Ouvrir le menu principal
Robert Ranjard
Fonction
Président
Société archéologique de Touraine
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Marie Louis Robert Ranjard
Nationalité
Activités
Conjoint
Marguerite Courcelles du Mont
Autres informations
Distinction

Robert Ranjard, né Marie Louis Robert Ranjard à Montrichard le et mort à Tours en 1960, est un médecin et archéologue français.

BiographieModifier

Robert Ranjard naît le à Montrichard (Loir-et-Cher) où son père tient une étude de notaire[1]. Venu à Tours avec sa famille en 1898 après dix années passées à Blois où il fait ses études au collège Augustin-Thierry[2], il entre à l'école de médecine à 17 ans. Il poursuit des études complémentaires d'oto-rhino-laryngologie à Paris où il se marie le puis, devenu médecin, s'installe définitivement à Tours où il exerce jusqu'en 1940[3].

Dès 1919, il entre à la Société archéologique de Touraine[3] dont il assure la présidence de 1940 à 1949[4]. C'est lui qui identifie les ossements retrouvés en 1933 lors de fouilles au prieuré de Saint-Cosme comme étant bien ceux de Pierre de Ronsard[5]. Son rôle est décisif, avant et après la Seconde Guerre mondiale, dans l'inventaire du patrimoine tourangeau sur l'état duquel il alerte les autorités, dénonçant au passage le « vandalisme archéologique » qui, selon ses termes, accompagne certaines reconstructions[6].

Victime d'un accident en 1948, il est contraint de réduire progressivement ses activités et, atteint de paralysie, décède en 1960[7]. Il a deux fils, Michel et Claude, l'aîné devenant architecte des bâtiments de France[7].

Distinctions et hommagesModifier

Robert Ranjard est lauréat du prix Montyon en 1935 avec l'ouvrage Sur les pas de saint Martin[8]. Il est fait chevalier dans l'ordre de la Légion d'honneur en octobre 1953[7].

Une rue du quartier du Sanitas à Tours porte son nom.

PublicationsModifier

Une liste plus complète des publications de Robert Ranjard est disponible sur le site de l'académie de Touraine[9].

  • Le vertige auriculaire : thèse de médecine, Paris, H. Jouve, , 138 p.
  • La surdité organique : étude clinique et thérapeutique (préf. André Castex), Paris, J.-B. Baillière et fils, , VIII et 279 p. (lire en ligne).
  • La Touraine archéologique : guide du Touriste en Indre-et-Loire, Tours, J. Maillocheau, , 656 p. (plusieurs éditions revues et augmentées).
  • Sur les pas de saint Martin (préf. Mgr Louis Joseph Gaillard), Tours, Deslis, , 150 p.
  • « Le prieuré de Saint-Cosme », dans Congrès archéologique de France, CVIe session tenue à Tours en 1948, Paris, Société française d'archéologie, , 416 p.
  • Le secret de Chenonceau, Tours, Éditions Gibert-Clarey, , 256 p. (plusieurs réimpressions).

Pour en savoir plusModifier

BibliographieModifier

  • Michel Laurencin, Dictionnaire biographique de Touraine, Chambray-lès-Tours, CLD, , 607 p. (ISBN 2-85443-210-X)
  • Albert Philippon, « Le docteur Robert Ranjard », Bulletin de la société archéologique de Touraine,‎ , p. 261-269 (lire en ligne)

Articles connexesModifier

RéférencesModifier

  1. Philippon 1960, p. 261.
  2. Laurencin 1990, p. 498.
  3. a et b Philippon 1960, p. 262.
  4. Philippon 1960, p. 264.
  5. Philippon 1960, p. 265-266.
  6. Henri Galinié, « L'archéologie dans son siècle », dans Henri Galinié (dir.), Tours antique et médiéval. Lieux de vie, temps de la ville. 40 ans d'archéologie urbaine, Supplément à la RACF n° 30, numéro spécial de la collection Recherches sur Tours, Tours, FERACF, , 440 p. (ISBN 978 2 91327 215 6), p. 25-27.
  7. a b et c Laurencin 1990, p. 499.
  8. « Robert Ranjard », sur le site de l'Académie française (consulté le 23 décembre 2017).
  9. « Publications de Robert Ranjard », sur Académie de Touraine (consulté le 23 décembre 2017).