Ouvrir le menu principal

Pays de Ferrain
Subdivision administrative Hauts-de-France
Subdivision administrative Nord
Villes principales Comines, Roubaix, Tourcoing et Lannoy.
Coordonnées 50° 42′ nord, 3° 09′ est
Géologie sable et argile
Régions naturelles
voisines
Mélantois, Pévèle,
Barœul et Plaine de la Lys.

Image illustrative de l’article Ferrain
Localisation

Le Ferrain est l’un des cinq pays, dénommés quartiers, formant l’ancienne châtellenie de Lille qui était située dans le nord de la France (au nord-est de l’actuelle Communauté urbaine de Lille).

La ville de Comines en était le chef-lieu sous l’Ancien Régime, mais l’important développement économique et démographique de Tourcoing et de Roubaix durant le XIXe siècle permirent à ces dernières de devenir les deux principales cités de ce pays.

Sommaire

Description géographiqueModifier

Le Ferrain s'étend tel un croissant longeant la frontière belge, partant au nord-ouest de la rivière Lys à Halluin, Bousbecque et Comines, et s'arrêtant à Lannoy au sud-est.

Cette petite région géographique est dans la grande plaine du nord-ouest européen caractérisée par un léger relief dû à quelques petites buttes-témoins. Celles situées sur les communes de Halluin, Linselles et Wervicq-Sud atteignent presque les 60 mètres[1] et délimitent les abords de la plaine alluviale de la Lys située plus à l’ouest.

HistoireModifier

Une partie du territoire situé sur la rive droite de la Deûle, en aval de son confluent avec la Marque, avait échappé au pagus de Courtrai et était comprise au XIVe siècle dans le doyenné de Lille : Deûlémont, Quesnoy, Bondues, Mouvaux et Croix. Cette région a été appelée le Férain [sic[2]] depuis au moins le XIVe siècle[3].

CommunesModifier

Notes et référencesModifier

  1. « PLU de Lille Métropole »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [PDF], (consulté en 2006).
  2. Aujourd’hui habituellement orthographié « Ferrain ».
  3. Léon Vanderkindere, La Formation territoriale des principautés belges au Moyen Âge, vol. I, Bruxelles, H. Lamertin, (réimpr. 1981), 2e éd., 420 p. (lire en ligne [PDF]), p. 282–283
    Citant lui-même le Père Jean Buzelin, Gallo-Flandria sacra et profanapartie I, p. 64 (OCLC 492529638).

Articles connexesModifier

BibliographieModifier