Sylvester Stallone

acteur américain

Sylvester Stallone (/sɪlˈvɛstɚ stəˈloʊn/[a]), né le dans le quartier de Hell's Kitchen à New York, est un acteur, réalisateur, scénariste et producteur de cinéma américain.

Sylvester Stallone
Sylvester Stallone lors du Festival de Cannes 2019.
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Sylvester Gardenzio StalloneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Formation
Université de Miami
Abraham Lincoln High School (en)
Charlotte Hall Military Academy (en)
Montgomery Blair High School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Frank Stallone, Sr. (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Fratrie
Conjoint
Jennifer Flavin (en) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Sage Stallone
Seargeoh Stallone (d)
Sophia Rose Stallone (d)
Sistine Stallone
Scarlet Rose Stallone (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Membre de
Writers Guild of America, West (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Taille
1,77 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Distinctions
Liste détaillée
Razzie Award du pire acteur (en) (, et )
Golden Raspberry Award for Worst Director (en) ()
Razzie Award du pire film (en) ()
Golden Globes ()
Officier des Arts et des Lettres‎
Saturn Award
César du cinéma
Étoile du Hollywood Walk of FameVoir et modifier les données sur Wikidata
Films notables
signature de Sylvester Stallone
Signature

Il est d'origine italienne par son père, ukrainienne et française par sa mère[1],[2].

Après avoir commencé sa carrière au cinéma avec des petits rôles au début des années 1970, il se révèle au grand public en 1976 dans le célèbre film Rocky, dont le récit narre l'histoire d'un boxeur de Philadelphie nommé Rocky Balboa. Sa prestation lui vaut d'être nommé aux Oscars, aux Golden Globes et aux BAFTA du meilleur acteur et du meilleur scénario original. Ce succès lance sa carrière et engendre une série de huit films rencontrant un succès critique et commercial sur une période de plus de quarante ans. Outre l'incarnation[2] du rôle principal, Sylvester Stallone y assure également la réalisation et l'écriture.

Il s'investit dans le cinéma dramatique en incarnant des personnages plus sombres dans des films comme FIST (1978), La Taverne de l'enfer (1978), Les Faucons de la nuit (1981) et travaille pour des réalisateurs tels que Norman Jewison et John Huston. En 1982, son incarnation du personnage de John Rambo, un vétéran traumatisé par la guerre du Viêt Nam dans Rambo lui permet d'obtenir le deuxième rôle le plus emblématique de sa carrière[3]. Le succès du film entraîne la production d'une autre série de quatre suites centrées sur le personnage.

À partir du milieu des années 1980, il s'oriente vers les productions à gros budget : les suites de Rambo, mais aussi Tango et Cash (1989), Cliffhanger (1993) et Demolition Man (1993). Hormis quelques drames tels que Copland (1997), les suites de Rocky et plusieurs tentatives dans la comédie, les films d'action restent son principal genre d'interprétation, comme la série des Expendables (2010-2023).

En 2016, il remporte le Golden Globe du meilleur acteur dans un second rôle et reçoit une troisième nomination aux Oscars dans la même catégorie pour Creed[4]. Depuis 1984, il possède son étoile sur le Hollywood Walk of Fame à Los Angeles[5],[6].

Biographie

modifier

Jeunesse et famille

modifier

Sylvester Gaudenzio Stallone[7] est né le dans le quartier new-yorkais de Hell's Kitchen, aux États-Unis. Le père de Sylvester Stallone, Francesco, dit « Frank », est né à Gioia del Colle, province de Bari, dans les Pouilles (Italie)[1], puis est arrivé aux États-Unis lorsque ses parents y ont émigré en 1932[8].

Sa mère, Jackie Stallone, née Jacqueline Labofish, d'ascendance française par sa mère (Jeanne Clérec, née à Brest)[9],[10],[11], est née à Washington, D.C. en 1921.

À la suite de complications survenues à sa naissance en 1946, Sylvester Stallone souffre d’une paralysie faciale du côté gauche (un nerf facial fut touché et abîmé par les forceps). Sa bouche est donc légèrement tordue et sa langue est à moitié paralysée, lui causant un défaut de prononciation[12],[13].

Durant une interview sur Canal+ (1992) présentée par Michel Denisot, Stallone dit être allé à l'école en Suisse pour apprendre le français[14].

Débuts

modifier

Stallone étudie l'art dramatique à Miami. De retour à New York, il apparaît dans plusieurs pièces off-Broadway. Durant une période de chômage en 1970, il se retrouve brièvement sans domicile fixe et tourne un film érotique, The Party at Kitty and Stud's, pour lequel il touche, selon son propre témoignage, un salaire de 200 dollars. Il s'agit de sa première apparition au cinéma[15]. Le film ressort plusieurs années plus tard, après le triomphe de Rocky et pour profiter du succès naissant de l'acteur, sous le titre L'Étalon italien — surnom de Rocky Balboa ; le mot italien « stallone » signifiant par ailleurs « étalon » — accompagné d'une campagne publicitaire qui tente de le faire passer pour un film pornographique[16]. La majeure partie de ses autres rôles le cantonne dans des apparitions brèves, comme dans Bananas avec Woody Allen. Il fait également quelques apparitions dans des séries télévisées comme Kojak, mais n'obtient pas de rôle majeur durant cette période. Au milieu des années 1970, il commence à obtenir des seconds rôles plus importants, comme dans Capone ou dans la série B La Course à la mort de l'an 2000 où il interprète l'antagoniste principal.

C'est durant cette période que Stallone écrit le scénario de Rocky, l'histoire d'un boxeur de seconde classe qui se voit offrir la chance de sa vie le jour où le champion du monde de boxe lui propose de l'affronter sur le ring. Son histoire est inspirée d'un combat de boxe auquel il assista en tant que spectateur et qui mit aux prises Mohamed Ali avec un boxeur inconnu du public, Chuck Wepner.

Convaincu du potentiel du rôle de Rocky Balboa, Stallone refuse de vendre son scénario s'il n'obtient pas la garantie de jouer le rôle-titre. Les producteurs font monter très haut les enchères pour acheter ce script, mais ils souhaitent une star confirmée sur l'affiche : dans un premier temps, le rôle est proposé à James Caan, Robert Redford, Burt Reynolds ou Ryan O'Neal. Les producteurs ne sont guère enthousiastes à l'idée de confier le rôle principal à Stallone, qui n'est alors qu'un acteur de second plan.

La révélation Rocky (années 1970)

modifier
 
Sylvester Stallone en 1977.

C'est finalement en 1976 que Sylvester Stallone obtient gain de cause, quand sort Rocky, un film réalisé par John G. Avildsen. Le tournage est bouclé en à peine un mois et avec un budget dérisoire. À l'image de son personnage, Stallone se retrouve propulsé sur le devant de la scène, le film connaissant un succès inespéré et décrochant dix nominations aux Oscars. Stallone devient la troisième personnalité nommée dans les catégories meilleur acteur et meilleur scénario original pour un même film, après Charlie Chaplin et Orson Welles[17],[b]. En définitive, le film remporte trois Oscars, dont celui du meilleur film de l'année. L'histoire universelle de Rocky Balboa, celle des « petits » qui s'affirment et se réalisent à force de courage, mais aussi grâce au coup de pouce du destin - en somme une allégorie du rêve américain - fait naître un mythe du cinéma américain moderne et façonne aussi une dimension hors normes à son interprète[18].

Stallone retrouvera le personnage de Rocky Balboa à sept reprises, en 1979, 1982, 1985, 1990, 2006, 2015 et 2018. Il en a écrit tous les scénarios et a réalisé Rocky 2, Rocky 3, Rocky 4 et le sixième volet, intitulé Rocky Balboa. La série des Rocky présente un parallèle entre la carrière de l'acteur et du boxeur : on quitte le petit « tocard » paumé de Philadelphie pour évoluer vers une superstar accaparée par son image (Rocky 3), voire un fer de lance du patriotisme américain en pleine relance de la Guerre froide (Rocky 4 où il affronte un boxeur de l'Union soviétique). Les épisodes successifs ne cessent d'améliorer les scores du box-office, allant jusqu'aux 300 millions de dollars récoltés dans le monde par le 4e épisode, à l'exception du 5e volet qui rencontre un accueil mitigé[19].

À la fin des années 1970, Stallone s'essaie à la réalisation avec un autre drame sportif, La Taverne de l'enfer. Sorti en 1978, le film essuie de mauvaises critiques[20],[21].

Pour le 35e anniversaire du film en , Stallone annonce un nouveau Rocky 4 et dévoile des scènes inédites[22].

Confirmation avec Rambo et star du cinéma d'action (années 1980)

modifier
 
Sylvester Stallone en juin 1988, durant la promotion de Rambo 3 en Suède.
 
Sylvester Stallone en tant que John Rambo dans Rambo III (1988).

En 1982, Stallone interprète dans Rambo l'autre rôle qui marquera sa carrière : celui de John Rambo, un vétéran du Viêt Nam sans domicile fixe et qui erre de ville en ville, pris en grippe par un shérif de province qui ne veut pas voir déambuler dans « sa » ville un paria, symbole d'une Amérique qui a perdu. Stallone reprendra ce rôle à quatre autres reprises (en 1985, 1988, 2008 et 2019). Le personnage de Rambo, que Stallone considère comme son « côté sombre » (Rocky étant son « côté clair »), reprend quelques éléments de la vie de l'acteur, comme le fait également la saga Rocky.

Son personnage de vétéran guerrier devient une icône et suscite une véritable « Rambomania »[23]. Le personnage et ses exploits sont habilement exploités par le gouvernement Reagan, alors que la Guerre froide connaît ses derniers soubresauts[24]. Rambo, surtout avec le deuxième épisode de la trilogie (le premier étant plus ambigu), redonne de la fierté aux Américains[25] qui pansent encore les plaies douloureuses du « bourbier » vietnamien : non seulement Stallone rompt avec un cinéma américain très virulent à l'égard de l'attitude des troupes de l'Oncle Sam pendant la guerre du Viêt Nam (Apocalypse Now, Voyage au bout de l'enfer, Platoon, Full Metal Jacket), mais la trame du film Rambo 2 : La Mission — le héros repère et libère des soldats américains encore détenus dans les geôles vietnamiennes — véhicule par ailleurs l'idée selon laquelle ce nouveau héros américain venge à lui seul un pays déshonoré et gagne une guerre perdue par les bureaucrates.

C'est pour cela que Rambo, et par la même occasion Stallone, deviennent l'image de l'Amérique fière et patriotique des années 1980[26] et provoquent de nombreuses réactions de rejet ou de moquerie. Ces réactions sont très vives en France, provenant notamment du groupe d'humoristes les Nuls et de l'émission Les Guignols de l'info, dans laquelle la marionnette de Stallone est choisie comme avatar pour représenter les pires travers de l'Amérique au travers du personnage de Monsieur Sylvestre.

En 1983, Stallone co-produit et coécrit également la comédie musicale Staying Alive, à la suite du succès mondial ayant révélé l'acteur John Travolta dans le film La Fièvre du samedi soir. Malgré un flop critique, le film est un succès commercial[27].

À cette époque, Sylvester Stallone est la superstar des films d'action[28], mais ses rôles de Rocky et de Rambo ont tellement marqué les esprits et sa carrière que ses autres films de la décennie rencontrent un succès mitigé : le thriller policier avec Les Faucons de la nuit, le film de guerre avec À nous la victoire (1981), la comédie musicale avec Le Vainqueur (Rhinestone, 1984), la comédie policière avec Tango et Cash (1989), le film carcéral avec Haute Sécurité (1989), ou encore le film d'action policier avec Cobra (1986), restent en arrière. Malgré la variété des genres auxquels il s'essaie, Stallone a souvent été accusé de faire toujours le même type de film, le public et la critique ayant tendance à le rattacher dans la catégorie générique des « films d'action ».

Diversification et échecs (années 1990)

modifier
 
L'acteur au festival de Cannes 1993, pour la présentation hors-compétition de Cliffhanger : Traque au sommet.

Dans les années 1990, Stallone laisse derrière lui les personnages de Rocky et de Rambo. Il essaye, comme son rival et ami Arnold Schwarzenegger, de percer dans la comédie, avec L'embrouille est dans le sac et Arrête ou ma mère va tirer ! Sa cote chute et Stallone traverse une première période de vaches maigres. C'est Schwarzenegger, qui devient la star du box-office, mais à cette époque également émerge une nouvelle génération de héros d'actions (Steven Seagal, Jean-Claude Van Damme, Bruce Willis), acteurs présents sur le même type de rôles que lui[29],[30].

Il décide alors de revenir au cinéma d'action, avec des fortunes diverses : il joue ainsi dans des films comme Cliffhanger : Traque au sommet, Demolition Man et L'Expert qui sont de vrais succès, alors que Judge Dredd, Assassins ou encore Daylight sont de nouvelles déceptions au box-office américain[31]. Mais ses films continuent à remporter un certain succès à l'étranger comme le film Daylight qui a réalisé plus de 126 millions de $.

Les dernières années de cette décennie, le rôle qui a le plus marqué la critique lui a été offert par James Mangold en 1997, avec Copland. Il y incarne le shérif Freddy Heflin, fatigué et bedonnant, d'une petite ville de policiers. Il prend 20 kg pour ce rôle et étonne de nombreux observateurs[32].

Traversée du désert puis come-back (années 2000)

modifier

Après le simple succès d'estime de Copland, Sylvester Stallone, qui a franchi la barre des 50 ans, traverse, durant la première moitié des années 2000, une période peu fructueuse : Driven et Get Carter, nouveaux films d'action grand public tous deux sortis en 2001, sont de sévères échecs commerciaux[33],[34]. D-Tox (2002) ne connaît qu'une sortie tardive et limitée aux États-Unis.

En 2004, il présente sur NBC une émission de télé-réalité, The Contender dans laquelle on voit le quotidien de boxeurs qui se battent pour devenir le meilleur d'entre eux. En France, l'émission fut diffusée par Canal+ et W9. Stallone n'a visiblement plus de projets et doit se contenter d'apparitions clin d'œil dans des séries télévisées comme Las Vegas ou des films tels que Taxi 3 et Spy Kids 3[35],[36],[37]. En 2005, il intronise Hulk Hogan au WWE Hall of Fame.

 
Sylvester Stallone en 2005, sur le tournage de Rocky Balboa.

Après de longues années passées à essayer de convaincre les producteurs, Stallone revient sur le devant de la scène en 2006, avec le sixième volet de Rocky. Le projet semble fou, car, pour beaucoup, Stallone est trop vieux pour incarner le rôle du boxeur et l'acteur n'échappe pas aux railleries. Néanmoins, il s'accroche à son projet, comprenant que le personnage lui colle à la peau et que le public apprécie de le voir dans ce rôle. Rocky Balboa, axé sur la nostalgie et le retour aux valeurs du tout premier épisode, permet finalement à Stallone de renouer avec le succès critique et les premières places du box office[38].

 
L'acteur à la Mostra de Venise 2009.

Après le retour bien accueilli de Rocky, Stallone tente la résurrection de l'autre rôle de sa vie, John Rambo. Il s'agit là du quatrième film de cette saga et il le baptise – à l'image de son dernier Rocky – simplement par le nom du personnage : John Rambo. Le film présente une intrigue proche de celle de Rambo 2, mais revient également à la source du personnage découvert dans le premier opus. Dénonçant le génocide du peuple karen par la junte birmane et laissant affleurer la réflexion de John Rambo sur son passé de guerrier, le film fait preuve d'une violence totalement assumée.

Il continue à s'offrir des succès comme réalisateur/producteur avec le projet Expendables : Unité spéciale. Il raconte l'histoire d'une bande de mercenaires envoyés sur une île d'Amérique du Sud pour y déloger un dictateur, incarné par David Zayas. Le tournage de ce film d'action réunissant toutes les stars du cinéma d'action hollywoodien démarre au mois d' au Brésil. Stallone tient le rôle principal, avec à ses côtés Jason Statham, Jet Li, Charisma Carpenter, Terry Crews, Dolph Lundgren qui fait son retour avec Stallone après avoir été remarqué dans Rocky IV, Randy Couture (Champion de MMA), Stone Cold Steve Austin, Eric Roberts, Mickey Rourke et une courte apparition d'Arnold Schwarzenegger et de Bruce Willis. Le film, sorti le aux États-Unis et le en France, est un immense succès international au box-office, malgré les critiques, et relance Sylvester Stallone dans le cinéma d'action à 64 ans.

Retour comme acteur/producteur (années 2010-2020)

modifier
 
L'acteur, en août 2012, à l'avant-première parisienne de Expendables 2 : Unité spéciale.

En 2012, il reprend son rôle dans Expendables 2 : Unité spéciale mais la réalisation est confiée à Simon West[39]. Le film tourné en grande partie en Bulgarie accueille quelques nouveaux acteurs tels que Chuck Norris, Scott Adkins et surtout Jean-Claude Van Damme, qui incarne l'antagoniste principal[39]. Pour cette suite, les personnages d'Arnold Schwarzenegger et de Bruce Willis prennent plus d'importance. Le film sort le en France. Le troisième volet Expendables 3, avec comme nouveaux acteurs Harrison Ford, Antonio Banderas, Wesley Snipes ou encore Mel Gibson mais cette fois sans Bruce Willis, conclut la trilogie en [40],[41].

Parallèlement, Stallone tient les premiers rôles de différents projets, situés dans un registre musclé, aux fortunes plus diverses comme en 2012 dans le thriller d'action Du plomb dans la tête[42]. Dans cette adaptation de la bande dessinée du même nom d'Alexis « Matz » Nolent et Colin Wilson, il incarne un tueur à gages forcé à faire équipe avec un flic joué par Sung Kang pour retrouver l'assassin de leurs équipiers respectifs[42].

L'année suivante est placée sous le sceau des rencontres avec des monstres sacrés : il partage d'abord l'affiche du thriller d'action Évasion avec Arnold Schwarzenegger, également en plein retour[43]. Le film raconte l'histoire d'un concepteur de prisons de très haute sécurité qui sera lui-même enlevé et emprisonné. Puis la comédie sportive Match Retour lui permet de retrouver un autre vétéran d'Hollywood, Robert De Niro, qu'il avait déjà croisé dans Copland et qui comme Stallone, a un tenu un rôle de boxeur au cinéma, celui de Jake LaMotta dans le film Raging Bull de Martin Scorsese sorti en 1980[44].

 
Aux côtés de Tessa Thompson et Michael B. Jordan pour la promotion de Creed, en 2015.

En 2014, il surprend en figurant au casting choral de la comédie dramatique indépendante Bad Luck, écrite et réalisée par John Herzfeld. Il pilote ensuite le projet Creed, un dérivé de Rocky, centré sur le fils d'Apollo Creed, incarné par le jeune Michael B. Jordan[45]. Écrit[46] et réalisé par Ryan Coogler, le film permet à Stallone de jouer un Rocky Balboa retraité, désormais dans un rôle de mentor[45]. Sa performance lui vaut le Golden Globe du meilleur acteur dans un second rôle et une nomination aux Oscars dans la catégorie du meilleur acteur dans un second rôle[47],[48]. Il avait déjà été nommé pour le même rôle en 1977 aux Golden Globes et aux Oscars.

En 2017, il joue son propre rôle dans le troisième épisode de la deuxième saison de la série This Is Us[49].

En 2018, il est à l'affiche de deux suites : tout d'abord Évasion 2 : Le Labyrinthe d'Hadès, où Schwarzenegger est remplacé par Dave Bautista – un flop critique et commercial en salles, qui n'empêche pas la mise en chantier d'un troisième opus, mis en scène par son partenaire de Cobra, John Herzfeld. Enfin, il est une dernière fois Rocky Balboa pour Creed 2. Pour ces adieux au rôle qui l'a rendu célèbre, tenu durant huit longs-métrages, Stallone retrouve Ivan Drago, incarné par Dolph Lundgren dans Rocky 4 qui, à l'instar de Rocky a raccroché les gants pour devenir entraîneur[50]. D'abord annoncé comme réalisateur, Stallone cède finalement sa place au jeune cinéaste Steven Caple Jr.[51]. En , il annonce ne plus reprendre le personnage par la suite, déclarant sur Instagram : « Je pensais en avoir fini en 2006, et ça m’allait très bien. Mais d’un coup ce jeune homme s’est présenté à moi et toute l’histoire a changé […] Je veux simplement remercier tout le monde d’avoir accepté la famille Rocky dans leurs vies pendant plus de 40 ans […] Même si ça me brise le cœur, malheureusement, tout a une fin […] La chose la plus merveilleuse est que Rocky ne mourra jamais parce qu’il vit en vous »[c],[52].

En 2019, il fait ses adieux sur grand écran à son autre personnage récurrent, John Rambo, dans Rambo: Last Blood[53]. Le film, réalisé par Adrian Grunberg, a été coécrit et scénarisé par Sylvester Stallone. Le film reçoit essentiellement des critiques négatives, la presse déplorant les incohérences du personnage par rapport aux précédents volets, ainsi que bon nombre de stéréotypes jugés xénophobes[54],[55],[56],[57],[58],[59],[60],[61].

L'auteur du roman original Rambo, David Morrell, se désolidarise totalement du film et le décrit comme « un gâchis » et ajoutant qu'il trouve « embarrassant d'avoir [son] nom associé à ça »[62]. Il ajoute plus tard dans une interview pour Newsweek : « Au lieu d’être éloquent, ce nouveau film manque d’une âme. Je me sens comme un moins-que-rien après l’avoir vu. Il est typique des films ultra-violents des années 70 de type grindhouse. Les décors ont l’air d’être bon marché. La réalisation est gênante »[62],[63].

Sylvester Stallone retrouve malgré tout le personnage l'année d'après, en lui prêtant sa voix dans un contenu téléchargeable du jeu de combat Mortal Kombat 11[64].

Il retrouve James Gunn en 2021 pour prêter sa voix au personnage King Shark, de DC Comics, dans le film The Suicide Squad[65].

En 2022, il se met dans la peau d'un super-héros dans le film Samaritan, disponible sur le service en ligne Prime Video[66]. Depuis , Stallone est à l'affiche de la série télévisée Tulsa King de Taylor Sheridan, où il interprète le rôle d'un lieutenant de la mafia[67]. La série qui a également Terence Winter au poste de directeur de série, est disponible sur le service de vidéo à la demande Paramount+[67].

Engagements

modifier

Il soutient le candidat républicain John McCain lors de l'élection présidentielle de 2008. Après la victoire de Donald Trump lors de celle de 2016, ce dernier lui propose la présidence du National Endowment for the Arts mais il décline l'offre[68].

Artiste peintre

modifier

Passionné par la peinture, Sylvester Stallone s'est constitué une collection personnelle de grandes signatures telles que Francis Bacon, Claude Monet, Pablo Picasso ou encore Anselm Kiefer[69]. Il peint depuis son adolescence et a exposé ses œuvres dans de nombreuses villes à travers le monde, notamment aux Etats-Unis, en Russie, en France et en Allemagne. Ses toiles se vendent en général entre 1 500 et 3 500 dollars, bien loin des cachets qu'il peut toucher pour ses rôles au cinéma, qui se comptent en millions de dollars[70].

Vie privée

modifier
 
Sylvester Stallone et Brigitte Nielsen aux côtés du président des Etats-Unis Ronald Reagan et de son épouse Nancy, en octobre 1985.

Sylvester Stallone s'est marié trois fois :

  • - : il a pour épouse Sasha Czack avec laquelle il a eu deux fils, Sage Moonblood (1976-2012)[71] et Seargeoh (né en 1979), qui est autiste.
  • - : il est marié avec l'actrice et mannequin Brigitte Nielsen, qui joue la partenaire de Drago dans Rocky 4 et tourne à ses côtés dans Cobra.
  •  : il épouse l'ancien mannequin Jennifer Flavin (en) avec laquelle il avait déjà entretenu une relation de 1988 à 1994 ; ils ont trois filles : Sophia Rose (1996), Sistine Rose (1998) et Scarlet Rose (2002).

Le , son fils Sage Stallone, alors âgé de 36 ans, est retrouvé mort dans sa maison d'Hollywood. La cause serait une défaillance cardiaque (athérosclérose coronaire). Lors de l'autopsie, aucune trace de drogue n'a été retrouvée dans son organisme excepté du Vicodin, un analgésique morphinique. Sage Stallone est inhumé au cimetière Westwood Memorial Park de Los Angeles.

En , le New York Post écrit que l'acteur aurait, dans son adolescence, abusé de sa demi-sœur Toni-Ann Filiti. Ayant menacé en 1987 de révéler cette histoire, elle aurait reçu de l'acteur 2 millions de dollars, une rente de 16 666 dollars par mois à vie et des frais de suivi psychiatrique de 50 000 dollars. Le fils de Toni-Ann Filiti affirme que sa mère lui aurait confirmé les faits sur son lit de mort. L'entourage de Sylvester Stallone prend la défense de ce dernier et soutient qu'il n'aurait versé de l'argent à sa sœur que par générosité. Selon leur mère Jacqueline Stallone, sa fille aurait tout inventé afin de faire chanter son fils pour de l'argent[72].

En , le journal The Baltimore Post-Examiner publie un article selon lequel Sylvester Stallone aurait en 1986, en compagnie de son garde du corps, abusé sexuellement d'une adolescente de 16 ans. Le journal s'appuie sur un rapport de police datant de la même année, et sur les déclarations de la victime présumée[73]. En novembre de l'année suivante, dans le contexte de l'affaire Harvey Weinstein, le quotidien britannique Daily Mail reprend les informations du Baltimore Post-Examiner[74]. L'acteur réagit alors en niant catégoriquement, en soulignant qu'il n'a jamais été interrogé par les autorités[75]. Brigitte Nielsen, épouse de Sylvester Stallone à l'époque, intervient pour contester ces accusations[76]. En , il est visé par une nouvelle plainte pour agression sexuelle, bien que la période prévue par la prescription soit écoulée. Pour l'avocat de l'acteur, « il est évident que cette femme a déposé cette plainte pour se faire de la publicité dans les médias »[77].

En et après 25 ans de mariage, Jennifer Flavin, lasse des problèmes conjugaux récurrents dépose une demande de divorce[78]. L'acteur réagit en se faisant tatouer un chien sur le bras à la place du visage de son épouse[79]. Ils reviennent sur leur décision un mois après et partagent aujourd'hui encore leur vie ensemble[80].

Stallone est baptisé catholique. En 2023, il a rendu visite au pape François au Vatican avec sa femme, ses 3 filles et son frère.

Filmographie

modifier

Années 1960-1970

modifier

Années 1980

modifier

Années 1990

modifier

Années 2000

modifier

Années 2010

modifier

Années 2020

modifier

Doublage

modifier

Films d'animation

modifier

Jeux vidéo

modifier

Réalisateur

modifier

Télé réalité

modifier
  • 2023-2024 : La Famille Stallone, avec Son épouse Jennifer, ses filles Sophia, Sistine, Scarlet et le frère de Sylvester Frank Stallone, sur Paramount+, 2 saisons de 18 épisodes (8+10)

Distinctions

modifier
 
Sylvester Stallone à la Mostra de Venise 2009, où il reçoit un prix spécial récompensant l'ensemble de sa carrière.

Récompenses

modifier
Année Cérémonie Catégorie Film
1977 David di Donatello Awards David di Donatello Award du meilleur acteur étranger Rocky
Kansas City Film Critics Circle Awards KCFCC Award du meilleur acteur
1979 ShoWest Convention Star de l'année
1982 Jupiter Awards Jupiter Award du meilleur acteur international Rambo et Rocky 3
1983 Hollywood Walk of Fame Étoile - Star du Walk of Fame - , 6712 Hollywood Boulevard
1984 ShoWest Convention Star des stars
1985 Golden Apple Awards Sour Apple
1986 Hasty Pudding Theatricals Homme de l'année
People's Choice Awards Acteur favori Rambo 2 et Rocky 4
1990 Grand Prix International du Spectacle Acteur international le plus populaire
1992 17e nuit des César César d'honneur
  Officier de l'ordre des Arts et des Lettres[85]
1996 Golden Apple Awards Star masculine de l'année
1997 Golden Apple Awards Star masculine de l'année
Festival International du Film de Stockholm Meilleur acteur Copland
1998 Palm Springs International Film Festival Desert Palm Achievement Award
2002 Video Dealers Software Association Action Star of the Millennium Award
2004 Golden Camera Meilleur acteur international
2005 World Stunt Awards Taurus d'Honneur
2006 Boxing Writers Association of America Boxing Lifetime Cinematic Achievement pour le personnage de Rocky Balboa Rocky, Rocky 2, Rocky 3, Rocky 4, Rocky 5 et Rocky Balboa
2008 Festival du Film de Zürich Golden Icon Award
2009 Mostra de Venise Prix Vive le Cinéaste
2010 IGN Award IGN's Action Heroes Hall of Fame
The Hollywood Reporter Ket Art Visionary Award
Hollywood Film Festival Lifetime Achievement Award
2011 Hollywood Union Publicists Lifetime Achievement Award
2012 CinemaCon ComicCon Award Career Achievement
2013 CineRockom International Film Festival Lifetime Achievement Diamond Award du meilleur acteur dans un blockbuster historique Rocky 4
2015 National Board of Review Awards NBR Award du meilleur acteur dans un second rôle Creed
Top 10 Films (en tant que producteur)
Boston Online Film Critics Association Awards BOFC Award du meilleur acteur dans un second rôle
Southeastern Film Critics Association Awards SEFCA Award du meilleur acteur dans un second rôle
Austin Film Critics Association Awards AFCA Award du meilleur acteur dans un second rôle
Phoenix Film Critics Society Awards PFCS Award du meilleur acteur dans un second rôle
Las Vegas Film Critics Society Awards LVFCS Award du meilleur acteur dans un second rôle
St. Louis Film Critics Association Awards SLFCA Award du meilleur acteur dans un second rôle
Utah Film Critics Association Awards UFCA Award du meilleur acteur dans un second rôle
Black Film Critics Circle Awards BFCC Award du meilleur acteur dans un second rôle
Georgia Film Critics Association Awards GFCA Award du meilleur acteur dans un second rôle
2016 Golden Globes Awards Golden Globe du Meilleur acteur dans un second rôle
Denver Film Critics Society Awards DFCS Award du meilleur acteur dans un second rôle
Critics' Choice Movie Awards Critics' Choice Movie Award du meilleur acteur dans un second rôle
Golden Schmoes Awards Golden Schmoes Award du meilleur acteur dans un second rôle
Golden Schmoes Award de la plus grande surprise de l'année (en tant que producteur)
Awards Circuit Community Awards ACCA Award du meilleur acteur dans un second rôle
Gold Derby Awards Golden Derby Award du meilleur acteur dans un second rôle
Festival international du film de Santa Barbara Montecito Award - Grande, importante contribution au cinéma

Nominations

modifier
 
L'étoile de Sylvester Stallone sur le Hollywood Walk of Fame.
Année Cérémonie Catégorie Film
1977 Oscars du cinéma Oscar du meilleur scénario Rocky
Oscar du meilleur acteur
Golden Globes Golden Globe du meilleur scénario
Golden Globe du meilleur acteur
Writers Guild of America WGA Award du meilleur drame adapté directement pour le cinéma
People's Choice Awards Acteur favori
1978 British Academy Film Awards BAFTA du meilleur scénario
BAFTA du meilleur acteur
People's Choice Awards Acteur favori F.I.S.T et La Taverne de l'enfer
1980 People's Choice Awards Acteur favori Rocky 2
2015 Satellite Awards Satellite Award du meilleur acteur dans un second rôle Creed
New York Film Critics Online Awards NYFCO Award du meilleur acteur dans un second rôle
Washington D.C. Area Film Critics Association Awards WAFCA Award du meilleur acteur dans un second rôle
Boston Society of Film Critics Awards BSFC Award du meilleur acteur dans un second rôle
San Francisco Film Critics Circle Awards SFFCC Award du meilleur acteur dans un second rôle
Houston Film Critics Society Awards HFCS Award du meilleur acteur dans un second rôle
Indiana Film Journalists Association Awards IFJA Award du meilleur acteur dans un second rôle
Online Film Critics Society Awards OFCS Award du meilleur acteur dans un second rôle
Chicago Film Critics Association Awards CFCA Award du meilleur acteur dans un second rôle
Florida Film Critics Circle Awards FFCC Award du meilleur acteur dans un second rôle
Alliance of Women Film Journalists Awards AWFJ Award du meilleur acteur dans un second rôle
North Carolina Film Critics Association NCFC Award du meilleur acteur dans un second rôle
Indiewire Critics' Poll 2e position pour l'ICP Award du meilleur acteur dans un second rôle
Village Voice Film Poll 2e position pour l'VVFP Award du meilleur acteur dans un second rôle
2016 Central Ohio Film Critics Association Awards COFCA Award du meilleur acteur dans un second rôle
National Society of Film Critics Awards NSFC Award du meilleur acteur dans un second rôle
Seattle Film Critics Association Awards SFCA Award du meilleur acteur dans un second rôle
NAACP Image Awards Image Award du meilleur film (en tant que producteur)
Black Reel Awards BR Award du meilleur film (en tant que producteur)
Vancouver Film Critics Circle Awards VFCC Award du meilleur acteur dans un second rôle
Oscars du cinéma Oscar du meilleur acteur dans un second rôle
Iowa Film Critics Association Awards 2e position pour l'IFCA Award du meilleur acteur dans un second rôle
MTV Movie Awards MTV Award du meilleur film (en tant que producteur)
AARP Movies for Grownups Awards AARP Award du meilleur acteur dans un second rôle
All Def Movie Awards All Def Movie Award - Most Helpful White Person
Online Film & Television Association OFTA Award du meilleur acteur dans un second rôle
BET Awards BET Award du meilleur film (en tant que producteur)
NAACP Image Awards NAACP Image Award du meilleur film (en tant que producteur)
Teen Choice Awards Teen Choice Award du meilleur film (en tant que producteur)
2017 Jupiter Awards Jupiter

Award du meilleur acteur international


   [86]
[réf. souhaitée]

Rivalité avec Arnold Schwarzenegger comme vedette de films d'action

modifier
 
Stallone et Schwarzenegger en 2012 lors de la San Diego Comic-Con en Californie.

Sylvester Stallone et Arnold Schwarzenegger ont partagé une « rivalité » à partir des années 1980[87], du fait de leur statut respectif d'acteurs vedettes des films d'action, cette rivalité se transformant, au fil des années, en amitié[88].

Schwarzenegger a notamment indiqué : « Nous étions en compétition sur tous les sujets. [...] Qui est le plus vicieux. Qui est le plus dur. Qui utilise les plus gros couteaux. Qui utilise les plus gros pistolets. Sly et moi étions en guerre. Sans Stallone, je n'aurais peut-être pas été aussi motivé dans les années quatre-vingt pour faire le genre de films que j'ai fait et travailler aussi dur que je l'ai fait »[88]. Stallone, de son côté a déclaré : « Nous ne pouvions même pas supporter d'être dans la même pièce »[88].

Cette rivalité s'est aussi exprimée dans les long métrages des deux acteurs. Par exemple, dans Demolition Man (1993), Stallone y évoque une « fondation Schwarzenegger », tout en faisant une référence appuyée à la carrière politique qu'entame alors Schwarzenegger[87], qui aboutira à son élection au poste de gouverneur de Californie. Dans le même esprit, dans Last Action Hero (1993), on y voit le partenaire de Jack Slater (Schwarzenegger), le jeune Danny Madigan (Austin O'Brien) s'étonner de voir sur l'affiche du film Terminator 2 (un film tourné par Schwarzenegger) le visage de Stallone à la place de Schwarzenegger, la réplique du personnage de Jack Slater disant : « Il [Stallone] est fantastique dans ce film. C'est son meilleur rôle »[87]. Pareillement, dans le film Jumeaux (1988) avec Arnold Schwarzenegger et Danny DeVito, on peut y voir une affiche du film Rambo III (1988) avec Sylvester Stallone.

On peut aussi citer l’exemple du film Arrête ou ma mère va tirer ! (1992) dans lequel joue Stallone, uniquement pour devancer Schwarzenegger qui semblait intéressé par le script ; c'était en fait une ruse de l'acteur américano-autrichien afin d'amener Stallone à jouer dans ce film, que Schwarzenegger trouvait passablement mauvais. Mais au lieu de simplement refuser d'y jouer, Arnold fait mine de s'intéresser au long-métrage, attisant ainsi la curiosité de son rival pour qu'il prenne le rôle, dans un film qui sera un échec critique et commercial, désavoué plus tard par Stallone lui-même comme l'un de ses pires films[89].

À la suite de cette « rivalité », les deux acteurs ont fini par nouer une solide amitié dans les années 1990[88], et ont même partagé l'écran dans des films d'action tels que Expendables : Unité spéciale (2010) ou encore Évasion (2013).

Cette « rivalité » cependant, aurait été exagérée ; Schwarzenegger déclare ainsi en 2012 durant un entretien, avec Stallone à ses côtés : « Notre instinct naturel de compétiteurs, à Sly et à moi, nous poussait à toujours vouloir être le meilleur, à être le numéro un. Cela plaisait aux studios, qui s’amusaient à dramatiser notre rivalité pour vendre encore plus de billets. C’est Hollywood qui a fait de nous des ennemis ! »[87]

Voir aussi l'article anglophone Schwarzenegger–Stallone rivalry (en).

Dans la culture populaire

modifier

Le personnage de la marionnette de Monsieur Sylvestre qui apparaît dans l'émission de télévision satyrique Les Guignols de l'info est une caricature de Sylvester Stallone[90].

Dans le film Hot Shots! (1991) de Jim Abrahams, le personnage de Sean « Topper » Harley (Charlie Sheen) est inspiré du personnage de Rambo.

Dans le film Outsider (2016) de Philippe Falardeau, qui retrace la vie du boxeur Chuck Wepner et qui a inspiré le personnage de Rocky Balboa, le comédien Morgan Spector interprète le rôle de Sylvester Stallone[91].

Dans le jeu vidéo Broforce (2015), les personnages de Rambro, Bro Dredd et Demolition Bro sont des parodies de personnages interprétés par Stallone dans ses films.

Dans le jeu vidéo Mortal Kombat 11 (2019), le personnage de Rambo et donc Stallone est disponible in-game[92].

Voix francophones

modifier

En version française, Alain Dorval[93] a été la voix régulière de Sylvester Stallone depuis Rocky en 1976 jusqu'à son décès, le 13 février 2024. Il a doublé l'acteur notamment dans les sagas Rocky, Rambo et Expendables.

Durant une période, Richard Darbois l'a doublé à huit reprises[93], notamment dans Tango et Cash, Demolition Man, Copland et Driven. Michel Vigné le double aussi dans le film Haute Sécurité et la série Dream On[93].

À titre exceptionnel, il a aussi été doublé par Laurent Hilling dans L'Étalon italien, Dominique Collignon-Maurin dans Les Mains dans les poches, Jean-Pierre Leroux dans Capone[94], Bernard Murat dans La Course à la mort de l'an 2000[93], Olivier Destrez dans la série Kojak[94], Gérard Dessalles dans la série The Muppet Show[94], Patrick Floersheim dans la version VHS du Vainqueur[94] et Thierry Mercier dans la série This Is Us.

En 2024, Paul Borne remplace Alain Dorval sur le doublage de la Saison 2 de l'émission La Famille Stallone.

En version québécoise, Pierre Chagnon est la voix de Sylvester Stallone dans presque tous ses films[95]. Il le double notamment dans Cliffhanger : Traque au sommet, Judge Dredd, Rocky Balboa et la saga Expendables.

À titre exceptionnel, il a aussi été doublé par Dominique Briand dans Tango et Cash et L'Embrouille est dans le sac[95].

Notes et références

modifier
  1. Prononciation en anglais américain retranscrite selon la norme API. Le nom de famille Stallone est d'origine italienne et se prononce : /stal.ˈlɔ.ne/ et signifie « étalon ».
  2. Stallone reste en 2018 le dernier à avoir été dans cette situation.
  3. Citation originale : I thought Rocky was over in 2006, and I was very happy with that. And then, all of a sudden, this young man presented himself and the whole story changed […] I just want to thank everyone around the whole wide world for taking the Rocky family into their hearts for over 40 years […] Though it breaks my heart, Sadly all things must pass and end […] The most wonderful thing of all, is that ROCKY will never die because he lives on in you.

Références

modifier
  1. a et b (it) « Dalla Puglia a gli USA! Gli antenati di Sylvester Stallone », sur storiedifamiglia.com (consulté le ).
  2. a et b « Les ancêtres de Sylvester Stallone habitaient Landrévarzec », sur ouest-france.fr, (consulté le ).
  3. https://www.telestar.fr/actu-tv/cliffhanger-9-choses-que-vous-ne-saviez-peut-etre-pas-sur-sylvester-stallone-photos-234181#img5 Par Aurélie Lainé : « Cliffhanger : 9 choses que vous ne saviez peut-être pas sur Sylvester Stallone [Photos]. Légende photo 5/9 : "Deuxième rôle le plus célèbre de Sylvester Stallone : Rambo (1978), un vétéran du Vietnam à la difficile réinsertion sociale". » Télé Star, le 13 septembre 2016.
  4. Marine Gibert, « Golden Globes : Stallone emporté par l'émotion », sur Gala.fr, (consulté le )
  5. « Fnac.com », sur queue.fnac.com (consulté le )
  6. (en-US) « Sylvester Stallone », sur Hollywood Walk of Fame, (consulté le )
  7. ou en abrégé Sylvester Enzio Stallone, Gaudenzio était le prénom de son grand-oncle
  8. (en) « Frank Stallone, polo player and father of actor Sylvester Stallone, dies at 91 », sur Washington Post (consulté le ).
  9. Sylvester Stallone, 13emerue.
  10. VIDEO. Sylvester Stallone : un maire révèle les origines bretonnes de l'acteur.
  11. (en) Will Stewart, « Rambo-ski – Hollywood star Sylvester Stallone's Russian secret », Daily Mail, London,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. « Sylvester Stallone », sur Première (consulté le ).
  13. « Le combat perdu de Stallone. Notre enquête », sur Paris Match, (consulté le ).
  14. Canal+ le journal du mercredi cinema 1992, (FLV) [Production de télévision] () Italie : CANAL+. Consulté le . La scène se produit à 43 min 30 s. “Interview de Sylvester Stallone par Michel Denisot”.
  15. (en) Interview de Sylvester Stallone, Playboy, septembre 1978.
  16. The 'Italian Stallion' Hoax: Stallone Never Did Hardcore, AVN, 6 février 2008.
  17. « Le show de Sylvester Stallone et Mohamed Ali aux Oscars 1977 », sur Première.fr, (consulté le ).
  18. https://www.lesinrocks.com/cinema/rocky-40-ans-et-garde-la-forme-51689-24-03-2017/ Comment Sylvester Stallone a donné naissance au mythe « Rocky » par Serge Kaganski, Les Inrocks, le 24 mars 2017
  19. https://www.ecranlarge.com/films/news/1348472-rocky-iv-sylvester-stallone-en-dit-plus-sur-larrivee-de-la-directors-cut « Rocky IV : Sylvester Stallone en dit plus sur l'arrivée de la Director's Cut » par Mathias Penguilly, le 31 août 2020, Écran Large.
  20. (en) « Paradise Alley (1978) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le )
  21. (en) « Paradise Alley Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le )
  22. « Sylvester Stallone a une belle surprise pour les fans de « Rocky IV » », sur 20minutes.fr (consulté le ).
  23. « Rambo is back », sur France Culture, (consulté le )
  24. « La Guerre Froide résumée en 11 dates clés », sur Geo.fr, (consulté le )
  25. « Rambo, ou la fierté de l'Amérique », sur www.lhistoire.fr (consulté le )
  26. « Rambo : pourquoi c'est culte ? », sur L'Éclaireur Fnac, (consulté le )
  27. « Staying Alive », sur Box Office Mojo (consulté le )
  28. « Stallone est heureux de ne plus être une superstar », Le Matin,‎ (ISSN 1018-3736, lire en ligne, consulté le )
  29. « Que sont devenus les héros des films d'action des années 80? », sur blue News (consulté le )
  30. « VEDETTES DES FILMS D’ACTION DES ANNÉES 80 », sur SUMMUM Magazine (consulté le )
  31. « Judge Dredd », sur Box Office Mojo (consulté le )
  32. « Copland - films-telefilms sur Télé 7 Jours », sur www.programme-television.org (consulté le )
  33. « Driven et les plus gros flops de Sylvester Stallone », sur premiere.fr, (consulté le )
  34. (en) « ‘Driven’ Eases Into Top Spot, Nudging ‘Bridget Jones’ Aside », sur latimes.com, (consulté le )
  35. (en) « Sylvester Stallone pays heartfelt tribute to ‘good friend’ James Caan, following death aged 82: ‘One of a kind!’ », sur metro.co.uk, (consulté le )
  36. « Taxi 3 : Quand Sylvester Stallone jouait un espion pour Luc Besson », sur Première, (consulté le )
  37. « Stallone méchant dans "Spy kids 3" ! », sur allociné.fr, (consulté le )
  38. « Un «Rocky 6» à la hauteur de l'original », sur 20 minutes, (consulté le )
  39. a et b « Retour en force pour The Expendables 2 », sur lapresse.ca, (consulté le )
  40. « Expendables 3 : Mel Gibson et Antonio Banderas confirmés », sur ladepeche.fr, (consulté le )
  41. « Expendables 3: Bruce Willis trop cher, remplacé par Harrison Ford », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  42. a et b (en) « Bullet to the Head Review », sur ign.com, (consulté le )
  43. « VIDÉOS. Sylvester Stallone et Arnold Schwarzenegger réunis dans "Evasion": retour sur leur rivalité », sur huffingtonpost.fr, (consulté le )
  44. « "Match retour" : Stallone et De Niro, les rois du ring », sur francetvinfo.fr, (consulté le )
  45. a et b « Stallone de retour sur le ring dans Creed », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  46. SensCritique, « Creed - L'Héritage de Rocky Balboa - Film (2015) », sur SensCritique (consulté le )
  47. « Pourquoi Stallone remercie Rocky aux Golden Globes », sur premiere.fr, (consulté le )
  48. « Et l'Oscar de la plus grosse déception revient à... Sylvester Stallone », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  49. « This Is Us : Sylvester Stallone s'amuse avec ses partenaires sur le tournage de la saison 2 », sur allociné.fr, (consulté le )
  50. « Creed 2 : Sylvester Stallone derrière la caméra pour le retour d’Ivan Drago », sur Allociné, (consulté le ).
  51. (en) Justin Kroll, « Steven Caple Jr. to Direct ‘Creed 2’ Starring Michael B. Jordan and Sylvester Stallone (EXCLUSIVE) », Variety, (consulté le ).
  52. « Avec Creed II, Sylvester Stallone dit adieu à Rocky pour de bon », sur premiere.fr, (consulté le )
  53. « Rambo V Last Blood : la date de sortie dévoilée », sur allociné.fr, (consulté le )
  54. (en) « Rambo: Last Blood (2019) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le )
  55. (en) « Rambo: Last Blood Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le )
  56. (en) Peter Debruge, « Film Review: 'Rambo: Last Blood' », sur Variety, (consulté le )
  57. Witney Seibold, « Rambo: Last Blood Review », sur IGN, (consulté le )
  58. Charles Trepany, « Is 'Rambo: Last Blood' any good? Critics call it a 'MAGA fantasy,' 'orgy of death' », sur USA Today, (consulté le )
  59. (en) Katie Walsh, « Movie review: Deeply xenophobic, lazy 'Rambo: Last Blood' should be the end of the line for the character », sur Chicago Tribune, (consulté le )
  60. (en) David Fear, « 'Rambo: Last Blood': A Reagan-Era Hero, Re-Engineered for the MAGA Age », sur Rolling Stone, (consulté le )
  61. (en) Matthew Rozsa, « The MAGA fever dream of "Rambo: Last Blood" », sur Salon.com, (consulté le )
  62. a et b (en) « Rambo creator 'Hates' 'Last Blood' Left Theater Feeling 'Degraded and Dehumanized' », sur Newsweek (consulté le )
  63. « Le créateur de Rambo est « embarrassé » de voir son nom associé au dernier film de la franchise », sur Slate.fr, (consulté le ).
  64. « John Rambo joue du couteau et vide son chargeur dans Mortal Kombat 11 », sur gamekult.fr, (consulté le )
  65. « "The Suicide Squad" : PourquoiSylvester Stallone a accepté de jouer un requin tueur », sur bfmtv.com, (consulté le )
  66. « Samaritan : Regardez la bande annonce du flm de super-héros avec Sylvester Stallone », sur cnews.fr, (consulté le )
  67. a et b Charles Martin, « Sylvester Stallone rejoint la mafia dans la bande-annonce de Tulsa King », sur premiere.fr, (consulté le )
  68. Stéphane Lauer, « Sylvester Stallone s’éloigne du casting de Donald Trump », lemonde.fr, 20 décembre 2016.
  69. https://www.artmajeur.com/fr/magazine/2-actualites-artistiques/sylvester-stallone-vendait-ses-propres-tableaux-5-dollars-piece-pour-payer-le-bus-scolaire/330841 « Sylvester Stallone vendait ses propres tableaux 5 dollars pièce pour payer le bus scolaire » par Selena Mattei, le 7 décembre 2021. Artmajeur.com
  70. « Sylvester Stallone, l'artiste peintre, expose ses tableaux en Allemagne », sur Premiere.fr, (consulté le )
  71. Hélène Pagesy, "Sage Stallone : une carrière trop vite interrompue", Lefigaro.fr, 16 juillet 2012.
  72. « Sylvester Stallone aurait abusé de sa demi-sœur », sur gala.fr, 24 janvier 2013.
  73. Sylvester Stallone accused 30 years ago of allegedly having group sex with teen, police say, The Baltimore Post-Examiner, 16 février 2016.
  74. « Agression sexuelle : le nom de Sylvester Stallone figurerait dans un rapport de police », LCI,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  75. Sylvester Stallone Denies Sexually Assaulting 16-Year-Old in 1980s, Time, 17 novembre 2017.
  76. Anne-Yasmine Machet, « Sylvester Stallone accusé d’agression sexuelle : son ex-femme Brigitte Nielsen le défend », gala.fr, 21 novembre 2017.
  77. Noémie Sato, « Sylvester Stallone visé par une nouvelle plainte pour agression sexuelle », 20minutes.fr, 25 décembre 2017.
  78. Lucie Lanzon et Mathilde Seifert, « Le divorce inattendu de Sylvester Stallone et Jennifer Flavin », Célébrités, sur madame.lefigaro.fr, (consulté le ).
  79. Jérôme Vermelin, « Molosses, tatouages et gros sous : les dessous du divorce de Sylvester Stallone et Jennifer Flavin », sur tf1info.fr, (consulté le ).
  80. « Un mois après l'annonce de leur divorce, Sylvester Stallone et Jennifer Flavin reviennent sur leur décision », sur parismatch.com (consulté le )
  81. Certaines sources indiquent que le film daterait de 1973.
  82. « Expendables 4 en tournage ! La liste des acteurs aux côtés de Sylvester Stallone et Jason Statham », sur cinema.jeuxactu.com (consulté le ).
  83. Mortal Kombat 11 Ultimate – Gameplay de Rambo dévoilé » sur blog.fr.playstation.com.
  84. a b et c « Rambo & McClane actors reportedly did not record new voice lines for Warzone Operators » sur charlieintel.com.
  85. « Stallone et Jack Lang à l'exposition Toulouse-Lautrec », Journal de 20 heures d'Antenne 2, sur INA,
  86. All-Time Razzie Champions, Razzies.com, 26 février 2005.
  87. a b c et d Clément Cuyer, « Stallone/Schwarzenegger : un face-à-face de légende depuis plus... de 30 ans ! », Allociné, .
  88. a b c et d Enola Gambey, « "Nous étions en guerre", Sylvester Stallone et Arnold Schwarzenegger se confient sur leur rivalité », sur gentside.com, .
  89. « Comment Arnold Schwarzenegger a trompé son rival pour qu'il joue l'un des pires films de tous les temps », sur jeuxvideo.com, .
  90. « Stallone n'a rien contre sa marionnette des Guignols », sur premiere.fr, .
  91. « Les grandes figures du cinéma rejouées… par le cinéma ! », sur allociné.fr, (consulté le )
  92. « Mortal Kombat 11 Ultimate », sur Mortal Kombat 11 Ultimate (consulté le )
  93. a b c d e f et g « Comédiens ayant doublé Sylvester Stallone en France » sur AlloDoublage.
  94. a b c et d « Comédiens ayant doublé Sylvester Stallone en France » sur RS Doublage.
  95. a b et c « Comédiens ayant doublé Sylvester Stallone au Québec » sur Doublage.qc.ca, consulté le 17 octobre 2014.

Voir aussi

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

modifier
  • Emmanuelle Bernheim, Stallone (roman), Paris, Gallimard, , 52 p.
  • Colloque Sylvester & Stallone (2012 ; Caen), Traité de sémiotique abusive : le héros, super vecteur de sens : actes du Colloque Sylvester & Stallone, La Fermeture éclair, Caen, du 6 au , [Caen], [Amavada], [2012], 106 p.
  • David Da Silva, Sylvester Stallone, héros de la classe ouvrière, nouvelle édition augmentée, La Madeleine, LettMotif, 2020, 240 p., coll. « Stallone »
  • (en) Marsha Daly, Sylvester Stallone : an illustrated life, New York, St. Martin's Press, 1984, 127 p.
  • (en) Carl Green et William Sanford, Sylvester Stallone, Mankato, Crestwood House, 1986, 32 p., coll. « Center stage »
  • Christophe L. et Guy Braucourt, Sylvester Stallone, Paris, PAC, 1985, 127 p.
  • (en) Chris Holmlund (dir.), The ultimate Stallone reader : Sylvester Stallone as star, icon, auteur, New York, Wallflower Press, [2014], 286 p.
  • William Laurent, Sylvester Stallone, Saint-Cloud, SIPE, 1995, 127 p.
  • Mohamed Mamou, Sylvester Stallone : une revanche sur la vie, Transparence, 1995, 240 p.
  • Jean-Christophe HJ Martin, Directed by Sylvester Stallone, nouvelle édition, La Madeleine, LettMotif, 2020, 159 p., coll. « Stallone » (nouvelles)
  • (en) Janice C. Simpson, Sylvester Stallone : going the distance, St. Paul, EMC, 1978, 40 p., coll. « Headliners II »

Liens externes

modifier