Richard Donner

réalisteur américain
Richard Donner
Description de cette image, également commentée ci-après
Richard Donner en 2006.
Nom de naissance Richard Donald Schwartzberg
Naissance
New York (État de New York)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès [1] (à 91 ans)
Los Angeles (Californie)
Profession Réalisateur, producteur, producteur délégué
Films notables La Malédiction
Superman
Les Goonies
L'Arme fatale (saga)
Maverick

Richard Donald Schwartzberg, dit Richard Donner, est un réalisateur et producteur de cinéma américain, né le à New York et mort le à Los Angeles.

Après avoir dirigé le classique d'horreur La Malédiction, il est devenu célèbre en 1978 avec Superman, ce film étant l'un des plus grands succès de l'histoire du cinéma et ayant contribué à imposer le genre de films de super-héros, ouvrant la voie aux futures sagas de Batman et de Spider-Man. En outre, Richard Donner a relancé le goût pour les films d'action buddy movies, avec la série de films L'Arme fatale qu'il réalise. En outre, il a produit de nombreux films d'autres réalisateurs, via la société de production The Donners' Company créée avec son épouse Lauren Shuler Donner. Il a également produit la série télévisée Contes de la Crypte.

BiographieModifier

Fils d'un fabricant de meubles, Fred Schwartzberg[2], le jeune Richard découvre des films dans le cinéma appartenant à son grand-père à Brooklyn. Après le lycée, il sert un temps dans l'US Navy, où il devient photographe aérien. Il fréquente ensuite très brièvement l'université de New York avant de vouloir mener une carrière d'acteur à Los Angeles[3]

En 1958, il s'installe donc à Los Angeles. Il fait ses débuts d'acteur dans des petits rôles dans des spectacles « expérimentaux ». Il tourne notamment dans le drama Of Human Bondage de Martin Ritt. Ce dernier l'encouragera à se concentrer sur une carrière de réalisateur et l'engage comme assistant. Il travaille ensuite pour Desilu Productions où il réalise plusieurs publicités, documentaires et films d'entreprises. Son premier grand succès, il le doit à la télévision, en dirigeant Steve McQueen dans plusieurs épisodes de la série télévisée western Au nom de la loi entre 1960 et 1961. Une expérience qui lui vaut de réaliser bon nombre d'épisodes de séries : Sur la piste du crime, Cannon, Perry Mason, Les Rues de San Francisco, Les Mystères de l'Ouest, Bronk et La Quatrième Dimension.

 
Richard Donner en 1979.

Dès 1961, il réalise un premier film, X-15, suivi en 1968 de Sel, poivre et dynamite. Après plusieurs longs métrages, il est enfin reconnu en 1976, avec la sortie de La Malédiction, un film d'horreur fantastique. Visiblement à l'aise dans le genre, on lui confie la réalisation de Superman, avec Christopher Reeve. Produit pour un budget très conséquent pour l'époque, le film est un immense succès mondial et reçoit de bonnes critiques dans la presse[4]. Il tourne une partie de Superman 2 dans la foulée du tournage du premier film. Mais il est renvoyé par le studio et remplacé par Richard Lester, qui retournera une grande partie des images tournées par Richard Donner[5]. Des années plus tard, Richard Donner sera finalement autorisé à monter sa propre version avec des images d'archives : Superman 2: The Richard Donner Cut (2006)[6].

Très déçu par ce renvoi, il se lance dans un drame plus modeste, Rendez-vous chez Max's (1980). Le film ne rencontre pas le succès. Il tourne ensuite la comédie Le Joujou (1982), remake du film français Le Jouet (1976) de Francis Veber.

Il réalise ensuite le film d'aventures pour adolescents Les Goonies, qui sort en 1985. Imaginé et produit par Steven Spielberg, le film est un immense succès mondial et deviendra un film culte[7],[8].

Il réalise ensuite Ladyhawke, la femme de la nuit (1985), un film mêlant fantastique et médiéval avec Matthew Broderick, Rutger Hauer et Michelle Pfeiffer dans les rôles principaux. Le film reçoit un accueil mitigé dans la presse et est un échec commercial[9]. En 1986, il fonde avec sa femme Lauren Shuler la société de production The Donners' Company.

Après avoir refusé la réalisation de Superman 4[10], il renoue avec le succès avec la comédie policière L'Arme fatale (1987) avec Mel Gibson et Danny Glover. Il engage également son cousin Steve Kahan (capitaine Murphy). Le succès est mondial et le film devient un modèle du genre (buddy movie) et influencera de nombreux films. Le film marque également sa rencontre avec l'acteur Mel Gibson et lancera la franchise L'Arme fatale qui connaitra trois autres films, qu'il réalisera également. Le succès du film, produit par Warner Bros., lui offre aussi la possibilité de réaliser un film sur Batman. Richard Donner envisage alors Mel Gibson dans le rôle-titre, Michael J. Fox en Robin, Willem Dafoe en Joker ou encore Joe Pesci en Pingouin. Mais l'expérience sur Superman 2 serait à l'origine du refus du studio d'aller plus loin. Le film sera finalement développé par Tim Burton et deviendra Batman (1989)[10].

Dès 1989, il participe à la production de la série télévisée horrifique Les Contes de la Crypte. Entre les différents volets de L'Arme fatale, il réalise d'autres films comme la comédie fantastique Fantômes en fête (1988) avec Bill Murray, d'après Un chant de Noël de Charles Dickens. Le film est un succès commercial malgré des critiques mitigées. Il réalise également la comédie dramatique Le Rêve de Bobby (1992), avec notamment Lorraine Bracco et Elijah Wood. C'est un cuisant échec commercial.

Richard Donner retrouve ensuite Mel Gibson dans la comédie western Maverick (1994), adaptation de la série télévisée du même nom des années 1950. Il y dirige également Jodie Foster, James Garner, Graham Greene et James Coburn. Le film rencontre un joli succès commercial[11]. Il dirige ensuite Sylvester Stallone dans le film d'action Assassins (1995). L'acteur voulait tourner avec lui depuis plusieurs années et lui avait notamment proposé de réaliser Judge Dredd[10].

Il retrouve ensuite Mel Gibson dans le thriller Complots sorti en 1997, avec également Julia Roberts. Malgré des critiques moyennes[12], le film est un succès public[13]. Il enchaine ensuite avec le dernier volet de sa saga fétiche, L'Arme fatale 4 (1997).

Avec sa femme Lauren Shuler Donner, il participe à la production du film X-Men (2000) de Bryan Singer, premier volet d'une longue série de films. Il ne revient à la réalisation qu'en 2003 avec Prisonniers du temps, adaptation du roman du même nom de Michael Crichton. Ce film d'aventures et de science-fiction avec Paul Walker, Frances O'Connor et Gerard Butler est un cuisant échec commercial[14].

Il dirige ensuite Bruce Willis dans 16 blocs, un film policier en temps réel. L'accueil de la presse est mitigé, tout comme le box-office. Ce sera son dernier long métrage comme réalisateur. La même année, sort en vidéo Superman 2: The Richard Donner Cut, qui est une version remontée de Superman 2 (1980). Il s'était fait renvoyer du projet après le tournage du premier film et de nombreuses séquences du 2e (les deux films étant tournés à la suite). Il avait été remplacé par Richard Lester. Warner Bros. autorisa un remontage du film par Richard Donner, selon ses idées originales[15],[16]. Il se concentre ensuite sur la production, notamment de X-Men Origins: Wolverine (2009).

Fin 2020, Richard Donner annonce vouloir faire L'Arme fatale 5 : « Ce sera l'épisode final. C'est à la fois mon devoir et un privilège de mettre un terme à la saga. Et c'est très emballant, vous savez... Ahahah ! Ce sera le dernier, je vous le promets[17]. »

Vie privée et décèsModifier

Il se marie avec Lauren Shuler le 27 novembre 1986. Ils resteront mariés jusqu'au décès de Richard Donner le , à l'âge de 91 ans. Les causes de sa mort n'ont pas été révélées[18],[19],[20].

ReconnaissanceModifier

Richard Donner est une source d'inspiration pour les réalisateurs américains : Bryan Singer, les Wachowski, Olly Alexander, Paco Cabezas, Tom Gormican, Greg Berlanti ou encore Matthew Vaughn, ainsi que Tod Williams et David Slade.

FilmographieModifier

En tant que réalisateurModifier

Longs métragesModifier

TéléfilmsModifier

  • 1973 : Hernandez
  • 1973 : Nightside
  • 1973 : Stat!
  • 1975 : A Shadow in the Streets
  • 1975 : Sarah T. - Portrait of a Teenage Alcoholic
  • 1977 : A Very Special Place
  • 1992 : Two-Fisted Tales segment "Showdown"

Séries téléviséesModifier

Clips musicauxModifier

En tant que producteurModifier

Longs métragesModifier

Série téléviséeModifier

En tant que producteur déléguéModifier

Longs métragesModifier

Séries téléviséesModifier

En tant qu’acteurModifier

Richard Donner réalise des caméos dans plusieurs de ses films[10].

Notes et référencesModifier

  1. «Richard Donner Dies: ‘Superman’, ‘Lethal Weapon’ And ‘The Goonies’ Director Was 91 » sur deadline.com
  2. Variety Magazine: "Vet helmer's long and boffo road" by Beverly Walker July 31, 1997
  3. Harrison Smith, « Richard Donner, adaptable director of ‘Superman’ and ‘Lethal Weapon,’ dies at 91 », sur The Washington Post (consulté le )
  4. (en) « Box-office Superman », sur Box Office Mojo (consulté le )
  5. Secrets de tournage de Superman 2 - Allociné
  6. (en) « "Superman: The Movie" Director Richard Donner Dies at Age 91 », sur www.supermansupersite.com (consulté le )
  7. Chris Sercio, « 'Goonies' Turns 30: 5 Lessons From the Cult Classic », Today,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. Chris Clark, « The Goonies: Cult Classic that Still Warms Embittered Hearts », The Trinity Tripod,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. « Ladyhawke (1985) - Financial Information », sur The Numbers (consulté le )
  10. a b c et d « Richard Donner : quand le réalisateur de Superman voulait tourner Batman avec Mel Gibson », sur Allociné, (consulté le )
  11. (en) « Box-office Maverick », sur Box Office Mojo (consulté le )
  12. (en) « Conspiracy Theory », sur Rotten Tomatoes (consulté le )
  13. (en) « Box-office Conspiracy Theory », sur Box Office Mojo (consulté le )
  14. EVE WATLING 7/23/18, « These are the biggest box office bombs of all time », Newsweek,‎ (lire en ligne)
  15. Superman II (The Richard Donner Cut) - DVD en français.com
  16. Superman II Lester Et Donner Cut : Le Test Dvd - LCI-TF1.fr
  17. « Richard Donner promet que L'Arme fatale 5 sera le dernier », sur Première, (consulté le ).
  18. (en) Richard Donner Dies: 'Superman', 'Lethal Weapon' and 'The Goonies' Director Was 91
  19. « Remembering Richard Donner: With 'Superman' and the 'Lethal Weapon' Films, He Made the Blockbuster Era Both Bigger and Smaller », Varitey
  20. « Richard Donner, director of Superman and The Goonies, dies aged 91 », sur Guardian, (consulté le )
  21. Le film L'Ange et le Démon est également connu sous le titre Twinky en dehors des États-Unis.

Liens externesModifier