Ouvrir le menu principal

Autoroute A85 (France)

autoroute française

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir A85.

Autoroute A85
Cartouche de la route
Carte de la route.
Historique
Ouverture de 1997 à 2007
Caractéristiques
Longueur 206 km
Direction ouest / est
Extrémité ouest A11 E50 à Corzé
Intersections A10 E5 à Veigné
Extrémité est A71 E9 à Theillay (Loir-et-Cher), près de Vierzon (Cher)
Réseau Autoroute française, également E60 E604
Territoire traversé
2 régions Pays de la Loire, Centre-Val de Loire
3 départements Maine-et-Loire, Indre-et-Loire, Loir-et-Cher
Villes principales Saumur, Tours, Romorantin-Lanthenay

L'autoroute A85 est une autoroute française qui relie l'A11 (à l'Est d'Angers) à l'A71 (à Theillay dans le Loir-et-Cher, au Nord de Vierzon), via le sud de Tours. Elle est longue de 206 km avec un tronçon gratuit entre Tours et Langeais. Elle possède 2×2 voies tout le long de son parcours, sauf sur certains viaducs où elle est réduite à 2×1 voies. Une section de l'A85 fait partie du grand contournement de Paris. Cette autoroute est couverte par Radio VINCI Autoroutes (107.7 FM).

HistoriqueModifier

Le premier tronçon de cette autoroute a été mis en service en 1997, reliant la barrière de péage de Corzé, au Nord d'Angers (échangeur avec l'autoroute A11), à Bourgueil (Indre-et-Loire).

En 2001 la section Est entre l'autoroute A71 et Villefranche-sur-Cher est ouverte à la circulation, prolongée jusqu'à Saint-Romain-sur-Cher en 2003. Parallèlement, le tronçon DruyeJoué-lès-Tours est mis en service en 2002, suivi par le franchissement de la Loire jusqu'à l'ouest de Langeais en 2003[1].

Le tronçon BourgueilLangeais est inauguré le [1]avec 7 mois d'avance sur le dernier planning. En effet, le démarrage des travaux aura énormément tardé (DUP annulée) pour des raisons environnementales (passage controversé de l'autoroute à travers un site protégé). Avec la mise en service de ce tronçon, la liaison autoroutière Tours-Angers est enfin achevée.

La dernière section de l'A85, longue de 63 km entre Druye et Saint-Aignan-sur-Cher, est mise en service le [2] avec 1,5 à 4,5 mois d'avance selon les deux sous-sections.

A l'origine prévue pour ne s'arrêter qu'à Tours, la section Druyes - Joué-les-Tours est mise en service en 2003.

Finalement continuée jusqu'à Vierzon, et passant donc bien au sud de Tours, elle rend « obsolète » cette section Druye – Joué-lès-Tours, alors déclassée en voie express (numérotée RN 851)[3] puis transférée au département d'Indre-et-Loire sous le nom de RD 751.

La section entre Langeais et Druyes est gratuite pour permettre de délester la levée de la Loire entre Tours et Langeais.

ÉchangeursModifier

Lieux sensiblesModifier

Près de Langeais et d'Ingrandes, la vitesse est limitée à 90 km/h puisque certains viaducs ont été construits à minima par Cofiroute, c'est-à-dire en 2 × 1 voie seulement (ou une voie et une voie pour véhicules lents en montée). Le Cher (près de Mareuil) et la Sauldre (près de Romorantin-Lanthenay) sont également traversés par un viaduc à une seule voie par sens de circulation.

Les viaducs du Vieux Cher et de la Loire à Villandry, financés par le Conseil général d'Indre-et-Loire[4] et construits en 2003[1], avant l'autoroute, sont eux, à 2 × 2 voies.

Améliorations en coursModifier

Depuis 2016, des travaux ont commencé et dureront jusqu'en 2020 pour fluidifier le trafic sur plusieurs viaducs. En effet, cinq ouvrages seront doublés pour permettre la circulation sur 2 voies (+ bande d'arrêt d'urgence) dans les 2 sens.

Dans le Loir-et-Cher, les viaducs de la Sauldre (Pruniers-en-Sologne) et du Cher ont été mis en service fin 2019 en 2 x 2 voies avec BAU.

Dans l'Indre-et-Loire, plus à l'Ouest, les viaducs de Langeais (enjambant le ruisseau des Agneaux et la ligne SNCF), de la Roumer (enjambant la rivière du même nom) et de la Perrée (sur la commune de Saint-Patrice) sont encore en travaux.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier