Airy Routier (journaliste)

journaliste français

Airy Routier, né le à Lyon[1] et mort le à Paris[2],[3], est un journaliste d'investigation français.

Airy Routier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Airy Edward RoutierVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour

BiographieModifier

Diplômé de l'école supérieure de journalisme de Lille en 1968 et titulaire d'une maîtrise en sociologie, Airy Routier a commencé sa carrière au quotidien économique Les Échos[1]. En , il rejoint le groupe Expansion, où il est rédacteur en chef adjoint de l'hebdomadaire La Lettre de l'Expansion, puis à partir d' reporter au mensuel L'Expansion dont il devient rédacteur en chef adjoint en [1].

Il est rédacteur en chef à l'hebdomadaire Le Nouvel Observateur jusqu'à son départ en retraite en [4],[5].

Père de cinq enfants[1], il a été l'époux de la journaliste Valérie Lecasble[6], avec laquelle il a eu trois enfants.

Il meurt d'une longue maladie au matin du 17 juin 2020 à son domicile parisien auprès de son amie, Nadia Le Brun[2],[3].

Affaire du sms de Nicolas SarkozyModifier

Le [7], Airy Routier affirme sur le site internet du Nouvel Observateur[8] que le président de la République, Nicolas Sarkozy, aurait envoyé un SMS contenant le message « Si tu reviens, j'annule tout. » à son ex-épouse Cécilia Sarkozy, huit jours avant son mariage avec Carla Bruni. Démentant cette information, le chef de l'État, par l'intermédiaire de Me Thierry Herzog, porte plainte le lendemain au pénal pour « faux, usage de faux et recel »[9], avant de retirer cette plainte le après que Cécilia Sarkozy eut affirmé ne pas avoir reçu un tel message[10] et qu'Airy Routier se fut excusé auprès de Carla Bruni « à titre personnel de l'avoir blessée », en maintenant toutefois ses informations[11]. La validité des informations d'Airy Routier est cependant remise en cause par Claude Perdriel, PDG du Nouvel Observateur qui affirme que « Le SMS n'a pas existé effectivement » et précise par ailleurs que la date à laquelle ce SMS aurait été envoyé serait sujette à caution[12].

Airy Routier et la sécurité routière : La France sans permisModifier

En 2007, Airy Routier publie le livre la France sans permis, dans lequel il part en croisade contre ce qu'il estime être les dérives de la répression routière. Tous les sujets sont abordés : radars, contrôles, limitation de vitesse, permis à points, alcootests et sécurité routière[13]. Il a en effet été arrêté plusieurs fois pour conduite sans permis à la suite de la perte progressive de tous ses points, mis deux fois en garde à vue pour ce motif, ce qui a été le déclencheur de l'écriture de ce livre enquête[réf. nécessaire].

En , le professeur Claude Got publie un livre intitulé La violence routière, des mensonges qui tuent. Fin , Airy Routier estime que plusieurs passages du chapitre 10 de ce livre portent atteinte à son honneur[réf. souhaitée] et entreprend une procédure judiciaire pour diffamation.

Le tribunal de grande instance de Paris déboute Airy Routier de toutes ses demandes en 2009.

OuvragesModifier

  • Airy Routier, La République des loups: Le pouvoir et les affaires, Paris, Éditions Calmann-Lévy, , 285 p. (ISBN 2-7021-1819-4)
  • Valérie Lecasble et Airy Routier, Le flambeur : la vraie vie de Bernard Tapie, Paris, Éditions Grasset,
  • Valérie Lecasble et Airy Routier, Forages en eau profonde: Les secrets de l'affaire Elf, Paris, Éditions Grasset, , 407 p. (ISBN 2-246-51241-7)
  • Airy Routier, Blanc comme nègre : Entretiens de Omar Bongo avec Airy Routier, Paris, Éditions Grasset, , 310 p. (ISBN 2-246-59321-2)
  • Airy Routier, L'Ange exterminateur, Paris, Éditions Albin Michel, coll. « Documents », , 300 p. (ISBN 2-226-13550-2)
  • Airy Routier, L'arnaque : Quand l'Amérique rackette la France, Paris, Éditions Grasset, , 376 p. (ISBN 2-246-66941-3)
  • Airy Routier, Le fils du serpent : Vie et mort du banquier Stern, Paris, Éditions Albin Michel, coll. « Essais Doc. », , 250 p. (ISBN 2-226-15997-5)
  • Valérie Lecasble et Airy Routier, Le Phénix ou Le retour du Flambeur, Paris, Éditions Grasset, (ISBN 2-246-70331-X)
  • Airy Routier, Le Complot des paranos : Des frégates de Taïwan à l'affaire Clearstream, Paris, Éditions Albin Michel, , 220 p. (ISBN 2-226-17505-9)
  • Airy Routier, La France sans permis, Éditions Albin Michel, coll. « Essais et documents », , 244 p. (ISBN 2226176055)
  • Airy Routier, Enquête sur un juge au-dessus de tout soupçon. Philippe Courroye, un pouvoir, Éditions Fayard, coll. « Essais », , 336 p. (ISBN 221365610X)
  • Nadia Le Brun et Airy Routier, Je t'haine, moi non plus, First Éditions, 2014, 320 p. (ISBN 978-2754059046)
  • Nadia Le Brun et Airy Routier Notre-Drame de Paris, Éditions Albin Michel, , 240 p. (ISBN 978-2226397867)
  • Nadia Le Brun et Airy Routier Sainte Anne!, Éditions Albin Michel, , 256 p. (ISBN 978-2226443564)

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d (fr) « Airy Routier » sur livrenpoche.com, consulté le 25 juin 2009
  2. a et b « L'Heure des Pros du 17/06/2020 », sur CNews (consulté le 17 juin 2020)
  3. a et b Pierre-Henri de Menthon, « Airy Routier, figure du journalisme, est mort », Challenges,‎ (lire en ligne)
  4. (fr) Xavier Ternisien, « Airy Routier quitte le "Nouvel Observateur" », sur Le Monde,
  5. (fr) « "J'ai vécu Mai 1968", par les journalistes du Nouvel Obs » sur le site internet du Nouvel Observateur,
  6. (fr) « Valérie Lecasble à la tête de la rédaction de France-Soir » sur le site internet du Nouvel Observateur,
  7. (fr) « SMS de N. Sarkozy à Cécilia : « Si tu reviens, j'annule tout ! » » sur Imédias.biz,
  8. (fr) « Le SMS de Sarkozy à Cécilia » sur le site internet du Nouvel Observateur,
  9. Airy Routier, La France sans permis, Éditions Albin Michel, coll. « Essais et documents », , 244 p. (ISBN 2226176055)
  10. (fr) « Affaire du SMS: Sarkozy va retirer sa plainte » sur le blog de Jean-Marc Morandini,
  11. (fr) « Airy Routier: "Je ne m'excuse pas d'avoir publié ce SMS" » sur le site internet de L'Express,
  12. (fr) « Claude Perdriel annonce cède les rênes opérationnelles du "Nouvel Observateur" à Denis Olivennes » sur le site internet du Monde,
  13. « Airy Routier reçu sur nouvelobs.com », Le Nouvel Observateur,‎ (lire en ligne)

Liens externesModifier