Ouvrir le menu principal

Affaire Harvey Weinstein

révélation publique de harcèlements, d'agressions sexuelles et de viols commis par Harvey Weinstein
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Weinstein.

Affaire Harvey Weinstein
Harvey Weinstein en 2011.
Harvey Weinstein en 2011.

Nature du crime Harcèlement sexuel
Type de crime Viols et agressions sexuelles
Pays de lieu du crime États-Unis et autres
Nombre de victimes 1 : 60
Jugement
Statut Affaire en cours

L'affaire Harvey Weinstein est la révélation publique de harcèlements et d'agressions sexuelles attribuées à Harvey Weinstein, personnalité influente de l'industrie du cinéma américain.

En octobre 2017, le New York Times et le New Yorker rapportent qu'une douzaine de femmes accusent Harvey Weinstein, un producteur de cinéma américain renommé, de harcèlement sexuel, agression sexuelle ou viol. À la suite de ces accusations, de nombreuses autres personnalités féminines de l'industrie du cinéma accusent Weinstein de faits similaires. Weinstein dément avoir eu des relations sexuelles non consenties.

Peu après la révélation des premières accusations, Harvey Weinstein est licencié de sa compagnie, la Weinstein Company, et exclu de l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences et d'autres associations professionnelles. Des enquêtes judiciaires et des plaintes sont lancées par six femmes à Los Angeles, New York, et Londres. À la suite de cette affaire particulièrement médiatisée, de nombreuses personnalités publiques, issues notamment du monde du spectacle, se voient reprocher des faits similaires.

Les retombées internationales de cette affaire sont importantes tant en Europe qu'en Amérique latine et en Asie. Elles entraînent de nombreuses manifestations ainsi que d'innombrables mobilisations sur les réseaux sociaux. L'affaire génère une série d'accusations envers de nombreuses personnalités publiques des médias, de la politique et du spectacle : le phénomène est surnommé « effet Weinstein ». De manière plus large, cette affaire débouche sur un débat sur les violences faites aux femmes et leur occultation, interrogeant le statut des femmes dans la société.

Sommaire

Contexte américainModifier

 
En 1998, Gwyneth Paltrow est la première à évoquer publiquement le comportement de Weinstein.

Harvey Weinstein et son frère Bob Weinstein créent la société de production cinématographique Miramax et dirigent l'entreprise de 1979 à 2005[1]. En mars 2005, les Weinsteins fondent The Weinstein Company et quittent Miramax en septembre[2],[3].

Des rumeurs de pratiques de « promotion canapé » à propos de Weinstein circulent à Hollywood depuis des années et des personnalités notoires de l'industrie du cinéma y font parfois allusion[4]. En 1998, Gwyneth Paltrow indique, dans l'émission Late Show with David Letterman, que Weinstein « peut vous obliger à faire un truc ou deux ».

En 2005, Courtney Love lance un avertissement destiné aux jeunes actrices : « Si Harvey Weinstein vous invite à une fête privée au Four Seasons, n'y allez pas[5]. »

En 2010, un article, intitulé « Harvey's Girls »[6] (« Les filles de Harvey ») pour Pajiba, évoque la réputation de Weinstein à propos de ses pratiques de « promotion canapé » : « Régulièrement au fil des ans, Harvey choisit une nouvelle fille et en fait sa favorite. »

En 2012, un personnage de la série télévisée 30 Rock indique :

« Je n'ai peur de personne dans le show business, j'ai décliné les avances sexuelles de Harvey Weinstein pas moins de trois fois. »

À la cérémonie des Oscars de 2013, l'animateur Seth MacFarlane plaisante en annonçant les nominations pour les Oscars de la meilleure actrice : « Félicitations, vous voici désormais cinq à ne plus avoir à prétendre être attirée par Harvey Weinstein. »

En 2015, Jordan Sargent écrit, dans un article de Gawker intitulé « Tell Us What You Know About Harvey Weinstein's 'Open Secret' »[7] (« Dites-nous ce que vous savez à propos du secret de polichinelle de Harvey Weinstein »), que :

« [les] rumeurs concernant la pratique de Harvey de monnayer son pouvoir dans l'industrie en échange de faveurs sexuelles — consenties ou non — ont tendance à demeurer confinées à des conversations murmurées et des commentaires de blogs au niveau du commérage. »

La même année, le New York Times rapporte que Weinstein est interrogé par la police, après qu'une femme de 22 ans l'a accusé d'attouchements inappropriés[8]. La femme en question, le modèle italien Ambra Gutierrez, coopère avec la police pour obtenir un enregistrement audio dans lequel Weinstein admet l'avoir touchée de façon inappropriée[9]. Alors que l'enquête de police progresse, les tabloïds commencent à publier des articles diffamatoires à propos de Gutierrez, la décrivant comme une arriviste opportuniste[10]. Le procureur de Manhattan Cyrus Vance Jr. décide de ne pas poursuivre Weinstein, en alléguant un manque de preuves, contre l'avis même des services de police qui considèrent les preuves à charge comme suffisantes.

Les accusations de 2017Modifier

Des accusations de comportement sexuel abusif de la part de Weinstein sont rapportées par les journalistes Jodi Kantor et Megan Twohey dans le New York Times le . Les témoignages accusent Weinstein de harcèlement sexuel pendant trois décennies, et indiquent aussi qu'il a conclu huit arrangements financiers avec huit femmes de la Miramax et la Weinstein Company[11],[12].

Le , le correspondant de NBC News Ronan Farrow dévoile dans le New Yorker les allégations supplémentaires de treize femmes agressées sexuellement, en indiquant qu'il en aurait également violé trois[13]. Farrow indique qu'il souhaitait dévoiler l'affaire quelques mois auparavant avec NBC, mais qu'il a subi des pressions pour ne pas publier[14], ce que NBC dément[15]. Selon Farrow, seize assistants et responsables en relation professionnelle avec Weinstein ont indiqué avoir été témoins ou informés des avances sexuelles non consenties de Weinstein à des femmes. Quatre actrices ont indiqué leurs soupçons concernant le fait qu'après avoir repoussé les avances de Weinstein ou s'en être plaintes, il les a retirées des projets ou convaincu d'autres de le faire. Nombre de sources de Farrow ont indiqué que Weinstein faisait référence à son influence pour faire publier des histoires dans les médias à propos des personnes ayant croisé son chemin. The New Yorker publie l'enregistrement de la police de New York City police de 2015 dans lequel Weinstein admet avoir touché Gutierrez.

Le , l'actrice Heather Kerr donne des détails sur l'agression sexuelle qu'elle a subie[16].

Tentatives de discréditation des victimesModifier

Harvey Weinstein fait appel en 2016 à diverses sociétés dont Kroll et Black Cube pour tenter de discréditer les femmes qui se plaignent de son comportement. Un contrat de 1,3 million de dollars est conclu avec l'agence de renseignement privée Black Cube. Cette société, qui compte d'anciens agents du Mossad et de l'Aman, admet en novembre 2017 que ce contrat était une erreur[17],[18],[19] et fait des excuses publiques.

Le but avéré est d'empêcher la publications des affaires de harcèlement et du livre de Rose McGowan intitulé Brave. Les agences de renseignement ont pour mission de collecter des informations personnelles et de dresser des profils psychologiques des anciennes victimes. Weinstein supervise les enquêtes et demande même à des anciens employés de téléphoner aux personnes concernées. Il fait également appel à ses avocats, dont David Boies, célèbre pour avoir défendu l'égalité dans le mariage devant le Congrès et réglé le litige concernant Al Gore lors des élections présidentielles américaines de 2000. Boies signe même un contrat avec Black Cube visant à empêcher une publication dans The Times, alors que sa société représente le journal dans d'autres affaires.

Ben Wallace du magazine New York et Rose Mcgowan sont ainsi contactés par une femme se présentant comme Diana Filip[19] de Reuben Capital (en) dans le cas de Mcgowan et Anna pour Ben Wallace, se prétendant soit solidaire des agressions, soit elle-même victime.

La même personne envoie également des e-mails à Jodi Kantor du Times. Un site fictif pour Reuben Capital est même créé, avec une section « Women Focus ».

Victimes déclaréesModifier

Asia Argento publie le la liste des personnes ayant annoncé publiquement avoir été agressées par Harvey Weinstein. 93 femmes se disent victimes de Harvey Weinstein et 14 témoignent avoir été violées[20].

Harcèlement et agressions sexuellesModifier

Plus de 60 femmes ont annoncé publiquement avoir subi les viols, agressions sexuelles et le harcèlement de Weinstein[21]. Selon leurs témoignages, il invitait les jeunes actrices dans un motel ou au bureau sous le prétexte de discuter de leur carrière, et exigeait ensuite un massage ou un rapport sexuel. Des collègues et collaborateurs de Weinstein ont indiqué aux journalistes que ces pratiques étaient rendues possibles par le personnel, les personnes associées et les agents qui organisaient ces rendez-vous, ainsi que par les avocats et les publicistes qui supprimaient les plaintes à l'aide de menaces et arrangements financiers[22].

Les femmes ayant indiqué des agressions de la part de Weinstein forment une longue liste[23].

ViolsModifier

Plusieurs femmes ont porté des accusations de viol : 

  1. Lysette Anthony a annoncé à la police britannique que Weinstein l'a violée à la fin des années 1980 chez elle à Londres[24].
  2. Asia Argento a raconté au The New Yorker qu'en 1997 Weinstein l'a invitée dans une chambre d'hôtel, a levé sa jupe, l'a forcé à ouvrir les jambes et pratiqué un cunnilingus sur elle alors qu'elle lui demandait de façon répétée d'arrêter.
  3. Lucia Evans déclare qu'après un rendez-vous d'affaire en 2001, Weinstein l'a contrainte à un rapport sexuel oral.
  4. Hope Exiner d'Amore, une ancienne employée de Weinstein, déclare avoir été violée durant un voyage professionnel à New York à la fin des années 1970.
  5. Selon Mimi Haleyi, Weinstein l'a forcée à des relations sexuelles orales non consenties dans l'appartement de Weinstein à New-York en 2006 alors qu'elle avait une vingtaine d'années[25].
  6. Dominique Huett indique que Weinstein a pratiqué une relation de sexe oral non consentie sur elle pour ensuite se livrer à d'autres actes sexuels devant elle[26].
  7. Natassia Malthe raconte qu'en 2008, Weinstein s'est introduit dans sa chambre d'hôtel à Londres et l'a violée[27].
  8. Rose McGowan écrit sur Twitter qu'elle a averti le directeur de Amazon Studios Roy Price que Weinstein l'avait violée, mais que Price a ignoré ses allégations et continué à collaborer avec Weinstein[28]. Price a démissionné plus tard de son poste après des révélations de harcèlement sexuel de sa part[29].
  9. Annabella Sciorra affirme qu'au début des années 1990, Weinstein a forcé l'entrée de son appartement, l'a poussée dans son lit et violée[30].
  10. Une femme anonyme indique au The New Yorker que Weinstein l'a invitée dans une chambre d'hôtel et l'a forcée à accepter une relation sexuelle malgré ses protestations.
  11. Une autre actrice anonyme rapporte au Los Angeles Times qu'en 2013, Weinstein à force de harcèlement entre dans sa chambre d'hôtel, la saisit par les cheveux, la traîne jusque dans la salle de bain et la viole[31].
  12. Paz de la Huerta déclare à CBS News qu'elle a été violée à deux reprises en 2010 par Weinstein[32],[33]. Une enquête est ouverte par le bureau du procureur de Manhattan.

Les réponses d'Harvey WeinsteinModifier

En réponse à l'article du New York Times, Harvey Weinstein indique : « Je saisis que la façon de me comporter avec mes collègues dans le passé a causé beaucoup de souffrance et je m'excuse sincèrement ». Il dit qu'il est maintenant en congé sabbatique et qu'il suit une thérapie pour traiter le problème de front. Sa conseillère juridique, Lisa Bloom, le décrit comme un dinosaure apprenant de nouvelles façons de faire, mais après avoir reçu des critiques du conseil d'administration de la Weinstein Company, elle termine son contrat de travail avec Weinstein le [34].

L'avocat d'Harvey Weinstein, Charles Harder, indique que son client va poursuivre The New York Times[35], mais le 15 octobre Harder ne travaille plus pour lui[36].

En réponse au New Yorker, une porte-parole d'Harvey Weinstein indique :

Any allegations of non-consensual sex are unequivocally denied by Mr. Weinstein. Mr. Weinstein has further confirmed that there were never any acts of retaliation against any women for refusing his advances... Mr. Weinstein has begun counseling, has listened to the community and is pursuing a better path. Mr. Weinstein is hoping that if he makes enough progress, he will be given a second chance.

« Monsieur Weinstein nie sans équivoque toute accusation de relation sexuelle non consentie. Monsieur Weinstein a aussi ajouté qu'il n'a jamais eu aucun geste de représaille envers des femmes qui auraient refusé ses avances. Monsieur Weinstein a commencé à consulter, il a écouté ce qu'on disait de lui et commencé à améliorer son comportement. Monsieur Weinstein espère que s'il y parvient suffisamment, on lui donnera une seconde chance. »

Début novembre 2017, Benjamin Brafman est choisi par Harvey Weinstein pour le représenter dans les affaires d'agressions sexuelles qui concernent ce dernier[37].

RéactionsModifier

 
Georgina Chapman annonce son divorce d'avec Weinstein.

Les agissements allégués de Weinstein sont dénoncés par des personnalités éminentes de l'industrie du divertissement et de la sphère politique, et provoquent des discussions publiques à propos de ce que l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences indique être « l'ignorance voulue et la complicité honteuse avec des comportements de prédateurs sexuels et de harcèlement au travail dans l'industrie du cinéma »[38]. The Guardian contacte vingt acteurs masculins qui ont travaillé avec Weinstein ; aucun ne commente. L'article conclut qu'alors que la plupart des femmes condamnent les agissements de Weinstein, « la plupart des hommes influents de l'industrie du cinéma sont demeurés silencieux »[39].

Asia Argento témoigne le 5 octobre dans le New York Times : elle publie ensuite la liste des victimes de Harvey Weinstein et transmet l'information via son compte Twitter et essuie des critiques acerbes en Italie[40]. Renato Farina évoque la concernant une pratique de prostitution, niant le viol et les agressions subies[41]. Vittorio Feltri, éditeur en chef de Libero[42] écrit même que la relation sexuelle était forcément consentie, et qu'Argento devrait éprouver de la gratitude envers Weinstein. L'homme politique et critique d'art Vittorio Sgarbi affirme avoir appris de l'ancien époux d'Asia Argento que la relation entre cette dernière et Weinstein était consensuel, et juge que l'actrice agit par opportunisme[43]. L'actrice annonce que suite à ces critiques, elle quitte l'Italie et s'installe en Allemagne[40] pour échapper au slutshaming[44].

Associations professionnelles Modifier

Le 8 octobre 2017, le conseil d'administration de la Weinstein Company licencie Weinstein[45] et le 17 octobre il démissionne de son poste au conseil d'administration[46]. Plusieurs entreprises mettent fin à leur collaboration avec la Weinstein Company, notamment Apple (9 octobre 2017)[47], Hachette (12 octobre)[48], Amazon (13 octobre)[49], Lexus et Ovation (25 octobre)[50].

Durant la semaine suivant le licenciement de Weinstein, la British Academy of Film and Television Arts suspend le statut de membre de Weinstein[51] et l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences, qui octroie les Academy Awards, expulse Weinstein. De plus, la Producers Guild of America expulse Weinstein après un vote du Conseil d'administration unanime[52].

PolitiqueModifier

Des personnalités du monde politique condamnent les agissements d'Harvey Weinstein. Hillary Clinton, Barack Obama et Michelle Obama dénoncent le comportement allégué de Weinstein le [53]. Le président français Emmanuel Macron initie le retrait de la Légion d'honneur de Weinstein[54]. Au Royaume-Uni, des membres du parti travailliste du parlement exigent le retrait du titre de Commander of the British Empire de Weinstein[55].

Des politiciens soutenus par Harvey Weinstein donnent les fonds reçus à des organismes de charité, notamment les sénateurs démocrates Al Franken[56], Patrick Leahy et Martin Heinrich[57].

Autres réactionsModifier

L'épouse de Weinstein Georgina Chapman annonce le qu'elle demande le divorce[58].

En octobre 2017, l'University at Buffalo débute une procédure de révocation de son diplôme honorifique[59] et l'Université Harvard abroge la médaille de 2014 W. E. B. Du Bois, attribuée à des personnes en reconnaissance de leurs contributions à la culture afro-américaine[60].

Le , Quentin Tarantino reconnaît publiquement avoir fermé les yeux à l'époque des faits[61] :

« Je savais qu'il avait fait plusieurs de ces choses. J'aurais aimé prendre mes responsabilités par rapport à ce que j'ai entendu. Si j'avais fait ce que j'aurais dû faire alors, je n'aurais pas dû travailler avec lui[62],[63],[64]. »

ProcédureModifier

Enquête judiciaireModifier

En octobre 2017, la police de New York (NYPD), la police de Londres et la police de Los Angeles (LAPD) enquêtent sur les allégations d'agressions de Weinstein suite aux rapports sur ses agissements[65]. Les investigations concernent les allégations de sept femmes pour des agressions commises entre 1980 et 2015, à Londres et ailleurs[66]. L'enquête de la LAPD concerne une allégation de viol par une actrice anonyme.

Le , le procureur général de New York Eric Schneiderman ouvre une enquête sur les droits civiques concernant la Weinstein Company, en introduisant une subpoena (injonction) concernant des registres ayant trait à des plaintes pour harcèlement sexuel et discrimination au sein de l'entreprise Weinstein[67].

La police de Beverley Hills annonce l'ouverture d'une enquête le 30 octobre[68]. À cette date, 80 femmes ont témoigné publiquement avoir été victimes de Harvey Weinstein. James Toback est également mis en cause pour des faits similaires.

Le , Le procureur de l’Etat de New York annonce avoir assigné en justice le studio fondé par Harvey Weinstein et son frère Robert, pour ne pas avoir protégé ses employés face au harcèlement sexuel et aux intimidations[69],[70].

InculpationModifier

Harvey Weinstein est inculpé le pour une agression sexuelle en 2004 et un viol en 2013. Il plaide non coupable. Après son inculpation, il est remis en liberté moyennant une caution d’un million de dollars, le port d’un bracelet électronique et la remise de son passeport[71].

Impact internationalModifier

Cette affaire encourage de nombreuses victimes à parler en Europe mais aussi en Asie[72], ou encore en Afrique, avec les propos par exemple d'une actrice de Nollywood comme Annabella Zwyndila[73]. Elle a des répercussions sociétales, déclenchant un vaste débat[74].

L’actrice américaine Alyssa Milano encourage les femmes à raconter ce qu’elles ont vécu en reprenant sur Twitter le hashtag #metoo, inspiré par une campagne initiée en 2007 par Tarana Burke. Elle reçoit plus de 65 000 réponses[75]. En France, la journaliste française Sandra Muller lance la version française de #metoo, le hashtag #BalanceTonPorc. Elle utilise délibérément le mot « porc » puisqu'il s'agissait du surnom attribué à Harvey Weinstein à Cannes[76]. Elle entend plus largement souligner que les hommes qui agissent de la sorte ne se comportent pas comme des êtres humains[75]. Pour la sociologue Irène Théry ce mouvement signifie que « la honte, peu à peu, change de camp »[76]. Le 17 octobre, soit en l'espace de trois jours, 150 000 messages sont échangés. 16 000 personnes ont témoigné de harcèlement, d'agression, ainsi que de viol[77].

Au début du mois d'octobre 2017, la municipalité de Deauville efface de la promenade des planches le nom d'Harvey Weinstein, peint à la suite de l'hommage qui lui avait été rendu par le Festival du cinéma américain en 1998[78].

Dépassant la seule mobilisation sur les réseaux sociaux, de nombreuses manifestations sont organisées en France dans plusieurs villes le afin de dénoncer les violences faites aux femmes[79]. Les mobilisations ne tardent pas à enclencher de nombreuses enquêtes visant personnalités ou organisations.

Dans les mois qui suivent, de nombreuses personnalités publiques sont accusées d'agression sexuelle, de harcèlement, voire de viol : le phénomène est surnommé « effet Weinstein ». Parmi les personnes concernées, on peut citer l'acteur Kevin Spacey[80], les cinéastes James Toback[81] et Luc Besson[82], l'humoriste Louis C.K.[83] ou l'intellectuel musulman Tariq Ramadan[84]. Fin 2017, le phénomène atteint également l'Académie suédoise qui décerne les prix Nobel, lorsque le Français Jean-Claude Arnault, époux de l'académicienne Katarina Frostenson et personnalité influente au sein de l'Académie, est accusé de viols ou d'agressions sexuelles par plusieurs femmes. L'Académie rompt tous ses liens avec Arnault, mais se trouve plongée en pleine crise de gouvernance, le scandale poussant plusieurs de ses membres à démissionner. L'attribution du prix Nobel de littérature 2018 est reportée[85],[86],[87].

L'affaire inspire également le mouvement Time's Up, destiné à lutter contre le harcèlement sexuel au travail[88].

De manière plus générale, ces mouvements d'opinion contribuent à lancer des réflexions sur les inégalités entre hommes et femmes en milieu professionnel : en février 2018, le journal médical The Lancet reconnaît l'inégalité dont pâtissent les femmes dans le domaine scientifique, y compris en ce qui concerne leurs chances de publier ou d'être sélectionnées dans les comités de rédaction des revues. L'éditorial souligne l'importance historique des mouvements #metoo et #timeisup dans cette prise de conscience[89].

RéférencesModifier

  1. Bob Weinstein, « All Thanks to Max », Vanity Fair,‎ (lire en ligne).
  2. Rob Cain, « The Weinstein Company Can Kiss Its Oscar Prospects Goodbye », Forbes,‎ (lire en ligne).
  3. Eugene Hernandez, « Weinstein's Leaving Miramax, Will Form New Company; Brothers Taking Dimension Label, Leaving All Film Libraries at Disney », IndieWire,‎ (lire en ligne).
  4. (en) « The hints of Weinstein's behavior that went ignored », Axios,‎ (lire en ligne).
  5. « Courtney Love warned actresses about Harvey Weinstein in 2005 », The Telegraph,‎ (lire en ligne).
  6. Courtney Enlow, « Harvey's Girls », Pajiba,‎ (lire en ligne).
  7. Jordan Sargent, « Tell Us What You Know About Harvey Weinstein's "Open Secret" », Gawker,‎ (lire en ligne).
  8. Marc Santora, « Harvey Weinstein, Producer, Questioned by New York Police After Groping Accusation », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  9. (en) Jeannie Suk Gersen, « Why Didn't the Manhattan D.A. Cyrus Vance Prosecute the Trumps or Harvey Weinstein? », The New Yorker, sur The New Yorker, (consulté le 20 octobre 2017).
  10. Debra Cassens Weiss, « Manhattan DA Vance had declined to prosecute Weinstein in 2015 », American Bar Association Journal,‎ (lire en ligne).
  11. (en) « Allegations of sexual abuse have ended Harvey Weinstein's career », The Economist, sur The Economist, (consulté le 14 octobre 2017).
  12. Jodi Kantor et Megan Twohey, « Harvey Weinstein Paid Off Sexual Harassment Accusers for Decades », The New York Times, sur The New York Times, (consulté le 14 octobre 2017).
  13. Ronan Farrow, « From Aggressive Overtures to Sexual Assault: Harvey Weinstein's Accusers Tell Their Stories », The New Yorker,‎ (lire en ligne).
  14. Lisa de Moraes, « Ronan Farrow To Rachel Maddow: Ask NBC Why My Harvey Weinstein Report Did Not Break On Its Air », Deadline, (consulté le 18 octobre 2017).
  15. John Koblin, « How Did NBC Miss Out on a Harvey Weinstein Exposé? », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  16. https://www.20minutes.fr/monde/2155379-20171020-affaire-harvey-weinstein-larmes-actrice-heather-kerr-detaille-agression-sexuelle.
  17. « Les bonnes affaires des espions de Harvey Weinstein », Le Temps,‎ (lire en ligne).
  18. (en-GB) Reuters, « Israeli intelligence firm apologises for working with Harvey Weinstein », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne).
  19. a et b (en) Ronan Farrow, « Harvey Weinstein’s Army of Spies », The New Yorker,‎ (ISSN 0028-792X, lire en ligne).
  20. « Les victimes d'Harvey Weinstein ont dressé la liste des victimes d'Harvey Weinstein: 93 femmes, 14 viols », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne).
  21. Sara M Moniuszko, « Harvey Weinstein scandal: A complete list of the 64 accusers », USA Today,‎ (lire en ligne).
  22. Sam Levin et Rory Carroll, « 'Pack of hyenas': how Harvey Weinstein's power fuelled a culture of enablers », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  23. Nardine Sand, « The full list of Harvey Weinstein accusers includes fledgling actresses and Hollywood royalty », Los Angeles Times, (consulté le 21 octobre 2017).
  24. Charlotte Metcalf, « 'Harvey Weinstein raped me in my home,' British actress Lysette Anthony tells police », The Sunday Times,‎ (lire en ligne).
  25. (en) « Harvey Weinstein 'forcibly performed oral sex on aspiring film production worker' », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne).
  26. (en) « Actress Dominique Huett sues Weinstein Company after rape claim », Sky News,‎ (lire en ligne).
  27. Stephen Battaglio, « Actress Natassia Malthe says Harvey Weinstein raped her in 2008 », (consulté le 25 octobre 2017).
  28. Sam Levin, « Rose McGowan alleges rape by Harvey Weinstein – and Amazon ignored claim », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  29. (en) Lesley Goldberg, « Roy Price Resigns as Amazon Studios Head », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne).
  30. Associated Press, « Annabella Sciorra alleges she was raped by Harvey Weinstein », sur The Guardian, (consulté le 29 octobre 2017).
  31. Richard Winton, « Harvey Weinstein raped me, actress tells LAPD. Investigation launched », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne).
  32. (en) Rédaction CBC News, « Harvey Weinstein faces 2 new criminal investigations », CBC News,‎ (lire en ligne).
  33. « Le traumatisant récit de Paz de la Huerta, 94e victime de Harvey Weinstein », LExpress.fr,‎ (lire en ligne).
  34. Jodi Kantor, « Lisa Bloom, Lawyer Advising Harvey Weinstein, Resigns Amid Criticism From Board Members », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  35. Eriq Gardner, « Harvey Weinstein to Sue N.Y. Times, Says His Attorney », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne).
  36. (en) THR Staff, « Harvey Weinstein's Attorney Exits Without Filing Threatened N.Y. Times Lawsuit », The Hollywood Reporter, sur The Hollywood Reporter, (consulté le 16 octobre 2017).
  37. « L’avocat star Benjamin Brafman va défendre Harvey Weinstein », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  38. (en) Jamiles Lartey, Edward Helmore et David Batty, « Stars welcome Academy move to expel Weinstein over sexual assault claims », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  39. (en) Sam Levin, « Hollywood men silent over Weinstein allegations as women speak out », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  40. a et b Thierry Noisette, « Affaire Harvey Weinstein : Asia Argento ne lâche pas, malgré les attaques en Italie », L'Obs,‎ (lire en ligne).
  41. (en-US) « Asia Argento flees Italy after public condemns her for speaking out about Harvey Weinstein », Women in the World in Association with The New York Times - WITW,‎ (lire en ligne).
  42. (it) Rédaction Libero, « Cunnilingus, la verità di Feltri: Asia Argento e quella "leccatina". Il direttore senza freni », Libero,‎ (lire en ligne).
  43. (it) « "Morgan mi ha detto che Asia era in ottimi rapporti con Weinstein. Il loro era un rapporto sadomaso: lei dominava lui" », L’Huffington Post,‎ (lire en ligne).
  44. (en) Jessica Phelan, « Asia Argento leaves Italy to escape 'victim-blaming' », The Local,‎ (lire en ligne).
  45. « Harvey Weinstein sacked after sexual harassment claims », BBC News Online,‎ (lire en ligne).
  46. Dominic Patten, « Harvey Weinstein Resigns From TWC Board As Termination Ratified In Meeting », Deadline,‎ (lire en ligne).
  47. Nellie Andreeva, « Apple Kills Deal For TWC Elvis Series In Wake Of Harvey Weinstein Scandal », Deadline, (consulté le 14 octobre 2017).
  48. (en) Jeremy Barr, « Weinstein Books Imprint Terminated by Hachette Group (Exclusive) », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne).
  49. Ross A. Lincoln, « Amazon Axes David O. Russell Series, Cuts Ties With TWC », The Wrap, (consulté le 14 octobre 2017).
  50. Denise Petski, « Lexus & Ovation Latest To Cut Ties With Harvey Weinstein », Deadline,‎ (lire en ligne).
  51. « Bafta suspends Harvey Weinstein », BBC News Online,‎ (lire en ligne).
  52. David Robb, « Producers Guild Board Votes Unanimously To Expel Harvey Weinstein », Deadline, (consulté le 17 octobre 2017).
  53. (en) Jon Blistein, « Hillary Clinton, Obamas Rebuke Harvey Weinstein After Assault Allegations », Rolling Stone,‎ (lire en ligne).
  54. (en) « UK police investigate new Weinstein claims », BBC News Online, (consulté le 15 octobre 2017).
  55. (en) Alex Ritman, « British Government Under Pressure to Strip Harvey Weinstein of Honorary CBE », The Hollywood Reporter, The Hollywood Reporter, (consulté le 20 octobre 2017).
  56. (en) Maya Rao, « Sen. Al Franken to donate campaign contributions from Harvey Weinstein », Star Tribune, sur Star Tribune, (consulté le 14 octobre 2017).
  57. (en) Sophie Tatum, « Democrats pressured to return Weinstein donations », CNN,‎ (lire en ligne).
  58. Pat Saperstein, « Harvey Weinstein's Wife Georgina Chapman Divorcing Him », Variety,‎ (lire en ligne).
  59. The Associated Press, « University at Buffalo moves to revoke Harvey Weinstein's honorary degree », Syracuse.com,‎ (lire en ligne).
  60. (en-US) Stephanie Saul, « Harvard Revokes Du Bois Medal Awarded to Harvey Weinstein », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  61. http://people.bfmtv.com/cinema/guillermo-del-toro-comprend-pourquoi-quentin-tarantino-n-a-rien-dit-sur-harvey-weinstein-1283578.html.
  62. « Tarantino on Weinstein: ‘I Knew Enough to Do More Than I Did’ », sur nytimes.com, (consulté le 19 octobre 2017).
  63. AFP, « Tarantino admet qu'il savait pour Weinstein et regrette de n'avoir rien dit », sur Le Huffington Post, (consulté le 13 mai 2018).
  64. AFP, « Affaire Weinstein : Tarantino sort du silence et reconnaît qu'il « savait » », Le Figaro, (ISSN 0182-5852, consulté le 13 mai 2018).
  65. (en) Jamiles Lartey, « Harvey Weinstein: police in New York and London investigating allegations », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  66. (en) « Harvey Weinstein: UK inquiry widens to seven women », BBC News Online,‎ (lire en ligne).
  67. (en) Sam Levin, « Weinstein Company under investigation by New York attorney general », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  68. « Abus sexuels : la police de Beverly Hills ouvre une enquête sur Harvey Weinstein », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  69. « Agressions sexuelles: l’Etat de New York assigne le studio Weinstein en justice », Le Monde, (consulté le 11 février 2018).
  70. (en) « NY attorney general sues The Weinstein Company, Harvey Weinstein », Reuters, (consulté le 11 février 2018).
  71. Ouest-France, « États-Unis. Inculpé pour viol et agression sexuelle, Harvey Weinstein plaide non coupable », sur Ouest-France.fr, (consulté le 26 mai 2018).
  72. « #metoo ou #balancetonporc, le flot ne s’arrêtera pas », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  73. Mélanie Gonzalez, « Harcèlement sexuel à Nollywood : les victimes sortent timidement de leur silence », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  74. (en) Will Harvey Weinstein’s Fall Finally Reform Men?, New York Times, .
  75. a et b « Quelles conséquences a eues la révélation de cette affaire ? », Le P'tit Libé,‎ (lire en ligne).
  76. a et b Mathilde Damgé, « Petit manuel pour lutter contre les idées simplistes sur le harcèlement sexuel », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  77. « Comment le hashtag #BalanceTonPorc est devenu viral sur Twitter », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  78. « Weinstein effacé de Deauville », Ouest-France, .
  79. « #Metoo : les femmes dans la rue contre le harcèlement et les agressions », sur Libération (consulté le 1er novembre 2017).
  80. « Kevin Spacey fait son coming out en même temps qu'il s'excuse d'un harcèlement sexuel », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne).
  81. (en-US) Glenn Whipp, « 38 women have come forward to accuse director James Toback of sexual harassment », Los Angeles Times,‎ (ISSN 0458-3035, lire en ligne).
  82. « Le réalisateur Luc Besson visé par une plainte pour viol », sur nouvelobs.com,
  83. (en-US) « Louis C.K. Responds to Accusations: ‘These Stories Are True’ », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne).
  84. Pauline Delassus, « Tariq Radaman cherche une porte de sortie », Paris Match, semaine du 9 au , p.  58-61.
  85. « Jean-Claude Arnault, le Prix Nobel du harcèlement », LExpress.fr,‎ (lire en ligne)
  86. « Scandale d’agressions : la secrétaire perpétuelle de l’Académie suédoise démissionne à son tour », sur Le Monde.fr,
  87. Prix Nobel : l’Académie suédoise en plein soap opera, M, le magazine du Monde, 31 août 2018
  88. (en) « Reese Witherspoon, Taylor Swift, Jennifer Aniston: See Who's Given $500k, More to Fight Harassment », PEOPLE.com,‎ (lire en ligne).
  89. (en) The Lancet, « Year of reckoning for women in science », The Lancet, vol. 391, no 10120,‎ (ISSN 0140-6736 et 1474-547X, DOI 10.1016/S0140-6736(18)30238-1, lire en ligne)

BibliographieModifier

AnnexesModifier