Walter Hill (réalisateur)

cinéaste américain
Walter Hill
Description de cette image, également commentée ci-après
Walter Hill en 2014.
Nom de naissance Walter Wesley Hill
Naissance (78 ans)
Long Beach, Californie
Drapeau des États-Unis États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis américaine
Profession Réalisateur, scénariste et producteur
Films notables Driver
Les Guerriers de la nuit
Sans retour
48 Heures
Alien (saga)
Séries notables Les Contes de la crypte

Walter Hill est un producteur, réalisateur et scénariste américain, né le à Long Beach, en Californie (États-Unis). Il est connu pour ses films d'action aux allures de western.

BiographieModifier

Il commence sa carrière cinématographique en 1967 en tant que réalisateur de seconde équipe sur deux films mettant en vedette Steve McQueen : L'Affaire Thomas Crown, de Norman Jewison et Bullitt, réalisé par Peter Yates. Au début des années 70, il écrit plusieurs scénarios dont celui de Guet-apens pour Sam Peckinpah, d'après le roman de Jim Thompson, ainsi que celui de Le Piège, un drame d'espionnage que réalise John Huston.

Hill passe à la mise en scène en 1975 avec Le Bagarreur. Le film, qui se déroule durant la grande dépression, met en vedette Charles Bronson, alors au sommet de sa popularité, et est produit par Lawrence Gordon, avec qui Hill travaillera régulièrement. Puis, Hill écrit et dirige Driver. Portant sur la préparation d'un hold-up, Driver est un des rares films américains mettant en vedette Isabelle Adjani. En 1979, il réalise le film devenu culte, Les Guerriers de la nuit, regard sur le monde violent des bandes de rues. Puis, il produit et coscénarise Alien, le huitième passager, de Ridley Scott. Le film connait un succès mondial et est devenu depuis un incontournable du cinéma d'horreur. À titre de producteur ou de scénariste, Hill sera impliqué les différentes suites de Alien, mais ne réalisera aucun épisode de la série.

Hill enchaine en réalisant Le Gang des frères James, qui est à la fois son premier western et sa première collaboration avec le musicien Ry Cooder, avec qui il retravaillera à de nombreuses reprises. Le Gang des frères James permet à Hill de participer à la compétition du festival de Cannes pour la seule fois de sa carrière. Hill dirige aussi Sans retour, un drame d'aventures se déroulant dans les bayous de la Louisiane et évoquant un peu le Delivrance de John Boorman.

En 1983, Hill obtient un succès impressionnant avec 48 Heures, une comédie policière dont les vedettes sont Nick Nolte et Eddie Murphy. Les autres films qu'il réalise au cours des années 1980, comme le drame musical Les Rues de feu ou la comédie Comment claquer un million de dollars par jour, ont moins d'impact.

Ses deux plus grands succès sont :

  • 48 Heures, qui rapporte 78,8 millions de dollars aux États-Unis en 1982 (212,6 millions au prix du ticket de 2015) ;
  • 48 Heures de plus, qui rapporte 80,8 millions de dollars aux États-Unis en 1990, (159,3 millions au prix du ticket de 2015)[1].

Walter Hill s'est souvent associé à Ry Cooder pour ses musiques de films.

FilmographieModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

RéalisateurModifier

ScénaristeModifier

Producteur / producteur déléguéModifier

CaméosModifier

Bandes dessinéesModifier

DistinctionsModifier

Le style Walter HillModifier

En 2014, Walter Hill remarque en interview plusieurs similitudes entre certains personnages de ses films :

« Mes héros ont généralement un côté très bavard avec un total opposé à leurs côtés, comme Bruce Dern dans Driver, ou Eddie Murphy dans 48 Heures', ou James Coburn dans Le Bagarreur. J’aime le genre de dialogue entre des gens qui ont un but commun, mais des appétits et des besoins très disparates, de sorte qu’il y a toujours une sorte de friction qui circule dans le film. Ils ne s’aiment pas beaucoup, et j’espère que le film leur fournira une raison pour atteindre un genre de respect l’un pour l’autre[2]. »

— Walter Hill, The Guardian, juillet 2014

.

Dans plusieurs de ses films, un bar ou une boite de nuit se nomme le Torchy's : Driver (1978), 48 heures (1982), Les Rues de feu (1984) et Comment claquer un million de dollars par jour (1985).

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier