Bernard Tapie

homme d'affaires et homme politique français

Bernard Tapie
Illustration.
Bernard Tapie en 2011.
Fonctions
Ministre de la Ville

(3 mois et 2 jours)
Président François Mitterrand
Gouvernement Bérégovoy
Prédécesseur François Loncle (secrétaire d’État)
Successeur Simone Veil

(1 mois et 21 jours)
Président François Mitterrand
Gouvernement Bérégovoy
Prédécesseur André Laignel
Successeur François Loncle (secrétaire d'État)
Député français

(3 ans, 3 mois et 22 jours)
Élection 28 mars 1993
Circonscription 10e des Bouches-du-Rhône
Législature Xe (Cinquième République)
Groupe politique RL
Prédécesseur Yves Vidal
Successeur Roger Meï

(3 ans, 2 mois et 29 jours)
Élection (partielle)
Circonscription 6e des Bouches-du-Rhône
Législature IXe (Cinquième République)
Groupe politique NI
Prédécesseur Guy Teissier
Successeur Jean-Claude Chermann
Député européen

(2 ans, 6 mois et 16 jours)
Élection 12 juin 1994
Circonscription France
Législature 4e
Groupe politique ARE
Conseiller général des Bouches-du-Rhône

(1 an)
Élection 27 mars 1994
Circonscription Canton de Marseille-La Belle-de-Mai
Prédécesseur Jean Dufour
Successeur Jean Dufour
Biographie
Nom de naissance Bernard Roger Tapie
Date de naissance
Lieu de naissance Paris (France)
Date de décès (à 78 ans)
Lieu de décès Paris (France)
Nature du décès Cancer métastasé
Sépulture Marseille
Nationalité Française
Parti politique MRG/R/PRS/PRG
(1993-2007 ; 2010-2021)
Fratrie Jean-Claude Tapie
Enfants Nathalie, Stéphane, Sophie et Laurent
Profession Homme d'affaires

Bernard Tapie, né le dans le 20e arrondissement de Paris et mort le dans le 7e arrondissement de Paris, est un homme d'affaires et homme politique français.

Il est dirigeant d'un groupe d'entreprises, notamment propriétaire d'Adidas et de l'Olympique de Marseille, gérant du Groupe Bernard Tapie et propriétaire du Groupe La Provence, qui édite le journal du même nom, ainsi que Corse-Matin.

Dans les années 1990, engagé en politique en tant que radical de gauche, il est deux fois ministre de la Ville au sein du gouvernement Bérégovoy, député des Bouches-du-Rhône à deux reprises, député européen (sa liste obtient 12 % aux élections de 1994) ainsi que conseiller général des Bouches-du-Rhône. Sa carrière politique s’arrête en raison de ses ennuis judiciaires.

Impliqué dans plusieurs scandales financiers, il est condamné dans l'affaire VA-OM (qui lui vaut d’être emprisonné en 1997 pendant près de six mois), dans l'affaire du Phocéa et dans l'affaire Testut. Dans les années 2010, il doit rembourser à l'État quelque 400 millions d'euros perçus dans le cadre de l'affaire du Crédit lyonnais, pour laquelle il est relaxé en justice.

BiographieModifier

Origines et débuts professionnelsModifier

Bernard Tapie naît le dans le 20e arrondissement de Paris[1]. Il est le fils de Jean-Baptiste Tapie (1920-2010), ouvrier ajusteur-fraiseur puis frigoriste[2],[3], puis patron de PME[4], né le à Niaux, en Ariège, d'une famille paysanne pauvre et de Raymonde Nodot (1920-2013), aide-soignante. Son grand-père Léonce (1890-1964), cheminot natif de Villeneuve-d'Olmes, s'était installé en 1923 avec sa famille au Blanc-Mesnil, dans la banlieue nord de Paris.

Il s'invente un cursus scolaire qui aboutit à l'école d'électricité industrielle de Paris et l'obtention d'un diplôme de technicien en électronique alors qu'il « a vraisemblablement pour seul bagage un certificat d'études primaires »[5],[6]. Outre ce parcours scolaire romancé, il « perpétuera la tradition du mensonge dans d'autres domaines pour se concocter un itinéraire décent et aguicheur » selon le journaliste Christophe Bouchet[7].

Il effectue son service militaire au 93e régiment d'infanterie au camp de Frileuse, dans le département des Yvelines. Il rejoint les EOR à Montpellier mais échoue aux examens pour devenir officier et quitte l'armée en octobre 1963[8].

Il tente une carrière dans le cinéma et le théâtre, sous le nom de Bernard Pascal, puis une carrière de chanteur chez RCA sous le nom de Bernard Tapy[Note 1], sans succès[9]. Il poursuit le façonnage de sa succes story[10] en s'inventant une carrière d'ingénieur chez Panhard (il n'y est que prospecteur) et de coureur automobile[11] de Formule 3 chez Matra, carrière à laquelle il renonce après un accident dans une Lotus qui le laisse quasiment indemne (et non trois jours dans le coma comme le rappellent les médias)[12]. Il aurait trouvé sa voie dans les affaires par la suite[13].

Entrepreneur (1966-1980)Modifier

Libéré de ses obligations militaires, il vend en porte-à-porte des téléviseurs pour un petit magasin à l'enseigne Téléconfiance[14]. En 1966, il ouvre Cercle no 1, son propre magasin d'équipements pour la maison, qui périclite en quelques années. Il fonde en 1969 un groupement d'achat, le Club Bleu, destiné aux achats en gros par les comités d'entreprise qu'il revend par la suite[15],[16].

En 1974, il fonde avec Maurice Mességué la société Cœur Assistance, pour proposer, sur abonnement payant, un boîtier portable déclenchant une alarme en cas de crise cardiaque et appelant une ambulance. Après trois ans d'existence, le projet est abandonné à la suite d'une plainte pour défaut de consultation déposée par l'ordre des médecins[17]. Il est condamné, en 1981, à un an de prison avec sursis[18] pour publicité mensongère montrant cinq ambulances alors que sa société n'en a que deux, et infraction aux lois sur les sociétés en tant qu'animateur de l'entreprise[19].

Repreneur d'entreprises (1980-1986)Modifier

Associé avec Marcel Loichot, il devient « ingénieur-conseil » chez SEMA spécialisé en redressement d'entreprises[20]. En 1977, il se spécialise dans le rachat d'entreprises en dépôt de bilan. Comme le , à la suite du dépôt de bilan de la société Manufrance prononcé par le tribunal de commerce de Saint-Étienne, sans réussir à mettre la main sur les actifs de l'entreprise, il obtiendra l'exploitation de la marque Manufrance. Il fait ensuite parler de lui dans les médias pour la première fois en 1980 après avoir racheté très en dessous de leur valeur les châteaux de l'ancien dictateur centrafricain Bokassa, en lui faisant croire que ses châteaux allaient être saisis par les autorités françaises[21]. Bokassa ayant porté plainte, le tribunal d'Abidjan fait annuler la vente, ce qui est confirmé le par un jugement exécutoire du tribunal de grande instance de Paris[22].

Dans les années 1980, Bernard Tapie accélère le rythme des rachats d'entreprises. Ses sociétés les plus connues sont Terraillon, rachetée franc en 1981 et revendue 125 millions de francs en 1986 à l'Américain Measurement Specialities[23] ; Look, rachetée 1 franc en 1983[24] et revendue pour 260 millions de francs en 1988 au propriétaire des montres suisses Ebel ; La Vie claire, rachetée 1 franc en 1980 et revendue à Distriborg par le CDR, Consortium de réalisation du Crédit Lyonnais en 1995 ; Testut[25], rachetée 1 franc en 1983 et revendue par le CDR en 1999 au groupe américano-suisse Mettler Toledo ; Wonder, rachetée 1 franc en 1984[26] et revendue 470 millions de francs en 1988 à l'Américain Ralston ; Donnay[27], rachetée 1 franc en 1988 et revendue 100 millions de francs en 1991 à la région wallonne. En 1986, une publicité met en scène Bernard Tapie avec le slogan « Je marche à la Wonder ».

Patron d'équipes sportives (1984-1994)Modifier

CyclismeModifier

Passionné de sport, Bernard Tapie utilise sa fortune acquise dans les années 1980 pour constituer une équipe cycliste autour de Bernard Hinault[28], alors quadruple vainqueur du Tour de France, mais licencié par sa précédente équipe cycliste, Renault, à la suite d'un différend avec son directeur sportif Cyrille Guimard. L'équipe La Vie claire[29] est montée en 1984. Bernard Hinault y remporte son troisième Tour d'Italie et son cinquième Tour de France en 1985, puis Greg LeMond remporte un nouveau Tour de France pour l'équipe La Vie claire en 1986. Bernard Tapie revend en 1991, La Vie claire à Pierre Botton[30].

VoileModifier

En 1982, Bernard Tapie rachète le voilier Phocéa au navigateur Alain Colas et en , à sa deuxième tentative, il bat le record de la traversée de l'Atlantique nord en monocoque avec équipage, avec un temps de 8 jours, h 29 min[31] (soit 2 jours de moins que le précédent record établi par Éric Tabarly en 1980). Il est présent à bord en tant qu'armateur[32]. Cette traversée donne lieu à un documentaire télévisé diffusé sur TF1[33].

FootballModifier

 
Logo de l’Olympique de Marseille de 1990 à 1993.

Bernard Tapie décide de tenter la même réussite dans le football, en répondant en 1986 à l'invitation d'Edmonde Charles-Roux, épouse du maire de Marseille Gaston Defferre, de reprendre l'Olympique de Marseille (OM)[34]. Ancienne gloire du football français, l'OM végète alors à la quinzième place du championnat de France et n'a plus gagné de titre depuis 1976. Il rachète l'OM, en grosse difficulté financière et sportive, pour franc symbolique. Sous sa direction, le club engage de nombreux jeunes joueurs espoirs qui deviendront, au fil des années, des stars, parmi lesquels les Français Jean-Pierre Papin, Éric Cantona, Basile Boli, Didier Deschamps, Marcel Desailly, Fabien Barthez, le Ghanéen Abedi Pelé, l'Anglais Chris Waddle, le Croate Alen Bokšić et enfin le Brésilien Sonny Anderson. Il recrute également des valeurs sûres plus expérimentées telles qu'Alain Giresse, Manuel Amoros, Jean Tigana, Enzo Francescoli, Carlos Mozer et le Yougoslave Dragan Stojković, ainsi que Raymond Goethals au poste d’entraîneur.

L'Olympique de Marseille remporte quatre titres de Champion de France consécutifs de 1989 à 1992[Note 2], joue quatre finales de Coupe de France dont une gagnée en 1989, deux demi-finales de Coupe d'Europe (Coupe des coupes 1988, Coupe des clubs champions 1990) et deux finales de Ligue des champions, dont une gagnée en 1993 face au Milan AC, qui reste la seule remportée par un club français à ce jour.

Reprise d'Adidas (1990-1993)Modifier

Ses succès dans les affaires permettent à Bernard Tapie de réunir en dix ans une fortune qui fait de lui, à l’aube des années 1990[Quoi ?][35]. Il décide alors en 1990, de reprendre une société qui représente la synthèse de sa passion pour les affaires et pour le sport, l'équipementier sportif Adidas, qu'il qualifie « d'affaire de sa vie »[36]. L'entreprise allemande, no 1 mondial de l'équipement et du textile sportif, est alors en perdition. Rendue démodée par Nike et Reebok et devenue non compétitive par ses coûts de production en Allemagne, elle est au bord de la faillite lorsque Bernard Tapie en devient propriétaire.

Le plan de restructuration comprend la délocalisation d'une partie de la production en Asie, la redéfinition des politiques commerciales et de la relation avec les distributeurs. Sur le plan du marketing, l'image est modernisée par le nouveau logo de la marque, le triangle à trois bandes, remplaçant la fleur de lotus dès 1991, Bernard Tapie ayant débauché le styliste de Nike, Rob Strasser.

Le plan de restructuration est lourd pour l'entreprise, dont les comptes restent déficitaires pendant 2 ans (1991 et 1992). Mais il porte ses fruits, puisqu'à partir de 1993, la société se révèle à nouveau rentable.

Devenu ministre, Bernard Tapie décide de mettre en vente Adidas et en confie le soin à sa banque partenaire historique, le Crédit lyonnais. Cette vente donnera lieu au conflit entre l'homme d'affaires et la banque, l'affaire Adidas, Bernard Tapie affirmant que le Crédit lyonnais s'est vendu l'affaire à lui-même via des sociétés offshore pour se réserver l'essentiel de la plus-value de la vente.

Animateur de télévision (1986-1988)Modifier

Invité d’abord dans les émissions culturelles et politiques (Le Grand Échiquier, 7 sur 7etc.), Bernard Tapie génère des hausses d'audience en raison de son style très direct, qui rencontre un certain succès. Aussi des émissions plus « grand public » le réclament, habituellement davantage dévolues aux chanteurs et aux acteurs (Gym Tonic, Le Jeu de la vérité, Champs-Élysées, Les Grosses Têtesetc.). Bernard Tapie devient ainsi une personnalité médiatique populaire, surtout auprès des jeunes (dont il est alors la personnalité française préférée) et chez les femmes (qui le considèrent alors comme le deuxième homme de France le plus séduisant après Alain Delon)[37]. Il est nommé « Homme de l'année 1984 » par les médias[38].

Cette popularité l'amène à s'intéresser à un projet d'émission de télévision envisagé et soutenu par Alain Carignon, alors ministre[39], mais qui finalement n'aboutira pas. Elle lui permet toutefois de créer l'émission Ambitions entre et [40], dont le but est d’aider un jeune dont le projet a été sélectionné sur dossier à monter son entreprise en direct. Il fonde également à partir de 1986 des écoles de commerce exclusivement réservées aux jeunes au chômage ou sans formation scolaire. La première ouvre à Béziers, puis viendront les écoles de Marseille, Ambert, Soissons, Namur (Belgique), Martigny (Suisse) et enfin Vichy, cette dernière réservée à des femmes. Financées exclusivement par Bernard Tapie sur ses fonds propres[réf. nécessaire], ces écoles fermeront en 1994 lorsqu’il sera déclaré en faillite.

Parcours politique (1988-1997)Modifier

Lancement par François MitterrandModifier

 
Le président socialiste François Mitterrand, à l'origine du début de la carrière politique de Bernard Tapie.

Avant d’être lancé par François Mitterrand, Bernard Tapie — qui est considéré comme un homme de droite par son ancienne collaboratrice Noëlle Bellone[41] — aurait rencontré Jacques Toubon, alors secrétaire général du RPR, pour obtenir une investiture dans une circonscription à Marseille[42],[43]. Malgré le soutien de Charles Pasqua, le parti gaulliste refuse[44],[45].

La carrière politique de Bernard Tapie démarre véritablement après une rencontre avec François Mitterrand à la fin de 1987, à l'initiative de leur ami commun Jacques Séguéla. Le président de la République souhaite se représenter en 1988 sur le thème de l'ouverture et cherche des personnalités non politiques pour rejoindre son projet. Le Parti socialiste, dont les lieutenants voient d'un mauvais œil l'entrée de Bernard Tapie en politique, lui réserve la sixième circonscription des Bouches-du-Rhône, historiquement à droite et réputée « imprenable ». Bernard Tapie accepte et se présente sous l'étiquette « Majorité présidentielle » aux élections législatives de Marseille en 1988. Pour mener une campagne éclair, il s'entoure du député européen Charles-Émile Loo et de proches du milieu corso-marseillais. Selon son ancien attaché parlementaire Marc Fratani, il tente en vain d'obtenir du responsable local du FN, Ronald Perdomo, le maintien du candidat frontiste pour affaiblir le candidat UDF[46]. Il organise également un faux attentat à la bombe contre sa permanence « pour sensibiliser les indécis » à la veille du scrutin[46]. Il perd de 84 voix face à Guy Teissier, mais le Conseil constitutionnel constate des irrégularités dans le comptage des votes de Guy Tessier et annule l'élection.

Il se représente en 1989 avec comme suppléant le professeur Jean-Claude Chermann, co-découvreur du virus du sida, sous l'étiquette « Majorité présidentielle » et obtient 41,8 % des voix au premier tour face à Guy Teissier, puis est élu député au second tour avec 50,9 % des voix, à la surprise générale. François Mitterrand dira même que cette victoire est ce qui l'a le plus « épaté » au cours de ces législatives[47].

Engagement contre le Front nationalModifier

Sa première intervention médiatique nationale est un débat face à Jean-Marie Le Pen, en , sur le thème de l'immigration, en direct sur TF1. L'émission devait accueillir les principaux leaders des formations politiques de l'époque (PS, PC, RPR, UDF), mais, informés que Jean-Marie Le Pen serait présent, tous se désistent. La chaîne se trouve sans contradicteur pour affronter le président du Front national en débat. Apprenant la situation, Bernard Tapie se propose. À l’issue du débat, qui est un succès d’audience, la haine réciproque entre Bernard Tapie et le FN s’accroît.

Aussi, en 1992, lors de sa campagne pour les régionales en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Tapie assiste à un meeting du FN à Orange. Se voyant proposer par Bruno Gollnisch de prendre la parole, il dénonce un manque d'humanité au sujet de l’immigration à Orange[48]. Le , il tient son propre meeting dans lequel il attaque les électeurs du FN[49] : « Si l’on juge que Le Pen est un salaud, alors ceux qui votent pour lui sont aussi des salauds ». La phrase fait scandale et lui vaut des injures sur son passage de la part des électeurs du FN.

La gauche subit une défaite sur quasiment tout le territoire français lors de ces élections, et c'est Jean-Claude Gaudin (UDF-PR) qui est réélu président de région avec une majorité relative. Néanmoins, le score de la liste Énergie Sud de Bernard Tapie est jugé, comme pour son élection législative de 1988, honorable.

Ministre de la Ville sous BérégovoyModifier

 
Pierre Bérégovoy, dans le gouvernement duquel Bernard Tapie est par deux fois ministre de la Ville.

Lorsque François Mitterrand décide en de remplacer son Premier ministre, Édith Cresson, par Pierre Bérégovoy, il impose à ce dernier la présence de Bernard Tapie au sein du gouvernement. Le président demande toutefois à celui-ci de se retirer totalement des affaires, François Mitterrand considérant incompatibles la position de ministre et celle d'homme d'affaires de haut niveau. Appelé par Pierre Bérégovoy, Bernard Tapie se dit « fou de joie »[48], accepte de quitter les affaires mais demande en contrepartie que soit créé un ministère sur mesure : le ministère de la Ville, chargé de s'occuper des problèmes des quartiers difficiles. Il cède son poste de député à son suppléant Jean-Claude Chermann.

Selon William Karel, bon nombre d'observateurs postérieurs reprochent la nomination de Tapie ministre, qu'ils considèrent comme une trahison de l'idéal socialiste et de Mitterrand, qui fustigeait, lorsqu'il était dans l'opposition, la finance et le capital[50].

Mais son passage au ministère sera court : il est attaqué par Georges Tranchant, député RPR des Hauts-de-Seine et propriétaire de la holding Finindusco, qui regroupe vingt-quatre casinos et une quarantaine de sociétés, pour abus de biens sociaux dans une société de distribution de la marque Toshiba en France dans laquelle il était associé de Bernard Tapie. Premier ministre à faire les frais de la jurisprudence Bérégovoy-Balladur qui contraint à démissionner du gouvernement en cas de mise en examen, Bernard Tapie démissionne de son poste, le [51],[52]. Il obtient un non-lieu en et réintègre le gouvernement Bérégovoy le même mois[53]. Le retour de Bernard Tapie au gouvernement crée un malaise chez certains socialistes, emmenés par le député de Corrèze François Hollande, qui déclare : « La première fois, c'était une erreur. La deuxième, c'est une faute »[54],[55].

Second mandat de députéModifier

Aux élections législatives de , la gauche est balayée. Le gouvernement d'Édouard Balladur remplace celui de Pierre Bérégovoy. Lors de ces élections, Bernard Tapie se présente dans la dixième circonscription des Bouches-du-Rhône, malgré l’affaire VA-OM. Il se qualifie pour la triangulaire du second tour face à Hervé Fabre-Aubrespy (RPR) et Damien Bariller (FN), directeur de cabinet de Bruno Mégret. Jean-Marie Le Pen, qui a donné consigne à l'ensemble de ses candidats de se maintenir au second tour, reçoit Bernard Tapie après le premier tour dans sa résidence de Montretout. L'historienne Valérie Igounet indique à ce sujet : « Bernard Tapie aurait demandé à Jean-Marie Le Pen de maintenir son candidat « pour faire barrage » à celui de la droite. Jean-Marie Le Pen accepte. Il impose au Bureau politique, contre l'avis de Bruno Mégret, le maintien de Damien Bariller. Aux législatives de 1993, Jean-Marie Le Pen aurait donc favorisé la candidature de Bernard Tapie aux dépens d'une éventuelle victoire de Bruno Mégret, en confirmant la présence d'un candidat FN ». Cette version est confirmée par Lorrain de Saint Affrique, conseiller de Jean-Marie Le Pen, Marc Fratani, attaché parlementaire de Bernard Tapie, et Jean-Marie Le Pen lui-même, alors que Bernard Tapie nie tout accord politique[56],[46],[57]. Bernard Tapie est élu député avec 44,48 % des voix.

Aux élections cantonales de 1994, il est élu au second tour dans le cinquième canton de Marseille, avec près de 68 % des voix.

Les experts politiques ne voient pourtant dans ces divers succès, tous acquis dans les Bouches-du-Rhône, que la popularité restante du président de l’OM, et estiment « finie » la carrière politique de Bernard Tapie sur le plan national. Seul François Mitterrand croit toujours en sa chance d’un destin national et lui conseille de se doter d’un parti politique, ce que Bernard Tapie fait en rejoignant le Mouvement des radicaux de gauche (MRG) dès la fin 1993.

Élections européennes de 1994Modifier

 
Michel Rocard, qui conduit aux élections européennes de 1994 la liste socialiste, arrivée seulement deux points devant la liste Énergie radicale de Bernard Tapie.

À l’approche du scrutin national des élections européennes de 1994, Bernard Tapie sollicite une réunion avec Michel Rocard, tête de liste du PS, pour discuter de l’union des listes socialistes et radicales. Sur les conseils de son état-major politique, convaincu que l’image de Bernard Tapie à la suite de l’affaire VA-OM ne peut faire que baisser le score de la gauche, et que son réservoir de voix est trop faible pour lui permettre de conduire sérieusement une liste seul, Michel Rocard refuse de tenir une réunion, ni même un entretien, avec Bernard Tapie. Vexé, celui-ci interroge François Mitterrand sur l’opportunité ou non selon lui de conduire sa propre liste, pari risqué compte tenu des sondages qui le créditent d’à peine 3 % des voix, le MRG pesant à lui tout seul moins de 1 % lors des élections nationales. Mais François Mitterrand convainc Bernard Tapie de faire campagne. « Dans un sens ou dans l’autre, vous serez fixé sur votre avenir politique : la vérité ne sort que des urnes », argumente le président de la République[48].

Le , à la stupéfaction générale, la liste Énergie radicale conduite par Bernard Tapie, qui a fait la campagne la plus pro-européenne sur le thème de l’Europe fédérale, dans un scrutin marqué au contraire par le succès des listes anti-européennes, obtient 12,03 % des voix à seulement deux points de la liste du PS conduite par Rocard, ce qui scelle le destin politique de ce dernier, qui en gardera une rancune tenace à l’égard de Bernard Tapie, affirmant qu’il a été abattu par « un missile nommé Bernard Tapie tiré depuis l'Élysée ».

Interruption due aux affairesModifier

Cependant, longtemps pressenti pour la mairie de Marseille aux élections municipales de 1995, Bernard Tapie doit renoncer en raison des poursuites judiciaires[58]. En effet, le procès VA-OM se déroule en première instance en . Il est condamné le 15 mai 1995 à deux ans de prison dont un ferme, peine ramenée en appel en à deux ans de prison, dont huit mois ferme, et une inéligibilité de trois ans. C'est la peine la plus sévère jamais prononcée en France relative à une affaire de football. Tapie est le seul protagoniste de l'affaire VA-OM, et de toutes les affaires de corruptions dans le football jamais portées devant la justice en France, le premier à purger une peine de prison ferme. À la suite de sa condamnation dans cette affaire, il sera déchu de son mandat de député le [59].

Ses ennuis judiciaires vont mettre un terme à sa carrière politique. Il ne s'est plus présenté à une élection depuis lors, malgré son éligibilité retrouvée en 2003, se contentant de soutenir publiquement certains candidats à la présidentielle. Ainsi, il appelle à voter « contre Jean-Marie Le Pen » au deuxième tour de l’élection présidentielle de 2002. Pour l’élection présidentielle de 2007, il affirme, avant les primaires socialistes, sa préférence pour Dominique Strauss-Kahn, qu’il qualifie de « candidat idéal »[60] mais celui-ci n'est pas désigné. En mars 2007, Bernard Tapie apporte son soutien à Nicolas Sarkozy, jugeant que le programme de Ségolène Royal lui semble « peu clair » et que la candidate « manque d’expérience » en comparaison de son adversaire. Aussitôt exclu du PRG, il annonce qu’il le réintègre en 2010 « dans un but purement militant »[61].

Une semaine après le second tour des élections régionales de 2015, il annonce qu'il a « décidé de revenir en politique », avec comme objectif de faire barrage au Front national et de lutter contre le chômage[62].

Affaires judiciaires (1981-2021)Modifier

Affaire des châteaux de BokassaModifier

En , le tribunal civil de Paris rend exécutoire un jugement du tribunal d'Abidjan qui annule l’achat par Bernard Tapie de sept châteaux et hôtels de Jean-Bedel Bokassa, empereur de Centrafrique tout juste renversé du pouvoir. L’homme d’affaires, qui est condamné à payer 100 000 francs de dommages et intérêts, avait obtenu cette vente à très bon marché (12,5 millions de francs, soit environ 10 % de la valeur réelle des biens selon les estimations) en persuadant l’ancien chef de l’État d'une confiscation imminente de ses propriétés par le fisc français[63].

Affaire Adidas l’opposant au Crédit lyonnaisModifier

À la fin de l’année 1992, Bernard Tapie, devenu ministre, souhaite vendre Adidas pour éviter tout conflit d'intérêts, comme le réclame François Mitterrand[64]. Il confie un mandat de vente à la SDBO, filiale du Crédit lyonnais. Le prix de vente pour Adidas est fixé par Bernard Tapie à un minimum de 2,085 milliards de francs. Le 15 février 1993, Adidas est vendue par la SDBO au prix fixé par l’homme d’affaires.

Mais Bernard Tapie est mis en faillite par le Crédit lyonnais en mars 1994, la banque cassant le mémorandum signé avec lui[65]. Bernard Tapie affirme que le Crédit lyonnais a effectué à son insu un montage opaque par lequel l’établissement bancaire a revendu Adidas à un groupe d'investisseurs, dont deux sociétés offshore, lui permettant d'engranger une plus-value de 2,6 milliards de francs en cas de redressement d'Adidas. Il accuse le Crédit lyonnais d’avoir manqué à son obligation de loyauté, qui obligeait le Crédit lyonnais à l’informer du fait qu'il pouvait vendre son affaire plus cher qu'au prix minimum fixé, ainsi qu’à l’interdiction de se porter acheteur du bien qu'il était chargé de vendre au mieux des intérêts de son client. Tapie accuse également les dirigeants du Crédit lyonnais, nommés par les socialistes, d’avoir voulu l’éliminer politiquement alors que sa liste était arrivée juste derrière celle du PS aux élections européennes.

En novembre 1996, le tribunal de commerce de Paris condamne le Consortium de réalisation (CDR) à verser à Bernard Tapie une provision de 600 millions de francs. En jouant sur une spécificité du droit français qui dispose que « le pénal tient le civil en l’état », le jugement en appel se voit retardé jusqu’en 2004, lorsque la cour d'appel de Paris autorise une médiation entre Bernard Tapie et l'État, seul propriétaire du CDR, pour un accord amiable ; mais la médiation échoue. En 2005, neuf ans après le premier jugement, la cour d'appel condamne le CDR à payer 135 millions d'euros à Bernard Tapie. En 2006, la Cour de cassation, saisie par le CDR à la demande du gouvernement, casse le jugement de la cour d'appel, sans se prononcer sur le fond du dossier[66].

 
La ministre de l’Économie Christine Lagarde, qui accepte une procédure d’arbitrage allant déboucher sur le versement par l’État de 403 millions d'euros à Tapie.

En 2007, toutes les parties décident de recourir à un arbitrage en droit. Ce choix reçoit également le soutien du gouvernement en la personne de Christine Lagarde, ministre de l’Économie, qui estime que l'affaire fait courir un risque de condamnation financière trop élevé à l'État (jusqu’à sept milliards d'euros selon le CDR). Les arbitres choisis sont Pierre Mazeaud, ancien président du Conseil constitutionnel, Jean-Denis Bredin, universitaire et avocat, et Pierre Estoup, ancien président de la cour d'appel de Versailles. En juillet 2008, le tribunal arbitral rend une sentence favorable à Bernard Tapie : 243 millions d'euros à titre matériel, 115 millions d'euros au titres des intérêts de majoration du préjudice datant de 1993, et 45 millions d'euros de préjudice moral, soit 403 millions d'euros au total. Cette décision crée une forte polémique, en particulier le montant du préjudice moral[67]. Christine Lagarde décide de ne pas contester la sentence arbitrale, tandis que les recours déposés par des députés de l’opposition devant les juridictions administratives sont rejetés. Bernard Tapie est entendu par la commission des Finances de l’Assemblée nationale[68].

L'affaire rebondit en 2011 à l'initiative de Jean-Louis Nadal, procureur général près la Cour de cassation, qui saisit la Cour de justice de la République, l'entité compétente pour juger des ministres, à l'encontre de Christine Lagarde pour « abus d'autorité »[69]. La CJR met Christine Lagarde en examen pour le seul chef de « négligence ». Jugée pour ce chef d’accusation en 2016, elle est condamnée mais dispensée de peine en raison de sa « réputation internationale », étant devenue entre-temps directrice générale du Fonds monétaire international (FMI)[70].

En 2015, la cour d’appel de Paris condamne Bernard Tapie à rembourser les 403 millions d’euros perçus lors de l’arbitrage en 2008[71]. En février 2020, la cour d'appel de Paris fixe à 438 millions d’euros le montant de la dette de Bernard Tapie dans l’affaire de l’arbitrage[72]. En mars 2020, la cour d’appel de Paris confirme le placement en redressement judiciaire des sociétés de Bernard Tapie[73]. Le mois suivant, le tribunal de commerce de Bobigny rejette le plan de redressement des sociétés du groupe Tapie et prononce leur liquidation judiciaire[74].

En décembre 2017, les juges d’instruction chargés du dossier décident, au terme d’une instruction de plus de cinq ans, de renvoyer devant le tribunal correctionnel Bernard Tapie, son avocat Maurice Lantourne, l’ancien directeur de cabinet de la ministre de l’Économie Christine Lagarde Stéphane Richard, l’arbitre Pierre Estoup, Jean-François Rocchi, ancien directeur du CDR, ainsi que Bernard Scemama, ancien président de l’Établissement public de financement et de restructuration (EFPR), autre entité alors chargée, avec le CDR, de gérer les dettes du Crédit lyonnais[75]. Le jugement, rendu le 9 juillet 2019, relaxe Bernard Tapie ainsi que tous les autres prévenus des fins de la poursuite33,34. Le parquet de Paris fait appel de la relaxe générale[76]. Le procès en appel se déroule en mai-juin 2021, en l’absence de Bernard Tapie, affaibli par son cancer. Le parquet général requiert contre lui cinq ans de prison avec sursis et 300 000 euros d'amende[77]. La mort de Bernard Tapie, en octobre suivant, met fin à la procédure pénale : c'est donc la décision de première instance, à savoir la relaxe générale, qui fait foi dans cette procédure[78].

Affaire VA-OMModifier

En , alors que Bernard Tapie vient de perdre son poste de ministre, et s'apprête à remporter avec son club de football, l'Olympique de Marseille, la prestigieuse Ligue des Champions, démarre l'affaire VA-OM. Le , le club nordiste de l'US Valenciennes-Anzin, qui venait de recevoir l’Olympique de Marseille en championnat six jours avant la finale de Ligue des Champions OM-Milan AC, révèle l'existence d'une tentative de corruption. Le défenseur valenciennois Jacques Glassmann a confié à son entraîneur Boro Primorac que Jean-Jacques Eydelie, un joueur de Marseille qui fut auparavant l'un de ses coéquipiers, l'a contacté par téléphone avant le début de la rencontre, lui promettant une somme d'argent pour lui et deux autres joueurs valenciennois, Jorge Burruchaga et Christophe Robert, pour qu’ils « lèvent le pied » et que les Marseillais arrivent sans blessure à Munich pour la finale de la Ligue des Champions. En juin, la Ligue nationale de football (LNF), alors présidée par Noël Le Graët, porte plainte contre X, et Éric de Montgolfier, procureur de la République de Valenciennes, ouvre une information judiciaire. Jean-Pierre Bernès, directeur général de l'OM, Jean-Jacques Eydelie, Jorge Burruchaga, de même que Christophe Robert et son épouse sont mis en examen par le juge d’instruction Bernard Beffy après les aveux de Robert et la découverte de 250 000 francs (environ 38 000 euros) dissimulés dans le jardin de ses parents. Les époux Robert désignent Jean-Pierre Bernès, directeur général de l’OM, comme instigateur de la tentative de corruption.

Celui-ci nie d'abord les faits, et est placé en prison plusieurs semaines à titre préventif. Puis il déclare qu’il est bien à l’origine de la tentative de corruption mais qu’il a agi sur ordre de Bernard Tapie, qui est mis en examen à son tour, d’abord au titre de la corruption, puis au titre de tentative de subornation de témoin, l’entraîneur de Valenciennes affirmant que Bernard Tapie l’a rencontré à son bureau et lui a demandé de déclarer une version le disculpant.

Comme toujours avec Bernard Tapie, cette affaire divise profondément l’opinion. Les uns y voient la révélation suprême de l’arrivisme et de l’amoralité de Bernard Tapie ; les autres voient dans les proportions prises par cette affaire, qui concerne un match de football, la révélation d’une chasse à l’homme avant tout politique : l’affaire VA-OM a fait l’objet d’une couverture télévisuelle supérieure à l'affaire du titre non attribué aux Grenoblois la même année en rugby[79] et même à celle de la guerre du Golfe de 1991[80].

Mise en faillite de l’Olympique de MarseilleModifier

En parallèle, l’affaire VA-OM conduit également son club, l’Olympique de Marseille, à la faillite. En effet l’OM, comme tous les clubs de football, dispose de contrats d’engagement de salaires de ses joueurs sur des durées généralement comprises entre un et cinq ans, avec une moyenne de deux à trois ans, les salaires des joueurs représentant l’essentiel des charges d’un club de haut niveau. À la suite de l’affaire VA-OM, les instances françaises du football français conseillent à l’UEFA, l’instance européenne du football, de ne pas valider la participation de l’Olympique de Marseille aux coupes internationales. Ce qui entraîne un manque à gagner de près de 100 millions de francs dans le budget prévisionnel de l’OM. Les salaires des joueurs ne pouvant pas légalement être baissés en proportion, Bernard Tapie décide de vendre les contrats de certains joueurs. C’est ainsi que la vente de trois joueurs en cours de saison (Alen Bokšić, Marcel Desailly et Paulo Futre) parvient à combler le déficit créé par la privation de compétitions internationales. Par ailleurs, il obtient d’un tribunal suisse (la Suisse étant le siège de l’UEFA) l’annulation de la sanction prise par l’UEFA de priver le club de Ligue des champions. Mais l’UEFA menace de suspendre toutes les équipes françaises de football, y compris l’Équipe de France, de compétition, si l’OM ne retire pas son recours juridique. Noël Le Graët, président de la Ligue, écrit alors une lettre à Bernard Tapie le suppliant d’accepter la sanction (pourtant initiée par la Ligue), écrivant notamment : « Celui qui a mené le football français si haut ne peut pas être à l’origine de sa chute »[81]. Ne souhaitant pas causer des sanctions sur tout le football français, et bien qu’ayant obtenu gain de cause devant la justice suisse, Bernard Tapie choisit de retirer son recours.

Mais la Ligue nationale de football n’en aura pas moins de sévérité envers l’Olympique de Marseille : en sanction de l’affaire VA-OM, elle rétrograde le club en Ligue 2, ce qui le conduit à la faillite, les recettes de télévision étant le revenu essentiel des clubs, et celles de Ligue 2 étant dix fois inférieures à celles de Ligue 1.

Les spécialistes pensent que l’OM est dans l’incapacité de remonter, puisqu'interdit de recrutement de joueurs non libres et disposant de joueurs de Ligue 1 qui, ne pouvant être payés, deviennent libres et partent dans d’autres clubs (à l’exception de quelques joueurs très attachés à l’OM et préférant rester au club même en Ligue 2 et sans salaire). Mais Bernard Tapie recrute des joueurs internationaux proches de la retraite et donc libres, tel l’Irlandais Tony Cascarino, et les associe à des jeunes prometteurs du centre de formation, et contre toute attente le club gagne le championnat de Ligue 2 1994-1995.

Mais toujours en dépôt de bilan, l’OM se voit interdire par la DNCG, présidée par André Soulier, le président du Parti républicain dans le Rhône et adversaire politique déclaré de Bernard Tapie, la remontée en Ligue 1. À la suite de cette décision qu’il juge « scandaleuse », Bernard Tapie déclare que « Tant que je resterai président de l’OM, toutes les décisions relatives au club seront défavorables. Je dois donc partir ». Il démissionne de la présidence de l’OM, disant que ce jour est « l’un des plus tristes de sa vie ».

Il y fera un rapide retour en 2001, d’abord pour la fin de saison 2000-2001 où le club, à quatre journées de la fin, est relégable, le stade appelant fréquemment de ses vœux son retour en scandant son nom. À l’appel de son nouveau propriétaire, Robert Louis-Dreyfus, Bernard Tapie revient et le club finit la saison quinzième, premier non-relégable (championnat alors à 18). Bernard Tapie fera la saison suivante en entier en tant que responsable du secteur sportif, le club progressant de la quinzième à la neuvième place. Mais Bernard Tapie ne souhaite pas poursuivre l’expérience, lassé par une lutte interne violente avec le directeur financier, Pierre Dubiton, et par le comportement des joueurs en général qu’il juge « très changé ».

Incarcération de plusieurs moisModifier
 
La prison de la Santé, où est emprisonné Bernard Tapie en 1997.

L’affaire VA-OM n’atteint pas que l’OM. Elle se solde en 1996 sur une condamnation définitive de Bernard Tapie aux titres de la corruption et de la subornation de témoin. Il est le seul prévenu de l’affaire à recevoir une peine de prison ferme (2 ans dont 8 mois ferme, prononcée en appel). Interrogé en 2009 sur cette singularité par l’équipe de France 2[82], le procureur Éric de Montgolfier déclare devant la caméra :

« S’il ne s’était pas agi de Bernard Tapie, il ne serait pas allé en prison pour cette affaire. Les faits ne le méritaient pas. Il a payé pour d’autres raisons ».

Pour autant, Bernard Tapie va purger sa peine de prison, pendant près de six mois (sur huit fermes), les dernières semaines étant effectuées sous le régime de la semi-liberté[83]. Il est d’abord placé à la prison de la Santé, où son entrée en prison, au sein d’un fourgon blindé, est diffusée en direct au journal télévisé. Il purgera le reste de sa détention à Luynes puis la semi-liberté aux Baumettes à Marseille. Interrogé par les médias, le directeur de l’administration pénitentiaire déclare qu’il sera placé dans le « quartier des particuliers ». Bernard Tapie a cependant le droit de recevoir des visites, parmi lesquelles celles de Bernard Kouchner, qui était ministre à ses côtés dans le gouvernement Bérégovoy. Kouchner rapportera qu’il découvre « un Bernard Tapie très affaibli, et pour la première fois, fragile »[82].

Affaire TestutModifier

En 1993, après la levée de son immunité parlementaire, Bernard Tapie est mis en examen pour « abus de biens sociaux » en raison de soupçons de prélèvements abusifs réalisés par ses sociétés sur l'entreprise de pesage Testut. Le , il est condamné par le tribunal de Béthune à deux ans de prison avec sursis, à 300 000 francs d'amende et à cinq ans d'interdiction de gérer<re name=lemonde1996/>.

Affaire du PhocéaModifier

Le yacht de luxe le Phocéa coûte à Bernard Tapie 12 millions de francs par an de frais, plus 100 000 francs de frais par jour de croisière, une charge qui lui permet de ne pas payer d'impôt en 1990 et en 1992 grâce au déficit de la société FIBT (holding des biens personnels de la famille Tapie en nom personnel). En 1994, il est poursuivi à ce titre par le fisc et mis en examen par la juge Eva Joly. Il est condamné le par le tribunal correctionnel de Paris, puis le par la cour d'appel de Paris : il écope de 18 mois de prison, dont six mois ferme, pour fraude fiscale, et à 30 mois de prison avec sursis pour abus de biens sociaux et banqueroute[84].

Reconversion dans le monde culturel (1995-2012)Modifier

Dès 1995, Bernard Tapie est dans l’obligation de se reconvertir : il est en faillite personnelle et donc dans l’interdiction de faire des affaires, il est inéligible en politique, et interdit de fonction dans le football. Le début de sa reconversion se produit dans le cinéma : il tient en 1996 le rôle principal, aux côtés de Fabrice Luchini, dans le film de Claude Lelouch Hommes, femmes : mode d'emploi.

Bernard Tapie se remet ensuite à l’écriture. Après le livre Gagner, écrit en 1986, il publie en 1998 Librement, dont il a entamé la rédaction en prison, puis un roman se déroulant dans le milieu du football, Les yeux trop grands (2000).

Il enregistre également un single en 1998 C’est beau la vie, avec le rappeur Doc Gynéco. Outre sa rapide carrière de chanteur dans les années 1960, il avait déjà enregistré deux 45-tours (Réussir sa vie et Je t’interdis) écrits par Didier Barbelivien en 1985 au profit de la fondation pour l’enfance de Lino Ventura. Puis, en , il anime sur RMC une émission, Allo Bernard, dans laquelle il discute avec les auditeurs de problèmes de société ou de leurs problèmes personnels. Il commence ensuite sa carrière d’acteur au théâtre, d’abord avec l'adaptation en 2000 du film Vol au-dessus d'un nid de coucou, où il reprend le rôle de Jack Nicholson. À Paris comme en province, la pièce remporte un vif succès et la critique salue la performance de l’acteur. En 2004, il joue dans Un beau salaud, une comédie plus légère, puis, en 2008, dans Oscar, pièce rendue célèbre dans les années 1970 par l’interprétation de Louis de Funès, dont il réécrit une partie des dialogues, et à laquelle participe sa fille Sophie. En , il reprend la pièce de théâtre d’Éric Assous Les Montagnes russes, qu'Alain Delon avait jouée en 2005[85].

En parallèle, il poursuit également une carrière d’acteur et d'animateur à la télévision, où ses scores d’audience demeurent toujours appréciés des chaînes de télévision. De 2000 à 2002, il présente l'émission Rien à cacher sur RTL9 dans laquelle il interviewe des personnalités. De à , il anime À tort ou à raison, un magazine de débats de société diffusé un lundi sur deux en deuxième partie de soirée sur TF1. En 2004, il s'essaie au rôle de consultant sportif sur TF1 lors de la finale de la Ligue des champions AS Monaco-FC Porto en commentant le match avec Thierry Roland et Jean-Michel Larqué. En 2005 et 2006, il fait partie des invités permanents de l’émission On refait le match, présentée par Eugène Saccomano et diffusée sur RTL en radio et sur LCI à la télévision. De 2001 à 2008, il tient le rôle principal de téléfilms policiers sur TF1 : Cazas en 2001, puis douze épisodes de la série Commissaire Valence diffusés entre 2003 et 2008.

Retour au monde des affaires (2009-2018)Modifier

 
Bernard Tapie (à gauche) et Alexandre Delpérier en 2012.

InvestissementsModifier

En , inactif dans les affaires depuis 1992, Bernard Tapie annonce son intention d’entrer au capital du Club Med[86]. Le fleuron passé du tourisme français connaît en effet depuis 2008 la plus grave crise de son histoire : dirigé par Henri Giscard d'Estaing, fils de l’ancien président de la République, il a vu sa valorisation boursière divisée par dix en dix ans, et compense chaque année ses pertes par la vente de ses actifs. Le , Bernard Tapie annonce avoir acquis 1 % du capital pour 2,5 millions d'euros[87]. Mais ne parvenant pas à fédérer les grands institutionnels proches de Giscard d’Estaing et détenant l’essentiel des droits de vote pour changer le management du groupe, il annonce le qu'il a revendu toutes ses actions.

En 2010, Bernard Tapie achète le yacht de luxe de 76 m Boadicea de 1999 qu’il fait entièrement réaménager en palace et rebaptise Reborn (renaissance en anglais) avant de naviguer avec et de le proposer à la location.

Justice belgeModifier

En , le parquet de Bruxelles a ouvert une information judiciaire à l'encontre de Bernard Tapie[88], à la suite d'une dénonciation de la Cellule de traitement des informations financières (CTIF[89]). La justice belge entend faire la lumière sur le transfert de 900 000 euros sur un de ses comptes en Belgique le . Des auditions ont eu lieu et les fonds en question ont été saisis. Cette procédure a donné lieu à un non-lieu, la justice belge n'ayant rien trouvé d'anormal dans le transfert de ces fonds qui avaient été versés sur un compte ING en vue de l'installation en Belgique du holding de son fils.

Patron de presseModifier

Le , à la suite d'une recapitalisation partielle de la famille Hersant, via une augmentation de capital de 48 millions d'euros, dont la moitié est apportée par Bernard Tapie et l'autre par Philippe Hersant, Bernard Tapie devient actionnaire à 50 % du groupe Hersant Média (GHM), premier groupe de presse de la région PACA. Il s'implique notamment dans la restructuration de La Provence en recrutant Olivier Mazerolle comme directeur de la rédaction. Certains y voient l'amorce d'un retour en politique à Marseille[90],[91]. Si l'hypothèse a été évoquée, il dément toute volonté de briguer la mairie de Marseille aux élections de 2014. Interviewé par téléphone sur Europe 1 à ce sujet le , il confirme son désintérêt pour les municipales de Marseille, sa femme prenant même l'appareil pour indiquer qu'un retour en politique serait une « cause immédiate de divorce ». Il présente en revanche une émission intitulée Tapie se met à table dans laquelle il reçoit chacun des candidats à la mairie de Marseille.

Alors que l'Élysée a tenté d'empêcher Bernard Tapie de reprendre le groupe Hersant, notamment en poussant François Pinault à se pencher sur le dossier[91], Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale, a, d'après Laurent Mauduit, « lourdement pesé pour que le quotidien La Provence tombe effectivement entre les mains de son ami Bernard Tapie », intervenant « de manière très empressée auprès de François Hollande »[92].

Maladie et mort (2017-2021)Modifier

Dès qu’il apprend être atteint d’un cancer de l'estomac en , Bernard Tapie l'annonce à sa famille[93]. En septembre 2017, il décide de médiatiser sa maladie[94],[95]. Il subit des traitements de chimiothérapie et, en , une lourde intervention chirurgicale[96],[97]. La même année, il annonce qu'il souffre d'un double cancer de l'œsophage et de l’estomac[98]. En , il déclare que son cancer s'est étendu aux poumons tout en refusant de se dire en phase terminale[99]. En , il évoque avoir également des atteintes aux reins et au cerveau[100].

Bernard Tapie meurt le à h 40, dans son hôtel particulier situé au 52, rue des Saints-Pères à Paris, des suites de son cancer métastasé, à l'âge de 78 ans[101],[102].

Après cette annonce, des acteurs, politiques et sportifs lui rendent hommage, saluant son courage et sa combativité[103],[104]. Une chapelle ardente se tient au milieu de la pelouse du stade Vélodrome le 7 octobre : son cercueil y est exposé et près de 5 000 personnes viennent lui rendre hommage[105]. Le lendemain, ses funérailles ont lieu en la cathédrale Sainte-Marie-Majeure de Marseille[106]. Bernard Tapie est ensuite inhumé au cimetière de Mazargues, situé dans le septième arrondissement de Marseille[107].

Vie privée et familialeModifier

Bernard Tapie épouse en 1964 Michèle Layec avec qui il a une fille Nathalie et un fils Stéphane, animateur, producteur et acteur[13]. En secondes noces, il s'unit le à Corfou (Grèce)[108] à Dominique Mialet-Damianos, d'origine grecque, avec qui il a une fille, Sophie, chanteuse et comédienne, et un fils, Laurent. Il achète l'hôtel de Cavoye du 52 rue des Saints-Pères, à Paris, où il vit avec sa famille. Son frère cadet, Jean-Claude, ancien président du club de handball OM-Vitrolles (1991-1996)[109], est président-directeur général de Massilia International.

À partir de 1999, il réside (principalement le week-end) dans une résidence secondaire dite « moulin du Breuil » située à Combs-la-Ville (Seine-et-Marne). Il achète cette propriété en 2010 à travers une société anglaise[réf. nécessaire]. Dans la nuit du 3 au , lui et son épouse sont victimes d’un cambriolage de leur domicile à Combs-la-Ville au cours duquel ils sont violentés et ligotés[110]. Des photographies du couple tuméfié sont ensuite publiées dans la presse[111].

Sa fortune est estimée en 2016 à 150 millions d'euros, ce qui fait de lui la 400e fortune française[112],[113].

Relations avec les médiasModifier

Les relations de Bernard Tapie avec les journalistes sont le plus souvent mauvaises. Selon lui, ces derniers sont soit aigris, soit jaloux à force de fréquenter gloire, pouvoir et argent sans avoir aucun des trois[114]. À plusieurs reprises, il a usé de la force contre certains d'entre eux : en 1991, à Moscou, envers Alain Vernon de France 2 ; en 1993, en jetant à la mer une caméra de France 3 ; ou encore en 2001, à l'encontre de Pascal Praud de TF1. Il est condamné en 2009 pour avoir traité d'« escrocs » les journalistes de l'agence CAPA[115]. Il insulte, en 2010, Patrick Cohen sur France Inter (« Plus ça vous emmerde, plus ça me fait plaisir »[116]), ou encore Bruce Toussaint d'Europe 1 en 2012 (« Je vous emmerde »[117]).

Œuvres et activités artistiquesModifier

DiscographieModifier

  • 1966 : Je ne crois plus les filles, Avait-il tort ?, Le retour, Vite un verre[118]
  • 1966 : Passeport pour le soleil, Sauve qui peut, L'Enfant de ma vie, Je les aime toutes[119]
  • 1966 : Tu l'oublieras, My little black, Pour de rire pour de vrai, Les pistonnés[120]
  • 1985 : Réussir sa vie, en collaboration avec Didier Barbelivien
  • 1985 : reprise de la chanson Le Blues du businessman
  • 1985 : Je t'interdis, en collaboration avec Didier Barbelivien
  • 1998 : collaboration avec le chanteur français Doc Gynéco à la chanson C'est beau la vie, qu'ils produisent en duo

FilmographieModifier

CinémaModifier

TélévisionModifier

ThéâtreModifier

PublicationsModifier

Activités médiatiquesModifier

TélévisionModifier

  • 1986-1987 : Ambitions sur TF1 : animateur
  • 2000-2004 : Rien à cacher sur RTL9 : animateur
  • 2002-2003 : À tort ou à raison sur TF1 : animateur
  • 2004 : consultant sportif sur TF1

RadioModifier

  • 1999 : Allô Bernard sur RMC : animateur

CaricaturesModifier

Au Bébête show (1982-1995), il est représenté en taureau, appelé « Tapie violent ».

Dans Les Guignols de l'info (1988-2015), Bernard Tapie est le premier représentant régulier du monde du football, puis intervient par la suite sur les sujets d'actualité les plus divers ; il est caricaturé comme une « grande gueule sûre d’elle » et a pour gimmick de s'autoproclamer « sévèrement burné »[121]. Brocardé pour sa gouaille verbale (se nommant lui-même « Nanard »), son arrogance et sa virilité ostentatoire, il est affublé de gourmettes clinquantes et de grosses bagues. En 1992, il est parodié dans la chanson La Combine à Nanard, popularisant l'expression qui représente bien son image à ce moment-là. Dans son ouvrage Librement (1998), il s'affirme très différent de cette caricature, ajoutant qu’il trouve l'image qu'on présente de lui détestable. Dans un registre différent, une saynète le montre dans le bureau de François Mitterrand, les deux hommes s'échangeant verbalement des cordialités calculées, tout en s'admirant mutuellement in petto pour leur prestance et leur sens tactique (alors que le « guignol » de l'ancien président était généralement présenté comme hautain et méprisant vis-à-vis de la plupart de ses interlocuteurs qualifiés in petto d'« imbéciles »).

Dans le journal L'Idiot international du 1er mars 1989, il est surnommé Brutus par Jean-Edern Hallier.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. « Entre mai et décembre 1966, Bernard Tapy enregistre trois 45 tours, soit une dizaine de chansons. La première chanson titre, Passeport pour le soleil, n'est pas de lui. Il écrit en revanche les autres morceaux. Sauve qui peut, Je les aime toutes, L'enfant de ma vie, Je ne crois plus les filles, Avait-il tort, Le retour, Vite un verre, Les pistonnés, Pour de rire, pour de vrai, Tu l'oublieras, My little Black ». Cf Christopher Vadot, Tapie de A à Z, Albin Michel, , p. 23.
  2. L'OM a également terminé en tête du championnat de France en 1993 mais s'est vu retirer son titre à la suite de l'affaire VA-OM.

RéférencesModifier

  1. [1].
  2. Émilie Cabot, "Bernard Tapie raconte la mort brutale de son père", sur Paris Match, 28 février 2017 (consulté le 3 octobre 2021).
  3. Marc Lomazzi et Marie-Christine Tabet, "Mort de Bernard Tapie : un clan soudé autour du patriarche", sur Le Parisien, 3 octobre 2021.
  4. Airy Routier, Le Phénix : le retour de Bernard Tapie, Paris, Grasset, 2008.
  5. Christophe Bouchet, L'Aventure Tapie : enquête sur un citoyen modèle, Le Seuil, , p. 67-71
  6. Christopher Vadot, Tapie de A à Z, Albin Michel, , p. 79.
  7. Christophe Bouchet, L'Aventure Tapie : enquête sur un citoyen modèle, Le Seuil, , p. 71.
  8. Christopher Vadot, Tapie de A à Z, Albin Michel, , p. 29-30.
  9. Airy Routier, Le Phénix : le retour de Bernard Tapie, Grasset, , p. 35.
  10. Christophe Bouchet, L'Aventure Tapie : enquête sur un citoyen modèle, Le Seuil, , p. 98.
  11. Christopher Vadot, Tapie de A à Z, Albin Michel, , p. 69
  12. Christophe Bouchet, L'Aventure Tapie : enquête sur un citoyen modèle, Le Seuil, , p. 103
  13. a et b Jean-Louis Beaucarnot, Le tout politique, L'Archipel, , p. 71.
  14. Bernad Tapie : la gueule de l’emploi, Visions Mag, 7 février 2013.
  15. Franz-Olivier Giesbert, Leçons de vie, de mort et d'amour, Les Presses de la Cité, , p. 69-70.
  16. Airy Routier, Le Phénix : le retour de Bernard Tapie, Grasset, , p. 38.
  17. encaisse sur tous les terrains, La Vie no 2504, 26 août 1993.
  18. Franz-Olivier Giesbert, Leçons de vie, de mort et d'amour, Les Presses de la Cité, , 294 p. (ISBN 978-2-258-19639-1), p. 128.
  19. Airy Routier, Le Phénix : le retour de Bernard Tapie, Grasset, , p. 49.
  20. La triple carrière d'un homme d'instinct (lesechos.fr)
  21. L’incroyable affaire Bokassa : comment Bernard Tapie avait tenté de rouler un empereur (capital.fr)
  22. « Bernard Tapie : une longue liste d'ennuis judiciaires », sur LeFigaro.fr, (consulté le ).
  23. L’ère Bernard Tapie à Annemasse, ça valsait à l’époque chez Terraillon (lemessager.fr)
  24. Comment Look Cycle a triplé son chiffre d'affaires en 10 ans (journaldunet.com)
  25. « Les malversations de l'affaire Testut conduisent Bernard Tapie devant le tribunal de Béthune », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  26. Quand Bernard Tapie a repris l’usine Wonder, en 1984 (ouest-france.fr)
  27. Bernard Tapie n’avait pas pu sauver Donnay, le fleuron couvinois (lanouvellegazette-sambre-meuse.sudinfo.be)
  28. Sur Paris-Roubaix, l’hommage inattendu à Bernard Tapie avec un maillot « La Vie Claire » (liberation.fr)
  29. La vie pas si tranquille de LA VIE CLAIRE (lsa-conso.fr)
  30. Tapie a trouvé un acheteur pour La Vie Claire (lesechos.fr)
  31. (en) « Powered Sailing Systems Records under WSSR Rule 21 (c) », sur World Sailing Speed Record Council (consulté le ).
  32. Gaultier Fabre, « Quand Bernard Tapie demande plus à son bateau », sur SoFoot, (consulté le ).
  33. « Bernard Tapie - L'aventure c'est l'aventure - Un jour, un destin » [vidéo], sur Youtube, (consulté le ).
  34. La mort de Bernard Tapie - OM : De l’ambassade d’URSS à Munich, l’odyssée marseillaise de Tapie en 9 dates (eurosport.fr)
  35. Bernard Tapie relaxé : 26 ans après la vente d’Adidas, l'affaire résumée en 6 actes (ouest-france.fr)
  36. Conférence de presse, 3 juillet 1990.
  37. Sondages lus par Patrick Sabatier dans l’émission Le Jeu de la vérité, mai 1985.
  38. http://www.leparisien.fr/magazine/grand-angle/en-images-les-huit-vies-de-bernard-tapie-21-02-2013-2586401.php.
  39. Entretien d'Alain Carignon avec Jean-Pierre Thiollet, Le Quotidien de Paris, 22 juillet 1986, http://discours.vie-publique.fr/notices/863149000.html.
  40. Ambitions - L'Encyclopédie des émissions TV, sur Toutelatele.com.
  41. Selon Noëlle Bellone, ancienne collaboratrice de Bernard Tapie, in Dix ans avec Tapie, Paris, Michel Lafon, 1994. Livre qu’elle qualifie aujourd’hui d’ « hagiographique ».
  42. Philippe Reinhard, Bernard Tapie ou La Politique au culot, Paris, France-Empire 1991.
  43. « Bernard Tapie est mort : dix ans de politique avec le Front national comme ennemi n°1 », sur LCI (consulté le )
  44. Denis Demonpion & Laurent Léger, Tapie-Sarkozy : les clefs du scandale, Paris, Pygmalion, 2009.
  45. « Bernard Tapie, farouchement anti-Front national », sur France Culture (consulté le )
  46. a b et c « L’ex-lieutenant de Bernard Tapie, Marc Fratani, règle ses comptes », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  47. L'Express, septembre 1989.
  48. a b et c Bernard Tapie, Librement, Paris, Plon, , 310 p. (ISBN 2-259-18631-9).
  49. Marc Fratani, Le mystificateur. 25 ans dans l'ombre de Bernard Tapie, L'Archipel, , p. 25.
  50. François Mitterrand, que reste-t-il de nos amours ? de William Karel où Plenel déclara à un moment « Quel est le symbole de la promotion de Bernard Tapie qui n'était en rien un homme de gauche, qui faisait l'éloge de l'enrichissement, c'est bien cela, c'est l'argent ».
  51. Un ministre, mis en examen, démissionne sur rfi.fr (consulté le 3 mars 2012).
  52. « La jurisprudence Bérégovoy-Balladur. », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  53. « Bernard Tapie : itinéraire d’un trublion de la politique et des affaires », Les Échos,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  54. Les dessous d'une incroyable arnaque. Le Nouvel Observateur, du 27 juin 2013
  55. L'Opinion, « Entre Bernard Tapie et François Hollande, les rancoeurs des années 90 », L'Opinion,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  56. Valérie Igounet, « Il fut un temps de "grande amitié" entre Jean-Marie Le Pen et Bernard Tapie... », sur blog.francetvinfo.fr/derriere-le-front, France Télévisions, (consulté le ).
  57. « Jean-Marie Le Pen affirme avoir rencontré Bernard Tapie en 1993 », sur RTL.fr (consulté le ).
  58. « Interview 11 juin 1995 1er tour des élections municipales à Marseille » [vidéo], sur ina.fr (consulté le ).
  59. http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/trombinoscope/VRepublique/legis10/tapie-bernard-26011943.asp.
  60. Le Parisien, 9 octobre 2006.
  61. « Le retour en politique de Bernard Tapie », sur nouvelobs.com, (consulté le ).
  62. « Bernard Tapie revient en politique », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  63. Alexandre Loukil, « L’incroyable affaire Bokassa : comment Bernard Tapie avait tenté de rouler un "empereur" », sur capital.fr, (consulté le ).
  64. Bernard Tapie relaxé : 26 ans après la vente d’Adidas, l'affaire résumée en 6 actes (ouest-france.fr)
  65. Bernard Tapie relaxé : 26 ans après la vente d’Adidas, l'affaire résumée en 6 actes (ouest-france.fr)
  66. Cour de cassation Arrêt no 543 de la Cour de cassation.
  67. LVMH gagne en appel contre Morgan Stanley - Nathalie Bensahel, Libération, 3 juillet 2006.
  68. « L'audition de Bernard Tapie » [vidéo], sur Dailymotion, LCP, .
  69. Patrick Roger, « La lettre de Jean-Louis Nadal à Jean-Marc Ayrault », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  70. « Affaire Tapie : Christine Lagarde est reconnue coupable de "négligences" mais dispensée de peine », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  71. Fabrice Lhomme et Gérard Davet, « Bernard Tapie au « Monde » : « Je suis K.-O., mais ça ne va pas durer longtemps » », sur lemonde.fr, .
  72. « La dette de Bernard Tapie, dans l’affaire de l’arbitrage du Crédit lyonnais, est de 438 millions d’euros, selon la justice », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  73. « La justice confirme le redressement judiciaire des sociétés de Tapie », sur 20minutes.fr (consulté le ).
  74. Paule Gonzalès, « Bernard Tapie une nouvelle fois placé en liquidation judiciaire », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  75. « Affaire du Crédit lyonnais : Tapie renvoyé devant le tribunal correctionnel », sur LeMonde.fr, .
  76. « Procès de l'arbitrage Tapie : le parquet de Paris fait appel de la relaxe générale », sur Franceinfo, (consulté le ).
  77. « Affaire de l’arbitrage du Crédit lyonnais : 5 ans de prison avec sursis requis en appel contre Bernard Tapie », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  78. https://www.liberation.fr/societe/police-justice/la-mort-de-bernard-tapie-met-fin-aux-procedures-penales-qui-le-visaient-20211003_XJM6XT7OIJH5LKVTXQVO3J6PCI/.
  79. Nicolas Zanardi, « En 1993, les mammouths grenoblois victimes d'une polémique en finale », Midi olympique, (consulté le ).
  80. Rapport de l’Observatoire des Medias – période 1991-1995.
  81. Copie de la lettre reproduite dans le livre « Librement » de Bernard Tapie.
  82. a et b Émission Un jour, un destin : Bernard Tapie, diffusée sur France 2 le 6 juillet 2009.
  83. JT de France 2 du 25 juillet 1997, sur INA.fr.
  84. Armelle Thoraval, « Tapie prend six mois ferme dans l'affaire «Phocéa». Le député européen annonce son intention de faire appel. », sur libération.fr, (consulté le ).
  85. Les Montagnes Russes bientôt à l'affiche/.
  86. O. J., « Tapie veut prendre le Club Med », leJDD.fr, (consulté le ).
  87. « M. Tapie a acquis « un peu plus de 1 % » du Club Med », Le Monde, (consulté le ).
  88. L'Echo, 22 octobre 2013.
  89. La CTIF est l’organe de lutte belge contre le blanchiment des capitaux.
  90. Hersant : Tapie fait un retour gagnant, Le Figaro, 19 décembre 2012.
  91. a et b Tapie : le scénario noir de l'Élysée, Le Figaro, 20 décembre 2012.
  92. Laurent Mauduit, « Bartolone a biaisé la désignation du prochain PDG de La Chaîne parlementaire », sur Mediapart, (consulté le ).
  93. Arnaud Bizot, « Bernard Tapie, son dernier combat contre la maladie », Paris Match,‎ (lire en ligne)
  94. « OM : Bernard Tapie traité pour un cancer, sa famille « optimiste » », sur lequipe.fr, .
  95. « Pourquoi Bernard Tapie avait décidé de parler sans tabou du cancer », sur huffingtonpost.fr, .
  96. « Bernard Tapie : Traité pour un cancer, l’homme d’affaires confie « y croire comme un fou » », sur 20minutes.fr.
  97. « Bernard Tapie a été opéré à Paris pour son cancer », sur 20minutes.fr.
  98. « Tapie sur son cancer : "on m'a ôté l'essentiel de l'estomac et de l'œsophage" », sur ledauphine.com, .
  99. « "C'est pas des très bonnes nouvelles" : Bernard Tapie annonce que son cancer touche désormais ses poumons », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  100. Robin Verner, « "La maladie, c'est comme la guerre" : Bernard Tapie évoque son combat contre le cancer », sur bfmtv.com, (consulté le ).
  101. Fabrice Lhomme et Gérard Davet, « Mort de Bernard Tapie, un homme aux milles vies », .
  102. Marc Lomazzi, « Bernard Tapie est mort à l’âge de 78 ans », sur Le Parisien, (consulté le ).
  103. « "Un phénix", "une leçon de courage"... Après la mort de Bernard Tapie, les hommages », sur france24.com,
  104. « Mort de Bernard Tapie : acteurs, politiques et sportifs lui ont rendu hommage », sur le point.fr,
  105. « Mort de Bernard Tapie : revivez le dernier hommage du Vélodrome à son "Boss" », sur LaProvence.com, (consulté le )
  106. « VIDÉOS - Obsèques de Bernard Tapie : Marseille fait son dernier adieu au "Boss" », sur France Bleu, (consulté le )
  107. « Bernard Tapie : l'immense hommage de Marseille pour le dernier voyage du "Boss" », sur france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le ).
  108. L'Express du  : http://www.lexpress.fr/actualite/politique/enquete-sur-le-bateau-de-tapie_491876.html
  109. Michel Chemin, Libération du .
  110. « Seine-et-Marne : Bernard Tapie et son épouse violentés lors d'un cambriolage à leur domicile », sur laprovence.com, 4 avril 2021.
  111. « "Ils ont frappé ma femme à coups de poing dans la gueule" : Bernard Tapie revient sur sa violente agression », sur midilibre.fr, (consulté le ).
  112. « Bernard Tapie - Les 500 plus grandes fortunes de France en 2016 », sur challenges.fr (consulté le ).
  113. « Classement 2016 des 400 hommes les plus riches de France », sur graphseobourse.fr (consulté le ).
  114. L'express, 19 septembre 2012
  115. Émission Les Infiltrés : Tapie condamné pour avoir traité Capa d'« escroc », La Voix du Nord, 10/12/2009.
  116. Bernard Tapie à Patrick Cohen : « Plus je sens que ça vous emmerde, plus ça me fait plaisir », Ozap, 11 octobre 10.
  117. Bernard Tapie à Bruce Toussaint : « Je vous emmerde », Ozap, 25 septembre 12.
  118. Je ne crois plus les filles (RCA Victor, ref: 86 153 M), sur encyclopedisque.fr, consulté le 26 décembre 2008.
  119. Passeport pour le soleil (RCA Victor, ref: 86 158 M), sur encyclopedisque.fr, consulté le 26 décembre 2008.
  120. Tu l'oublieras (RCA Victor, ref: 86 184 M), sur encyclopedisque.fr, consulté le 26 décembre 2008.
  121. Richard N, « Du stade aux Arènes », sur www.footichiste.wordpress.com, (consulté le ).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

DocumentairesModifier

  • Who Is Bernard Tapie?, documentaire de Marina Zenovich, 2001
  • Bernard Tapie : l'aventure, c'est l'aventure, dans l'émission Un jour, un destin, France 2, 6 juillet 2009
  • Qui veut la peau de Bernard Tapie ?[Quoi ?], France 3, 2 juin 2014
  • « sous les pavés », court métrage de 30 minutes de T. Le Texier, diffusé sur France 2 (Histoires courtes, 2021), retraçant la vie du jeune Bernard Tapie, en 1968.

ChansonModifier

  • À la Belle de Mai, sorti en 1994 par le chanteur Renaud raconte sans le nommer l'arrivée de Bernard Tapie à Marseille, le titre européen qu'il offre à l'OM, ses déboires en politique et son retour vers Paris. — Entretien accordé au journal L'Humanité du 6 avril 1995.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :