Ouvrir le menu principal
Robert Ranjard
Fonction
Président
Société archéologique de Touraine
-
Robert Milliat (d)
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Marie Louis Robert Ranjard
Nationalité
Activités
Conjoint
Marguerite Courcelles du Mont
Autres informations
Distinctions

Robert Ranjard, né Marie Louis Robert Ranjard à Montrichard le et mort à Tours en 1960, est un médecin et archéologue français.

BiographieModifier

Robert Ranjard naît le à Montrichard (Loir-et-Cher) où son père tient une étude de notaire[1]. Venu à Tours avec sa famille en 1898 après dix années passées à Blois où il fait ses études au collège Augustin-Thierry[2], il entre à l'école de médecine à 17 ans. Il poursuit des études complémentaires d'oto-rhino-laryngologie à Paris où il se marie le puis, devenu médecin, s'installe définitivement à Tours où il exerce jusqu'en 1940[3].

Dès 1919, il entre à la Société archéologique de Touraine[3] dont il assure la présidence de 1940 à 1949[4]. C'est lui qui identifie les ossements retrouvés en 1933 lors de fouilles au prieuré de Saint-Cosme comme étant bien ceux de Pierre de Ronsard[5]. Son rôle est décisif, avant et après la Seconde Guerre mondiale, dans l'inventaire du patrimoine tourangeau sur l'état duquel il alerte les autorités, dénonçant au passage le « vandalisme archéologique » qui, selon ses termes, accompagne certaines reconstructions[6].

Victime d'un accident en 1948, il est contraint de réduire progressivement ses activités et, atteint de paralysie, décède en 1960[7]. Il a deux fils, Michel et Claude, l'aîné devenant architecte des bâtiments de France[7].

Distinctions et hommagesModifier

Robert Ranjard est lauréat du prix Montyon en 1935 avec l'ouvrage Sur les pas de saint Martin[8]. Il est fait chevalier dans l'ordre de la Légion d'honneur en octobre 1953[7].

Une rue du quartier du Sanitas à Tours porte son nom.

PublicationsModifier

Une liste plus complète des publications de Robert Ranjard est disponible sur le site de l'académie de Touraine[9].

  • Le vertige auriculaire : thèse de médecine, Paris, H. Jouve, , 138 p.
  • La surdité organique : étude clinique et thérapeutique (préf. André Castex), Paris, J.-B. Baillière et fils, , VIII et 279 p. (lire en ligne).
  • La Touraine archéologique : guide du Touriste en Indre-et-Loire, Tours, J. Maillocheau, , 656 p. (plusieurs éditions revues et augmentées).
  • Sur les pas de saint Martin (préf. Mgr Louis-Joseph Gaillard), Tours, Deslis, , 150 p.
  • « Le prieuré de Saint-Cosme », dans Congrès archéologique de France, CVIe session tenue à Tours en 1948, Paris, Société française d'archéologie, , 416 p.
  • Le secret de Chenonceau, Tours, Éditions Gibert-Clarey, , 256 p. (plusieurs réimpressions).

RéférencesModifier

  1. Philippon 1960, p. 261.
  2. Laurencin 1990, p. 498.
  3. a et b Philippon 1960, p. 262.
  4. Philippon 1960, p. 264.
  5. Philippon 1960, p. 265-266.
  6. Henri Galinié, « L'archéologie dans son siècle », dans Henri Galinié (dir.), Tours antique et médiéval. Lieux de vie, temps de la ville. 40 ans d'archéologie urbaine, Supplément à la RACF n° 30, numéro spécial de la collection Recherches sur Tours, Tours, FERACF, , 440 p. (ISBN 978 2 91327 215 6), p. 25-27.
  7. a b et c Laurencin 1990, p. 499.
  8. « Robert Ranjard », sur le site de l'Académie française (consulté le 23 décembre 2017).
  9. « Publications de Robert Ranjard », sur Académie de Touraine (consulté le 23 décembre 2017).

Pour en savoir plusModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier