pour ces Jeux. En fin de saison, elle dispute le championnat du monde sur route, dont elle prend la 33e place.

Rabo Women (2013)Modifier

En 2013, Megan Guarnier rejoint l'équipe néerlandaise Rabo Women, numéro un mondiale, dont la leader est la championne du monde et olympique Marianne Vos[2]. Elle est deuxième du Circuit Het Nieuwsblad derrière Tiffany Cromwell. Elle joue surtout un rôle d'équipière durant la saison.

Leader au Tour d'Italie (2014)Modifier

En mai, aux Jeux panaméricains, Megan Guarnier remporte la médaille de bronze sur l'épreuve du contre-la-montre, puis deux jours plus tard l'argent sur la course en ligne[3]. Elle termine deuxième des Championnats des États-Unis[4].

Elle se présente au Tour d'Italie en tant que leader de sa formation. Sur la première étape, elle prend la cinquième place. L'étape suivante lui permet de remonter de la huitième à la cinquième place du classement général. Elle perd ensuite du temps dans l'étape six, rétrogradant à la dixième place. La huitième étape lui permet de se replacer, elle y termine cinquième et remonte à la septième place du classement général, place à laquelle elle termine la course[5].

Championne des États-Unis et Strade Bianche (2015)Modifier

En 2015, elle participe aux Strade Bianche. Au bout de 58 km un groupe de leaders se détache, puis dans les derniers secteurs en terre, se scinde en deux. Les cinq coureuses à l'avant sont : Megan Guarnier, Elizabeth Armitstead, Elisa Longo Borghini, Ashleigh Moolman-Pasio et Anna van der Breggen. Profitant de la supériorité numérique de l'équipe, l'Américaine attaque dans le final et s'impose en solitaire[6]. Sur la Flèche wallonne, elle fait partie des meilleures dans la côte de Cherave et attaque le mur de Huy dans le groupe de tête. Elle termine troisième[7]. Sur la course en ligne des championnats des États-Unis, elle se retrouve dans le groupe de tête dans le final. Elle profite de l'échappée de sa coéquipière Evelyn Stevens pour s'économiser. Elle se montre ensuite la plus rapide du groupe de quatre qui se disputent la victoire et est donc sacrée pour la deuxième fois championne des États-Unis[8].

 
En tête du peloton avec son maillot de championne des États-Unis sur la Course

Au Tour d'Italie, sur la deuxième étape, Megan Guarnier se trouve dans le groupe de tête et se montre la plus rapide au sprint. Elle s'empare du maillot rose. Elle est ensuite deuxième des cinquième, sixième et septième étapes, les deux fois derrière des fugitives : respectivement Pauline Ferrand-Prévot, Mayuko Hagiwara et Lucinda Brand. Elle prend la tête du classement par points à la fin de la sixième étape, mais Lucinda Brand le récupère après la septième. Megan Guanier se classe de nouveau deuxième du contre-la-montre de la huitième étape derrière Anna van der Breggen jusque-là deuxième du classement général et qui la dépossède du maillot rose. Sur la dernière étape qui est une arrivée au sommet, Megan Guarnier finit quatrième. Mara Abbott gagne l'étape et s'empare de la deuxième place au classement général de Megan Guarnier pour treize secondes. Cette dernière est finalement troisième et vainqueur du classement par points[9].

Lors du Tour de Norvège, elle attaque à cinquante kilomètres de l'arrivée durant la première étape et est accompagnée d'Amanda Spratt. Elle la bat au sprint et prend la tête du classement général. La deuxième et dernière étape se terminant par un sprint, l'Américaine remporte le classement général de l'épreuve[10]. Au Grand Prix de Plouay, elle se montre très active en attaquant à de nombreuses reprises. Elle assiste Lizzie Armitstead qui s'impose finalement. Megan Guarnier se classe quatorzième[11].

Sur l'épreuve en ligne des championnats du monde, elle suit Lizzie Armitstead dans la dernière ascension avant de finir troisième du sprint[12].

Giro et numéro un mondial (2016)Modifier

 
À la Flèche wallonne

Au Trofeo Alfredo Binda-Comune di Cittiglio, à vingt-cinq kilomètres de l'arrivée, dans la montée vers Orino, un groupe de huit coureuses dont Megan Guarnier se détache. Il prend rapidement un avantage de plus d'une minute sur ses poursuivantes. Jolanda Neff attaque ensuite à Cuvio. Dans l'ultime ascension vers Orino, Elizabeth Armitstead, également de l'équipe Boels Dolmans, a du mal à suivre et perd du terrain. Elle revient sur le groupe au sommet et profite de l'effet de surprise pour attaquer aussitôt. Elle reprend la Suissesse à trois kilomètres de l'arrivée et la surclasse au sprint. Megan Guarnier rattrape Jolanda Neff dans l'emballage final et se classe donc deuxième[13].

Au Tour des Flandres, sur le Kanarieberg, Megan Guarnier et Pauline Ferrand-Prévot hausse le rythme et font la sélection. Megan Guarnier est finalement quatrième de l'épreuve dominée par sa formation[14].

L'équipe participe à l'Emakumeen Saria et à l'Emakumeen Euskal Bira dans le Pays basque. Sur la première épreuve, Megan Guarnier s'échappe avec Elisa Longo Borghini, puis la devance au sprint[15]. Sur la deuxième, Megan Guarnier est neuvième du prologue. Sur la difficile deuxième étape, Megan Guarnier termine deuxième juste derrière Emma Johansson et remonte à la même place au classement général. Sur le sprint massif de la troisième étape, elle finit cinquième. Sur la dernière étape, un groupe d'échappée dangereux au classement général se forme sur la fin du parcours, obligeant la formation Wiggle High5 à travailler. Au sprint, Megan Guarnier se montre la plus rapide. Elle est deuxième de l'épreuve[16].

À la Flèche wallonne, sept athlètes se détachent dans la côte de Cherave : Anna van der Breggen, Katarzyna Niewiadoma, Evelyn Stevens, Megan Guarnier, Elisa Longo Borghini, Alena Amialiusik et Katrin Garfoot. Sur le replat, la première place une accélération. Elle est marquée par Evelyn Stevens. Les deux coureuses se disputent la victoire. Derrière, Megan Guarnier vient compléter le podium[17],[18].

Au Tour de Californie, Megan Guarnier remporte la première étape en se montrant la plus rapide dans l'ascension finale[19]. Le lendemain, la formation Boels Dolmans termine deuxième du contre-la-montre par équipes, six secondes derrière l'équipe Twenty16-Ridebiker. Megan Guarnier conserve ainsi son maillot de leader tandis qu'Evelyn Stevens remonte à la troisième place du classement général. L'équipe contrôle ensuite les deux dernières étapes. Le classement général ne change plus. Megan Guarnier gagne également le classement par points de l'épreuve[20]. Elle remporte ensuite le championnat des États-Unis sur route en devançant au sprint un peloton très éparpillé[21]. À la Philadelphia Cycling Classic, la course se décide dans la dernière ascension du mur de Manayunk. Karol-Ann Canuel emmène Megan Guarnier qui se trouve seule à mener encore loin de la ligne. Elisa Longo Borghini et Alena Amialiusik sont les seules à parvenir à suivre dans un premier temps avant de devoir céder face à la championne américaine à environ cent cinquante mètres de l'arrivée[22]. Le 23 juin, sa sélection pour les Jeux olympiques de Rio est annoncée[23].

Au Tour d'Italie, Megan Guarnier et Evelyn Stevens prennent le départ de la course avec le statut de favorites[24],[25]. Sur le prologue, la première se classe quatrième[26]. Le lendemain, les deux suivent l'attaque d'Elisa Longo Borghini et de Katarzyna Niewiadoma bientôt rejointe par cinq autres coureuses. Au sprint, Megan Guarnier est battue par Giorgia Bronzini. Elle s'empare néanmoins des maillots rose et cyclamen. Dans le final escarpé de la deuxième étape, Megan Guarnier se fait légèrement décrocher et perd sa première place au classement général aux dépens de sa coéquipière[27]. La cinquième étape comporte l'ascension du col du Mortirolo. Dans ses pentes, Mara Abbott puis Emma Pooley accélèrent. La première passe au sommet avec deux minutes d'écart sur Emma Pooley et quatre sur Evelyn Stevens. Toutefois, la première chute et perd une grande partie de son avantage, la seconde, piètre descendeuse, se fait rejoindre par le groupe de Megan Guarnier. À l'arrivée, l'Américaine est quatrième de l'étape et deuxième du classement général derrière Mara Abbott[28],[29]. Le lendemain, tout se joue dans l'ultime ascension. Dans la montée vers le sanctuaire Mara Abbott multiplie les accélérations, mais n'a pas de succès. Anna van der Breggen attaque plus loin et n'est suivie que par Megan Guarnier. Evelyn Stevens revient et contre les deux coureuses. Megan Guarnier attaque ensuite Anna van der Breggen. Finalement, Evelyn Stevens remporte l'étape devant sa coéquipière. Au classement général, Megan Guarnier devient leader devant Mara Abbott et Evelyn Stevens[30],[31],[32]. Sur le contre-la-montre, Megan Guarnier est quatrième et conserve son maillot rose aux dépens d'Evelyn Stevens vainqueur de l'étape[33],[34],[35],[36]. Sur la dernière étape, les favorites se marquent et Megan Guarnier remporte ainsi son premier Tour d'Italie. Elle gagne également le classement par points. Megan Guarnier est désormais quasiment assurée de remporter le classement final de l'UCI World Tour féminin[37].

Lors de la course en ligne olympique, elle ne parvient pas à suivre le rythme imprimé par Mara Abbott dans l'ascension de la Vista Chinesa. Après la descente, elle se trouve avec Marianne Vos, Ashleigh Moolman-Pasio et Evelyn Stevens. Elle se classe onzième de l'épreuve[38].

Elle termine la saison à la première place du classement UCI, ce qui est une première pour une Américaine, en plus de celui de l'UCI World Tour. Elle est désignée coureuse de l'année par le site cyclingtips[39].

Une saison marquées par les chutes (2017)Modifier

 
Au Tour de Belgique

Elle chute durant le circuit Het Nieuwsblad. Souffrant encore lors des Strade bianche, elle est contrainte à l'abandon[40]. Elle revient à la compétition pour l'Amstel Gold Race[41].

Au Tour de Californie, sur la première étape, au pied de la dernière montée de l'étape, Amy Pieters place une attaque et provoque une sélection dans le peloton. Sa coéquipière Karol-Ann Canuel part ensuite, mais l'équipe UnitedHealthcare est vigilante. Enfin, Anna van der Breggen et Megan Guarnier sortent du peloton. Cette dernière remporte l'étape[42],[43].

Sur le Tour d'Italie, la formation remporte le contre-la-montre par équipes inaugural. Le lendemain, elle finit cinquième de l'étape passant par l'ascension de la Forcella où Anna van der Breggen, Annemiek van Vleuten et Elisa Longo Borghini ont pris deux minutes à leurs poursuivantes. Elle est alors quatrième du classement général[44],[45],[46]. Elle gagne une place sur la quatrième étape, mais la reperd le lendemain sur le contre-la-montre individuel. Elle est troisième de la huitième étape. Sur la dernière étape, les favorites s'isolent en haut du Vésuve. Megan Guarnier remporte le sprint du groupe[47],[48],[49]. Elle est finalement quatrième du classement général final.

Elle se classe ensuite quatrième de La course by Le Tour de France[50]. La semaine suivante, Amalie Dideriksen se classe septième du sprint massif à la RideLondon-Classique[51]. Au Tour de Norvège, Megan Guarnier se classe cinquième du prologue[52]. Sur la dernière étape, le sprint est confus, Ellen van Dijk est en tête puis est dépassée dans les derniers mètres par Megan Guarnier. Cette dernière remonte à la deuxième place du classement général par la même occasion[53].

Aux championnats du monde du contre-la-montre par équipes, elle fait partie de la composition de l'équipe Boels Dolmans. L'équipe passe en tête de la côte. Toutefois, elle perd vingt-sept secondes sur la formation Sunweb entre ce point et l'arrivée. L'équipe doit donc se contenter de la médaille d'argent[54]. Sur la course en ligne, elle chute à deux tours de l'arrivée dans la descente de Salmon Hill. Elle se brise la mâchoire sur le coup[55].

Dernière saison (2018)Modifier

 
Sur le podium de la Flèche wallonne

À la Flèche wallonne, dans le premier passage de la côte de Cherave, Pauline Ferrand-Prévot attaque. Elle est suivie par Megan Guarnier, Janneke Ensing et Amanda Spratt. Elles passent ensemble le mur de Huy et comptent quarante-cinq secondes d'avance au kilomètre quatre-vingt-quatorze. Le groupe d'échappée aborde en tête le mur de Huy. Megan Guarnier parvient à se maintenir avec les meilleures et se classe troisième[56],[57]. Au Tour de Yorkshire, sur la deuxième étape, Megan Guarnier utilise l'arrivée en côte pour s'imposer avec quatorze secondes d'avance. Elle gagne le classement général par la même occasion[58],[59].

Au Tour d'Italie, la formation Boels Dolmans se classe troisième du contre-la-montre par équipes, douze secondes derrière la Sunweb[60],[61]. Sur la troisième étape, Megan Guarnier est retardée par une chute dans le final hors des trois derniers kilomètres. Elle perd une minute au classement général[62],[63]. Megan Guarnier prend la cinquième place de la cinquième étape[64],[65]. Sur la première arrivée au sommet, elle est quatrième, trente deux secondes derrière Amanda Spratt, partie seule[66],[67]. Elle prend la même place sur le contre-la-montre en côte. Elle est alors sixième du classement général[68],[69]. Sur la neuvième étape arrivant au Zoncolan, Megan Guarnier ne peut suivre le rythme imprimé par Ashleigh Moolman et Annemiek van Vleuten. Elle est cinquième au sommet, mais à quatre minutes de la Néerlandaise. Elle remonte à la cinquième place du classement général[70],[71]. Sur l'ultime étape, elle fait partie du groupe de tête et finit quatrième et reste cinquième du classement général[72],[73].

Fin août, elle annonce mettre un terme à sa carrière à la fin de l'année[74]. Elle se classe seizième de la course en ligne des championnats du monde.

PalmarèsModifier

 
À l'arrivée de la Flèche wallonne 2018

Classements mondiauxModifier

Année 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018
Classement UCI[75] 34e 36e 52e 26e 8e 1re 20e 18e
Coupe du monde 110e 48e 66e 18e 17e - - -
UCI World Tour - - - - - 1re 12e 14e

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d (en) « Megan Guarnier aiming at Olympic selection », sur cyclingnews.com, (consulté le 30 septembre 2013)
  2. a et b (en) « Guarnier joins Vos at Rabobank », sur cyclingnews.com, (consulté le 30 septembre 2013)
  3. (en) « Stevens TT win leads three-medal day for U.S. at Pan Am Road Championships », sur USA cycling (consulté le 12 mai 2014)
  4. (en) « Powers claims second US title in thrilling road race finale », sur cycling news (consulté le 27 mai 2014)
  5. (en) « Giro d'Italia Internazionale Femminile 2014 », sur cycling news (consulté le 15 juillet 2014)
  6. (en) « Guarnier wins Strade Bianche 2015 », sur cycling news (consulté le 14 mars 2015)
  7. (en) « Anna van der Breggen wins La Flèche Wallonne Féminine », sur cycling news (consulté le 22 avril 2015)
  8. (en) « Guarnier wins women's US pro road championships in Chattanooga », sur cycling news (consulté le 26 mai 2015)
  9. (en) « Giro Rosa: World champion Ferrand-Prévot wins mountaintop finish in Aprica », sur cycling news (consulté le 8 juillet 2015)
  10. (en) « Ladies Tour of Norway: Guarnier wins stage 1 », sur cycling news (consulté le 22 août 2015)
  11. (en) « Armitstead wins GP de Plouay World Cup », sur cycling news (consulté le 30 août 2015)
  12. (en) « Armitstead wins women's World Championship road race », sur cycling news (consulté le 27 septembre 2015)
  13. (en) « Armitstead wins Trofeo Alfredo Binda », sur Cycling news (consulté le 22 mars 2016)
  14. (en) « Lizzie Armitstead wins Women's Tour of Flanders », sur Cycling news (consulté le 4 avril 2016)
  15. (en) « Guarnier wins Durango-Durango Emakumeen Saria », sur cycling news (consulté le 23 avril 2016)
  16. (en) « Guarnier wins final stage, Johansson overall at Euskal Emakumeen XXIX Bira », sur cycling news (consulté le 23 avril 2016)
  17. (en) « Van der Breggen wins La Fleche Wallonne Feminine », sur cycling news (consulté le 21 avril 2016)
  18. « Anna Van der Breggen s’offre une nouvelle Flèche », sur le dérailleur (consulté le 22 avril 2016)
  19. « Megan Guarnier, cette étoile », sur le dérailleur (consulté le 20 mai 2016)
  20. (en) « Women's Tour of California: Wild wins fast and furious Sacramento stage », sur cycling news (consulté le 28 mai 2016)
  21. (en) « Guarnier repeats victory at US road championships », sur cycling news (consulté le 24 juin 2016)
  22. (en) « Guarnier wins Philadelphia Cycling Classic », sur cycling news (consulté le 6 juin 2016)
  23. (en) « USA Cycling unveils full team headed to Rio Olympics », sur USA today (consulté le 24 juin 2016)
  24. (en) « Giro d'Italia Internazionale Femminile - Preview », sur cycling news (consulté le 5 juillet 2016)
  25. (it) « Giro Rosa 2016, Armitstead e Longo Borghini al via », sur Gazzetta (consulté le 9 juillet 2016)
  26. (en) « Giro Rosa: Kirchmann claims prologue victory », sur cycling news (consulté le 3 juillet 2016)
  27. (it) « Giro Rosa, 2ª tappa: Stevens vittoria e maglia. Longo Borghini seconda », sur Gazzetta (consulté le 9 juillet 2016)
  28. « Mara Abbott dompte la Cima Coppi », sur le dérailleur (consulté le 6 juillet 2016)
  29. (it) « Giro Rosa, il Mortirolo lancia Mara Abbott », sur Gazzetta (consulté le 9 juillet 2016)
  30. (en) « Giro Rosa: Stevens wins stage 6 summit finish to Madonna della Guardia », sur cycling news (consulté le 8 juillet 2016)
  31. « Giro Rosa - L'étape reine pour Stevens, Guarnier en rose », sur cyclism actu (consulté le 9 juillet 2016)
  32. « Giro Rosa - Longo Borghini "ne voulait pas y aller à fond" », sur cyclism actu (consulté le 9 juillet 2016)
  33. (en) « Stevens wins Giro Rosa time trial », sur cycling news (consulté le 8 juillet 2016)
  34. (it) « Giro Rosa, Stevens vince la crono », sur Gazzetta (consulté le 9 juillet 2016)
  35. « Giro Rosa - Megan Guarnier : "Ce n'est pas terminé" », sur cyclism actu (consulté le 9 juillet 2016)
  36. « Giro Rosa - Evelyn Stevens : "Je n'avais aucune ambition" », sur cyclism actu (consulté le 9 juillet 2016)
  37. (en) « Guarnier wins 2016 Giro Rosa », sur cycling news (consulté le 12 juillet 2016)
  38. (en) « Olympic Games: Van der Breggen wins gold in women's road race », sur cycling news (consulté le 10 août 2016)
  39. (en) « The 2016 Ella Awards: celebrating the best of the season », sur cycling tips (consulté le 21 octobre 2016)
  40. (en) « Longo Borghini victorious in vintage Strade Bianche », sur sbs (consulté le 17 avril 2017)
  41. (en) « Van der Breggen wins women's Amstel Gold Race », sur cycling news (consulté le 17 avril 2017)
  42. (en) « Guarnier wins opening stage of Amgen Women's Tour », sur Cycling news (consulté le 13 mai 2017)
  43. « Tour de Californie — Guarnier et la Boels frappent déjà », sur vélo 101 (consulté le 16 mai 2017)
  44. « Giro Rosa # 2. Annemiek Van Vleuten s'impose devant Anna Van Der Breggen (nouveau maillot rose) et Elisa Longo Borghini. Les trois femmes ont frappé fort. », sur vélo 101 (consulté le 2 juillet 2017)
  45. « Annemiek van Vleuten l’emporte, van der Breggen en rose », sur le dérailleur (consulté le 3 juillet 2017)
  46. (en) « Van Vleuten claims second stage of Giro Rosa », sur cycling news (consulté le 17 juillet 2017)
  47. « Giro Rosa — Van Der Breggen et de deux », sur vélo 101 (consulté le 10 juillet 2017)
  48. « Anna van der Breggen remporte le Giro ! », sur le dérailleur (consulté le 10 juillet 2017)
  49. (en) « Anna van der Breggen wins 2017 Giro Rosa », sur cycling news (consulté le 10 juillet 2017)
  50. « La Course by Le Tour — Van Vleuten s'offre l'Izoard », sur vélo 101 (consulté le 21 juillet 2017)
  51. (en) « Rivera sprints to RideLondon Classique victory », sur cycling news (consulté le 30 juillet 2017)
  52. « Les championnes d’Europe au rendez-vous ! », sur le dérailleur (consulté le 18 août 2017)
  53. « Guarnier à la conclusion, Vos sacrée », sur le dérailleur (consulté le 21 août 2017)
  54. (en) « Boels Dolmans left with sour feeling after Sunweb stun them in Worlds TTT », sur cycling news (consulté le 17 septembre 2017)
  55. (en) « Guarnier out of hospital after Worlds crash - Women's news shorts », sur cycling news (consulté le 3 octobre 2017)
  56. « Flèche Wallonne — Mme Van Der Breggen de Huy », sur vélo 101 (consulté le 19 avril 2018)
  57. (en) « Van der Breggen wins La Fleche Wallonne Feminine », sur cycling news (consulté le 19 avril 2018)
  58. « Tour de Yorshire — Happy birthday Megan », sur vélo 101 (consulté le 4 mai 2018)
  59. (en) « Megan Guarnier wins Women's Tour de Yorkshire », sur cycling news (consulté le 6 mai 2018)
  60. « Giro Rosa — La Sunweb et la MTS en mode TGV », sur vélo 101 (consulté le 7 juillet 2018)
  61. (en) « Giro Rosa: Team Sunweb win opening team time trial », sur cycling news (consulté le 7 juillet 2018)
  62. « Giro Rosa — Moins tranquille que prévu », sur vélo 101 (consulté le 12 juillet 2018)
  63. (en) « Giro Rosa: D'hoore wins stage 3 in Corbetta », sur cycling news (consulté le 12 juillet 2018)
  64. « Giro Rosa — Encore la Sunweb via Winder », sur vélo 101 (consulté le 12 juillet 2018)
  65. (en) « Giro Rosa: Winder wins stage 5, takes pink jersey », sur cycling news (consulté le 12 juillet 2018)
  66. « Giro Rosa — La MTS prend de l'altitude », sur vélo 101 (consulté le 12 juillet 2018)
  67. (en) « Giro Rosa: Spratt wins stage 6 atop Gerola Alta, takes overall lead », sur cycling news (consulté le 12 juillet 2018)
  68. « Giro Rosa — La bombe Van Vleuten », sur vélo 101 (consulté le 12 juillet 2018)
  69. (en) « Giro Rosa: Van Vleuten wins stage 7 mountain time trial », sur cycling news (consulté le 12 juillet 2018)
  70. « Giro Rosa — Triomphe au Zoncolan », sur vélo 101 (consulté le 15 juillet 2018)
  71. (en) « Giro Rosa stage 9 reactions: I really wanted this stage win, says Van Vleuten », sur cycling news (consulté le 15 juillet 2018)
  72. « Giro Rosa — Le survol de Van Vleuten », sur vélo 101 (consulté le 15 juillet 2018)
  73. (en) « Giro Rosa: Van Vleuten seals overall victory », sur cycling news (consulté le 15 juillet 2018)
  74. L'actu féminine du 29 août - Megan Guarnier arrête sa carrière, Lisa Brennauer rejoint la WNT-Rotor, la Cervélo-Bigla perd Lotta Lepisto qui file à la Trek mais récupère Nikola Noskova.
  75. (en) « World Cup - Results - Cycling - Road 2012 », sur UCI (consulté le 29 septembre 2014)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :