Ouvrir le menu principal

Ratchet et Clank (film)

film sorti en 2016
Page d'aide sur l'homonymie Pour la série de jeux vidéo, voir Ratchet and Clank.
Ratchet et Clank
Description de l'image Ratchet and Clank (2016) Logo.png.
Titre québécois Ratchet et Clank
Titre original Ratchet and Clank
Réalisation Kevin Munroe (en)
Jericca Cleland (en) (d'après son jeu vidéo)
Sociétés de production Rainmaker Entertainment
Blockade Entertainment (en)
Insomniac Games
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
Genre Animation
Aventure
Durée 94 minutes
Sortie 2016

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Ratchet et Clank (intitulé Ratchet and Clank dans sa version originale) est un film d'animation et d'aventure américano-canadien de Kevin Munroe (en) sorti en 2016. Il est fondé sur la série de jeux vidéo Ratchet and Clank.

SynopsisModifier

Ratchet, un jeune Lombax mécanicien qui rêve de devenir ranger galactique, fait une rencontre qui bouleversera sa vie : celle de Clank, un petit robot doté d'une âme et d'une grande intelligence. À eux deux, ils chercheront un moyen d'arrêter le président Drek. Ils pourront compter sur les rangers et sur l'incompétent Capitaine Qwark, pourtant adoré dans la Galaxie de Solana.

Résumé détailléModifier

Le film s'ouvre sur un discours du président blarg Drek à ses concitoyens, avant qu'il n'utilise son vaisseau-arme, le Déplanétiseur, pour détruire la planète inhabitée Ténémule. La destruction de Ténémule provoque une grande peur dans la galaxie de Solana, contraignant le président à ordonner au capitaine Qwark, chef des Rangers Galactiques, à recruter un nouveau membre dans son équipe déjà composé de Cora (l'agilité), Brax (le costaud) et Elaris (le cerveau). Ils commencent alors une tournée dans la galaxie entière.

Sur la planète Veldin, un mécanicien du nom de Ratchet, rêvant d'aventure, se présente aux auditions mais est refusé à cause de son casier comportant de nombreuses infractions. Sur Quartu, la planète des Blargs, Drek ordonne au docteur Néfarious, scientifique ayant construit le Déplanétiseur, de construire une armée de robots pour affronter les Rangers à leur QG sur la planète Kerwan et les éliminer avant qu'ils ne deviennent gênants. Toutefois, une coupure d'électricité provoque un dysfonctionnement de la chaîne de production et la création d'un robot plus petit que ceux ayant été créés avant. Le robot étant une anomalie, il est détecté par le système et pris en chasse par Victor, le lieutenant robot de Drek, mais parvient à s'échapper à bord d'un vaisseau malgré les dégâts d'un tir de Victor subis par ce dernier.

Sur Veldin, malgré la tentative de réconfort de son mentor Grimroth, Ratchet est déprimé à la suite de son refus chez les Rangers. En pleine réflexion, il voit le vaisseau endommagé du robot s'écraser non loin du garage. Se rendant sur place, il sauve in extremis le robot de l'explosion du vaisseau. Une fois remis sur pied, le robot, renommé Clank par Ratchet, l'informe qu'il doit prévenir les Rangers de l'attaque imminente de Drek. Ratchet accepte de l'emmener à eux, se faisant passer pour un de leurs amis. Ils arrivent toutefois trop tard à Aleero City : l'armée de Drek, dirigée par Victor ont déjà commencé leur attaque. Obligé alors d'admettre qu'il a menti à Clank sur ses relations avec les Rangers, les deux nouveaux amis ont néanmoins l'idée d'utiliser le magnétiseur du vaisseau de Ratchet en le reprogrammant uniquement sur le raritanium, dont sont faits les robots de Drek. Tous, à l'exception de Victor qui prend la fuite, sont attirés par le magnétiseur et propulsé avec leur élan sur leur vaisseau de guerre.

Ils sont accueillis une fois au sol comme des héros et Qwark informe alors les journalistes qu'ils sont officiellement les nouveau membres de Rangers tandis que Clank annonce que le responsable de l'attaque et de la destruction des planètes n'est autre que Drek. Sur le Déplanétiseur, Drek blâme Néfarious et Victor pour l'échec de l'attaque. Néfarious suggère à Drek de ne plus utiliser la force contre les Rangers mais plutôt le désir de popularité de Qwark afin de le corrompre à leur compte. En effet, Qwark remarque que Ratchet est bien plus sur le devant de la scène depuis l'attaque que lui, éveillant une certaine jalousie chez lui. Ratchet est progressivement formé au combat tandis que Clank assiste Elaris dans son travail. Ces derniers remarquent, en reconstituant les débris des planètes détruites par Drek, que certains morceaux manquent. Mais le reste des Rangers accordant peu d'importance aux travaux d'Elaris, ne cherchent pas à les écouter.

L'équipe décide d'attaquer l'usine de Drek sur Quartu, malgré les réticences d'Elaris. L'équipe se sépare et sont attaqués par des Mr.Zurkons. Tandis que Drek confronte Qwark en lui proposant de l'aider à faire remonter sa côté de popularité, Cora, Ratchet et Clank trouve sur l'ordinateur de l'usine où ils prennent les données qu'il contient. Ils ne peuvent empêcher Drek de s'enfuir mais capturent son robot Zed qui, après interrogatoire, leur indique la prochaine cible du Déplanétiseur : la planète Novalis qui contrairement aux quatre premières planètes, est habitée.

À leur arrivée, les habitants ont déjà commencé l'évacuation en voyant le Déplanétiseur en orbite. Qwark ayant entre-temps piraté les systèmes d'armement des Rangers, Cora et Brax décident de se replier tandis que Ratchet fonce vers le Déplanétiseur malgré le feu nourri des tourelles et parvient à s'en approcher suffisamment avant que son vaisseau n'explose pour monter à bord. Simultanément, Victor, ayant détecté la signature énergétique de Clank, se téléporte vers le vaisseau amiral des Rangers et l'aborde. Clank parvient à le vaincre en utilisant un Lance-foudre, Victor n'étant pas imperméable et traité contre la rouille. Sur le Déplanétiseur, Drek capture Ratchet qui voit avec stupéfaction la trahison de Qwark. Drek éjecte Ratchet à bord du navette de sauvetage où il insiste impuissant à la destruction de Novalis.

Quelques jours plus tard, Ratchet est retourné travaillé au garage avec Grimroth, se sentant responsable de la destruction de Novalis, malgré le fait que tous les habitants aient pu être évacués à temps. Les Rangers et Clank le rejoignent pour le convaincre de revenir parmi eux et finissent par y arriver. Elaris informe alors qu'elle a décrypté les données récupérés sur Quartu : Drek a prélevé une partie de chaque planète détruite et en compte associer les morceaux ensemble pour créer une nouvelle planète pour les blargs. En effet, Quartu étant trop pollué, cela fait 50 ans que les blargs étaient contraints de vivre sous terre et Drek à l'intention de remédier à cela, quitte à priver d'autres habitants de leur foyer. La prochaine cible du Déplanétiseur est également la planète Umbris mais Elaris a remarqué que le noyau de cette planète étant instable, sa destruction pourrait entrainer celle de toute la galaxie. Ecoutant vraiment Elaris pour la première fois, ils modifient leur vaisseau amiral en y intégrant de multiples magnétiseurs.

Sur le Déplanétiseur désormais en orbite autour d'Umbris, Qwark décide de parler avec Drek après avoir croisé Néfarious. Il reproche à Drek de ne pas avoir tenu sa promesse de ne faire de mal à personne sur Novalis et le met en garde sur le caractère de Néfarious, qui a été déclaré mort à la suite d'une explosion. En effet, Néfarious est le prédécesseur de Elaris au sein des Rangers mais n'ayant jamais eu la moindre considération de la part Qwark, il avait fini par devenir un criminel. Une fois Qwark parti, Néfarious rejoint Drek et profite de l'inattention du blarg pour le transformer avec son Moutonnator puis de l'éjecter sur la nouvelle Quartu bientôt terminée, matérialisé par le Déplanétiseur peu de temps avant. Il sait pertinemment que la galaxie sera détruite en cas de Déplanétisation de Umbris, il a en effet gagné la confiance de Drek progressivement et l'a convaincu que Umbris peut servir à sa nouvelle planète.

Alors qu'il s'apprête à fuir après avoir enclenché le compte-à-rebours du Déplanétiseur, les blargs informe Néfarious de l'arrivée des Rangers. Ratchet et Clank sont envoyés sur l'arme pour retarder le tir le plus de temps possible pendant que les autres Rangers se servent des magnétiseurs pour diriger le faisceau de l'arme vers la nouvelle Quartu. Arrivés à la salle de commande, les deux amis affrontent Qwark mais alors qu'il s'apprête à les achever, Ratchet arrive à le convaincre que ce n'est pas en participant à la destruction d'une nouvelle planète que sa côte de popularité augmentera. C'est à ce moment que Néfarious les rejoint et les affronte. Toutefois, le déplacement du Déplanétiseur par les Rangers entraine son inclinaison, les obligeant à arrêter le combat pour éviter de chuter. Néfarious parvient à activer le faisceau mais par chance, ce dernier n'est plus pointé sur Umbris mais sur la nouvelle Quartu qui se retrouve détruite entrainant Drek dans la mort.

Ratchet sauve Qwark alors que Néfarious s'apprêtait à utiliser son T.E.L.T sur lui. Déséquilibré, le savant fou chute dans le faisceau. Alors que le Déplanétiseur est attiré par la gravité de Umbris, les trois héros se téléportent de justesse sur le vaisseau amiral des Rangers tandis que l'arme blarg s'écrase sur la planète. Les Rangers sont accueillis en héros sur Kerwan à l'exception de Qwark qui est arrêté et Ratchet qui a préféré retourner sur Veldin à son travail de mécanicien. Clank le rejoint plus tard, désirant rester avec lui.

Sur le site du crash du Déplanétiseur sur Umbris, après avoir été robotisé à la suite de ses blessures, Néfarious s'extirpe de l'épave.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Voix originalesModifier

Voix françaisesModifier

Voix québécoisesModifier

DéveloppementModifier

ProductionModifier

L'adaptation du jeu sur grand écran a été annoncée sur le blog officiel de PlayStation le 23 avril 2013 en mettant en ligne un premier teaser[9].

Le film est produit par le studio Rainmaker Animation[10] domicilié à Vancouver au Canada.

Bande originaleModifier

La bande originale est composée par Adam Young, Emily Wright et Matthew Thiessen et interprétée par Owl City[11].

AdaptationModifier

En parallèle à la sortie du film, un jeu vidéo nommé Ratchet and Clank sort sur PlayStation 4. Il s'agit de la reprise du premier épisode de la série Ratchet and Clank, rajoutant des éléments inédits et liés au film. Le jeu sera, contrairement au film, très bien accueilli avec d'excellentes critiques et ventes.

AccueilModifier

CritiquesModifier

Ratchet et Clank est très mal accueilli par les médias de presse. En effet, le site web Rotten Tomatoes recense 17 % de critiques favorables et un score moyen de 4,1/10 sur la base de 71 avis collectées[12], tandis que le site d'agrégateurs de notes Metacritic recueille une moyenne de 29/100 sur la base de 19 critiques récoltées[13]. En France, le film obtient une moyenne de 2,2 "étoiles" sur 5 pour les critiques de la presse sur Allociné, sur la base de 5 critiques[14]. Seule critique positive, Yves Grosjean, journaliste de TF1 News, estime qu'il est un « vrai film d'animation fun et accessible à tous que le doublage français rend encore plus hilarant ». Parmi les critiques mitigées, Véronique Trouillet, de Studio Ciné Live, trouve que cette adaptation est « peu attractive visuellement » et « manque aussi d'inventivité dans l'écriture » tandis que Jean Serroy, de Le Dauphiné Libéré, estime que « les amateurs apprécieront, sauf peut-être le doublage qui a été changé ». Pierre-Julien Marest, de Télérama, prévient que « [la] fatigue de l'œil » et « [la] torture de l'ouïe » sont au programme[15]; et pour le journaliste Yann Lebecque, de L'Ecran fantastique, « les citations, emprunts, et autres clins d'œil tombent tous à plat, ce qui n'aide en rien le scénario cousu de fil blanc ».

Box-officeModifier

Le film connait un échec commercial cuisant. En France, Ratchet and Clank ne réalise que 97 190 entrées durant sa première semaine d'exploitation tandis qu'aux États-Unis, il ne rapporte que 4,87 millions de dollar américain durant son premier week-end[16].

Pays Box-office
  Monde ~12 000 000 $[17]
  États-Unis 8 821 329 $[17]
  France 1 240 710 $[18]

Autour du filmModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Controverses sur la version françaiseModifier

Lors de l'annonce du casting français du film, les fans de la série vidéoludique ont la surprise d'apprendre que les comédiens des jeux n'ont pas été contactés, bien qu'ils doublent le jeu adapté du film. En effet, Martial Le Minoux, Hervé Caradec et Philippe Peythieu sont respectivement remplacés par Xavier Fagnon, Patrick Poivey et Christophe Lemoine dans les rôles de Clank, du capitaine Qwark et du docteur Néfarious. Ratchet est quant à lui doublé par le YouTubeur Lucas Hauchard alias Squeezie au lieu de Cyrille Artaux.

Cette dernière annonce, ainsi que celles des YouTubeurs Jhon Rachid et Kevin Tran dans des rôles secondaires, provoque la colère de nombreux joueurs sur les réseaux sociaux et forums, accusant le distributeur français La Belle Company et la boîte de doublage AGM Factory de privilégier le marketing à l'artistique alors que la version originale, disposant également de célébrités, a conservé le casting des jeux en quasi-intégralité. Une pétition est lancée afin de redoubler le film avec les voix d'origine puis pour avoir une piste audio fan sur le DVD/Blu-Ray. Cette dernière obtient le soutien de Marc Saez, premier comédien à avoir doublé Ratchet en français.

L'exploitation du film en France uniquement en version française renforce la polémique. Une fois le film sorti, de nombreuses critiques s'accordent sur la globalement bonne qualité de l'interprétation de l'ensemble des comédiens mais pointent du doigt l'adaptation des dialogues et le manque de fidélité envers les termes français existants dans les jeux depuis quatorze ans.

Clins d’œilModifier

Quelques clins d’œil, accordés au monde du jeu vidéo mais tous liés à Insomniac Games, sont présents dans le scénario du film. D'abord, lorsque Clank recherche, via les données déjà présentes dans son bloc mémoire, l’identité de l'espèce de Ratchet, il le compare avec Daxter et Sly Cooper. Ce sont deux personnages principaux de licences vidéo-ludiques – issus respectivement des séries Jak and Daxter et Sly – appartenant à Sony et ayant été concurrentes à la franchise Ratchet and Clank sur la PlayStation 2. Par ailleurs, la musique du jingle de démarrage de la PlayStation est audible quand Qwark démarre l'ordinateur de bord d'un vaisseau des Rangers Galactiques. Enfin, au moment où Ratchet et Clank rencontre pour la première fois Elaris dans son bureau, elle joue à un jeu-vidéo ; qui s'agit être Ratchet and Clank 3, d'après les extraits montrés sur le téléviseur, et montrant de réelles séquences de gameplay de l'opus, plus précisemment la toute première planète, Veldin.

Notes et référencesModifier

  1. « Allocine.fr - Ratchet et Clank »
  2. « Les cinémas Gaumont Pathé - Ratchet et Clank »
  3. « Cinoche.com - Ratchet et Clank »
  4. (en) « Ratchet & Clank », sur imdb.com (consulté le 1er février 2015)
  5. (en) Michael McWhertor, « Ratchet & Clank for PlayStation 4 now coming spring 2016 », sur polygon.com, (consulté le 15 mai 2015).
  6. « James Arnold Taylor », sur allocine.fr (consulté le 1er février 2015)
  7. « David Kaye », sur allocine.fr (consulté le 1er février 2015)
  8. « Jim Ward », sur allocine.fr (consulté le 1er février 2015)
  9. « Le film Ratchet and Clank sortira en 2015, voici la première bande-annonce ! », sur PlayStation, (consulté le 30 janvier 2015)
  10. (en) « Ratchet and Clank Animated Movie Headed to Theaters », sur IGN, (consulté le 1er février 2015).
  11. (en) « Bande original du film », sur IMDB (consulté le 30 janvier 2015)
  12. (en) « Ratchet & Clank », sur Rotten Tomatoes (consulté le 24 octobre 2017)
  13. « Ratchet & Clank », sur Metacritic (consulté le 24 octobre 2017)
  14. « Ratchet et Clank: Les critiques presse », sur AlloCiné (consulté le 24 octobre 2017)
  15. « Ratchet et Clank de Kevin Munroe, Jericca Cleland - (2016) - Film d'animation - Critique », sur Télérama.fr, (consulté le 24 octobre 2017)
  16. (en) « Ratchet & Clank (2016) - Weekend Box Office Results - Box Office Mojo », sur www.boxofficemojo.com (consulté le 24 octobre 2017)
  17. a et b (en) « Ratchet & Clank (2016) - Box Office Mojo », sur www.boxofficemojo.com (consulté le 2 juillet 2017)
  18. (en) « Ratchet & Clank (2016) - International Box Office Results - Box Office Mojo », sur www.boxofficemojo.com (consulté le 2 juillet 2017)

Liens externesModifier