Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir LaMotta.

Jake LaMotta
Image illustrative de l’article Jake LaMotta
Jake LaMotta (1952).
Fiche d’identité
Nom complet Giacobbe LaMotta
Surnom The Raging Bull
The Bronx Bull
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Date de naissance
Lieu de naissance Bronx, New York
Date de décès (à 95 ans)
Lieu de décès Aventura, Floride
Taille 1,73 m (5 8)
Catégorie Poids moyens
Palmarès
  Professionnel
Carrière 1941 - 1954
Combats 106
Victoires 83
Victoires par KO 30
Défaites 19
Matchs nuls 4
Titres professionnels Champion du monde poids moyens (1949-1951)
Dernière mise à jour : 7 février 2014

Giacobbe LaMotta, dit Jake LaMotta, surnommé The Raging Bull (le taureau enragé) ou The Bronx Bull (le Taureau du Bronx), en raison de sa puissance et de son ardeur au combat, est un boxeur américain, né de parents immigrés italiens le [1] à New York dans le Bronx et mort le [2] à Aventura en Floride[3].

Champion du monde des poids moyens de 1949 à 1951, peu doué pour l'esquive, il savait encaisser les coups les plus violents, avant de contrer avec férocité ses adversaires. Aucun de ces derniers n'est arrivé à le mettre KO au cours des 106 combats professionnels qu'il livra. Sa vie fut retranscrite à l'écran dans le film Raging Bull en 1980 avec Robert De Niro dans le rôle du boxeur.

BiographieModifier

CarrièreModifier

Fils d'immigrés italiens[4], Jake LaMotta apprend, dès l'adolescence, la boxe dans une maison de correction, au Coxsackie Correctional Institute et est surnommé « The Bronx Bull » (Taureau du Bronx)[4] à cause de son agressivité sur le ring. Son premier combat professionnel se déroule le . Il le remporte après 4 rounds, par décision de l'arbitre, contre Charley Mackley.

Les deux années suivantes, il cumule un grand nombre de victoires et gagne la reconnaissance le , en battant Sugar Ray Robinson[5] au 10e round, par décision unanime des juges. C’est la deuxième rencontre entre les deux champions et la première défaite de Robinson en tant que professionnel. Ce combat est élu surprise de l'année Ring Magazine. Au total, LaMotta et Robinson s’opposent à six reprises. Malgré la forte combativité qu'il oppose à la technique de Ray Robinson, LaMotta ne remporte que la deuxième des six rencontres.

Après sa victoire sur Ray Robinson, LaMotta est suspendu sept mois pour avoir accepté de perdre face à Billy Fox.

Le , LaMotta remporte le championnat du monde des poids moyens contre le boxeur français Marcel Cerdan. Ce dernier se blesse à l'épaule en tombant au premier round et ne peut poursuivre à la 10e reprise[6]. Une revanche est prévue, mais Cerdan se tue dans un accident d’avion en octobre alors qu’il part s’entraîner pour ce combat aux États-Unis.

Par la suite, LaMotta rencontre Robert Villemain pour une revanche après un combat controversé. En effet, pour le public et les observateurs, il est perdant, mais deux juges (qui devaient être disqualifiés par la suite) lui donnent la victoire pour ne pas nuire à de juteux paris. Pour cette revanche, il refuse de mettre en jeu son titre de champion du monde. Robert Villemain remporte largement le combat. Après sa défaite, LaMotta refuse systématiquement les confrontations avec Villemain. Ce combat est élu surprise de l'année Ring Magazine.

LaMotta défend son titre deux fois : la première, le 12 juillet 1950 contre Tiberio Mitri, invaincu jusque-là, qu’il bat aux points après 15 rounds et la seconde, le 13 septembre, face au Français Laurent Dauthuille qu’il met KO à 15 secondes de la fin du combat alors qu’il est dominé depuis le premier round. Il perd cependant son titre contre Robinson le , à la 13e reprise. Il n'est pas mis KO, s’accrochant dans les cordes alors qu’il est compté (Saint Valentine's Day Massacre).

Dans ses sept combats suivants, il est battu avant la limite à deux reprises. En 1953, il ne combat pas et revient sur le ring en 1954 pour trois combats, avant de se retirer. Son dernier combat l’oppose à Al McCoy, qu’il bat par KO.

Il compte 83 victoires (dont 30 par KO), pour 19 défaites et 4 matchs nuls.

Après-carrièreModifier

  • Jake LaMotta a fait plusieurs mois de prison pour avoir payé une mineure pour un strip-tease.
  • Son fils a péri dans l'accident du vol 111 Swissair en 1998.
  • Après sa carrière de boxeur, il devint propriétaire d'une boîte de nuit portant son nom.

MortModifier

Jake LaMotta meurt le à l’âge de 95 ans des suites d’une pneumonie[7].

Récompenses et distinctionsModifier

Cinéma et littératureModifier

FilmographieModifier

CinémaModifier

RéférencesModifier

  1. (en) Site officiel de Jake LaMotta
  2. (en) « Jake LaMotta dead: 'Raging Bull' boxing legend dies aged 95 », sur ibtimes.co.uk, 20 septembre 2017
  3. (en) « Former middleweight champion Jake LaMotta dies at 95 », sur ESPN, (consulté le 20 septembre 2017)
  4. a et b AFP, « Mort de Jake LaMotta, le boxeur qui a inspiré "Raging Bull" avec Robert De Niro », Le HuffPost,‎ (lire en ligne, consulté le 5 octobre 2018).
  5. (en) Sugar Ray Robinson vs. Jake LaMotta (2nd meeting) (boxrec.com)
  6. (en) Marcel Cerdan vs. Jake LaMotta (boxrec.com)
  7. « Le boxeur Jake LaMotta, dont la vie a inspiré le film « Raging Bull », est mort », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 20 septembre 2017)

Liens externesModifier