Ouvrir le menu principal

Saint-Cyr-sur-Loire

commune française du département d'Indre-et-Loire
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Cyr.

Saint-Cyr-sur-Loire
Saint-Cyr-sur-Loire
Vue panoramique du centre-bourg.
Blason de Saint-Cyr-sur-Loire
Blason
Saint-Cyr-sur-Loire
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Tours
Canton Saint-Cyr-sur-Loire (chef-lieu)
Intercommunalité Tours Métropole Val de Loire
Maire
Mandat
Philippe Briand (UMP puis LR)
2014-2020
Code postal 37540
Code commune 37214
Démographie
Gentilé Saint-Cyriens
Population
municipale
15 763 hab. (2016 en diminution de 2,63 % par rapport à 2011)
Densité 1 168 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 23′ 56″ nord, 0° 40′ 02″ est
Altitude Min. 45 m
Max. 101 m
Superficie 13,50 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Saint-Cyr-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : Tours

Voir sur la carte topographique de Tours
City locator 14.svg
Saint-Cyr-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Cyr-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Cyr-sur-Loire
Liens
Site web saint-cyr-sur-loire.com

Saint-Cyr-sur-Loire (prononcé /sɛ̃ siʁ syʁ lwaʁ/) est une commune française située dans le département d'Indre-et-Loire en région Centre-Val de Loire. Elle borde la ville de Tours et se place sur la rive droite de la Loire.

Saint-Cyr-sur-Loire fait partie de la communauté Tours Métropole Val de Loire qui regroupe 22 communes et près de 300 000 habitants.

Ses habitants sont appelés les Saint-Cyriens et Saint-Cyriennes.

Sommaire

GéographieModifier

Située en plein cœur de la France, dans la région centre, Saint-Cyr-sur-Loire se trouve sur les hauteurs de Tours et s'étend au nord de la Loire.

Localisation, communes limitrophes et territoireModifier

Le territoire communal s'étend sur une superficie d'environ 13,5 km2[1],[2],[Note 1]. Au sud, la commune est bordée par la rive droite de la Loire[3],[2],[4]. Saint-Cyr-sur-Loire, qui trouve son emplacement dans la partie centre-nord du département d'Indre-et-Loire, est située au cœur de l'agglomération de Tours[5]. La ville fait partie des 64 communes rattachées au bassin de vie de Tours[Insee 1]. Elle fait également partie des 208 communes rattachées au bassin d'emploi de la préfecture tourangelle[Insee 2].

Par rapport aux principales villes d'Indre-et-Loire, la commune est distante, « à vol d'oiseau », de 1,8 km en axe nord-ouest de Tours[6], de 5,7 kilomètres de Joué-lès-Tours[7], de 8,1 km de Chambray-lès-Tours[8], de 24,2 km en axe ouest d'Amboise[9] et enfin de 40,8 km en direction nord-est de Chinon[10]. Par ailleurs, à l'échelle régionale, la cité tourangelle s’établit à 108,5 km au sud-ouest d'Orléans, capitale du Centre-Val de Loire[11].

Saint-Cyr est limitrophe de cinq autres communes, la Loire constituant une frontière naturelle avec deux d'entre elles, La Riche et Tours[comm 1],[3],[12],[13].

Communes limitrophes de Saint-Cyr-sur-Loire
La Membrolle-sur-Choisille Mettray Mettray
Choisille, Fondettes   Tours
Fondettes, La Riche, Loire Tours, Loire Tours, Loire

Géologie et reliefModifier

 
Carte géologique de Saint-Cyr-sur-Loire
  • Bourg et limites communales
  • Craie blanche de Blois (C4-6B)
  • Craie de Villedieu sénonienne (C4-6V)
  • Argiles à silex cénozoïques (C4-6S)
  • Calcaire lacustre ludien (e7b-g1)
  • Sables et graviers continentaux miocènes (m3-p)
  • Limons des plateaux quaternaires (LP)
  • Alluvions fluviatiles (Fx-z)

La partie centre-ouest du territoire est dominée par la présence de sables et de graviers continentaux (m3p)[14],[15],[16]. Il s'agit de dépôts post-helvétiens, formés au Mio-Pliocène, présentant une dominante argileuse et qui résultent d'un remaniement de silex daté du Sénonien[15],[17]. Cette couche de sables associée à du gravier évolue à une profondeur d'un mètre[15]. Les marges méridionales, septentrionales et nord-occidentales de la commune sont marquées par la présence de calcaire lacustre de Touraine (e7b-g1)[14],[15]. Cette couche géologique, à faciès Sannoisien, s'est formée entre Ludien supérieur et le Stampien inférieur[15]. Elle présente une dominante de roches calcaires de couleur blanche ou brun très clair associées à de l'argile, de la marne et des strates de meulière[15]. Le calcaire lacustre de Touraine de Saint-Cyr est observé à des profondeurs de 13 et 23,8 m[15].

Les parties centrales et orientales du territoire communal sont occupées par des couches sédimentaires constituées de limons des plateaux (LP) se trouvant à 2 m de profondeur[14],[15],[16]. La majeure partie des particules composant les limons des plateaux de Saint-Cyr, comme tous ceux des environs de Tours, ont une taille inférieure à 50 µm[18],[15]. La base de la couche de lœss résulte essentiellement des « épandages » détritiques des sables et graviers continentaux (m3p), mélangés à du calcaire lacustre (e7b-g1) altéré[17],[19]. Une coupe stratigraphique opérée à la clinique de l'Alliance, située dans le nord-est du territoire communal[comm 1], montre que l'assise de la couche LP, d'une épaisseur de 123 cm, présente la séquence suivante : entre 0 et 66 cm, de l'argile limoneuse de couleur orange contenant des sables à grains épais, associés à des glosses de couleur grise et des blocs de silex mesurant de 1 à 8 cm ; entre 66 et 85 cm, des argiles limoneuses plus fortement oxydées que celles de l'étage précédent ; entre 85 et 97 cm, des dépôts argileux très clairs associés à des nodules d'oxydes ferro-manganésique ; entre 97 et 113 cm, des sédiments quasiment décolorés à texture limoneuse, voire grumeleuse associés des nodules[20],[21]. Les dépôts sablo-argileux LP, formés au cours de la glaciation de Würm, au Quaternaire, reposent sur un plateau daté du Tertiaire et composé de calcaire lacustre[15],[18]. Des affleurements de silex concrétionnés recouvre le plateau au lieu-dit du Clos-Bénard[22].

Aux extrémités ouest, sud-ouest et sud-est le sous-sol de Saint-Cyr est dominé par de la « craie de Villedieu » (c4-6V) alternée de dépôts siliceux (c4-6S), deux formations datées de l'époque du Crétacé supérieur, étage du Sénonien[14],[15]. La craie de Villedieu, affleurante au niveau de la vallée de la Loire et celle de la Choisille est constituée de calcaire quartzifère[15]. Ce type de roche calcaire, qui présente quelquefois une granulométrie noduleuse ou sableuse, est fréquemment associée à des gisements de chaille[15]. Sur le territoire communal, la craie de Villedieu s'échelonne à des profondeurs comprises entre 14 et 22 m[15]. Les dépôts siliceux, à dominante d'argiles de couleur blanche ou verdâtre, sont riches de silex jaunes ou gris[15]. L'argile contenue dans cette formation géologique est composée de kaolinite et de la montmorillonite[15]. La formation siliceuse de Saint-Cyr est observée à une profondeur de 5 m[15]. Par endroits, la « craie de Blois » (c4-6B), également formée au Sénonien et mise en évidence à 5 m de profondeur, succède de manière progressive aux dépôts siliceux[15]. Les trois formations géologiques du Sénonien sont ceinturées à l'ouest et au sud-ouest, dans les vallées de la Choisille et de la Loire, par des « alluvions modernes » (Fz)[14],[15]. Ces dépôts sédimentaires du Quaternaire sont observés à des profondeurs de 9,74 et 3,2 m[15],[Note 2].

Le relief de Saint-Cyr, marqué par le lit de la Loire, au sud et celui de la Choisille, à l'ouest, s'élève à une altitude entre un minimum de 47 m, à l'ouest, et un maximum de 101 m, point culminant établit à La Ménardière, dans le centre de la commune[24]. Au niveau de La Grenardière, dans la partie sud du territoire communal[14], le coteau se présente sous la forme d'un escarpement constitué de craie blanche siliceuse et s'étageant sur une hauteur de 12 m[22].

ClimatModifier

Article connexe : Climat d'Indre-et-Loire.

Le climat à Saint-Cyr-sur-Loire est celui de l'ensemble du Val de Loire : un climat tempéré et doux à influence océanique[25]. Saint-Cyr-sur-Loire étant distante d'environ 195 km du littoral Atlantique — distance calculée « à vol d'oiseau » jusqu'à La Rochelle, en Charente-Maritime —[26], et donc située à l'intérieur des terres, ses conditions climatiques sont dites « dégradées »[27]. La Loire, dont le cours baigne l'extrémité méridionale de la commune, constitue une limite météorologique entre les parties nord et sud de la France[25]. Le territoire communal, qui s'inscrit dans la micro-région naturelle de la « Gâtine nord-tourangelle », connaît, par rapport à l'ensemble départemental, un régime pluviométrique relativement faible oscillant entre 600 et 700 mm/an[28]. Saint-Cyr-sur-Loire, comme l'ensemble de la Gâtine nord-tourangelle, observe une température moyenne annuelle de 11,0 °C[28]. La micro-région est soumise à une moyenne de 55 jours de gelée par an, survenant entre les mois d'octobre et d'avril. Elle peut être exposée à des épisodes de sécheresses estivales, ainsi qu'à des vents violents lors de tempêtes hivernales[28].

HydrographieModifier

 
Réseau hydrographique de Saint-Cyr-sur-Loire.
 
La Loire à Saint-Cyr.

La commune est bordée sur son flanc sud par la Loire (1,086 km). Le réseau hydrographique communal, d'une longueur totale de 12,26 km, comprend un autre cours d'eau notable, la Choisille (4,788 km), et quatre petits cours d'eau pour certains temporaires[12],[29] : le ruisseau de la Perrée, d'une longueur totale de 5,33 km, coule au nord du territoire de Saint-Cyr, en limite de la commune de Mettray[30] ; la Petite Gironde, également appelée ruisseau de Mié, d'une longueur totale de 5,07 km, alimente la partie nord-est de la commune sur 2,4 km[31] ; le ruisseau Saint-Roch, qui se développe sur 7,27 km de long, coule dans la partie nord-ouest de la commune[32] ; enfin, la Petite Choisille, de 16,62 km de long, traverse l'extrémité sud-ouest de Saint-Cyr-sur-Loire[33],[34],[assoc 1],[35].

 
Le cours de la Loire traversé par le pont Napoléon et bordé par Saint-Cyr, à gauche et Tours, à droite.

Le cours de la Loire s’insère dans une large vallée qu’elle a façonnée peu à peu depuis des milliers d’années. Elle traverse d'est en ouest le département d'Indre-et-Loire depuis Mosnes jusqu'à Candes-Saint-Martin, avec un cours large et lent. La Loire présente des fluctuations saisonnières de débit assez marquées. Sur le plan de la prévision des crues, la commune est située dans le tronçon de la Loire tourangelle, qui court entre la sortie de Nazelles-Négron et la confluence de la Vienne[36], dont la station hydrométrique de référence la plus proche est située à Tours [aval pont Mirabeau]. Le débit mensuel moyen (calculé sur 62 ans pour cette station) varie de 112 m3/s au mois d'août à 622 m3/s au mois de février. Le débit instantané maximal observé sur cette station est de 3 050 m3/s et s'est produit le , la hauteur maximale relevée a été de 5,78 m ce même jour[37],[38]. La hauteur maximale historique a été atteinte le 3 juin 1856 avec une hauteur inconnue mais supérieure à 6,20 m[39]. Sur le plan piscicole, la Loire est classée en deuxième catégorie piscicole. L'espèce biologique dominante est constituée essentiellement de poissons blancs (cyprinidés) et de carnassiers (brochet, sandre et perche)[40].

 
Moulin à eau sur la Choisille, à Saint-Cyr, en 1855.

La Choisille, d'une longueur totale de 26,1 km, prend sa source à 149 mètres d'altitude sur le territoire de la commune de Nouzilly et se jette dans la Loire à l'extrémité sud-ouest du territoire communal, à 42 m d'altitude, après avoir traversé 8 communes[41]. Ce cours d'eau est classé dans les listes 1[Note 3] et 2[Note 4] au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement sur le Bassin Loire-Bretagne. Au titre de la liste 1, aucune autorisation ou concession ne peut être accordée pour la construction de nouveaux ouvrages s'ils constituent un obstacle à la continuité écologique et le renouvellement de la concession ou de l'autorisation des ouvrages existants est subordonné à des prescriptions permettant de maintenir le très bon état écologique des eaux. Au titre de la liste 2, tout ouvrage doit être géré, entretenu et équipé selon des règles définies par l'autorité administrative, en concertation avec le propriétaire ou, à défaut, l'exploitant [42],[43]. Sur le plan piscicole, la Choisille est également classée en deuxième catégorie piscicole[40]. Les mesures hydrométriques de la Choisille ont été réalisées à la station de jaugeage de Mettray, actuellement hors-service[44],[45]. L'affluent ligérien, au nombre de Strahler de 1, présente un réseau de type « digité »[44]. Les analyses hydrométriques effectuées entre 1977 et 1980 montrent qu'en saison estivale l'écoulement de la Choisille, régulièrement bas, observe un débit spécifique (ou QSP) de 2,74 l/s/km2, tandis qu'en saison hivernale, période marquée par de plus fortes précipitations et durant laquelle la rivière, débordant de son lit mineur, est soumise à de fréquentes crues, son débit spécifique accuse une forte hausse pour atteindre 12,28 l/s/km2[44]. À l'étiage, d'après des mesures prises en 1976, le débit de la Choisille est de 1,6 l/s/km2[44]. En outre, les estimations réalisées entre 1970 et 1985 à la station de Mettray, mettent en évidence que le module — ou débit interannuel moyen — de la rivière est d'approximativement 0,85 m3/s[46]. Sur cette même période, l'écoulement moyen mensuel de la Choisille s'échelonne entre un minimum de 0,37 m3/s en août et un maximum de 1,59 m3/s en février[46]. Un jaugeage ponctuel opéré à Saint-Cyr dans les années 2010 a permis de mesurer un DCR (débit de crise[47]) de 0,140 m3/s et un DAR — débit d'alerte renforcée, éqivalent du DSA, le débit seuil d'alerte[48],[49] — de 0,395 m3/s[50].

Deux zones humides[Note 5] ont été répertoriées sur la commune par la direction départementale des territoires (DDT) et le conseil départemental d'Indre-et-Loire : « la vallée de la Choisille de Graffin au Moulin de Garot » et « la vallée de la Loire de Mosnes à Candes-Saint-Martin »[51],[52].

UrbanismeModifier

LogementModifier

Le tableau qui suit donne quelques indices chiffrés établis en 2016 permettant de comparer l'état du domaine du logement de Saint-Cyr-sur-Loire à celui de l'ensemble de l'Indre-et-Loire[Insee 3],[Insee 4] :

Le logement à Saint-Cyr-sur-Loire en 2016.
Saint-Cyr-sur-Loire Indre-et-Loire
Part des résidences principales (en %) 90,0 86,9
Part des logements vacants (en %) 8,6 8,5
Part des ménages propriétaires de leur logement (en %) 62,7 59,2

Par rapport au contexte général de l'immobilier en Indre-et-Loire, la part, plus importante, des résidences principales et des logements vacants laisse moins de place aux résidences secondaires dont le taux s'élève à 1,5 % du parc d'habitations à Saint-Cyr-sur-Loire contre 4,5 % au niveau départemental. Par ailleurs, 62,7 % des occupants de résidences principales de la commune en sont propriétaires, contre 59,2 % au niveau départemental[Insee 3],[Insee 4]

5 902 résidences principales ont été construites à Saint-Cyr-sur-Loire depuis 1946 — dont 642 entre 2006 et 2013 —, ce qui représente une proportion d'environ 76,2 % du parc immobilier de ce type de logement[Insee 3]. Enfin, en 2016, sur l'ensemble des habitations recensées sur le territoire communal, 50 % d'entre elles sont des maisons individuelles[Insee 3].

Morphologie urbaineModifier

 
Le « coteau de Saint-Cyr », ici avec une vue de La Gagnerie.

La commune de Saint-Cyr-sur-Loire a connu un développement important après la Seconde Guerre mondiale, profitant de l'impulsion de la ville voisine de Tours et plus spécifiquement du développement de Tours-Nord. Alors que les communes de Saint-Symphorien et Sainte-Radegonde-en-Touraine voisines à l'est fusionnent avec Tours, Saint-Cyr refuse de suivre ce mouvement malgré les tentatives d'influence de Tours, qui présente en 1964 une liste pro-fusion lors des élections municipales anticipées[53]. Dans les années 1990, la ville développe quelques logements sociaux avec le quartier de la Ménardière de 153 logements en 1990 puis 50 logements aux « Maisons blanches » en 1996[54].

Le développement démographique de la ville est ininterrompu jusqu'en 2006, la population étant multipliée par presque quatre en l'espace de soixante ans. Depuis, la ville est cependant légèrement en déclin démographique alors que les constructions de nouveaux logements ralentissent. La situation pourrait cependant de nouveau s'inverser avec le lancement du projet « Central Parc » en 2016 qui prévoit au nord de la commune l'installation de 660 logements collectifs et d'une centaine de maisons pour 1 800 habitants espérés. L'ensemble devrait intégrer 25 % de logements sociaux, alors que la commune n'en comptait que 15 % en 2012[55].

Voies de communication et de transportModifier

Réseau routierModifier

Le réseau routier de Saint-Cyr-sur-Loire est comprend la route départementale 938[56]. Cette voie traverse le territoire communal sur un axe nord-ouest/sud-est et passe successivement par les ronds-points de la Croix de Pierre, de Katrineholm, du Maréchal Leclerc et Charles De Gaulle[comm 1],[56].

Lieux-dits, écarts et hameauxModifier

La liste ci-dessous, non exhaustive, a pour objectif de récapituler les principaux lieux-dits, écarts et hameaux attestés sur le territoire de Saint-Cyr-sur-Loire[57] :

  • Amandiers (les)
  • Aubinière (l')
  • Augustins (les)
  • Bachellerie (la)
  • Beauclos
  • Beauregard
  • Bon-repos
  • Brairie (la)
  • Carroi-Chidaine (le)
  • Carroi-de-l'Homme-Noir (le)
  • Cassedroit
  • Cave-Trouvée (la)
  • Chanterie (la)
  • Chapelle (la)
  • Charentais
  • Charlottière (la)
  • Château-Gaillard
  • Cheminée-Ronde (la)
  • Cibotterie (la)
  • Closeau (le)
  • Clos-Besnard (le)
  • Clos-Bouet (le)
  • Coq (le)[Note 6]
  • Courtoisière (la)
  • Croix (la)
  • Croix-de-Pierre (la)
  • Dorissière (la)
  • Fabrice (la)
  • Fontaines (les)
  • Gagnerie (la)
  • Galanderie (la)
  • Garotte
  • Gatinière (la)
  • Graffin
  • Grande-Carrée (la)
  • Grandes-Maisons (les)
  • Grenardière (la)
  • Grille (la)[59]
  • Groseille (la)
  • Gruette (la)
  • Haut-Lieu (le)
  • Haute-Vesprée (la)
  • Lande (la)
  • Levière
  • Linière (la)
  • Louvre (le)
  • Lutèce
  • Maisons-Blanches (les)
  • Maudoux
  • Ménage (le)
  • Ménardière (la)
  • Mésangerie (la)
  • Mignonerie (la)
  • Moisanderie (la)
  • Monthécla
  • Morier (le)
  • Moisandrie (la)
  • Noues-de-Prunet (les)
  • Nueil
  • Palluau
  • Péraudière (la)
  • Perigourd
  • Petit-Bois (le)
  • Petite-Boiterie (la)
  • Petits-Poulets (les)
  • Pilori (le)
  • Pinauderie (la)
  • Plaisance
  • Planche (la)
  • Pont-de-la-Motte (le)
  • Portillon
  • Pot-de-Fer (le)
  • Pressoir-Cornu (le)
  • Pressoir-Fondu (le)
  • Pressoir-Viot (le)
  • Prunet
  • Rabelais (la)
  • Ravauderie (la)
  • Riablé (le)
  • Riffay
  • Rousselière (la)
  • Rougeole (la)
  • Tartifume
  • Temples (les)[60]
  • Tonneaux (les)
  • Vauguenet
  • Vauhardeau
  • Vienne

Toponymie et hydronymieModifier

Article connexe : Cyr de Tarse.
Évolution chronologique des mentions du curtis, de la paroisse, puis de la commune[57],[Note 7]

 
Extrait d'une carte de Cassini.

Le toponyme de la commune est associé au nom de saint Cyr[66], jeune martyr chrétien du IVe siècle. L'église paroissiale est par ailleurs consacrée à sa mère, sainte Julitte.

À l'époque gallo-romaine, le nom de la commune, décliné du grec, se présente sous la forme latine de Cyriacus[67]. À l'époque carolingienne, le nom de Saint-Cyr-sur-Loire est attesté sous les termes de Ciricus mortarii, puis sous les termes de Ciriacus curtis — le mot curtis étant alors employé comme équivalent de villa[67],[68]. Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement le nom de Belle-Côte[64],[69].

Le nom du fief relevant de la paroisse de Saint-Cyr-sur-Loire a été désigné sous le terme de "Chaumont" — Calvus Mons, sous sa forme latine —, ou encore "Petit-Chaumont"[70],[71]. Léon Lhuillier, en s'appuyant sur les travaux de Jean-Jacques Bourassé et de Casimir Chevalier et en soulignant que l'ancien nom du fief saint-cyrien est Chaumont, fonde l'hypothèse que l'ancien fief saint-cyrien est Calatonnum[71],[72], un vicus fondé par saint Brice et mentionnée par Grégoire de Tours[73],[74],[75],[76]. Afin de conforter ce postulat, Lhuillier met en perspective que Saint-Cyr-sur-Loire rempli trois conditions requises : la commune est connue sous le vocable de la paroisse ; elle est située dans le diocèse tourangeau ; son patron (Saint Cyr) est un saint mort avant le ministère de Brice de Tours[71]. Cependant, Calatonnum, qu'Alfred Jacobs a identifié à Clion[73], puis Émile Mabille à Chalenton, un hameau localisé entre les communes de Thilouze et Villaines[74] et Lucie Pietri à Saint-Julien-de-Chédon[76], ne peut être, pour G. Desaché, en raison d'« incompatibilité philologique », attribué à Saint-Cyr-sur-Loire[75],[Note 8].

La microtoponymie locale révèle l'existence de plusieurs noms faisant référence (ou relatif) à un « lieu humide »[77]. Le lieu-dit "Lutèce", un microtoponyme issu du latin lutosa, signifiant littéralement « boueuse », possède probablement une origine commune avec le « Lutecia » parisien, mais également avec "Les Lutières", dans la commune de Bridoré, ou encore "Les Lutinières", à Chinon[77]. À Saint-Cyr-sur-Loire, la fontaine dite de "Migné" (devenu "Mié") et lieu-dit de la "Mignonerie", ont pour racine le terme gaulois mign, signifiant marais[77]. Migna, la forme substantive de mign, s'est transformée en vignena, donnant ainsi le terme "Vienne", un autre toponyme attesté sur le territoire communal et renvoyant à la notion de marais[77].

Le lieu-dit les Temples se rapporte à un domaine d'une surface de 6 arpents qui a probablement appartenu à des templiers[60].

Pour Jacques-Marie Rougé, l'hydronyme la Petite Gironde, également appelé ruisseau du Mié, fait, comme les autres noms de lieux situés sur les coteaux tourangeaux de la Loire, référence à « partie de pré ou de terre où l'eau se tient l'hiver ; et aussi écoulement des eaux, tracé par leur passage ou canalisé dans les caves, des coteaux tufiers de la Loire »[78],[79]. En géographie, cet hydronyme renvoie à la notion de « perte karstique » provenant de rus et par lesquels circulent d'importants volumes d'eau de pluie[79]. Le substantif de l'hydronyme peut également avoir pour origine la forme adjectivale gironde, l'hydronyme signifiant alors « ruisseau circulaire »[79].

HistoireModifier

PréhistoireModifier

PaléolithiqueModifier

 
Nucleus et éclat issus d'un débitage de type Levallois, comparables à ceux retrouvés sur le site de l'Alliance.

Les traces d'une présence humaine sont attestées sur le territoire communal dès le Paléolithique moyen[80]. Des travaux de fouilles opérés dans les années 2010 à la clinique de l'Alliance ont permis de mettre en évidence une imposante industrie lithique de culture moustérienne[18],[80],[81]. La mise au jour des artefacts préhistoriques s'est faite au moyen du creusement de plusieurs tranchées et sondages[82]. Le mobilier lithique collecté, réparti sur une aire s'étendant entre 4 000 et 5 000 m2, est composé d'un total de 485 pièces (197 classées par cote et 288 esquilles) dont 6 lames, 10 nuclei — quatre à débitage Levallois, un à débitage laminaire et cinq indiférenciés —, 444 éclats et 7 blocs gélifs[83],[84],[85].

La plupart des artefacts sont faits en silex local formé au Sénonien, cinq pièces sont conçues dans de la chaille également locale — issue de gisement se trouvant à quelques kilomètres du site de l'alliance — et objets lithiques sont fabriqués à partir de silex non local[86]. Bien que le corpus archéologique présente une homogénéité technologique avec une prépondérance d'un procédé de débitage de type Levallois et un emploi exclusif de la percussion directe dure, les analyses comparatives de l'assemblage lithique provenant de la tranchée no 7 et celui de la tranchée no 8 révèlent des disparités spatio-stratigraphiques et des modalités de chaîne opératoires différentes[87],[88],[84],[89],[90]. Le processus de réalisation de l'outillage de la tranchée 7 comporte les phases de mise en forme et de production[89]. Cependant, aucun indice ne montre que la chaîne opératoire de ce sous-ensemble inclue la phase dite d'acquisition[89]. Cette étape a très probablement été opérée ex situ[91]. Pour les archéologues, les dissemblences relevées entre le sous-ensemble lithique de la tranche 8 et celui de la tranchée 7 pourrait indiquer deux occupations distinctes du site durant le Paléolithique moyen[88].

NéolithiqueModifier

 
Polissoir fixe de Bois-Livière (croquis de Louis Dubreuil-Chambardel).

Au cours du Néolithique, l'occupation du territoire communal est attestée par la présence de silex soit taillés soit polis mis en évidence au sein de la vallée de la Choisille[13]. La présence humaine à Saint-Cyr durant la période néolithique est également documentée par l'existence d'un polissoir fixe[13],[92]. Le mégalithe, découvert en dans un champ se trouvant à la jonction du lieu-dit de Bois et celui de Livière[Note 9], dans la vallée de la Choisille, présente, à sa surface, trois rainures — deux complètes et une tronquée, mesurant respectivement 310 × 60 × 39 mm, 270 × 75 × 62 mm et 70 × 75 × 62 mm[92],[93]. La surface du polissoir de Bois-Livière est également marquée de plusieurs traces de cassures, montrant ainsi que le mégalithe est un morceau d'une roche massive ayant été fragmentée de manière intentionnelle[93]. Les autres fragments de la roche, un poudingue de couleur rouge et à compositon silico-calcaire, ont servi à délimiter le champ[93].

Les silex ont été mis en évidence à proximité de l'outil mégalithique, dans le champ de Bois-Livière et ses alentours[94]. Pour Louis Dubreuil-Chambardel la présence du polissoir associée à celles des silex façonnés, soulignent l'existence très probable d'un atelier[94].

AntiquitéModifier

Les villæModifier

L'époque gallo-romaine est marquée par l'existence de six villæ[95],[96],[97],[98]. Cinq des six établissements ruraux antiques sont situés au sein de la vallée de la Choisille[95], le sixième se trouvant à cheval sur Saint-Symphorien et l'extrémité est de Saint-Cyr-sur-Loire[99]. Trois des six villae recensées — Limeriacus, Bauciacus et Magniacus — ont été identifiés à la fin du XIXe siècle, les trois dernières ayant été mises en évidence à la fin du XXe siècle[96].

Villa gallo-romaine de BezayModifier
Villa gallo-romaine de MeignéModifier

L'établissement rural Magniacus est probablement situé non loin du lieu-dit de Mié, anciennement appelé Meigné[100]. À l'époque de son utilisation, la villa devait probablement englober le lieu-dit saint-cyrien[100]. Des prospections aériennes ont permis de mettre en évidence des traces dans des terres cultivées se trouvant dans un périmètre de 300 à 400 m du lieu-dit[100]. Dans cette même zone, des fragments de tuiles ont été découverts[100]. Toujours dans la même zone, des prospections au sol plus approfondies ont permis de recueillir des tessons de céramiques, des moellons ainsi que des fragments de tegulae[100]. Ce mobilier, mis au jour au voisinage d'une haie délimitant un champ de céréales et le domaine de la Moisanderie[100]. Pour autant, le corpus d'artefacts a probablement été déplacé et il est plus probable que l'emplacement d'origine des vestiges se trouve sous la haie de séparation et dans la friche située à l'arrière[100]. Bien que l'emplacement exact de Magniacus ne puisse être confirmer par des travaux de fouilles (non réalisées), il est probable que le centre de la villa gallo-romaine soit situé au niveau du terrain en friche et de la haie de séparation[100]. D'autres pièces fragmentées ont été mises en évidence dans un terrain en dénivellation se trouvant à une distance relativement importante du centre du site antique[100]. L'ensemble des artefacts provenant de Magniacus ont été disséminés par les travaux agricoles[100].

Villa gallo-romaine de LimerayModifier
 
Follis à l'avers portant de l'effigie de Constantin Ier et au revers frappé de deux victoires, comparable à celui retrouvé dans le villa de Limeriacus[101].

L'établissement rural de Limeray (Limeriacus, en latin), s'étend sur environ 130 m de long[102]. L'aire d'occupation de la villa gallo-romaine, délimitée à l'ouest par le cours de la Choisille[103],[104], se trouve à cheval sur deux parcelles (les parcelles no 111 et no 330) en grande partie urbanisées[102]. La villa saint-cyrienne fait face à Charcenay (anciennement Carcannus), un établissement rural antique situé à Fondettes[103]. Il est possible que les principaux bâtiments de Limeriacus aient été construits au lieu-dit des « Poulardières »[104],[105]. Des fouilles opérées en 1899 au « Petit-Clos », un site localisé aux « Poulardières », ont permis de mettre en évidence des ruines de structures d'époque gallo-romaine — un puits ainsi qu'une salle aux murs appareillés de briques larges et pourvue d'une abside —, le tout associé à des morceaux de tuiles à rebord[104],[106],[105]. Le mobilier archéologique de Limeriacus est essentiellement documentée par des tegulae fragmentées, des tessons de céramique, un Follis de 12 mm de diamètre dont l'avers porte l'effigie de Constantin Ier et le revers est frappé de deux victoires tenant un bouclier monté sur un cippe[102],[107], ainsi qu'une aiguière façonnée en bronze et dont la panse est marquée d'une dépression[108]. Une partie des tuiles des bâtiments de la villa ont été remployées dans l'édification de murs mitoyens[102]. Bien que la parcelle 330 ait délivré une quantité de matériel archéologique plus importante que la parcelle 111, les fouilles de terrains, partielles, ainsi que les prospections n'ont pas permis de déterminer l'emplacement exact du centre de la villa gallo-romaine[102],[100].

Villa gallo-romaine du PréauModifier

L'établissement rural gallo-romain du Préau, recouvert par un grand arpent de terres mises en culture localisé à côté du village de Périgourd, est documenté par la présence de fragments de tegulæ, de poteries et de moellons[102]. Le mobilier archéologique, dispersé sur toute l'étendue du champs, a été découvert grâce au passage de la charrue[102]. La villa aurait été érigée durant le Haut-Empire[102]. Les bâtiments sont répartis en deux zones : l'une à l'extrémité nord du champs, la seconde à l'extrémité ouest[99].

Villa gallo-romaine de La GrilleModifier

Les vestiges de la villa seraient possiblement situés sous les bâtiments d'un lotissement construit dans les années 1980. L'établissement agricole antique, dont le lieu d'implantation exact reste à établir, est documenté par plusieurs fragments de tuiles et de poteries ainsi que par un morceau de tegula. Le mobilier archéologique a été retrouvé dispersé sur des terrains en culture situés au sud et à l'est du lotissement saint-cyrien[59].

Villa gallo-romaine de la PinaudrieModifier

Dépôts de céramiquesModifier

L'occupation du territoire communal, durant la période antique, est également attestée par trois gisements de céramiques mis en évidence sur les bords de Loire[95],[109].

Fondation de la paroisseModifier

La paroisse de Saint-Cyr-sur-Loire est créée durant l'Antiquité tardive, en 418[13]. La fondation de la paroisse saint-cyrienne est probablement réalisée sous l'impulsion de Brice de Tours, alors évêque de Tours[13]. À la même époque, une église, placée sous le vocable de Saint Cyr, est construite sur le site de l'actuel édifice religieux[13].

Moyen ÂgeModifier

Haut Moyen ÂgeModifier

Au début du IXe siècle, Chaumont (ou Calvus Mons), le fief de la paroisse de Saint-Cyr, appartient à l'archevêché de Tours[70]. Aux environs de 885, Adalardus, alors archevêque de Tours fait don du fief de Chaumont à Marmoutier, acte confirmé par Charles III en 886[70].

En 887, selon une mention issue du Chronicon Turonense magnum, les chanoines de Saint-Martin de Tours concèdent au seigneur d'Amboise les levées de dîmes perçues à Saint-Cyr[61].

Moyen Âge centralModifier

Dans la première moitié du XIe siècle, Eudes II de Blois fait don de Chaumont à Guelduin de Saumur[110],[111]. La donation faite au seigneur de Saumur s'inscrit dans le cadre d'une réparation pour la perte de sa forteresse prise en 1025 par Foulques Nerra[110],[111]. Guelduin de Saumur devient alors le premier seigneur de Chaumont[111].

Vers le milieu du XIe siècle, par un acte de confirmation de Geoffroy Martel, le fief de Chaumont devient la propriété de Geoffroy de Chaumont, fils de Guelduin de Saumur[70],[110],[111]. Le deuxième seigneur de Chaumont, engagé en 1066 par GuiLlaume II de Normandie pour conquérir le royaume d'Angleterre, laisse le fief saint-cyrien, devenu seigneurie, au profit de sa nièce, épouse de Sulpice d'Amboise[112]. À partir de cette date domaine de Chaumont reste en possession de la maison d'Amboise jusque dans la seconde moitié du XVe siècle[70],[110],[112].

En 1119, le chapitre de Saint-Martin de Tours reçoit de Louis VI le Gros la possession du port de la paroisse tourangelle, infrastructure fluviale qui avait antérieurement appartenu à Bertrade de Montfort[113].

En 1143, Louis VII, par une charte faite à Eudes, alors doyen de Saint-Martin, entérine la donation au chapitre tourangeau d'une partie des droits perçus sur le port de Saint-Cyr[114].

Moyen Âge tardifModifier

En 1459, Pierre d'Amboise cède, pour la somme de 2 000 écus, la moitié des terres de la seigneurie de Chaumont à Jean de Rosny, lequel vend à son tour les deux tiers de son bien immobilier à la collégiale Saint-Martin[115]. Par un acte de vente daté du , la collégiale devient l'unique propriétaire de Chaumont[115].

Époque moderneModifier

En , la seconde moitié de la dîme collectée dans la paroisse saint-cyrienne est acquise par les chanoines de Marmoutier, cette part de l'impôt clérical étant auparavant perçue par les chanoines de Saint-Julien[57].

Vers la fin du XVIIe siècle, le territoire paroissial fait l'objet d'incursion de loups[116].

Époque contemporaineModifier

En , alors que se déroule le second plébiscite, qui permet à Napoléon III d'asseoir sa légitimité, l'ancien président, élu empereur, recueille la quasi-unanimité des suffrages de la commune : 495 des 524 votants (sur un total de 609 inscrits), se prononcent favorablement au maintien de Louis-Napoléon[117].

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Saint-Cyr-sur-Loire fait partie de l'arrondissement de Tours[118] dont elle est l'une des 54 communes[Insee 5], dans le département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire[Insee 6].

La commune, dans la seconde moitié du XIXe siècle, a été rattachée au canton de Tours-nord[117],[57], puis est devenue le bureau centralisateur de son propre canton, en 1973, après la création de nouvelles circonscriptions électorales dans le département d'Indre-et-Loire[119].

Depuis le redécoupage des circonscriptions législatives françaises de 2010, Saint-Cyr-sur-Loire appartient à la cinquième circonscription d'Indre-et-Loire[120] et depuis le redécoupage cantonal réalisé en application du décret du , elle est l'une des cinq communes constituant le canton de Saint-Cyr-sur-Loire (subdivision territoriale no 12)[121].

Tendances politiques et résultatsModifier

Élection présidentielle la plus récenteModifier

En 2017, au deuxième tour de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron (En marche !), élu, a obtenu 80,07 % des voix et Marine Le Pen (FN), 19,93 %. Le taux de participation s'est élevé à 69,43 %[122].

Élection municipale la plus récenteModifier

Le nombre d'habitants de Saint-Cyr-sur-Loire au recensement de 2011 étant compris entre 10 000 et 19 999, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de 33[123],[124].

Lors des élections municipales de 2014, les 33 conseillers municipaux (dont 29 issus de liste majoritaire UMP) ont été élus dès le premier tour ; le taux de participation était de 57,47 %[124]. Ont obtenus[124],[125],[126] :

Suffrages exprimés 7 044 33 sièges à pourvoir
Liste Tête de liste Tendance politique Suffrages Pourcentage Sièges acquis Var.
Saint-Cyr notre cœur notre force Mr Philippe Briand UMP 5 307 75,34 %
29 / 33
 
Saint-Cyr plurielle Mr Alain Fievez PS 1 737 24,66 %
4 / 33
 

Liste des mairesModifier

Le tableau ci-dessous présente la liste des maires successifs de la commune depuis 1790 jusqu'à nos jours[assoc 2] :

Liste des maires successifs depuis 1790
Période Identité Étiquette Qualité
Février 1790 Juin 1791 Jean Soudée   Vigneron
Juin 1791 Mars 1792 Jean Boutard   Meunier
Mars 1792 Juillet 1792 Vacation de la mairie    
Juillet 1792 Décembre 1792 Louis-Thomas Desplanques   Prêtre défroqué, membre de commission militaire révolutionnaire de Tours[127]
Décembre 1792 Juillet 1794 Pierre Chotard   Vigneron
Juillet 1794 Novembre 1794 Barthélémy Faucheux   Vigneron
Novembre 1794 (frimaire an II) Mai 1795 (prairial an III) François Besnardeau   Vigneron
Mai 1795 (prairial an III) Août 1795 (fructidor an III) François Guérin   Propriétaire
Août 1795 (fructidor an III) Août 1800 (fructidor an IX) Successivement : Raphaël Genty, puis François Boileau, François Bordier, Claude Moreau et Joseph Pinot   Agents municipaux
Août 1800 Juillet 1802 Claude Moreau   Agent municipal
Juillet 1802 Septembre 1803 François Chinon    
Septembre 1803 Janvier 1810 François Chinon    
Janvier 1810 Octobre 1830 Douineau de Charentais    
Octobre 1830 Août 1843 François Jean-Baptiste Dupont    
Août 1843 Avril 1853 Alexis Jeuffrain    
Avril 1853 Août 1862 Charles Boutard   Propriétaire
Octobre 1863 Novembre 1870 André Cosson Aury   Propriétaire
Novembre 1870 Juillet 1880 Pierre Guitard   Directeur des Fours à chaux
Juillet 1880 Mai 1882 Louis Porcherot    
Mai 1882 Septembre 1884 François Brocherioux    
Septembre 1884 Mai 1896 Henri Pimpare    
Mai 1896 Mai 1900 Albert Bruzon   Directeur d'usines
Mai 1900 Décembre 1919 Henri Lebrun   Maître-fondeur
Décembre 1919 Décembre 1937 Louis Bézard    
Décembre 1937 Octobre 1944 Émile Dosda    
Octobre 1944 Mai 1945 Camille Gambardoux    
Mai 1945 Mai 1953 Louise Gaillard    
Mai 1953 Septembre 1956 Georges Roy    
Septembre 1956 Mars 1959 Lucien Richardeau    
Mars 1959 Avril 1965 Louis Blot Sans étiquette  
Avril 1965 Octobre 1984 Claude Griveau DVD Conseiller général (1973-1984)
Novembre 1984 Mars 1989 Guy Raynaud DVD puis UDF Conseiller général (1984-2001)
Mars 1989 En cours Philippe Briand UMP puis LR Député d'Indre-et-Loire (1993-2017)
Président de Tours Métropole Val de Loire

JumelagesModifier

Partenariat

Population et sociétéModifier

Le nom qui désigne les habitants de la commune est Saint-Cyriens[128].

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[129],[Note 10].

En 2016, la commune comptait 15 763 habitants[Note 11], en diminution de 2,63 % par rapport à 2011 (Indre-et-Loire : +2,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5001 2951 1181 3291 4341 4841 6201 8621 848
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 1131 8831 9841 9332 2202 3842 4362 4192 539
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 6482 6992 7402 9393 1143 5934 4185 6526 974
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
9 54711 21112 47814 41315 16116 10016 36616 18915 763
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[130] puis Insee à partir de 2006[131].)
Histogramme de l'évolution démographique
 
Soldes de variation annuelle de la population de Saint-Cyr-sur-Loire
exprimés en pourcentages[Insee 7].
1968 - 1975 1975 - 1982 1982 - 1990 1990 - 1999 1999 - 2006 2006 - 2011 2011 - 2016
Taux de variation annuel de la population   + 1,5 %   + 2,1 %   + 0,6 %   + 0,7 %   + 0,2 %   - 0,2 %   - 0,5 %
Solde naturel + 1,0 % + 0,7 % + 0,5 % + 0,2 % + 0,1 % - 0,1 % - 0,3 %
Solde migratoire + 0,5 % + 1,3 % + 0,1 % + 0,4 % + 0,1 % - 0,1 % - 0,3 %

Pyramide des âgesModifier

Pyramide des âges à Saint-Cyr-sur-Loire en 2016 (chiffres exprimés en pourcentage)[Insee 8].
HommesClasse d’âgeFemmes
1,4 
90 ans ou +
2,5 
9,0 
75 à 89 ans
13,2 
21,5 
60 à 74 ans
22,5 
21,9 
45 à 59 ans
20,2 
15,8 
30 à 44 ans
14,1 
15,7 
15 à 29 ans
14,9 
14,7 
0 à 14 ans
12,5 
Pyramide des âges en Indre-et-Loire en 2016 (chiffres exprimés en pourcentage)[Insee 9].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ans ou +
2,0 
7,6 
75 à 89 ans
10,2 
16,2 
60 à 74 ans
17,0 
20,0 
45 à 59 ans
19,2 
18,5 
30 à 44 ans
17,6 
18,3 
15 à 29 ans
17,6 
18,5 
0 à 14 ans
16,4 

Compte tenu de ses statistiques démographiques, la population de Saint-Cyr-sur-Loire apparaît plus âgée que la moyenne départementale. En effet, plus de 56,3 % de ses habitants ont un âge supérieur ou égal à 45 ans, alors que ces mêmes tranches d'âge représentent 46,6 % sur l'ensemble de la population d'Indre-et-Loire[Insee 10],[Insee 11].

EnseignementModifier

La maison des apprentis Tonnellé est un centre de formation créé en 1868 par la municipalité de Tours[115],[132]. La fondation de l'école d'apprentissage est alors en partie financée par un legs d'Amélie Tonnellé, la veuve de Louis Tonnellé[115],[132]. La construction des bâtiments de l'établissement Tonnellé, dont l'autorisation est accordée par la préfecture le , débute en 1866 sous la direction de l'architecte Étienne Charles-Gustave Guérin[132]. Le bâtiment principal est ensuite agrandi de deux pavillons, l'un situé du côté est, le second du côté ouest, respectivement bâtis en 1874 et en 1871[132]. À son ouverture, la maison des apprentis Tonnellé est dirigée par un abbé[132]. L'établissement accueille chaque année environ trente élèves instruits, logés, nourris et blanchis gratuitement sur une période de trois ans[115],[132]. En raison de locaux devenus trop vétustes, la maison des apprentis Tonnellé fait l'objet d'une fermeture en 1968[132]. Les bâtiments de la maison Tonnellé sont ensuite rénovés pour abriter un CFA[132]. Le CFA est ultérieurement déplacé au sein d'autres locaux, situés à Tours-nord, tandis que les anciennes structures de la maison Tonnellé sont convertis en résidence privée[132].

À l'initiative conjointe du conseil général d'Indre-et-Loire et du Japon, le lycée japonais Konan Gakuen, ou lycée-collège Konan de Touraine, est créé en [133],[134]. L'établissement secondaire privé accueille les enfants des expatriés japonais[133],[135]. Après avoir fourni un enseignement à plus de 600 élèves, l'établissement ferme ses portes en 2012[136].

Saint-Cyr-sur-Loire héberge aussi les quatre écoles primaires publiques Honoré de Balzac, Périgourd, République, Roland Engerand et l'école élémentaire privée Saint-Joseph. La ville dispose d'autant d'écoles maternelles : il s'agit des écoles maternelles Charles Pérault, Honoré de Balzac, Jean Moulin, Périgourd et Saint Joseph[137]. La ville compte par ailleurs deux collèges : le collège de La Béchellerie et le collège Henry Bergson[138], une école de musique installée dans le château de la Clarté[139] ainsi que le centre de loisirs le Moulin Neuf situé dans la commune voisine de Mettray.

La ville a aussi eu un lycée japonais, le lycée Konan, de 1991 à 2013[140].

En , un nouvel établissement scolaire, remplaçant les écoles Honoré de Balzac, Anatole France, République et Jean Moulin, recevra près de 350 élèves[141]. Le groupe scolaire, ouvert pour la rentrée 2019, comprendrait un total de 13 classes, dont 8 maternelles et 5 élémentaires[141].

Équipement culturel et sportifModifier

Depuis 2007, Saint-Cyr-sur-Loire bénéficie d'une salle de spectacle : L'Escale.

La ville possède aussi une petite bibliothèque, la bibliothèque George-Sand qui est séparée en deux salles, une salle adulte et une salle jeunesse. Elle compte, au total, environ 35 000 livres et 4 000 périodiques.

  • Stade de football rénové Guy-Drut (300 places).
  • Piscine municipale Ernest-Watel.
  • Centre équestre de la Grenadière créé en 1956 dans les communs du château de la Grenadière (1855 / style Napoléon III) construit par la famille Blot.

ÉconomieModifier

Revenus de la population et fiscalitéModifier

En 2015, le revenu disponible par ménage à Saint-Cyr-sur-Loire était de 24 766 €[Insee 12], tandis que la moyenne départementale s'élevait à 20 710 €[Insee 13].

En 2016, les saint-cyriens disposaient d'un revenu médian annuel de près de 24 794 €, supérieur au revenu médian annuel au niveau national, qui s'élevait alors à 19 785 €[142]. Pour cette même année, le taux de pauvreté de Saint-Cyr, alors établi à 6,5 %, était nettement inférieur au taux de pauvreté au niveau national, de 13,9 %[142]. Par ailleurs, pour l'exercice 2016, 31,2 % des foyers fiscaux de la commune était non imposables[142].

EmploiModifier

Les deux tableaux suivants révèlent les chiffres-clés de l'emploi à Saint-Cyr-sur-Loire et leur évolution entre 2011 et 2016[Insee 14],[Insee 15] :

Structure de la population active de Saint-Cyr-sur-Loire (37)
entre 2011 et 2016.
Saint-Cyr-sur-Loire 2011 Saint-Cyr-sur-Loire 2016 Évolution
Population de 15 à 64 ans 10 250 9 219   - 10,05 %
Actifs (en %) 72,0 73,0   + 1,39 %
dont :
Actifs ayant un emploi (en %) 65,5 66,0   + 0,76 %
Chômeurs (en %) 6,4 7,0   + 9,37 %
Évolution de l'emploi à Saint-Cyr-sur-Loire (37) entre 2011 et 2016.
Saint-Cyr-sur-Loire 2011 Saint-Cyr-sur-Loire 2016 Évolution
Nombre d'emplois dans la zone 6 709 6 434   - 4,10 %
Indicateur de concentration d'emploi 99,1 103,7   + 4,64 %

Sur la période considérée, tout comme il reste inférieur à celui de l'échelon métropolitain[Insee 16], le taux de chômage au niveau communal est plus bas que le taux de chômage de l'échelon régional (qui est en forte hausse) : à Saint-Cyr-Loire, il s'élève à 6,4 % en 2011 et à 7,0 % en 2016 — accusant ainsi une hausse de 9,37 % sur 5 ans — contre 8,8 à 9,0 % et 9,7 % en Centre-Val de Loire[Insee 14],[Insee 17]. Toutefois, la population active de la commune est marquée d'une faible croissance, puisqu'elle représente un taux de 65,5 % en 2011 et de 66,0 % en 2016, soit une augmentation de 0,76 %[Insee 14].

En 2016, 1 304 des 6 204 actifs dotés d'un emploi et résidant à Saint-Cyr-sur-Loire travaillent dans la commune elle-même[Insee 18].

Tissu économiqueModifier

Ensemble des données entreprenariales et salarialesModifier

Le tableau suivant a pour objectif de détailler le nombre d'entreprises implantées en 2016 à Saint-Cyr-sur-Loire selon leur secteur d'activité et le nombre de leurs salariés[Insee 19] :

Établissements actifs à Saint-Cyr-sur-Loire par secteur d'activité au .
Total % 0
salarié
1 à 9
salariés
10 à 19
salariés
20 à 49
salariés
50 salariés
ou plus
Ensemble 1333 100 971 274 40 25 23
Agriculture, sylviculture et pêche 3 0,2 2 1 0 0 0
Industrie 39 2,9 23 1 8 5 2
Construction 65 4,9 49 12 3 0 1
Commerce, transports, services divers 935 70,1 672 220 24 10 9
dont commerce et réparation automobile 234 17,6 141 77 5 5 6
Administration publique, enseignement, santé, action sociale 291 21,8 225 33 12 10 11
Champ : ensemble des activités.

En 2017, 134 nouvelles structures entrepreunariales ont été créées — tous secteurs confondus et hors agriculture[Insee 20]. 91,1 % d'entre elles ont été fondées dans le domaine des services[Insee 20]. Par ailleurs, concernant l'exercice 2015, sur l'ensemble des 1 333 établissements implantées au sein du territoire communal, 34,9 % appartiennent à la sphère dite « productive » et 65,1 % à la sphère dite « présidentielle »[Insee 21]. Toujours pour l'exercice 2015, les emplois satisfaisant les besoins locaux restent fortement majoritaires puisque leur part concerne 66,1 % de l'ensemble des postes salariés[Insee 21]. Entre et , selon les données du Figaro Économie, le territoire de Saint-Cyr-sur-Loire compte près de 2 200 entreprises[143]. Sur cette même période, 67 structures entrepreneuriales appartenant aux cinq plus importants secteurs d'activité de la commune ont été créées et 10 ont été fermées[143].

Commerces et servicesModifier

Industrie et bâtimentModifier

AgricultureModifier

Le tableau ci-dessous a pour but de présenter, en données chiffrées établies sur une période comprise entre 1988 et 2010, une synthèse des principales caractéristiques des exploitations agricoles de Saint-Cyr-sur-Loire[144] :

Évolution de l'agriculture à Saint-Cyr-sur-Loire (37)
entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Nombre d’exploitations 25 14 4
Équivalent Unité de travail annuel 38 11 2
Surface agricole utile (SAU) (ha) 601 368 261
Cheptel (nombre de têtes) 181 114 0
Terres labourables (ha) 552 349 Non renseigné[Note 12]
Cultures permanentes (ha) 6 2 Non renseigné
Surface toujours en herbe (ha) 35 14 Non renseigné
Superficie moyenne d’une exploitation (ha) 24,04 26,29 65,25

Les données relevées sur la période de référence mettent en évidence que le nombre des exploitations agricoles, passant de 25 en 1988 à 4 en 2010, diminue fortement au profit d'une importante augmentation de leur surface moyenne[144]. Le cheptel, composé de 188 têtes en 1988, est inexistant en 2010[144]. D'autres part, les observations effectuées par le Ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt montrent que le secteur agricole de la commune s'est orienté vers la polyculture et le polyélevage en 2000, puis vers la culture des céréales et des oléoprotéagineux (COP) en 2010[144].

Tourisme et hébergementModifier

Zones d'activitéModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Patrimoine architecturalModifier

Lieux et monuments inscrits ou classésModifier

L'église Saint-Cyr et Sainte-Julitte, établie face à la Loire, est précédée d'un premier édifice religieux (une chapelle) daté du début du Ve siècle apr. J.-C. Une église de style roman est construite au cours du Xe siècle. L'église est reconstruite dans un style gothique flamboyant aux XVe et XVIe siècles, sous l'impulsion de Louis XI[145],[35],[13],[comm 2],[assoc 3]. Plusieurs éléments de l'église de Saint-Cyr — notamment le porche, l'autel, le chœur et les vitraux qui le surplombent, ainsi que les tribunes —, font l'objet d'une restauration durant le XIXe siècle[146]. L'édifice bénéficie d'une inscription au titre des monuments historiques en 1926[147]. Une seconde campagne de restauration du monument est entamée en 1979[comm 2]. La campagne de rénovation, réalisée sous l'égide de la commune, prend fin en 2006[comm 2].

Le Vau Ardau, situé au nord-ouest du centre-bourg[comm 1], est une propriété bâtie dans la seconde moitié du XVIIIe siècle[148]. À cette époque, la construction du Vau Ardau intervient dans un contexte de « prospérité » de la capitale tourangelle[148]. La propriété saint-cyrienne comprend un logis principal et une maisonnette le tout entouré d'un mur de clôture circulaire et fermé d'une grille encadrée par deux piliers[148]. Le corps de logis, une structure de type pavillonnaire, est constitué d'un rez-chaussée surmonté d'un comble[148]. Un corps de bâtiment, du même style architectural est construit dans le prolongement du logis principal au cours du XIXe siècle[148]. Par arrêté du , les façades et les toitures du corps de logis, la maisonnette ainsi que la clôture encerclant la propriété — mur, grille et piliers compris —, sont inscrits au titre des monuments historiques[148].

Le manoir de la Béchellerie est édifié au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle[149]. Le logis principal du manoir est composé d'un rez-de-chaussée en surélévation dont l'entrée est accessible par un court escalier et d'un comble[149]. Le comble dispose de deux chambres[149]. Deux pavillons, disposés en saillie du corps principal, en constituent les ailes[149]. Les communs viennent sont disposés en retour d'équerre au côté nord-est du corps de logis[149]. En surplomb de la vallée de la Loire, des jardins aménagés en terrasses s'étendent au sud des bâtiments[149]. La Bachellerie, propriété d'Anatole France entre 1918 et 1924, est inscrite au titre des monuments historiques par arrêté ministériel du [149].

Établie dans le quartier des Maisons-Blanches (dans la partie sud-ouest du territoire communal[comm 1]), la propriété de La Gruette[Note 13] est une ancienne closerie transformé en manoir et dont le logis principal est conçu vers le milieu du XVIIIe siècle, en 1755, par Audebert Cartier, menuisier du duc de Choiseul[151],[152]. Le logis principal, une « gentilhommière », « type parfait de la villa du XVIIIe siècle », affecte l'apparence d'une folie d'époque Louis XV[151]. Le côté sud du corps de logis est flanqué de part et d'autre par deux corps de bâtiment de moindre hauteur[151]. Le premier étage du corps de logis est ajouré par quatre lucarnes et par un œil-de-bœuf surmonté d'un fronton[151]. Le rez-de-chaussée est aménagé de 5 pièces disposées en enfilade[151]. La « gentilhommière » est pourvue de boiseries conçues à l'époque de sa construction[151]. Une grille, flanquée de deux piliers ornés de corbeilles de fruits, est le seul élément qui reste de la clôture[151]. Derrière la grille se trouvent les vestiges de trois cabinets de verdure se présentant sous forme de charmilles[151]. Une ancienne chapelle est établie dans la partie sud-est de la propriété[151]. Depuis le , plusieurs éléments du manoir de La Gruette — la façade du corps de logis donnant sur la cour fermée et la toiture qui la surmonte, la section de clôture qui cerne la cour, le sol de la cour ainsi que la chapelle — bénéficient d'un classement au titre des monuments historiques[151].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Autres bâtiments remarquablesModifier

Au XVIe et XVIIe siècles, Perraudière, également connu sous le nom de Carroi-Gratte-Chien, est un fief qui relève de Chaumont[153]. La façade du corps de logis, unique vestige du manoir d'origine, date du XVe siècle[154]. Deux bustes conçus en terre-cuite, l'un à l'effigie d'Antoine Duprat, le second à celle de Louise de Savoie, sont nichés du côté nord de la façade[154]. Un écusson portant les armes de Pierre Denis (un écuyer conseiller du roi propriétaire de La Perraudière en 1713), orne également la façade[154]. Dans les années 1830, sous le commandite de la famille Moisant, l'architecte Phidias Vestier entreprend d'important travaux à la Perraudière et construit les communs (appelés le Pavillon Charles X)[155]. Le corps de logis et son parc sont acquis par la municipalité de Saint-Cyr en 1981[154]. Après des travaux de restauration du logis principal et du parc, la Perraudière est réouverte en 1990[154]. Le bâtiment principal abrite actuellement les locaux de la mairie[154].

Le château de Palluau, établi dans la vallée de la Choisille, a été la propriété de Pierre Bretonneau et de Justinien Nicolas Clary[156],[assoc 4].

La propriété des Trois-Tonneaux, dite parfois « Château des Tonneaux », qui appartint à Étienne de Mornay, chancelier de France sous Louis X, et qui fut une maison de plaisance pour le roi Louis XI. Cette propriété viticole, possède une cave et un souterrain éboulé menant probablement au bord de la Loire afin d'acheminer le vin dans la cave[157].

« La Moisanderie » est une propriété construite au cours des XVIe et XVIIe siècles et ayant appartenu aux carmélites de Tours[158],[159]. À cette époque, la propriété comprenait une métairie et une closerie[159]. En date du , la Moisanderie fait l'objet d'une vente au titre de bien national pour une somme s'élevant à 27 100 livres[158]. La propriété saint-cyrienne est ensuite achetée par la commune pour être finalement acquise par la agglomération de Tours[159]. Des bâtiments ayant fait partie de la Moisanderie il ne demeure plus qu'une grange[159].

Le château de Charentais, localisé dans la partie centrale du territoire communal, est à l'origine un manoir daté du XIIIe siècle et compris dans un domaine d'une surface de 36 ha. Le château est entiêrement rebâti en 1858 sous ka conduite l'architecte Jean-Charles Jacquemin[160],[assoc 5].

Situé dans la partie sud-est du territoire communal[comm 1],[159], le manoir de la Tour (anciennement appelé closerie du Haut-Lieu), est une propriété du XVIIe siècle ayant tout d'abord appartenu à l'abbaye de Marmoutier[35],[assoc 6],[comm 3]. Sous la Révolution, le manoir, à l'instar d'autres propriétés saint-cyriennes possédées par le clergé, est vendu au titre de bien national[35]. Le manoir de La Tour a ensuite appartenu à Michel Banchereau, Mériadec Moisant, Boisseau de Beaulieu, Pierre Camille Fouché, Thomas Reddall Kay, Mme Francesca Monti Lunt ou encore Auguste Hoppenot[comm 3]. Le , le conseil municipal de Saint-Cyr-sur-Loire acquiert le manoir[assoc 6],[comm 3].

L'église Saint-Pie X est bâtie entre et [161]. Située dans la partie est du territoire communal[comm 1], l'église est construite sur une ancienne propriété (Le portail de l'Ormeau) dont les terrains sont rachetés dans les années 1950 par le diocèse de Tours[161]. L'édifice religieux, érigé sous l'impulsion des archevêques de Tours Mgr Louis-Joseph Gaillard et Mgr Louis Ferrand, est inauguré et béni en [161],[162]. L'autel de l'église est alors conçu en contreplaqué[161]. En 2018, cet autel, « provisoire » et consacré en date du , est remplacé par celui provenant de la cathédrale de Tours[161],[163]. 22 ans plus tard, bien qu’elle ait été dépourvue d'un « autel définif », l'église, placée sous le vocable de Pie X, fait à son tour l'objet d'une consécration[161],[163].

La Villa Sainte-Marie, également appelée La Galanderie, jusqu'en 1862 est une propriété du XVIIe siècle construite sur le « coteau de Saint-Cyr »[assoc 7]. À l'origine un ancien fief dépendant de l'abbaye de Marmoutier, La Galanderie, au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, appartient successivement à Jacob Baret (procureur du roi) vers 1600, puis à Jacques Baret (référendaire à la chancellerie de France) en 1621, à Michel Taschereau en 1681 et à Joseph Taschereau (trésorier de France) en 1728[164]. Durant la seconde moitié du XIXe siècle, la propriété a, entre autres, appartenu au Dr Louis Tonnellé entre 1855 et 1862[159],[assoc 8]. De 1866 jusqu'à 1878, la villa saint-cyrienne abrite le siège de la congrégation des Oratoriens[165]. En 1938, la villa Sainte-Marie devient la propriété de l'État afin d'y héberger l'armée de l'air[assoc 7],[165]. L'État la cède en 2010[assoc 7].

Localisée dans la partie sud de la commune[comm 1], la Grenardière est une propriété constituée d'un château et d'une maison (dite la Petite Grenardière)[assoc 9]. Fréquemment louée à des anglais au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, la Petite Grenardière a été le lieu d'habitation d'Honoré de Balzac, en 1830[assoc 9],[166],[35],[167],[Note 14]. La maison est alors louée par Laure de Berny afin que l'écrivain tourangeau puisse séjourner dans la commune où il avait été placé en nourrice, à Portillon[assoc 9],[168]. La Petite Grenardière est ensuite le lieu d'habitation de Pierre-Jean de Béranger, entre 1836 et 1838, puis de Jean-Charles Cazin, entre 1869 et 1871[assoc 9],[35].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine naturelModifier

Patrimoine gastronomiqueModifier

Personnalités liées à la communeModifier

 
Tombe de Roland Engerand.

HéraldiqueModifier

Les armes de Saint-Cyr-sur-Loire se blasonnent ainsi :

« D'azur à l'ancre de marinier d'argent avec deux anneaux du même, l'un en chef l'autre en pointe, à la gerbe d'or, brochante, liée à la stangue, le tout accosté de deux sarments de vigne, tigés et feuillés d'or, celui de dextre fruité de trois pièces d'argent, et celui de senestre de trois pièces de gueules. »[171]

L'ancre rappelle les anciens mariniers naviguant jadis sur la Loire, la gerbe de blé les agriculteurs et les branches de vigne les viticulteurs.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. La superficie du territoire communal est de 13,5 km2 selon les données de l'Insee et de 13,39 km2 selon les données de l'Ign[2].
  2. Des sondages, réalisés sur le territoire communal — dans la propriété des Bretonneau — dans la seconde moitié du XIXe siècle, en 1867, 1868[15] et 1869, ont permis d'établir la stratigraphie suivante : des terres rapportées associées à des dépôts d'alluvions sur 9,74 m d'épaisseur ; du tuffeau jaune sur 8,45 m d'épaisseur ; le niveau d'étiage de la Loire, à 18,19 m de profondeur ; de la craie micacée, sur 75,68 m d'épaisseur ; du grès vert, sur 31,04 et 0,62 m d'épaisseur ; du sable vert, sur 1,83 m d'épaisseur ; suivi d'une succession de couches d'argiles, de grès et de sables évoluant sur une épaisseur d'environ 154 m[23].
  3. Le classement en liste 1 est réservé aux cours d'eau qui sont en très bon état écologique, ou identifiés par les SDAGE des eaux comme jouant le rôle de réservoir biologique nécessaire au maintien ou à l'atteinte du bon état écologique des cours d'eau d'un bassin versant, ou dans lesquels une protection complète des poissons migrateurs est nécessaire.
  4. Ce classement est attribué aux parties de cours d'eau ou canaux sur lesquels il est nécessaire d'assurer le transport suffisant des sédiments et la circulation des poissons migrateurs.
  5. D’après l’article L. 211-1 du Code de l’environnement, « on entend par zone humide les terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année ».
  6. Le domaine du Coq est attesté sous les termes de Le Jau, en 1332, puis de Le Jeau ou Jau, en 1786[58].
  7. Ce récapitulatif, non exhaustif, a pour objet de montrer les différentes étapes chronologiques du toponyme de Saint-Cyr-sur-Loire et de sa paroisse.
  8. Pour Christèle Hervé, l'emplacement du vicus de Calatonnum reste indéterminé[76].
  9. Le polissoir dit de Bois-Livière est actuellement conservé au musée de l'hôtel Goüin[13].
  10. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  11. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.
  12. Donnée soumise au secret statistique[144].
  13. Le lieu-dit de La Gruette est attesté sous les termes de Villa Gruslia ou Gruolia en 943. La Gruette dépendait du fief de Chaumont[150].
  14. En , le séjour de Balzac et de Mme de Berny à la Petite Grenardière a fait l'objet d'une exposition au pavillon Charles X (bâtiment situé dans le parc de la Perraudière[comm 4]) intitulée La Grenadière ou la Touraine rêvée de Balzac[167].
  15. À Saint-Cyr, il a rédigé un manuscrit intitulé Appel aux amis de la Russie[170].

RéférencesModifier

  1. « Bassin de vie de Tours (37261) : 64 communes dans le bassin de vie de Tours », (consulté le 4 septembre 2017).
  2. « Zone d'emploi de Tours (2412) : 208 communes dans la zone d’emploi de Tours », (consulté le 4 septembre 2017).
  3. a b c et d « Chiffres clés - Logement en 2016 à Saint-Cyr-sur-Loire -LOGTG2 » (consulté le 11 juillet 2019).
  4. a et b « Chiffres clés - Logement en 2015 en Indre-et-Loire » (consulté le 11 juillet 2019).
  5. « Arrondissement de Tours (372) : liste des communes - 54 communes dans l’arrondissement de Tours », (consulté le 5 août 2017).
  6. « Commune de Fondettes (37109) - commune actuelle : Géographie », (consulté le 24 juillet 2019).
  7. « POP T2M - Indicateurs démographiques » (consulté le 9 juillet 2019).
  8. « POPT3 - Population par sexe et âge à Saint-Cyr-sur-Loire en 2016 » (consulté le 10 juillet 2019).
  9. « Population par sexe et âge en Indre-et-Loire en 2015 » (consulté le 10 juillet 2019).
  10. « POP T0 - Population par grandes tranches d'âges à Saint-Cyr-sur-Loire en 2016 » (consulté le 10 juillet 2019).
  11. « POP T0 - Population par grandes tranches d'âges en Indre-et-Loire » (consulté le 10 juillet 2019).
  12. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2015 » (consulté le 25 juillet 2019).
  13. « REV T3 - Distribution des revenus disponibles de l'année 2015 en Indre-et-Loire » (consulté le 10 août 2018).
  14. a b et c « EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité. » (consulté le 25 juillet 2019).
  15. « EMP T5 - Emploi et activité. » (consulté le 25 juillet 2019).
  16. « Taux de chômage au sens du BIT - Ensemble - France métropolitaine - Données CVS : séries chronologiques », (consulté le 25 juillet 2019).
  17. « Taux de chômage localisé par région - Centre-Val de Loire : séries chronologiques », (consulté le 25 juillet 2019).
  18. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone » (consulté le 25 juillet 2019).
  19. « CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité à Saint-Cyr-sur-Loire (37) au 31 décembre 2015 » (consulté le 25 juillet 2019).
  20. a et b « DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2017 à Saint-Cyr-sur-Loire (37) » (consulté le 26 juillet 2019).
  21. a et b « CEN T3 - Établissements selon les sphères de l'économie au à Saint-Cyr-sur-Loire (37) » (consulté le 26 juillet 2019).
  • Site de la commune
  1. a b c d e f g et h « Plan de la ville » [PDF], (consulté le 13 juillet 2019), p. 1 et 2.
  2. a b et c « Église Saint-Cyr / Sainte-Julitte - Inscrite à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques » (consulté le 23 juillet 2019).
  3. a b et c Association Saint-Cyr-sur-Loire Hommes et Patrimoine, « Manoir de la Tour » [PDF] (consulté le 27 juillet 2019).
  4. « Pavillon Charles X » (consulté le 9 août 2019).
  • Site de l'association Saint-Cyr-sur-Loire Hommes et Patrimoine
  1. « La Perrée - Petite Gironde » (consulté le 23 juillet 2019).
  2. « Les maires de Saint-Cyr-sur-Loire depuis 1790 » (consulté le 3 août 2019).
  3. « Eglise Saint-Cyr - Sainte-Julitte » (consulté le 23 juillet 2019).
  4. « Château de Palluau » (consulté le 22 juillet 2019).
  5. « Château de Charentais » (consulté le 2 août 2019).
  6. a et b « Manoir de la Tour » (consulté le 27 juillet 2019).
  7. a b et c « La Villa Sainte-Marie ou La Galanderie » (consulté le 28 juillet 2019).
  8. « Louis Tonnelé » (consulté le 1er août 2019).
  9. a b c et d « La Petite Grenardière » (consulté le 9 août 2019).
  • Autres sources
  1. « Comparateur de territoire - Commune de Saint-Cyr-sur-Loire (37214) », (consulté le 1er juillet 2019).
  2. a b et c « Synthèse des principales informations relatives aux eaux souterraines pour la commune de Saint-Cyr-sur-Loire » [PDF], sur le site du SIGES Centre-Val de Loire, Bureau de recherches géologiques et minières (consulté le 1er juillet 2019).
  3. a et b « Relation : Saint-Cyr-sur-Loire (76307) », sur le site OpenStreetMap (consulté le 1er juillet 2019).
  4. « Carte/Plan Saint-Cyr-sur-Loire », sur Géoportail (consulté le 2 juillet 2019).
  5. « Villes, villages, bourgs dans le périmètre SCOT de l'agglomération tourangelle : une typologie du bâti pour connaître l'histoire et construire l'avenir » [PDF], sur le site de l'Agence de l'urbanisme de l'agglomération de Tours, (consulté le 4 septembre 2017), p. 12 et 14.
  6. « Orthodromie entre "Saint-Cyr-sur-Loire" et "Tours" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 6 juillet 2019).
  7. « Orthodromie entre "Saint-Cyr-sur-Loire" et "Joué-lès-Tours" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 6 juillet 2019).
  8. « Orthodromie entre "Saint-Cyr-sur-Loire" et "Chambray-lès-Tours" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 6 juillet 2019).
  9. « Orthodromie entre "Saint-Cyr-sur-Loire" et "Amboise" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 6 juillet 2019).
  10. « Orthodromie entre "Saint-Cyr-sur-Loire" et "Chinon" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 6 juillet 2019).
  11. « Orthodromie entre "Saint-Cyr-sur-Loire" et "Orléans" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 6 juillet 2019).
  12. a et b « Fiche SIGES de la commune », sur le site du Système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Centre-Val de Loire (consulté le 3 février 2019)
  13. a b c d e f g et h Mestat 2004, p. 13.
  14. a b c d e et f « Saint-Cyr-sur-Loire - Carte géologique », sur le site du Système d'information pour la gestion des eaux souterraines du Centre-Val de Loire, brgm (consulté le 6 juin 2019).
  15. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t et u L. Rasplus, G. Alcaydé et N. Desprez, « Carte géologique 1/50000 Tours », Fiches infoterre, BRGM, no 457,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 4 juillet 2019).
  16. a et b Philippe Gardère, « Découpage séquentiel et nouvelles données archéologiques des Limons des plateaux au nord de Tours (Indre-et-Loire) - Contexte géologique des environs de la ville de Tours. », Revue archéologique du Centre de la France, t. 57,‎ (lire en ligne, consulté le 12 juillet 2019).
  17. a et b Gardère et Djemmali 2018, p. 3.
  18. a b et c Gardère et Djemmali 2018, p. 1.
  19. Gardère et Djemmali 2018, p. 5.
  20. Gardère et Djemmali 2018, p. 6-16.
  21. Philippe Gardère, « Découpage séquentiel et nouvelles données archéologiques des Limons des plateaux au nord de Tours (Indre-et-Loire) - Séquence des Limons des plateaux à Saint-Cyr-sur-Loire “ Clinique de l’Alliance ” (37). », Revue archéologique du Centre de la France, t. 57,‎ (lire en ligne, consulté le 12 juillet 2019);
  22. a et b E. Dormoy, « Carte géologique d'Indre-et-Loire (suite) - Saint-Cyr-sur-Loire », Annales de la Société d'Agriculture, sciences, arts et belles-lettres du département d'Indre-et-Loire., Tours, Imprimerie Ladevèze, vol. 47 à 48, no 9,‎ (lire en ligne).
  23. E. Dormoy, « Carte géologique d'Indre-et-Loire (suite) - Tours et les environs », Annales de la Société d'Agriculture : sciences, arts et belles-lettres du département d'Indre-et-Loire., Tours, Imprimerie Ladevèze, vol. 47 à 48, no 8,‎ (lire en ligne).
  24. « Saint-Cyr-sur-Loire - comparer : photographie aérienne/carte Ign », sur le site Remonter le temps, Ign (consulté le 9 juillet 2019).
  25. a et b Collectif, « Le Val de Loire : de Mosnes à Saint-Patrice. », dans Collectif, Atlas de l'Indre-et-Loire : Études des paysages d'Indre-et-Loire., Conseil départemental d'Indre-et-Loire, (lire en ligne [PDF]).
  26. « Orthodromie entre Rochelle et Saint-Cyr-sur-Loire », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 3 septembre 2019).
  27. « Les climats du monde », sur le site de l'encyclopédie Larousse (consulté le 3 septembre 2019).
  28. a b et c « Étude climatologique de l’Indre-et-Loire (37) : IV - La Gâtine Nord-Tourangelle » [PDF], sur le site de l'association météo-centre (consulté le 4 septembre 2019), p. 1.
  29. « Carte hydrologique de Saint-Cyr-sur-Loire », sur https://www.geoportail.gouv.fr/ (consulté le 3 février 2019)
  30. « Ruisseau de la Perrée », sur le site du Service d'administration nationale des données et référentiels sur l'eau (Sandre), (consulté le 23 juillet 2019).
  31. « La petite Gironde », sur le site du Service d'administration nationale des données et référentiels sur l'eau (Sandre), (consulté le 23 juillet 2019).
  32. « Ruisseau de saint-roch », sur le site du Service d'administration nationale des données et référentiels sur l'eau (Sandre), (consulté le 23 juillet 2019).
  33. « La petite Choisille », sur le site du Service d'administration nationale des données et référentiels sur l'eau (Sandre), (consulté le 23 juillet 2019).
  34. « Saint-Cyr-sur-Loire - Linéaire global de cours d'eau sur la commune : 12.26 km », sur le site du Siges (consulté le 23 juillet 2019).
  35. a b c d e et f Mestat 2004, p. 14.
  36. Règlement SPC Loire-Cher-Indre, 23 décembre 2013, actualisé août 2015 (lire en ligne), p. 19
  37. « Référentiel hydrométrique », sur http://www.sandre.eaufrance.fr/ (consulté le 3 février 2019)
  38. « Station hydrométrique K4900030, la Loire à Tours [aval pont Mirabeau] », sur le site de la banque Hydro (consulté le 3 février 2019)
  39. Règlement SPC Loire-Cher-Indre, 23 décembre 2013, actualisé août 2015 (lire en ligne), p. 52
  40. a et b (id) « Décret n°58-873 du 16 septembre 1958 déterminant le classement des cours d'eau en deux catégories », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 3 février 2019)
  41. « Fiche Sandre - la Choisille », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 3 février 2019)
  42. « Arrêté du 10 juillet 2012 portant sur la liste 1 des cours d'eau, tronçons de cours d'eau ou canaux classés au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement du bassin Loire-Bretagne », sur http://www.legifrance.gouv.fr (consulté le 3 février 2019)
  43. « Arrêté du 10 juillet 2012 portant sur la liste 2 des cours d'eau, tronçons de cours d'eau ou canaux classés au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement du bassin Loire-Bretagne », sur http://www.legifrance.gouv.fr (consulté le 3 février 2019)
  44. a b c et d Alain Giret, « Deux bassins-versants en Touraine ? : Brenne et Choisille. Etude comparée. », Norois, no 131,‎ , p. 351 à 363 (DOI 10.3406/noroi.1986.4325).
  45. « Stations de jaugeage arrêtées dans la Région Centre », sur le site de la Direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement du Centre, (consulté le 7 août 2019).
  46. a et b Grégory Moirin, « Rapport d'activités 2009 » [PDF], sur le site du syndicat intercommunal de la Choisille et de ses affluents, (consulté le 7 août 2019), p. 4 à 8.
  47. « Débit de crise [DCR] », sur Glossaire Eaux et milieux aquatiques, Office International de l'Eau (consulté le 8 août 2019).
  48. « Débit seuil d'alerte », sur Glossaire de l'eau et des milieux aquatiques, Office International de l'Eau (consulté le 8 août 2019).
  49. « Glossaire », sur le site de la DIREN Aquitaine, (consulté le 8 août 2019).
  50. « Indre-et-Loire - Annexe 1 à l'arrêté cadre du 25 juillet 2016 » [PDF], sur Services de l'État en Indre-et-Loire (consulté le 8 août 2019).
  51. Direction Départementale des Territoires d'Indre-et-Loire-37, « Liste des Zones humides d'Indre-et-Loire-37 », sur http://terresdeloire.net/ (consulté le 3 février 2019)
  52. « L'inventaire départemental des zones humides », sur http://www.indre-et-loire.gouv.fr/, (consulté le 3 février 2019)
  53. Tours-Nord. Les témoins de la fusion se souviennent sur La Nouvelle République du Centre-Ouest, le 27 avril 2013
  54. Logements sociaux, le grand retour ? sur saint-cyr-sur-loire.com
  55. Central Parc : les premiers logements sont à vendre sur La Nouvelle République du Centre-Ouest, le 27 avril 2013
  56. a et b « Dossier no F02415P0034 - Mise à deux fois deux voies de la route départementale 938 entre les carrefours giratoires de la Croix de Pierre et de Katrineholm et réaménagement des accès au giratoire de la Croix de Pierre sur la commune de Saint-Cyr-sur-Loire » [PDF], sur Le site de la DREAL de la région Centre-Val de Loire, (consulté le 4 septembre 2019).
  57. a b c d e f g h i j et k Carré de Busserolle 1879, p. 445.
  58. Jacques-Xavier Carré de Busserolle, Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine., t. II, , 489 p. (lire en ligne), p. 351.
  59. a et b Mestat 1999, p. 742.
  60. a et b Pierre Mestat, « Les Templiers à Saint-Cyr ? », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 51,‎ (lire en ligne, consulté le 9 août 2019).
  61. a b et c Amédée de La Ponce, « Recueil de documents destinés à faciliter la rédaction d'une Géographie ecclésiastique et politique de l'ancienne province de Touraine, depuis le IVe jusqu'à la fin du XIIIe siècle », Mémoires de la Société archéologique de Touraine, no 9,‎ (lire en ligne, consulté le 12 juillet 2019).
  62. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 3 : Formations dialectales (suite) et françaises : étymologie de 35 000 noms de lieux, Librairie Droz, (lire en ligne).
  63. Lhuillier 1886, p. 148.
  64. a b et c « Saint-Cyr-sur-Loire - Notice communale », sur Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 5 juillet 2019).
  65. « Plan d'assemblage de la commune de Saint-Cyr-sur-Loire », sur Le site des archives départementales d'Indre-et-Loire (consulté le 30 juillet 2019).
  66. Restauration de la cathédrale de Nevers et culte de St Cyr et de Ste Julitte, (lire en ligne).
  67. a et b Raymond Mauny, « Toponymie de la Touraine », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 30,‎ , p. 153 (lire en ligne, consulté le 4 août 2019).
  68. Charles Lelong, « Aperçus sur les structures agraires en Touraine à l'époque carolingiennes », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 50,‎ , p. 92, 97 et 104 (lire en ligne, consulté le 4 août 2019).
  69. Roger Brunet, Trésor du terroir. Les noms de lieux de la France, CNRS Editions, , 656 p., p. 529.
  70. a b c d et e Carré de Busserolle 1879, p. 446.
  71. a b et c Léon Lhuillier, « Quel est le nom actuel de Calatonnum ? », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 6,‎ (lire en ligne, consulté le 9 août 2019).
  72. Jean-Jacques Bourassé et Casimir Chevalier, « Les églises de Touraine antérieures au VIIIe siècle », dans Recherches historiques et archéologiques sur les églises romanes en Touraine du VIe au XIe siècle, (lire en ligne), p. 10 et 11.
  73. a et b Alfred Jacobs, Géographie de Grégoire de Tours de Frédégaire et de leurs continuateurs, (lire en ligne), p. 113.
  74. a et b Émile Mabille, « Notice sur les divisions territoriales et la topographie de l'ancienne province de Touraine [deuxième article]. », Bibliothèque de l'école des chartes, t. 24,‎ , p. 395 (DOI https://doi.org/10.3406/bec.1863.445880).
  75. a et b G. Desaché, « Une paroisse fondée par saint Brice », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 29,‎ (lire en ligne, consulté le 10 août 2019).
  76. a b et c Christèle Hervé, « Liste des vici, castra, castella, cités par Grégoire de Tours en Région Centre. », dans Agglomérations secondaires antiques en Région Centre, vol. 1, Tours, Fédération pour l'édition de la Revue archéologique du Centre de la France, (lire en ligne), p. 220.
  77. a b c et d Pierre Audin, « Les noms antiques des milieux humides en Touraine (suite et fin) », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 40,‎ , p. 818 et 829 (lire en ligne, consulté le 9 août 2019).
  78. Jacques-Marie Rougé, Le Folklore de la Touraine, CLD, (1re éd. 1923) (lire en ligne).
  79. a b et c Stéphane Gendron, « Essai d'hydronymie Tourangelle (2e partie) », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 44,‎ , p. 678 (lire en ligne, consulté le 26 août 2019).
  80. a et b Gardère et Djemmali 2018, p. 23.
  81. Gardère et Djemmali 2018, p. 24.
  82. Philippe Gardère, « Découpage séquentiel et nouvelles données archéologiques des Limons des plateaux au nord de Tours (Indre-et-Loire) - Contexte géologique des environs de la ville de Tours. », Revue archéologique du Centre de la France, t. 57,‎ (lire en ligne, consulté le 12 juillet 2019).
  83. Gardère et Djemmali 2018, p. 25.
  84. a et b Gardère et Djemmali 2018, p. 33.
  85. Philippe Gardère, « Découpage séquentiel et nouvelles données archéologiques des Limons des plateaux au nord de Tours (Indre-et-Loire) - Contexte géologique des environs de la ville de Tours. », Revue archéologique du Centre de la France, t. 57,‎ (lire en ligne, consulté le 12 juillet 2019).
  86. Gardère et Djemmali 2018, p. 26.
  87. Gardère et Djemmali 2018, p. 40.
  88. a et b Gardère et Djemmali 2018, p. 42.
  89. a b et c Gardère et Djemmali 2018, p. 32.
  90. Gardère et Djemmali 2018, p. 30.
  91. Gardère et Djemmali 2018, p. 38.
  92. a et b Dubreuil-Chambardel 1912, p. 103.
  93. a b et c Dubreuil-Chambardel 1912, p. 104.
  94. a et b Dubreuil-Chambardel 1912, p. 105.
  95. a b et c Mesquat 2004, p. 13.
  96. a et b Mestat 1999.
  97. Audin 1976, p. 80-82.
  98. Lhuillier 1889, p. 175-178.
  99. a et b Mestat 1999, p. 736.
  100. a b c d e f g h i j et k Mestat 1999, p. 739.
  101. Mestat 1999, p. 737-739.
  102. a b c d e f g et h Mestat 1999, p. 737.
  103. a et b Lhuillier 1889, p. 178.
  104. a b et c Audin 1976, p. 82.
  105. a et b « Séance du 25 janvier 1899 », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 9,‎ , p. 33 (lire en ligne, consulté le 19 août 2019).
  106. Adrien Blanchet, Carte archéologique de la Gaule, , p. 111
  107. Mestat 1999, p. 738.
  108. Lhuillier 1889, p. 179.
  109. L'Hermite 1994, p. 101.
  110. a b c et d Lhuillier 1883, p. 375.
  111. a b c et d Lhuillier 1883, p. 376.
  112. a et b Lhuillier 1883, p. 377.
  113. Émile Mabille, chap. IV « Chartes de l'an 1100 à l'an 1139 », dans Catalogue analytique diplômes, chartes et actes relatifs à l'histoire de Touraine contenu dans la collection de Dom Housseau, t. XIV, Société archéologique de Touraine, (lire en ligne).
  114. Émile Mabille, chap. V « Chartes de l'an 1139 à l'an 1199 », dans Catalogue analytique diplômes, chartes et actes relatifs à l'histoire de Touraine contenu dans la collection de Dom Housseau, t. XIV, Société archéologique de Touraine, (lire en ligne).
  115. a b c d et e Carré de Busserolle 1879, p. 447.
  116. J. Maurice, « Les loups », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 44,‎ , p. 44 (lire en ligne, consulté le 12 août 2019).
  117. a et b Pierre Rouillé-Courbe, « Canton de Tours-nord », dans Pierre Rouillé-Courbe,  : réception de S.A.I Le prince Louis-Napoléon dans le département d'Indre-et-Loire., Imprimerie Ladevèze, (lire en ligne), p. 84.
  118. « Les services de l’État en Indre-et-Loire : Les nouveaux arrondissements - Carte des arrondissements au  » [PDF], sur le site de la préfecture d'Indre-et-Loire, (consulté le 19 août 2017).
  119. Pierre Messmer et Collectif, « Décret no 73-724 du Portant création de cantons dans le département d'Indre-et-Loire », Journal officiel de la République française,‎ , p. 8085 (lire en ligne [PDF]).
  120. « Indre-et-Loire : les circonscriptions », sur le site du ministère de l'Intérieur, (consulté le 15 mars 2017).
  121. Décret du no 2014-179 du 18 février 2014 portant délimitation de cantons dans le département d'Indre-et-Loire sur Légifrance.
  122. « Commune de Saint-Cyr-sur-Loire - Résultats de la commune au 2d tour », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 31 juillet 2019).
  123. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  124. a b et c « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 - Saint-Cyr-sur-Loire - Résultats du 1er tour », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 31 juillet 2019).
  125. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 - Saint-Cyr-sur-Loire - Liste Philippe Briand Saint-Cyr notre cœur notre force », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 31 juillet 2019).
  126. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 - Saint-Cyr-sur-Loire - Liste Alain Fievez Saint-Cyr plurielle », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 31 juillet 2019).
  127. Albert Philippon, « La deuxième commission militaire : Tours, novembre 1793 - mai 1794 », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 34,‎ (lire en ligne, consulté le 13 août 2019).
  128. Le Petit Larousse illustré, Éditions Larousse, (lire en ligne).
  129. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  130. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  131. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  132. a b c d e f g h et i Georges-François Pottier, Fonds de la Maison des apprentis Tonnellé 1868 – 1958 Répertoire numérique du fonds 33 J, Archives départementales d'Indre-et-Loire, (lire en ligne [PDF]).
  133. a et b Michel Audoin et André Niel, « Le lycée japonais Konan Gakuen », dans Hommes et traditions populaires : Anjou, Maine, Touraine, Martelles, (lire en ligne).
  134. (en) Ohta M et Remaud B, Tours Symposium On Nuclear Physics, World Scientific, (lire en ligne).
  135. Sébastien Baéta, « Contexte d’enseignement et liberté pédagogique pour une vision dynamique de l’éducation au sein d’un établissement », Présences, revue d’étude des pratiques psychosociales, vol. 6,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 23 août 2019).
  136. « Lycée Konan : la fin d'un " rêve " », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le 23 août 2019).
  137. « Écoles - Saint-Cyr-sur-Loire », sur www.saint-cyr-sur-loire.com (consulté le 21 octobre 2018)
  138. « Collèges - Saint-Cyr-sur-Loire », sur www.saint-cyr-sur-loire.com (consulté le 21 octobre 2018)
  139. « Une école réputée dans l’agglomération tourangelle - Saint-Cyr-sur-Loire », sur www.saint-cyr-sur-loire.com (consulté le 21 octobre 2018)
  140. Denis, Pascal. "Lycée Konan : la fin d'un " rêve "." (Archive) La Nouvelle République du Centre-Ouest. 25 octobre 2012. Consulté le 2 janvier 2014.
  141. a et b Marie-Ange Lescure, « Saint-Cyr-sur-Loire : un nouveau groupe scolaire pour la rentrée de septembre 2019 », France Bleu Touraine,‎ (lire en ligne, consulté le 21 août 2019).
  142. a b et c « Saint-Cyr-sur-Loire 37214 : Données fiscales et impôts », sur Le Monde.fr.
  143. a et b « Entreprises à Saint-Cyr-sur-Loire (37540) », sur le site du Figaro Économie, (consulté le 26 juillet 2019).
  144. a b c d et e « Recensement agricole 2010 : Données générales des exploitations ayant leur siège dans Saint-Cyr-sur-Loire commune », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du Ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt (consulté le 26 juillet 2019).
  145. Lhuillier 1886.
  146. Lhullier 1886, p. 159-167.
  147. « Eglise paroissiale Saint-Cyr et Sainte-Julitte », notice no PA00098068, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  148. a b c d e et f « Le Vau Ardau », notice no PA00098071, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  149. a b c d e f et g « Manoir de La Bachellerie », notice no PA00098070, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  150. Jacques-Xavier Carré de Busserolle, Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine, t. III, (lire en ligne), p. 261.
  151. a b c d e f g h i et j « La Gruette », notice no PA00098069, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  152. Louis Hautecœur, Histoire de l'architecture classique en France, A. Picard, (lire en ligne), p. 205.
  153. Jacques-Xavier Carré de Busserolle, Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine, t. IV, (lire en ligne).
  154. a b c d e et f « La Perraudière, une maison-mairie », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le 13 août 2019).
  155. Ludovic Vieira, « L'œuvre tourangelle de Phidias Vestier (1796-1874) », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 46,‎ , p. 605 et 612 (lire en ligne, consulté le 13 août 2019).
  156. Albert Philippon, « Séance du 30 octobre 1947 », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 1947,‎ (lire en ligne, consulté le 22 juillet 2019).
  157. « Découverte de la maison des Trois-Tonneaux »,
  158. a et b Jacques-Xavier Carré de Busserolle, Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine., t. IV, Tours, Société archéologique de Touraine, coll. « Mémoires de la Société archéologique de Touraine. », , 433 p. (lire en ligne), p. 271.
  159. a b c d e et f Mestat 2004, p. 15.
  160. Georges Collinet, « Historique du domaine de Charentais », publications de l'Amicale des anciens de la CRS numéro 41, no Hors-série 5, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne [PDF], consulté le 1er août 2019).
  161. a b c d e et f Thibault Bruère, « Consécration de l'église St-Pie X », Actualités du diocèse de Tours,‎ (lire en ligne, consulté le 26 juillet 2019).
  162. « L'église Saint-Pie-X, grande église moderne », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le 27 juillet 2019).
  163. a et b « Église Saint Pie X : inauguration du nouvel autel dimanche », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le 27 juillet 2019).
  164. Jacques-Xavier Carré de Busserolle, Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. : Mémoires de la Société archéologique de Touraine., t. III, Tours, Société archéologique de Touraine, , 425 p. (lire en ligne [PDF]), p. 151.
  165. a et b « La Villa Sainte Marie : quatre siècles d'histoire », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le 1er août 2019).
  166. Jacques-Xavier Carré de Busserolle, « Grenardière (la) », dans Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine., t. III, Tours, Société archéologique de Touraine, coll. « Mémoires de la Société archéologique de Touraine. », , 425 p. (lire en ligne [PDF]), p. 247.
  167. a et b « La Grenadière ou la Touraine rêvée de Balzac », La Nouvelle République du Centre Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le 9 août 2019).
  168. Horace Hennion, « Louis-Daniel, frère aîné d'Honoré de Balzac », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 30,‎ (lire en ligne, consulté le 9 août 2019).
  169. a b et c « Quand Saint-Cyr-sur-Loire se souvient d'Anatole France », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juillet 2019).
  170. Ludovic Vieira, « La Touraine aux enchères - 2001 », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 47,‎ (lire en ligne, consulté le 13 août 2019).
  171. « Saint-Cyr-sur-Loire 37 214 - SAINT CYR SUR LOIRE Chef-lieu de canton (Indre et Loire) », sur le site L'armorial des villes et des villages de France (consulté le 31 juillet 2019).

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Bibliographie spécialiséeModifier

  • Pierre Aubel, Rapport d'enquête publique relative à l'élaboration du Plan Local d'Urbanisme de la commume de Saint-Cyr-sur-Loire (Indre-et-Loire), Métropole Tours Val de Loire, , 111 p. (lire en ligne [PDF]).
  • Pierre Audin, « Voies antiques et habitat gallo-romain entre Tours et Ingrandes-de-Touraine - IIa : communes de Tours, de Saint-Symphorien et de Saint-Cyr », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 38,‎ (lire en ligne, consulté le 22 juillet 2019).  .
  • Jacques-Xavier Carré de Busserolle, « Cyr-sur-Loire (St-) », dans Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. : Mémoires de la Société archéologique de Touraine., t. II, Tours, Société archéologique de Touraine, , 489 p. (lire en ligne), p. 445 à 447.  .
  • Louis Dubreuil-Chambardel, « Le polissoir fixe de Saint-Cyr-Sur-Loire (Indre-et-Loire). », Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris, VI° Série, t. 3, no fascicule 1-2,‎ , p. 103-105 (DOI https://doi.org/10.3406/bmsap.1912.8507, lire en ligne).  .
  • Philippe Gardère et Nasser Djemmali, « Découpage séquentiel et nouvelles données archéologiques des Limons des plateaux au nord de Tours (Indre-et-Loire) », Revue archéologique du Centre de la France, t. 57,‎ (lire en ligne, consulté le 12 juillet 2019).  .
  • Christian L'Hermite, « Découverte d'importants tessons dans le lit de la Loire à Saint-Cyr-sur-Loire (Basses eaux de la Loire de 1982 à 1985) », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 44,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juillet 2019).
  • Léon Lhuillier, « Les premiers seigneurs de Saint-Cyr », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 6,‎ (lire en ligne, consulté le 9 août 2019).  .
  • Léon Lhuillier, « L'église de Saint-Cyr-sur-Loire », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 7,‎ , p. 113 à 167 (lire en ligne, consulté le 23 juillet 2019).  .
  • Léon Lhuillier, « Les domaines ruraux de Saint-Cyr-sur-Loire », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 8,‎ (lire en ligne, consulté le 22 juillet 2019).  .
  • Léon Lhuillier, « Les domaines ruraux de Saint-Cyr-sur-Loire (suite et fin) », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 8,‎ (lire en ligne, consulté le 22 juillet 2019).
  • Pierre Mestat, « Découverte archéologique à Saint-Cyr-sur-Loire », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 44,‎ , p. 91 à 100 (lire en ligne, consulté le 25 août 2019);
  • Pierre Mestat, « Les villæ gallo-romaines de Saint-Cyr-sur-Loire », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 51,‎ (lire en ligne, consulté le 9 août 2019).  .
  • Pierre Mestat, « Présentation archéologique de Saint-Cyr-sur-Loire », Bulletin de la Société archéologique de Touraine,‎ , p. 13 à 15 (lire en ligne, consulté le 22 juillet 2019).  .

Bibliographie généraleModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier