Ouvrir le menu principal

Louis Dubreuil-Chambardel

Médecin français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dubreuil-Chambardel et Dubreuil.
Ne doit pas être confondu avec Louis Dubreuil ou Louis Dubreuilh.
Louis Dubreuil-Chambardel
Biographie
Nom de naissance Louis Jacques-Marie Dubreuil-Chambardel
Naissance
à Marseille
Décès
à Tours
Nationalité Drapeau : France Français
Enfants Philippe Dubreuil-ChambardelVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Études Médecine
Formation École de médecine de Paris
Titres Docteur
Profession Anatomiste, anthropologue, archéologue, journaliste
Intérêts Ostéologie, arthrologie, folklorisme, histoire de la médecine, pré- et protohistoire
Œuvres principales La Touraine préhistorique,
Distinctions Chevalier de la Légion d'honneur‎ (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Auteurs associés
Influencé par Anatole-Félix Le Double

Louis Dubreuil-Chambardel, de son nom complet Louis Jacques-Marie Dubreuil-Chambardel[1],[2],[3], né le à Marseille et mort le à Tours, est un anthropologue, archéologue, médecin-anatomiste français. Il a également exercé la profession de journaliste sous le pseudonyme de Raoul Leclerc[4],[5].

BiographieModifier

FamilleModifier

Louis Dubreuil-Chambardel est le fils d'Émile Dubreuil-Chambardel, médecin à Marseille[6] (rue Rougier[7]) et de Jeanne Chenard[3],[8],[1]. Avec son épouse Geneviève Déribère-Desgardes, il a eu trois enfants : Jeanne, Philippe et Suzanne Dubreuil-Chambardel[9],[3]. Il serait un descendant de Pierre Dubreuil-Chambardel, homme politique et député des Deux-Sèvres[9].

ParcoursModifier

Il fait ses études au lycée Descartes, à Tours[6]. En 1905, après avoir soutenu une thèse intitulée Artère poplitée et ses variations anatomiques, il obtient son doctorat, à l'école de médecine de Paris[5],[4]. Il a pour « maître » l'anatomiste Anatole-Félix Le Double[2],[9]. Il se spécialise alors dans le domaine de l'anatomie, et plus précisément dans l'étude des variations somatiques[5].

Dans les années 1910, après la mort de Le Double, il est nommé chef des travaux de l'Institut anatomique, puis professeur suppléant à l’école de médecine et d’anatomie de Tours[6],[4],[10]. Outre l'anatomie, Dubreuil-Chambardel effectue des recherches dans les domaines de la tératologie, de la pathologie, de l'anthropologie, de la préhistoire, de l'histoire de la médecine et du folklore. Il exerça également ses compétences médicales dans le cadre d'associations sportives[5].

Des missions scientifiques en Belgique, en Italie, en Portugal et en Pologne lui ont été confiées par le gouvernement français[5]. En 1921, dans le cadre de ses travaux sur l'anatomie, Dubreuil-Chambardel a participé à la construction d'une « amitié franco-portugaise »[5],[11].

Médecin-chef durant la Première guerre mondialeModifier

Lors de la déclaration de la Première Guerre mondiale, Dubreuil-Chambarel reçoit pour affectation le poste de médecin aide-major au sein d'une unité territoriale et sert en tant que major dans les 68e et 290e régiments d'infanterie[5],[4]. En , toujours dans le contexte du premier conflit mondial, il est promu au grade de médecin chef du dépôt d’éclopés d’Hesdin. Lorsque le centre d'Hesdin ferme ses portes, au mois d', il est affecté à Montdidier, dans la Somme. De à , il participe à plusieurs opérations militaires dans les régions de la Somme et de la Champagne, ainsi que dans l’Aisne et la Meuse, entre et [4], avec notamment la bataille du Chemin des Dames et la bataille de Verdun[2]. Après avoir été blessé aux environs est de la ville d’Ypres, en date du , il est récompensé de 5 citations et d'une croix de guerre. Il reçoit ensuite le titre de chevalier de la Légion d‘honneur en date du [4],[5].

Membre de sociétés savantesModifier

Membre de la Société d'anthropologie de Paris[4], il en devient le président en 1925[12],[4].

Dubreuil-Chambardel a également été membre de la Société archéologique de Touraine, à partir de 1899[6], société savante dont il a occupé le poste de secrétaire-adjoint[13]. Il est l'auteur de plusieurs articles du périodique Bulletin de la Société archéologique de Touraine[14], et a effectué des communications au cours de séances de la société tourangelle[6].

JournalisteModifier

En tant que journaliste, Dubreuil-Chambardel rédige des articles pour La Touraine républicaine, sous le pseudonyme du Dr Raoul Leclerc[5],[4], un patronyme emprunté à un médecin tourangeau du XIe siècle — également connu sous le nom de « Raoul Mal Couronne » — et qui a enseigné à l'abbaye de Marmoutier[15],[9],[16],[17].

Il a également collaboré avec le journal La Gazette médicale du Centre, périodique mensuel dont il est devenu le directeur[4],[5].

Mort, hommages et postéritéModifier

En , deux semaines après un séjour à Leyde, pour le VIe Congrès International de Médecine, il meurt d’une pneumonie, à Tours[4],[18],[5].

Pour l'archéologue Gérard Cordier, qui a rédigé une monographie sur Dubreuil-Chambardel — Figures médicales tourangelles : le Dr Dubreuil-Chambardel (1879-1927) : son œuvre scientifique —, publiée en 1977 : « on reste confondu devant une telle puissance de travail et une telle polyvalence s'exerçant partout avec le même esprit pénétrant et lucide, avec la même largeur de vue »[6],[19].

TravauxModifier

 
Fac-similé d'une lettre de Camille Jullian à Louis Dubreuil-Chambardel daté du .

Pour V. Bugiel, les travaux et études de Dubreuil-Chambardel peuvent être répertoriés en quatre domaines : l'anatomie, avec l'ostéologie et l'arthrologie ; l'archéologie pré- et protohistorique ; le folklorisme ; et l'histoire de la médecine[5].

En 1910, il participe au 6e Congrès Préhistorique de France[6]. Dubreuil-Chambardel, fortement attiré par l'anthropologie, la pré- et la protohistoire, mène des opérations de fouilles, notamment sur les sites de la nécropole carolingienne de Pussigny et du puits funéraire de Château-Gaillard[4]. Dans le cadre de ses travaux archéologiques, il a effectué des recherches sur les nuclei pressignois dits « en livre de beurre »[20]. En 1922 et 1923, il effectue plusieurs conférences sur le domaine de la Préhistoire en Touraine, à l'École d'Anthropologie de Tours[21]. Avec la publication de La Préhistoire en Touraine, parue en 1923, à la suite des conférences qu'il a tenu[21], Dubreuil-Chambardel réalise la « première synthèse de la Préhistoire tourangelle »[22].

Dans le domaine de l'anatomie, il rédige quatre monographies, la première sur l'artère médiane, publiée en 1906, la seconde sur l'arcade plantaire superficielle, parue en 1908, la troisième, intitulée Artères du membre inférieur (« Variations des artères, du pelvis et du membre inférieur », en 1925, et la quatrième Artères du membre supérieur (« Variations des artères du membre supérieur »), en 1926[5]. Il effectue également des recherches sur la clinodactylie, le syndrome de Klippel-Feil, les scolioses, la dextrocardie, ou encore la splanchnologie[5].

Dans le cadre de ses travaux sur le folkore de la Touraine, il publie en 1906 un article intitulé Quelques matrices de sceaux tourangeaux, et en 1922 une monographie de 224 pages intitulée Cadrans solaires tourangeaux[5]. Également attiré par l'histoire tourangelle, il signe en 1904 une monographie sur le château de Ciran, puis en 1907 sur Véron et le Thelox[5].

L'intérêt de Dubreuil-Chambardel pour l'histoire de la médecine l'amène entre autres à rédiger en 1905 Les ancêtres de Bretonneau, puis Le Dr Félix Herpin, 1772-1852, Figures médicales tourangelles, ou encore Un manuscrit médical du XVe siècle, d'origine mancelle[5].

PublicationsModifier

Ouvrages 
  • Les ancêtres de Bretonneau, Paris, Péricat, [5] ;
  • Un manuscrit médical du XVe siècle d'origine mancelle, Paris, Picard, [5] ;
  • Figures médicales tourangelles, Tours, Péricat, [5] ;
  • L'enseignement des sage-femmes en Touraine, Tours, Péricat, [5] ;
  • L'enseignement médical à Marmoutier au XIe siècle, Tours, Péricat, [5] ;
  • La Touraine Préhistorique (préf. Camille Jullian), Paris, Éditions Honoré Champion, [5] ;
  • Les médecins dans l'Ouest de la France aux XIe et XIIe siècles : études sur la médecine en France du Xe au XIIe siècle (préf. J. Renaut), Paris, Publications de la Société française d'Histoire de la Médecine, (lire en ligne).
Articles 
Sous le pseudonyme de Raoul Leclerc 
  • « Les parfums de Tours », La Touraine Républicaine,‎ (lire en ligne, consulté le 6 novembre 2018).

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. a et b « "Louis" Jacques Marie Dubreuil-Chambardel », sur la base de données généalogique Geneanet (consulté le 5 novembre 2018).
  2. a b et c « Tours 14-18 : Quelques figures marquantes de l'École de Médecine et de Pharmacie de Tours » [PDF], sur le site de l'Université de Tours (consulté le 5 novembre 2018), p. 1 et 7.
  3. a b et c « Collection des registres d'état civil numérisés - Décès, 1927 », sur le site des archives départementales d'Indre-et-Loire (consulté le 8 novembre 2018), p. 247.
  4. a b c d e f g h i j k et l « Création du dépôt d’éclopés d’Hesdin », sur le site des Archives départementales du Pas-de-Calais, (consulté le 5 novembre 2018).
  5. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v et w V. Bugiel, « Dr Louis Dubreuil-Chambardel. », Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris, vol. VIIe Série, t. 8,‎ , p. 169-175 (DOI 10.3406/bmsap.1927.9133, lire en ligne, consulté le 30 août 2018).
  6. a b c d e f et g Pierre Leveel, « Les « grands ancêtres » de la Société archéologique de Touraine », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 42,‎ , p. 82 et 83 (lire en ligne, consulté le 8 novembre 2018).
  7. Pierre Blanc (dir.), Indicateur marseillais : guide du commerce : annuaire du département des Bouches-du-Rhône pour l'année 1880, vol. 40e année, Impr. de Barlatier-Feissat et Demonchy, (lire en ligne), p. 231.
  8. « Collection des registres d'état civil numérisés - Décès, 1922 », sur le site des archives départementales d'Indre-et-Loire (consulté le 8 novembre 2018), p. 384.
  9. a b c et d Catherine Réault-Crosnier, « Hommage à Philippe Dubreuil-Chambardel », Publications de l'Académie Berrichone,‎ (lire en ligne, consulté le 30 août 2018).
  10. Maurice Limouzi, « Orléannais », La Revue du Centre, no 5,‎ (lire en ligne, consulté le 5 novembre 2018).
  11. (pt) Joaquim Alberto Pires de Lima (pt), As anomalias dos membros nos Portugueses, Araujo & Sobrinho, , 177 p. (lire en ligne), p. 73 et 77.
  12. « Société d'Anthropologie de Paris », Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris, VII° Série, t. 9, no fascicule 1-3,‎ , p. 7 (lire en ligne, consulté le 7 novembre 2018).
  13. « Séance du  : Nécrologie », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, Société archéologique de Touraine, t. 23, no 2,‎ (lire en ligne, consulté le 6 novembre 2018).
  14. « Auteur Louis Dubreuil-Chambardel », sur le site de la Société archéologique, scientifique et littéraire du Vendômois (consulté le 17 octobre 2018).
  15. François-Olivier Touati, « Un des célèbres moines-médecins de l'abbaye de Marmoutier au XIe siècle », Mémoires de l’Académie des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Touraine, Académie des sciences, arts et belles-lettres de Touraine, t. 28,‎ , p. 5-6 (lire en ligne [PDF], consulté le 28 novembre 2018)
  16. « La médecine en Touraine au XIe siècle : Conférence faite le à l'Institut tourangeau par le Dr Louis Dubreuil-Chambardel », La Gazette médicale du Centre,‎ , p. 77 à 83 (lire en ligne [PDF], consulté le 17 novembre 2018).
  17. « Table des bulletins et des mémoires », Bulletins de la Société archéologique de Touraine,‎ , p. 384 (lire en ligne, consulté le 18 novembre 2018).
  18. Émile Aron, « Louis Dubreuil-Chambardel », dans Figures tourangelles, CLD, 205 p. (lire en ligne).
  19. Gérard Cordier, Figures médicales tourangelles : le Dr Dubreuil-Chambardel (1879-1927) : son œuvre scientifique, Tours, Mutualiste de Touraine, .
  20. Gérard Cordier, « N'oublions pas! (A propos de récentes discussions sur les livres de beurre du Grand-Pressigny). », Bulletin de la Société préhistorique de France, t. 44, nos 9-10,‎ , p. 284 (DOI https://doi.org/10.3406/bspf.1947.2196, lire en ligne, consulté le 6 novembre 2018).
  21. a et b Jean-Claude Marquet, « Histoire de la Préhistoire en Touraine - Louis Dubreuil-Chambardel », dans La Préhistoire en Touraine, (lire en ligne), p. 26 à 29.
  22. Alain Ferdière, Jean-Claude Marquet et C. Loubin, « Historique des recherches archéologiques », dans Elisabeth Zadora-Rio, Atlas archéologique de Touraine, 53e Supplément à la RACF, (lire en ligne).

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Yves Coppens (dir.), chap. 1 « Quelques grands noms de la Préhistoire tourangelle », dans La Préhistoire en Touraine, Presses universitaires François-Rabelais, , 363 p. (lire en ligne).
  • Jean-Claude Marquet, « Histoire de la Préhistoire en Touraine - Louis Dubreuil-Chambardel », dans La Préhistoire en Touraine, (lire en ligne), p. 26 à 29.  
  • V. Bugiel, « Dr Louis Dubreuil-Chambardel. », Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris, vol. VIIe Série, t. 8,‎ , p. 169-175 (DOI 10.3406/bmsap.1927.9133, lire en ligne, consulté le 30 août 2018).  
  • Gérard Cordier, Figures médicales tourangelles : le Dr Dubreuil-Chambardel (1879-1927) : son œuvre scientifique, Tours, Mutualiste de Touraine, .  
  • Catherine Réault-Crosnier, « Hommage à Philippe Dubreuil-Chambardel », Publications de l'Académie berrichone,‎ (lire en ligne, consulté le 30 août 2018).  
  • Danielle Jacquart (dir.), Danièle James-Raoul (dir.) et Olivier Soutet (dir.), « Le manuscrit du Cogner, un réceptaire médiéval », dans Par les mots et les textes : mélanges de langue, de littérature et d'histoire des sciences médiévales offerts à Claude Thomasset, Presses Paris Sorbonne, , 896 p. (lire en ligne).
  • Émile Aron, « Louis Dubreuil-Chambardel », dans Figures tourangelles, CLD, 205 p. (lire en ligne).  
  • Pierre Leveel, « Les « grands ancêtres » de la Société archéologique de Touraine », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 42,‎ , p. 82 et 83 (lire en ligne, consulté le 8 novembre 2018).  
  • Maurice Limouzi, « Orléannais », La Revue du Centre, no 5,‎ (lire en ligne, consulté le 5 novembre 2018).  
  • « Séance du  : Nécrologie », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, Société archéologique de Touraine, t. 23, no 2,‎ (lire en ligne, consulté le 6 novembre 2018).  
  • Philippe DUBREUIL-CHAMBARDEL, Louis Dubreuil-Chambardel, grand savant et honnête homme, CLD, 1998, 138 p. (https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb37000505f).  
  • Dictionnaire des scientifiques de Touraine, Académie des sciences, arts et belles-lettres de Touraine, 2017

Articles connexesModifier

Liens externesModifier