Ribérac

commune française du département de la Dordogne

Ribérac
Ribérac
La mairie de Ribérac.
Blason de Ribérac
Blason
Ribérac
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Intercommunalité Communauté de communes du Périgord Ribéracois
(siège)
Maire
Mandat
Nicolas Platon
2020-2026
Code postal 24600
Code commune 24352
Démographie
Gentilé Ribéracois
Population
municipale
3 828 hab. (2021 en diminution de 2,64 % par rapport à 2015)
Densité 168 hab./km2
Population
agglomération
4 765 hab. (2019)
Géographie
Coordonnées 45° 14′ 47″ nord, 0° 20′ 15″ est
Altitude Min. 54 m
Max. 155 m
Superficie 22,79 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Ribérac
(ville-centre)
Aire d'attraction Ribérac
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton de Ribérac
(bureau centralisateur)
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Ribérac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Ribérac
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte topographique de la Dordogne
Ribérac
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
Ribérac
Liens
Site web Site officiel

Ribérac est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine. Ancienne sous-préfecture de 1801 à 1926, la commune a été le chef-lieu du canton de Ribérac, puis en 2015, est devenue son bureau centralisateur.

C'est le lieu de naissance au XIIe siècle d'un des plus célèbres troubadours, Arnaut Daniel.

Géographie modifier

Localisation modifier

À l'ouest du département de la Dordogne, la commune de Ribérac, entièrement située en rive gauche de la Dronne, principal affluent de l'Isle, est bordée à l'est par la Peychay qui la sépare de Saint-Méard-de-Drône.

La ville de Ribérac est établie de part et d'autre du Ribéraguet, un petit affluent de la Dronne. Elle est située, en distances orthodromiques, 24 kilomètres au nord de Mussidan et 30 kilomètres à l'ouest-nord-ouest de Périgueux, à l'intersection des routes départementales 13, 20, 708 (l'ancienne route nationale 708 et 709 (l'ancienne route nationale 709).

Jadis, les lignes ferroviaires Magnac-Touvre à Marmande, La Cave à Ribérac et Ribérac à Parcoul - Médillac, aujourd'hui désaffectées, se croisaient à la gare de Ribérac.

Ribérac est limitrophe de six communes. Son territoire est éloigné de 450 mètres de celui de Saint-Pardoux-de-Drône au sud-est, de moins de 500 mètres de celui de Bourg-du-Bost à l'ouest et de 650 mètres de celui de Celles au nord-est.

Géologie et relief modifier

Géologie modifier

Situé sur la plaque nord du Bassin aquitain et bordé à son extrémité nord-est par une frange du Massif central, le département de la Dordogne présente une grande diversité géologique. Les terrains sont disposés en profondeur en strates régulières, témoins d'une sédimentation sur cette ancienne plate-forme marine. Le département peut ainsi être découpé sur le plan géologique en quatre gradins différenciés selon leur âge géologique. Ribérac est située dans le troisième gradin à partir du nord-est, un plateau formé de calcaires hétérogènes du Crétacé[1].

Les couches affleurantes sur le territoire communal sont constituées de formations superficielles du Quaternaire datant du Cénozoïque, de roches sédimentaires du Mésozoïque. La formation la plus ancienne, notée c5c, date du Campanien 3, une alternance de marnes à glauconie et de calcaires crayo-marneux jaunâtres. La formation la plus récente, notée CFp, fait partie des formations superficielles de types colluvions indifférenciées de versant, de vallon et plateaux issues d'alluvions, molasses, altérites. Le descriptif de ces couches est détaillé dans les feuilles « no 757 - Ribérac » et « no 758 - Périgueux (ouest) » de la carte géologique au 1/50 000 de la France métropolitaine[2],[3] et leurs notices associées[4],[5].

 
Carte géologique de Ribérac.

Relief et paysages modifier

Le département de la Dordogne se présente comme un vaste plateau incliné du nord-est (491 m, à la forêt de Vieillecour dans le Nontronnais, à Saint-Pierre-de-Frugie) au sud-ouest (2 m à Lamothe-Montravel). L'altitude du territoire communal varie quant à elle entre 54 mètres[6] à l'extrême nord-ouest, là où la Dronne quitte la commune et continue sur celle de Comberanche-et-Épeluche, et 155 mètres[6] au sud, près du lieu-dit Enberry, en limite de la commune de Saint-Martin-de-Ribérac[6],[7], et son altitude moyenne est de 105 mètres[8]. À noter la présence de lieux-dits concernant des parties élevées de la commune et portant le nom de puy (Puy de Bellevue, le Puy du Cros et Puy des Vignes).

Dans le cadre de la Convention européenne du paysage entrée en vigueur en France le , renforcée par la loi du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, un atlas des paysages de la Dordogne a été élaboré sous maîtrise d’ouvrage de l’État et publié en [9]. Les paysages du département s'organisent en huit unités paysagères[Note 1],[10]. La commune est dans le Ribéracois, une région naturelle située au nord-ouest du département de la Dordogne et possédant un relief vallonné avec des altitudes moyennes comprises autour des 130-160 m, sculpté par la Dronne et ses nombreux affluents. Les paysages sont ondulés de grandes cultures dont les vastes horizons contrastent avec les paysages plus cloisonnés de la Dordogne[11],[12]. Le Ribéracois est entouré au nord par le Pays d'Horte et Tardoire et le Nontronnais, à l'est par le Périgord central, au sud par la Double et à l'ouest par le Montmorélien.

La superficie cadastrale de la commune publiée par l'Insee, qui sert de référence dans toutes les statistiques, est de 22,79 km2[6],[13],[Note 2]. La superficie géographique, issue de la BD Topo, composante du Référentiel à grande échelle produit par l'IGN, est quant à elle de 22,63 km2[3].

Hydrographie modifier

Réseau hydrographique modifier

La commune est située dans le bassin de la Dordogne au sein du Bassin Adour-Garonne[16]. Elle est drainée par la Dronne, la Peychay, le Ribéraguet, le ruisseau du Boulanger et par divers petits cours d'eau, qui constituent un réseau hydrographique de 30 km de longueur totale[17],[Carte 1].

La Dronne, d'une longueur totale de 200,56 km, prend sa source dans la Haute-Vienne dans la commune de Bussière-Galant et se jette en rive droite de l'Isle — dont elle est le principal affluent — à Coutras en Gironde, au lieu-dit la Fourchée, face à la commune de Sablons[18],[19]. Elle borde la commune au nord sur huit kilomètres, face à Villetoureix, Allemans et Comberanche-et-Épeluche en coulant d'est en ouest.

La Peychay, d'une longueur totale de 10,55 km, prend sa source vers 180 mètres d'altitude dans la commune de Segonzac et rejoint la Dronne en rive gauche à 60 mètres d'altitude, au sud-est du bourg de Villetoureix, en limite de Ribérac et Saint-Méard-de-Drône[20]. Elle longe Ribérac à l'est en coulant du sud au nord et en servant de limite communale sur plus de trois kilomètres, face à Saint-Méard-de-Drône.

Le Ribéraguet traverse Ribérac et son centre-ville en coulant du sud au nord. Ce ruisseau est long de 6,82 km. Il prend sa source à 138 mètres d'altitude sur la commune de Saint-Martin-de-Ribérac et rejoint la Dronne en rive gauche sur la commune de Ribérac[21], à 59 mètres d'altitude, environ un kilomètre au nord du centre-ville. Dans celui-ci le Ribéraguet est en partie couvert.

Le ruisseau du Boulanger (ou de Boulanger), long de 7,13 km, prend sa source à 113 mètres d'altitude dans la commune de Siorac-de-Ribérac et se jette dans la Dronne en rive gauche à 55 mètres d'altitude, au niveau de la commune de Ribérac[22], face au hameau de Rodesol (commune d'Allemans). Il coule du sud au nord sur quatre kilomètres et demi dans l'ouest de la commune de Ribérac et lui sert de limite territoriale au sud-ouest sur près de deux kilomètres, face à Vanxains.

Gestion et qualité des eaux modifier

Le territoire communal est couvert par le schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) « Isle - Dronne ». Ce document de planification, dont le territoire regroupe les bassins versants de l'Isle et de la Dronne, d'une superficie de 7 500 km2, a été approuvé le . La structure porteuse de l'élaboration et de la mise en œuvre est l'établissement public territorial de bassin de la Dordogne (EPIDOR)[23]. Il définit sur son territoire les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine, en respect des objectifs de qualité définis dans le troisième SDAGE du Bassin Adour-Garonne qui couvre la période 2022-2027, approuvé le [24].

La qualité des eaux de baignade et des cours d’eau peut être consultée sur un site dédié géré par les agences de l’eau et l’Agence française pour la biodiversité[Carte 2].

Climat modifier

Historiquement, la commune est exposée à un climat océanique aquitain[25]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est dans une zone de transition entre le climat océanique et le climat océanique altéré et est dans la région climatique Aquitaine, Gascogne, caractérisée par une pluviométrie abondante au printemps, modérée en automne, un faible ensoleillement au printemps, un été chaud (19,5 °C), des vents faibles, des brouillards fréquents en automne et en hiver et des orages fréquents en été (15 à 20 jours)[26].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 12,7 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 15,1 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 869 mm, avec 11,7 jours de précipitations en janvier et 6,7 jours en juillet[27]. Pour la période 1991-2020 la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Saint-Martin-de-Ribérac à 2 km à vol d'oiseau[28], est de 13,5 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 916,6 mm[29],[30]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[31].

Milieux naturels et biodiversité modifier

 
Le moulin de Papalis sur la Dronne.

Plusieurs zones de protection, principalement liées à la Dronne, sont délimitées sur le territoire communal.

Espaces protégés modifier

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[32],[33].

La commune fait partie du bassin de la Dordogne, un territoire d'une superficie de 24 000 km2 reconnu réserve de biosphère par l'UNESCO en et se situe dans sa « zone de transition »[34].

Réseau Natura 2000 modifier

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives habitats et oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 3]. Un site Natura 2000 a été défini en tant que ZSC sur la commune au titre de la directive habitats : la « vallée de la Dronne de Brantôme à sa confluence avec l’Isle »[36], d'une superficie de 5 825 ha, qui présente des boisements de zones bocagères et de prairies inondables avec des frayères potentielles[37] où ont été répertoriées vingt-trois espèces animales et une espèce végétale visées par l’annexe II de la directive habitats de l’Union européenne[38].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique modifier

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

En 2022, plus aucune ZNIEFF n’est recensée sur la commune d’après l'INPN[39].

Cependant, il existe une ZNIEFF de type 2[Note 4] concernant toute la partie de la vallée de la Dronne en aval de Saint-Pardoux-la-Rivière, donc le territoire de Ribérac : la « vallée de la Dronne de Saint-Pardoux-la-Rivière à sa confluence avec l’Isle »[40]. En janvier 2022, cette ZNIEFF semble ne plus concerner qu’un tronçon réduit à huit communes, depuis Comberanche-et-Épeluche jusqu’à Bonnes et Saint Aulaye-Puymangou[41].

Sites modifier

Deux sites pittoresques concernent le territoire communal :

  • le long de la Dronne, le site de la Rivière, (comprenant également le Grand Pont sur la commune de Villetoureix), est, sur plus de 56 hectares partagés avec les communes d'Allemans et Villetoureix, un site inscrit depuis 1991[42] ;
  • à environ trois kilomètres du centre-ville, au sud de la route départementale 710, le site de la Beauvière est, sur près de sept hectares, lui aussi inscrit depuis 1974[43].

Urbanisme modifier

Typologie modifier

Ribérac est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[44],[45],[46].

Elle appartient à l'unité urbaine de Ribérac, une agglomération intra-départementale regroupant deux communes[47] et 4 765 habitants en 2019, dont elle est ville-centre[48],[49].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Ribérac, dont elle est la commune-centre[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 24 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[50],[51].

Occupation des sols modifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (77,3 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (77,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (45,2 %), prairies (17,7 %), terres arables (14,4 %), zones urbanisées (14,1 %), forêts (5,5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (3,2 %)[52]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 3].

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Logement modifier

En 2018, on dénombre à Ribérac 2 523 logements se répartissant en 73,5 % de résidences principales, 7 % de résidences secondaires et 19,6 % de logements vacants[53].

Sur les 2 523 logements en 2018, 1 895 sont des maisons (75.1 %) et 620 sont des appartements (24.6 %).

En l'espace de vingt-huit ans, entre 1990 et 2018, le nombre de logements vacants est passé de 167 (8.1 %) à 493 (19.6 %).

En 2018, parmi les résidences principales, 57,5 % sont occupées par leurs propriétaires, 39,4 % par des locataires (dont 8,3 % pour des logements HLM loués vides) et 3 % par des occupants à titre gratuit.

Les résidences principales sont relativement anciennes : 18,8 % ont été construites avant 1919, 11,9 % entre 1919 et 1945, 21,5 % entre 1946 et 1970, 29,6 % entre 1971 et 1990, 10,1 % entre 1991 et 2005 et 8,1 % de 2006 à 2013.

Lieux-dits, hameaux et écarts modifier

  • au Caillou
  • aux Vignes
  • Bazas
  • Beauséjour
  • Brandillou
  • Chez Bréchou
  • Chez Faye
  • Chez Félix
  • Chez Gadaud
  • Chez Gone
  • Chez Leclerc
  • Chez Saudou
  • Chez Simonet
  • Enberry
  • Engauthier
  • Faye
  • Félard
  • Gayet
  • Jalinier Bas
  • Jalinier Haut
  • Janicot
  • Jean de Faye
  • la Beauvière
  • la Belaudie
  • la Borderie
  • la Charrouffie
  • la Côte
  • la Faurie
  • la Foresterie
  • la Fortune
  • la Friture
  • la Gaudinie
  • la Grande Clavelie
  • la Grande Ferrière
  • la Manie
  • la Petite Borderie
  • la Petite Clavelie
  • la Petite Ferrière
  • la Pichie
  • la Sarrazinie
  • la Vergne
  • Labonnelie
  • Labrousse
  • Lamothe
  • Lavivinie
  • le Bourboulou
  • le But
  • le Chalard
  • le Four
  • le Grolaud
  • le Moulin de la Claque
  • le Pavillon
  • le Prunier
  • le Ribéraguet
  • les Bidoux
  • les Bories
  • les Chaumes
  • les Fougères
  • les Français
  • les Francilloux
  • les Gaulies
  • les Jarisseaux
  • les Levrauts
  • les Montilloux
  • les Ormes
  • les Penelles
  • les Peyronnets
  • Maillepot
  • Mangou
  • Mérigaud
  • Moulin de Vézignol
  • Papalis
  • Plaisance
  • Puy de Bellevue
  • Puy de Cros
  • Ruisseau de Boulanger
  • Saint-Martial
  • Terradeau
  • Toutifaut
  • Vézignol
  • Villatte

Voies de communication et transports modifier

Voies routières modifier

Au nord, la route départementale (RD) 708 (ancienne route nationale (RN) 708) mène vers Angoulême et Nontron. Au sud-ouest, elle mène à Montpon-Ménestérol et à l'autoroute A89 (direction Bordeaux).

À l'est, la RD 710 (ancienne RN 710) mène à Périgueux et à l'autoroute A89 (direction Lyon).

Au sud-est, la RD 709 (ancienne RN 709) mène à Bergerac.

À l'ouest, la RD 20 mène à Aubeterre-sur-Dronne et la RD 5 à Saint Aulaye-Puymangou.

Au sud, la RD 13 mène vers Mussidan et l'autoroute A89 (directions Bordeaux et Lyon).

Équipement automobile des ménages modifier

En 2018, 83.3 % des ménages possèdent au moins une voiture (83.6 % en 2013). Ils sont 33.9 % des ménages à posséder deux voitures ou plus en 2018[54].

Transport ferroviaire modifier

La gare ferroviaire de Ribérac n'est plus active et abrite actuellement un Centre de vacances CCE-SNCF.

L'étoile ferroviaire de Ribérac était composée de quatre branches. La gare de Ribérac était reliée aux gares de Périgueux, d'Angoulême, de Mussidan, de Bergerac et de Parcoul - Médillac.

La ligne de La Cave à Ribérac est active de 1881 à 1940 pour le trafic voyageurs et de 1881 à 1951 pour le trafic marchandises. Elle permettait de relier Périgueux.

La ligne de Magnac - Touvre à Marmande est active de 1890 à 1942 pour la section Ribérac à Bergerac et de 1894 à 1951 pour la section de Ribérac à Angoulême. Elle permettait de relier Angoulême, Mussidan et Bergerac.

La ligne de Ribérac à Parcoul - Médillac est active de 1906 à 1940 pour le trafic voyageurs. Elle permettait de relier la gare de Parcoul - Médillac située sur la ligne Paris-Bordeaux.

Ces lignes ont été toutes déclassées en 1954.

Transport aérien modifier

L'aérodrome de Ribérac - Saint-Aulaye est situé à 6,5 km à l'ouest du centre-ville de Ribérac, sur la commune de Vanxains.

Il est utilisé pour la pratique d’activités de loisirs et de tourisme (aviation légère, hélicoptère et aéromodélisme).

L’aérodrome dispose d’une piste en herbe orientée est-ouest (05/23), longue de 860 mètres et large de 80 mètres.

Risques naturels et technologiques modifier

Prévention des risques modifier

Un plan de prévention du risque inondation (PPRI) a été approuvé en 2014 pour la Dronne — qui borde la commune au nord — à Ribérac, impactant ses rives, pouvant atteindre une largeur de 700 mètres au sud du lieu-dit la Rivière (situé en limite d'Allemans et de Villetoureix), ainsi que la partie aval de ses affluents la Peychay (les 1 800 derniers mètres) et le Ribéraguet (les 2 500 derniers mètres), ce dernier passant en centre-ville[55].

Qualité de l'environnement modifier

Prévention des risques modifier

Le territoire de la commune de Ribérac est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations, feux de forêts, mouvements de terrains et séisme (sismicité faible)[56]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[57].

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par débordement de cours d'eau, notamment la Dronne et la Peychay. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1983, 1986, 1988, 1993 et 1999[58],[56]. Le risque inondation est pris en compte dans l'aménagement du territoire de la commune par le biais du plan de prévention des risques inondation (PPRI) de la « vallée de la Dronne », couvrant 19 communes et approuvé le , pour les crues de la Dronne et du Ribéraguet[59],[60].

Ribérac est exposée au risque de feu de forêt. L’arrêté préfectoral du fixe les conditions de pratique des incinérations et de brûlage dans un objectif de réduire le risque de départs d’incendie. À ce titre, des périodes sont déterminées : interdiction totale du 15 février au 15 mai et du 15 juin au 15 octobre, utilisation réglementée du 16 mai au 14 juin et du 16 octobre au 14 février[61]. En septembre 2020, un plan inter-départemental de protection des forêts contre les incendies (PidPFCI) a été adopté pour la période 2019-2029[62],[63].

 
Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Ribérac.

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont des tassements différentiels[64]. Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie[65]. 91,1 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (58,6 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national métropolitain)[Carte 4]. Depuis le , en application de la loi ÉLAN, différentes contraintes s'imposent aux vendeurs, maîtres d'ouvrages ou constructeurs de biens situés dans une zone classée en aléa moyen ou fort[Note 7],[66].

La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par la sécheresse en 1989, 1991, 1992, 1995, 1997, 2011 et 2012 et par des mouvements de terrain en 1999[56].

Toponymie modifier

 
L'espace dialectal de l'occitan limousin, à l'ouest, Ribérac / Rabairac.

Dans les écrits, le nom apparaît au Xe siècle lié au château sous la forme Castellum Ribairac. On trouve ensuite successivement Ribeirac au XIIe siècle, Arribeyrac au XIIIe siècle puis Ribeyrac au XIXe siècle[67]. Son étymologie pourrait s'expliquer de deux façons différentes : soit à partir de riparius indiquant la présence de rives, soit dérivé du nom gallo-roman Rabirius suivi du suffixe -acum indiquant la propriété. Il correspondrait alors au « domaine de Rabirius »[67], ou simplement au « domaine de la rivière ».

En occitan, la commune porte le nom de Rabairac[68].

Sur la planète Mars, en , un affleurement rocheux, cible d'analyses effectuées par l'astromobile Curiosity de la NASA, est baptisé d'après la commune[69].

Histoire modifier

Antiquité modifier

Sur le territoire communal, à la Gaudinie et aux Mazerets, des traces d'occupation gallo-romaine ont été découvertes[67].

Moyen Âge modifier

En 848, à la suite des invasions des Normands, une construction de défense (un castellarium) est établie près d’un gué de la Dronne sur l’initiative du comte de Périgord et d’Angoumois[70].

Aux environs de l’an 1000, le seigneur de ce castellarium, Alchier le Sourd, fonde le château de Ribérac (Castellum Ribairac[67]), sur les hauteurs de la colline de l'actuel cimetière, près de l'ancienne église Notre-Dame[67]. Le château de Ribérac est possédé successivement par les maisons de Turenne, de Talleyrand, de Bergerac, de Pons, d’Aydie et de Chapt. Des habitations s’installent au pied des murs du château puis progressivement descendent vers le vallon du Ribéraguet[70].

Le château voit naître le troubadour Arnaut Daniel au milieu du XIIe siècle[70].

Temps modernes modifier

Le château connaît son apogée au XVIe siècle, à l’époque de Marie de Foix de Candale. Cette vicomtesse de Ribérac reçoit en 1565 la régente Catherine de Médicis et le futur roi Charles IX[70].

Les guerres de Religion laissent le château de Ribérac en piteux état et, petit à petit, il est délaissé par ses seigneurs[70].

Au XVIIIe siècle, avant la Révolution, la châtellenie de Ribérac s'étendait sur dix-sept paroisses : Allemans, Bersat, Bourg-du-Bost, Le Chalard, Combeyranche, Espeluche, la Faye, Festalens, Saint-André, Saint-Martial-de-Drone, Saint-Martin-le-Peint, Saint-Sulpice, Saint-Vincent-de-Connezac, Saint-Vincent-de-Jalmoutier, Siorac, Vanxains et Villetoureix[71].

Révolution française et Empire modifier

En 1790, Ribérac devient un chef-lieu de district[6]. Lors de la Révolution, le château est démantelé, ne conservant que sa terrasse dont la destruction aurait entraîné des éboulements sur un marché situé en contrebas[72].

En 1793, la commune de Faye fusionne avec celle de Ribérac[67] et dans les premières années de la Révolution, Saint Martial de Dronne en fait de même[73].

Dès 1800, Ribérac devient l'une des quatre sous-préfectures de la Dordogne[6] avec Bergerac, Nontron et Sarlat.

Époque contemporaine modifier

En 1851, la nouvelle commune de Saint-Martin-de-Ribérac est créée par démembrement d'une partie du territoire communal[74].

La commune perd la fonction de sous-préfecture par le décret-loi du , qui supprime 106 sous-préfectures sur toute la France.

Le , les Allemands prennent position à Ribérac et Mussidan, le général Walter Brehmer installant même son quartier général à Ribérac. Ils sillonnent la forêt de la Double orientale et déclenchent des incendies pour débusquer les maquisards[75]. Parmi la vingtaine de Français exécutés dans cette zone par les Allemands ce jour-là figuraient cinq habitants de Ribérac[Note 8], dont trois garagistes accusés d'avoir ravitaillé les véhicules des maquisards[75]. De nombreuses autres personnes arrêtées seront envoyées en déportation ou au STO[75].

Le après 22 h, un violent orage de grêle s'abat sur 36 communes du Ribéracois, touchant particulièrement Ribérac et Vanxains ; les dégâts matériels (toitures, véhicules, etc.) sont très importants et les cultures (blé, maïs, tournesol) ont été hachées[76].

Politique et administration modifier

Rattachements administratifs et électoraux modifier

Dès 1790, la commune de Ribérac est le chef-lieu du canton de Ribérac qui dépend du district de Ribérac jusqu'en 1795, date de suppression des districts. En 1801, le canton est rattaché à l'arrondissement de Ribérac jusqu'en 1926, date de sa suppression, puis à l'arrondissement de Périgueux[6].

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du 21 février 2014, et supprimant la moitié des cantons du département, la commune reste attachée au même canton qui devient plus étendu lors des élections départementales de mars 2015[77]. La commune en est le bureau centralisateur.

Intercommunalité modifier

Fin 1998, Ribérac intègre dès sa création la communauté de communes du Ribéracois dont elle est le siège. Celle-ci est dissoute au et remplacée au par la communauté de communes du Pays Ribéracois, renommée en 2019 communauté de communes du Périgord Ribéracois, dont elle est également le siège.

Tendances politiques et résultats modifier

Administrée par la gauche pendant quarante-trois ans (les socialistes Bernard Cazeau de 1971 à 2001, puis Rémy Terrienne après cette date), la ville de Ribérac passe à droite aux élections municipales de 2014, avec la liste de Patrice Favard, secrétaire départemental de l'UMP[78]. La liste d’Union de la gauche (LUG) conduite par Nicolas Platon remporte les élections municipales de 2020.

Administration municipale modifier

La population de la commune étant comprise entre 3 500 et 4 999 habitants au recensement de 2017, vingt-sept conseillers municipaux ont été élus en 2020[79],[80].

Liste des maires modifier

 
La mairie.
Liste des maires successifs[81],[82]
Période Identité Étiquette Qualité
août 1944 octobre 1947 Antoine Cruveiller   Ingénieur des travaux publics
octobre 1947 1962 Jules Brunet[Note 11]    
1962 1971 Henri Crassat    
1971 mars 2001 Bernard Cazeau PS Docteur en médecine
Conseiller régional d'Aquitaine (1977-1998)
Conseiller général du canton de Ribérac (1976-2015)
Président du Conseil général de la Dordogne (1994-2015)
mars 2001 mars 2014 Rémy Terrienne PS[84] Fonctionnaire des finances en retraite
Président de la CC du Ribéracois (2008-2013)
Président de la CC du Pays Ribéracois (janvier-avril 2014)
avril 2014[85] juillet 2020 Patrice Favard LR puis DVD[86] Fonctionnaire territorial
juillet 2020[87],[88] En cours Nicolas Platon PS[89] — liste de gauche[90] Fonctionnaire territorial
Conseiller régional de Nouvelle-Aquitaine (2021-)[91].

Jumelages modifier

 
Panneau de jumelage de Ribérac.

Politique environnementale modifier

Dans son palmarès 2023, le Conseil national de villes et villages fleuris de France a attribué deux fleurs à la commune[94].

Opération « un arbre pour les CM2 » : chaque enfant scolarisé en CM2 dans les écoles de Ribérac plante un arbre à son nom afin de symboliser la fin de son parcours élémentaire[95].

Obtention du 1er label « Ecocert » à la cuisine centrale[réf. nécessaire].

Équipements et services publics modifier

Agenda 21 modifier

Ribérac n'est pas engagé dans un agenda 21[96].

Eau et déchets modifier

Prélèvements en eau et usages modifier

En 2019, 339 646 m3 d'eau ont été prélevés sur le territoire de la commune, à 80.7 % en surface et à 19.3 % d'origine souterraine, destinée à 100 % à l'alimentation en eau potable[97].

Services en production et distribution d'eau potable modifier

L'eau est gérée par Sogedo Ribérac qui dessert les habitants de la commune[98].

Le tarif d'eau potable pour 120 m3 était au de 2,75 euros/m3.

En 2020, la conformité microbiologique de l'eau au robinet est de 100 % et sa conformité physico-chimique est de 93,1 %. La même année, le rendement du réseau de distribution est de 86,3 %[99].

Services assainissement collectif et assainissement non collectif modifier

Le service d'assainissement de Ribérac est géré en délégation[100].

Le tarif d'assainissement pour 120 m3 était au de 3,65 euros euros/m3.

En 2020, la conformité des équipements d'épuration d'assainissement collectif est de 100 %[101] et celle des dispositifs d'assainissement non collectif est de 94.4 %[102].

Gestion des déchets modifier

Une déchèterie est présente à Ribérac dans la ZA les Chaumes[103].

Le Syndicat mixte départemental des Déchets de la Dordogne (SMD3) est la collectivité territoriale assurant la collecte, le transport et le traitement des déchets pour le département de la Dordogne[104].

Équipements culturels modifier

Cinéma Max-Linder modifier

Le cinéma Max-Linder, accessible aux personnes handicapées, est doté de 310 sièges. Environ 170 films y sont proposés chaque année, notamment des films d'art et d'essai[105].

Le cinéma sert également pour des spectacles de musique. Le cinéma est un service municipal.

Médiathèque municipale modifier

La médiathèque municipale permet d'accéder à de nombreux ouvrages comme 15 500 livres, 1 200 CD, 650 DVD et trente-cinq abonnements presse (vingt-huit pour adultes et sept pour la jeunesse)[106].

Centre culturel modifier

Le centre culturel est un service municipal qui organise des ateliers (poterie, peinture, dessin, théatre, photo, informatique...) et la saison des spectacles vivants. Les spectacles ont lieu à l'Espace culturel André-Malraux, au cinéma Max Linder ou à la Collégiale Notre-Dame[107].

Espace culturel André-Malraux modifier

L'espace culturel André-Malraux est une salle multifonction permettant d’accueillir des spectacles divers et variés[108].

École de musique modifier

L'école de musique du Grand Ribéracois est une des dix antennes du Conservatoire à rayonnement Départemental de la Dordogne. Elle est géré par la Communauté de communes du Ribéracois. Les instruments enseignés sont la flûte traversière, la clarinette, le saxophone, la guitare; le violon, la batterie, le piano et l'accordéon. On y trouve également des ensembles instrumentaux et vocaux[109].

Quartier des Arts modifier

Le quartier des Arts regroupe plusieurs espaces culturels[110] :

  • la maison des Artistes,
  • les deux ateliers Contempora et Contempora 2 qui présentent des expositions permanentes et ponctuelles d'artistes[111],
  • l'ancienne collégiale Notre-Dame de Ribérac qui a été transformée en salle d'expositions et accueille régulièrement des expositions.

Enseignement modifier

La ville dispose de structures d'enseignement, public comme privé, allant de la maternelle jusqu'au lycée.

Enseignement public modifier

  • École maternelle des Beauvières[112].
  • École primaire Jacques-Prévert[113].
  • École primaire Jules-Ferry[112].
  • Collège Arnaut-Daniel[114].
  • Lycée professionnel Arnaut Daniel[115].
  • Lycée général et technologique Arnaut Daniel[116].

Selon le classement établi par l'Éducation nationale en 2022, le lycée public Arnaut-Daniel présente un taux de réussite de 95 % au bac général et technologique et de 89 % au bac professionnel[117].

Enseignement privé modifier

Services Publics modifier

Caisse primaire d'assurance maladie modifier

Un accueil de la caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) est présent à Ribérac[120]

Centre d'information et d'orientation modifier

Un centre d'information et d'orientation (CIO) est présent à Ribérac. Il y a cinq centres d’information et d’orientation implantés en Dordogne[121].

Finances Publiques modifier

Une trésorerie est présente à Ribérac mais le service des impôts des particuliers a fermé en 2021. En 2023, Ribérac sera l'un des cinq sites des finances publiques qui seront encore présents en Dordogne[122].

Mission locale modifier

La « Mission locale du Ribéracois Vallée de L'Isle » a comme objectif de favoriser l’insertion sociale et professionnelle des jeunes de 16 à 25 ans sur le territoire du Ribéracois et de la Vallée de l’Isle. Il y a cinq missions locales implantées en Dordogne[123].

Postes et télécommunications modifier

Un bureau de poste est présent à Ribérac.

Santé modifier

Centre hospitalier modifier

Le centre hospitalier intercommunal « Ribérac Dronne Double » est né de la fusion des centres hospitaliers de La Meynardie, Ribérac et Saint-Aulaye. Il est composé de 660 lits (25 en médecine, 60 en moyen séjour, 60 en long séjour, 390 en hébergement et 125 en service de soins infirmiers à domicile)[124]. Le site de Ribérac est composé de 25 lits de médecine (dont 5 LISP), 60 lits d'USLD et 91 lits d'EHPAD (dont six temporaires)[125].

Pôle Santé modifier

Ouvert en à Ribérac, le « pôle de santé du Ribéracois », d'une superficie de 1 700m2, regroupe en de nombreux professionnels de santé : quatre cabinets infirmiers, un dentiste, une infirmière hypnothérapeute, onze kinésithérapeutes, un médecin généraliste[Note 13], un podologue, un psychologue, deux sages-femmes, un sophrologue et permet d'effectuer de la balnéothérapie, des dialyses et des téléconsultations[126].

Justice, sécurité, secours et défense modifier

Justice modifier

Dans le domaine judiciaire, Ribérac relève[127] :

Un point-justice - relais d'accès au droit est présent à Ribérac[128].

Sécurité modifier

La police municipale est hébergée dans l'ancien palais de justice.

Pour la gendarmerie, la communauté de brigades (COB) de Ribérac comprend les brigades de Ribérac, de Tocane et de Verteillac[129].

La compagnie de gendarmerie de Ribérac (onze postes) a été dissoute en 2015[130], remplacée par le Peloton de surveillance et d'intervention de la Gendarmerie de Ribérac. Ce peloton est composé de douze postes et dépend de la compagnie de gendarmerie de Nontron[130].

Ribérac fait partie des communes de plus de 2 500 habitants de Dordogne qui n'ont pas de caméra de surveillance[131].

Secours modifier

Le centre de secours de Ribérac est composé de trente-six sapeurs-pompiers volontaires, neuf sapeurs-pompiers professionnels et quatre membres du service de santé. Il est doté de quatorze véhicules opérationnels[132].

Population et société modifier

Démographie modifier

Évolution démographique modifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[133]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[134].

En 2021, la commune comptait 3 828 habitants[Note 14], en diminution de 2,64 % par rapport à 2015 (Dordogne : −0,41 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 6972 9852 8173 6043 9543 7753 6434 1182 942
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 1053 5973 7583 5183 6073 8564 0473 6963 707
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 6223 6273 6363 5673 8003 7933 8123 7913 812
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
3 7253 7873 9843 8324 1184 0004 1074 1234 015
2017 2021 - - - - - - -
3 8613 828-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[135].)
Histogramme de l'évolution démographique
Remarques modifier

Ribérac a absorbé entre 1790 et 1794 les anciennes communes de Faye et de Saint-Martial-de-Dronne, et a cédé en 1851 Saint-Martin-de-Ribérac[6], ce qui explique la chute brutale de population (- 29 %) au recensement de 1851.

Pyramide des âges modifier

La population de la commune est relativement âgée.

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 25,4 %, soit en dessous de la moyenne départementale (27,1 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 42,2 % la même année, alors qu'il est de 36,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 799 hommes pour 2 063 femmes, soit un taux de 53,42 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,82 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[136]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,9 
90 ou +
5,4 
12,6 
75-89 ans
18,1 
22,4 
60-74 ans
23,2 
20,6 
45-59 ans
19,6 
13,3 
30-44 ans
11,5 
15,1 
15-29 ans
10,3 
14,1 
0-14 ans
11,8 
Pyramide des âges du département de la Dordogne en 2020 en pourcentage[137]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,2 
90 ou +
2,9 
10,4 
75-89 ans
13,3 
23,2 
60-74 ans
23,3 
21,1 
45-59 ans
20,8 
15,5 
30-44 ans
14,9 
13,6 
15-29 ans
11,7 
15 
0-14 ans
13,1 

Agglomération, aire urbaine et aire d’attraction modifier

Selon le zonage 2010 de l’Insee, l'unité urbaine de Ribérac de Ribérac (l'agglomération) regroupait trois communes : Ribérac, Saint-Martin-de-Ribérac et Villetoureix[138].

Son aire urbaine s'étendait sur les mêmes communes[139].

En 2020, l'Insee a procédé à une actualisation de ces périmètres. Dans ce nouveau zonage, l'unité urbaine n’a plus que deux communes, celle de Saint-Martin-de-Ribérac n'en faisant plus partie[140], soit un ensemble de 4 765 habitants en 2019.

Pour permettre des comparaisons plus aisées avec les autres villes européennes, le concept d'aire urbaine a été remplacé en 2020 par celui d'aire d'attraction d'une ville. L'aire d'attraction de Ribérac regroupe vingt-quatre communes de la Dordogne, soit 11 961 habitants en 2019. C'est la cinquième aire d'attraction de ville en Dordogne après celles de Périgueux, Bergerac, Sarlat et Montpon-Ménestérol (aires d'attraction ayant leur pôle en Dordogne).

Manifestations culturelles et festivités modifier

Expositions d'art modifier

  • Chaque mois sauf en août : vernissage d'une exposition personnelle d'un artiste à l'Atelier Contempora.
  • L'ancienne collégiale Notre Dame de Ribérac transformée en salle d'expositions accueille régulièrement des artistes[141],[142].
  • L'office de tourisme expose régulièrement des artistes[143].

La « Journée des collectionneurs » modifier

Fin janvier ou début février de chaque année, la « Journée des collectionneurs » rassemble les amateurs de bandes dessinées, cartes postales, fèves, monnaies, timbres… En 2019 a eu lieu la 19e édition de cette manifestation[144].

Les Floralies de Ribérac modifier

Dans le parc de la mairie, chaque année au mois de mai ont lieu les floralies (18e édition en 2023[145]).

Les fêtes de la Trinité modifier

Chaque année en juin avec notamment une fête foraine.

La Grande foire à la brocante de Ribérac modifier

En août, grande foire à la brocante sur les places de la ville (27e édition en 2018[146]).

Le Festival Ciné-Mots modifier

Le Grand Souk de 2008 à 2015 à Ribérac modifier

Le Fest'in de 2016 à 2019 à Ribérac modifier

Sports et loisirs modifier

Équipements sportifs et de loisirs modifier

  • Stade municipal de Rugby
  • Stade d'entrainement de Rugby
  • Stade Jean Pierre Escalettes 1 pour la pratique du football[164]
  • Stade Jean Pierre Escalettes 2 pour la pratique du football[164]
  • Piscine découverte avec un grand bassin de nage de 25 × 15 mètres (six couloirs de nage), un bassin d’initiation de 12 × 12 mètres, une fosse à plongeon avec trois plongeoirs (deux planches basiques semi-rigides de hauteurs respectives un mètre, trois mètres et une plate-forme de cinq mètres de hauteur), une pataugeoire et un solarium en carrelage et en herbe. Des cours de natation, des locations d’aquabike et des séances d’aquagym y sont proposés[165]
  • Skatepark : Le spot s'étend sur une surface de 1 000 m2 (20 × 20 m). Sur le skatepark on peut y trouver une pyramide, un quarter en angle à deux courbes, une table à manual, un rail, un autre rail carré et des quarters[166].
  • Quatre terrains de tennis
  • Terrain de Padel (projet)[167]
  • Salle multisports couverte (Gymnase) composé d'une tribune de 150 places[168].
  • Salle d’art martiaux au sein du Gymnase

Clubs sportifs modifier

  • CAR Badminton évoluant au gymnase de la cité scolaire[169].
  • CAR Football évoluant au stade Jean Pierre Escalettes[170].
  • CAR Handball[171].
  • CAR Pétanque[172].
  • Club athlétique ribéracois rugby, évolue pour la saison 2020-2021 en Pré-Fédérale[173]. Le club a joué en Fédérale 1 durant 4 saisons (2007-2008 / 2008-2009 / 2010-2011 / 2011-2012).
  • Judo club de Ribérac, né en 1962. En 1992, le club prend possession d'une salle d’art martiaux installée au gymnase rue Couleau[174],[175]..

Évènements sportifs modifier

Tour de Mareuil-Verteillac-Ribérac modifier

Le Tour de Mareuil-Verteillac-Ribérac est une course cycliste par étapes disputée au mois de juillet dans les cantons de Mareuil, Verteillac et Ribérac. En 2012, l'épreuve intègre le canton de Ribérac. Elle se déroule désormais sur trois ou quatre étapes. De nombreux coureurs ayant brillé sur cette épreuve sont par la suite passés dans les rangs professionnels[176],[177].

Traversée de Ribérac par le Tour de France modifier
  • Le , lors de la 9e étape du Tour reliant Limoges à Bordeaux.
  • Le , lors de la 19e étape de la 54e édition reliant Bordeaux à Limoges.
  • Le , lors de la 6e étape reliant Bordeaux à Limoges.
  • Le , lors de la 20e étape de la 72e édition reliant Montpon-Ménestérol à Limoges.
  • Le , lors de la 19e étape reliant Castillon-la-Bataille à Limoges.
  • Le , lors de la 18e étape reliant Montpon-Ménestérol à Limoges.

Tour du Limousin-Périgord-Nouvelle-Aquitaine modifier

Vie associative modifier

Cultes modifier

Culte catholique modifier

Ribérac est le siège de la paroisse de Saint-Jean-Baptiste-de-Dronne.

La messe sur la commune de Ribérac a généralement lieu tous les dimanches matin en l'église Notre-Dame de la Paix[178].

Culte israélite modifier

Il n'y a pas de synagogue sur la commune. La synagogue la plus proche se trouve à Périgueux.

Culte islamique modifier

Il n'y a pas de mosquée sur la commune. La mosquée la plus proche se trouve à Périgueux[179].

Culte protestant/évangélique modifier

Il n'y a pas de temple sur la commune. Le temple le plus proche se trouve à Périgueux[180].

Médias modifier

Radios locales modifier

Liberté FM modifier

Liberté FM est une radio locale située dans la commune. Son public vise toutes les générations avec des programmes variés et notamment des musiques actuelles et de pop rock. Sa fréquence sur Ribérac est 96.1[181],[182].

Newest modifier

En 1981, en Dordogne, est créée la radio FM « Alfa 24 » qui deviendra Newest. Elle est située à Vanxains commune limitrophe de Ribérac. Sa fréquence sur Ribérac est 105.3[183].

Radio Liberté modifier

Créée en 1981[184] et après avoir failli disparaître en 2002 — son personnel a alors diminué de dix-sept à deux personnes —, la radio associative « Radio Liberté » qui desservait depuis Ribérac 45 000 auditeurs (en 2012), cesse d'émettre le en soirée pour cause de liquidation judiciaire[185].

Économie modifier

Emploi modifier

L'emploi est analysé ci-dessous selon qu'il affecte les habitants de Ribérac ou qu'il est proposé sur le territoire de la commune.

L'emploi des habitants modifier

En 2018[186], parmi la population communale comprise entre quinze et soixante-quatre ans, les actifs représentent 1 397 personnes, soit 36,2 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (266) a fortement augmenté par rapport à 2013 (222) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 19,0 %.

L'emploi sur la commune modifier

En 2018, la commune offre 2 728 emplois pour une population de 3 862 habitants[187]. Le secteur tertiaire prédomine avec 45,2 % des emplois mais le secteur administratif (administration publique, enseignement, santé, action sociale) est également très présent avec 37,1 %.

Répartition des emplois par domaines d'activité

  Agriculture, sylviculture ou pêche Industrie Construction Commerce, transports et services Administration publique, enseignement, santé, action sociale
Nombre d'emplois 15 216 252 1 233 1 011
Pourcentage 0,6 % 7,9 % 9,2 % 45,2 % 37,1 %
Source des données[187].

Établissements modifier

Fin 2018, la commune compte 224 établissements actifs employeurs[188], dont 153 au niveau des commerces, transports ou services, trente-cinq relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, dix-huit dans la construction et dix-huit dans l'industrie[189], malgré un carnet de commandes bien rempli.

En , la société Besse et Aupy, « spécialisée dans l'équipement des dépanneuses et remorques de poids lourds », est placée en liquidation judiciaire ; cela fait suite à l'orage de grêle du précédent qui a rendu les locaux de l'entreprise inutilisables et obligé celle-ci à mettre en chômage technique ses 31 salariés[190].

Entreprises modifier

En 2009, le groupe Albany international ferme son site de Ribérac où sont employées 91 personnes[191]. Cette usine, implantée depuis 1895, fabriquait des feutres de papeterie[192].

Parmi les entreprises dont le siège social est en Dordogne, deux situées à Ribérac se classent parmi les cinquante premières quant au chiffre d'affaires hors taxes en 2015-2016[193] :

  • Société coopérative agricole du Ribéracois (commerce de gros interentreprises de céréales, de tabac non manufacturé, de semences et d'aliments pour le bétail) : 12e avec 44 502 k€ ;
  • Société Lalande distribution Solandis (hypermarché) : 17e avec 40 590 k€.

Parmi les cinquante premières entreprises de chaque secteur économique dans le département, classées selon le chiffre d'affaires hors taxes en 2015-2016, sept sont implantées à Ribérac :

  • dans le commerce[194],
    • Société coopérative agricole du Ribéracois se classe 6e ;
    • Société Lalande distribution Solandis 9e ;
  • dans les services[195],
    • Profil intérim (activité des agences de travail temporaire) 13e avec 7 239 k€ ;
    • M.P.S. (activités des agences de travail temporaire), 25e avec 4 886 k€ ;
  • dans le bâtiment et travaux publics (BTP)[196],
    • Rémi Duvergt (travaux de menuiserie métallique et serrurerie) est 13e avec 5 899 k€ ;
    • Jamot (travaux d'installation d'eau et de gaz) est 28e avec 3 828 k€ ;
  • dans l'agroalimentaire, Aquitaine viande Limousin Périgord (transformation et conservation de la viande de boucherie) est 15e avec 8 851 k€[197].

Tous secteurs confondus, deux entreprises de Ribérac figurent parmi les cinquante premières de la Dordogne, quant au chiffre d'affaires à l'exportation en 2015-2016[198] :

  • Lucas-Milhaupt Ribérac (commerce de gros interentreprises de fournitures et équipements industriels divers), 14e avec 8 209 k€ ;
  • Société coopérative agricole du Ribéracois, 15e avec 7 667 k€.

Tourisme modifier

Ribérac fait partie du pays touristique du Périgord vert.

L'office de tourisme intercommunal du Périgord Ribéracois regroupant 44 communes est présent dans le centre-ville de Ribérac.

Le marché de Ribérac a la réputation d'être un des plus grands marchés du Périgord. Ribérac est une ville attrayante dans la campagne vallonnée de la région nord-ouest de la Dordogne.

Ribérac fait une bonne base pour explorer la partie nord-ouest de la Dordogne et le sud de la Charente, avec notamment un circuit des églises romanes du Ribéracois, le village d'Aubeterre-sur-Dronne adhérent à l'association Les Plus Beaux Villages de France et son église monolithe, ou le village de Bourdeilles avec son château.

À noter que le Bassin de vie de Ribérac en 2016 est le sixième bassin de vie de France abritant le plus de résidents britanniques, après ceux de Paris, Nice, Toulouse, Annemasse et Lyon[199], si bien que la presse anglaise a depuis longtemps surnommé la région Dordogneshire[200],[201].

Hébergements touristiques modifier

La commune de Ribérac dispose d'un hôtel classé deux étoiles de 29 chambres, 5 chambres d'hôtes et 6 gîtes[202].

Le camping municipal est situé le long de la rivière la Dronne sur la commune de Villetoureix et dispose de 75 emplacements.

L'aire d'attraction de Ribérac au dispose de 3 hôtels (46 chambres), de 3 campings (157 emplacements) et d'un village de vacances 90 lits)[203].

Culture locale et patrimoine modifier

Lieux et monuments modifier

Patrimoine civil modifier

  • Château de Ribérac remontant au moins au Xe siècle[204], détruit à la fin du XVIIIe siècle[205] ;
  • Manoir de la Beauvière, XIVe, XVIe et XIXe siècles[206] ;
  • Pigeonnier de la Grande Ferrière qui pourrait dater du XVIIIe siècle[207] ;
  • Hôtel de ville de Ribérac, construit entre 1856 et 1865 par le docteur Simon. Ensuite l'édifice abrite les bureaux de la sous-préfecture à partir de 1882, puis l'internat et le réfectoire du collège, et enfin la mairie[208] ;
  • Palais de Justice de Ribérac du XIXe siècle de l'architecte Auguste Dubet[209] ;
  • Gendarmerie (puis office de tourisme) construite vers 1840[210] ;
  • Poste (ancienne mairie), construite dans la seconde moitié du XIXe siècle[211] ;
  • Théâtre, vraisemblablement édifié dans la seconde moitié du XIXe siècle. Le bâtiment est actuellement un entrepôt communal[212] ;
  • École de filles, actuellement école Jacques-Prévert construite à la fin du XIXe siècle par l'architecte Cros-Puymartin[213] ;
  • Loge maçonnique. La construction du temple est achevée le et il est inauguré le 22 décembre[214] ;
  • Pont du Chalard sur le grand bras de la Dronne, le plus proche de Ribérac, et pont de Saint-Jouy sur le petit bras, situés sur le chemin d'Angoulême. Le pont du Chalard a pris son nom du prieuré bénédictin du Chalard[215] auprès duquel il a été construit. Il est mentionné la première fois dans un texte de 1496, après que des violentes inondations de la Dronne ont détruit le pont antérieur. Les Bénédictins percevant le péage du pont, le roi les a mis en demeure de le réparer. Les religieux n'ayant pas les fonds nécessaires, ils proposèrent d'abandonner une partie du péage au comte de Ribérac si celui-ci prenait en charge la reconstruction. Le pont fut reconstruit mais il est démoli par les protestants au cours des guerres de Religion. La destruction et la reconstruction du pont du Chalard sont citées pour la première fois en 1616 en Conseil du roi à la suite d'une plainte des habitants de Ribérac. Un arrêt du Conseil du ordonne une levée de 20 000 livres pour la reconstruction du pont. Léon Dessalles a écrit que le pont devait être terminé en 1650. Émile Dusolier indique qu'en fait, à cette date, rien n'était commencé car il a fallu promulguer un nouvel arrêt du Conseil le . Les impôts nécessaires au financement des travaux n'ont commencé à être levés qu'en 1651. Le pont, complètement rétabli en 1663, était encore en service en 1783 mais jugé alors délabré. Il a été doublé par un deuxième pont construit à 200 toises en amont. Une crue de la Dronne ayant renversé le nouveau et l'ancien pont en 1783, la traversée de la Dronne est alors assurée par un bac. Le Directoire de Ribérac est autorisé à s'emparer de ce bac en 1790. Le pont du Chalard est en cours de construction en 1794 par l'entrepreneur Élie Massoubre. Le pont a dû être mis en service en l'an IV[216]. Le pont du Chalard, de trois travées de neuf mètres d'ouverture et d'une longueur totale de 35,30 m et de 7,80 m de large, est en cours de reconstruction en 1812 sous la direction de Louis Vicat, ingénieur ordinaire des Travaux publics nommé à Périgueux en 1809 sous les ordres de l'ingénieur en chef Lepère[217].

Patrimoine religieux modifier

Avant la Révolution, le territoire de la ville de Ribérac était partagé entre trois paroisses dont les chefs-lieux étaient les villages de Saint-Martial, de Faye et de Saint-Martin. Pour des commodités de culte, trois églises annexes représentaient dans Ribérac ces églises paroissiales. L'église Notre-Dame représentait l'église Saint-Martial, l'église du Chalard représentait l'église de Faye, et l'église de la Trinité, l'église Saint-Martin. L'église Notre-Dame était la vieille chapelle féodale du château. Elle a été démolie pendant les guerres de Religion et reconstruite agrandie (et était depuis 1500 une collégiale). L'église du Chalard était l'église du prieuré du même nom. L'église de la Trinité a été construite par François de Crémoux après 1725 et remise au culte vers 1731. Mais dès 1753, la charpente de l'église menace ruine et doit être réparée. L'église de la Trinité est un lieu de réunion publique, puis un temple de la Raison pendant la Révolution. La commune envisage d'en faire l'église paroissiale mais finalement choisit l'église Notre-Dame. L'église est ensuite désaffectée, transformée successivement en dépôt de fourrage et de marché aux grains. Elle est démolie et remplacée par le théâtre municipal[218].

L'ancienne église Notre-Dame, ex-chapelle du château, XIIe siècle, devenue église collégiale en 1500 et église paroissiale à la Révolution jusqu'en 1935, transformée ensuite en salle d'expositions, a été inscrite au titre des monuments historiques en 1975[219],[220].

L'église Notre-Dame-de-la-Paix, construite en 1933-1934 en style néo-roman selon les plans de l'architecte Jacques Laffillée, a été inscrite en 2000[221],[222]. Cette église conserve un tableau de Jean-Paul Laurens : Jésus chassé de la Synagogue[223],[224], déposé par l'État. L'église Saint-Joseph de Pau a été construite en 1935 sur le modèle de Notre-Dame-de-la-Paix[225].

L'église Saint-Pierre de Faye, du XIIe siècle, est inscrite en 1946[226],[227].

L'église Saint-Martial est l'église paroissiale de l'ancienne commune de Saint Martial de Dronne, fusionnée avec Ribérac dans les premières années de la Révolution[73]. Construite au XIIe siècle, elle est de forme massive avec une chapelle latérale du XVIe siècle[228].

Patrimoine statuaire et mémoriel modifier

  • La Main gauche ouverte a été sculptée en 2003 par l'artiste américain Edmund Ashby (1956-2011). Elle est située à l'espace Rietberg de Ribérac et son pendant, la Main droite ouverte, est situé en Allemagne, à Rietberg, ville jumelée avec Ribérac[229].
  • Le cheval de la place du Général-de-Gaulle a également été sculpté par Edmund Ashby[230].
  • Jeune fille courant, implantée au lycée de Ribérac. Cette statue a été réalisée au titre du 1 % artistique par Georges Halbout du Tanney (1895-1986) en 1975[231].
  • La statue de la Vierge Marie de l'institution privée « école-collège Notre-Dame de Ribérac » institution Notre-Dame.
  • Monument aux morts de 1870 et au colonel de Nattes inauguré en 1910. Les sculpteurs sont Aristide Croisy et Édouard Drouot[232].
  • Monument commémoratif du centenaire de la Révolution inauguré en 1889 (socle te buste identiques à ceux de Saint-Girons), sculpté par Paul Lecreux (1826-1894)[233]. Actuellement implanté dans le jardin public.
  • Monument aux morts de 1914-1918, implanté place de la Liberté[234].
  • Monument des fusillés de 1944, inauguré le 26 mars 1946[235].
 
Lavoir de Faye

Petit patrimoine modifier

Ribérac compte vingt-deux lavoirs sur son territoire, dont notamment le lavoir de Faye[236].

Outre celui-ci, les autres lavoirs recensés sur Ribérac sont : lavoir de la Basse Ferrière, lavoir du Bazas, lavoir des Bidoux, lavoir de Chez Faye, lavoir de Chez Félix, lavoir de Chez Saudou, lavoir de la Côte, lavoir de Félard, lavoir de la Foresterie, lavoir des Francilloux, lavoir de la Gaudinie, lavoir de Lavergne, lavoir de Maison Neuve, lavoir de la Mouthe, lavoir des Moutilloux, lavoir du Prunier, lavoir de Saint-Martial, lavoir de la Sarrazinie, lavoir de Sous les Vignes, lavoir de Toutifaut, lavoir (ou fontaine) des Vignauds[237].

Trois fontaines existent à Ribérac : la fontaine du rond-point du Relais, celle de la Main gauche ouverte[229] et celle de la place Debonnière, avec son fil d'eau de 55 mètres de long.

Espaces verts, jardins, parcs et squares modifier

  • Le jardin de la Mairie entoure l'actuelle mairie de Ribérac. Il est composé de grands arbres sans doute contemporains de ce petit château construit entre 1856 et 1865 par le docteur Simon pour sa fille[238]. Des tables de pique-nique y ont été installées. Ce jardin a une superficie d'environ 7 000 m2, déduction faite de la partie parking.
  • Le parc des Beauvières est un jardin ouvert composé de grands arbres, notamment des séquoias. Il est situé entre le boulevard François-Mitterrand, la rue de l'Amiral-Augey-Dufresse et la place André-Pradeau. Il est voisin de l'école maternelle occupant une maison bourgeoise. Sa superficie est d'environ 5 700 m2.
  • Le Jardin public est doté d'une aire de jeu avec toboggan, balançoire à bascule et toile d'araignée. Il est situé entre la place Joseph-Debonnière, la place André-Pradeau, les tennis et le ruisseau du Ribéraguet. Sa superficie est de 4 455 m2.
  • La Mare aux Grenouilles est située au croisement des avenues de Royan et du 26e-Régiment-d'Infanterie, au sein d'un quartier pavillonnaire. Sa superficie est de 3 735 m2 dont 2 345 m2 pour la partie en eau.
  • Le square situé à côté du skatepark a une superficie d'environ 2 300 m2.
  • Le square de l'Espace Rietberg a une superficie d'environ 500 m2.
  • Le square situé derrière le cinéma Max-Linder a une superficie d'environ 500 m2.
  • Le square Raymond-Darène est formé par le périmètre compris entre les rues de l'Amiral-Augey-Dufresse, du Palais et des Fusillés. Le monument des fusillés de 1944 occupe ce square qui a une superficie d'environ 450 m2.
  • Le jardin des Abeilles est situé dans le quartier des Arts. Il a une superficie de 353 m2.
  • Le square Pompidou est situé entre la rue Notre-Dame et le talus de l'ancien château. Sa superficie est d'environ 200 m2.
  • La place Debonnière est dotée d'une fontaine, d'un fil d'eau, d'une tonnelle de glycines et sa cabine téléphonique allemande a été transformée en boîte à livres[239].
  • La Trame bleue, qui mesure environ 1,1 km, est un cheminement piétonnier le long du Ribéraguet, depuis la rue Couleau jusqu'à la rue du 26-Mars-1944. De la rue Couleau à la rue Achille-Simon, le piéton emprunte une passerelle en surplomb du ruisseau. De la rue Achille-Simon jusqu'à la rue Gambetta, le cheminement passe entre les jardins des maisons du centre-ville sur le Ribéraguet canalisé et dessert le square de l'espace Rieberg. Puis le parcours piéton continue place du Général-de-Gaulle et place Joseph-Debonnière. À partir du Jardin public, le Ribéraguet est de nouveau à l'air libre. Ensuite la Trame bleue suit le ruisseau et passe entre les tennis, dans l'enceinte du stade municipal, puis longe le parcours santé et enfin traverse le Ribéraguet par une passerelle pour remonter jusqu'à la rue du 26-Mars-1944[240].
  • Parcours de santé.

Gastronomie et produits sous signes officiels de qualité modifier

Les productions du Ribéracois sont le blé, l'orge, le maïs, la truffe noire du Périgord, le foie gras, le cèpe ou la Noix du Périgord.

Ribérac fait partie de l'aire géographique de la Noix du Périgord (AOC)[241], de l'aire géographique du canard à foie gras du Périgord (IGP)[242], de l'aire géographique de l'Agneau du Périgord (IGP)[243], de l'aire géographique de la Fraise du Périgord (IGP)[244] et de l'aire géographique du Poulet du Périgord (IGP)[245].

Marchés modifier

  • Marché traditionnel renommé[246] en centre-ville, toute l'année, le vendredi matin (environ 150 exposants)[247].
  • Dans le cadre du marché du vendredi matin, des marchés spécifiques se tiennent en fonction des périodes : marché aux noix, en novembre ; marchés au gras, de mi-novembre à mi-mars ; marché aux truffes, de décembre à mi-mars.
  • Marché des producteurs (environ 20 exposants), place de la Liberté, de mi-avril à fin octobre, le mardi matin[247].

La commune dans les arts modifier

Films tournés à Ribérac modifier

Ribérac a servi de lieu de tournage à quatre films :

Personnalités liées à la commune modifier

Héraldique modifier

 
Le blason de Ribérac au fronton du bâtiment de la Caisse d'épargne.
  Blason
D'or à trois fasces de sinople, au sautoir d'argent chargé d'une étoile d'azur, brochant sur le tout[251],[252].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie modifier

Articles connexes modifier

Liens externes modifier

Notes et références modifier

Notes et cartes modifier

  • Notes
  1. Une unité paysagère est un pan de territoire qui présente des caractéristiques paysagères propres.
  2. La superficie publiée par l’Insee est la superficie évaluée en 1975 par le service du cadastre de la Direction Générale des Impôts, corrigée des modifications communales intervenues depuis 1975. Elle comprend toutes les surfaces du domaine public et privé, cadastrées ou non cadastrées, à l'exception des lacs, étangs et glaciers de plus d'un kilomètre carré ainsi que des estuaires et ne correspond pas obligatoirement à la surface géographique[14],[15]
  3. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[35].
  4. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Dans les zones classées en aléa moyen ou fort, différentes contraintes s'imposent :
    • au vendeur d'informer le potentiel acquéreur du terrain non bâti de l’existence du risque RGA ;
    • au maître d’ouvrage, dans le cadre du contrat conclu avec le constructeur ayant pour objet les travaux de construction, ou avec le maître d'œuvre, le choix entre fournir une étude géotechnique de conception et le respect des techniques particulières de construction définies par voie réglementaire ;
    • au constructeur de l'ouvrage qui est tenu, soit de suivre les recommandations de l’étude géotechnique de conception, soit de respecter des techniques particulières de construction définies par voie réglementaire.
  8. L'un sera conduit à Allemans et fusillé dans l'après-midi, les quatre autres transférés à Saint-Martin-de-Ribérac et y seront fusillés dans la soirée.
  9. Pendant cette période, la commune n'était plus administrée par des maires mais par des officiers municipaux.
  10. a b c d e f g h et i Démissionnaire.
  11. a b c d e et f mort en fonctions.
  12. Révoqué.
  13. À son ouverture en , le pôle de santé accueillait trois médecins généralistes mais n'en a plus qu'un seul un an et demi plus tard.
  14. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Ribérac » sur Géoportail (consulté le 5 septembre 2022).
  2. « Qualité des eaux de rivière et de baignade. », sur qualite-riviere.lesagencesdeleau.fr/ (consulté le ).
  3. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).
  4. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le ).

Références modifier

  1. « Géologie de la Dordogne - Périgord », sur espritdepays.com (consulté le ).
  2. « Carte géologique de Ribérac » sur Géoportail (consulté le 2 juillet 2022).
  3. a et b « Caractéristiques géologiques et hydrogéologiques de la commune de Ribérac », sur le Système d’information pour la gestion des eaux souterraines (SIGES) en Occitanie (consulté le ).
  4. « Notice associée à la feuille no 757 - Ribérac de la carte géologique harmonisée au 1/50 000 de la France métropolitaine », sur Infoterre, le site du BRGM (consulté le ).
  5. « Notice associée à la feuille no 758 - Périgueux (ouest) de la carte géologique harmonisée au 1/50 000 de la France métropolitaine », sur Infoterre, le site du BRGM (consulté le ).
  6. a b c d e f g h et i Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. IGN, « Répertoire géographique des communes (RGC) 2014 », sur drive.google.com.
  8. « RIBERAC - Carte plan hotel ville de Ribérac 24600 - Cartes France.fr », sur cartesfrance.fr (consulté le ).
  9. « Pourquoi un Atlas des paysages du Dordogne ? », sur le site de l'atlas des paysages de la Dordogne (consulté le ).
  10. « Unités paysagères de la Dordogne », sur le site de l'atlas des paysages de la Dordogne (consulté le ).
  11. « Repères géographiques du Ribéracois », sur le site de l'atlas des paysages de la Dordogne (consulté le ).
  12. « Portrait du Ribéracois », sur le site de l'atlas des paysages de la Dordogne (consulté le ).
  13. Insee, « Comparateur de territoire - Commune de Ribérac », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  14. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Indicateurs en données ouvertes (superficie) », sur l'Observatoire des territoires (consulté le ).
  15. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Répertoire géographique des communes d'Île-de-France - définition de certains champs (dont la superficie) », sur data.iledefrance.fr (consulté le ).
  16. « Cartographie du bassin Adour-Garonne. », sur adour-garonne.eaufrance.fr (consulté le ).
  17. « Fiche communale de Ribérac », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en région Aquitaine (consulté le ).
  18. « Confluence Dronne-Isle à la Fourchée » sur Géoportail (consulté le 5 septembre 2022)..
  19. Sandre, « la Dronne »
  20. Sandre, « la Peychay »
  21. Sandre, « le Ribéraguet »
  22. Sandre, « Ruisseau du Boulanger »
  23. « SAGE Isle - Dronne », sur gesteau.fr (consulté le ).
  24. « Caractéristiques du SDAGE Adour-Garonne 2022-2027 », sur occitanie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  25. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (ORACLE) en Nouvelle-Aquitaine. » [PDF], sur haute-vienne.chambre-agriculture.fr, (consulté le ), p. 2.
  26. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  27. Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  28. « Orthodromie entre Ribérac et Saint-Martin-de-Ribérac », sur fr.distance.to (consulté le ).
  29. « Station Météo-France « Saint-Martin Rib. » (commune de Saint-Martin-de-Ribérac) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  30. « Station Météo-France « Saint-Martin Rib. » (commune de Saint-Martin-de-Ribérac) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  31. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  32. « Les espaces protégés. », sur le site de l'INPN (consulté le ).
  33. « Liste des espaces protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  34. « Réserve de biosphère du bassin de la Dordogne », sur mab-france.org (consulté le ).
  35. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  36. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Ribérac », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  37. « site Natura 2000 FR7200662 - Vallée de la Dronne de Brantôme à sa confluence avec l’Isle », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  38. « site Natura 2000 FR7200662 - Vallée de la Dronne de Brantôme à sa confluence avec l’Isle (espèces) », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  39. « Liste des ZNIEFF de la commune de Ribérac », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  40. « Carte de la ZNIEFF 720012850 », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ). Afin de visualiser correctement la zone par rapport aux communes, cliquer en haut à droite sur la fenêtre « Couches disponibles », barrer d'abord la couche « Orthophotos » avant de cliquer sur « Fonds de cartes », puis sur la couche « Fonds Cartographique IGN ».
  41. « Communes de la ZNIEFF 720012850 », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  42. [PDF] Site de la Rivière, DREAL Nouvelle-Aquitaine, consulté le 27 janvier 2022.
  43. [PDF] Site de la Beauvière, DREAL Nouvelle-Aquitaine, consulté le 27 janvier 2022.
  44. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  45. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  46. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  47. « Unité urbaine 2020 de Ribérac », sur insee.fr (consulté le ).
  48. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  49. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  50. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  51. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  52. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en quinze postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  53. « Dossier complet − Commune de Ribérac (24352) | Insee », sur insee.fr (consulté le ).
  54. « Dossier complet − Commune de Ribérac (24352) | Insee », sur insee.fr (consulté le ).
  55. [PDF] Rivières Dronne et Ribéraguet - Commune de Ribérac - Plan de prévention du risque inondation, Préfecture de la Dordogne, p. 25, 53 et 115-125, consulté le 13 février 2022.
  56. a b et c « Les risques près de chez moi - commune de Ribérac », sur Géorisques (consulté le ).
  57. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le ).
  58. « Dossier départemental des risques majeurs de la Dordogne », sur dordogne.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque inondation.
  59. « Dossier départemental des risques majeurs de la Dordogne », sur dordogne.gouv.fr (consulté le ), liste des risques par communes, pages 111-133.
  60. [PDF]« Plan de prévention du risque inondation de la « vallée de la Dronne » », sur le site de la préfecture de la Dorodgne, (consulté le ).
  61. « Dossier départemental des risques majeurs de la Dordogne », sur dordogne.gouv.fr (consulté le ), chapitre Feux de forêts.
  62. « Protection de la forêt contre les incendies », sur le site de la DREAL de Nouvelle-Aquitaine, (consulté le ).
  63. « Plans Départementaux et Inter-Départementaux de Protection des Forêts Contre les Incendies », sur le site de la DREAL de Nouvelle-Aquitaine (consulté le ).
  64. « Dossier départemental des risques majeurs de la Dordogne », sur dordogne.gouv.fr (consulté le ), chapitre Mouvements de terrain.
  65. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le ).
  66. « Sols argileux, sécheresse et construction », sur ecologie.gouv.fr (consulté le ).
  67. a b c d e et f Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, p. 284-285, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2).
  68. Le nom occitan des communes du Périgord - Rabairac sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le .
  69. (en) Abigail Fraeman, Sol 3027: A New Hope, NASA Science, Mars Exploration Program, , consulté le .
  70. a b c d et e « Histoire », sur Ville de Ribérac (consulté le ).
  71. Vicomte Alexis de Gourgues, Dictionnaire topographique du département de la Dordogne comprenant les noms de lieu anciens et modernes (L-Z), article « Ribérac », 1873, sur guyenne.fr, consulté le 25 janvier 2022.
  72. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, Luçon, éditions Sud Ouest, , 316 p. (ISBN 2-87901-221-X), p. 236.
  73. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Saint Martial de Dronne », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  74. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Saint-Martin-de-Ribérac », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  75. a b et c Guy Penaud, Les crimes de la Division "Brehmer", p. 113-134, éditions la Lauze, mars 2004, (ISBN 2-912032-65-2).
  76. Clément Bouynet, « La tempête de 1999 plus la grêle », Sud Ouest édition Dordogne, , p. 12-13.
  77. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur legifrance.gouv.fr (consulté le ).
  78. Hervé Chassain, Ribérac : chute de la citadelle Cazeau, Sud Ouest édition Dordogne du 31 mars 2014, p. 13.
  79. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 7 septembre 2020.
  80. Résultats des élections municipales et communautaires 2020 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 9 novembre 2020.
  81. Depuis la Révolution jusqu'en 1947, la liste des maires est tirée du livre d'Émile Dusolier, Écrits sur l'histoire de Ribérac, tome II : L'époque contemporaine.
  82. L'histoire des maires de Ribérac est racontée dans une vidéo : Jean-Louis Montagut, « Histoire des maires de Ribérac, 1700-2014 ».
  83. Émile Dusolier, « Les Soubiran. François Soubiran, procureur de la commune de Ribérac sous la Révolution », dans Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 1938, tome 65, p. 234-249 (lire en ligne)
  84. « Voici vos 557 maires », édition spéciale de Sud Ouest du 3 avril 2008, p. 19.
  85. Grégoire Morizet, Patrice Favard ou le symbole de Ribérac, Sud Ouest édition Périgueux du 7 avril 2014, p. 13.
  86. http://www.politiquemania.com/forum/vie-partis-f16/vie-interne-ump-les-republicains-t239-390.html
  87. « Dordogne : le nouveau maire de Ribérac est installé », sur SudOuest.fr (consulté le ).
  88. Jacques Hesault, « Nicolas Platon s'est installé à la mairie », Sud Ouest édition Dordogne, 8 juillet 2020, p. 29.
  89. « Des têtes qui changent », Sud Ouest édition Dordogne, 29 juin 2020, p. 16.
  90. Harry Sagot, « Ribérac retrouve un maire socialiste après un seul mandat à droite », sur Francebleu.fr, (consulté le ).
  91. « Le nouveau Conseil régional », Sud Ouest, , p. 5.
  92. Bernard Gillibert, « 32 années d'amitié avec Rietberg », Sud Ouest édition Périgueux, 15 juin 2015, p. 18c.
  93. Annuaire des villes jumelées, Association française du conseil des communes et régions d'Europe, consultée le 19 mars 2018.
  94. Les communes labellisées, Site des villes et villages fleuris, consulté le .
  95. « Un arbre pour les CM2, et pour la ville de Ribérac », sur France Bleu, (consulté le ).
  96. « Communes », sur agenda21france.org (consulté le ).
  97. « acces-donnees | BNPE », sur bnpe.eaufrance.fr (consulté le ).
  98. « Sogedo Ribérac : Service des eaux », sur Eau by Selectra.info, (consulté le ).
  99. « Indicateurs pour la commune de Ribérac (24) (onglet eau potable) », sur Observatoire des services publics de l'eau et de l'assainissement : prix de l'eau et performance des services (consulté le ).
  100. « Commune - Ribérac (24) », sur Observatoire des services publics de l'eau et de l'assainissement : prix de l'eau et performance des services (consulté le ).
  101. « Indicateurs pour la commune de Ribérac (24) (onglet Assainissement collectif) », sur Observatoire des services publics de l'eau et de l'assainissement : prix de l'eau et performance des services (consulté le ).
  102. « Indicateurs pour la commune de Ribérac (24) (onglet Assainissement non collectif) », sur Observatoire des services publics de l'eau et de l'assainissement : prix de l'eau et performance des services (consulté le ).
  103. « Gestion des Déchets (SMD3) | Communauté de Communes du Périgord Ribéracois », sur Communauté de Communes du Périgord Ribéracois |, (consulté le ).
  104. « Accueil », sur SMD3 : Collecte, transport et traitement des déchets en Dordogne (consulté le ).
  105. « Cinéma Max Linder », sur Ville de Ribérac (consulté le ).
  106. « Médiathèque de Ribérac (onglet « Les collections ») », sur Médiathèque de Riberac (consulté le ).
  107. « Centre culturel », sur Ville de Ribérac (consulté le ).
  108. « C'est officiel : on connaît la nouvelle saison culturelle de Ribérac (et elle est top !) », sur France Bleu (consulté le ).
  109. « Ecole de musique | Communauté de Communes du Périgord Ribéracois », sur Communauté de Communes du Périgord Ribéracois |, (consulté le ).
  110. Titia Carrizey-Jasick, « Mercredi culture : la Dordogne, terre d'expositions », Sud Ouest,‎ (ISSN 1760-6454, lire en ligne, consulté le ).
  111. Le Département de la Dordogne, « Atelier Contempora 2 », sur Le Département de la Dordogne : Site Internet (consulté le ).
  112. a et b Les Écoles de Ribérac, Communauté de communes du Périgord Ribéracois, consulté le .
  113. École élémentaire publique Jacques Prévert, écoles primaires, consulté le .
  114. (en) « Collège », sur Cité scolaire Arnaut Daniel (consulté le ).
  115. (en) « Lycée professionnel », sur Cité scolaire Arnaut Daniel (consulté le ).
  116. (en) « Lycée général et technologique », sur Cité scolaire Arnaut Daniel (consulté le ).
  117. Clément Bouynet, « Réussite et efficacité des lycées de Dordogne en 2021 », Sud Ouest édition Dordogne, , p. 12.
  118. « Notre Dame de Ribérac », sur École-Collège Notre-Dame de Ribérac (consulté le ).
  119. MFR du Ribéracois Vanxains - Siorac-de-Ribérac, MFR du Ribéracois, consulté le 25 janvier 2022.
  120. « Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) de Dordogne - accueil de Ribérac - Dordogne - 24 - Annuaire | service-public.fr »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur lannuaire.service-public.fr (consulté le ).
  121. « Centre d'information et d’orientation (CIO) Dordogne - Annuaire | service-public.fr », sur lannuaire.service-public.fr (consulté le ).
  122. « Finances publiques en Dordogne : l'inquiétude des syndicats face à une restructuration », sur France Bleu, (consulté le ).
  123. « Mission locale pour l'insertion professionnelle et sociale des jeunes (16-25 ans) - Ribérac (Ribéracois-Vallée-de-l'Isle) - Dordogne - 24 - Annuaire | service-public.fr », sur lannuaire.service-public.fr (consulté le ).
  124. « Centre Hospitalier Intercommunal Ribérac Dronne Double (Ribérac), Fédération hospitalière de France », sur etablissements.fhf.fr (consulté le ).
  125. « Centre Hospitalier Intercommunal – Ribérac Dronne Double – un établissement trois sites sur trois communes Ribérac – Saint-Aulaye – Saint-Privat en Périgord », sur chicrdd.fr (consulté le ).
  126. Benoît Martin, « « Comment sortir de la « catastrophe » ? » », Sud Ouest édition Dordogne,‎ , p. 14-15.
  127. « Annuaire des juridictions d'une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le ).
  128. « Point-justice Dordogne - Annuaire | service-public.fr », sur lannuaire.service-public.fr (consulté le ).
  129. Bernard Gillibert, « Les gendarmes satisfaits de leur bilan », Sud Ouest, , consulté le .
  130. a et b Thomas Mankowski et Hervé Chassain, « La compagnie de gendarmerie de Ribérac (24) dissoute », Sud Ouest,‎ (ISSN 1760-6454, lire en ligne, consulté le )
  131. « Une cinquantaine de communes de Dordogne sont équipées de caméras de vidéosurveillance », sur France Bleu, (consulté le ).
  132. « Découvrez les centres d’incendie et de secours en Dordogne », sur SDIS24 (consulté le ).
  133. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  134. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  135. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  136. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Ribérac (24352) », (consulté le ).
  137. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département de la Dordogne (24) », (consulté le ).
  138. Unité urbaine 2010 de Ribérac (24202), Insee, consulté le .
  139. Aire urbaine 2010 de Ribérac (556), Insee, consulté le .
  140. Unité urbaine 2020 de Ribérac (24111), Insee, consulté le .
  141. Bernard Gillibert, « Ribérac : 37 artistes de Cré’Art 24 exposent leurs œuvres à la collégiale », Sud Ouest,‎ (ISSN 1760-6454, lire en ligne, consulté le )
  142. Hervé Chassain, « En Dordogne, Fernando Costa, une main de velours dans un gant de fer », Sud Ouest,‎ (ISSN 1760-6454, lire en ligne, consulté le )
  143. Bernard Gillibert, « Deux artistes à l’office de tourisme », Sud Ouest,‎ (ISSN 1760-6454, lire en ligne, consulté le ).
  144. « Dimanche, c'est le grand jour des collectionneurs », Sud Ouest édition Périgueux, 30 janvier 2019, p. 20.
  145. « Floralies », Sud Ouest édition Dordogne, , p. 20.
  146. Bernard Gillibert, « La grande foire à la brocante revient demain », Sud Ouest édition Périgueux, 17 août 2018, p. 19.
  147. « Le festival Ciné-Mots à Ribérac de mercredi 13 à samedi 16 octobre 2021 », sur France Bleu (consulté le ).
  148. Jean-Louis Savignac, « Dordogne : « Je fais un métier passe-muraille », l’auteure Maylis de Kerangal à la rencontre de lycéens », Sud Ouest,‎ (ISSN 1760-6454, lire en ligne, consulté le ).
  149. « Festival Le Grand Souk - Ribérac : liste des concerts, informations », sur infoconcert.com (consulté le ).
  150. « Le Grand Souk 2009 – Festivals Rock », sur festivals-rock.com (consulté le ).
  151. « La programmation complète du Grand Souk de Ribérac dévoilée », sur SudOuest.fr (consulté le ).
  152. « Le Grand Souk All V.I.P 2011 - Riberac », sur Artistikrezo, (consulté le ).
  153. Julie Martinez, « Ribérac (24) : La programmation complète du Grand Souk dévoilée », Sud Ouest,‎ (ISSN 1760-6454, lire en ligne, consulté le ).
  154. C. G, « Le Grand Souk de Ribérac pourrait de nouveau avoir lieu en 2014 », Sud Ouest,‎ (ISSN 1760-6454, lire en ligne, consulté le )
  155. joseffeen, « Le Grand Souk 2014 à Ribérac », sur MUZZART, (consulté le ).
  156. « Dordogne : dix blessés légers au festival Le Grand Souk après la grêle », sur France Bleu, (consulté le ).
  157. amenina, « LE GRAND SOUK 2015 », sur MUZZART, (consulté le ).
  158. « Dordogne : "Le Grand Souk" c'est fini ! », sur France Bleu, (consulté le ).
  159. « Fest'in Riberac - Festival France 2021 Guide, Programmation, concerts, billets... », sur leguidedesfestivals.com (consulté le ).
  160. « Dordogne : la billetterie de Fest’in Ribérac est ouverte », Sud Ouest,‎ (ISSN 1760-6454, lire en ligne, consulté le )
  161. « Fest in riberac 2018 à Ribérac (24) du 13 au 14 juillet 2018 », sur FestivalsRock.com (consulté le ).
  162. Emilie Delpeyrat, « Dordogne : Fest'in Ribérac a débuté devant 2 000 spectateurs », Sud Ouest,‎ (ISSN 1760-6454, lire en ligne, consulté le )
  163. « Festival | Chat'o'rock Festival | Château-l'Évêque »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur chatorock festival (consulté le ).
  164. a et b « Fédération Française de Football », sur fff.fr (consulté le ).
  165. « Piscine de Ribérac | Communauté de Communes du Périgord Ribéracois », sur Communauté de Communes du Périgord Ribéracois |, (consulté le ).
  166. « Skatepark de Riberac (24) », sur spotland.fr (consulté le ).
  167. « Un terrain de padel bientôt à Ribérac », sur France Bleu (consulté le ).
  168. « Salle Multisports (Gymnase) à Ribérac, Complexe Sportif Evolutif Couvert - (Dordogne) », sur cartes-2-france.com (consulté le ).
  169. « Club Athlétique Badminton Ribérac(CARBAD24) », sur badiste.fr (consulté le ).
  170. « CLUB ATHLETIQUE RIBERACOIS : site officiel du club de foot de RIBERAC - footeo », sur CLUB ATHLETIQUE RIBERACOIS (consulté le ).
  171. « Accueil », sur CAR Handball (consulté le ).
  172. « Le district de Ribérac », sur Comité Départemental de la Dordogne Pétanque & Jeu Provençal (consulté le ).
  173. Richard Marquet, « Rugby en Nouvelle-Aquitaine : refonte des Séries territoriales, ce que l'on sait », (ISSN 1760-6454, consulté le ).
  174. Bernard Gillibert, « Le Judo-Club a fêté son cinquantenaire », (ISSN 1760-6454, consulté le ).
  175. « Judo Club Ribérac », sur judoclubriberac.e-monsite.com (consulté le ).
  176. « Tour Des Cantons Mareuil Verteillac Ribérac », sur velodordogne.canalblog.com (consulté le ).
  177. « Accueil sur le site officiel du Tour de Mareuil-Verteillac-Ribérac », sur tdcmvr.wordpress.com (consulté le ).
  178. « Paroisse Saint Jean Baptiste de Dronne à Ribérac », sur Eglise info (consulté le ).
  179. « Horaires de prières, salat. Islam | Annuaire Islamique des Mosquées & Restaurants Halal », sur guidemusulman.com (consulté le ).
  180. Eglise protestante unie de France, « Église protestante unie de France », sur Église protestante unie de France (consulté le ).
  181. Auteurjmprintz, « Liberté FM », sur ANNUAIRE DE LA RADIO (consulté le ).
  182. « Liberté FM », sur libertefm.fr (consulté le ).
  183. Auteurjmprintz, « Newest », sur ANNUAIRE DE LA RADIO (consulté le ).
  184. Historique de la station sur le site de Radio Liberté, consulté le 24 février 2016.
  185. Émilie Delpeyrat, « Radio Liberté rend l'antenne », Sud Ouest édition Dordogne, 23 février 2016, p. 12-13.
  186. Dossier complet - Commune de Ribérac (24352) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 10 janvier 2022.
  187. a et b Dossier complet - Commune de Ribérac (24352) - Emploi - Population active - tableaux POP T0 et EMP T8 sur le site de l'Insee, consulté le 10 janvier 2022.
  188. « Établissement / Siret - Définition », sur Insee (consulté le ).
  189. Dossier complet - Commune de Ribérac (24352) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau RES T1P sur le site de l'Insee, consulté le 10 janvier 2022.
  190. Anne-Marie Siméon, « Besse et Aupy placée en liquidation judiciaire », Sud Ouest édition Dordogne, , p. 15.
  191. Un immense gâchis, Journal Sud Ouest, édition Dordogne du 13 mars 2013, p. 14.
  192. Journal Sud Ouest, édition Périgueux, du 3 juillet 2009.
  193. « Chiffres d'affaires : les 50 premières », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 28.
  194. « Commerce », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 40.
  195. « Services », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 39.
  196. « BTP », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 37.
  197. « Agroalimentaire », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 34.
  198. « Export », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 33.
  199. « 148 000 Britanniques résident en France, notamment dans les territoires peu denses de l’Ouest - Insee Première - 1809 », sur insee.fr (consulté le ).
  200. (en) Patrick Joseph, « Learn about Tradition, Truffles and Timeless Charm in Riberac », sur My French House (consulté le ).
  201. « Bienvenue dans le Dordogneshire! », sur LExpress.fr, (consulté le ).
  202. « Guide Découverte 2020-2021 », sur calameo.com (consulté le ).
  203. « Dossier complet − Aire d'attraction des villes 2020 de Ribérac (425) | Insee », sur le site de l'INSEE (consulté le ).
  204. « Château de Ribérac », notice no IA24000509, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 14 mars 2011.
  205. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, p. 236, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X).
  206. « Manoir de la Beauvière », notice no IA24000540, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 14 mars 2011.
  207. « Pigeonnier », notice no IA24000557, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 24 mars 2011.
  208. « Demeure, puis sous-préfecture, puis lycée, actuellement mairie », sur pop.culture.gouv.fr (consulté le ).
  209. « Palais de justice », notice no IA24000521, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 24 mars 2011.
  210. « Gendarmerie, puis office de tourisme et espace économie emploi, actuellement maison de pays », sur pop.culture.gouv.fr (consulté le ).
  211. « Hôtel de ville, actuellement poste », sur pop.culture.gouv.fr (consulté le ).
  212. « Théâtre, actuellement remise de matériel d'incendie », sur pop.culture.gouv.fr (consulté le ).
  213. « École de filles, actuellement école maternelle Jacques Prévert », sur pop.culture.gouv.fr (consulté le ).
  214. « Loge maçonnique de la Ruche des Patriotes », sur pop.culture.gouv.fr (consulté le ).
  215. Émile Dusolier, « Le prieuré du Chalard de Ribérac », Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, t. 49,‎ , p. 94-108 (lire en ligne)
  216. Émile Dusolier, « Le pont du Chalard sur la Dronne », Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, t. 57,‎ , p. 175-187 (lire en ligne)
  217. Courtin, Travaux des Ponts-et-Chaussées depuis 1800, ou Tableau des constructions neuves faites sous le règne de Napoléon Ier, en routes, ponts, canaux et des travaux entrepris pour la navigation fluviale, des desséchements, les ports de commerce, etc., Paris, Gœury libraire, (lire en ligne), p. 111
  218. Émile Dusolier, « Note sur l'ancienne église de la Trinité de Ribérac », Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, t. 49,‎ , p. 173-182 (lire en ligne)
  219. « Chapelle, église paroissiale Notre-Dame, actuellement salle d'exposition », notice no IA24000513, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le .
  220. « Ancienne église Notre-Dame », notice no PA00082781, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le .
  221. « Église Notre-Dame de la Paix », notice no PA24000026, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le .
  222. « Église paroissiale Notre-Dame dite nouvelle église Notre-Dame », notice no IA24000510, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le .
  223. François de vergnette, « Des tableaux de Salon de Jean-Paul Laurens réapparus récemment. », sur latribunedelart.com, (consulté le ).
  224. [1]
  225. « Eglise Saint-Joseph », notice no PA64000038, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le .
  226. « Église Saint-Pierre de Faye », notice no PA00082780, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le .
  227. « Église paroissiale Saint-Pierre de Faye », notice no IA24000514, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le .
  228. « Église paroissiale Saint-Martial », notice no IA24000515, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le .
  229. a et b « À nos Grands Hommes - La monumentalité en cartes postales : Monument : Main gauche ouverte [10763] », sur anosgrandshommes.musee-orsay.fr (consulté le ).
  230. « Hommage à Edmund Ashby », sur SudOuest.fr (consulté le ).
  231. Région Normandie, « Halbout du Tanney Georges », sur unpourcentlycees.normandie.fr, (consulté le ).
  232. « À nos Grands Hommes - La monumentalité en cartes postales : Monument : Monument aux morts de 1870 et au colonel de Nattes [910] », sur anosgrandshommes.musee-orsay.fr (consulté le ).
  233. « À nos Grands Hommes - La monumentalité en cartes postales : Monument : Monument commémoratif du centenaire de la Révolution, ou Buste de la République;Monument commémoratif de la Grande Révolution, ou Buste de la République [1798] », sur anosgrandshommes.musee-orsay.fr (consulté le ).
  234. « À nos Grands Hommes - La monumentalité en cartes postales : Monument : Monument aux morts de 1914-1918 [10799] », sur anosgrandshommes.musee-orsay.fr (consulté le ).
  235. « La Resistance Francaise: Ribérac - Monument des fusillés de 1944 », sur La Résistance Française (consulté le ).
  236. « Faye : le lavoir à Ribérac », sur petit-patrimoine.com (consulté le ).
  237. « Les lavoirs », sur Ville de Ribérac (consulté le ).
  238. « Demeure, puis sous-préfecture, puis lycée, actuellement mairie », sur pop.culture.gouv.fr (consulté le ).
  239. Bernard Gillibert, « Nouvelle vie pour la cabine téléphonique », Sud Ouest,‎ (ISSN 1760-6454, lire en ligne, consulté le )
  240. « Numéro spécial - Les grands projets communaux », sur calameo.com (consulté le ).
  241. « Terroir Noix du Périgord : découvrez ses origines gourmandes », sur noixduperigord.com (consulté le ).
  242. « Fiche produit », sur inao.gouv.fr (consulté le ).
  243. « L'agneau du Périgord », sur Qualité Viande Aquitaine (consulté le ).
  244. « Fiche produit », sur inao.gouv.fr (consulté le ).
  245. Actimage, « Le Poulet du Périgord obtient l'IGP », sur inao.gouv.fr (consulté le ).
  246. « Les Marchés du Périgord Ribéracois », sur Périgord Ribéracois (consulté le ).
  247. a et b « Marchés de Ribérac », sur marchedefrance.org (consulté le ).
  248. Vilaine (2008), L2TC.com - Lieux de Tournage Cinématographique, consulté le .
  249. « Ribérac : Ça fait « désordre » », sur SudOuest.fr (consulté le ).
  250. « Film France : Ca s'est tourné près de chez vous », sur filmfrance.net (consulté le ).
  251. 24352 - Ribérac, L'Armorial des villes et des villages de France, consulté le .
  252. « Explication des armoiries », Le Chroniqueur du Périgord et du Limousin, t. 1,‎ , p. 24 (lire en ligne)