Ouvrir le menu principal

Fernand Faure

personnalité politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Faure.

Fernand Faure
Illustration.
Fonctions
Député
Gouvernement Troisième République
Sénateur
Gouvernement Troisième République
Groupe politique Union démocratique et radicale
Biographie
Nom de naissance André Bertrand Pierre Fernand Faure
Date de naissance
Lieu de naissance Ribérac
Date de décès
Père Pierre Faure
Mère Elisabeth Valade
Conjoint Laure Donnat ( 1887 )
Diplômé de Faculté de droit de Bordeaux
Profession Universitaire
Distinctions Commandeur de la Légion d'honneur ( 1922 )

Fernand Faure est un économiste et un homme politique français né le à Ribérac (Dordogne) et décédé le à Paris.

Sommaire

BiographieModifier

Reçu avocat en 1873, docteur en droit et agrégé en 1878, il enseigne l'économie politique à la Faculté de droit Douai, de 1877 à 1880, puis à Bordeaux, où il a contribué à refonder la Société d'économie politique de cette ville en 1874. Vice-président du cercle girondin de la Ligue pour l'enseignement, franc-maçon du Grand Orient[1], il est élu député de la Gironde en 1885 à l'âge de 32 ans, au scrutin de liste, sur celle des républicains opportunistes. C'est alors un républicain modéré, mais proche des radicaux[1]. Il intervient fréquemment dans les discussions budgétaires à la Chambre des députés. C'est alors un libéral libre-échangiste, de gauche. Il fait partie en février 1886 des fondateurs du groupe parlementaire des libertés économiques avec des députés comme Frédéric Passy ou Yves Guyot[2]. Il suit ce-dernier en 1887 dans deux de ses créations éphémères, l'Association pour la défense des droits individuels et la Ligue pour la séparation des Églises et de l'État par les communes. Il entre en 1888 à la Société d'économie politique de Paris[3].

Il épouse en août 1887 Laure Bonnat, fille de Léon Bonnat, conseiller municipal de Paris, radical et libéral, et président de la libre-échangiste Ligue des contribuables et des consommateurs[4].

Battu, en 1889, au scrutin uninominal par un boulangiste, Antoine Jourde, il reprend ses cours dans la ville de Bordeaux. En 1893, il est nommé à la chaire de statistique à la faculté de Paris, où il enseigne l'histoire des doctrines économiques. De 1896 à 1901, il est directeur général de l'enregistrement, des domaines et du timbre, puis reprend sa chaire, tout en assurant à partir de 1901 la direction de la Revue politique et parlementaire. Il fonde avec Charles Gide la Ligue nationale des économistes, qu'il préside de 1915 à 1920[1].

Maire du 16e arrondissement de Paris en 1912[1], il dirige en 1914 le secrétariat économique et devient chef de cabinet du ministre des finances Paul Painlevé en 1917. Malgré de nombreuses candidatures, il ne retrouve un mandat parlementaire qu'en 1924, en étant élu sénateur de la Gironde. Il meurt en 1929, en cours de mandat.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

SourcesModifier

Liens externesModifier