Ouvrir le menu principal

Bassin versant de la Dordogne

bassin versant du fleuve Dordogne

Bassin de la Dordogne
Situation
Image illustrative de l’article Bassin versant de la Dordogne
Pays Drapeau de la France France
Caractéristiques
Déversoir Estuaire de la Gironde
Principaux cours d'eau Dordogne, Isle, Vézère
Superficie 23 957 km2

Le bassin de la Dordogne est un bassin versant situé en France, qui comprend le système hydrologique de son principal cours d'eau, la Dordogne.

Le 11 juillet 2012, l'ensemble du bassin est classé en réserve de biosphère par l'UNESCO[1].

SituationModifier

Située au nord-est du bassin Adour-Garonne, la Dordogne est un affluent en rive droite de la Garonne. Sa réunion avec la Garonne forme l’estuaire de la Gironde. Le bassin de la Dordogne s'étend sur 23 957 km2, entièrement en France[2]. Il fait partie du bassin versant Adour-Garonne, vaste ensemble de 116 000 km2 défini par l'agence de l'eau Adour-Garonne[3],[4].

Découpage territorialModifier

 
Le château de Beynac et la Dordogne.
 
Le barrage de Mauzac sur la Dordogne.

Le bassin comprend un fleuve principal, la Dordogne, mesurant 483 km. La Dordogne possède trois affluents de plus de 100 km : l'Isle (255 km), la Vézère (211 km) et la Cère (120 km). En plus de ces affluents, le bassin comporte deux autres cours d'eau d'une longueur supérieure à 100 km : la Dronne (201 km) et l'Auvézère (112 km), tous deux affluents de l'Isle.

Découpage hydrographiqueModifier

Le bassin versant de la Dordogne constitue une des cinq régions hydrographiques du bassin Adour-Garonne.

Il est composé de six sous-bassins versants[5] :

  • Le bassin de la Dordogne avec son affluent, la Cère, décomposé lui-même en trois sous-bassins versants : La Dordogne à l’amont de la Cère (6 580 km2), la Dordogne à l’aval de la Cère (4 984 km2) et la Dordogne Atlantique (2 100 km2) ;
  • Le bassin de la Vézère (3 725 km2, avec son affluent, la Corrèze ;
  • Le bassin de l'Isle (3 740 km2, avec son affluent, l'Auvézère ;
  • Le bassin de la Dronne (2 794 km2).
 
Découpage du bassin de la Dordogne en sous-bassins versants et secteurs hydrographiques.

Découpage administratifModifier

En France, la Dordogne baigne trois régions et six départements[6]:

De plus, son bassin versant s'étend en partie sur cinq départements supplémentaires[6] en Nouvelle-Aquitaine : la Charente, la Charente-Maritime, la Creuse, la Haute-Vienne et le Lot-et-Garonne.

Cours d'eauModifier

 
L'Isle à Nanthiat.
 
La Vézère à Terrasson-Lavilledieu.

La liste suivante recense partiellement les cours d'eau les plus longs composant le bassin de la Dordogne. Elle est organisée de manière hiérarchique, en remontant de l'embouchure d'un cours d'eau vers sa source. Les lieux entre parenthèses correspondent aux communes situées au confluent du cours d'eau considéré avec celui dans lequel il se jette. Afin de limiter la taille de la liste, elle est restreinte aux cours d'eau qui atteignent ou dépassent 50 km, ou qui possèdent au moins un affluent ou sous-affluent de plus de 50 km de long.

Classement en Réserve de biosphère par l’UNESCOModifier

Bassin de la Dordogne *
 
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Pays   France
Régions Auvergne-Rhône-Alpes, Nouvelle-Aquitaine, Occitanie
Départements Cantal, Charente, Charente-Maritime, Corrèze, Creuse, Dordogne, Gironde, Haute-Vienne, Lot, Lot-et-Garonne, Puy-de-Dôme
Création 11 juillet 2012
Superficie Cœur : 527 km2
Zone tampon : 2 515 km2
Zone de transition : 20 828 km2
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Une réserve de biosphère est une désignation attribuée par l’UNESCO sur un territoire conciliant activités humaines et préservation de l’environnement.

Le 11 juillet 2012, l'UNESCO a inscrit le bassin de la Dordogne au réseau international des réserves de biosphère, avec pour structure de coordination l'Établissement public territorial du bassin de la Dordogne (EPIDOR)[7],[8].

CaractéristiquesModifier

La réserve de biosphère du bassin de la Dordogne possède une surface totale de 23 870 km2, soit la plus grande de France, et elle est peuplée d’1,2 million d'habitants[7]. Son aire centrale est constituée d’arrêtés préfectoraux de protection de biotope et de la réserve naturelle nationale de Chastreix-Sancy. Sa zone tampon est composée de zones Natura 2000 et se superpose à quatre parcs naturels régionaux : le PNR de Millevaches, le PNR des volcans d'Auvergne, le PNR Périgord-Limousin et le PNR des Causses du Quercy.

Le bassin de la Dordogne est un des seuls endroits de France où la présence de huit espèces migratrices de poissons est avérée, avec le saumon atlantique, la truite de mer, la lamproie fluviatile, la lamproie marine, la grande alose, l’alose feinte, l’anguille, et l’esturgeon d'Europe[9]. D’autres espèces liées à l’eau, telles que la loutre commune et le vison d'Europe, ou encore le flûteau nageant, sont également présentes.

HistoriqueModifier

Un dialogue presqu’ininterrompu a émergé à travers le temps et l’espace, entre tous ceux qui sont attachés à la qualité de la Dordogne et de sa vallée. Il s’est amplifié au milieu des années 1970 avec une forte mobilisation scientifique et publique pour stopper l’extraction massive de granulats du lit mineur de la Dordogne. À partir du début des années 1980, ce dialogue s’est poursuivi de manière plus consensuelle.

  • 1991 : création d’une institution interdépartementale entre les départements du Puy-de-Dôme, du Cantal, de la Corrèze, du Lot, de la Dordogne et de la Gironde, dénommée EPIDOR, afin de promouvoir le dialogue territorial au travers d’études et de programmes de gestion et d’animation menés sur tout le bassin de la Dordogne.
  • 1992 : élaboration et adoption de la Charte Vallée Dordogne proposant 370 consensus, décidés collectivement à l'issue du sommet vallée Dordogne, pour gérer et protéger la rivière et pour orienter l'action publique sur le bassin hydrographique de la Dordogne et l'action d'EPIDOR[10].
  • 2006 : reconnaissance d’EPIDOR en tant qu’établissement public territorial du bassin de la Dordogne et délimitation d’un périmètre associé, par arrêté du préfet de bassin Adour-Garonne du 13 novembre 2006.
  • 2012 : organisation des deuxièmes états généraux du bassin de la Dordogne au cours desquels l’Unesco a distingué le bassin de la Dordogne en tant que réserve de biosphère, coordonnée par EPIDOR[11].

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Chantal Gibert, La Dordogne labellisée, Sud Ouest édition Dordogne du 13 juillet 2012.
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Dordogne (P---0000) » (consulté le 2 juillet 2014).
  3. Le bassin versant Adour-Garonne sur le site de l'agence de l'eau Adour-Garonne (lire en ligne)
  4. Le bassin versant de la Dordogne sur le site de l'agence de l'eau Adour-Garonne (lire en ligne)
  5. « Bassin versant de la Dordogne », sur http://www.eau-adour-garonne.fr (consulté le 4 novembre 2017)
  6. a et b Bassin de la Dordogne sur le site de l'EPTB, consulté le 23 juin 2014.
  7. a et b Réserve de biosphère du Bassin de la Dordogne
  8. Le classement UNESCO Bassin Dordogne sur le site de la Réserve de biosphère du bassin de la Dordogne
  9. Poissons migrateurs du bassin Adour-Garonne sur le site de l'Agence de l'eau Adour-Garonne
  10. « EPIDOR, une gestion concertée » (consulté le 21 août 2014)
  11. États généraux du bassin de la Dordogne