Ouvrir le menu principal

Guy Penaud

historien français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Penaud.
Guy Penaud
Guy Penaud, ancien commissaire de police et historien.JPG
Guy Penaud en 2009.
Biographie
Naissance
(76 ans)
Pau
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinction
Archives conservées par

Guy Penaud est un ancien commissaire de police et un historien français né le à Pau (Pyrénées-Atlantiques), qui a publié de nombreux livres et articles depuis 1974.

BiographieModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Vie familiale et étudesModifier

Guy Penaud est né le à Pau (département des Basses-Pyrénées devenu Pyrénées-Atlantiques) de Marcel Penaud, officier de police adjoint, originaire du Périgord, et de Marthe Fritsch, originaire du Bas-Rhin, venue se réfugier en 1939 en Dordogne.

Ancien élève de l’école maternelle d’Hilsenheim (Bas-Rhin), de l’école élémentaire Vauban, du collège Saint-Étienne et du lycée Kléber de Strasbourg, il a effectué son service militaire au 11e bataillon parachutiste de choc à Perpignan puis au 1er bataillon parachutiste de choc à Calvi.

Il s'est marié en 1965 à Jacqueline Ladoire, laborantine médicale. Ils ont eu un fils, Emmanuel (1968-2016), administrateur des Finances publiques.

Carrière policièreModifier

Il est entré, en septembre 1964, dans la Police comme gardien de la paix, pour être affecté, de janvier 1965 à avril 1970, à la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) no 22 de Périgueux. Par la suite, il devient inspecteur de police en 1970 (il fut major de sa promotion à l’École nationale de police de Paris), inspecteur principal en 1975, et inspecteur divisionnaire en 1980, à l’antenne de Périgueux du Service régional de police judiciaire de Bordeaux.

Commissaire de police en septembre 1985, après sa scolarité à l’École nationale supérieure de police de Saint-Cyr-au-Mont-d'Or, il devient en 1987 chef de la Circonscription de Police Urbaine de Bergerac (Dordogne) jusqu'en 1990. Commissaire principal, il termine sa carrière administrative en février 1998 comme Directeur départemental de la Sécurité Publique du Lot, à Cahors, après avoir occupé les postes de Chef adjoint de cabinet du Préfet, adjoint pour la sécurité en Corse (1990-1991), puis de chef de la circonscription de Sécurité Publique de Compiègne (Oise) (1991-1995).

Carrière d’historienModifier

 
Olivier Marchal et Guy Penaud en 2013.

Depuis 1974, il a publié de nombreux ouvrages ou articles d'histoire qui se concentrent plus particulièrement sur le Périgord, le Sud-Ouest, la Résistance et les grandes affaires criminelles, ainsi que des biographies (dont celles de Seznec, Bonny, Guéna, Boulin ou Philippe Maine). Il a également organisé l’exposition « Périgueux à la Belle Époque » en 1977 au Musée du Périgord à Périgueux. Il a été administrateur de la Société historique et archéologique du Périgord ; il est membre-fondateur de l’Institut Eugène Le Roy. Il a collaboré à plusieurs publications dont Le Journal du Périgord et a été chroniqueur à France Bleu Périgord. Depuis le 29 septembre 2013, il est membre titulaire de l’Académie des lettres et des arts du Périgord.

Il a notamment contribué à démythifier le rôle d’André Malraux dans la Résistance. Olivier Todd a écrit à ce sujet : « En 1986, Guy Penaud avait publié André Malraux et la Résistance, ouvrage qui ébranlait Malraux résistant. La presse appliqua à ce livre la loi du silence, même si Bernard Pivot le montra en fin d’émission. La documentation gênait. Ni historien professionnel, ni membre d’une nomenklatura critique parisienne, l’auteur ne fut pas consulté au moment de la panthéonisation[1]. »

DistinctionsModifier

Guy Penaud est chevalier de la Légion d'honneur et chevalier des Arts et Lettres.

Ouvrages publiésModifier

 
Raymond Poulidor et Guy Penaud inaugurant en 2009 la plaque commémorant le passage de Lawrence d'Arabie à Châlus.

Notes et référencesModifier

  1. Olivier Todd, André Malraux, une vie, éd. Gallimard, 2001, p. 614.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier