Ouvrir le menu principal

Michel-François Delannoy

personnalité politique française


Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Delannoy.

Michel-François Delannoy
Illustration.
Fonctions
Conseiller régional du Nord-Pas de Calais
Conseiller général du Nord
(élu pour le Canton de Tourcoing-Nord-Est)
Prédécesseur Patrick Delnatte (RPR)
Successeur Vincent Lannoo (PS )
Maire de Tourcoing
Prédécesseur Jean-Pierre Balduyck (PS )
Successeur Gérald Darmanin (UMP)
Biographie
Nom de naissance Michel-François Delannoy
Date de naissance (56 ans)
Lieu de naissance Tourcoing (Nord)
Nationalité Drapeau de France Français
Parti politique PS

Michel-François Delannoy
Maires de Tourcoing

Michel-François Delannoy est un homme politique français socialiste, né le à Tourcoing (Nord). Il fut, de 2001 à 2008, le premier adjoint de Jean-Pierre Balduyck, maire de Tourcoing, avant de lui succéder. Il est battu aux élections municipales en 2014 par Gérald Darmanin.

BiographieModifier

Le , il remporte les élections municipales à Tourcoing en obtenant 53,58 % des voix au premier tour, devançant largement la liste de l'UMP emmenée par le député Christian Vanneste.

Élu conseiller général du Nord, dans le canton de Tourcoing-Nord-Est en 1998, il a été réélu en 2004.

En mars 2008, vice-président du conseil général du Nord, il démissionne de ce poste tout en restant conseiller général pour se consacrer à la communauté urbaine de Lille. Il devient alors le numéro 2 de Lille Métropole Communauté Urbaine aux côtés de la présidente Martine Aubry, chargé de l'économie.

De 2010 à 2015, Michel-François Delannoy est au Conseil régional du Nord Pas-de-Calais. Il abandonne alors son mandat de conseiller général du Nord. Il décide de ne pas se représenter pour un second mandat en 2015.

Le , Michel-François Delannoy (43,42 %) est battu par Gérald Darmanin qui gagne les élections municipales avec 45,61 % des suffrages et 671 voix d'avance, dans une triangulaire complétée par Jean-François Bloc (Front national (10,96 %). En mai 2017, il annonce qu'il quitte la présidence du principal groupe municipal d'opposition.

Il est exclu du Parti Socialiste en 2017 pour avoir soutenu Emmanuel Macron à l'élection présidentielle[1].

RéférencesModifier

  1. « Nord : il était une fois le PS », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 22 février 2018)