Ouvrir le menu principal

Spolia

réutilisation de pièces et œuvres d'art de monuments antérieurs comme matériaux de construction dans un nouveau monument

Les spolias (neutre pl. du latin spolium) ou remplois/réemplois, désignent la réutilisation de matériaux (spécialement colonnes, chapiteaux et plaques de marbre) ainsi que d’œuvres d’art de monuments déjà existants comme matériaux de construction dans un nouvel édifice soit pour des raisons idéologiques, soit pour des considérations purement économiques. De façon plus large, ce phénomène d’appropriation désigne également l’utilisation d’œuvres d’art ou de pièces de monuments étrangers prises à l’ennemi pour embellir la ville du vainqueur en les intégrant dans de nouveaux ensembles.

Les spolia : réemploi économique ou appropriation culturelle ?Modifier


De nombreuses raisons peuvent expliquer la réutilisation de matériaux : aux motifs économiques et militaires se sont ajoutés des motifs idéologiques, esthétiques ou apotropaïques[N 1] ces derniers supplantant les premiers au cours des siècles, surtout lorsque les républiques italiennes d’Amalfi, Salerne, Gênes, Pise et Venise aux XIe siècle et XIIe siècle utiliseront les spolia pour illustrer leur puissance commerciale aussi bien que leur supériorité militaire[1].

La principale raison de la réutilisation de matériaux anciens dans la construction de nouveaux édifices fut au départ d’ordre économique et militaire. Si au début de l’empire romain peu de cités étaient fortifiées, les choses changeront avec l’extension de l’empire et les batailles incessantes avec de nouveaux adversaires : ainsi, à la fin du IIIe siècle près de cent quatre-vingt cités possédaient des fortifications. Pour les construire, il était possible en temps de paix d’aller chercher au loin de nouveaux blocs de pierre et de les tailler sur place, mais en temps de guerre (par exemple, lors des invasions de la Gaule au IIIe siècle) le réemploi de matériaux existant dans un environnement proche permettait de sauver du temps. Les bornes kilométriques et les pierres tombales étaient alors réutilisées telles qu’elles et on n’hésitait pas à démolir d’importants édifices publics pour en réutiliser les pierres comme ce fut le cas à Sens pour les bains publics, à Beauvais où fut réutilisé le temple du Mont Capron, de même que des parties d’amphithéâtres à Paris, Metz et Soissons[2]. Une chronique du XIIe siècle mentionne que la chapelle palatine d’Aix-la-Chapelle fut construite avec des pierres provenant des murs de Verdun[3].

On a aussi expliqué la multiplication des spolia dans édifices construits depuis Constantin par la situation économique déclinante de l’Empire romain. Effectivement, la production de nouveaux chapiteaux et colonnes diminua considérablement à partir du IVe siècle. La production de porphyre rouge semble avoir cessé en 450 et la plupart des carrières de marbre semblent avoir été abandonnées au VIe siècle ou VIIe siècle[4]. Toutefois, la réutilisation d’éléments anciens dans de nouveaux édifices de prestige n’avait pas que des raisons économiques puisqu’elle n’allait pas sans frais additionnels. Les différents éléments devaient être trouvés, réunis, transportés et adaptés à leur nouvelle utilisation. À la construction de colonnes et chapiteaux à l’endroit où devait être érigé le nouvel édifice, se substituèrent des dépôts où l’on regroupa les anciens matériaux et où on leur donnait la forme voulue avant leur envoi vers leur nouvelle destination. Deux des premiers édifices à utiliser abondamment les spolia sont l’Arc de Constantin (315) et la basilique San Giovanni in Laterano (Saint-Jean-du-Latran, vers 312-313) construits à Rome sur ordre de Constantin. On y constate une utilisation voulue des anciens matériaux et leur disposition suivant une volonté trahissant une nouvelle esthétique, quelque chose qui n’est pas sans ressemblance avec l’engouement contemporain pour le « recyclage ». De fait, dans les textes légiférant la réutilisation de matériaux[N 2] le terme « spolia » n’est guère utilisé; on emploie plutôt l’expression « rediviva saxa » (litt : les pierres ayant une nouvelle vie), suggérant un intérêt conscient pour faire revivre l’histoire dans la réalité contemporaine de l’époque[5].

De même, près de cinq cents ans plus tard, selon Éginhard, Charlemagne (empereur 800 – 814) aurait fait venir des colonnes de marbre de porphyre et de granit de Rome et de Ravenne pour les incorporer dans sa chapelle palatine afin de donner à celle-ci, symbole de l’empire renouvelé, des liens concrets avec l’ancien Empire romain[6]. Des éléments architecturaux ou sculpturaux faisant partie des “dépouilles” apportées des campagnes militaires et incorporés dans de nouveaux édifices soulignaient, en embellissant la capitale, la victoire remportée sur les ennemis et la supériorité de la culture du vainqueur.

Enfin, les spolia pouvaient jouer un rôle apotropaïque, c’est-à-dire servant à conjurer le mauvais sort et à détourner les influences maléfiques. C’est ainsi, par exemple, que Clive Foss interprète l’ajout de croix au Ve siècle sur les murs des temples de Rome et d’Auguste à Ankara (anciennement Ancyre). Selon l’historien, il s’agissait d’éloigner les daimones qui auraient pu être restés dans les pierres de ces anciens édifices païens[7]. Le christianisme adoptait et adaptait ainsi une pratique d’usage courant dans le monde pré-chrétien. Liz James note que des statues placées sur le côté et faisant face à l’extérieur furent incorporées avec soin dans les murs de la ville d’Ankara au VIIe siècle. Dans cet exemple, comme dans des exemples similaires trouvés à Milet, Sarde, et Pergame, on tentait, en renversant la statue « de placer celle-ci sous son propre contrôle et d’acquérir la force du dieu rival pour son propre bénéfice[8] ». C’est peut-être également dans cette perspective que les deux têtes de méduses servant de point d’appui à des colonnes dans la citerne-basilique construite sous Justinien sont, l’une renversée, l’autre sur le côté.

HistoriqueModifier

En latin classique, le terme « spolium » (dont nous est resté le verbe « spolier ») désignait littéralement la peau ou le cuir pris sur un animal. Le pluriel, « spolia » était utilisé pour désigner la prise violente de quelque chose, comme typiquement, le butin de guerre. Cicéron par exemple utilise le terme pour décrire comment Verres dépouilla la Sicile de ses antiquités[9].

Dans l’AntiquitéModifier

Thucydide nous donne un premier exemple de réutilisation à des fins militaires et pour des raisons d’urgence lorsqu’il explique comment les Athéniens rebâtirent leur ville après la retraite des Perses en 479 av. J.-C. :

« De cette façon les Athéniens rebâtirent leur cité en très peu de temps. Même aujourd’hui on peut voir que les édifices furent construits à la hâte. Les fondations sont faites de différentes sortes de pierre, quelques fois même pas taillées pour s’insérer dans un ensemble, mais simplement déposées là à leur arrivée; nombreuses sont les colonnes venant de tombes ainsi que les fragments de sculptures mélangés au reste. C’est ainsi que les limites de la cité purent être étendues de tous les côtés, utilisant dans la hâte tout ce qui tombait sous la main sans rien épargner[10]. »

Le réemploi des matériaux de construction allait de soi à une époque où ces matériaux étaient non seulement chers mais également rares. On réemployait volontiers les matériaux d’édifices en ruines ou délaissés par les précédents occupants dans la construction de nouveaux édifices. Ce fut le cas des ruines des villes de Tralleis, antique capitale de la Cari (aujourd’hui au sud-ouest de la Turquie) détruite par un tremblement de terre en 26 av. J.-C. qui furent réutilisées lors de la reconstruction de la ville sous César Auguste. À Istanbul, la citerne basilique appelée aujourd’hui Yerebatan Sarnıcı, construite par l’empereur Justinien après la sédition de Nikè en 532, est soutenue par 12 rangées de 28 colonnes en marbre, soit un total de 336 colonnes, nombre d’entre elles surmontées de chapiteaux d'ordre corinthien venant d’anciens édifices, et deux d'entre elles possèdent une base faite d'un bloc en remploi, présentant une tête de Méduse sculptée mais posées l’une à l’envers, l’autre sur le côté [11].

Aux motifs utilitaires pouvaient déjà s’ajouter d’autres motifs. C’est ainsi que le temple d’Apollon Sosias construit à Rome au IIIe siècle av. J.-C. contient des spolia du Ve siècle incorporés manifestement comme un rappel historique d’une période antérieure[12].

À cette période, particulièrement en Afrique du Nord et en Asie mineure, les guerres perpétuelles de l’Empire romain contre divers ennemis firent en sorte que nombre de murailles de villes reconstruites le furent à partir des ruines des mêmes villes préalablement abandonnées. Justinien, entre autres, que Procope qualifie de remarquable bâtisseur, fut peut-être autant un « rénovateur » qu’un « bâtisseur » et nul doute que les murs de villes comme Kertsch (en Crimée) et Sébastopol le furent à partir des ruines des mêmes villes abandonnées précédemment[13].

Au cours de l’Antiquité tardive, l’utilisation de spolia venant de temples païens célébra le triomphe du christianisme. Ainsi, les auteurs de la « Vie de Porphyrios de Gaza » voient dans le réemploi des marbres du temple de Zeus Marnas de Gaza pour en faire le sol de la nouvelle cathédrale le symbole du christianisme foulant aux pieds le paganisme[14]. Dans le cas de cette dernière cathédrale, construite de 402 à 407, la majorité de la population (plusieurs milliers d’habitants) était encore païenne, la communauté chrétienne ne comptant que 280 personnes. Le plan de la nouvelle église fut l’objet d’une controverse, certains voulant conserver le plan de l’ancien temple, d’autres se refusant à garder un vestige de paganisme. La question fut tranchée par l’impératrice Eudoxie elle-même, laquelle décida que l’église devrait avoir un plan cruciforme; l’année suivante l’impératrice fit parvenir trente-deux colonnes de marbre de Caryste provenant d’Eubée, lesquelles durent être intégrée à la construction alors que la partie inférieure des murs étaient déjà construits[15].

Moyen ÂgeModifier

Avec l’art roman, les spolia furent utilisées de façon planifiée. Certaines églises présentent ainsi des portails empruntés à des époques antérieures, comme à Aix-la-Chapelle et Ravensburg en Allemagne, en Toscane en Italie, ou à Perpignan ou Romainmôtier en France. La cathédrale de Syracuse incorpore des colonnes provenant d’un temple grec antérieur construit au même endroit. Les colonnes de la chapelle palatine d’Aix-la-Chapelle proviennent de Ravenne. À Aix-en-Provence, le château des comtes de Provence intègre deux tours provenant des ruines de la porte monumentale de la voie vers Rome (Tours du Trésor et du Chaperon) ainsi qu’une autre ruine qui devait être un mausolée , car des urnes funéraires y furent trouvées[2].

Le remploi était également pratiqué au Moyen Âge dans des œuvres d'orfèvrerie. La croix de Lothaire, à Aix-la-Chapelle, inclut un portrait en camée de l'empereur Auguste. Dans la croix de Herrimann (de) à Cologne, la tête du Christ, en lapis-lazuli de couleur bleue, est en réalité un portrait antique, peut-être de Livie, épouse d'Auguste[16]. Le remploi d'un camée représentant Auguste dans la croix de Lothaire a fait l'objet d'interprétations diverses : réinterprétation en tant que tête du Christ par le procédé dit d'interpretatio christiana, représentation du donateur, allusion au rôle du Christ comme roi du Ciel[17].

Les pièces de monnaie anciennes furent également reconverties en bijoux de toutes sortes. L’art mérovingien entre autres montre de nombreux exemples de pendentifs, médaillons et bagues surtout à partir du VIIe siècle coutume qui s’étendit jusqu’au VIIe siècle[18].

RenaissanceModifier

 
Portique de Santa Maria in Trastevere (Rome). Décoration faite de fragments d’inscriptions et de sarcophages antiques.

Avec l’expansion territoriales des villes à la fin du Moyen Âge, nombre de villes se virent contraintes de démolir leurs enceintes originelles dont les pierres furent mises à contribution par la nouvelle bourgeoisie dans la construction des églises et palais qui se multipliaient à l’époque. Ainsi, à Reims, au temps de Louis le Pieux (r. 778 – 840), l’archevêque demanda la permission de l’empereur pour utiliser les pierres du vieux mur romain dans la reconstruction de la cathédrale[19].

Poursuivant cette évolution, les spolia furent surtout utilisés à la Renaissance (alors que l’on redécouvrait l’Antiquité) comme des réminiscences conscientes du passé et un symbole de puissance pour les républiques italiennes dont la prédominance commerciale s’affirmait en Méditerranée. Loin d’être intégrés au hasard dans les nouveaux édifices, ils étaient collectionnés avec soin et mis en valeur dans les cathédrales, villas et palaces des nouveaux riches de l’époque.

 
La basilique, après la reconstruction de 976 - 1094, sans les ajouts du XIIIe siècle qui virent l’addition de nombreux spolia.

Un des exemples les plus caractéristiques de cette tendance est sans doute la cathédrale Saint-Marc de Venise. Vers 1060, le doge Domenico Contarini décida, afin de conserver les reliques de saint Marc de reconstruire la basilique détruite lors d’une révolte en 976. Les architectes de la nouvelle église vinrent de Constantinople pour bâtir « un superbe temple singulier et rare[20].» qui prit comme modèle l'église des Saints-Apôtres de Constantinople (536-546). Les travaux commencèrent vers 1063, mais ce n’est que dans la première moitié du XIIIe siècle, donc après la prise de Constantinople, que le narthex[N 3] et la nouvelle façade furent construits et la plupart des mosaïques complétées, incorporant de nombreuses œuvres d’art, telles mosaïques, colonnes, chapiteaux et frises prises à Constantinople[21]. Les 2 600 colonnes de marbre, porphyre, jaspe, serpentine et albâtre, ont été rapportées pour la plupart après des conquêtes de l’époque et envoyées comme butin à Saint-Marc (tout comme le célèbre quadrige antique de bronze doré des Chevaux également envoyé à Venise par le doge Enrico Dandolo après la capture de Constantinople). Pour la plupart, elles ne remplissent aucune fonction structurelle, mais servent de décoration, soulignant la nouvelle puissance de Venise[22]. Par la suite, les murs extérieurs, originellement de briques, furent couverts de plaques de marbre et de sculptures, nombre d’entre elles des spolia puisque certaines sont beaucoup plus vieilles que la basilique elle-même telle celle des quatre tétrarques, sculpture de porphyre datant du IVe siècle venant d’Asie mineure que l’on trouve près de la « Porta della Carta »[23].

Autres cultures et époquesModifier

 
Salle de prière de la Grande Mosquée de Kairouan (Tunisie).
 
Spolium intégré à la façade du nouvel hôtel de ville de la ville de Wrocław (Pologne).

L’emploi de spolia n’appartient pas qu’à la culture occidentale. Lorsque Saladin voulut réparer la mosquée Al-Aksa de Jérusalem en 1187, il « fit venir du marbre dont on ne pourrait trouver le pareil, de cubes (de verre) dorés... la façon byzantine, et autres objets nécessaires, le tout amassé depuis longues années[24]. Plusieurs siècles plus tard, la salle de prière de la Grande Mosquée de Kairouan (Tunisie), un édifice majeur de l’Islam au IXe siècle réemploie, comme beaucoup d’autres mosquées de cette période, nombre d’éléments préislamiques, notamment des centaines de colonnes, de marbre et de granite, provenant d’édifices romains et chrétiens byzantins du IIe siècle au VIe siècle.

Ce rappel réel ou poétique de l’atmosphère des siècles passés fut également à l’origine de la construction de ruines à la période romantique des XVIIIe siècle et XIXe siècle fragments ou édifices entiers invoquant la nostalgie du passé, sans toutefois nécessairement y intégrer de spolia.

De nos jours, des spolia sont consciemment intégrés dans l’architecture de certains édifices, comme dans le nouvel hôtel de ville de Wrokłav en Pologne, afin de conserver physiquement et spirituellement l’héritage des siècles passés, tout en les replaçant dans un contexte qui évoque davantage leur emploi premier qu’une présentation hors contexte dans un musée.

BibliographieModifier

  • (en) Alchermes, J. "Spolia in Roman Cities of the Late Empire: Legislative Rationales and Architectural Reuse", Dumbarton Oaks Papers 48 (1994), pp. 167–78.
  • (en) Bassett, S. The urban image of late antique Constantinople, Cambridge, Cambridge University Press, 2004 (ISBN 978-0-521-82723-2).
  • (en) Barker, A. Philip. Techniques of Archaeological Excavation, Routledge, 1977.
  • (en) Bosman, L. The power of tradition: Spolia in the architecture of St. Peter's in the Vatican Hilversum, Uitgeverij Verloren, 2004, (ISBN 978-9065508232).
  • (en) Brenk, B. “Spolia from Constantine to Charlemagne: Aesthetics versus Ideology”, Dumbarton Oaks Papers 41 (1987), pp. 103–09.
  • (en) Brenk, B. "Sugers Spolien", Arte Medievale 1 (1983), pp. 101–107.
  • (it) Brilliant, R. "I piedistalli del Boboli Garden|giardino di Boboli: spolia in se, spolia in re", Prospettiva 31 (1982), pp. 2–17.
  • (en) Bruzelius, Caroline. "Columpnas marmoreas et lapides antiquarum ecclesiarum: The Use of Spolia in the Churches of Charles II of Anjou", in Arte d'Occidente: temi e metodi. Studi in onore di Angiola Maria Romanini . Rome, 1999, pp. 187–95.
  • (de) Deichmann, F.W. Die Spolien in der spätantike Architektur, (conférence donnée en 1974), Munich, Bayerische Akademie der Wissenschaften, Philosophisich-historisch Klasse, 1975, heft 6.
  • (en) Demus, Otto. The Mosaic Decoration of San Marco Venice (1 volume version, edited by Herbert L. Kessler), University of Chicago Press, 1988, (ISBN 0226142922).
  • (fr) Du Colombier, P. Les chantiers des cathédrales: ouvriers, architectes, sculpteurs. Paris, 1973.
  • (en) Elsner, J. "From the Culture of Spolia to the Cult of Relics: The Arch of Constantine and the Genesis of Late Antique Forms", Papers of the British School at Rome 68, 2000, pp. 149–84.
  • (de) Esch, A. "Spolien: Zum Wiederverwendung antike Baustücke und Skulpturen in mittelalterlichen Italien", Archiv für Kunstgeschichte 51 (1969), pp. 2–64.
  • (en) Flood, F.B. "The Medieval Trophy as an Art Historical Trope: Coptic and Byzantine 'Altars' in Islamic Contexts", Muqarnas 18, 2001.
  • (en) Frey, J.M. Spolia in Fortifications and the Common Builder in Late Antiquity Leiden, 2016, (ISBN 978-9-004-28967-3).
  • (en) Greenhalgh, M. The Survival of Roman Antiquities in the Middle Ages, London, 1989. [en ligne][1]
  • (it) Greenhalgh, M. "Spolia in fortifications: Turkey, Syria and North Africa", in Ideologie e pratiche del reimpiego nell'alto medioevo, Settimane di Studi del Centro Italiano di Studi sull'Alto Medioevo, 46, Spoleto, 1999. [en ligne: [2]
  • (en) Hansen, M. Fabricius. The eloquence of appropriation: prolegomena to an understanding of spolia in early Christian Rome, Rome, L’erma di Bretschneider, 2003, (ISBN 88-8265-237-8).
  • (en) Harrison, Roy M. A Temple for Byzantium: The Discovery and Excavation of Anicia Juliana's Palace-Church in Istanbul, Londres, 1989. (ISBN 978-0292781092).
  • (en) Howard, Deborah . The Architectural History of Venice (2nd edn), Yale, 2004. (ISBN 978-0-300-09029-1).
  • (en) James, Liz. “Pray Not to Fall into Temptation and Be on Your Guard: Pagan Statues in Christian Constantinople” Gesta 35.1, 1996, pp. 12–20.
  • (en) Kazhdan, Alexander (dir.). Oxford Dictionary of Byzantium. New York et Oxford, Oxford University Press, 1991, (ISBN 978-0-19-504652-6).
  • (en) Kiilerich, B. "Making Sense of the Spolia in the Little Metropolis in Athens", Arte medievale n.s. anno IV, 2, 2005, pp. 95-114.
  • (en) Kiilerich, B. "Antiquus et modernus: Spolia in Medieval Art - Western, Byzantine and Islamic", (in) Medioevo: il tempo degli antichi, ed. A.C. Quintavalle, Milan 2006, pp. 135-145.
  • (en) Kinney, D. "Spolia from the Baths of Caracalla in Sta. Maria in Trastevere", Art Bulletin 68 (1986), pp. 379–97.
  • (en) Kinney, D. "Rape or Restitution of the Past? Interpreting Spolia", (in) S.C. Scott, ed., The Art of Interpreting, University Park, 1995, pp. 52–67.
  • (en) Kinney, D. "Making Mute Stones Speak: Reading Columns in San Nicola in Carcere and Santa Maria Antiqua", (in) C.L. Striker, ed., Architectural Studies in Memory of Richard Krautheimer, Mainz, 1996, pp. 83–86.
  • (en) Kinney, D. "Spolia. Damnatio and renovatio memoriae", Memoirs of the American Academy in Rome 42, 1997, pp. 117–148.
  • (en) Kinney, D. "Roman Architectural Spolia", Proceedings of the American Philosophical Society 145, 2001, p. 138–161.
  • (en) Kinney, D. "Spolia", (in) W. Tronzo, ed., St. Peter's in the Vatican, Cambridge, 2005, pp. 16–47.
  • (en) Kinney, D. "The concept of Spolia", (in) C. Rudolph, ed., A Companion to Medieval Art: Romanesque and Gothic in Northern Europe, Oxford, 2019, (ISBN 978-1119077725), pp. 233–252.
  • (it) de Lachenal, L. Spolia: uso e rempiego dell'antico dal III al XIV secolo, Milan, 1995, (ISBN 978-8-830-41313-9).
  • (it) Liverani, P. "Reimpiego senza ideologia: la lettura antica degli spolia dall’arco di Costantino all’età carolingia", (in) Römische Mitteilungen, 111 (2004), pp. 383–434.
  • (en) Lomax, J. “Spolia" as Property, (in) Res Publica Litterarum 20 (1997), pp. 83–94.
  • (it) Lorenzatti, S. Vicende del Tempio di venere e Roma nel medioevo e nel Rinascimento, (in) "Rivista dell’Istituto Nazionale di Archeologia e storia dell’Arte", 13. 1990, pp. 119–138.
  • (en) Mango, C. "Ancient Spolia in the Great Palace of Constantinople", (in) Byzantine East, Latin West. Art Historical Studies in Honor of Kurt Weitzmann, Princeton, 1995, pp. 645–57.
  • (en) Matthews, Karol Rose. Conflict, Commerce, and an Aesthetic of Appropriation in the Italian Maritime Cities, 1000-1150. Brill, 2018, (ISBN 978-90-04-36080-8).
  • (de) Meier, H.-R, "Vom Siegeszeichen zum Lüftungsschacht: Spolien als Erinnerungsträger in der Architektur", (in) Hans-Rudolf Meier und Marion Wohlleben (eds.), Bauten und Orte als Träger von Erinnerung: Die Erinnerungsdebatte und die Denkmalpflege (Zürich: Institut für Denkmalpflege der ETH Zürich, 2000, pp. 87–98. [en ligne] pdf.
  • (de) Poeschke, J. & H. Brandenburg, eds., Antike Spolien in der Architektur des Mittelalters und der Renaissance, Munich, 1996, (ISBN 978-3777468709).
  • (fr) Romanelli, Giandomenico. L'art de Venise. Édition Place des Victoires, Paris, 2007 (ISBN 978-2-84459-172-2).
  • (en) H. Saradi, "The Use of Spolia in Byzantine Monuments: the Archaeological and Literary Evidence", (in) International Journal of the Classical Tradition, 3 (1997), pp. 395–423.
  • (de) Schäfer, Annette. Spolien: Untersuchungen zur Übertragung von Bauteilen und ihr politischer Symbolgehalt am Beispiel von St-Denis, Aachen und Magdeburg (M.A. thesis, Bamberg, 1999).
  • (it) Settis, S. “Continuità, distanza, conoscenza: tre usi dell’antico”, (in) S. Settis, ed., Memoria dell’antico nell’arte italiana, Torino, 1985, III. pp. 373–486.
  • (en) Ward-Perkins, B. From Classical Antiquity to the Middle Ages: Urban Public Building in Northern and Central Italy A.D. 300–850, Oxford, Oxford Historical Monographs, 1984, (ISBN 978-0-198-21898-2).
  • (en) Wright, R.P. and Jackson, K.H. (1968) `A Late Inscription from Wroxeter', The Antiquaries Journal, 48, part 2, 1968 pp. 296-300.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Visant à conjurer le mauvais sort ou à détourner les influences maléfiques.
  2. Voir par exemple le Codex Theodosius, 15.1. : « Travaux publics », « De aedificis publicis »; Leges novellae ad Theodosianum pertinentes, Nov. IV, 161; Cassiodorius, Variarum libri XII.
  3. Portique interne aménagé à l'entrée de certaines églises paléochrétiennes ou médiévales et qui fait transition entre l'extérieur et l'intérieur; c'est un espace intermédiaire avant d'accéder à la nef proprement dite.

RéférencesModifier

  1. Matthews (2018) Introduction, pp. 1-23
  2. a et b Greenhalgh (1989), chap. 4 : « Town walls and re-used antiquities »)
  3. Kinney (2006) p. 234
  4. Mango (1978) p. 14
  5. Hansen (2003) « 1.1. Prélude », pp. 11-20
  6. Kinney (2006) pp.  235, 241
  7. Foss (1977) p.  65
  8. James (1996) p. 16
  9. Hansen (2003) p. 7
  10. Thucydide, 1.93, cité dans Greenhalgh (1989), chap. IV).
  11. Kazdhan (1991) « Cisterns », vol. 1, pp. 284-285
  12. Greenhalgh (1999) p. 1
  13. Greenhalgh (1999) p. 14
  14. Kazdhan (1991) « spolia », vol. 3, pp. 1939.
  15. Mango (1978) p. 16
  16. Kinney 2006, p. 235-236.
  17. Kinney 2006, p. 243, 247, 248.
  18. Greenhalgh (1989), chap. XI, « Portable works of art »
  19. Du Colombier (1973) p. 18
  20. Romanelli (2007) pp. 39-41
  21. Demus (1988) p. 6,Howard (2004) p. 25
  22. Harrisson (1980) p. 40
  23. Howard (2004) p. 25
  24. Extrait du Kamel-Altevarykh, III.705-6, cité par Greenhalgh (1999) p. 4

Liens internesModifier