Joué-lès-Tours

commune française du département d'Indre-et-Loire

Joué-lès-Tours
Joué-lès-Tours
Hôtel de ville de Joué-lès-Tours.
Blason de Joué-lès-Tours
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Tours
Intercommunalité Tours Métropole Val de Loire
Maire
Mandat
Frédéric Augis (LR)
2020-2026
Code postal 37300
Code commune 37122
Démographie
Gentilé Jocondiens/ennes
Population
municipale
38 250 hab. (2018 en augmentation de 1,45 % par rapport à 2013)
Densité 1 180 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 21′ 05″ nord, 0° 39′ 45″ est
Altitude Min. 44 m
Max. 96 m
Superficie 32,41 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Tours
(banlieue)
Aire d'attraction Tours
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Joué-lès-Tours
(bureau centralisateur)
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Joué-lès-Tours
Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire
Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Joué-lès-Tours
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Joué-lès-Tours
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Joué-lès-Tours
Liens
Site web www.jouelestours.fr

Joué-lès-Tours est une commune française située dans le département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire. Avec près de 37 900 habitants en 2017, c'est la deuxième plus grande du département après Tours.

Joué-lès-Tours fait partie de Tours Métropole Val de Loire, structure intercommunale qui regroupe 22 communes et près de 300 000 habitants.

GéographieModifier

La ville de Joué-lès-Tours est située au sud du Cher, et constitue le prolongement naturel de la ville de Tours. La commune a une superficie de 32,41 km2[1].

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Communes limitrophesModifier

HydrographieModifier

 
Réseau hydrographique de Joué-lès-Tours.

La commune est bordée sur une petite section sur la limite communale nord par le Cher (1,569 km). Le réseau hydrographique communal, d'une longueur totale de 10,41 km, comprend également huit petits cours d'eau dont le petit cher (1,476 km)[2],[3].

Le Cher, d'une longueur totale de 365,5 km, prend sa source à 714 mètres d'altitude à Mérinchal, dans la Creuse et se jette dans la Loire à Villandry, à 40 m d'altitude, après avoir traversé 117 communes[4]. Le Cher présente des fluctuations saisonnières de débit assez marquées. Sur le plan de la prévision des crues, la commune est située dans le tronçon du Cher tourangeau[5], dont la station hydrométrique de référence la plus proche est située à Tours [Pont Saint Sauveur]. Le débit mensuel moyen (calculé sur 53 ans pour cette station) varie de 25,8 m3/s au mois d'août à 192 m3/s au mois de février. Le débit instantané maximal observé sur cette station est de 1 000 m3/s le , la hauteur maximale relevée a été de 4,96 m le [6],[7]. Ce cours d'eau est classé dans les listes 1[Note 1] et 2[Note 2] au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement sur le Bassin Loire-Bretagne. Au titre de la liste 1, aucune autorisation ou concession ne peut être accordée pour la construction de nouveaux ouvrages s'ils constituent un obstacle à la continuité écologique et le renouvellement de la concession ou de l'autorisation des ouvrages existants est subordonné à des prescriptions permettant de maintenir le très bon état écologique des eaux. Au titre de la liste 2, tout ouvrage doit être géré, entretenu et équipé selon des règles définies par l'autorité administrative, en concertation avec le propriétaire ou, à défaut, l'exploitant [8],[9]. Sur le plan piscicole, le Cher est classé en deuxième catégorie piscicole. Le groupe biologique dominant est constitué essentiellement de poissons blancs (cyprinidés) et de carnassiers (brochet, sandre et perche)[10].

En 2019, la commune est membre de Tours Métropole Val de Loire qui est elle-même adhérente au syndicat d'aménagement de la vallée de l'Indre. Créé par arrêté préfectoral du à la suite des crues historiques de et , ce syndicat a pour vocation d'une part l'atteinte du bon état écologique des cours d'eau par des actions de restauration de zones humides et des cours d'eau, et d'autre part de participer à la lutte contre les inondations par des opérations de sensibilisation de la population ou de restauration et d'entretien sur le lit mineur, et sur les fossés situés dans le lit majeur de l'Indre appelés localement « boires », et de l'ensemble des cours d'eau du bassin versant de l'Indre[11].

Deux zones humides[Note 3] ont été répertoriées sur la commune par la direction départementale des territoires (DDT) et le conseil départemental d'Indre-et-Loire : « la vallée du Ruisseau du Saint-Laurent » et « les étangs de Narbonne »[12],[13].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Joué-lès-Tours est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[14],[15],[16]. Elle appartient à l'unité urbaine de Tours, une agglomération intra-départementale regroupant 38 communes[17] et 358 316 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[18],[19].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Tours, dont elle est une commune du pôle principal[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 162 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[20],[21].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (44,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (48,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (33,3 %), zones urbanisées (30,2 %), forêts (11,4 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (10,1 %), zones agricoles hétérogènes (9,3 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (3,1 %), prairies (0,9 %), eaux continentales[Note 6] (0,9 %), cultures permanentes (0,8 %)[22].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[23].

ToponymieModifier

Joué-lès-Tours est attesté sous la forme Gaudiacus au VIe siècle[24],[25]. Il correspond à un type toponymique fréquent en Gaule chrétienne et qui a donné, selon les régions : Joué (ouest) ; Jouy (centre-nord) ; Jouey (est) ; Gouy (normanno-picard) ; Gaugeac (sud) ; Jaujac (sud).

Il se compose du nom de personne chrétien Gaudius « le bienheureux » (cf. gaudium > joie) et du suffixe gallo-roman *-ACU signifiant « lieu de », « propriété de »[26].

Le gentilé des habitants, les Jocondiens, est basé, comme c'est souvent le cas, sur une latinisation approximative Jocunciacus que l'on trouve dès 898 (CH3, 14)[27].

La ville porte aussi son nom du fait de sa proximité avec la ville de Tours. En effet, le terme lès signifie "près de". Ainsi, le nom de la ville pourrait se comprendre comme : "Joué près de Tours".

HistoireModifier

 
L'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Joué-lès-Tours, construite en 1869.

Moyen ÂgeModifier

La ville fut donnée par Charles le Simple au chapitre de Saint-Martin de Tours.[réf. nécessaire]

Selon certains écrivains, c'est depuis le territoire de la commune qu'en 732 Charles Martel a lancé sa poursuite des Sarrasins de Joué-lès-Tours, d'un lieu dont le toponyme est Les Landes de Charlemagne[Note 7]. Les cartes de Cassini indiquent toutefois ce lieu sous le nom les Landes du Pressoir, un peu au sud de Joué-les-Tours. Partie de là, cette chevauchée se serait poursuivie jusqu'à l'Ancien Poitiers, qui est notre actuelle Châtellerault. Si ce n'est pas encore notre actuelle homonyme, c'est que la ville a été déplacée par la suite sur le site de l'actuelle Poitiers afin d'y bénéficier de bien meilleures conditions de défense.

Le lieu officiel de cette bataille — dite bataille de Tours dans le monde anglosaxon, de Poitiers par les Français, du Pavé des Martyrs dans le monde arabe — n'est pas connu, et peut également être situé au sud de Châtellerault, à Moussais-la-bataille (dépendant de Vouneuil-sur-Vienne[28]). À Vouneuil, un échiquier[29] de dalles blanches et jaunes d'environ 50 cm de côté avec, sur le versant de la bataille, un banc et quatre grandes tables touristiques de céramiques, informe en plusieurs langues les visiteurs de passage pour apprécier la vue générale et repérer l'endroit de précis de la rencontre.

Pendant la guerre de Cent Ans, en , lors de la chevauchée du Prince noir le pont est coupé et le village brûlé sur ordre du maréchal Jean de Clermont-Nesle afin de retarder les Anglo-Gascons.

Époque contemporaineModifier

 
Logements sociaux de la rue Ampère, La Rabière.

Durant les Trente Glorieuses, la ville de Joué connait une explosion démographique impressionnante : la population est multipliée par cinq entre 1954 et 1982, passant de 6 400 habitants à près de 35 000. La commune profite en effet du manque de terrains à bâtir à Tours pour développer sur son propre territoire de nombreuses zones pavillonnaires, en plus de grands ensembles comme celui du Morier ou surtout La Rabière, cité sociale bâtie entre 1958 et 1978 qui compte 6 000 habitants[30].

À la recherche d'espaces à construire, Tours a absorbé une partie du territoire de la commune de Joué-lès-Tours en 1964, pour former les actuels quartiers des Deux-Lions et de La Bergeonnerie.

Le un gendarme perd le contrôle de sa camionnette et vient faucher une classe de primaire, le bilan est alors lourd : 1 mort et 10 blessés (dont 7 grièvement)[31].

Depuis , la ville de Joué-lès-Tours est traversée par le tramway de Tours, seule autre ville desservi par cette première ligne. Il marque sept arrêts à Joué et son terminus sud est situé en face du lycée Jean-Monnet.

Le , un homme armé d'un couteau a blessé plusieurs policiers au commissariat avant d'être abattu par la police[32].

Dans la nuit du 11 au , la ville fait l'objet d'un nouveau fait divers macabre : un migrant ivoirien de 22 ans tue de 28 coups de couteau le quinquagénaire (bénévole aux Restos du Cœur et dans une association d'aide aux migrants) qui le logeait sous son toit[33].

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Ville populaire par excellence, la ville connait son véritable essor sous l'impulsion de l'UDF Raymond Lory, maire de 1956 à 1995. Quarante ans de gouvernance qui dessineront le visage du Joué-lès-Tours d'aujourd'hui.

En 1995, le socialiste Philippe Le Breton l'emporte face à Raymond Lory lors des élections municipales.

Il restera aux commandes de la ville durant 19 ans, avant de céder son siège de 1er magistrat de la ville à Frédéric Augis (LR), qui devient maire en 2014 à l'âge de 41 ans. Début 2018, il annonce avoir quitté le parti Les Républicains.

Liste des mairesModifier

Joué-lès-Tours fait partie de la métropole Tours Métropole Val de Loire depuis 2017. En réalité, il s'agit de l'ancienne communauté d'agglomération Tour(s)plus (1999-2017).

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
19 mai 1935 21 mars 1941 Oscar Monmarché Radical-socialiste Notaire
21 mars 1941 13 mai 1945 Aimé-Marie Niolle Nommé maire par le préfet ...
13 mai 1945 31 octobre 1947 Georges Mouret SFIO Contremaître de laboratoire
31 octobre 1947 13 mai 1953 Aurélien Béoutis Parti radical Charpentier, compagnon du Tour de France
13 mai 1953 8 août 1956 Jean Maridoneau UDIC Industriel
8 août 1956 25 juin 1995 Raymond Lory UCR (UDF) Commerçant, Député (1986-1988)
25 juin 1995 mars 2014 Philippe Le Breton PS Cadre bancaire, vice-président du conseil général d’Indre-et-Loire, premier vice-président de Tour(s)plus, délégué au développement économique, à la recherche et aux technologies de l’information et de la communication.
mars 2014 En cours
(au 30 avril 2014)
Frédéric Augis UMP puis LR Cadre

Politique de développement durableModifier

La ville a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21[34].

Dans son palmarès 2016, le Conseil National des Villes et Villages Fleuris de France a attribué quatre fleurs à la commune au Concours des villes et villages fleuris[35].

JumelagesModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[36],[Note 8]

En 2018, la commune comptait 38 250 habitants[Note 9], en augmentation de 1,45 % par rapport à 2013 (Indre-et-Loire : +1,25 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5151 7771 6711 7001 7761 7691 7911 7801 802
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 8452 0102 0432 1062 3022 3812 4702 5382 462
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 4662 5952 7303 1433 4404 1634 7045 6846 446
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
9 07417 82627 45034 70436 79836 51736 23336 55437 505
2018 - - - - - - - -
38 250--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[37] puis Insee à partir de 2006[38].)
Histogramme de l'évolution démographique
  • Joué-lès-Tours est la deuxième commune du département en termes de population et la septième de la région Centre-Val de Loire (soit la ville la plus peuplée en dehors des préfectures).
  • Chiffres complémentaires : 1 662 habitants en 1687 ; 1 200 habitants en 1724 ; plus de 37 000 habitants en 2016.
  • Il s'agit de la commune de France commençant par la lettre J la plus peuplée

Manifestations culturelles et festivitésModifier

  • Orchestrus, festival de musique classique organisé par l'Ecole Municipale de Musique de la Ville (
  • Faites le printemps : journée consacrée à la biodiversité et au développement durable (avril ; parc de la Rabière ; tous les ans).
  • Les Années Joué : festival des arts de la rue (premier week-end de juin ; Parc de la Rabière ; tous les ans depuis 1998).
  • La Fête de l'eau : week-end consacré aux activités nautiques sur le lac des Bretonnières (Aout, tous les ans)
  • Forum des Associations : découverte de l'ensemble du tissu associatif jocondien (Tous les ans en septembre)
  • Les Autos enjouées : musée à ciel ouvert d'automobiles de collection (début septembre ; Espace Malraux et Château des Bretonnières ; tous les deux ans).
  • Joué en Fêtes : animations et marché de Noël (décembre ; centre-ville ; tous les ans).

EnseignementModifier

La ville de Joué-lès-Tours compte huit écoles maternelles, dix écoles élémentaires, cinq collèges, trois lycées et un centre de formation d'apprentis.

SantéModifier

SportsModifier

Clubs sportifsModifier

La Ville compte près de 100 clubs et associations sportives dont :

Équipements sportifsModifier

L'ensemble des clubs jocondiens bénéficie d'infrastructures de très bon niveau :

  • Terrain de tir à l'arc Jacques Mayeras.
  • Centre aquatique Bulle d'O, ouvert en 2016.
  • Piscine municipale de l’Alouette, rénovée en 2017.
  • La "Baignade", ouverte de juin à septembre tous les ans (Lac des Bretonnières).
  • Patinoire municipale, située à proximité immédiate de l'Hôtel de Ville.
  • Palais des sports Marcel Cerdan.
  • Stade Jean Bouin.
  • Stade Pierre Albaladejo
  • Stade Jules Ferry.
  • Complexe sportif des Bercelleries.
  • Gymnase de l’Arche du Lude.
  • Gymnase Beaulieu.
  • Gymnase de la Rabière (comportant une Structure Artificielle d'Escalade).
  • Gymnase Jean Bouin (détruit dans un incendie en mai 2015).
  • Gymnase de la Vallée Violette.
  • Gymnase de l’Alouette.
  • Gymnase du Morier.
  • Gymnase Jean-Pierre-Matarazzo.
  • Gymnases Henri Bouissou et Hubert Henno (complexe de 2 gymnases en complément du gymnase Jean-Pierre Matarazzo et en remplacement du gymnase Jean Bouin).
  • Salle des sports de combat James Pradier (Sambo/Kick Boxing/Grappling/Lutte)
  • Dojo Léo Lagrange.
  • Salle de tennis de table Jean Bigot.
  • Base nautique du Lac des Bretonnières.
  • Stade de tennis des Saints-Pères.
  • Piste de BMX des Bretonnières.
  • Skatepark.

CultesModifier

CatholiqueModifier

  • L'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul, rue Aristide Briand, construite en 1869[39].
  • L'église Saint-Joseph, rue Jacques Poirrier
  • L'église Sainte-Marie-de-l'incarnation, rue de Chambord
  • L'église Notre-Dame-de-la-Paix, rue de Cherizy

IslamModifier

  • La Mosquée As-Salam, rue Paul Sabatier.

ProtestantismeModifier

  • l'église évangélique protestante, rue Chantepie

Autres chrétiennesModifier

  • L'église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, boulevard de Chinon
  • Salle du royaume des témoins de jehovah, rue Gutenberg

ÉconomieModifier

Joué-lès-Tours est une ville industrielle, très orientée vers le domaine du caoutchouc, au sein de laquelle de très grands groupes se sont implantés. On y trouve l'entreprise Hutchinson, spécialisée dans le caoutchouc qui a installé une importante unité de production destinée à équiper les poids-lourds, dans la zone d'activités de la gare de Joué-lès-Tours. Le groupe Zodiac, spécialiste de la fabrication et la vente de bateaux pneumatiques a également une importante usine. Quant au fabricant de pneumatiques Michelin, il a fermé son usine à l'ouest de Joué [41] et quelques années plus tard, Tupperware a fait de même avec son usine construite en 1973. Elle était l'une des quatre usines Tupperware érigées en Europe. Elle était également le centre mondial de compétence et de la coloration mais également la référence européenne pour la qualité.

Outre le domaine du caoutchouc, on trouve également une importante base logistique dans la seconde zone industrielle de Joué-lès-Tours avec des entreprises comme Chronopost et La Poste, qui y possède un centre de tri.

Est également présente dans les zones industrielles de Joué-lès-Tours Saint-Gobain, une entreprise spécialisée dans la production, la transformation et la distribution de matériaux.

Joué-lès-Tours est une commune située dans la région de la Cosmetic Valley, pôle mondial dans les domaines pharmaceutique et de la cosmétologie. On y retrouve des entreprises telles Henry Schein spécialisée dans la vente et la distribution d'articles et fournitures dentaires.

ViticultureModifier

Joué-lès-Tours est une commune viticole du vignoble de la Loire, située plus précisément dans la région viticole de la Touraine. À ce titre elle est autorisée à produire les vins : AOC Touraine, AOC Crémant de Loire, AOC Touraine Noble Joué, AOC Rosé de Loire et l'IGP Val de Loire[42].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

La plupart de ces demeures sont privées et elles ne sont pas ouvertes à la visite.

  • Château de Beaulieu (XVIIIe siècle), château privé, abrite un hôtel restaurant, classé en 1946[43].
  • Château de la Marbellière (porte XIXe siècle), château privé, classé en 1947[44].
  • Château de Rigny (XVIIIe siècle, agrandi au XIXe siècle), château privé.
  • Château de l'Auberdière (XVIIIe siècle), château privé.
  • Château de l'Epan (XIXe siècle), château privé.
  • Château Taillard (XVIIe-XVIIIe siècles), château privé de la famille Taillard (famille appartenant à la haute bourgeoisie avec charges anoblissantes inachevées).
  • Château des Bretonnières (XIXe siècle), château privé d'une famille de la petite bourgeoisie.
  • Château de la Crouzillière (XVIe siècle), en partie démoli en 1838, dont il ne reste que deux tours rondes. Le rez-de-chaussée de la tour nord servait de chapelle, mais à ce jour la tour n'existe plus classé en 1947[45].
  • Manoir de la Chaumette (XIXe siècle).
  • Manoir de Chérizy (XVe-XVIIe siècles) classé en 1972[46].
  • Manoir de la Coudraye (XVIIe siècle, agrandi au XIXe siècle), classé en 1948[47].
  • Manoir de la Mazeraie (XVe-XVIe siècles, agrandi au XIXe siècle) classé en 2001[48].
  • Manoir de la Frazelière ou de la Petite-Rabière (XVIIe siècle) classé en 1947[49].
  • Manoir de la Borde (XVIIe siècle, agrandi au XIXe siècle).
  • Manoir de la Bouchardière (XVIIIe siècle).
  • Manoir de la Liodère (porte du XVIe siècle).
  • Manoir de la Closerie de Beauregard (XVe siècle, reconstruit au XVIIe siècle).
  • Tour de la Maucannière ou du Clos-Saint-Victor (XVIIe siècle) classé en 1951[50].
  • Vestiges du pont sur le Petit Cher dit Arche du Pin classé en 1964[51].
  • Abbaye (fouilles du chantier du tramway).

Patrimoine naturelModifier

  • Le lac des Bretonnières avec son château, un parcours sportif et un centre de voile.
  • Le parc de la Rabière avec son étang.
  • Les étangs de Narbonne, au Sud de la commune.

Équipements culturelsModifier

La ville de Joué-lès-Tours s’est progressivement dotée d’un ensemble d’équipements de qualité au service d’une politique culturelle fondée sur l’accès de tous à une offre culturelle diversifiée, l’éducation artistique par la formation et la pratique, sans oublier le soutien à la création. De plus, on trouve un panel varié d'équipements sportifs. Enfin, il faut noter que la ville a sur son territoire le Centre de secours (sapeurs pompiers) principal du sud de l'agglomération tourangelle, non loin du lycée Jean-Monnet.

 
La classe-musée de Joué-lès-Tours, ancienne école reconvertie en musée.
  • L’espace Malraux.
  • La médiathèque.
  • Une galerie d'exposition : "la Galerie du parc"
  • Une Maison de la Jeunesse.
  • Une Maison des Associations.
  • Une Maison des Jeunes et de la Culture.
  • L'École de musique.
  • Le musée « La Caserne ».
  • Le centre de loisirs La Borde.
  • Le Temps Machine, espace consacré aux musiques actuelles.
  • Maison de l'Environnement (fermée et transférée à la Gloriette depuis 2015).

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Les armes de Joué-lès-Tours se blasonnent ainsi :

Parti d'azur et d'or à la tour de sable maçonnée d'argent brochant sur la partition[53].


Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le classement en liste 1 est réservé aux cours d'eau qui sont en très bon état écologique, ou identifiés par les SDAGE des eaux comme jouant le rôle de réservoir biologique nécessaire au maintien ou à l'atteinte du bon état écologique des cours d'eau d'un bassin versant, ou dans lesquels une protection complète des poissons migrateurs est nécessaire.
  2. Ce classement est attribué aux parties de cours d'eau ou canaux sur lesquels il est nécessaire d'assurer le transport suffisant des sédiments et la circulation des poissons migrateurs.
  3. D’après l’article L. 211-1 du Code de l’environnement, « on entend par zone humide les terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année ».
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  7. À une dizaine de kilomètres au sud-ouest de Tours, sur le lieu-dit des landes de Charlemagne en raison des armes qui y avaient été retrouvées, au sud de la communeVoir à ce sujet : André-Roger Voisin, La bataille de Ballan-Miré : dite bataille de Poitiers, 732, Société des Écrivains associés, , 195 p. (ISBN 978-2-84434-606-3).
  8. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. « RGC édition 2013 », sur le site de l'Institut national de l'information géographique et forestière.
  2. « Fiche SIGES de la commune », sur le site du Système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Centre-Val de Loire (consulté le ).
  3. « Carte hydrologique de Joué-lès-Tours », sur https://www.geoportail.gouv.fr/ (consulté le ).
  4. « Fiche Sandre - le Cher », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le ).
  5. Règlement SPC Loire-Cher-Indre, 23 décembre 2013, actualisé août 2015 (lire en ligne), p. 19.
  6. « Référentiel hydrométrique », sur http://www.sandre.eaufrance.fr/ (consulté le ).
  7. « Station hydrométrique K6710910, le Cher à Tours [Pont Saint Sauveur] », sur le site de la banque Hydro (consulté le ).
  8. « Arrêté du 10 juillet 2012 portant sur la liste 1 des cours d'eau, tronçons de cours d'eau ou canaux classés au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement du bassin Loire-Bretagne », sur http://www.legifrance.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Arrêté du 10 juillet 2012 portant sur la liste 2 des cours d'eau, tronçons de cours d'eau ou canaux classés au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement du bassin Loire-Bretagne », sur http://www.legifrance.gouv.fr (consulté le ).
  10. (id) « Décret n°58-873 du 16 septembre 1958 déterminant le classement des cours d'eau en deux catégories », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le ).
  11. « Objectifs du SAVI », sur http://www.savi37.fr/ (consulté le ).
  12. Direction Départementale des Territoires d'Indre-et-Loire-37, « Liste des Zones humides d'Indre-et-Loire-37 », sur http://terresdeloire.net/ (consulté le ).
  13. « L'inventaire départemental des zones humides », sur http://www.indre-et-loire.gouv.fr/, (consulté le ).
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Unité urbaine 2020 de Tours », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  18. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  19. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  20. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  22. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  23. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  24. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, volume 1. p. 516.
  25. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, éditions Larousse 1968.
  26. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Op. cit., éditions Larousse 1968.
  27. Ernest Nègre, Op. cit.
  28. http://www.tourisme-chatellerault.fr/fr/decouvrir-fiche/art-histoire-patrimoine/moussais-la-bataille
  29. « Echiquier de Moussais la Bataille », sur www.tourisme-vienne.com (consulté le ).
  30. Construction : La Rabière a été construite en plusieurs tranches sur La Nouvelle République du Centre-Ouest, le 26 novembre 2015
  31. « Joué-lès-Tours: Une enfant tuée et dix autres blessés par un fourgon de gendarmerie », sur 20minutes.fr, (consulté le ).
  32. « [titre manquant] », sur La Nouvelle République du Centre-Ouest (consulté le ).
  33. Céline Penicaud, « Indre-et-Loire: un migrant tue de 28 coups de couteau l'homme qui l'hébergeait », sur BFMTV.com, (consulté le ).
  34. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Joué-lès-Tours, consultée le 26 octobre 2017
  35. Site des villes et villages fleuris, consulté le 22 décembre 2016.
  36. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  37. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  38. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  39. Les fouilles de l'ancienne église médiévale de Joué-les-Tours sur archeologie.cg37.fr.
  40. « [titre manquant] », sur La Nouvelle République du Centre-Ouest (consulté le ).
  41. « Michelin: 40M€ investis à Joué-lès-Tours », sur FIGARO, (consulté le ).
  42. Placido Llorca, « Joué-lès-Tours, commune viticole », sur Vin Vigne, (consulté le ).
  43. « Château de Beaulieu à Joué-lès-Tours - PA00097787 - Monumentum », sur monumentum.fr (consulté le ).
  44. « Château de la Marbellière à Joué-lès-Tours - PA00097789 - Monumentum », sur monumentum.fr (consulté le ).
  45. « Château de la Crouzillière à Joué-lès-Tours - PA00097788 - Monumentum », sur monumentum.fr (consulté le ).
  46. « Manoir de Chérizy à Joué-lès-Tours - PA00097790 - Monumentum », sur monumentum.fr (consulté le ).
  47. « Manoir de la Coudraye à Joué-lès-Tours - PA00097791 - Monumentum », sur monumentum.fr (consulté le ).
  48. « Manoir de la Mazeraie à Joué-lès-Tours - PA37000011 - Monumentum », sur monumentum.fr (consulté le ).
  49. « Manoir de la Frazelière (anciennement manoir de la Petite-Rabière) à Joué-lès-Tours - PA00097792 - Monumentum », sur monumentum.fr (consulté le ).
  50. « Tour de la Maucannière, ou du Clos Saint-Victor à Joué-lès-Tours - PA00097794 - Monumentum », sur monumentum.fr (consulté le ).
  51. « Vestiges du pont dit Arche du Pin à Joué-lès-Tours - PA00097793 - Monumentum », sur monumentum.fr (consulté le ).
  52. « [titre manquant] », sur La Nouvelle République du Centre-Ouest (consulté le ).
  53. Le blason de la commune sur Gaso. Consultation : mars 2009.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier