Les Petits Meurtres d'Agatha Christie

Téléfilm d'une adaptation d'Agatha Christie
Les Petits Meurtres
d'Agatha Christie
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo de la série.
Titre original Les Petits Meurtres d’Agatha Christie
Genre Policier
Création Anne Giafferi
Murielle Magellan
Production Denis Carot
Sophie Révil
Acteurs principaux Antoine Duléry (2009-2012)
Marius Colucci (2009-2012)
Samuel Labarthe (2013-2020)
Blandine Bellavoir (2013-2020)
Élodie Frenck (2013-2020)
Arthur Dupont (2021-)
Émilie Gavois-Kahn (2021-)
Chloé Chaudoye (2021-)
Musique Stéphane Moucha
Pays d'origine Drapeau de la France France
Chaîne d'origine France 2
Nb. de saisons 3
Nb. d'épisodes 44
Durée 90 minutes
Diff. originale en production
Site web france.tv/france-2/les-petits-meurtres-d-agatha-christie/

Les Petits Meurtres d'Agatha Christie est une série française de téléfilms policiers créée par Anne Giafferi et Murielle Magellan, inspirée des romans d'Agatha Christie, et diffusée depuis le sur France 2.

La série est divisée en trois époques distinctes :

SynopsisModifier

Les histoires sont une adaptation libre des romans d'Agatha Christie.

Dans la première saison, l'action se déroule dans les années 1930 dans le Nord-Pas-de-Calais. Les personnages principaux sont le commissaire Jean Larosière (Antoine Duléry), quinquagénaire séducteur et épicurien cultivé et son adjoint l'inspecteur Émile Lampion (Marius Colucci), trentenaire homosexuel, timide et gaffeur, mais très attachant. Ce duo est inspiré d'Hercule Poirot et du capitaine Hastings.

Dans la deuxième saison, l'action est transposée tout à la fin des années 1950 puis au début des années 1960[Note 1]. Les enquêteurs sont désormais la journaliste de La Voix du Nord Alice Avril (Blandine Bellavoir), curieuse et fonceuse mais envahissante ; le commissaire Swan Laurence (Samuel Labarthe), quadragénaire froid, sec et psychorigide, mais toujours élégant, distingué, séducteur et cultivé ; la secrétaire du commissaire, Marlène Leroy (Élodie Frenck), belle, douce, attentionnée et sexy, mais présentée comme très naïve.

La saison 3 se situe dans les années 1970, avec un nouveau trio formé par : Annie Gréco (Émilie Gavois-Kahn), la première femme commissaire de France au caractère bien trempé, sarcastique et douée ; l'homme de terrain impulsif et macho, l'inspecteur Max Beretta (Arthur Dupont) ; la psychologue débutante, douce et pugnace, Rose Bellecour (Chloé Chaudoye).

Saison 1 (2009-2012) - Années 1930Modifier

DistributionModifier

Principaux
Secondaires
  • Serge Dubois : Ménard, policier (11 épisodes)
  • Olivier Carré : Verdure, médecin légiste (5 épisodes)
  • Flore Bonaventura puis Alice Isaaz : Juliette Larosière, fille de Jean Larosière (2 épisodes)

ÉpisodesModifier

Les épisodes sont diffusés du au sur France 2.

  1. Les Meurtres ABC (basé sur A.B.C. contre Poirot) scénario et dialogues Jean-Luc Gaget
  2. Am Stram Gram (basé sur Témoin indésirable)
  3. La Plume empoisonnée (basé sur La Plume empoisonnée)
  4. La Maison du péril (basé sur La Maison du péril)
  5. Le Chat et les Souris (basé sur Le Chat et les Pigeons)
  6. Je ne suis pas coupable (basé sur Je ne suis pas coupable)
  7. Cinq Petits Cochons (basé sur Cinq Petits Cochons)
  8. Le Flux et le Reflux (basé sur Le Flux et le Reflux)
  9. Un cadavre sur l'oreiller (basé sur Un cadavre dans la bibliothèque)
  10. Un meurtre en sommeil (basé sur La Dernière Énigme)
  11. Le Couteau sur la nuque (basé sur Le Couteau sur la nuque)

Saison 2 (2013-2020) - Années 1950-1960Modifier

DistributionModifier

Principaux
Secondaires
  • Dominique Thomas : le commissaire divisionnaire Ernest Tricard (27 épisodes)
  • Christophe Piret puis François Godart : Robert Jourdeuil, rédacteur en chef de La Voix du Nord (12 épisodes)
  • Cyril Gueï : Dr Timothée Glissant dit « Tim », médecin légiste (13 épisodes)
  • Éric Beauchamp : Martin, policier (14 épisodes)
  • Marie Berto : Arlette Carmouille, secrétaire, puis policière (5 épisodes)
  • Natacha Lindinger : Dr Euphrasie Maillol, médecin légiste (4 épisodes)

ÉpisodesModifier

Les épisodes sont diffusés du au sur France 2.

  1. Jeux de glaces (d'après Jeux de glaces)
  2. Meurtre au champagne (d'après Meurtre au champagne)
  3. Témoin muet (d'après Témoin muet)
  4. Pourquoi pas Martin ? (d'après Pourquoi pas Evans ?)
  5. Meurtre à la kermesse (d'après La Fête du potiron)
  6. Cartes sur table (d'après Cartes sur table)
  7. Le crime ne paie pas (d'après Le Crime du golf)
  8. Pension Vanilos (d'après Pension Vanilos)
  9. Un meurtre est-il facile ? (d'après Un meurtre est-il facile ?)
  10. Mademoiselle McGinty est morte (d'après Mrs McGinty est morte)
  11. Murder Party (d'après Un meurtre sera commis le...)
  12. L'Étrange Enlèvement du petit Bruno (d'après la nouvelle L'Enlèvement de Johnnie Waverly)
  13. Le Cheval pâle (d'après Le Cheval pâle)
  14. L'Affaire Protheroe (d'après L'Affaire Protheroe)
  15. La Mystérieuse Affaire de Styles (d'après La Mystérieuse Affaire de Styles)
  16. Albert Major parlait trop (d'après Le major parlait trop)
  17. L'Homme au complet marron (d'après L'Homme au complet marron)
  18. Le miroir se brisa (d'après Le miroir se brisa)
  19. Crimes haute couture (d'après La Troisième Fille)
  20. Le Crime de Noël (scénario original)
  21. Drame en trois actes (d'après Drame en trois actes)
  22. Meurtres en solde (d'après Le Noël d'Hercule Poirot)
  23. Mélodie mortelle (Très légèrement d'après Cinq heures vingt-cinq)
  24. Ding Dingue Dong (d'après Les Vacances d'Hercule Poirot)
  25. L'Heure zéro (d'après L'Heure zéro)
  26. Rendez-vous avec la mort (d'après Rendez-vous avec la mort)
  27. Un cadavre au petit déjeuner (scénario original/comédie musicale)

Saison 3 (2021-) - Années 1970Modifier

DistributionModifier

Principaux
Secondaires

ÉpisodesModifier

Les épisodes sont diffusés depuis le sur France 2.

Les épisodes de cette saison sont en majorité basés sur des scénarios originaux (hormis les épisodes 1 et 3)[6]. L'absence de la mention "(d'après...)" indique que l'épisode est librement inspiré des œuvres d'Agatha Christie, sans se focaliser sur un roman en particulier.

  1. La Nuit qui ne finit pas (d'après La Nuit qui ne finit pas)
  2. La Chambre noire[7],[8]
  3. Le Vallon (d'après Le Vallon)
  4. Quand les souris dansent[9]
  5. Mourir sur scène
  6. Jusqu'à ce que la mort nous sépare
  7. Meurtres du troisième type[10]
  8. En un claquement de doigt[10]

ProductionModifier

DéveloppementModifier

En novembre et , France 2 diffuse une mini-série de quatre épisodes, Petits Meurtres en famille, adaptée du roman Le Noël d'Hercule Poirot d'Agatha Christie. Dans ce feuilleton apparait pour la première fois le tandem constitué par les personnages du commissaire Larosière et de l'inspecteur Lampion. La série rencontre un grand succès critique et est suivie par une moyenne de 7,3 millions de téléspectateurs. La chaine décide donc de commander une série télévisée sous le nom de Les Petits Meurtres d'Agatha Christie qui adapte d'autres romans de Christie et qui met en scène le mêmes duo d'enquêteurs[11].

Il est à noter qu'il y a une incompatibilité chronologique entre la mini-série de 2006 et la série de 2009. En effet, dans la mini-série, Lampion et Larosière se rencontrent pour la première et dernière fois, quelques mois avant le début de la Seconde Guerre mondiale, alors que dans la série qui suit, ils travaillent ensemble sur plusieurs affaires durant la période de l'entre-deux-guerres (à titre d'exemple, l'épisode La Maison du péril est clairement situé en 1936, et Am Stram Gram en 1934 comme l'atteste le journal).

La seconde incompatibilité chronologique est que Lampion soit âgé de 23 ans dans Petits Meurtres en famille, dont l'histoire se déroule en 1939 (il était dans la même classe que son ami Richard qui déclare avoir 23 ans). Cela signifierait que Lampion aurait 18 ans dans l'épisode Am stram gram qui se situe en 1934, ce qui est impensable.

En , Antoine Duléry et Marius Colucci annoncent leur départ de la série[12]. Antoine Duléry explique que lui et Colucci ont fait le tour de leurs personnages et qu'« il faut partir quand il fait beau »[13]. La production se met à la recherche d'un nouveau tandem d'acteurs.

En , un nouveau duo naît : Blandine Bellavoir dans le rôle d'Alice Avril, une journaliste de La Voix du Nord, et Samuel Labarthe dans le rôle du commissaire Swan Laurence. Dans un rôle secondaire, Élodie Frenck interprète Marlène, la secrétaire personnelle du commissaire. L'action est désormais transposée à la fin des années 1950, avec une ambiance à la Mad Men[14]. À partir du cinquième épisode écrit par Jean-Luc Gaget (Meurtre à la kermesse), le duo devient un trio du fait du développement du personnage de Marlène[15]. Son interprète, Élodie Frenck, figure désormais au générique d'ouverture.

Au bout de sept ans et demi de diffusion, les acteurs et la production décident, d'un commun accord, de mettre un terme à la Saison 2, la production ayant du mal à concevoir des situations originales, et la distribution principale ayant des envies d'ailleurs.[16]

En mars 2020, une nouvelle équipe se forme. Elle est composée d'Arthur Dupont, qui joue l'inspecteur Max Beretta, un policier aux méthodes peu conventionnelles, et d'Émilie Gavois-Kahn, dans le rôle de la première commissaire de France, Annie Greco. Chloé Chaudoye, qui interprète une psychologue issue d'un milieu aisé, vient compléter l'équipe. L'action se déroule en 1972, peu de temps après les événements de mai 1968.

Le tournage de quatre épisodes de la série necessite au total six mois de travail, dont plusieurs semaines de postproduction. La série représente l'un des plus gros budgets fiction de France Télévisions[17], le coût de fabrication d'un épisode s'élevant à 2,5 millions d'euros[18].

TournageModifier

Les scènes se déroulant dans les décors permanents de la série (comme le commissariat ou l'agence de La Voix du Nord) sont tournées dans un studio de 1 500 m2 à Tourcoing (Nord). En 2016, la production doit déménager dans de nouveaux locaux (les anciens ayant été vendus) et s'installe dans un studio de 2 500 m2, toujours à Tourcoing. Plus grand, le nouveau studio permet d'y construire des décors temporaires au lieu de les concevoir sur d'autres sites[19].

Le premier épisode Am Stram Gram est tourné du au . Cet épisode sera suivi par Les Meurtres ABC, tourné en . Le tournage du troisième épisode (La Plume empoisonnée), réalisé par Éric Woreth, se déroule du au [20], dans la région lilloise. Il est suivi au mois de juin par le tournage du quatrième épisode (La Maison du péril) en Picardie et au Nord-Pas-de-Calais, toujours réalisé par Éric Woreth[21]. De nombreuses scènes sont tournées dans les villes d'Armentières et de Douai. Du au a lieu le tournage du sixième épisode (Je ne suis pas coupable)[22]. Les neuvième et dixième épisodes (Un cadavre sur l'oreiller et Un meurtre en sommeil) sont tournés fin , et le onzième (Le Couteau sur la nuque) en octobre de la même année[23].

Le nouveau duo tourne le premier épisode de la deuxième saison (Jeux de glaces) du au [24],[25]. Le deuxième épisode (Meurtre au champagne) est tourné du au [26],[27]. Les onzième et douzième épisodes (Murder Party et L'Étrange Enlèvement du petit Bruno) sont tournés du au [28]. Le douzième épisode est notamment tourné au château d'Antoing, en Belgique[29]. Les treizième et quatorzième épisodes (Le Cheval pâle et L'Affaire Protheroe) sont tournés d'octobre à [30],[31]. Les quinzième et seizième épisodes (La Mystérieuse Affaire de Styles et Albert Major parlait trop) sont tournés quant à eux d'avril à . Les deux épisodes suivants (Le miroir se brisa et L'Homme au complet marron) sont tournés d'octobre à , puis les épisodes 19 et 21[32], Crimes haute couture et Drame en trois actes sont tournés du au . Un épisode spécial Noël, Crime de Noël, s'est tourné tout au long du mois d'octobre pour une diffusion à Noël, puis un autre épisode intitulé Meurtres en solde, est tourné, notamment à la villa Cavrois, jusqu'au 1er décembre.

Les vingt-troisième et vingt-quatrième épisodes (Mélodie mortelle et Ding Dingue Dong) sont tournés dans le Nord entre le et le .

Trois nouveaux épisodes sont tournés du au , dont un épisode spécial comédie musicale. En , France 2 a annoncé que de nouveaux épisodes seront tournés en 2020[33],[34],[35],[36].

Fin , le quotidien régional La Voix du Nord annonce que l'épisode Un cadavre au petit déjeuner, tourné sous forme de comédie musicale et qui sera diffusé en 2020, viendra clore « définitivement » la série des Petits Meurtres d'Agatha Christie[37], venant contredire les déclarations faites en par la chaîne. Cependant, quelques jours plus tard, France Télévisions annonce une nouvelle saison avec une nouvelle distribution, ancrant cette fois-ci les enquêtes dans les années 1970, le tournage est initialement prévu pour commencer début 2020[38].

Le , il est annoncé par Escazal Films que l'hôpital de Lens servira de décor au commissariat de la saison 3 et que le tournage commencera le [39]. À cause de la pandémie de Covid-19, le tournage est finalement reporté[40]. Dans une interview accordée à France 3 Hauts de France, Sophie Révil annonce que les tournages reprendront (ou plutôt commenceront) le 29 juin 2020 jusqu'au 28 août. Les troisième et quatrième épisodes, respectivement nommés Le Vallon et Quand les souris dansent, sont tournés du 19 octobre au 18 décembre 2020. Le tournage des cinquième et sixième épisodes, respectivement nommés Mourir sur scène et Jusqu'à ce que la mort nous sépare, a eu lieu du 19 avril au 25 juin 2021[41]. Les septième et huitième épisodes, respectivement nommés Meurtres du 3ème type et En un claquement de doigt, sont en tournage du au à Lille[42],[10].

Parallèlement, un deuxième documentaire sur la série a été tourné courant 2020. Ce documentaire a la particularité d'être centré sur les trois saisons et met en lumière des interviews ainsi que des extraits de tournage, remontant jusqu'à 2007. Il rassemble ainsi Antoine Dulery et Marius Colucci dans un premier temps, Samuel Labarthe, Blandine Bellavoir et Élodie Frenck dans un deuxième temps, puis Arthur Dupont, Émilie Gavois-Kahn et Chloé Chaudoye. Il est diffusé le 29 janvier 2021, après le premier épisode de la saison 3.

Fiche techniqueModifier

Diffusion internationaleModifier

La série est diffusée dans plusieurs pays :

AccueilModifier

AudiencesModifier

Les onze épisodes de la première saison attirent en moyenne 4,66 millions de téléspectateurs, soit 19 % de part d'audience. La meilleure audience est réalisée par le 10e épisode, Un meurtre en sommeil, diffusé le , qui est suivi par 5,66 millions de téléspectateurs, soit 21,5 % de part de marché. Le 3e épisode, La Plume empoisonnée, diffusé le , réalise la plus mauvaise audience de la saison attirant 4,03 millions de téléspectateurs, soit 16 % de part d'audience.

La deuxième saison est suivie en moyenne par 4,43 millions de téléspectateurs, soit 19,3 % du public. La meilleure audience est réalisée par le 20e épisode, Crime de Noël, diffusé le , qui attire 6,1 millions de téléspectateurs, soit 25,3 % de part de marché, un record historique pour la série. L'audience la moins élevée est réalisée par le 5e épisode, Meurtre à la kermesse, diffusé le , qui est suivi par 3,66 millions de téléspectateurs, soit 15 % de part d'audience.

Réception critiqueModifier

La série obtient un score de 4,1 / 5 sur Allociné, basé sur 644 notes dont 71 critiques[50], et de 7,7 / 10 sur IMDb, basé sur 629 votes[51].

Télérama se rejouit de retrouver le duo d'enquêteurs Larosière-Lampion vu dans Petits Meurtres en famille, ainsi qu'une série mélangeant mystère et humour dans une ambiance des années 1930. Antoine Duléry est parfait en cousin français d'Hercule Poirot, et Marius Colucci est « irrésistible d'ingénuité et de burlesque »[52]. Lors de la deuxième saison, Hélène Rochette trouve que Samuel Labarthe possède « le raffinement old school d'un Roger Moore », que l'impétuosité de Blandine Bellavoir fait mouche, mais que c'est Élodie Frenck qui « emporte la mise par sa vis comica »[53].

D'après un sondage OpinionWay pour TV Magazine, elle est la série française préférée des téléspectateurs en 2016 devant Profilage, diffusée sur TF1, Un village français, diffusée sur France 3, et Fais pas ci, fais pas ça, diffusée sur France 2[54]. En 2017, elle est encore élue série française préférée des téléspectateurs devant Capitaine Marleau, diffusée sur France 3, et Joséphine ange gardien, diffusée sur TF1.

RécompensesModifier

ParticularitésModifier

Anecdotes sur la distributionModifier

  • La fille du commissaire Larosière, qui apparaît dans les épisodes 5 et 11 de la saison 1, fut interprétée par deux actrices différentes (respectivement Flore Bonaventura et Alice Isaacz).
  • Dans la deuxième saison, le commissaire Swan Laurence conduit un coupé bordeaux de type Facel Vega Facellia FA[57],[58],[59].
  • Dans l'épisode Meurtres au champagne, le rôle de Babette est jouée par Hélène Médigue qui est en réalité la femme de Samuel Labarthe (qui interprète le commissaire Laurence).
  • Dans l'épisode Meurtres en solde, le rôle du fils du commissaire Laurence est interprété par Alexandre Labarthe, le propre fils de Samuel Labarthe, également acteur[60].

Parmi les premiers rôles, on retrouve des acteurs ayant interprété un autre personnage, parfois même avant de figurer dans les premiers rôles :

  • Blandine Bellavoir a joué un autre personnage avant celui d'Alice Avril. Elle interprétait Albertine dans l'épisode Le Flux et le Reflux (épisode 8 de la saison 1).
  • Élodie Frenck interprète également un deuxième rôle, celui de la sœur de Marlène, Solange Vanilos, dans l'épisode Pension Vanilos.
  • Samuel Labarthe joue également un deuxième personnage, celui du professeur de théâtre Herbert Michel, dans l'épisode Drame en trois actes.
  • Antoine Duléry, connu pour avoir interprété le commissaire Jean Larosière dans la saison 1, a fait une apparition dans le dernier épisode de la saison 2 en interprétant Maurice Larosière, le neveu de Jean Larosière et remplaçant du commissaire Laurence.
  • Chloé Chaudoye a d'abord joué dans le 24e épisode de la saison 2 (Ding Dingue Dong) avant de jouer le rôle principal de Rose Bellecour dans la saison 3.

Parmi les seconds rôles, de nombreuses personnes ont tourné dans plusieurs épisodes de la série dans des rôles différents :

Références à l’œuvre d'Agatha ChristieModifier

La série française reprend la trame principale des intrigues créées par d’Agatha Christie au travers des personnages Hercule Poirot et Miss Marple. En regardant attentivement certains épisodes, le spectateur peut découvrir des clins d’œil à la romancière : une photographie d'Agatha Christie sur un mur dans Am Stram Gram ; Alice Avril qui lit un de ses romans dans Un meurtre est-il facile ? ; le commissaire Laurence téléphonant à un dénommé inspecteur Japp dans Pension Vanilos.

Cependant, la singularité de la série est son ancrage dans une réalité française d’après-guerre (pour les deux premières saisons). Dans la première saison, la thématique des gueules cassées et des traumatismes de la Première Guerre mondiale est évoqué dès le premier épisode, Meurtres ABC. Dans la saison 2, ce sont les thématiques de la Résistance, de l’Epuration, de la Collaboration et de la Guerre Froide qui sont évoquées, notamment dans L’Homme au complet marron et Pension Vanilos.

On note également une mise en parallèle des personnages français avec les personnages d'Agatha Christie :

Larosière-Lampion / Poirot-Hastings

Dans la première saison, le duo Larosière-Lampion n'est pas sans rappeler le duo Hercule Poirot-capitaine Hastings. Les deux hommes entretiennent une amitié solide au-delà des liens professionnels qui les unissent. Tout comme Hercule Poirot, Jean Larosière a tendance à dénigrer son collègue Emile Lampion (Hastings). Dans l'épisode Meurtres ABC, Larosière fait, par exemple, cette réflexion à Lampion : « Lampion, cherchez un peu dans cet espace vide que vous appelez votre cerveau. » (1 :19 :30). Larosière est comme un père pour Lampion tout comme Hercule Poirot l'est pour Hastings.

Toutefois, le personnage de Jean Larosière est « un homme à femmes », un séducteur, ce que n'est pas Hercule Poirot, cet homme de cœur qui n'a eu qu'un seul grand amour, la comtesse russe Vera Rossakoff. Ce côté séducteur de Larosière emprunte au cliché universel du Français collectionneur de femmes. Hercule Poirot, bien que francophone, échappe au cliché. Larosière est un amoureux de la poésie, point assez français ; Hercule Poirot, lui, se passionne pour la psychologie humaine.

Quant à Lampion, il possède cette même innocence et bonté que le capitaine Hastings. Il voue, lui aussi, une grande admiration pour son ami et collègue. Tout comme Hastings, Lampion est un homme volontaire.

Marlène / Miss Lemon

Dans la saison 2, le trio Alice-Marlène-Swan reflète le trio Poirot–Hastings–Miss Lemon. Marlène est la secrétaire privée du commissaire, comme Miss Lemon est celle de Hercule Poirot. Célibataires toutes les deux, les deux secrétaires sont cependant antagonistes : Miss Lemon est réfléchie, intelligente, organisée tandis que Marlène est un peu sotte, très émotive et superficielle. Si Marlène ne possède pas toutes les compétences que requiert une secrétaire, on comprend que sa beauté et sa gentillesse lui ont permis de garder ce poste.

Alice Avril / Ariadne Oliver

Au début de la première saison, on note une similitude entre Alice Avril et le capitaine Hastings : tous deux sont un peu naïfs, aux manières empruntées, et en retrait. Cependant, au fil de épisodes, le personnage d'Alice prend de l'assurance et évolue vers une jeune femme indépendante, au caractère affirmé, audacieuse, brusque parfois mais sensible, et ayant à cœur l'émancipation des femmes. En cela Alice emprunte beaucoup à un autre personnage d'Agatha Christie : Ariadne Oliver la romancière, l'amie loyale de Hercule Poirot. Alice est journaliste, Ariadne est auteure de romans policiers. Ariadne est elle aussi indépendante, féministe, brusque dans ses manières et quelque peu extravagante (elle fait souvent sourciller Hercule Poirot, comme Alice avec le commissaire). Elle accompagne Poirot dans certaines de ses enquêtes et, à l'instar d'Alice, n'hésite pas à se mettre en danger pour trouver l'assassin : ainsi est-elle assommée et enlevée dans La Troisième Fille, comme l'est Alice dans Pourquoi pas Martin ?.

commissaire Laurence

Il possède un côté anglais qui n’est pas sans rappeler les origines britanniques de sa création. Il est orgueilleux et imbu de sa personne comme le sont Larosière, Poirot et l’inspecteur Japp. Célibataire comme Hercule Poirot, il plaît aux femmes, tout comme Larosière avant lui, et il en profite. Cependant, à l'instar de Poirot, il tombe vraiment amoureux d'une femme dans Murder party : la médecin légiste Euphrasie Maillol.

Les références historiquesModifier

Dans le premier épisode de la première saison, Meurtres ABC, le suspect numéro un est un ancien soldat de la Première Guerre Mondiale. L’aubergiste le surnomme « Crâne d’acier » (15 :18) à cause de sa blessure de guerre : des résidus d’obus encore présents dans sa boite crânienne. « Je suis une gueule cassée madame. Verdun 1917, j’avais à peine 20 ans. […]. » (22 :50). Dans ce contexte, le personnage, monsieur Cust, rappelle la détresse sociale dans laquelle se sont retrouvés les gueules cassés. Maigres pensions, blessures visibles et invisibles qui parfois, pouvaient s’avérer être des obstacles à une réinsertion sociale réussie. On parle ici de réinsertion sociale car après les horreurs de la guerre vécues, la vie ne pouvait être la même pour ces hommes. Mais la société n’était pas préparée non plus à tant d’horreur, et face aux corps mutilés et aux âmes meurtries des anciens soldats, elle ne s’est pas toujours montrée à la hauteur. Le personnage ici, est extrêmement heureux d’avoir réussi à trouver du travail. Un chapeau cache son crâne blessé. Il a parfois de fortes migraines qui lui font oublier l’instant présent. Le personnage est présenté comme meurtri mais déterminé à avancer. Le téléspectateur peut remarquer sa détresse quand il explique qu’il risque de perdre son travail s’il ne vend pas de bas. L’importance d’un travail lui donne un statut social reconnu dans la société, un tremplin pour avancer et ne plus être seulement un morceau de chair survivant de la guerre. Le personnage l'exprime clairement : « Les services sociaux essaient de trouver du boulot aux gueules cassés. On est des millions à avoir été blessés. Quand j’ai ouvert ma lettre d’engagement j’ai cru que je pourrais enfin avoir une vie à moi, une vie normale. […] Ce travail c’était ma chance […]. » (1 :17 :10). Il est aussi montré l'importance de la médecine dans la vie de cet ancien soldat (tout au long des saisons, les progrès de la médecine sont « des éléments cadres » de l'intrigue). Monsieur Cust a des pertes de mémoire mais le traitement du médecin serait à l’origine de celles-ci (28 :25). La situation politique allemande est aussi évoquée dès cet épisode : Emile Lampion et le policier parle de la situation en Allemagne. L’inspecteur Duval évoque « une révolution » tandis que Lampion exprime ses doutes sur le chancelier allemand (42 :37 -> 42 :47).

Dans l'épisode Le Flux et le reflux, Larosière enquête sur le meurtre de son ancien capitaine. Une réelle amitié s'était nouée entre les deux hommes de front. On apprend dans cet épisode que c'est de lui d'où vient l'amour de la poésie de Larosière. Ce dernier est particulièrement bouleversé à sa mort et les souvenirs de la guerre revienne le hanter.

Dès le premier épisode de la saison 2, Jeux de glaces, le téléspectateur est informé que l’intrigue a lieu après la Seconde Guerre Mondiale notamment avec le personnage de Jimmie White, un étatsunien resté par amour en France. Cet élément n’est pas sans rappeler l’aide des Etats-Unis à la France durant la Seconde Guerre Mondiale et les nombreuses relations (sentimentales, professionnelles, culturelles) qui ont découlé de cette alliance. Couple mixte donc : Juliette Bousquet et Jimmie White. La jeune femme décide finalement à la fin de l’épisode de suivre son compagnon aux Etats-Unis afin d’y construire sa vie.

Dans l’épisode L’Homme au complet marron les scénaristes ont adapté le roman éponyme d’Agatha Christie sous fond d’espionnage d’après-guerre. On retrouve le personnage de Gilbert Loyson, ancien résistant, camarade de Swan Laurence qui a aussi fait partie de la Résistance durant la Seconde Guerre. Cet épisode n’est pas sans rappeler que la culture et les arts étaient un terrain sur lesquels les Etats-Unis et l’URSS se sont affrontés durant la Guerre Froide. En plus de l’espionnage, une véritable compétition s’est initiée entre les deux Etats voulant à tout prix le succès sur la scène européenne. Le ballet a particulièrement été l’objet de cette compétition. Comme l’écrit Stéphanie Gonçalves, il s’agit avant tout d’un « positionnement culturel international »[61].

Dans l’épisode Meurtre à la kermesse, la référence historique mise en avant est l’immigration espagnole en France fuyant le régime de Franco, avec les personnages de Maria Ortega, son fils Pablo et sa fille Luisa. On note le clin d’œil à la justice des mineurs instaurée par une ordonnance de 1945 et ses débuts timides[62], avec le personnage de Benoît.

Dans l’épisode Albert Major parlait trop, la série reprend les avancées faites en matière de chirurgie. Elle fait aussi une référence historique aux Pétroleuses quand Marlène dit à Alice Avril : « Je ne suis pas une pétroleuse comme toi. » alors que cette dernière lui apprend à conduire son scooter (« L’émancipation de la femme commence par l’autonomie des transports. », répète Marlene en conduisant). Ce qualificatif accentue le côté rebelle, déterminé et ambitieux de la reporter Alice Avril.

L'épisode Drame en trois actes, est très ressemblant esthétiquement avec l'adaptation anglaise du roman par la BBC. La référence flagrante est celle faite à l'actrice américaine Marilyn Monroe dont Marlène se veut l'homonyme. Les plans de séquences sont aussi étudiés de manière à correspondre à ceux des films des années 1950 (notamment avec la fameuse scène du baiser faisant référence aux scènes de baiser des films d'Hitchcock). La robe blanche que Marlène porte rappelle celle de Marilyn dans le film Sept ans de réflexion (1955). [63],[64]

Féminisme et autres causes égalitaires dans la sérieModifier

FéminismeModifier

La série a une teinte féministe certaine. Dans la première saison, elle se positionne par rapport à l'homosexualité avec le personnage d'Émile Lampion, mais aussi avec le personnage de Jean Larosière, homme machiste qui évolue au fil des épisodes et voit son personnage plus enclin à l'égalité. L’épisode Le Chat et les Souris montre des jeunes filles qui étudient dans une école très réputée afin de s’élever dans la société. La dimension féministe de cet épisode est accentuée par Juliette Larosière, la fille du commissaire : elle est la seule élève à provenir d'un milieu très modeste (sa mère est domestique). Cette jeune fille cherche ainsi à quitter son rang en se montrant très ambitieuse dans le but de devenir une femme diplômée et prestigieuse (Thérèse Baillon dit que « ses résultats scolaires sont parmi les meilleurs »).

L'épisode Je ne suis pas coupable évoque le combat féministe avec une réunion féministe organisée par l'un des personnages, Élisabeth Laroche-Viseul. Cette dernière a convié à la réunion une écrivaine féministe et son mari qui ne pourront pas venir et qui serviront de couverture à Larosière et Lampion. Dans cet épisode, il est aussi évoqué le mariage arrangé et le lesbianisme.

Dans l'épisode Un cadavre sur l'oreiller, l'intrigue se déroule autour d'une maison close, L'Oiseau bleu, dont Larosière est coutumier. Cet élément rappelle les discours masculins moralisateurs et puritains à ce sujet.

La deuxième saison possède également son lot d'éléments féministes. Tout d'abord, parmi les trois personnages principaux, deux sont des femmes. Alice Avril est l'incarnation du féminisme des années 1950-1960. Séparée de son mari Robert Vasseur à qui elle demande le divorce, elle est une femme indépendante et autonome qui rêve de se faire une réputation dans le journalisme. Elle subit à plusieurs reprises le sexisme sur son lieu de travail. Dans l'un des premiers épisodes, c'est le premier directeur de la Voix du Nord qui signe un article écrit par Alice ; Swan Laurence vient le gifler pour cela. À travers tous les autres métiers qu'elle exerce pour ses enquêtes, Alice Avril est témoin et victime du sexisme. L'épisode L'Affaire Proteroe est particulièrement évocateur : le patron d'une agence de publicité a pour habitude de violer ses secrétaires. Dans Crimes Haute Couture», il est aussi question de féminisme. Dans cet épisode, deux courants de pensée du féminisme se rejoignent : la femme forte qui travaille avec sa tête et sa force ; la femme forte qui travaille avec son physique. Marlène incarne la volonté des femmes à vouloir prendre soin d'elles (le care) sans que cela ne soit considéré comme aliénant. Alice Avril, elle, incarne un féminisme marxiste. Dans cet épisode, elle défend le travail des petites mains ; dans un autre (Un crime est-il facile ?), le travail des ouvrières. Un autre personnage féminin incarnant les valeurs du féminisme est Euphrasie Maillol, la médecin légiste. Celle-ci s'oppose fermement aux avances de Swan Laurence, poussant ce dernier à devenir un peu plus féministe (comme le montre l'une de ses répliques dans Murder party alors qu'il prend la défense d'Alice Avril contre son patron collant).

La troisième saison comporte elle aussi une plaidoirie pour l'égalité hommes-femmes, la commissaire Greco étant la première femme commissaire de France[Note 2] et à ce titre l'objet d'un mépris plus ou moins ouvert de la part de ses collaborateurs.

Les autres égalitésModifier

Si la cause féminine est la cause égalitaire la plus présente dans la série, un grand nombre d'autres formes de diversité et d'égalité est évoqué plus ou moins ouvertement. Par exemple, dans la deuxième moitié de la deuxième série, la médecin légiste est un homme noir, Timothée Glissan, alors qu'Alice Avril semble être bisexuelle, couchant avec une femme dans Le miroir se brisa, mais aussi, le plus souvent, avec des hommes. Dans la première saison, l'un des deux personnages principaux, Emile Lampion, est homosexuel.

Produits dérivésModifier

Sorties en DVDModifier

En France, la série est éditée par France Télévisions Distribution, qui sort un DVD par épisode. La première saison est disponible depuis le , et la deuxième depuis le . De plus, des coffrets rassemblant plusieurs épisodes sont régulièrement édités.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le portrait du président Charles de Gaulle, revenu au pouvoir en 1958, est accroché dans le hall du commissariat, et une maquette du monument l'Atomium, construit en 1958, est posé sur le bureau du commissaire. Plus en avant dans la série, les personnages parlent de nouveaux francs mis en circulation le . Dans l'épisode 11, la date « 25 avril 1960 » inscrite au tableau noir permet de dater l'action. Au début de l'épisode 22, le commissaire Laurence reproche à Marlène de continuer à porter le deuil de Marilyn Monroe alors que celle-ci est morte depuis plus de deux mois, ce qui situe l'action en octobre 1962.
  2. Il s'agit d'une incohérence avec la réalité, puisque le concours des commissaires ne fut ouvert aux femmes qu'en 1974, avec les premières prises de fonction en 1976, alors qu'on est en 1972 au début de la saison 3.

RéférencesModifier

  1. Christian Vincent, « C’est la fin pour les Petits Meurtres d’Agatha Christie, une série télé tournée à Tourcoing », sur lavoixdunord.fr, (consulté le ).
  2. « La troisième saison des petits meurtres d’Agatha Christie tournée… à l’hôpital de Lens! », sur LA VDN, (consulté le )
  3. « Time Art - Agence artistique de talents - Paris », sur Time Art (consulté le ).
  4. a b et c https://www.allocine.fr/series/ficheserie-4323/saison-38069/
  5. a b et c https://tv-programme.com/les-petits-meurtres-d-agatha-christie_serie/s03e01-la-nuit-qui-ne-finit-pas_e733217
  6. https://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18696649.html
  7. https://lepetitmag.fr/data/uploads/lpm050ll.pdf
  8. « Emotion dans Grey's Anatomy, Loup-Denis Elion dévoile ses abdos et Les Petits Meurtres d'Agatha Christie tournent leur nouvelle saison », sur Télé 2 Semaines (consulté le ).
  9. http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:Gs2RUi_92QoJ:productionsbusiness.fr/les-petits-meurtres-dagatha-christie-saison-3-episode
  10. a b et c https://www.francetvpro.fr/contenu-de-presse/23907879
  11. « Ce soir à la TV : Les Petits meurtres d'Agatha Christie », sur le site de Première, .
  12. Pascal Muscarnera, « Des Petits meurtres… sans Antoine Duléry et Marius Colucci ! », sur Allociné, .
  13. « Duléry évoque son départ d'Agatha Christie », sur le site de TV Magazine, .
  14. « Les Petits Meurtres d’Agatha Christie : Un nouveau duo très Mad Men ! », sur le site de Première, .
  15. « Les Petits Meurtres : Swan, Avril et Marlène se font un plan à 3. La folle interview », sur le site de Première, .
  16. Telestar.fr, « Les Petits Meurtres d'Agatha Christie : les coulisses d'u... - Télé Star », sur www.telestar.fr, (consulté le )
  17. Gilles Boussaingault, « Le tour de force des Petits Meurtres d'Agatha Christie », sur le site de TV Magazine, (consulté le ).
  18. Isabelle Dhombres, « Les Petits Meurtres d'Agatha Christie : 10 secrets étonnants sur la série de France 2 », sur le site de Télé Star, (consulté le ).
  19. Christian Vincent, « Tourcoing : Les Petits Meurtres d'Agatha Christie déménagent rue Thiers », sur le site de La Voix du Nord, (consulté le ).
  20. « En tournage, en projet ! », sur Allociné, .
  21. « Les Petits Meurtres d’Agatha Christie : Nouveau volet en tournage », sur le site de Première, .
  22. « France 2 : tournage des Petits Meurtres d'Agatha Christie », sur le site de Télé Star, .
  23. « Les Petits Meurtres d’Agatha Christie : France 2 reprend l'enquête le 8 avril 2011 », sur le site de Première, .
  24. « Un nouveau duo dans Les Petits Meurtres d'Agatha Christie », sur le site du Nouvel Observateur, (consulté le ).
  25. « Tournage des Petits meurtres d'Agatha Christie : Nouveau duo, nouvelle époque », sur leblogtvnews.com, (consulté le ).
  26. « Les Petits Meurtres... : ça tourne ! », sur le site de TV Magazine,
  27. « Petits meurtres d'Agatha Christie : tournage de Meurtre au champagne », sur leblogtvnews.com, (consulté le ).
  28. « Deux épisodes des Petits meurtres...' en cours de tournage », sur le site de Télé Z, (consulté le ).
  29. « Les Petits Meurtres d’Agatha Christie tournés à Antoing, ce soir sur France 2 », sur le site de L'Avenir, (consulté le ).
  30. Stéphanie Loeb, « Les Petits meurtres d'Agatha Christie : de nouveaux épisodes en tournage dans le Nord », sur culturebox.francetvinfo.fr, (consulté le ).
  31. « Les Petits Meurtres d'Agatha Christie : 2 épisodes en tournage », sur leblogtvnews.com, (consulté le ).
  32. Tourné avant l'épisode Crime de Noël diffusé en 2017, l'épisode Drame en trois actes ne sera diffusé qu'en septembre 2018.
  33. Article dans le Tvmag du Figaro
  34. 2e article sur Tvmag.
  35. [ https://www.francetvpro.fr/france-2/communiques-de-presse/les-petits-meurtres-dagatha-christie-2x90-23834515
  36. « Villeneuve-d’Ascq - Le commissaire Laurence enquête sur les bords du lac du Héron », sur La Voix du Nord (consulté le )
  37. Christian Vincent, « C’est la fin pour les Petits Meurtres d’Agatha Christie, une série télé tournée à Tourcoing », sur lavoixdunord.fr, (consulté le ).
  38. Q.V., « Non, la série Les Petits Meurtres d'Agatha Christie ne va pas s'arrêter à la fin de l'année », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le ).
  39. « La troisième saison des petits meurtres d’Agatha Christie tournée… à l’hôpital de Lens! », sur LA VDN, (consulté le )
  40. Isabelle Dhombres, « Alice Nevers, Camping Paradis... : quelles sont les conséquences du confinement sur les fictions françaises ? », Télé Star,‎ (lire en ligne).
  41. Flore Kosintez et Hélène Lombard, « Les petits meurtres : France 2 lance le tournage de 2 nouveaux épisodes », sur vl-media.fr, (consulté le ).
  42. Christophe Caron, « Les «Petits Meurtres d’Agatha Christie» : dans les coulisses du tournage, à Lens », sur lavoixdunord.fr, (consulté le ).
  43. « Vos après-midi avec Les Petits Meurtres d'Agatha Christie », sur le site de la RTBF (consulté le ).
  44. « Os Pequenos Crimes de Agatha Christie », sur le site de TV Brasil (consulté le ).
  45. Pierre Sérisier, « Semaine des lecteurs – Les Petits Meurtres d'Agatha Christie », sur le site du Monde, .
  46. « La 2 te sienta bien con cine español y europeo, euroseries, documentales y la mejor oferta cultural », sur le site de la RTVE, (consulté le )
  47. « Programmes TVE2 », sur RTVE (consulté le ).
  48. « AVA Draama: Agatha Christien tarinat », sur mtv3.fi, .
  49. « Agatha Christie’s Criminal Games - MHz Choice », sur MHz Choice (consulté le ).
  50. AlloCine, « Les Petits meurtres d'Agatha Christie » (consulté le )
  51. (en) Les petits meurtres d'Agatha Christie (TV Series 2009– ) - IMDb (lire en ligne)
  52. « Critique de Les Meurtres ABC », sur le site de Télérama.
  53. « Critique de Jeux de glaces », sur le site de Télérama.
  54. « "Les Petits Meurtres d'Agatha Christie", série française préférée en 2016 », sur le site du Point.
  55. « Palmarès 2013 », sur le site du Festival de la fiction TV (consulté le ).
  56. Jérémie Dunand, « Festival de La Rochelle 2017 : La Forêt, Les Grands, et La Consolation primés au palmarès », sur AlloCiné, (consulté le ).
  57. « Véhicule du film "les petits meurtres d'Agatha Christie" », (consulté le )
  58. « Facel Vega á la Télévision », (consulté le )
  59. « RR Forums Australia », (consulté le )
  60. « Rencontre avec l’équipe des Petits Meurtres d’Agatha Christie », Sur Nos Ecrans,‎ (lire en ligne, consulté le )
  61. Stéphanie Gonçalves, « Les tournées dansées pendant la guerre froide : danser pour la paix ? », ILCEA, no 16,‎ (ISSN 1639-6073 et 2101-0609, DOI 10.4000/ilcea.1402, lire en ligne, consulté le )
  62. Véronique Blanchard, Vagabondes, voleuses, vicieuses : adolescentes sous contrôle, de la Libération à la libération sexuelle, Paris, Les Peregrines, , 356 p. (ISBN 979-1025204306)
  63. https://www.livinginfiftiesfashion.com/2017/11/the-crown-jewel-of-costumes.html
  64. https://www.youtube.com/watch?v=Qs0NgieJsWI
  65. « Les Petits Meurtres d'Agatha Christie : Les Meurtres ABC (2008) - DVD », sur dvdfr.com (consulté le ).
  66. « Les Petits Meurtres d'Agatha Christie : Am Stram Gram (2008) - DVD », sur dvdfr.com (consulté le ).
  67. « Les Petits Meurtres d'Agatha Christie : La Plume empoisonnée (2009) - DVD », sur dvdfr.com (consulté le ).
  68. « Les Petits Meurtres d'Agatha Christie : La Maison du péril (2009) - DVD », sur dvdfr.com (consulté le ).
  69. « Les Petits Meurtres d'Agatha Christie : Le Chat et les souris (2010) - DVD », sur dvdfr.com (consulté le ).
  70. « Les Petits Meurtres d'Agatha Christie : Je ne suis pas coupable (2010) - DVD », sur dvdfr.com (consulté le ).
  71. « Les Petits Meurtres d'Agatha Christie : Cinq petits cochons (2011) - DVD », sur dvdfr.com (consulté le ).
  72. « Les Petits Meurtres d'Agatha Christie : Cinq petits cochons (2011) - DVD », sur dvdfr.com (consulté le ).
  73. « Les Petits Meurtres d'Agatha Christie : Un cadavre sur l'oreiller (2011) - DVD », sur dvdfr.com (consulté le ).
  74. « Les Petits Meurtres d'Agatha Christie : Un meurtre en sommeil (2012) - DVD », sur dvdfr.com (consulté le ).
  75. « Les Petits Meurtres d'Agatha Christie : Le Couteau sur la nuque (2012) - DVD », sur dvdfr.com (consulté le ).
  76. « Les Petits Meurtres d'Agatha Christie : Jeux de glaces (2013) - DVD », sur dvdfr.com (consulté le ).
  77. « Les Petits Meurtres d'Agatha Christie : Meurtre au champagne (2013) - DVD », sur dvdfr.com (consulté le ).
  78. « Les Petits Meurtres d'Agatha Christie : Témoin muet (2013) - DVD », sur dvdfr.com (consulté le ).
  79. « Les Petits Meurtres d'Agatha Christie : Pourquoi pas Martin ? (2013) - DVD », sur dvdfr.com (consulté le ).
  80. « Les Petits Meurtres d'Agatha Christie : Meurtre à la kermesse (2013) - DVD », sur dvdfr.com (consulté le ).
  81. « Les Petits Meurtres d'Agatha Christie : Cartes sur table (2013) - DVD », sur dvdfr.com (consulté le ).
  82. « Les Petits Meurtres d'Agatha Christie : Le Crime ne paie pas (2014) - DVD », sur dvdfr.com (consulté le ).
  83. « Les Petits Meurtres d'Agatha Christie : Un meurtre est-il facile ? (2014) - DVD », sur dvdfr.com (consulté le ).
  84. « DVD Les Petits Meurtres d'Agatha Christie : Pension Vanilos », sur dvdseries.net (consulté le ).
  85. « DVD Les Petits Meurtres d'Agatha Christie : Mademoiselle McGinty est morte », sur dvdseries.net (consulté le ).
  86. « DVD Les Petits Meurtres d'Agatha Christie : Murder Party », sur dvdseries.net (consulté le ).
  87. « DVD Les Petits Meurtres d'Agatha Christie : L'Étrange enlèvement du petit Bruno », sur dvdseries.net (consulté le ).
  88. « DVD Les Petits Meurtres d'Agatha Christie : Le Cheval pâle », sur dvdseries.net (consulté le ).
  89. « DVD Les Petits Meurtres d'Agatha Christie : L'Affaire Protheroe », sur dvdseries.net (consulté le ).
  90. [1]
  91. [2]

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier