Ouvrir le menu principal

Veigné

commune française du département d'Indre-et-Loire
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».

Veigné
Veigné
Ancien moulin à eau.
Blason de Veigné
Blason
Veigné
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Tours
Canton Monts
Intercommunalité Communauté de communes Touraine Vallée de l'Indre
Maire
Mandat
Patrick Michaud
2014-2020
Code postal 37250
Code commune 37266
Démographie
Gentilé Vindiniens
Population
municipale
6 159 hab. (2016 en augmentation de 1,32 % par rapport à 2011)
Densité 232 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 17′ 18″ nord, 0° 44′ 18″ est
Altitude Min. 51 m
Max. 94 m
Superficie 26,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Veigné

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Veigné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Veigné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Veigné
Liens
Site web www.veigne.fr

Veigné (prononcé [vɛɲe]) est une commune française située dans le département d'Indre-et-Loire en région Centre-Val de Loire.

Des vestiges archéologiques diffus attestent d'une présence humaine sur le territoire de Veigné depuis le Paléolithique, mais ce n'est toutefois qu'à l'époque carolingienne que Veigné est signalée dans les sources écrites. Vers 1550, se déroule un événement marquant : la paroisse de Montbazon est créée et son territoire d'un peu plus de 600 ha est pris sur celui de Veigné. Entre accueil d'une partie du gouvernement français replié en et actions menées par la Gestapo contre des résistants locaux en , la Seconde Guerre mondiale est un autre jalon important dans l'histoire communale. Dès la fin de ce conflit, Tours et sa banlieue s'industrialisent et Veigné, reliée à l'agglomération tourangelle par la N 10, en profite. Sa population s'accroît et le phénomène se poursuit au XXIe siècle. La commune compte 6 159 habitants en 2016 et le nombre de ses résidences principales a été multiplié par six depuis 1945. Ce dynamisme est également bénéfique pour l'activité économique de la commune ; en 2015, les six plus importants des 473 établissements installés à Veigné emploient globalement plus de 440 salariés. L'agriculture se maintient toutefois avec notamment la présence de vergers sur la commune depuis plusieurs décennies.

Même si aucun site ne fait l'objet de mesures de protection spécifiques, le patrimoine naturel de la commune est diversifié grâce à la présence de secteurs boisés importants, de zones humides, de pelouses calcaires sèches et de grands champs ouverts. L'église paroissiale et la chapelle sont tout ou partiellement inscrites à l'inventaire des monuments historiques, comme deux des nombreux châteaux et manoirs de Veigné — il s'agit le plus souvent de demeures médiévales reconstruites au XIXe siècle.

Sommaire

GéographieModifier

Localisation et communes limitrophesModifier

Veigné se situe sur l'Indre à une douzaine de kilomètres au sud-sud-est de Tours[1], distance exprimée à vol d'oiseau. Dans la partie nord du canton de Monts — 8,6 km séparent les chefs-lieux communaux de Veigné et du bureau centralisateur[2] —, elle est rattachée à l'unité urbaine, l'aire urbaine, la zone d'emploi et le bassin de vie de Tours[I 1].

Géologie et reliefModifier

 
Carte géologique de Veigné[3].
  • Bourg
  • Limites communales
  • c4-6B : craie blanche (Turonien)
  • c4-6S : argiles à silex (Sénonien)
  • e7-Re7 : calcaire lacustre de Touraine (Ludien)
  • m3-p : sables et graviers du (Miocène)
  • Rm3-p : sables argileux et graviers (Tertiaire)
  • eP : éboulis des plateaux (Tertiaire)
  • N : sables éoliens (Quaternaire)
  • LP : limon des plateaux (Quaternaire)
  • Fx-y : alluvions de terrasses (Quaternaire)
  • Fz : alluvions récentes (Quaternaire)

La géologie de Veigné repose sur une succession de strates sédimentaires crétacées caractéristiques du sud du Bassin Parisien. Un peu plus tard, au Ludien, c'est cette fois du calcaire lacustre (e7) qui se dépose et qui donne son unité géologique à cette partie de la Touraine, la Champeigne, en comblant une fosse géologique formée à l'est de Veigné (synclinal de Courçay)[4] ; ce calcaire lacustre, localement très dégradé (Re7), parfois meuliérisé, est présent sur une épaisseur atteignant 7 m[M 1]. Au nord de la commune, le calcaire est masqué par une pellicule de sables et de graviers (m3-p) déposés à la fin de l'Helvétien, localement dégradés à la fin du Tertiaire (Rm3-p). Se rencontrent également des sables éoliens (N) ou limon des plateaux (LP) du Quaternaire. L'Indre et ses affluents de rive gauche (ruisseau de Taffonneau et Bourdin) ont profondément entaillé toutes ces strates sédimentaires jusqu'aux assises crétacées, craie blanche (C4-6B) du Turonien ou argiles à silex (C4-6S) du Sénonien, ces deux dernières formations étant parfois démantelées en éboulis (eP). À l'ouest du territoire, un profond méandre de l'Indre est caractérisé par la présence d'alluvions anciennes de terrasses (Fx-y) déposées au fur et à mesure de sa formation — des gravières furent un temps exploitées[4] —, alors que les alluvions plus récentes (Fz) occupent le lit majeur de la rivière[5].

La commune forme une demi-couronne entourant le territoire de Montbazon par le nord. Cette particularité est due à la création de la paroisse de Montbazon vers 1550 au détriment de celle de Veigné[4]. Malgré cette opération qui retranche à Veigné 641 ha, cette dernière commune reste, avec 2 568 ha, une structure de grande taille puisque la moyenne nationale s'établit à 1 488 ha[6].

Le plateau au sud de l'Indre se développe à une altitude un peu supérieure à celle de la partie nord (altitude moyenne de 88 à 91 m contre 74 à 88 m, point culminant à 94 m contre 91 m). La vallée de l'Indre, en pente très douce, s'établit de 54 m en amont à 51 m en aval[7].

HydrographieModifier

 
Réseau hydrographique de Veigné.

La commune est traversée par l'Indre (3,764 km). Le réseau hydrographique communal, d'une longueur totale de 23,17 km, comprend deux autres cours d'eau notables, le Bourdin (4,579 km) et le Saint-Branchs (4,051 km), et trois petits cours d'eau[8].

L'Indre, d'une longueur totale de 279,4 km, prend sa source à une altitude de 453 m sur le territoire de Saint-Priest-la-Marche dans le département du Cher et se jette dans la Loire à Avoine après avoir irrigué 58 communes[9]. Les crues de l'Indre sont le plus souvent de type inondation de plaine[Note 1]. Sur le plan de la prévision des crues, la commune est située dans le tronçon de l'Indre tourangelle[11], dont la station hydrométrique de référence la plus proche est située à Monts. Le débit mensuel moyen (calculé sur 14 ans pour cette station) varie de 4,51 m3/s au mois de septembre à 34 m3/s au mois de février. Le débit instantané maximal observé sur cette station est de 236 m3/s le , la hauteur maximale relevée a été de 5,56 m ce même jour[12],[13]

 
L'Indre à Veigné.

Ce cours d'eau est classé dans les listes 1[Note 2] et 2[Note 3] au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement sur le Bassin Loire-Bretagne. Au titre de la liste 1, aucune autorisation ou concession ne peut être accordée pour la construction de nouveaux ouvrages s'ils constituent un obstacle à la continuité écologique et le renouvellement de la concession ou de l'autorisation des ouvrages existants est subordonné à des prescriptions permettant de maintenir le très bon état écologique des eaux. Au titre de la liste 2, tout ouvrage doit être géré, entretenu et équipé selon des règles définies par l'autorité administrative, en concertation avec le propriétaire ou, à défaut, l'exploitant[14],[15]. Sur le plan piscicole, l'Indre est classée en deuxième catégorie piscicole. L'espèce biologique dominante est constituée essentiellement de poissons blancs (cyprinidés) et de carnassiers (brochet, sandre et perche)[16].

 
Le Bourdin à Veigné.

Le Bourdin, d'une longueur totale de 14,8 km, prend sa source dans la commune de Louans et se jette dans l'Indre à Veigné, après avoir traversé cinq communes[17]. Sur le plan piscicole, le Bourdin est également classé en deuxième catégorie piscicole[16].

Le Saint-Branchs, qui porte le nom de « ruisseau de Taffonneau » sur le territoire communal[18], a une longueur totale de 18,3 km. Il prend sa source dans la commune du Louroux et se jette dans l'Indre à Veigné, après avoir traversé cinq communes[19]. Sur le plan piscicole, le Saint-Branchs est également classé en cours d'eau de deuxième catégorie[16].

Six zones humides ont été répertoriées sur le territoire de la commune par la direction départementale des territoires (DDT) et le conseil départemental d'Indre-et-Loire : la vallée du Ruisseau de Taffonneau, la vallée de l'Indre : de la prairie de la Vacherie aux Prés Germains, de la RN 10 à l' A 10 et des Prés Germains à la Vennetière, la vallée du ruisseau du Saint-Laurent, les étangs de la Chapelle Saint-Laurent[20],[21].

ClimatModifier

Article connexe : Climat d'Indre-et-Loire.

Comme l'ensemble des communes d'Indre-et-Loire, Veigné bénéficie d'un climat tempéré océanique dit dégradé[22], caractérisé par des températures clémentes, même en hiver. Aucun mois n'est véritablement sec, les précipitations mensuelles moyennes étant toujours supérieures à 40 mm[23].

La Champeigne, dont fait partie Veigné, subit toutefois moins de gelées, avec une moyenne de 55 jours de gel entre octobre et avril, que l'est du département (60 jours), mais davantage que les confins de l'Anjou (50 jours)[24]. Cormery, commune proche, connaît une moyenne annuelle de 160 jours de précipitations, pour une pluviométrie comprise entre 550 et 600 mm ; le taux d'ensoleillement moyen y est de 1 780 heures par an[25].

Paysages naturels et biodiversitéModifier

Les espaces boisés sont encore très présents à Veigné. Ils sont principalement concentrés dans la partie du territoire située au nord de l'Indre, même si, au sud, ils occupent également les versants des vallées du ruisseau de Taffonneau et du Bourdin. Depuis l'élaboration de la carte d'état-major, les surfaces boisées communales ont progressé[PLU 1]. Sur le plateau, les bois sont localement remplacés par des zones urbanisées, conséquence d'un phénomène de « mitage ». Au XXIe siècle, plus de 37 % de la surface communale leur sont consacrés. Les sols à vocation agricole recouvrent près de 40 % de l'aire communale[8]. Ils sont surtout présents dans la partie sud de la commune[26].

Au , le territoire communal de Veigné n'est concerné par aucune zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique ou aucun site du réseau Natura 2000. Toutefois, la diversité faunistique et floristique est assurée grâce aux écosystèmes variés rencontrés sur le territoire. Les bois et les zones humides abritent une avifaune bien spécifique qui comprend entre autres la Bondrée apivore, le Chevalier gambette ou le Petit Gravelot. Les exsurgences des sources karstiques sont propices au développement de Mousses. Les pelouses calcaires en bordure des espaces boisés sont des biotopes privilégiés pour les Orchidées sauvages ou pour la Cigale rouge (Tibicina haematodes)[26]. Deux espèces de plantes protégées au niveau national sont signalées depuis les années 1990 sur le territoire : la Renoncule langue (Ranunculus lingua) et l'Étoile d'eau (Damasonium alisma)[PLU 2].

UrbanismeModifier

LogementModifier

Le tableau ci-dessous présente une comparaison de quelques indicateurs chiffrés du logement pour Veigné et l'ensemble de l'Indre-et-Loire en 2015[I 2],[I 3].

Le logement à Veigné en 2015.
Veigné Indre-et-Loire
Parc immobilier total (en nombre d'habitations) 2 692 315 335
Part des résidences principales (en %) 92,9 87,3
Part des logements vacants (en %) 4,4 8,2
Part des ménages propriétaires de leur logement (en %) 76,9 59,1

Les résidences secondaires et les logements occasionnels représentent 2,2 % des habitations de Veigné, en légère diminution depuis 2010. Les occupants des résidences principales en sont à plus de 76 % propriétaires. Le parc immobilier communal s'est fortement accru depuis 1945 — il est multiplié par six — et surtout depuis 1970 puisque 1 706 des 2 499 résidences principales que compte la commune en 2015 sont construites après cette date. Les maisons individuelles représentent près de 91 % du parc des résidences principales[I 2]. Ces résidences principales comptent en moyenne 4,7 pièces au plan communal[I 2] quand la moyenne départementale s'établit à 4,1 pièces[I 3] : la taille moyenne des résidences principales augmente alors que, dans le même temps, les ménages qui les occupent comptent moins de personnes[PLU 3].

Les logements sociaux représentent en 2013 près de 10 % du parc total des résidences principales et très peu d'entre eux sont inoccupés[PLU 4].

Morphologie urbaineModifier

 
Veigné sur la carte d'état-major.
 
Évolution de la surface urbanisée à Veigné[PLU 5].

La plus ancienne zone urbanisée de la commune se situe sur la rive gauche de l'Indre, autour de l'église. La carte d'état-major établie en 1866 montre un second pôle légèrement en aval mais sur l'autre rive de l'Indre, au niveau de la Vennetière. La N 10 est déjà percée et le village des Gués-de-Veigné, sur son tracé, est mentionné. En 1884, Jacques-Xavier Carré de Busserolle indique que les Gués-de-Veigné abritent 89 personnes[27]. Après la Seconde Guerre mondiale, la rive droite de l'Indre en vis-à-vis de Montbazon s'urbanise plus densément alors que pavillons et lotissements prennent place sur les hauteurs au milieu des bois du nord de l'Indre et le long de la D 50 au sud[28]. Depuis 2005, l'extension du bâti se fait par comblement des dents creuses grâce à des lotissements, mais également grâce à la construction d'habitats groupés dans le centre[PLU 1].

Des petits hameaux sont dispersés sur le territoire, surtout au nord entre la zone boisée et Chambray-lès-Tours, ou alors à l'extrême sud, près de Saint-Branchs[28]. Les hameaux situés au nord de l'Indre continuent à se développer au XXIe siècle, ce qui n'est pas le cas de ceux situés au sud[PLU 1].

L'habitat occupe, en 2013, 373 ha de la surface communale, auxquels il faut ajouter 7 ha de zones artisanales et industrielles et 178 ha d'emprises d'autoroutes (A 10 et A 85) et voies ferrées (LGV Sud Europe Atlantique) récentes[PLU 5].

Risques naturels et technologiquesModifier

 
Repères de crues.

La commune de Veigné est exposée à un risque de crues de l'Indre, comme le mentionnent de nombreuses chroniques dès les XVIIe et XVIIIe siècles[M 2],[M 3]. Ce risque est pris en compte dans le plan de prévention du risque inondation pour le val de l'Indre adopté en 2005 et qui s'applique à Veigné[29]. L'aléa relatif au phénomène de retrait-gonflement des argiles est directement lié à la nature des terrains affleurants : il est estimé fort sur le plateau où le calcaire lacustre prédomine ; il est plus faible dans les autres secteurs de la commune, là où d'autres formations géologiques de surface sont observées (limons, alluvions)[30]. Veigné est soumise à un risque sismique faible (niveau 2 sur une échelle de 1 à 5)[31] ; les chroniques locales mentionnent toutefois plusieurs séismes[32],[33], le (intensité V ou VI, épicentre en limite du Poitou et de la Touraine)[34] et le (intensité V, épicentre en Touraine)[35].

De 1983 à 2013, treize phénomènes naturels ont abouti au placement de la commune en état de catastrophe naturelle : inondations et coulées de boue ou mouvements de terrain consécutifs à la sécheresse[36].

En 2014, aucun site industriel visé par la directive Seveso n'est présent sur le territoire de Veigné[PLU 6].

Planification et projets d'aménagementModifier

Le plan d'aménagement et de développement durable élaboré en 2016 de Veigné prend en compte une croissance démographique estimée à 900 habitants supplémentaires entre cette date et 2025[PLU 7].

La création des nouveaux logements doit répondre à la modification structurelle d'une population qui a tendance à vieillir, dont les ménages sont constitués de moins de personnes ou au contraire comportent plusieurs enfants, avec des revenus très variables ne permettant pas toujours l'achat d'une maison. Il faut donc construire des logements de petite et de grande taille, en location ou en accession à la propriété, disposant des aménagements adaptés pour la vie des plus âgés[PLU 8]. Favoriser les modes de transports alternatifs à la voiture permet de résoudre les problèmes d'encombrement du centre-ville et de limiter les nuisances sonores[PLU 9]. Le tissu économique diversifié de la commune doit être maintenu et renforcé, en cherchant par ailleurs à assurer la pérennité de l'agriculture locale[PLU 10]. L'amélioration du cadre de vie dans une agglomération devenue nettement bipolaire (le bourg et le village des Gués) passe par une meilleure intercirculation entre les deux pôles ; la création d'une halte ferroviaire aux Gués est envisagée[PLU 11].

Voies de communication et transportsModifier

Réseaux autoroutier et routierModifier

Les autoroutes A 10 (Paris - Bordeaux) et A 85 (Angers-Vierzon) traversent le territoire de Veigné où un échangeur permet de passer de l'une à l'autre, mais elles ne sont pas connectées au réseau routier. C'est quelques kilomètres au nord (Chambray-lès-Tours) que se trouve la sortie no 23 de l'A 10 ; quelques kilomètres à l'est (Esvres) se trouve la sortie no 10 de l'A 85.

La D 910 (ancienne N 10 déclassée) traverse la commune du nord au sud au niveau du pôle urbanisé des Gués-de-Veigné. D'est en ouest la D 17 suit la vallée de l'Indre et, en direction du sud-sud-est à partir du bourg, la D 50 se dirige vers Manthelan, Ligueil et au-delà.

Réseaux de transports en communModifier

 
Arrêt SNCF de Veigné.

La gare de Veigné, halte SNCF, assure la desserte par les trains et autocars TER Centre-Val de Loire de la ligne 31, liaison régulière entre les gares de Tours et Loches.

Géré par la région Centre-Val de Loire et exploité par Transdev Touraine, le réseau Rémi, Réseau de Mobilité Interurbaine assure la desserte de la commune via les lignes F (Esvres ↔ Veigné ↔ Tours) et G (Ligueil ↔ Veigné ↔ Tours)[37].

Itinéraires pédestres et cyclistesModifier

L'« Indre à vélo » est un itinéraire touristique permettant aux cyclistes de découvrir le patrimoine des communes qui bordent la rivière, de Jeu-les-Bois à Azay-le-Rideau. Il aborde le territoire de Veigné sur la rive droite en provenance d'Esvres puis traverse la rivière pour gagner Montbazon[38].

Le « sentier de grande randonnée 46 » qui relie Toulouse à Tours parcourt notamment la vallée de l'Indre. Abordant le territoire de Veigné sur la rive droite de l'Indre, il décrit une boucle au nord de la commune avant de traverser la rivière au niveau du bourg[39].

Qualité de l'environnementModifier

Des risques de nuisances sonores existent à proximité des grands axes de communication traversant le territoire, autoroutes A 10 et A 85, D 910 principalement mais aussi LGV depuis 2017[PLU 12].

Toponymie et hydronymieModifier

 
Veigné (limites communales modernes en jaune) sur la carte de Cassini.

Onomastique partielle du toponyme Veigné[27],[40],[Note 4] :


Mentionné pour la première fois en 843 dans un cartulaire de l'abbaye de Marmoutier sous la forme Vindiniacum[41], le toponyme pourrait être formé d'un patronyme et du suffixe -acum[40]. Le toponymiste Ernest Nègre propose le patronyme gaulois Vindonius[42] ; Albert Dauzat et Charles Rostaing évoquent le romain Vindinius[43]. Dès le XIVe siècle apparaît l'orthographe moderne Veigné.

De nombreux toponymes évoquent des sites anciennement occupés, peut-être depuis l'Antiquité comme « Baigneux », venant de balneum, (bain)[44]. Plusieurs toponymes rappellent la végétation naturelle de certains secteurs de Veigné, comme les noisetiers des « Coudrières » ou les saules de « la Saulaie »[45]. La « Belle Jonchère » renvoie sans nul doute à un lieu planté de joncs au bord du ruisseau, sur des terrains de ce vaste domaine[46]. « La Taille brûlée » et « le Village brûlé » témoignent d'anciens défrichements forestiers par écobuage[46]. Le Tivoli est généralement attribué à d'anciennes maisons de plaisance évoquant voire copiant des villas italiennes de la Renaissance[47]. Le terme Tartifume signale un lieu où un foyer, une cheminée, fume tard le soir ; les origines, mal attestées et probablement multiples, sont certainement différentes d'un lieu à l'autre : four pour la cuisson des briques ou des poteries, foyer d'une personne aisée ayant les moyens d'entretenir longtemps du feu chez elle ou, au contraire, paysan pauvre rentrant tard chez lui le soir[48]. « Malicorne », en bordure d'un ancien chemin, signale probablement une auberge au mauvais accueil où il était risqué de corner (appeler, frapper à la porte)[49].

Le nom du « ruisseau du Mardereau » évoque clairement, et de manière péjorative, un petit cours d'eau boueux[50]. Vaugourdon, au bord de l'Indre, pourrait être la « vallée du vivier » — gourdon est un dérivé du vieux français « gourdel » (vivier) —, évoquant la présence d'anciennes pêcheries[51].

HistoireModifier

De la Préhistoire à l'AntiquitéModifier

 
Silex moustérien (Haute-Saône).

Les connaissances sur l'occupation du site de Veigné par l'Homme avant le Moyen Âge reposent sur un ensemble de vestiges archéologiques assez diffus.

Le Paléolithique est représenté par des silex moustériens et un biface acheuléen, principalement récoltés en surface sur les terrasses alluvionnaires[M 4] ainsi que par des outils solutréens et magdaléniens[52]. Des haches polies et un polissoir témoignent de la présence humaine au Néolithique[M 4] ; de la même période datait un menhir de 4 m de haut détruit lors de la construction de la voie ferrée de Joué-lès-Tours à Loches au XIXe siècle[53].

Deux enceintes, probablement protohistoriques, sont signalées dans les années 1980[53] alors qu'un établissement rural de La Tène finale est mis au jour en 2004 au sud de l'agglomération[54].

Des accumulations de tessons de poteries et de tegulae à la Belle Jonchère marquent la période antique. Des évocations toponymiques peuvent renvoyer à la même période : Couzières (domaine de Cossius) et Thorigny (domaine de Taurinus). Plusieurs voies antiques ou tout au moins anciennes, mais appartenant à un réseau secondaire, sillonnent le territoire : chemin de Tours à Sorigny (chemin blanc), de Veigné à Bléré (chemin des Bœufs) et chemin de Varidaine d'ouest en est[M 5].

Moyen ÂgeModifier

 
Bâtiments de l'ancien prieuré Saint-Maixent.

Le toponyme Vaugourdon pourrait être lié à la domination des Wisigoths sur la Touraine au Ve siècle, mais cette origine est loin de faire l'unanimité[M 6]. L'histoire médiévale de Veigné, attestée par les sources écrites, commence en 843 : les chanoines de la basilique Saint-Martin de Tours donnent à l'abbaye Saint-Paul de Cormery, fondée une cinquantaine d'années plus tôt, la villa de Veigné[55],[56]. En 1123, l'existence d'un prieuré dédié à saint Maixent est attestée dans le bourg[57]. Un autre prieuré, situé au nord du territoire paroissial et voué à sainte Apolline, n'a qu'une brève existence (du XIIIe au XVIe siècle)[V 1] et sa chapelle est ruinée[M 7]. L'église est mentionnée en 1139 ; elle a sous sa dépendance une chapelle à Montbazon[55] En 1180, une décision pontificale confirme la possession du prieuré et du bourg de Veigné par les moines de Cormery[58]. Il est fort probable que — dès le Moyen Âge — église et prieuré Saint-Maixent soient inclus dans l'aire d'un enclos matérialisé par une palissade ou un fossé. Le parcellaire du cadastre napoléonien porte encore les traces de cet aménagement dans sa partie nord-ouest[59].

En , les troupes du Prince noir, venant de Bléré par le chemin aux Bœufs, traversent Veigné pour rejoindre la Guyenne mais leur passage a peu d'impact sur la vie de la paroisse. C'est au-delà de l'Indre que leurs méfaits se font ressentir[M 8]. Même si le rôle historique de Veigné au Moyen Âge semble être très réduit, le territoire attire de nombreux nobles qui y font construire des châteaux ; ces édifices sont fortement remaniés plus tard, notamment au XIXe siècle[V 2].

Temps modernesModifier

La paroisse de Veigné n'est pas particulièrement marquée par les guerres de Religion : d'une part elle n'est pas un fief protestant et d'autre part elle n'accueille ni couvent, ni prieuré important, ni monastère pouvant être pris pour cible[M 9]. Vers 1550, un ordre de l'officialité de Tours crée la paroisse de Montbazon. Pour lui assurer des revenus, onze fermes, représentant une surface de 641 ha, sont soustraites du territoire de Veigné pour constituer la dîme de la nouvelle paroisse[M 10].

Le , grâce à la médiation du futur cardinal de Richelieu et du duc de Luynes, Marie de Médicis et son fils Louis XIII se rencontrent au château de Couzières pour tenter de se réconcilier. Ils y séjournent 14 jours mais cette entrevue n'a pas de résultats positifs à long terme[60]. Les XVIIe et XVIIIe siècles sont marqués par plusieurs crues majeures de l'Indre (1615, 1624, 1741) qui emportent de nombreux ponts sur la rivière. Celui de Veigné, dont le tablier est plus haut, résiste à chaque fois[M 2]. Il est par contre emporté par la crue de 1770, la plus forte jamais enregistrée jusqu'alors et d'une ampleur inégalée depuis pour cette rivière ; cette crue ne fait toutefois aucune victime dans la paroisse, les habitants des secteurs menacés ayant pu se mettre en lieu sûr à temps[M 3]. Des habitants de Montbazon, plus durement touchés, viennent se réfugier au château de Couzières, à l'abri sur le coteau[61].

 
Ancien chemin aux Bœufs.

La percée de la nouvelle route de Paris à Bordeaux par Tours bouleverse le paysage au milieu du XVIIIe siècle ; elle devient opérationnelle à Veigné lorsqu'un nouveau pont sur l'Indre et construit à Montbazon[M 11]. Les anciens itinéraires ne sont pas totalement délaissés pour autant, puisque l'un d'entre eux sert à acheminer depuis le sud de la France les troupeaux de bœufs vendus sur les marchés parisiens. Cette route prend dès lors le surnom de « chemin aux Bœufs »[M 12]. Aux signes d'agitation sociale qui préludent au déclenchement de la Révolution française s'ajoutent localement les difficiles conditions climatiques de l'année 1788 : fortes pluies au printemps perturbant les semis de blé, grêle du détruisant une partie de la récolte[62], sécheresse de l'automne[M 13].

Les cahiers de doléances des habitants présentés aux États généraux de 1789 comportent des requêtes habituelles comme la suppression de la gabelle et des droits seigneuriaux, une répartition de l'impôt foncier au prorata de la superficie possédée — une proposition originale est faite concernant l'attribution possible des terres en friche à l'exploitant qui accepterait d'en payer l'impôt[63] — et le regroupement des couvents de moins de dix religieux, sans toutefois exiger la dissolution des ordres monastiques[64].

Époque contemporaineModifier

De la Révolution française à la fin du XIXe siècleModifier

En 1790, l'Assemblée constituante ouvre la voie à des regroupements parmi les communes récemment créées. Montbazon émet alors le souhait d'annexer Veigné et une partie de Chambray, Monts et Sorigny ; la proposition est refusée[M 14]. Plusieurs châteaux et manoirs de Veigné (la Championnière, Fontiville...) sont déclarés biens nationaux en 1792 comme appartenant à des émigrés. Celui de Couzières, abandonné depuis 1782, est alors réservé pour loger des invalides ; la décision tarde et les habitants viennent récupérer pièces de charpente, d'huisseries, de toiture ; le château est finalement vendu pour un prix dérisoire à l'hiver 1804[M 15].

Dans le premier quart du XIXe siècle et dans le prolongement de l'établissement des plans cadastraux communaux, plusieurs échanges de terres remodèlent légèrement les contours des communes d'Esvres, Montabzon, Saint-Branchs et Veigné[65]. Le réseau ferroviaire se constitue dans la seconde moitié du XIXe siècle : c'est en 1850 qu'est achevé le tronçon Tours - Poitiers de la ligne de Paris à Bordeaux mais Veigné n'est pas desservie par cette ligne[M 16]. Il faut attendre 1878 et l'ouverture jusqu'à Loches de la ligne de Joué-lès-Tours à Châteauroux pour que Veigné dispose d'un accès au train. La constitution de ce réseau, ainsi que l'amélioration des conditions de circulation routière, sont la cause d'un désintérêt progressif pour les foires locales comme celles de Veigné, très en vogue au début du XIXe siècle[M 17] : la population a plus de facilité pour se rendre à des rassemblements plus importants à Loches ou Tours[M 18]. Les plébiscites organisés en 1851 par Louis-Napoléon Bonaparte, puis en 1852 quand il est devenu empereur témoignent du soutien des Vindiniens, même si tous les électeurs ne votent pas et que tous les votants ne se déclarent pas favorables : le « oui » remporte respectivement 86 et 78 % des électeurs inscrits[66].

La guerre de 1870 a surtout un impact financier pour Veigné : la commune est tenue de participer à hauteur de 15 000 F aux frais d'occupation de la France ; elle doit contracter pour cela un emprunt sur dix ans[M 19].

Le XIXe siècle est également marqué par la modernisation des techniques agricoles, sous l'impulsion de Laurent puis d'Alfred Delaville-Le-Roux, dont le domaine foncier s'étend sur 780 ha dans la partie sud de la commune[67], imités par d'autres agriculteurs. Ces progrès sont toutefois menacés par l'apparition de deux parasites majeurs de la vigne, le mildiou et le phylloxéra, qui finiront par avoir raison de cette culture à Veigné[68].

XXe et XXIe sièclesModifier

La Première Guerre mondiale fait 51 victimes parmi les soldats vindiniens[69].

À partir du , le gouvernement français quitte Paris et se replie temporairement en Touraine avant de rejoindre Bordeaux. Veigné accueille ainsi les services et le personnel du ministère de la Marine marchande jusqu'au du même mois[M 20]. Le général Gabriel Bougrain, qui tente d'empêcher l'ennemi de franchir la Loire, installe brièvement son quartier général à Fontiville le [70]. L'occupation allemande après l'armistice du 22 juin 1940 se traduit par la réquisition de plusieurs châteaux : Couzières loge soldats et chevaux, tout comme la Championnière[71] ; Fontiville abrite une troupe de douaniers chargés de surveiller la ligne de démarcation[M 21]. La commune est le cadre d'actions de résistance. Un marchand de volailles qui a su s'attirer les bonnes grâces des douaniers transporte clandestinement du courrier lors de ses passages de la ligne entre Veigné et Loches où il se rend chaque semaine au marché ; il n'est jamais inquiété. À la mi-juillet 1944, des mouvements de résistance cachent dans les caves d'Esvres et de Veigné des conteneurs d'armes parachutées. Après une dénonciation, la Gestapo procède à 26 arrestations du au au château de Vaux, à Esvres, et dans les environs ; quatre personnes sont fusillées sur l'aérodrome de Saint-Symphorien, dont Pierre Mourruau qui a aménagé une de ces cachettes à Taffonneau[M 22],[72] ; un monument rappelle son souvenir en bordure de la rue de Taffonneau, non loin du château[73]. Le , pour couvrir leur retraite, les troupes allemandes détruisent les ponts de Montbazon et Veigné mais les dégâts, légers, sont rapidement réparés[M 23].

Le , la poudrerie du Ripault, à Monts, explose de manière accidentelle. L'onde de choc provoque la mort de plusieurs habitants de la commune qui travaillaient au Ripault, ainsi que des dégâts sur de nombreux bâtiments de Veigné[M 24].

L'industrialisation rapide de Tours et sa banlieue après la fin de la Seconde Guerre mondiale entraîne une forte augmentation de la population des communes situées au sud de Tours et bien desservies par la route, dont Veigné, qui bénéficie en outre de la création d'usines sur son propre territoire comme sur celui de Montbazon[M 25].

L'étude d'un projet de fusion entre Veigné et Montbazon est reportée après les élections municipales de 2020[74].

Politique et administrationModifier

 
La mairie.

Découpage administratifModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Du point de vue administratif, Veigné est rattachée à l'arrondissement de Tours[75]. Elle faisait partie du canton de Montbazon avant le redécoupage cantonal de 2014.

Du point de vue électoral, Veigné est rattachée à la 3e circonscription de l'Indre-et-Loire[76] et depuis le redécoupage cantonal de 2014, Veigné est l'une des dix communes qui composent le canton de Monts[77].

Depuis le et la suppression du tribunal d'instance de Loches, le tribunal d'instance de Tours est compétent pour l'ensemble du département. Toutes les juridictions intéressant Veigné sont ainsi regroupées à Tours, à l'exception du tribunal administratif et de la cour d'appel qui siègent à Orléans[78], préfecture de la région Centre-Val de Loire.

IntercommunalitéModifier

Veigné et vingt-et-une autres communes composent la communauté de communes Touraine Vallée de l'Indre[79]. Jusqu'au , elle relevait de la communauté de communes du Val de l'Indre. Cette situation lui confère en outre un rattachement de fait au « Pays Indre et Cher », qui a pour mission de « coordonner diverses missions transversales confiées par les collectivités, dans les domaines de l’aménagement du territoire, de l’environnement, de l’économie et du patrimoine »[80]. Veigné est également l'une des trente-six communes adhérant au syndicat d'aménagement de la vallée de l'Indre[81].

Tendances politiques et résultatsModifier

Comme en témoignent les résultats d'élections publiés sur le site du ministère de l'Intérieur[82], l'électorat de Veigné, lors des consultations au suffrage universel direct qui se sont déroulées depuis 2002, a apporté son soutien à une liste ou candidat présentés par la droite dans les deux tiers des consultations[Note 5].

Élection présidentielle la plus récenteModifier

En 2017, au deuxième tour de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron (La République en marche), élu, a obtenu 72,68 % des voix et Marine Le Pen (FN), 27,32 %. Le taux de participation s'est élevé à 81,59 %[83].

Élection municipale la plus récenteModifier

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 5 000 et 9 999, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de 29[84]

Lors des élections municipales de 2014, les 29 conseillers municipaux ont été élus à l'issue du premier tour ; le taux de participation était de 67,93 %[85]. Ont obtenu :

Suffrages exprimés 3 048 29 sièges à pourvoir
Liste Tête de liste Tendance politique Suffrages Pourcentage Sièges acquis Var.
Imaginons votre avenir, nous le construirons ensemble Patrick Michaud LDVD 2 138 70,14 %
25 / 29
- 1
Veigné pour tous Dider Laumont LDVG 910 29,86 %
4 / 29
NL[Note 6]

La liste Imaginons votre avenir, nous le construirons ensemble obtient cinq sièges au conseil communautaire.

Liste des mairesModifier

Liste des maires de Veigné[V 3].
Période Identité Étiquette Qualité
22 février 1790 8 janvier 1791 François-Nicolas Debrou[M 26]    
1791 1792 René Roussel    
1801 1807 Lucas    
1811 avril 1816 Jacques Moreau    
avril 1816 1830 Louis Benjamin Voisine de la Fresnaye   Propriétaire
1830 1840 Vincent Juppeau-Godeau    
mai 1842 11 janvier 1861[Note 7] Laurent Justinien Delaville-Le-Roulx   Propriétaire
1864 2 novembre 1867[Note 8] René Bourgeau    
décembre 1867 août 1880[Note 9] Charles Proust   Cultivateur
1881 mai 1884 Alfred Delaville-Le-Roulx   Propriétaire
juin 1884 1919 Sylvain Meusnier    
1919 ? François Viollet    
Les données manquantes sont à compléter.
1944 mai 1953 Charles Amathis    
1953 1955 Alexandre Baron    
1955 mars 1965 James Chagnon    
1965 1966 Humbert Colin    
1966 mars 1977 Marc Piffre    
1977 mars 1983 Sylvain Dazac    
1983 mars 1989 André Demolliens    
1989 1999[Note 10] Hubert Marionnaud DVD Conseiller général
1999 mars 2001 Jacques Herbet    
2001 mars 2008 Hubert Thalineau Les Verts Avocat au barreau de Tours
2008 En cours
(au [C 1])
Patrick Michaud DVD puis UDI Fonctionnaire
Conseiller départemental depuis 2015
Vice-président du conseil départemental

Politique environnementaleModifier

Eau potable et assainissementModifier

La gestion des ressources en eau potable et le traitement collectif des eaux usées sont organisés de manière mutualisée pour les deux communes de Montbazon et Veigné.

L'alimentation en eau potable repose sur deux forages situés à Montbazon et qui exploitent la nappe phréatique du Cénomanien. Sur l'ensemble des deux communes, 7 116 habitants sont desservis en 2017[88].

Le traitement des eaux usées pour les deux communes est assuré de manière collective par une unique station d'épuration à boues activées d'une capacité de 12 000 EH installée à Montbazon. Après traitement, les eaux épurées sont rejetées dans l'Indre. Plus de 10 000 habitants des deux communes sont desservis en 2017[89].

Déchets ménagersModifier

Les habitants de Veigné ont accès à deux déchèteries proches, l'une à Esvres, l'autre à Saint-Branchs[90]. La communauté de communes organise la collecte en porte-à-porte des déchets ménagers et recyclables et des conteneurs répartis sur le territoire recueillent verre et papier.

FleurissementModifier

Dans son palmarès 2018, le Conseil national des villes et villages fleuris de France attribue deux fleurs à la commune au Concours des villes et villages fleuris[91].

Instances de démocratie participativeModifier

Les enfants et les seniors participent à la vie locale par le biais du conseil des enfants[C 2] et du conseil des seniors[C 3], deux instances consultatives.

Finances localesModifier

Le tableau ci-dessous présente l'évolution de la capacité d'autofinancement, un des indicateurs des finances locales de Veigné, sur une période de dix ans[92] :

Capacité d'autofinancement (CAF) à Veigné de 2008 à 2017
Résultats exprimés en €/habitant.
Strate : communes de 3 500 à 5 000 habitants appartenant à un groupement fiscalisé de 2008 à 2014, communes de 5 000 à 10 000 habitants appartenant à un groupement fiscalisé de 2015 à 2017.
2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
Veigné 67 90 103 111 105 154 147 157 145 144
Moyenne de la strate 152 155 166 181 181 177 165 171 179 179
 

CAF de Veigné CAF moyenne de la strate

Depuis 2008, la capacité d'autofinancement de la commune[Note 11], toujours positive, est cependant inférieure à la moyenne de la strate, dont elle semble se rapprocher depuis 2013[Note 5]. Fonds de roulement[Note 12] et résultat comptable[Note 13] sont eux aussi toujours positifs, bien que se situant presque toujours en-dessous des valeurs moyennes de la strate[92],[Note 5].

Population et sociétéModifier

Les habitants de Veigné sont appelés les Vindiniens[40].

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

Les registres paroissiaux sont disponibles à partir de 1575 pour ce qui concerne les baptêmes. En 1740, la population de la paroisse atteint un maximum de 275 feux ; elle s'établit à 257 feux en 1787, dernière année mentionnée pour ce mode de recensement familial[65].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[95]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[96].

En 2016, la commune comptait 6 159 habitants[Note 14], en augmentation de 1,32 % par rapport à 2011 (Indre-et-Loire : +2,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8801 1739981 0371 2401 2891 3031 3431 297
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2451 2981 3331 2691 6211 5201 4571 3911 346
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2951 3571 3611 3541 3481 3361 3791 6951 852
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 8912 4203 6164 1994 5205 4745 8875 9385 990
2013 2016 - - - - - - -
6 0986 159-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[97] puis Insee à partir de 2006[98].)
Histogramme de l'évolution démographique
 


Soldes de variation annuelle de la population de Veigné
exprimés en pourcentages[I 4],[Note 15].
1968 - 1975 1975 - 1982 1982 - 1990 1990 - 1999 1999 - 2010 2010 - 2015
Taux de variation annuel de la population   + 5,9 %   + 2,1 %   + 0,9 %   + 2,1 %   + 1,0 %   0,0 %
Solde naturel + 0,8 % + 0,5 % + 0,4 % + 0,5 % + 0,4 % + 0,3 %
Solde migratoire + 5,2 % + 1,7 % + 0,5 % + 1,7 % + 0,6 % - 0,3 %

La population vindinienne reste relativement constante des années 1840 à la fin de la Seconde Guerre mondiale. C'est alors que s'amorce une croissance démographique, très forte de 1962 à 2006, plus réduite ensuite. Cette croissance réduite est surtout à mettre sur le compte d'un solde migratoire et dans une moindre mesure d'un solde naturel plus faibles[Note 5].

Pyramides des âgesModifier

Pyramide des âges à Veigné en 2015 en pourcentage[I 5].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,5 
7,5 
75 à 89 ans
9,3 
17,5 
60 à 74 ans
18,3 
22,5 
45 à 59 ans
22,9 
18,6 
30 à 44 ans
18,1 
15,9 
15 à 29 ans
12,8 
17,6 
0 à 14 ans
17,2 
Pyramide des âges en Indre-et-Loire en 2015 en pourcentage[I 6].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ans ou +
2,0 
7,6 
75 à 89 ans
10,3 
15,8 
60 à 74 ans
16,5 
19,9 
45 à 59 ans
19,2 
18,7 
30 à 44 ans
17,8 
18,8 
15 à 29 ans
17,7 
18,8 
0 à 14 ans
16,6 

Le pourcentage de la population communale âgée de plus de 45 ans s'établit en 2015 à 45,4 %, soit 1,1 point de plus que la moyenne départementale[I 7],[I 8] et sa moyenne d'âge a tendance à augmenter depuis le début des années 2000[PLU 13].

Petite enfance, enseignement et jeunesseModifier

 
École élémentaire des Varennes.

Deux groupes scolaires d'enseignement primaire existent à Veigné, comprenant chacun une école maternelle et élémentaire ; l'un se situe au bourg, et l'autre aux Gués-de-Veigné. À la rentrée 2018, ces établissements accueillent ensemble 599 élèves[99]. Les établissements de rattachement prévus par la carte scolaire sont le collège Albert-Camus de Montbazon et le lycée Jean-Monnet de Joué-lès-Tours[100]. Un service de transport scolaire est mis en place par la communauté de communes[101].

Le site « Assistantes maternelles 37 » du conseil départemental recense 44 professionnelles installées à Veigné[102]. Depuis le , des accueils de loisirs sans hébergement, destinés aux enfants de 3 à 13 ans, sont administrés par la communauté de communes.

L'« Accueil jeunes » est un lieu de rencontre, de dialogue et de détente dédié aux jeunes habitants de la commune, qui peuvent par ailleurs obtenir des informations diverses (santé, emploi, transports, etc.) auprès du « Point d'information jeunesse »[C 4].

Santé, sécurité et services d'urgenceModifier

Près de trente professionnels intervenant dans le domaine de la santé sont installés à Veigné[C 5]. L'hôpital le plus proche est le centre hospitalier régional universitaire de Tours, à Chambray-lès-Tours, à environ un quart d'heure de trajet automobile de Veigné[103]. Un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes de droit privé pouvant accueillir 50 résidents est implanté sur la commune[104]. Le Centre communal d'action sociale de Veigné assure diverses missions d'appui auprès des seniors[C 6].

La brigade de gendarmerie la plus proche de Veigné est celle de Montbazon[105].

Le centre de secours du Val de l'Indre des sapeurs pompiers est implanté à Montbazon. Il a vocation à intervenir sur les territoires de Montbazon, Sorigny et Veigné[106].

Sport et cultureModifier

Équipements sportifs et culturelsModifier

 
Stade de Vaugourdon.
 
Aménagements pour canoës et kayaks sur l'Indre.

Veigné dispose de plusieurs équipements sportifs, gymnase municipal avec des dojos, city stade, stade multisports avec courts de tennis, piscine, minigolf, base de canoës et kayaks sur l'Indre. Le centre sportif de Vaugourdon, limitrophe de Monts, fut créé à l'initiative du CEA. Il compte de nombreux équipements, en salle et en plein air[M 27]. La richesse et la diversité de ces équipements, ainsi que les nombreuses activités sportives communales, valent à Veigné le label « commune sportive », attribué par le Comité régional olympique et sportif du Centre-Val de Loire pour la période 2016-2020[107].

Une bibliothèque est à la disposition des habitants[C 7], ainsi que plusieurs salles communales[C 8].

L'arboretum de la Martinière propose entre autres une importante collection de bambous[108].

Manifestations culturelles et festivitésModifier

Depuis 2010, Veigné organise chaque année durant deux jours au début de l'été, le festival musical « les Estivales de Veigné »[109].

Le moulin de Veigné accueille, tous les ans au mois d'avril, le « Salon des arts de Veigné » consacré aux arts plastiques ; la 36e édition de cette manifestation se déroule en 2019[110].

Tissu associatifModifier

Le site de la mairie recense 62 associations ayant leur siège dans la commune, mais une dizaine d'entre elles ont une vocation intercommunale voire départementale. Dix-huit de ces associations interviennent dans le domaine de la culture et des loisirs, vingt-quatre ont trait à des activités sportives et vingt prennent en charge des domaines de la vie sociale[C 9].

Médias et numériqueModifier

Le quotidien régional La Nouvelle République du Centre-Ouest consacre quelques pages de son édition Indre-et-Loire, Touraine Est, à l’actualité du canton de Monts. La commune de Veigné édite un bulletin municipal (deux publications par an). La chaîne de télévision TV Tours Val de Loire et la station de radio France Bleu Touraine relaient les informations locales.

La commune ne possède pas en 2019 de réseau à haut débit par fibre optique[111].

Culte catholiqueModifier

Le territoire de la commune dépend de la paroisse Saint-Brice au sein du doyenné de Loches lui-même partie de l'archidiocèse de Tours, au même titre que six autres doyennés[112]. L'église Saint-Maixent accueille, en alternance avec d'autres églises de la paroisse, des offices dominicaux[113].

ÉconomieModifier

Revenus et fiscalitéModifier

En 2015, le revenu fiscal médian par ménage est de 40 071 €, alors que la moyenne départementale s'établit à 32 011 € et que celle de la France métropolitaine est de 32 409 €[I 9]. En 2015, le revenu disponible par ménage était de 23 480 € dans la commune[I 10] contre une moyenne de 20 710 € au niveau départemental[I 11]. Le taux de pauvreté est de 5,0 % des ménages fiscaux à Veigné[I 12] alors qu'il s'établit à 12,5 % au niveau départemental[I 13].

EmploiModifier

Les deux tableaux ci-dessous présentent les chiffres-clés de l'emploi à Veigné et leur évolution de 2010 à 2015[I 14],[I 15] :

Structure de la population active de Veigné (37)
en 2010 et 2015.
Veigné 2010 Veigné 2015 Évolution
Population de 15 à 64 ans 3 848 3 806   - 1,1 %
Actifs (en %) 73,3 76,6   + 4,9 %
dont :
Actifs ayant un emploi (en %) 69,8 70,1   + 0,4 %
Chômeurs (en %) 3,5 6,5   + 85.6 %
Évolution de l'emploi à Veigné (37) en 2010 et 2015.
Veigné 2010 Veigné 2015 Évolution
Nombre d'emplois dans la zone 1 523 1 447   - 5,0 %
Indicateur de concentration d'emploi 56,5 54,4   - 3,5 %

De 2010 à 2015, l'évolution de l'emploi à Veigné est importante. La population active diminue légèrement, mais le pourcentage d'actifs augmente de manière sensible. Pour autant, les emplois proposés à Veigné sont moins nombreux, ce qui induit une détérioration de l'indicateur de concentration d'emploi. Le taux de chômage, selon les critères définis lors du recensement, a fortement augmenté et touche plus de 20 % des jeunes de 15 à 24 ans[I 15]. Sur les 2 705 Vindiniens pourvus d'un emploi, seuls 491 travaillent dans la commune elle-même[I 16],[Note 5]. La plupart de ceux qui travaillent en-dehors de la commune occupent un emploi à Tours ou ses communes limitrophes[PLU 14].

En 2015, les six plus importants des 473 établissements installés à Veigné emploient globalement plus de 440 salariés, dont plus de 120 pour l'un d'entre eux[I 17].

Tissu économiqueModifier

Le tableau ci-dessous détaille le nombre d'établissements[Note 16] implantés à Veigné selon leur secteur d'activité et le nombre de leurs salariés[I 18] :

Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2015.
Total % 0
salarié
1 à 9
salariés
10 à 19
salariés
20 à 49
salariés
50 salariés
ou plus
Ensemble 473 100,0 343 110 10 5 6
Agriculture, sylviculture et pêche 9 1,9 7 2 0 0 0
Industrie 25 5,1 13 7 2 1 1
Construction 61 12,9 43 14 3 1 0
Commerce, transports, services divers 324 68,5 241 78 3 0 2
dont commerce et réparation automobile 124 26,2 85 37 1 0 1
Administration publique, enseignement, santé, action sociale 55 11,6 39 9 2 2 3
Champ : ensemble des activités.

En 2016, quarante-quatre nouvelles entreprises se sont créées, puis quarante-trois autres en 2017. Les entreprises individuelles représentent respectivement 54,5 et 81,4 % de ces créations[I 19].

L'économie de Veigné est majoritairement tournée vers la « sphère présentielle » — les biens et service produits sur la commune répondent à la demande des habitants, sédentaires ou de passage, de cette commune[115] —, que ce soit au niveau des établissements (65,8 %) qu'un niveau des postes salariés (66,6 %)[I 20].

AgricultureModifier

Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Veigné, observées sur une période de 22 ans[116].

 
Verger de poiriers à Veigné.
Évolution de l'agriculture à Veigné (37) entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Nombre d’exploitations 37 18 10
Équivalent unité de travail annuel 78 96 51
Surface agricole utile (SAU) (ha) 938 909 814
Cheptel (nombre de têtes) 215 71 3
Terres labourables (ha) 636 704 708
Cultures permanentes (ha) 136 145 NC[Note 17]
Surfaces toujours en herbe (ha) 161 53 18
Superficie moyenne d’une exploitation (ha) 25,4 50,5 81,4

L'agriculture locale manifeste une tendance forte au regroupement d'exploitations, moins nombreuses mais beaucoup plus étendues. La culture de céréales et de plantes oléagineuses ou protéagineuses est largement dominante. Toutefois, pommes et poires sont produites depuis plusieurs décennies sur la commune[26] et les vergers de l'exploitation vindinienne inscrite au registre du commerce[117] sont localisés dans la partie sud du territoire[PLU 15]. Cette activité est génératrice de nombreux emplois saisonniers à l'époque de la cueillette (septembre-octobre)[26].

Industrie, commerces et servicesModifier

Assez peu de grosses entreprises sont installées sur le territoire de Veigné qui ne dispose pas d'une importante zone industrielle, à l'opposé de plusieurs de ses communes voisines. Une entreprise d'entretien des jardins et espaces verts constitue une exception puisqu'elle est le plus gros employeur de main d'œuvre de la commune avec 120 salariés en 2016[118]. L'économie locale est surtout marquée par la présence de nombreuses petites et moyennes entreprises[119].

De nombreux commerces et services de proximité sont implantés sur la commune[C 10] qui bénéficie en outre de la présence d'un marché hebdomadaire rassemblant une douzaine de commerçants[C 11].

TourismeModifier

En 2018, Veigné offre les services de deux hôtels et d'un camping[I 21]. Cette offre est complétée par des possibilités d'hébergement en gîte rural et chambre d'hôtes[120].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Édifices cultuelsModifier

 
Église Saint-Maixent.
 
Chapelle Saint-Laurent.

L'église Saint-Maixent (I) date initialement du XIIe siècle mais elle est presque entièrement reconstruite en 1873. De l'édifice originel subsistent la base des murs du chœur et le clocher en forme de mitre, disposition plusieurs fois retenue pour des églises de la vallée de l'Indre. Ce dernier élément de l'église est inscrit à l'inventaire des monuments historiques depuis 1961.

La chapelle Saint-Laurent de Veigné (II), encore appelée « chapelle Saint-Laurent-des-Bois », isolée au milieu des bois en limite de Chambray-lès-Tours, est un édifice de la fin du XIe ou du début du XIIe siècle, dépendant à cette époque de l'abbaye Notre-Dame de Beaumont-lès-Tours. Il est très largement reconstruit au XVIe siècle et plusieurs fois remanié ultérieurement. Sa nef romane abrite une fresque très dégradée représentant le Christ en gloire. Cette chapelle est inscrite à l'inventaire des monuments historiques depuis 1973.

Château et manoirsModifier

 
Carte simplifiée du patrimoine de Veigné.

Le château de Couzières (1), situé au flanc du coteau de la rive droite de l'Indre est une reconstruction à partir du XVIIe siècle — le propriétaire en est alors Hercule de Rohan-Montbazon, grâce à son union avec Marie de Lenoncourt, héritière du château[M 28] — d'un édifice du XVe siècle dont subsistent les deux tours d'angle du logis principal[121]. Plusieurs éléments de l'architecture du logis principal, de ses dépendances ou de l'aménagement de son parc sont inscrits à l'inventaire des monuments historiques depuis 1950[122].

Le manoir de la Belle Jonchère (2), au sud de la commune, est bâti au sommet du vallon du ruisseau de Taffonneau. Construit au VIe siècle mais agrandi à plusieurs reprises, il est restauré dans les dernières décennies du XXe siècle. Il est partiellement inscrit à l'inventaire des monuments historiques depuis 1950[123].

Partiellement inscrit comme monument historique en 1991[124], le manoir de Beaupré (3) est une construction du milieu du XVIIe siècle pourvue d'un comble à la Mansart, agrandie par l'adjonction de deux ailes dans un second temps. Sa décoration extérieure fait partiellement appel à des éléments de récupération d'autres châteaux détruits ou réaménagés.

Le manoir de Taffonneau (4), signalé en 1440, se compose d'un logis principal flanqué d'une tourelle polygonale, l'ensemble étant très remanié au début du XXe siècle[125]. Si les communs subsistent, une chapelle mentionnée jusqu'au milieu du XVIIIe siècle a disparu[126]. D'importantes transformations et destructions de corps de bâtiments ont lieu dans la seconde moitié du XIXe siècle[V 4].

Le domaine de Thorigny (5) est construit sur un site déjà occupé au Paléolithique. Il est mentionné au XIe siècle sous le nom de Torineium. Au XVe siècle un manoir féodal est signalé ; en 1790 le prince Rohan-Guemenée devient propriétaire du domaine. La grande propriété comprend alors le château du XVIe siècle avec un colombier, une grange avec pressoir, une cour, un jardin, des terres cultivables, des vignes, des bois et même des friches. En 1846-1847, la famille Torterue de Sazilly, alors propriétaire du domaine, fait édifier le château en pierre de taille, de style Restauration[V 5].

Le manoir de la Tortinière (6), mentionné en 1478, est reconstruit vers la fin de XVIIe siècle. De l'édifice initial, seules les tourelles sont conservées. Une seconde reconstruction, en style néo-Renaissance, a lieu dans la seconde moitié des années 1860, fortement inspirée par l'architecture du château d'Azay-le-Rideau[127]. Un pavillon est ajouté à la fin du XIXe siècle. Le chemin qui longe le mur de la propriété en direction de l'Indre est vraisemblablement tracé sur l'ancienne voie romaine, dite « Chemin Blanc », de Tours à Montbazon[128].

Situé sur les hauteurs de la vallée de l'Indre sur un site probablement déjà occupé sous l'Antiquité, le manoir de Fontiville (7) est reconstruit au milieu du XIXe siècle par Benjamin Voisine de la Fresnaye. Ancienne ferme du château de Couzières, il conserve plusieurs petites dépendances édifiées du XVe siècle à l'époque de Louis XV[V 6].

Rien ne subsiste du premier château de la Championnière (8) (du nom de Champion, l'un de ses premiers propriétaires connus), cité en 1440, excepté peut-être une tour tronquée qui supporte un château d'eau[129]. Il est entièrement reconstruit vers 1695 ; l'aile sud a été été incluse dans une nouvelle reconstruction effectuée en 1833-1834 (édifice cubique et toiture à quatre pans). Un pigeonnier circulaire date aussi de la fin du XVIIe siècle mais la chapelle a été détruite[V 7]. Le domaine (bâtiments et parc attenant) est acheté par la commune en 2003[130]. Un des châtaigners du parc est classé arbre remarquable de France[131].

Le château de la Guéritaulde (9) est une reconstruction de 1824-1826 sur des plans de Louis Visconti. Il remplace un édifice fortifié cité en 1353 et qui appartient alors à la famille de Maillé. Le château du XIXe siècle est construit pour Laurent Justinien Delaville-Le-Roulx qui deviendra plus tard maire de la commune. Il est restauré et modifié en 1937 par ses propriétaires d'alors[V 8].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Aménagements remarquablesModifier

Le grand moulin de Veigné ou Moulin-Fonteyne est un ancien moulin à eau reconstruit en 1870-1874 au niveau du bourg (A). Son activité cesse en 1960. Il est racheté par la commune en 1981. Accessible par la rive gauche de l'Indre, il sert à diverses expositions et activités culturelles[V 9]. Veigné comptait trois autres moulins, dont l'existence est mentionnée dans des textes anciens : le moulin du Lavoir (991), le moulin de Bourroux (1486) et le moulin de Roulecrottes (B) (1592) rebaptisé Moulin-Fleuri[V 10] ; plus aucun d'entre eux n'est en fonctionnement.

La bibliothèque de la communauté de communes est installée dans l'ancienne grange aux dîmes, bâtiment du XIVe siècle restauré et réaménagé, proche du chevet de l'église (C). Dépendance du prieuré Saint-Maixent, il s'agit de l'une des trois plus anciennes granges aux dîmes du département[V 11],[132].

Au moins six fours à chaux et briqueteries sont signalés à Veigné à la fin du XVIIIe siècle et au XIXe siècle. Tous ces équipements ont disparu, excepté un four à chaux (D), construit en 1858 et inscrit à l'Inventaire général du patrimoine culturel[V 12],[133]. Le dernier four à chaux vindinien cesse ses activités au début des années 1870 ; il est détruit vers 1900[134].

Plusieurs anciens puits en pierre, dont le plus vieux remonte au XVe siècle, sont présents sur le territoire communal[V 13]. Ces équipements, installés au centre des hameaux ou aux carrefours de plusieurs routes, étaient en général communs à plusieurs habitations[135].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine gastronomiqueModifier

La commune est située dans l'aire d'appellation d'origine contrôlée du fromage Sainte-maure-de-touraine. Bœufs du Maine, rillettes de Tours et 120 types de vins peuvent prétendre à une indication géographique protégée s'ils sont produits sur le territoire communal[136].

Veigné dans les artsModifier

En 1987, une scène du téléfilm L'Escargot noir, premier épisode de la série Les Dossiers de l'inspecteur Lavardin, est tournée au Moulin-Fleuri[137].

Personnalités liées à la communeModifier

Hercule de Rohan-Montbazon (1568-1654), noble français, fait reconstruire le château de Couzières où il meurt[138].

Gatien Christophe (1759-1827), homme politique français et député d'Indre-et-Loire, est né à Veigné[139].

Emmanuel Drake del Castillo (1855-1905), botaniste, et son frère Jacques (1855-1918), homme politique, sont propriétaires du manoir de la Belle Jonchère de 1875 à leur mort[140].

François Coty (1874-1934), milliardaire et parfumeur, est propriétaire du manoir de Beaupré de 1912 à sa mort[141].

L'actrice Mélanie Bernier, née en 1985, passe son enfance à Veigné[142].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

HéraldiqueModifier

Les armes de Veigné se blasonnent ainsi :

De gueules à la roue de moulin de huit rais d'or en perspective cavalière, posée sur une rivière ondée cousue d'azur mouvant de la pointe[143].

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Pierre Audin, Moi Léon Berland, vigneron de Touraine : la vie quotidienne d'un village de Touraine entre 1850 et 1910 à travers les Mémoires d'un aubergiste républicain, Chambray-lès-Tours, CLD, , 204 p. (ISBN 978-2-8544-3264-0).
  • Jean-Mary Couderc (dir.), Dictionnaire des communes de Touraine, Chambray-lès-Tours, CLD, , 967 p. (ISBN 978-2-8544-3136-0).  
  • Jean-Luc Flohic (dir.), Patrimoine des communes d'Indre-et-Loire, t. I et II, Flohic, , 1408 p. (ISBN 2-8423-4115-5).
  • Stéphane Gendron, « Toponymie de la commune de Veigné, peuplement et mise en valeur du sol », Le Val de l'Indre, no 8,‎ , p. 65-76.
  • Élisabeth Lorans, Le Lochois du Haut Moyen Âge au XIIIe siècle - territoires, habitats et paysages, Tours, Publications de l'Université de Tours, , 289 p. (ISBN 2-8690-6092-0).  
  • Jacques Maurice, Montbazon et Veigné aux temps jadis, Veigné, Syndicat d'initiative de Veigné, , 151 p.  
  • André Montoux, Vieux logis de Touraine, vol. III, Chambray-lès-Tours, CLD, , 254 p.  
  • André Montoux, Vieux logis de Touraine, vol. IV, Chambray-lès-Tours, CLD, , 253 p.
  • Robert Ranjard, La Touraine archéologique : guide du touriste en Indre-et-Loire, Mayenne, Imprimerie de la Manutention, (réimpr. 1986), 3e éd., 733 p. (ISBN 2-8555-4017-8).
  • Ludovic Vieira, Veigné et son patrimoine, Joué-lès-Tours, [l'auteur], , 64 p.  

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Une inondation de plaine se produit lorsque le niveau d'un cours d'eau, généralement à la suite de fortes précipitations, monte progressivement jusqu'à l'envahissement du lit moyen, voire du lit majeur, pendant une période plus ou moins longue[10].
  2. Le classement en liste 1 est réservé aux cours d'eau qui sont en très bon état écologique, ou identifiés par les SDAGE des eaux comme jouant le rôle de réservoir biologique nécessaire au maintien ou à l'atteinte du bon état écologique des cours d'eau d'un bassin versant, ou dans lesquels une protection complète des poissons migrateurs est nécessaire.
  3. Ce classement est attribué aux parties de cours d'eau ou canaux sur lesquels il est nécessaire d'assurer le transport suffisant des sédiments et la circulation des poissons migrateurs.
  4. Cette liste, non exhaustive, vise à illustrer l'évolution toponymique et les premières mentions de la paroisse.
  5. a b c d et e Ces commentaires, ne résultant pas d'une analyse statistique des données présentées, n'ont qu'une valeur strictement indicative.
  6. Nouvelle liste en 2014.
  7. Laurent Justinien Delaville-Le-Roulx meurt en cours de mandat[86].
  8. René Bourgeau meurt en cours de mandat.
  9. Charles Proust démissionne de son mandat[87].
  10. Hubert Marionnaud meurt en cours de mandat.
  11. La « capacité d'autofinancement » (CAF) est l’excédent dégagé en fonctionnement ; cet excédent permet de payer les remboursements de dettes. Le surplus (CAF - remboursements de dettes) s’ajoute aux recettes d’investissement (dotations, subventions, plus-values de cession) pour financer les dépenses d’équipement. Ce montant représente le financement disponible de la commune[93].
  12. Le « fonds de roulement », différence entre les financements à plus d'un an et les immobilisations, permet de combler le décalage entre l'encaissement des recettes et le paiement des dépenses[94].
  13. Le résultat comptable est la différence entre produits et charges de fonctionnement.
  14. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.
  15. En raison des valeurs arrondies à la première décimale fournies par l'Insee, les totaux peuvent paraître inexacts.
  16. Selon la définition de l' Insee, « l'établissement est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l'entreprise[114]. »
  17. NC : donnée non communiquée, soumise au secret statistique.

RéférencesModifier

  • Site de l'Insee :
  1. « Fiche communale » (consulté le 26 janvier 2019).
  2. a b et c « Chiffres clés - Logement en 2015 à Veigné » (consulté le 29 janvier 2019).
  3. a et b « Chiffres clés - Logement en 2015 en Indre-et-Loire » (consulté le 26 janvier 2019).
  4. « POP T2M - Indicateurs démographiques » (consulté le 15 février 2019).
  5. « POP T3 - Population par sexe et âge en 2015 à Veigné » (consulté le 15 février 2019).
  6. « POP T3 - Population par sexe et âge en 2015 en Indre-et-Loire » (consulté le 15 février 2019).
  7. « POP T0 - Population par grandes tranches d'âges à Veigné en 2015 » (consulté le 23 février 2019).
  8. « POP T0 - Population par grandes tranches d'âges en Indre-et-Loire en 2015 » (consulté le 23 février 2019).
  9. « Fichier FILO_DEC_COM Revenus déclarés par communes en 2015 » (consulté le 12 février 2019).
  10. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2015 à Veigné (37) » (consulté le 15 février 2019).
  11. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2015 en Indre-et-Loire » (consulté le 15 février 2019).
  12. « REV G1 - Taux de pauvreté par tranche d'âge du référent fiscal en 2015 à Veigné (37) » (consulté le 15 février 2019).
  13. « REV G1 - Taux de pauvreté par tranche d'âge du référent fiscal en 2015 en Indre-et-Loire » (consulté le 15 février 2019).
  14. « EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité. » (consulté le 22 février 2019).
  15. a et b « EMP T5 - Population Emploi et activité. » (consulté le 22 février 2019).
  16. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone. » (consulté le 3 mars 2019).
  17. « CEN T2 - Postes salariés par secteur d'activité au 31 décembre 2015. » (consulté le 3 mars 2019).
  18. « CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité à Veigné (37) au 31 décembre 2015 » (consulté le 6 octobre 2018).
  19. « DEN G1 - Évolution des créations d'entreprises » (consulté en 2502/2019).
  20. « CEN T3 - Établissements selon les sphères de l'économie à Veigné (37) au 31 décembre 2015 » (consulté le 15 avril 2019).
  21. « Chiffres-clé du tourisme à Veigné au 01/01/2019 » (consulté le 28 février 2019).
  • Site de la commune :
  1. Compte rendu sommaire de la réunion du conseil municipal du .
  2. « Le conseil des enfants » (consulté le 4 mai 2019).
  3. « Le conseil des seniors » (consulté le 24 mai 2019).
  4. « Jeunesse » (consulté le 25 mai 2019).
  5. « Liste des professions libérales » [PDF] (consulté le 5 mars 19).
  6. « Missions CCAS » (consulté le 26 mai 2019).
  7. « Bibliothèque » (consulté le 24 mai 2019).
  8. « Salles communales » (consulté le 24 mai 2019).
  9. « Culture » (consulté le 24 mars 2019).
  10. « Liste des commerçants et artisans » [PDF] (consulté le 17 mai 2019).
  11. « Le marché » (consulté le 17 mai 2019).
  • Plan local d'urbanisme :
  1. a b et c « Rapport de présentation » [PDF] (consulté le 2 mars 2019), p. 38-39.
  2. « Rapport de présentation » [PDF] (consulté le 20 mai 2019), p. 82.
  3. « Rapport de présentation » [PDF] (consulté le 9 avril 2019), p. 16.
  4. « Rapport de présentation » [PDF] (consulté le 9 avril 2019), p. 18-19.
  5. a et b « Rapport de présentation » [PDF] (consulté le 2 mars 2019), p. 40.
  6. « Rapport de présentation » [PDF] (consulté le 26 février 2019), p. 97.
  7. « Plan d'aménagement et de développement durable » [PDF] (consulté le 24 mai 2019), p. 5.
  8. « Plan d'aménagement et de développement durable » [PDF] (consulté le 24 mai 2019), p. 5-6.
  9. « Plan d'aménagement et de développement durable » [PDF] (consulté le 24 mai 2019), p. 9-10.
  10. « Plan d'aménagement et de développement durable » [PDF] (consulté le 24 mai 2019), p. 11-12.
  11. « Plan d'aménagement et de développement durable » [PDF] (consulté le 24 mai 2019), p. 12-13.
  12. « Rapport de présentation » [PDF] (consulté le 3 mars 2019), p. 95-96.
  13. « Rapport de présentation » [PDF] (consulté le 9 avril 2019), p. 10-12.
  14. « Rapport de présentation » [PDF] (consulté le 9 avril 2019), p. 26.
  15. « Rapport de présentation » [PDF] (consulté le 10 avril 2019), p. 91.
  • Montbazon et Veigné aux temps jadis, Syndicat d'initiative de Veigné, 1988 :
  1. Maurice, Les origines, p. 11-12.
  2. a et b Maurice, Curés et paysans, p. 63-64.
  3. a et b Maurice, La grande crue de 1770, p. 76-77.
  4. a et b Maurice, Les origines, p. 16.
  5. Maurice, Les origines, p. 19-20.
  6. Maurice, Les origines, p. 21.
  7. Maurice, Les origines, p. 20.
  8. Maurice, La Guerre de Cent ans, p. 38-39.
  9. Maurice, « Monsieur de Montbazon », p. 49.
  10. Maurice, Les origines, p. 11.
  11. Maurice, La route d'Espagne, p. 70-74.
  12. Maurice, La route d'Espagne, p. 71.
  13. Maurice, À la veille de la Révolution, p. 81-85.
  14. Maurice, La Révolution au jour le jour, p. 97.
  15. Maurice, La Révolution au jour le jour (fin), p. 104.
  16. Maurice, Le temps des diligences, p. 121.
  17. Maurice, Les foires de Veigné, p. 125.
  18. Maurice, Les foires de Veigné, p. 128.
  19. Maurice, La troisième République, p. 131-132.
  20. Maurice, Sous la botte, p. 140-141.
  21. Maurice, Sous la botte, p. 141.
  22. Maurice, Sous la botte, p. 145 et 147.
  23. Maurice, Sous la botte, p. 147.
  24. Maurice, Sous la botte, p. 145-146.
  25. Maurice, Présentation, p. 13.
  26. Maurice, À la veille de la Révolution, p. 82.
  27. Maurice, Les origines, p. 14.
  28. Maurice, « Monsieur de Montbazon », p. 52.
  • Veigné et son patrimoine, [l'auteur], 1996 :
  1. Vieira 1996, p. 20-21.
  2. Vieira 1996, p. 2.
  3. Vieira 1996, p. 10-11.
  4. Vieira 1996, p. 38.
  5. Vieira 1996, p. 39.
  6. Vieira 1996, p. 36-37.
  7. Vieira 1996, p. 35.
  8. Vieira 1996, p. 37.
  9. Vieira 1996, p. 41.
  10. Vieira 1996, p. 18-19.
  11. Vieira 1996, p. 55.
  12. Vieira 1996, p. 50.
  13. Vieira 1996, p. 25.
  • Autres références
  1. « Orthodromie entre Veigné et Tours », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 26 janvier 2018).
  2. « Orthodromie entre Veigné et Monts », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 26 janvier 2018).
  3. « Carte géologique de Veigné », sur Géoportail (consulté le 26 février 2019).
  4. a b et c Couderc 1987, p. 874.
  5. « Carte géologique de la France au 1/50 000 - Langeais » [PDF], sur le site Ficheinfoterre du BRGM (consulté le 27 janvier 2019).
  6. Christophe Meunier, Géographie - Professeur des écoles - Oral, admission - CRPE 2017, Dunod, , 256 p. (ISBN 978-21007-5579-0, lire en ligne), p. 73.
  7. Couderc 1987, p. 874-875.
  8. a et b « Fiche SIGES de la commune », sur le site du Système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Centre-Val de Loire (consulté le 29 janvier 2019).
  9. « Fiche Sandre - l'Indre », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 29 janvier 2019).
  10. « Les inondations lentes », sur Observatoire régional de Risques majeurs en Provence-Alpes Côte d'Azur (consulté le 5 septembre 2017).
  11. Règlement SPC Loire-Cher-Indre, 23 décembre 2013, actualisé août 2015 (lire en ligne), p. 19.
  12. « Référentiel hydrométrique », sur http://www.sandre.eaufrance.fr/ (consulté le 29 janvier 2019).
  13. « Station hydrométrique K7522620, l'Indre à Monts », sur le site de la banque Hydro (consulté le 29 janvier 2019).
  14. « Arrêté du 10 juillet 2012 portant sur la liste 1 des cours d'eau, tronçons de cours d'eau ou canaux classés au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement du bassin Loire-Bretagne », sur http://www.legifrance.gouv.fr (consulté le 29 janvier 2019).
  15. « Arrêté du 10 juillet 2012 portant sur la liste 2 des cours d'eau, tronçons de cours d'eau ou canaux classés au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement du bassin Loire-Bretagne », sur http://www.legifrance.gouv.fr (consulté le 29 janvier 2019).
  16. a b et c (id) « Décret n°58-873 du 16 septembre 1958 déterminant le classement des cours d'eau en deux catégories », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 29 janvier 2019).
  17. « Fiche Sandre - le Bourdin », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 29 janvier 2019).
  18. « Veigné sur Geoportail », sur https://www.geoportail.gouv.fr/, (consulté le 30 janvier 2019).
  19. « Fiche Sandre - le Saint-Branchs », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 29 janvier 2019).
  20. « L'inventaire départemental des zones humides », sur http://www.indre-et-loire.gouv.fr/, (consulté le 30 janvier 2019).
  21. Direction Départementale des Territoires d'Indre-et-Loire-37, « Liste des Zones humides d'Indre-et-Loire-37 », sur http://terresdeloire.net/ (consulté le 30 janvier 2019).
  22. « Les climats du monde », sur le site de l'encyclopédie Larousse (consulté le 30 juin 2018).
  23. Pierre Leveel, Histoire de Touraine et d'Indre-et-Loire, Chambray-lès-Tours, CLD, , 991 p. (ISBN 978-2-8544-3157-5), p. 20.
  24. « Étude climatologique de l’Indre-et-Loire (37) » [PDF], sur Meteo Centre (consulté le 27 janvier 2019).
  25. Agence Bailly-Leblanc et Thalweg Paysage, « Commune de Cormery - élaboration d'une aire de mise en valeur de l'architecture et du patrimoine - diagnostic AVAP - Partie 2 » [PDF], sur le site des services de l'État en Indre-et-Loire, (consulté le 27 janvier 2019), p. 158.
  26. a b c et d Couderc 1987, p. 875.
  27. a et b Jacques-Xavier Carré de Busserolle, Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine, t. VI, Société archéologique de Touraine, , 444 p. (lire en ligne), p. 376.
  28. a et b Couderc 1987, p. 375.
  29. « Règlement du Plan de prévention des risques naturels prévisibles d'inondation - Val de l'Indre » [PDF], sur le site de la commune de Beaulieu-lès-Loches (consulté le 26 février 2019).
  30. « Carté d'aléa pour Veigné », sur georisques.gouv (consulté le 26 février 2019).
  31. « Nouveau zonage sismique en Indre-et-Loire » [PDF], sur le site des services de l'État en Indre-et-Loire (consulté le 18 février 2019).
  32. Alain Schulé, « Les tremblements de terre à Perrusson et dans le val de l'Indre », Le Val de l'Indre, no 7,‎ , p. 56.
  33. Paul Lemoine, « Les tremblements de terre du bassin de Paris », Revue générale des sciences pures et appliquées, t. XXIV,‎ , p. 57 (lire en ligne).
  34. Jean Vogt, « Sur le séisme poitevin de 1749 », Norois, no 136,‎ , p. 483-486 (DOI 10.3406/noroi.1987.4365).
  35. « Séisme du 13/09/1855 (Touraine) », sur planseisme.fr, un site du BRGM (consulté le 18 février 2019).
  36. « Arrêté préfectoral relatif à l'information des acquéreurs [...] sur les risques naturels et technologiques majeurs dans la commune de Veigné », sur le site des services de l'État en Indre-et-Loire (consulté le 26 février 2019).
  37. « Rémi - plan du réseau d'Indre-et-Loire » [PDF], sur Rémi - réseau de mobilté urbaine Centre-Val de Loire.
  38. « les étapes de l'itinéraire », sur l'Indre à vélo (consulté le 26 février 2019).
  39. « Randonnée de Artannes-sur-Indre (Indre et Loire) à Buzançais (Indre) », sur le site du GR46 (consulté le 19 février 2019).
  40. a b et c Stéphane Gendron, L'origine des noms de lieux de l'Indre-et-Loire, Chemillé-sur-Indrois, Hugues de Chivré, , 303 p. (ISBN 978-2-9160-4345-6), p. 243.
  41. Pierre Audin, Mémoire de la Société archéologique de Touraine : La Touraine autour de l'an mil : inventaire des sources historiques et archéologiques, t. LXIX, , 151 p., p. 120.
  42. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 1 : Formations préceltiques, celtiques, romanes, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 193), , 1869 p. (ISBN 978-2-600-02884-4, lire en ligne), n° 3308.
  43. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Guénégaud, , 738 et XXIV p. (ISBN 2-8502-3076-6), p. 703.
  44. Gendron 1996, p. 67.
  45. Stéphane Gendron, Noms de lieux du Centre, Paris, Françoise Bonneton, , 232 p., p. 161 et 163.
  46. a et b Gendron 1996, p. 71.
  47. Stéphane Gendron, Noms de lieux du Centre, Paris, Françoise Bonneton, , 232 p., p. 100.
  48. Gendron 1996, p. 73.
  49. Stéphane Gendron, La Toponymie des voies romaines et médiévales, Paris, Errance, (ISBN 2-8777-2332-1), p. 32.
  50. Stéphane Gendron, Noms de lieux du Centre, Paris, Françoise Bonneton, , 232 p., p. 44 et 133.
  51. Gendron 1996, p. 69-70.
  52. Pierre Audin, « Les temps préhistoriques », dans Claude Croubois (dir.), L'Indre-et-Loire : la Touraine, des origines à nos jours, Saint-Jean-d'Angély, Bordessoules, coll. « L'Histoire par les documents », , 470 p. (ISBN 2-9035-0040-1), p. 24-25.
  53. a et b Couderc 1987, p. 876.
  54. Stéphane Joly, « Découverte d'un nouvel établissement rural de La Tène à Veigné « Les Petits Partenais » », bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. L,‎ , p. 39-42 (ISSN 1153-2521, lire en ligne).
  55. a et b Lorans 1996, p. 91.
  56. Lorans 1996, p. 151.
  57. Lorans 1996, p. 119.
  58. Lorans 1996, p. 142.
  59. Lorans 1996, p. 196.
  60. Guy-Marie Oury, Le pays de Loches, Chambray-lès-Tours, CLD, coll. « La Touraine au fil des siècles », , 221 p., p. 99-104.
  61. Jacques Maurice, « Le grande crue de 1770 », Le Val de l'Indre, no 2,‎ , p. 9.
  62. Charles de Saint Sauveur, « Le 13 juillet 1788, un orage de fin du monde », Le Parsien,‎ (lire en ligne).
  63. Pierre AUdin, « Le cahier de doléances ds habitants de Veigné », Le Val de l'Indre, no 8,‎ , p. 79.
  64. Denis Jeanson et Jean-Michel Gorry, Cahiers de doléances : Indre-et-Loire, vol. III, Tours, Denis Jeanson éditeur, , 607 p. (ISBN 2-9089-0401-2), p. 513-516.
  65. a et b Jean-Michel Gorry, Paroisses et communes de France. Dictionnaire d'histoire administrative et démographique. Indre-et-Loire, Paris, CNRS, , 480 p. (ISBN 978-2-2220-3681-4), p. 460.
  66. Louis-Pierre Rouillé-Courbe,  : réception de S.A.I Le prince Louis-Napoléon dans le département d'Indre-et-Loire, Imprimerie Ladevèze, , 168 p. (lire en ligne), p. 73.
  67. Ludovic Vieira, « Un grand propriétaire terrien à Veigné, Laurent Delaville-Le-Roulx « agriculteur modèle » à La Guéritaulde en 1825-1860 », bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. XLVIII,‎ , p. 168 (ISSN 1153-2521, lire en ligne).
  68. Pierre Audin, « À Veigné au XIXe siècle : grands domaines et petits vignerons », Le Val de l'Indre, no 8,‎ , p. 57-64.
  69. « Veigné - Monument aux Morts (Relevé n° 21903) », sur Mémorial GenWeb (consulté le 21 février 219).
  70. Henri d'Amédor de Mollans, « L'invasion de la Touraine en juin 1940 », bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. XXXVII,‎ , p. 461 (lire en ligne).
  71. Montoux 1979, p. 242.
  72. Jack Vivier et Thierry Vivier, « Drames aériens en Touraine », bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. LII,‎ , p. 304-306 (ISSN 1153-2521, lire en ligne).
  73. Flohic 2001, p. 939.
  74. « La fusion de Veigné et de Montbazon est repoussée à 2020 » (consulté le 23 février 2019).
  75. « Les nouveaux arrondissements », sur le site des services de l'État en Indre-et-Loire, (consulté le 12 octobre 2018).
  76. « Les circonscriptions législatives d'Indre-et-Loire », sur le site de l'Assemblée nationale (consulté le 12 octobre 2018).
  77. Décret no 2014-179 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département d'Indre-et-Loire.
  78. « Les juridictions », sur le site du conseil départemental de l'accès aux droits d'Indre-et-Loire, (consulté le 12 octobre 2018).
  79. « Accueil », sur le site de la communauté de communes Touraine Vallée de l'Indre (consulté le 13 octobre 2018).
  80. « Le Pays Indre et Cher vote son budget », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  81. « Territoire », sur le site du SAVI (consulté le 1er mars 2019).
  82. « Les résultats d'élections », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 1er mars 2019).
  83. « Commune de Veigné - Résultats de la commune au 2d tour », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 19 février 2019).
  84. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  85. « Veigné - Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 19 février 2019).
  86. Audin 1995, p. 41.
  87. Audin 1995, p. 124.
  88. « CC Touraine Vallée de l'Indre / eau potable : territoire de Montbazon-Veigné », sur services.eau.france.fr (consulté le 3 mars 2019).
  89. « CC Touraine Vallée de l'Indre / assainissement collectif : territoire de Montbazon-Veigné », sur services.eau.france.fr (consulté le 3 mars 2019).
  90. « Déchèteries », sur le site de la communauté de communes Touraine Vallée de l'Indre (consulté en 03-03/2019).
  91. « Veigné », sur le site des villes et villages fleuris (consulté le 29 janvier 2019).
  92. a et b « Les comptes des communes - Veigné », sur un site du ministère de l'Action et des Comptes publics (consulté le 17 février 2019).
  93. [PDF] Mémento financier et fiscal du maire, ministère du Budget, avril 2008, p. 34, [lire en ligne].
  94. [PDF] Mémento financier et fiscal du maire, ministère du Budget, avril 2008, p. 36, [lire en ligne].
  95. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  96. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  97. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  98. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  99. « Indre-et-Loire (37), Veigné, écoles », sur l'annuaire de l'Éducation nationale (consulté le 3 mars 2019).
  100. « Zones de recrutement des collèges et des lycées - département d'Indre-et-Loire » [PDF], sur le site de l'académie d'Orléans-Tours (consulté le 3 mars 2019), p. 22.
  101. « Transport scolaire », sur le site de la communauté de communes Touraine Vallée de l'Indre (consulté le 18 décembre 2018).
  102. « Commune : Veigné », sur Assistantes maternelles 37, Conseil départemental d'Indre-et-Loire (consulté le 15 avril 2019).
  103. « Veigné-hôpital Trousseau (Chambray-lès-Tours) », sur le site ViaMichelin (consulté le 5 mars 2019).
  104. « Accueil », sur le site de l'EHPAD de la Croix-Saint-Paul (consulté le 26 mai 2019).
  105. « Contacter une brigade de gendarmerie ou un commissariat de police/Veigné », sur le site de la Gendarmerie nationale (consulté le 10 décembre 2018).
  106. « La Sainte-Barbe et les 20 ans du centre de secours », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  107. « communes sportives : 21 communes labellisées en région Centre-Val de Loire », sur le site du CROS Centre-Val de Loire (consulté le 26 mai 2019).
  108. « Veigné : l'arboretum ouvre ses portes », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  109. « Accueil », sur le site du comité des fêtes de Veigné.
  110. « Salon des arts du 6 au 14 avril », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  111. « Veigné (37250) », sur Ariase (consulté le 18 février 2019).
  112. « La paroisse », sur le site de la paroisse Saint-Brice de la vallée de l'Indre (consulté le 25 juin 2018).
  113. « Veigné », sur messe.info (consulté le 17 janvier 2019).
  114. « Établissement - Définition », sur INSEE (consulté le 12 avril 2019).
  115. « Le nouvel espace rural français », sur le site du Sénat (consulté le 22 mai 2018).
  116. « Recensement agricole 2010 - Principaux résultats par commune », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt (consulté le 22 février 2019).
  117. « Les entreprises du secteur : culture de fruits à pépins et à noyau du département d'Indre-et-Loire », sur Infogreffe.fr (consulté le 10 avril 2019).
  118. Stéphane Frachet, « ID Verde fait main basse sur le créateur de paysages Giraud », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  119. « Une myriade de petites entreprises », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  120. « Gîtes à Veigné », sur Gîtes de France (consulté le 17 mai 2019).
  121. Montoux 1977, p. 234-235.
  122. « Château de Couzières », notice no PA00098272, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  123. « Manoir de la Belle Jonchère », notice no PA00098274, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  124. « Manoir de Beaupré », notice no PA00098307, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  125. Montoux 1977, p. 227.
  126. Montoux 1977, p. 228.
  127. Flohic 2001, p. 937.
  128. Ludovic Vieira, Le château de la Tortinière, Joué-lès-Tours, [l'auteur], , 16 p., p. 3-6.
  129. Ludovic Vieira, « La Championnière à Veigné : comme un air de Toscane sous le ciel tourangeau », Le Val de l'Indre, no 25,‎ , p. 30.
  130. « La Championnnière est ouverte gratuitement au public », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  131. « La Championnière, site de tout repos », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  132. « Un partenariat pour la rénovation de la grange aux Dîmes », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  133. Notice no IA37001584, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  134. Jacques Thomas, « Fours à chaux et tuileries du val de l'Indre », Le Val de l'Indre, no 18,‎ , p. 92 (ISSN 1151-3012).
  135. Bernard Briais (ill. Bernard Vérité), Trésors méconnus de Touraine, Romorantin-Lanthenay, CPE, coll. « Reflets de terroir », , 192 p. (ISBN 978-2-8450-3505-8), p. 18.
  136. « Veigné », sur le site de l'INAO (consulté le 19 février 2019).
  137. Ludovic Vieira (Ludovic), Monographie du moulin de Roulecrottes, aujourd'hui appelé "le Moulin fleuri" à Veigné, Joué-lès-Tours, [l'auteur], , 95 p., p. 37.
  138. Montoux 1977, p. 237.
  139. « Gatien Christophe », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale (consulté le 9 février 2019).
  140. Montoux 1977, p. 233.
  141. « Manoir de Beaupré », sur le site de Veigné (consulté le 5 février 2019).
  142. Pascaline Mesnage, « Mélanie Bernier a débuté le métier d’actrice chez elle… à Veigné », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  143. « 37266 - Veigné (Indre-et-Loire) », sur l'Armorial de France (consulté le 24 mai 2019)
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 16 juin 2019 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 16 juin 2019 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.