Atlas de paysages

Les atlas de paysages permettent de recenser et de qualifier les paysages, sur la base d'outils et méthodes plus ou moins standardisées de cartographie, d'observation et d'évaluation[1]. Son objet consiste à décrire et qualifier tous les paysages rencontrés, qu’ils soient ruraux, urbains ou péri-urbains, naturels ou construits, banals ou exceptionnels[2].

En EuropeModifier

La Convention européenne du paysage, signée à Florence en 2000, invite les pays européens :

  • à identifier ses propres paysages, sur l’ensemble de son territoire ;
  • à analyser leurs caractéristiques ainsi que les dynamiques et les pressions qui les modifient ;
  • à en suivre les transformations ;
  • à qualifier les paysages identifiés en tenant compte des valeurs particulières qui leur sont attribuées par les acteurs et les populations concernés. (article 6-C.)

En FranceModifier

La France, pour mettre en œuvre ces principes, incite les régions et départements à mettre en place un inventaire systématique des paysages, au travers d'atlas de paysages. Cette démarche est coordonnée en général au niveau des régions par les DREAL (Directions Régionales de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement), et les atlas sont réalisés par des bureaux d'études en paysage.

Les points suivants doivent figurer dans les atlas :

  • Identification des unités paysagères
  • Identification des représentations culturelles du paysage (peinture, littérature, cartes postales…)
  • Évaluation des dynamiques et des enjeux du paysage.

Les atlas listent et cartographient les ensembles paysagés comprenant chacun des unités paysagères, portions de territoire offrant une homogénéité du paysage à l'échelle étudiée. Ces unités sont étudiées une par une en détaillant les aspects géomorphologiques, visuels, écologiques, culturels… On estime à environ 2 000 les unités paysagères en France ; on peut donc considérer que la France compte 2 000 paysages.

Certains atlas (celui du Nord-Pas-de-Calais par exemple[3]) ont intégré des notions d'écologie du paysage, et la dimension « Environnement nocturne », dont l'importance a été rappelée par le Grenelle de l'Environnement et la loi Grenelle qui contient un article sur la pollution lumineuse.

Sous l'égide des ministères concernés, du Museum d'Histoire naturelle et avec les DIREN (devenues DREAL) et les Régions et départements (CAUE…), etc. la France a élaboré quelques outils de description, de cartographie, d'évaluation[4] et d'observation de l'évolution des paysages et d'unités écopaysagères. Pour élaborer et mettre à jour les atlas de paysages (Atlas de paysages régionaux ou départementaux ou locaux), via les observatoires notamment, les acteurs peuvent s'appuyer aux échelles locales sur différents outils, en partie accessibles via le catalogue de données de l'IDCNP (Inventaire des dispositifs de collecte de la nature et des paysages[5]) et via la base de données CARMEN

Il existe des paysages que l'on nomme "urbains" caractérisés par une scène de ville, de bâtiments, etc. La notion de paysage ne se résume pas seulement à un concept géographique.

En France, sur la base des retours d'expérience de 65 atlas déjà publiés couvrant environ 90 % du territoire français, un guide méthodologique (téléchargeable) a été actualisé en 2015, disponible pour tous les acteurs des territoires[6].

Les frontièresModifier

Les frontières politiques et/ou géographiques, les lieux de mémoire et de séquelles de guerre sont souvent des lieux particuliers en termes de paysage[7], avec parfois des no man's land

Notes et référencesModifier

  1. Le Floch S (1996) Bilan des définitions et méthodes d'évaluation du paysage. Ingénieries-EAT, no 5
  2. « Atlas des paysages de Corse », sur MTE Objectif paysages (consulté le 15 février 2021)
  3. Atlas des paysages du Nord-Pas-de-Calais
  4. Le Floch, S. (1996). des définitions et méthodes d'évaluation du paysage. Ingénieries-EAT, no 5
  5. Explications l'intégration des données paysages dans l’inventaire des dispositifs de collecte des données du système d’information sur la nature et les paysages, Ministère chargé de l'Écologie, mars 2009
  6. « Communiqué La méthode des Atlas de paysages 2015 est sortie  »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 13 avril 2015 ; Bâtiment et ville, et « Guide »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  7. Ulrich, D. (2009). Sensibilités paysagères en territoires de frontières. Journées d’études, Lille, 9 et 10 octobre 2008. Revue de l'IFHA. Revue de l'Institut français d'histoire en Allemagne, (1), 32-36. URL : http://ifha.revues.org/316

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Auvergne-Rhône-AlpesModifier

BretagneModifier

Bourgogne-Franche-ComtéModifier

Franche Comté : Uniquement consultable sur place

Centre-Val-de-LoireModifier

CorseModifier

Grand-EstModifier

  • Atlas des paysages Vosges - 2007 — Uniquement consultable sur place

Atlas des paysages Meurthe et Moselle

  • Champagne-Ardennes : Uniquement consultable sur place

Hauts-de-FranceModifier

Île-de-FranceModifier

NormandieModifier

Nouvelle-AquitaineModifier

OccitanieModifier

Provence-Alpes-Côte d’AzurModifier

Pays-de-la-LoireModifier

DOM-TOMModifier

Atlas des paysages de Mayotte